Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > De l’usage du mot démocratie lors de la constituante de (...)

De l’usage du mot démocratie lors de la constituante de 1789

La démocratie serait une assemblée tumultueuse, orageuse, un système anarchique, absurde, chimérique voire tyrannique. Certes, qualifiée ainsi tantôt par les monarchistes, le roi ne sera déchu qu’en 1792, tantôt par les tenants du gouvernement représentatif. Par les comptes rendus officiels des Etats Généraux 5 mai au 8 juillet 1789 puis de la constituante du 9 juillet 1789 au 30 septembre 1791, on voit ici la manière par laquelle était utilisé le mot « démocratie »

A noter que la constitution d’Athènes ne sera retrouvée qu’à la fin du 19e. Est-ce pour cette raison que la désignation aléatoire couplée à la rotation des charges semble absente des réflexions de l’assemblée ?

Ici n’est pris que la période 5 mai – 7 septembre, date de l’intervention connue de Sieyès, car les extraits forment un « article » suffisamment long.

Extraits bruts, sans commentaires, chacun aura ses conclusions.

 

Nb : la numérotation des pages est celle de la version pdf téléchargée

 

28 mai 1789 – M. le compte d’Autraigues (page 122)

« …Mais entre un Roi et l’Assemblée des représentants du peuple, il existe toujours, par la nature même des choses, une rivalité de puissance qui amènerait tôt ou tard ou l’anarchie ou la tyrannie. Cette rivalité mutuelle, bien loin d’être un mal politique, est un signe de liberté et de vie.

La surveillance naît de cette rivalité, mais il faut pour qu’elle cesse d’être dangereuse, qu’elle soit modifiée et qu’il se trouve dans la constitution même, des divisions du pouvoir national, qui, alternativement obstacles et médiateurs, arrêtent l’impulsion du pouvoir exécutif qui tend au despotisme, et les attaques du pouvoir du peuple qui tendent à la démocratie, qui, dans une grand empire n’est autre chose que l’anarchie. 

 

29 mai 1789 – M. le compte de Mirabeau (page 127)

« …Piège si l’on se défère au désir du Roi, Piège si l’on s’y refuse. Accepterons-nous les conférences ? Tout ceci finira par un arrêt du conseil. Nous serons chambrés et despotisés par le fait. D’autant plus infailliblement que tous les aristocrates tendent à l’opinion par ordre. Si nous n’acceptons pas, le trône sera assiégé de dénonciations, de calomnies, de prédictions sinistres. On répètera avec plus de force ce qu’on dit aujourd’hui pour tuer l’opinion par tête, que les communes tumultueuses, indisciplinées, avides d’indépendance, sans système, sans principes, détruiront l’autorité royale. On proférera avec plus de ferveur que jamais cette absurdité profonde, que la constitution va périr sous l’influence de la démocratie.

 

27 juin 1789 – M. le compte de Mirabeau  (page 236)

…C’est dans une classe vénale et corrompue que nos ennemis chercheront à exciter des tumultes, des révoltes qui embarrasseront et retarderont la chose publique. « Voilà les fruits de la liberté !, voilà la démocratie ! » affectent de répéter tous ceux qui n’ont pas honte de représenter le peuple comme un troupeau furieux qu’il faut enchainer, tous ceux qui feignent d’ignorer que ce même peuple , toujours calme et mesuré lorsqu’il est vraiment libre, n’est violent et fougueux que dans les constitutions où on l’avilit pour avoir le droit de le mépriser….

 

1er août 1789 – M. Malouet (page 391)

« …Je sais que les américains n’ont pas pris cette précaution ; ils ont pris l’homme dans le sein de la nature, et le présentant à l’univers dans sa souveraineté primitive. Mais la société américaine, nouvellement formée, est composée, en totalité, de propriétaires déjà accoutumés à l’égalité, étrangers au luxe ainsi qu’à l’indigence, connaissent à peine le joug des impôts, des préjugés qui nous dominent, n’ayant trouvé sur la terre qu’ils cultivent aucune trace de féodalité. De tels hommes étaient sans doute préparés à recevoir la liberté dans toute son énergie : car leurs gouts, leurs mœurs, leur position les appelaient à la démocratie.

Mais nous Messieurs, nous avons pour concitoyens une multitude immense d’hommes sans propriété, qui attendent avant toute chose , leur subsistance d’un travail assuré, d’une police exacte, d’une protection continue, qui s’irritent quelques fois, non sans de justes motifs, du spectacle du luxe et de l’opulence…

 

12 aout 1789 – M. Mounier (page 478)

« Pour qu’un peuple puisse, sans de très grands inconvénients, se réserver le pouvoir de faire des lois, il faudrait qu’il fut très peu nombreux, qu’il eût des mœurs simples, que ses intérêts fussent facile à régler, et que les fortunes fussent à peu près égales ; c'est-à-dire qu’il n’existe pas sur la terre de peuple connu à qui la démocratie, dans le sens qu’on attache pour l’ordinaire à cette expression, puisse véritablement convenir.

Si le nombre de personnes qui délibèrent est trop considérable, les résolutions sont prises au milieu du tumulte, on ne s’éclaire point par la discussion, on ne réfléchit pas sur les conséquences. Tous les individus sont entrainés par l’imitation, ou par la crainte d’encourir l’indignation publique en combattant les opinions qui plaisent à la multitude. Si les fortunes sont inégales, les pauvres seront forcés d’abandonner le soin des affaires publiques ; et, sans leur conserver aucune influence, les riches s’empareront du gouvernement.

Je suis même si frappé des inconvénients inséparables de la démocratie pure, qu’en supposant qu’il existât une nation digne de la posséder, je ne pourrais lui en conseiller l’usage. En effet, un peuple dont le nombre n’excéderait pas douze ou quinze cents hommes éclairés, égaux en richesse, pleins de zèle pour leur patrie, seraient certainement, par sa situation, le plus propre à exercer en corps le pouvoir législatif. 

Il est inutile de démontrer combien il serait absurde, pour éviter les inconvénients de la démocratie, de rendre un seul homme le maitre absolu de tout un peuple, ou de réserver le droit de faire les lois, à un petit nombre de personnes à qui il appartiendrait héréditairement, ou qui choisiraient elles-mêmes pour remplir les places vacantes. L’aristocratie est le pire des gouvernements, lors même qu’elle use avec modération de son autorité ; elle avilit le caractère public ; elle vous le plus grand nombre des citoyens au mépris de quelques familles.

S’il est dangereux de laisser la législation au peuple en corps, il serait bien plus dangereux encore de lui laisser les pouvoirs exécutif et judiciaire ; ils acquerraient dans ses mains une force supérieure à celle des lois. Ils ne seraient plus destinés à faire respecter les résolutions du corps législatif, mais les décisions arbitraires de la multitude.

Je crois non-seulement que le gouvernement monarchique est le seul qui convienne à un grand peuple, mais encore que c’est celui qui convient le plus à tout peuple dont le nombre excède deux ou trois cents mille hommes. Il a surtout l’avantage de pouvoir se concilier avec la liberté générale de tous les membres de la société, tandis que, sous le nom de république, sous le nom même de démocratie, existent tant d’aristocraties réelles. On peut même dire que chez anciens aucun peuple n’était libre, puisque la multitude était esclave dans tous les pays ; et c’est la raison pour laquelle leurs institutions peuvent si rarement convenir aux peuples modernes. 

Ainsi vouloir établir par la constitution, comme quelques-uns le proposent, un droit de véto en faveur des commettants, serait introduire dans le gouvernement français la source des troubles les plus affreux, livrer les lois au mépris, et tout subordonner à la violence. D’ailleurs, dans les districts, apercevrait-on les changements insensibles ? Et si ces changements étaient trop favorables à la démocratie, la multitude voudrait-elle s’en plaindre ?

Confier à l’avenir la législation à l’assemblée pourrait être également favorable à une aristocratie de représentants, en leur procurant la réunion des pouvoirs, et à la tyrannie démocratique, en exaltant les idées de la multitude, enfin cette forme de gouvernement pourrait être favorable au despotisme d’un seul, et conséquemment elle sera toujours funeste à la liberté de la nation 

Jamais aucun peuple n’a jusqu’à ce jour fait consister la liberté publique dans la faculté illimitée de multiplier les lois sous les formes les plus démocratiques ; on a décidé qu’on ne pouvait être forcé d’obéir à ce qui était contraire à la volonté générale ; mais on n’a jamais pensé qu’il fallût mettre cette volonté générale toujours en activité

Il n’est nullement contraire aux droits du peuple français de confier, en son nom, au corps législatif, le droit de faire des changements dans la Constitution, avec les précautions qu’on vient d’indiquer, ou d’autres du même genre. Une convocation extraordinaire, qui ne serait pas combinée de manière à prévenir la réunion des pouvoirs, pourrait opérer la tyrannie démocratique, ou la dissolution de la société. Je ne crois pas qu’il soit prudent, qu’il soit même juste d’inviter le peuple à désorganiser le corps politique. 

 

28 août 1789 – M. Roussier (page 576)

« La France est un Etat monarchique dans lequel la nation fait la loi, et le Roi la fait exécuter. C’est dans la division de ces pouvoirs que réside la constitution.

Voici un dernier projet (car nous avons choisi ces projets sur quarante cinq au moins) que nous ne devons pas oublier

‘Point d’autorité supérieure à la loi, le Roi ne peut exiger d’obéissance que quand il parle au nom de la loi. Le gouvernement français est une démocratie royale.’

 

1er septembre 1789 – M. Malouet (page 605)

Ainsi le bonheur général de la société ne pouvant exister que par l’harmonie des pouvoirs qui doivent y concourir, serait sans cesse troublé par leur discorde ; ainsi la nation, qui veut un gouvernement monarchique, n’aurait qu’un gouvernement incertain qui se précipiterait alternativement vers l’aristocratie ou la démocratie

 

2 septembre 1789 – M. le compte d’Antraigues (page 612)

Mais au moment où le peuple n’exerce plus par lui-même immédiatement tous les genres de pouvoir, il est obligé de répartir et de distribuer séparément tous les genres de pouvoir.

Leur réunion dans le peuple constitue la démocratie.

Leur réunion partout ailleurs constitue la tyrannie.

La manière dont le peuple distribue tous les pouvoirs constitue les diverses sortes de gouvernements.

Si l’étendue de la société permet de retenir et d’exercer tous les genres de pouvoirs, s’il fait ses lois, s’il les fait exécuter, s’il juge ceux qui les enfreignent, alors le peuple a constitué le gouvernement démocratique.

 

2 septembre 1789-M. Delantine (page 615)

Je vous opposerai le marquis d’Argenson , homme vertueux et homme d’état tout à la fois. Le marquis d’Argenson demande-t-il cette division dans les pouvoirs ? Non, il en est bien éloigné. La monarchie dit-il restera paisible si on la rapproche des formes démocratiques

 

 4 septembre 1789 – M. Mounier (page 628) 

La démocratie, dans un grand Etat, est une absurde chimère.

Si vous voulez que les électeurs puissent donner des mandats impératifs, vous ne craignez donc pas d’exposer le royaume à toutes les incertitudes, tous les troubles qui naitront de volontés directement contraires ? vous ne craignez donc pas la démocratie la plus tumultueuse ?car si chaque assemblée de district peut dicter la loi, votre association monstrueuse ne sera pas même digne du nom de gouvernement ; elle sera dissoute après avoir éprouvé les plus horribles convulsions

Certainement, faire juger dans les assemblées des districts toutes les lois qui pourraient être suspendues ou empêchées par le monarque, serait établir en France la démocratie la plus orageuse, puisque ce serait rendre à toutes les villes, à toutes les communes du royaume, l’exercice de la souveraineté.

Oui, Messieurs, c’est pour le comité un devoir sacré de vous dire qu’il prévoit les suites les plus funestes, si l’on établit un régime démocratique, en faisant décider dans chaque district du royaume, entre le Roi et les représentants, ou si on laisse à de nouveaux représentants la faculté de détruire tout obstacle à la division des pouvoirs.

 

7 septembre 1789 – M. l’abbé Sieyès (page 663)

Je sais qu’à force de distinctions d’une part, et de confusion de l’autre, on en est parvenu à considérer le vœu national comme s’il pouvait être autre chose que le vœu des représentants de la nation. Comme si la nation pouvait parler autrement que par ses représentants. Ici les faux principes deviennent extrêmement dangereux. Ils ne vont à rien moins qu’à couper, qu’à morceler, qu’à déchirer la France en une infinité de petites démocraties, qui ne s’uniraient ensuite que par les liens d’une confédération générale, à peu près comme les 13 ou 14 Etats-Unis d’Amérique se sont considérés en convention générale.

Ce sujet mérite la plus sérieuse attention de notre part. La France ne doit point être un assemblage de petites nations qui se gouverneraient séparément en démocraties, elle n’est point une collection d’états, elle est un tout unique

Il peut s’exercer de deux manières. Les citoyens peuvent donner leur confiance à quelque uns d’entre eux. Sans aliéner leurs droits, ils en commettent l’exercice. C’est pour l’utilité commune qu’ils se nomment des représentations bien plus capables qu’eux-mêmes de connaitre l’intérêt général, et d’interpréter à cet égard leur propre volonté.

L’autre manière d’exercer son droit à la formation de la loi est de concourir soi-même immédiatement à la faire. Ce concours immédiat est ce qui caractérise la véritable démocratie. Le concours médiat désigne le gouvernement représentatif. La différence entre ces deux systèmes est énorme.

Le choix entre ces deux méthodes de faire la loi n’est pas douteux parmi nous.

D’abord, la très grande pluralité de nos concitoyens n’a ni assez d’instruction, ni assez de loisir pour vouloir s’occuper directement des lois qui doivent gouverner la France ; leur avis est donc de se nommer des représentants ; et puisque c’est l’avis du grand nombre, les hommes éclairés doivent s’y soumettre comme les autres. Quand une société est formée, on sait que l’avis de la pluralité fait loi pour tous.

Ce raisonnement, qui est bon pour les petites municipalités, devient irrésistible quand on songe qu’il s’agit ici des lois qui doivent gouverner vingt-six millions d’hommes ; car je soutiens toujours que la France n’est point, ne peut être une démocratie, elle ne doit pas devenir un Etat fédéral, composé d’une multitude de républiques, unies par un lien politique quelconque.

La France est et doit être un seul tout, soumis dans toutes ses parties à une législation et à une administration communes. Puisqu’il est évident que cinq à six millions de citoyens actifs, répartis sur vingt-cinq milles lieues carrés, ne peuvent point s’assembler, il est certain qu’ils ne peuvent aspirer qu’à une législature par représentation. Donc les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes immédiatement la loi : donc ils n’ont pas de volonté particulières à imposer. Toute influence, tout pouvoir leur appartiennent sur la personne de leurs mandataires ; mais c’est tout.

S’ils dictaient des volontés, ce ne serait plus cet état représentatif, ce serait un état démocratique

Ainsi il n’y a, il ne peut y avoir pour un député de mandat impératif, ou même de vœu positif, que le vœu national ; il ne se doit aux conseils de ses commettants directs qu’autant que ses conseils seront conformes au vœu national. Ce vœu, où peut-il être, où peut-on le reconnaitre, si ce n’est dans une Assemblée Nationale elle-même ? Ce n’est pas en compulsant les cahiers particuliers, s’il y en a, qu’il découvrira le vœu de ses commettants. Il ne s’agit pas ici de recenser un scrutin démocratique, mais de proposer, d’écouter, de se concerter, de modifier son avis, enfin de former en commun une volonté commune.

Pour écarter tout reste de doute à cet égard, faisons attention que même dans la plus stricte démocratie cette méthode est la seule pour former un vœu commun. Ce n’est pas la veille, et chacun chez soi, que les démocrates les plus jaloux de la liberté forment et fixent leur avis particulier , pour être ensuite porté sur la place publique, sauf à rentrer chez soi pour recommencer toujours solidairement , dans le cas où l’on n’aurait pas pu tirer de tous ces avis isolés une volonté commune à la majorité. Disons-le tout à fait : cette manière de former une volonté en commun serait absurde. Quand on se réunit, c’est pour délibérer, c’est pour connaitre les avis des uns et des autres, pour profiter des lumières réciproques, pour confronter les volontés particulières, pour les modifier, pour les concilier, enfin pour obtenir un résultat commun à la pluralité. Je le demande à présent : ce qui paraitrait absurde dans la démocratie la plus rigoureuse et le plus défiante doit-il servir de règle dans une législature représentative ? il est donc incontestable que les députés sont à l’Assemblée nationale, non pas pour y annoncer le vœu déjà formé de leurs commettants directs, mais pour y délibérer et y voter librement d’après leur avis actuel, éclairé de toutes les lumières que l’Assemblée peut fournir à chacun.

Il est donc inutile qu’il y ait une décision dans les baillages ou dans les municipalités, ou dans chaque maison de ville ou village ; car les idées que je combats ne mènent à rien moins qu’à cette espèce de chartreuse politique. Ces sortes de prétentions seraient plus que démocratiques. La décision n’appartient et ne peut appartenir qu’à la nation assemblée.

Le peuple ou la nation ne peut avoir qu’une voix, celle de la législature nationale. Ainsi, lorsque nous entendons parler d’un appel au peuple, cela ne peut vouloir dire autre chose, si ce n’est que le pouvoir exécutif pourra appeler la nation à elle-même, et non pas des représentants à des commettants, puisque ceux-ci ne peuvent se faire entendre que par les députés nationaux. L’expression d’appel au peuple est donc mauvaise, autant qu’elle est impolitiquement prononcée. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants. 

 

 

Archives parlementaires du 05 mai au 15 septembre 1789

http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bp...



Sur le même thème

800e anniversaire de Bouvine : Actualité d’un évènement fondateur de la France qu’il ne faut abandonner ni aux fascistes, ni aux euro-atlantistes !
Introduction de la théorie du genre dans les écoles et la société
Crimée et Démocratie
Euro-fascisation : faire l’autruche ou affronter ? par Georges Gastaud
Élections européennes : la débâcle jusqu’où ?


Réactions à cet article

  • Par Stalouk (---.---.---.48) 24 octobre 2012 11:34

    Intéressant, comme toujours René, merci.

    Veux tu dire que la bande à Sieyès n’avait tout simplement pas penser au tirage au sort ?Ca paraît quand même bizarre, on voit qu’ils ont beaucoup débattu de la démocratie, et que ce qui les dérangeaient le plus c’était l’instabilité du régime, et l’impossibilité à l’appliquer au grand nombre provoquant alors la scission de la France.

    En tous cas ils ont de nombreux arguments anti-démocratiques qui sont justes, et la pure démocratie semble en effet bien chimérique.

    Par contre quelque chose doit m’échapper, car je ne conçois pas que ces gens, plus qu’éclairés, aient pû croire que l’Assemblée aller représenter réellement le peuple.

    Quand on voit qu’il dit :
    « Il est donc incontestable que les députés sont à l’Assemblée nationale, non pas pour y annoncer le vœu déjà formé de leurs commettants directs, mais pour y délibérer et y voter librement d’après leur avis actuel »

    Comment croire que ces députés, qui votent selon leur propres avis, et entre eux, vont respecter une seule seconde l’interêt des gens qu’ils sont sensés représenter ??

    Pour moi c’est un non sens du régime représentatif, je ne comprends pas ce qu’ils avaient en tête.

    • Par citoyenrené (---.---.---.49) 24 octobre 2012 12:12
      citoyenrené

      Stalouk,

      tout à fait d’accord avec ta remarque sur le non sens du régime représentatif à être la volonté générale à travers les dires de Sieyès

      je rajouterai qu’il pense peut être résoudre la contradiction que tu releves par :

      "C’est pour l’utilité commune qu’ils se nomment des représentations bien plus capables qu’eux-mêmes de connaitre l’intérêt général, et d’interpréter à cet égard leur propre volonté« 

      mépris d’accord, mais »bonne« ou »mauvaise« foi, je ne sais pas...parfois je le crois de bonne foi

      quand au tirage au sort, n’en ayant pas encore trouvé de trace de débat, il n’y a pas de preuve que la question ait été tranchée, et puis sur ces 800 premières pages, dur d’en certifier l’absence, peut-être que les mots diffèrent, qu’il faudrait voir entre les lignes la critique de la désignation aléatoire

       »argument anti-démocratique« juste, mais c’est la solution »représentants tirés au sort« aurait dû être posée, elle l’a été peut-être

      vaguement la supposition, sans preuve, qu’ils protègent déjà leur siège, leur statut, qu’un certain mépris pour cette France illettrée évacue la question du tirage au sort

      par exemple Sieyès dira :

       »D’abord, la très grande pluralité de nos concitoyens n’a ni assez d’instruction, ni assez de loisir pour vouloir s’occuper directement des lois qui doivent gouverner la France "

      globalement, je ne sais pas non plus ce qu’ils avaient en tête

      ce qui est sûr, c’est qu’ils étaient bavards

  • Par Alinea (---.---.---.38) 24 octobre 2012 13:38
    alinea

    Je constate qu’il a été mis en avant, avec beaucoup de justesse parfois, les effets pervers ou difficilement applicables de la « démocratie ».
    Mais qu’on ne voit guère la mise en avant des effets pervers de la représentativité !
    Quant au « temps dévolu » à chacun de pouvoir se mêler de la chose publique, il suffit de le décider ! Quand on sait qu’un regard extérieur et « naïf » peut-être beaucoup plus juste que celui du « professionnel », on se doute que la volonté démocratique n’est pas encore née !
    Et c’est peut-être bien là tout le problème ! On peut trouver des solutions à tout si on en a la volonté.
    Et au contraire, on peut dénigrer à l’infini si l’on a pour dessein d’éviter les alternatives !!

    • Par citoyenrené (---.---.---.49) 24 octobre 2012 14:19
      citoyenrené

      merci pour la réaction, Alinéa....oui impossible de rassembler 40 millions d’électeurs au même endroit, d’où la nécessité de mandater,.

      Les désigner aléatoirement parmi tous aurait pu être la solution choisie pour atténuer les effets nocifs et pervers de la représentation, effets nocifs guère mis en avant comme vous dites.

      si définitivement la représentation par désignation aléatoire est jugée impossible, l’Anarchie sera une utopie, une possibilité, plus belle qu’une représentation élective loyale....’faire pour les autres ce que l’on aimerait qu’ils fassent pour nous, baser la solidarité comme pilier de la societé’ voilà ce que je retiens pour l’instant de Kropotkine

      « On peut trouver des solutions à tout si on en a la volonté » les circonstances nous y pousseront peut être

    • Par Alinea (---.---.---.38) 24 octobre 2012 15:25
      alinea

      sans faire de pub ( puisque c’est gratuit !!) allez faire un tour sur mon article ; lisez les commentaires, vous verrez qu’on est loin de Kropotkine et, par dessus le marché si vous pouviez faire une vraie critique de mon texte, cela ferait pour moi une belle journée

  • Par Guy BELLOY (---.---.---.108) 24 octobre 2012 14:39
    Guy BELLOY

    Bonjour René,
    « Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer »
    le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants

    Beau mépris de cet abbé envers le peuple (qui, à l’époque était illettré il faut dire)
    Belle image : les représentants du peuple rassemblés au Palais Bourbon telle une bande de malfrats croûlant sous les pots de vin, intrigues, forfaitures sans avoir à en répondre à quiconque : idem à l’Ancien Régime, une caste privilégiée qui ne veut pas le reconnaître avec donc l’hypocrisie en plus. 

    • Par Stalouk (---.---.---.48) 24 octobre 2012 15:12

      Tiens tiens Guy,

      Pour faire le lien avec notre discussion sur votre dernier billet, c’est bien de ce mépris du peuple qu’est parti l’idée que les représentants savaient mieux que le peuple ce qui était bon pour eux.

      L’abbé et sa clique ont donc fait en sorte que seuls les représentants aient le pouvoir politique (le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants).

      Vous voyez bien que le gouvernement représentatif institue notre impuissance politique, à dessein, et nos députés en sont bien conscients !
      Notre constitution ne prévoit pas de protection contre les abus de pouvoir, changeons de constitution !

    • Par Guy BELLOY (---.---.---.108) 24 octobre 2012 15:17
      Guy BELLOY

       changeons de constitution !

      Oui, j’applaudis des deux mains, vive la VIè ! Question : on fait comment ?
      Dans mon dernier billet, je n’ai pas dit autre chose mais j’ai présenté la seule possibilité actuelle pour le citoyen de se faire entendre. Tâchons d’être pragmatique.

    • Par Stalouk (---.---.---.48) 24 octobre 2012 16:35

      Avez vous été faire un tour sur www.le-message.org ?
      Ce n’est qu’un simple message, mais si on choisit d’approfondir via les liens présents sur le site, on arrive au projet de constitution du père Chouard.

      Après il n’y a pas de formule magique pour faire avancer les choses mais je pense qu’il ne faut pas compter sur nos élus (même mélenchon, dupont aignant etc..), donc uniquement sur nous même !
      Pour commencer : informer et convaincre nos concitoyens, en faisant tourner ce lien et en faisant des billets, et tester le terrain idéologique.
      Sur agora les gens sont relativement favorables à ces idées, mais dans la rue c’est pas la même chose...

    • Par citoyenrené (---.---.---.49) 24 octobre 2012 18:26
      citoyenrené

      @ Guy,

      « la seule possibilité actuelle pour le citoyen de se faire entendre »....la seule, la seule, techniquement un autre moyen est de changer le cadre par la révolution, il y a forcément plusieurs possibilités

      sans attendre un parti pro-6e République, car on risquerait d’attendre le Front de Gauche plus ou moins longtemps

      mais dans cette Ve, en l’état, ce que vous préconisez est effectivement la solution la plus efficace, .....mais quand même, la pression populaire comme moyen ne vaut pas le pouvoir citoyen constitutionnalisé

  • Par Karash (---.---.---.88) 24 octobre 2012 15:19

    Il est évident que la « démocratie » est entendue au sens ’une organisation réunissant l’ensemble des citoyens pour voter les lois, les faire appliquer, etc ... comme un genre de tribalisme étendu. Évidemment, c’est ingérable pour un pays de plusieurs millions d’habitants, même pour quelques milliers (à savoir que les athéniens ne pouvaient se permettre leur vide démocratique que grâce à l’esclavage, sans quoi ils n’auraient pas eu le temps nécessaire pour se consacrer à la chose).

    Ce problème n’est insoluble que parce que ces hommes réfléchissaient dans le cadre d’une assemblée unique et d’un pouvoir centralisé. La démocratie réelle, justement, ne peut être fille que de la décentralisation.

    • Par citoyenrené (---.---.---.49) 24 octobre 2012 18:51
      citoyenrené

      @ Karash,

      c’est intéressant, la démocratie entendue comme fille de la décentralisation semblait sans doute valable au 18e, la constitution d’Athènes ne fut retrouvée qu’à la fin du 19e ; ne connaissant pas, ou évacuant, ainsi la rotation des charges et la désignation aléatoire dans une assemblée centralisée, elle aurait été effectivement fille de la décentralisation

  • Par LE CHAT (---.---.---.148) 24 octobre 2012 16:03
    LE CHAT

    la dictature c’est ferme la ! , et chez nous la démocratie , c’est cause toujours ........

    article intéressant , y’a du pain sur la planche pour voir un semblant de démocratie voir le jours ........

  • Par Lucadeparis (---.---.---.158) 29 octobre 2012 10:57
    Lucadeparis
    Très intéressants, ces extraits.La plupart des révolutionnaires (surtout les victorieux) aux États-Unis et en France n’étaient pas démocrates. Gracchus Babeuf et Thomas Paine font partie de ces rares démocrates notoires.
    La définition de la démocratie était correcte jusqu’à même l’abbé Sieyès qui était contre. Par contre, la technique du tirage au sort, apparaissant dans la définition de Montesquieu, semble avoir été ignorée par Rousseau (peut-être parce qu’il était plus autodidacte et n’a pas reçu un enseignement classique), et c’est sans doute pour cela que quoique favorable à la démocratie, il l’estimait impossible en imaginant que tout le monde devrait être dans l’assemblée...
    Quant à la subversion du mot « démocratie » , il est venu des premiers partis politiques états-uniens, qui se sont appelés « démocrates » par démagogie, afin attirer les votes, et cette subversion a été importée en France par Alexis de Tocqueville, que ça arrangeait pour son antidémocratisme, allant jusqu’à écrire : « Je ne crains pas le suffrage universel : les gens voteront comme on leur dira. ».
    En fait, le régime politique dans lequel nous vivons toujours, est appelé d’Aristote jusqu’à Montesquieu une « aristocratie élective », c’est-à-dire le choix par l’élection du meilleur (aristoï) pour gouverner (en fait le meilleur à se faire élire, par la séduction, la rhétorique, les appuis financiers, médiatiques, donc oligarchiques et ploutocratiques au fond).
    Logiquement, il est normal que les personnes qui ont l’orgueil de se croire meilleures (pour discourir, se placer), ou sont juste égoïstes (les plus riches), ne veulent pas d’une démocratie, ni d’une eugénocratie (le gouvernement héréditaire des bien nés), mais d’une aristocratie élective.
    Mais en fait, contrairement à ce que dit Sieyès là : « D’abord, la très grande pluralité de nos concitoyens n’a ni assez d’instruction, ni assez de loisir pour vouloir s’occuper directement des lois qui doivent gouverner la France  », la plupart des députés ne savent pas, ou ne veulent pas ce qui arrangerait le peuple, et sont ignorants (ou doivent feindre de l’être pour faire carrière) de choses essentielles comme par exemple la création monétaire.
    Plus que d’instaurer une 6e république, il s’agit d’instaurer une 1ère démocratie (au moins, à l’époque, le mensonge n’avait pas atteint le mot « démocratie » et les gouvernements n’avaient pas le toupet d’appeler abusivement leur régime « démocratie » comme c’est devenu courant ce dernier siècle).
    La démocratie était sans doute plus difficile techniquement il y a deux siècles en France qu’il y a deux millénaires à Athènes ou maintenant en France. Maintenant, le projet démocratique par tirage au sort des candidats est en cours pour les élections Européennes. Il se fait aussi dans certaines municipalités comme Chambéry. En tout cas, vu l’ignorance dans laquelle est tenue la population de ce qu’est la démocratie, le désintérêt assez général pour l’activisme politique, ça n’ira pas vite. Il faudrait déjà fonder un forum de démonstration démocratique, avec vote des idées proposées par tout un chacun (le vote approbatif classant automatiquement les idées), et financé par une inscription payante modique (à partir d’un euro comme pour les élections Primaires Socialistes), car il n’y aura pas d’avancée sans quelque financement (les partis au pouvoir le savent bien).
    • Par citoyenrené (---.---.---.49) 29 octobre 2012 11:47
      citoyenrené

      @ Lucasdeparis,

      commentaire très intéressant, merci pour cet apport fourni

      n’ayant pas encore lu « de l’esprit des lois » de Montesquieu, je ne savais pas qu’il traitait, en 1748, du tirage au sort...qui il est vrai n’apparait pas dans « du contrat social » de Rousseau, et qui n’apparait pas, pour l’instant, dans les débats de 1789

      très bonne idée que celle du forum de démonstration démocratique.

       Pour approfondir le vote approbatif, le concept du « vote de valeur » pourrait vous intéresser...peut être était-ce que vous entendiez par « vote approbatif »

      ce travail d’information, de formation, est peut être à mener en parallèle à l’appel pour une constituante citoyenne

      je vais retourner dans cette librairie où était vendu « de l’esprit des lois », énorme pavé que j’ai fait semblant de ne pas voir

      merci pour votre apport, et pour vos idées

  • Par henocconeh (---.---.---.82) 6 décembre 2012 23:35

     voici un lien qui devrait vous intéressez

    http://etienne.chouard.free.fr/Euro...

    et rechercher sur youtube toutes ses vidéos pour le non lecteurs

    http://www.youtube.com/watch?v=HDg2...

    et les autres plus approfondies sur différents thèmes, l’arnaque des impots, l’Europe etc...

    • Par citoyenrené (---.---.---.49) 7 décembre 2012 08:40
      citoyenrené

      Henocconeh,

      merci pour les liens, j’indiquais le lien du Plan C dans un ou des précédents articles

      c’est effectivement très intéressant, particulièrement ses derniers travaux sur la constitution

       une constituante citoyenne, donc élue par le sort, sera le point de départ

      pour la nomination des constituants, le système Chouard est le plus ingénieux actuellement

      amicalement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires