Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Décès Edith Lucie Bongo Ondimba

Décès Edith Lucie Bongo Ondimba

La première dame du Gabon, Edith Lucie Bongo Ondimba, est décédée à l’âge 45 ans...

Edith Lucie Bongo Ondimba était la fille du président congolais Denis Sassou Nguesso. Les relations entre les deux chefs d’Etat gabonais et congolais s’étaient légèrement détériorées depuis plus de 2 ans au sujet de l’Etat de santé de la dynamique et ambitieuse première dame du Gabon.

Le président gabonais Omar Bongo Ondimba, 73 ans, et au pouvoir depuis 1967, avait quitté précipitamment Libreville, il y a un mois environ à destination de Rabat, au Maroc, en compagnie de quelques membres de sa famille pour se rendre au chevet de la première dame du Gabon dont la santé s’était sérieusement détériorée.

L’annonce de la mort de l’épouse du président gabonais a fait l’effet d’une bombe à Libreville mais ce n’était pas une surprise car la population s’attendait à cette nouvelle douloureuse depuis les complications de santé manifestées par Edith Bongo.

La première dame du Gabon, Edith Lucie Bongo Ondimba, résidait depuis 3 ans à cheval entre la France et le Maroc où elle suivait des soins médicaux intensifs.

Docteur en pédiatrie, Edith Lucie Bongo Ondimba est née le 10 mars 1964 à Brazzaville, au Congo. Elle était titulaire d’un doctorat en médecine (Brazzaville 1989) et devint l’épouse du chef de l’Etat gabonais en août 1990.

Mère de famille vouée à la cause des enfants en difficulté, la Première Dame du Gabon a créé à Libreville, en 1996, la Fondation Horizons Nouveaux. L’institution est destinée à aider les enfants en détresse et les handicapés.

Mme Bongo Ondimba est, par ailleurs, présidente du conseil d’administration de la Polyclinique El Rapha, un établissement médical fort connu au Gabon et dont la majorité de médecins sont des Marocains.

Elle a surtout rempli avec succès sa mission en qualité de première présidente de l’Organisation des premières dames d’Afrique contre le SIDA (OPDAS) de 2002 à 2004. Avant ses ennuis de santé, elle dirigeait l’antenne gabonaise de cette organisation dont les principales missions consistent à mobiliser des fonds en faveur des femmes et des enfants victimes du VIH/Sida.

La première dame du Gabon était membre de l’Association Médecins du Monde, une Organisation non gouvernementale (ONG) pour laquelle elle présidait l’antenne du Gabon. Elle était également présidente d’honneur de la Société Gabonaise de Pédiatrie et de la Société Française de Médecine.

Femme très dynamique, Edith Lucie Bongo Ondimba avait été élue en juillet 2003 présidente d’honneur de l’Union des femmes du Parti démocratique gabonais (UFPDG), le parti créé par le président Omar Bongo Ondimba en 1968.

Mme Bongo Ondimba s’est vue décerner la Médaille de Reconnaissance des laboratoires Mérieux, le 31 mai 1996 à Libreville et la Légion d’Honneur française.

Les Gabonais garderont en mémoire le 25 octobre 2006. A cette date, Edith Lucie Bongo Ondimba regagnait Libreville après une longue convalescence à Paris. Mais c’était le début d’une longue absence dans ses activités accentuée par de voyages incessants vers les cliniques et hôpitaux français et marocains.

Elle est décédée en présence de ses proches samedi au Maroc. Son père, le président congolais Denis Sassou Nguesso, était arrivé à Rabat depuis un mois pour une visitedite privée au Maroc, mais qui était liée en fait à « la détérioration » de l’état de santé de sa fille Edith.Les gabonais ont décides d’observer comme ils savent bien le faire des grèves fermer les commerces pendant deux jours pour rendre un ultime hommage a celle qu’ils appelaient maman de vie « petite maman mais maman quand même » deuil national jusqu’à la fin des obsèques c’est bien normal maman Edith Lucie repose en paix


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 27 mars 2009 15:14

    Je compatis au sort de cette femme et je suis sincèrement navré de l’issue fatale de sa maladie.

    Cela dit, fille d’un pourri et épouse d’un autre pourri, on se demande, à lire ce panégyrique, quelle mouche avait pu la piquer d’épouser Bongo et surtout de rester avec lui si sa moralité était aussi irréprochable. Car je ne crois pas un instant à l’argument selon lequel ce type de personne reste dans les arcanes du pouvoir et bénéficie des comptes truqués et des multiples magouilles de son mari dans le seul but de "faire bouger les choses de l’intérieur".

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ahmedblunt

ahmedblunt
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès