Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > De Victor à Johnny

De Victor à Johnny

L’inexorable déclin culturel d'une Nation

et de ses élites

JPEG Les Lumières se sont éteintes

 Le grand homme doit encore en trembler d'effroi. Place de la République, la nation en deuil l'a associé à ce pauvre personnage, caricature de lui-même, pour commémorer le sursaut du pays. La parodie du boulevard Voltaire, une année plus tôt, méritait encore une farce honteuse : elle a été servie au-delà du possible.

Nous avons les icônes que notre société fabrique. À ce titre Johnny est bien la parfaite expression de la vacuité des temps. Penser que sa chanson tristounette et sans intérêt puisse porter, à elle seule, l'orgueil d'un peuple qui avait refusé la barbarie, est le symbole parfait de la rupture entre les organisateurs des festivités de l'heure et le peuple qui avait défilé le 11 janvier dans les rues de France.

Johnny n'est pas Charlie ; la commémoration n'est pas raison. Vouloir abuser des anniversaires, exploiter le filon, voguer sur l'émotion et la compassion pour en tirer des bénéfices électoraux est d'une insignifiante laideur. Aller chercher ce personnage controversé, indigne, mauvais citoyen, est certes un joli coup médiatique mais une bien piètre conception de la grandeur.

Pire que tout, mêler Victor Hugo à cette farce c'est exprimer le nivellement par le bas de nos élites. Il n'y a pas comparaison possible, nul point commun entre la marionnette vivante des guignols et le grand poète, l'immense écrivain, le pair de la nation. Que dire de cette juxtaposition des extrêmes du génie français, si ce n'est que ceux qui osent de telles juxtapositions ne sont que des communicants sans morale ni culture ?

Tous ceux qui se sont pressés derrière le vieux rockeur décrépit pour figurer sur la photographie et les inévitables vidéos se sont décrédibilisés, déshonorés ; si ceux-là avaient encore le sens de l'honneur, ils auraient mieux exprimé la chose. Pourtant ils étaient tous là, trop heureux du joli coup de publicité que portait ce pauvre pantin désarticulé. Qu'importe alors si cette chanson ne restera pas dans les mémoires, qu'elle n'ait ni souffle ni poésie, qu'elle se traîne lamentablement comme les chefs d'Etat du boulevard Voltaire. L'essentiel est ailleurs au pays des coups médiatiques.

Nous allons subir la farce à longueur de calendrier. La commémoration est devenue la norme, le passage obligé pour une nation qui n'a aucun dessein, aucune grande ambition collective. Il est certes plus facile de prendre une mine pleine de componction que de se lancer dans des discours fougueux, des projets enthousiasmants.

Il faut instrumentaliser l'émotion quand plus personne dans cette classe politique déclassée n'est capable de penser un avenir radieux. Les petits comptables de leurs privilèges n'ont plus aucun appétit pour la pensée. Victor Hugo leur faisant bien trop d'ombre, ils aiment à se glisser sous les projecteurs illusoires d'un Johnny Halliday sans consistance.

Si nous étions nombreux à nous sentir en sympathie derrière les journalistes de Charlie Hebdo et des autres victimes de la barbarie des fous de Dieu, nous n'avons aucune empathie pour les pardessus noirs qui se pressent pour tirer les marrons du feu, pour redorer leur blason en récupérations honteuses, en manifestations indignes, en discours sans flamme. C'est la conjuration des carpettes, la valse des médiocres, le bal des jocrisses !

On imagine aisément les obsèques nationales auxquelles immanquablement aura droit Johnny. Cette époque laissera dans les fosses communes les successeurs de Victor Hugo, les grands poètes, les intellectuels qui restent dans l'ombre et ne jouent pas les vedettes dérisoires sur les plateaux télé. Ce sont des personnages, comme ce triste interprète, qui doivent servir de modèles et de références. On ne peut s'attendre alors à un avenir radieux dans ce pays qui a tout oublié de ses Lumières.

Fermons le rideau de cette farce. Un chêne symbolisera la pantomime et il est certain que le premier fruit qu'il donnera sera un gland qu'on s'empressera de nommer, en grandes pompes, Johnny. Vous voyez, ces gens ne sont pas dupes : ils ont conscience de leurs immenses limites !

Parodiquement leur.

a-JOHNNY-REPUBLIQUE-640x468.jpg

Pour regarder ce triste moment  :

http://ici.radio-canada.ca/breve/41175/johnny-chante-un-dimanche-janvier-pour-victimes-at


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • juluch juluch 12 janvier 17:02

    Vu la cérémonie, Johnny a salement morflé.....il faisait meme peur !


    J’ai bien aimé les coeurs militaire par contre....je me suis levé pour la Marseillaise, l’habitude je pense.....

    A bientôt Nabum.  smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 18:51

      @juluch

      Il n’avait rien à faire là


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 12 janvier 17:11

      Mireille Mathieu et la Paloma place de la Concorde, c’était pas mal non plus....



      • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 18:52

        @M de Sourcessure

        Là encore il y avait déclin de la nation


      • jocelyne 12 janvier 17:34

        Effectivement Nabum, en 160 ans quel progrès !!!!


        • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 18:53

          @jocelyne

          Et dire que ceux qui organisent ça sortent de grandes écoles ...


        • flourens flourens 13 janvier 14:13

          @jocelyne
          On a bien eu de Jaurès à Hollande, alors rien ne n’étonne plus


        • jakem jakem 12 janvier 17:40

          Bel article, Nabum ! j’aime surtout le paragraphe qui commence par : « Si nous étions nombreux... » et se termine par : « .. le bal des jocrisses. », et je m’adresse des Félicitations Officielles de Moi-Même pour n’avoir pas regardé cette schnockerie.

          Il est vrai que je n’ai pas beaucoup de mérite puisque je n’ai jamais été fan, même pas « écouteur » du Jauni. Dans mon adolescence j’ai aimé jouer à la guitare « Si j’étais un charpentier » et « toute la musique que j’aime », et c’est tout. Je ne supporte pas sa voix larmoyante. Presley l’avait aussi, et quand je l’entendais j’avais envie de lui envoyer un seau de slime.
          Comment peut-on être charmé par ce genre de roucoulements ? on dirait du Ruquier.

          En fin de compte, le sigle UMPS qui nous a donné L’heRPèS est une bonne trouvaille, et la présence du Jauni consensuel, qui aurait pu être invité par le racail-de-neuilly , en est une illustration supplémentaire.

          Pour changer : « tu me fais planer » de Delpech à propos duquel vous avez écrit un beau papier.

          Et la très séduisante Anna Netrebko « Meine Lippen sie küssen so heiss » ( la version de 6min25).

          Et aussi un étonnant et envoûtant mélange de genres : « Salam ya salama + Funiculi funicula » de la chanteuse Yara et du ténor sicilien Tino Favazza ( ça ressemble à un nom de café) chez Coke studio.

          Bim bom bÔlom, alle Jahre wieder kommt des Weihnachtsmann...


          • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 18:54

            @jakem

            Honorons nous de n’en dire pas plus

            Ces pauvres guignols qui nus gouvernent ne méritent plus notre estime ni même que nous prenions la peine de les critiquer. Ils sont si ridicules ... naturellement


          • JL JL 12 janvier 19:22

            @C’est nabum,


            quelqu’un qui vous gouverne n’est jamais ridicule.

          • Abou Antoun Abou Antoun 13 janvier 00:04

            @jakem
            Funiculi funicula
            La version d’Anna German est sans doute la meilleure. Dans cette vidéo c’est une actrice qui joue le rôle d’A.G. mais la voix est authentique.
            Sinon pour voir des photos de la diva.


          • Abou Antoun Abou Antoun 13 janvier 00:15

            Et en plus elle était belle.
            Dernier petit cadeau ’Gori-Gori’


          • jakem jakem 13 janvier 11:34

            @Abou Antoun
             Je ne connaissais pas Anna German. J’ai écouté et ne trouve pas que sa version est SANS DOUTE la meilleure. Ca manque de puissance.

            Ce qui me séduit dans la version que j’ai indiquée, c’est le mélange de cet air italien avec des sonorités orientales, arabes. Et le mélange du Bel Canto avec la chanson traditionnelle Salam ya salama. Et là il-y-a de la puissance !

            Comme avec A. Netrebko.


          • Abou Antoun Abou Antoun 13 janvier 12:02

            @jakem
            Pouvez-vous me donner un lien ?


          • Abou Antoun Abou Antoun 13 janvier 12:08

            C’est bon j’ai trouvé.
            C’est très bien aussi !
            Difficile de comparer ce sont des interprétations très différentes. Bien je retire mon ’sans doute’.


          • Aristide 12 janvier 17:58

            Même si cela me coûte, je ne peux qu’être en phase avec votre propos sur la présence même d’un exilé fiscal à ces cérémonies. 


            Peur être le rappel du texte de Victor HUGO de retour d’exil aura permis de rappeler la dimension exceptionnelle de cet homme. 

            Félicitations.

            • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 12 janvier 18:21

              Bonjour,
              Je comprends ton sentiment,mais mis à plat et dans un contexte plus réaliste,Victor Hugo était au niveau de son époque,Johnny de la notre ! et au bout du compte il faudrait avoir l’honnêté de faire abstraction des personnages en oubliant et ne connaissant pas leur vie.Peut-être que la je suivrais plus facilement la morale de l’article.
              Mais évidement qu’ il y a un monde entre ces deux personnages.Mais ils auraient manger à la même table et peut-être passé leurs week-end ensemble,« vas savoir ? »
               Mais tu le dis souvent que la culture aujourd’hui n’est pas une priorité pour nos gouvernant,alors ceci explique peut-être cela.Et plus certainement Johnny est un personnage avec une aura qui touche a pas mal de ces nouveaux pères et nouveaux grands pères,cela fait beaucoup de monde qui est touchés et des électeurs potentiels.C’estpasgrave ? heu !???


              • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 18:56

                @hervepasgrave !

                C’est faux, il y a des talents, il y a des poètes, il y a des philosophes, des vrais, des écrivains dont le verbe nous emporte. Mais pour eux, plus aucune tribune, la fange seule a droit de cité.


              • Aristide 12 janvier 19:26

                @C’est Nabum


                La fange seule a droit de cité ?

                Serait ce donc qu’il n’y ait plus de talents connus, de poetes entendus ou philosophes entendus, des écrivains pas plus. S’il est indéniable que la médiocrité et le vulgaire ont une visibilité bien trop grande, il ne manque pas des créateurs et artistes qui valent autre chose que cet adjectif de « fange ». 

                Un jugement bien sévère de notre présent que je n’ai pas trouvé dans votre article mais qui ressort bien vite dès que l’on vous pousse à cet extrémité.


              • C'est Nabum C’est Nabum 12 janvier 20:20

                @Aristide

                Je me suis emporté

                reconnaissez que ceux qui font la une sont loin d’être des gens de qualité
                Le succès va vers la facilité

                Que voulez vous démontrer ? Que je ne suis rien qui vaille, je l’affiche aisément


              • hervepasgrave ! hervepasgrave ! 12 janvier 20:25

                @C’est Nabum
                Bonsoir,comme je l’ai déjà dis je ne suis pas fort en expression.Ce n’est pas ce que je voulais dire.
                Aujourd’hui les talents que tu défends ne sont plus là,mais il te faudrait remettre Victor Hugo et combien,combien d’illustres personnages à leur place. Ils peuvent bien dire des choses fort intelligente,avec des pensées merveilleuses ,clairvoyantes,mais il serait vraiment injuste de les mettre au firmament.
                Nous vivons comme dans la Rome antique . Du spectacle ,des génies,des intellectuelles mais ils ne sont pas confrontés avec la vie commune.
                Je le soulignais s’ils avaient vécu à la même époque ils auraient peut-être fait la bringue ensemble.
                Alors qu’importe de voir ce spectacle. Ce n’est pas lucide.S’il le faut je pourrais dresser une liste énorme,monstrueuse de personnages qui sont arrivés quasiment à le place de dieux.Non c’est désolent pour le niveau intellectuel,mais pas pour ce qui est véhiculé.C’est toujours la même chanson. Mis a part quelques personnes aujourd’hui ,qui pourrait être comme Victor Hugo ,mais ils ne serait pas utile au pouvoir,comme pour ce grand auteur d’une autre époque à la sienne. Il faut être en dehors de cela.Mais si tu te réfugies derrière tous ces faux prophètes,comment veux tu avoir une pensée personnelle ??
                Il te suffit de lire de droite à gauche il y a toujours des idoles passé,mais la société a telle changer !
                non,alors c’est a voir comme une légende,une belle histoire et ... non rien de bien délirant.
                Je peux bien lire du Victor Hugo,mais voila c’est un beau roman,une belle image,elle nourrie les peuples ,mais rien d’autre.


              • Aristide 12 janvier 23:16

                @C’est Nabum


                Je ne veux rien démontrer, votre auto proclamation sur « je ne suis rien qui vaille » est de votre fait.

                Je tenais simplement à signaler qu’il existe tout de même des gens de qualité dans les personnes connus et médiatisés, et que le mot fange est un tantinet exagéré pour qualifié toutes ces personnes. Vous dites que le succès va avec la facilité, vous savez que bien des artistes dont Victor HUGO sont des contre exemples de cette devise assez ... abrupte et définitive.

                Pour ceux qui sont inconnus, par évidence, je ne sais pas ce qu’il valent. Et pour plagier vos affirmations, l’insuccès n’est pas signe de qualité.

                De toute façon, je ne porte jamais de jugement en terme de bon ou mauvais. J’aime ou j’aime pas, et toutes les nuances entre ces deux aussi.

                PS : Ce « rien qui vaille » vous me l’avez déjà fait, une injonction provocante à l’arrêt de la discussion. 

              • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 08:35

                @Aristide

                Sans doute que je suis dans l’excès, pas plus cependant que toutes ces heures d’antenne accordées à des pauvres vedettes prétentieuses et indigestes qui font l’opinion alors qu’elles n’en ont aucune. Humoristes à la petite semaine, présentateurs vedettes, journalistes potiches et hommes politiques dérisoires ...

                Combien de perles dans ce vaste ensemble de médiocre. ? Pour un Onfray ou un Debray combien de personnages ridicules et sans consistance ?


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 13 janvier 10:19

                @ Aristide

                l’insuccès n’est pas signe de qualité.

                Il est parfois bon de le rappeler !


              • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 18:26

                @Robert Lavigue

                Je dois en tenir compte
                Je n’ai aucun succès, je n’ai donc aucune qualité


              • Aristide 13 janvier 20:05

                @C’est Nabum


                Vous comparez des époques assez éloignées et vous tirez des conclusions assez ... contestables sur ces bases. Vous savez comme moi que nous sommes submergés d’informations, de données, de spectacles, ... par tous les moyens, pour tout et n’importe quoi. Un glissement à Rio de Janeiro est connu dans l’heure qui suit, un pseudo politique américain énonçant une connerie nous est commenté dans la demi heure, ... enfin, un flot d’informations, de films, de spectacles, ... 

                Il y avait autant de « médiocrité » mais elle n’avait pas droit à la diffusion. Je vous encourage à écouter quelques vieux enregistrements des chanteurs de l’époque, vous constaterez que la médiocrité n’est pas l’exclusivité de notre époque.

                Mouloudji et son « tout fout le camp » remet bien en place ce sentiment assez courant sur la nostalgie qui embellit le passé et déforme notre vision du présent.

                PS : Si l’insuccès n’est pas signe de qualité, le syllogisme que vous prononcez est assez courant car si l’insuccès n’induit pas la qualité on ne peut en déduire que l’insuccès entraîne l’absence de qualité. 

              • Abou Antoun Abou Antoun 13 janvier 08:11

                Johnny n’est ni un intellectuel, ni un auteur ni un compositeur. C’est un interprète, et c’est tout.
                En tant que tel il n’est pas nul, il y a bien pire. Certes il a fait sa réputation sur de simples traductions de succès américains mais il a su par la suite diversifier ses paroliers. Quelques titres méritent le détour comme « Requiem pour un fou » et « Ma gueule ».
                Bref Johnny est à ranger dans la catégorie des ’people’ comme les sportifs, les joueurs de foot, les acteurs de cinéma. Il n’y a pas de raison d’encenser Jean-Michel Delpech et de dégommer Johnny, ils jouent dans la même cour avec des registres différents.


                • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 08:37

                  @Abou Antoun

                  Johnny fait ce qu’il peu, sans doute avec un grand talent

                  Le problème est ailleurs ...
                  Il ne porte en rien le symbole qu’on a voulu lui faire endosser pour exploiter son image

                  Cette fois, ce sont ceux qui l’ont utilisé qui sont les coupables


                • TicTac TicTac 13 janvier 08:22

                  Je croyais être seul à penser ça.

                  Heureux de partager !

                  • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 08:37

                    @TicTac

                    Nous sommes nombreux mais le talent des margoulins est de nous faire croire que nous sommes seuls


                  • rocla+ rocla+ 13 janvier 08:53

                    Moi j’ aime bien Johnny mais pas trop son métier de représentant en pardessus .


                    • arthes arthes 13 janvier 15:00

                      @rocla+

                      Ouais, moi aussi j’aime bien jojo, dans le fond il est cool, il fait pas chier, il accepte de bonne grâce le ridicule parfois, faut bien le dire ...Mais......Il a incarné des très belles chansons où sont évoqués des sentiments de tous les jours qui parlent au coeur et à l’âme des humains...Des passions déchirantes...J’aime beaucoup Manset aussi, Baudelaire(chuis éclectique) ,...J’avais vu une emission sur Brassens qui prenait la défense de cloclo et de jojo, alors jeunes vedettes montantes du showbisness, alors que les intellos se gaussaient d’eux...Mais c’était Brassens, un philosophe en fin de compte, qui ne s’est jamais prétendu comme tel, alors que de nos jours, si peu qu’on aligne un raisonnement et que l’on a lu quelques classiques...N’importe qui est philosophe autoproclamé et vu comme tel par la vacuité....

                    • Hector Hector 13 janvier 10:04

                      " ../.. pauvres vedettes prétentieuses et indigestes qui font l’opinion alors qu’elles n’en ont aucune. Humoristes à la petite semaine, présentateurs vedettes, journalistes potiches et hommes politiques dérisoires ...
                      Combien de perles dans ce vaste ensemble de médiocre. ? Pour un Onfray ou un Debray combien de personnages ridicules et sans consistance ? « .

                      De tout cœur avec vous, même à l’extrême. Je préfère cautionner un excès qui va dans le bon sens que de subir cette médiocrité.
                      Dans le registre évoqué, en l’occurrence, notre Pays est une coquille vide.
                      Je ne regarde plus la télé depuis longtemps. Je ne supporte plus ces nuisibles, ces fumistes et encore moins ces pubs intrusives de tous les instants, vantant tout et n’importe quoi et même n’importe qui.
                      Quant à Johnny, il fait partie du paysage, sans plus et il faut bien reconnaitre qu’il n’a pas inventé le fil à couper l’eau tiède. La preuve en est encore une fois.
                      Vous rappelez vous du célèbre  »A que, Coucou !! " des nuls ? Entre autres.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:26

                        @Hector

                        Merci

                        Laissons là ces gens que le vent de l’histoire se chargera de laisser à leur place, dans les oubliettes


                      • Zevengeur Zevengeur 13 janvier 11:12

                        La lecture d’un pamphlet anti-johnny est toujours un bon moment !

                        Ce type est une escroquerie commerciale dès le départ, en lui faisant porter un nom à consonance américaine, on flattait ainsi chez les futurs consommateurs de sa « musique » le mythe américain des années 60.

                        Incapable d’écrire la moindre ligne comme d’aligner 3 notes, il n’est qu’un simple interprète mené par le bout du nez par le business franchouillard.
                        Je luis reconnais cependant une voix, on ne peut le nier.

                        Il est en fait un peu comme ces villages Potemkine où lorsque l’on regarde derrière le décors de carton pâte, il n’y a que le vide, quelques tréteaux en bois qui font tenir une façade factice.
                        Tout à fait à l’image de notre société consumériste et du monde politiquo-médiatique, beaucoup de couleurs, de bruit, de paillettes, mais lorsque l’on regarde derrière : le vide, la vacuité totale.


                        • Abou Antoun Abou Antoun 13 janvier 15:16

                          @Zevengeur
                          Incapable d’écrire la moindre ligne comme d’aligner 3 notes, il n’est qu’un simple interprète mené par le bout du nez par le business franchouillard.
                          Je vous trouve un peu dur avec Johnny, en fait il appartient à une ’école’ si l’on peut dire celle des ’yéyés’ où il y a encore beaucoup de survivants, septuagénaires pitoyables se pavanant dans des tournées minables ou des émissions ringardes. En fait tous ces jeunes ont été fabriqués dans les années 60 par le show-bizz . Éditions musicales, presse spécialisé, chaîne de radio, etc... Chaque ’vedette’ n’était (et n’est encore) qu’une machine à faire du fric. C’est l’exploitation planifiée de l’argent de poche des baby-boomers devenus les papy-boomers (disques, journaux, concerts, fringues, etc...).
                          Cela dit la classe politique ne crache sur rien, c’est ainsi que les petites pointures comme Sarko racolent dans le show-biz et que ces pauvres andouilles se fendent d’un soutien public, qu’ils regrettent bien vite quand leur idole d’un jour se fait dégommer. Combien sont-ils avec un petit talent d’acteur de chanteur, à se sentir investi d’une mission, à se croire obligé de parler de ce qu’ils ne connaissent pas (Montand, Bruel, Johnny, Noah, etc...) ? Les filles sont beaucoup plus sages, plus intelligentes, elles ont la sagesse de passer à la caisse et de la fermer. Tout ça c’est l’American way of life où les vedettes arrondissent leurs fins de mois avec des spots publicitaires pour les nouilles, la lessive, un candidat aux primaires. Tout est bon !
                          Notre Johnny, si on ne le juge que pour ce qu’il est, un interprète et rien d’autre n’est pas si mauvais. Je ne pense pas qu’il ait pu réussir à conquérir un nouveau public. Comme Delpech, et bien d’autres, il flotte sur la vague de nostalgie des papys et des mamys. Le show-bizz est conscient que s’il y avait du fric à faire avec les ados dans les sixties il y en a encore plus aujourd’hui avec les mêmes devenus retraités.
                          PS : félicitations pour votre article sur la guerre de Syrie. Je comprends que dans certains cas il vous a fallu simplifier, mais dans l’ensemble le schéma est bon, l’essentiel y est.


                        • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:27

                          @Zevengeur

                          L’escroquerie a servi d’autres escrocs
                          Qui se ressemble s’assemble en bande organisée


                        • ZenZoe ZenZoe 13 janvier 12:02

                          Je suis complètement d’accord avec Nabum concernant la vacuité et l’opportuniste des politiques, et surtout du chef de l’Etat. D’ailleurs à ce propos, la journaliste Raphaëlle Bacqué, comparant je ne sais plus où Mitterand à Hollande, a eu cette réflexion très juste : « les deux cultivent le mystère et se livrent rarement, mais en ce qui concerne Hollande et contrairement à son prédecesseur, c’est pour cacher le vide. »
                          Par contre, la comparaison Hugo - Johnny est, euh, surprenante.
                          Vous auriez comparé Hugo et Houellebecq, ou Johnny et les chanteurs de rue d’autrefois, d’accord, mais là ? Les deux n’ont rien à voir et ne jouent pas dans la même cour.
                          J’ajoute que la France a toujours eu deux cultures, une populaire (de masse on dirait aujourd’hui), et une plus « élitiste », et c’est tant mieux.
                          Le tout est de ne pas se laisser aveugler par les paillettes médiatiques. Le tout est de fureter un peu partout pour se dénicher soi-même des pépites littéraires ou musicales, qu’on aimera, pas en fonction d’un critère de grandeur de la France, mais parce qu’elles sont authentiques.


                          • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 janvier 12:11

                            @ZenZoe

                            Dommage qu’il ait oublié d’indiquer que « ces élites opportunistes et inconsistantes » ont reçu son vote il y a 3 ans (à moins que je me gourre)

                            Dommage qu’il ait aussi oublié de mentionner que la manifestation du 11/01/2015 ne fut pas spontanée mais le fait du gouvernement.

                            Comme quoi on a les élites qui nous ressemblent.


                          • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:29

                            @ZenZoe

                            Je n’ai pas comparé ce sont ces gens qui ont associé les deux pour faire hommage

                            L’un fait hommage quand l’autre se contente de faire honte

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès