Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > De la guillotine intellectuelle

De la guillotine intellectuelle

"Que tout individu qui usurperait la souveraineté soit à l'instant mis à mort par les hommes libres"

Ceci n'est pas la devise d'un quelconque groupe terroriste, mais n'est que l'article 27 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1793. Si la puissance et la préciosité des textes fondateurs de la République sont inestimables, ces textes sont le plus souvent inconsidérés, ou sciemment bafoués. A la lumière de ceux-ci, nous commenterons cet article au prisme de notre époque.

L'usurpation de la Souveraineté

La Souveraineté peut s'entendre au sens de "Souveraineté Populaire", c'est à dire d'influence du Peuple sur la politique de la Nation. Aujourd'hui, il est évident pour beaucoup que cette souveraineté du Peuple Français est bafouée.

Retrouvée à la Libération, après quatre années passées sous le joug nazi, la Souveraineté Nationale fût magnifiquement incarnée par le général De Gaulle. Ciment de l'oeuvre révolutionnaire du CNR (Conseil National de la Résistance), elle s'est progressivement effritée à mesure que l'idéologie libérale s'imposait par la mondialisation. En France, elle a finalement laissé place à une classe politique indolente ainsi qu'à une technocratie européenne coupés des problèmes et des besoins des français. Pis encore, les oligarques reconnaissent publiquement que nous ne sommes plus maîtres de notre destin. Régis par un traité "pt'être pas très démocratique" selon Jacques Attali, nous vivons dans un système dont les créateurs savaient depuis l'origine qu'il portait en lui les germes de la crise actuelle, crise à laquelle l'Euro ne pourrait survivre qu'avec leur solution miracle : plus de fédéralisme européen. "Pin-pon, pin-pon" font les pompiers-pyromanes.

Décidemment bien bavard, et n'étant pas à une contradiction près, Attali affirme que nous vivons bien en Démocratie, puisque qu'il incrimine le peuple, responsable d'après lui d'avoir élu ceux-là mêmes qui ont creusé la dette publique. "Le peuple est coupable de la crise !" s'écrit-il en choeur avec Alain Minc !

Gardons notre sang-froid face à ce mépris du Peuple, de la Démocratie, de la Nation... Ces usurpateurs, qui ont bien souvent comme point commun leur européisme et leur mondialisme, s'étaient d'ailleurs déjà illustrés, lors de la vaine propagande concernant le Referundum de 2005 sur l'instauration d'une Constitution Européenne.

Nous connaissons la suite de l'histoire... Nos dirigeants (Assemblée Nationale inclue) ont ouvertement ignoré la Volonté Populaire exprimée par les urnes. A ce sujet, dans une intéressante compilation, Nicolas Sarkozy nous explique que nous consientions à l'instauration du Traité de Lisbonne, pour la simple et inique raison que cela était mentionné dans son programme présidentiel. En somme, les électeurs du Président de la République ont signé le contrat sans prêter attention aux petits caractères. Mais, n'y a-t-il pas eu tromperie sur la marchandise ? Car celui qui fût élu Président du pouvoir d'achat, se révéla Président des riches. Celui-ci est pourant régi par des devoirs clairs. « La souveraineté nationale appartient au peuple, qui l'exerce par ses représentants et par la voie du referendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice . (...) » peut-on lire dans l'article 3 du Préambule de la Constituition de la Ve République. Non satisfaits d'avoir violé notre souveraineté, ces usurpateurs ont l'arrogance de revendiquer leurs méfaits, ainsi que l'outrecuandance de nous en attribuer la paternité. Pitoyable cynisme...

Mais les européistes ne cessent de nous le répéter : les mesures qu'ils adoptent sont prises pour le bien commun. Il n'y a, selon l'adage, "pas d'alternative". Les sujets sont "trop techniques", et le peuple, considéré comme incapable de comprendre ce qui est bon pour lui, est exclu du processus démocratique de la manière la plus vile qui soit.


"Mise à mort" des responsables

Evidemment, cet article n'est pas un appel au meurtre ! La mise à mort que nous invoquons est une mise à mort politique, par les citoyens. En effet, le peuple est resté trop longtemps résigné face à ceux qui prétendent agir en son nom.

L'article 35 pourrait être une solution à nos problèmes : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs". Radical, mais efficace.

L'usage de la guillottine intellectuelle, voilà ce que sera notre Terreur ! La place de la Nation sera cette fois sur Internet, dans les media, l'espace public. Les Assemblées Populaires, cafés-citoyens, débats universitaires et autres cercles de réflexion seront autant de tribunes pour notre lutte commune.

"Ceux qui rendent une Révolution pacifiques impossible rendent une Révolution violente inévitable" avertit John F Kennedy en 1963. Nous devons avoir à l'esprit cette mise en garde.

Car le temps est venu de reconnaître cette "lutte des classes" inédite . Elle a lieu entre les citoyens qui subissent le système, et ceux qui l'ont sciemment mis en place. Mais pas d'amalgame simplificateur. Les "idiots utiles", pourtant défenseurs du système, ou les honnêtes riches ne sont pas nos véritables ennemis.

Notre démarche est totalement pacifique et le restera. Ceci ne doit pas faire douter de notre détermination, nous sommes des jusqu'au boutistes !


Les hommes et les femmes libres.

La liberté intellectuelle, voilà ce dont il est question. Que ceux qui pensent par eux mêmes, assistant impuissants à l'effondrement de notre héritage Démocratique, se battent pour ce en quoi ils croient ! Certains sont déjà mobilisés sur le terrain, et le Mouvement des Indignés* en est l'actuel fer de lance. Mais l'extrême majorité reste resignée.

"99%", c'est pourtant le pourcentage de la population qui est apte à se réveiller. Et si la puissance d'un débat démocratique transparent balaierait les obscures manipulations de notre si méprisante kleptocratie, il faut pour cela l'inspirer.

Voilà le fruit de nos modestes réflexions sur l'amusant exercice de superposition de deux périodes historiques éloignées dans le temps, mais pourtant si proches dans l'esprit. Nous espérons qu'elles rejoigneront les vôtres. Car au niveau politique, ce qui nous unis doit être plus fort que ce qui nous divise.

C'est le coeur léger que nous terminons cet article. Nous assumons notre écrit, et nous nous ferons un honneur de le défendre publiquement.

Nous n'attendons dorénavant qu'une chose, que quelqu'un allume la mèche. Et ce quelqu'un, c'est vous !


Raphaël Berland et Jonathan Moadab


Pour les lettres d'amour et les menaces de mort : 
incorruptible.media@gmail.com

Blogs :
http://jmoadab.wordpress.com
http://blackmarianne.blogspot.com

Twitter : @l_incorruptible


* Mouvement des indignés (quelques liens utiles) :
http://paris.reelledemocratie.com
http://forum.occupyfrance.org
http://actualutte.info/indignes
http://www.french-revolution.fr
http://www.democratie-reelle.fr
http://twitter.com/# !/acampadaparis
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Jonathan Moadab Holly_Crapp 17 décembre 2011 01:20

    Coquille dans l’article, merci de plusser.

    Le mail de contact : incorruptible.media@gmail.com


    • JahRaph JahRaph 17 décembre 2011 02:12

      Coquille dans ton commentaire.

      Le mail correct est donc : lincorruptible.media@gmail.com


    • ddacoudre ddacoudre 17 décembre 2011 01:23

      bonjour holly crapp

      un bon article mais je ne suis pas d’accord sur « l’irresponsabilité » des peuples, certes ils votent pour ceux qu’il élisent, mais tout au long de la législature ils peuvent peser sur les décisions qui ne leurs conviennent pas , il existe une opposition et des contre- poids, il faut seulement s’y investir, ils sont donc non pas responsable mais acteur du destin qu’ils se sont tracés.
      a force de dédouaner le peuple de ses propres actions nous ne construisons que des boucs émissaires et même quand l’on se rend compte une fois éliminés que cela ne change pas l’on en cherche d’autres.
      ceci dit cela n’écarte pas ceux qui se proposent pour guider le pays et qui se trompent dans leur choix.

      tu écris : « 99% », c’est pourtant le pourcentage de la population qui est apte à se réveiller. Et si la puissance d’un débat démocratique transparent balaierait les obscures manipulations de notre si méprisante kleptocratie, il faut pour cela l’inspirer.
       nous verrons cela en 2012, après a voir vu 3 millions dans la rue qui sont loin des 99%
       à part cela (L’article 35 pourrait être une solution à nos problèmes : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".) cet article me convient, mais nous ne serons que 35% car pour agir il faut au minimum en avoir conscience.
       donc tu as décidé de ne pas guillotiner notre président c’est dommage car je préfère Devillepin.
      ddacoudre.over-blog.com .
      cordialement.


      • democradirect democradirect 17 décembre 2011 18:11

        Bonjour ddacoudre. Cette fois nous ne sommes pas vraiment d’accord. Le peuple ne peut actuellement rien décider entre deux élections. Ses moyens de pression sont faibles. Et lorsqu’il élit un candidat, cela ne signifie pas qu’il soit d’accord avec chaque point de son programme. Que le peuple saisisse enfin le pouvoir, et devienne à la fois acteur et responsable. Cordialement.

         


      • Mor Aucon Mor Aucon 17 décembre 2011 13:29

        Là vous dérapez complètement. « Evidemment, cet article n’est pas un appel au meurtre ! » dites-vous ? Peut-être mais cela y ressemble furieusement, d’autant plus qu’il existe un secteur de la population aspirant au retour des bois de justice. Ce secteur est assez clairement localisé dans l’arc parlementaire, d’ailleurs. 


        • Jonathan Moadab Holly_Crapp 19 décembre 2011 13:59

          Dommage que vous m’accusiez de choses dont je ne suis absolument pas coupable !


        • jaja jaja 17 décembre 2011 14:01

          L’hommage à de Gaulle me semble ici déplacé. Rappelons qu’à l’époque du grand Charles la loi des capitalistes était défendue par les milices fascistes, CFT-CSL et autres SAC qui poursuivaient les militants ouvriers bien au-delà des usines.... qu’ils soient issus de la Résistance ou non d’ailleurs...
          Plus tard on massacrait allègrement les militants algériens dans les commissariats ou on les abattait sans sommation lors de leurs manifestations...

          Quand au caractère pacifique ou non de la Révolte à venir ce n’est pas vous qui en déciderez mais le peuple dans son ensemble. Sachons tout de même que les soulèvements populaires liés à la grève générale sont relativement pacifiques. Mais si elle se sent réellement menacée l’oligarchie répond par la répression violente. Et alors là la lutte armée s’impose....

          D’autre part d’autres luttent sur d’autres terrains se mènent et vous auriez tort de les ignorer sachant qu’eux ne vous ignorent pas...Notamment sur les quartiers populaires. Je mets en lien l’intervention d’Omar Slaouti du NPA lors du Printemps des quartiers populaires qui donne une idée de ce qu’il se dit dans ces milieux ....

          http://www.npa2009.org/npa-tv/all/all/29934


          • Defrance Defrance 17 décembre 2011 17:48

             Le S A C n’est devenu mafieux qu’avec la montée de Pompidou en 1968, de Gaulle était alors déjà hors jeu grace au trio Chirac Pompidou Giscard  ! 


          • jaja jaja 17 décembre 2011 18:10

            Le SAC a toujours eu un côté milice (sinon mafieux)et avant lui le RPF et ses nombreux affrontements avec le PCF d’alors....


          • Jonathan Moadab Holly_Crapp 19 décembre 2011 14:02

            A chaque référence ou honneur à un personnage historique, on m’oppose ses travers. 

            Et bien, je le dis, rendre hommage à quelqu’un n’est pas oublier ses défauts. Chaque homme est imparfait... 


          • Defrance Defrance 17 décembre 2011 17:41

            Nicolas Sarkozy nous explique que nous consentions à l’instauration du Traité de Lisbonne, pour la simple et inique raison que cela était mentionné dans son programme présidentiel.

              Il n’a été élu que par 37% du corps electoral ! donc ... Machine a amputer de la tête ? 


            • democradirect democradirect 17 décembre 2011 17:59

              Et même si Sarkozy avait été élu massivement, cela ne signifierait pas que la majorité des citoyens sont d’accord avec chaque point de son programme. On dira que s’ils n’étaient pas d’accord avec chaque point de son programme, les citoyens n’avaient qu’à voter pour quelqu’un d’autre. Mais il n’y avait sans doute aucun candidat dont on pourrait dire que la majorité du peuple était d’accord avec chaque point de son programme. C’est pourquoi il faut que le peuple puisse décider sur des sujets, pas seulement élire des personnes (en plus il y a les décisions à prendre face aux situations imprévues qui ne font par définition pas partie du programme).

               


            • democradirect democradirect 17 décembre 2011 18:22

              Il y existe une guillotine très pacifiste, c’est simplement de ne pas élire ou réélire les ennemis de la démocratie. Or il y a des élections présidentielle et législatives en 2012. C’est le moment de sanctionner. Et de préparer la sanction des élections suivantes. Une première étape consiste à poser une question simple et précise pour savoir quels candidats s’engagent à promouvoir une véritable démocratie.

              Merci à Holly_Crapp d’avoir soutenu une initiative dans ce sens (voir ici).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès