Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Déchéance nationale, pour qui et pouquoi ?

Déchéance nationale, pour qui et pouquoi ?

Juste avant de partir en vacances, Nicolas Sarkozy a jeté un pavé dans la mare en se positionnant à la limite de l’extrême droite, mais surtout en brandissant la « menace » d’une future loi sur la déchéance nationale et un certain nombre de mesures « sécuritaires » pour reprendre les termes employés en ce moment dans les médias. Au-delà des fantasmes et des peurs que génère cette idée, qu’en est-il de la situation réelle en France vis-à-vis des immigrés, existe-t-il une relation directe entre la délinquance et l’immigration, une telle loi serait-elle efficace, et surtout, est-elle compatible avec notre constitution républicaine et nécessaire en l’état actuel des lois ?

L’article 2 de la Constitution précise : « La langue de la République est le Français. L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. L’hymne national est la Marseillaise. La devise de la République est ‘Liberté, Égalité, Fraternité’. Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Je vous la cite puisque j’ai dû me familiariser avec cette constitution alors que j’avais 18 ans, date à laquelle j’ai demandé moi-même ma naturalisation Française. Car contrairement à la majorité des lecteurs de ce site, j’ai dû choisir de devenir Français … ou pas. Et franchement, je me demande si à force, on ne va pas me le faire regretter un jour. A l’époque, j’avais été quelque peu surpris par le processus discriminant de cette naturalisation. Tandis que j’avais dû attendre presque trois ans de pouvoir obtenir la nationalité du pays dans lequel j’ai grandi, ce qui m’a passablement blessé dans mon amour propre, je remarquai au passage que des hordes entières de maghrébins se faisaient naturaliser en quelques mois par « regroupement familial » dans le même temps. Quand j’eus l’audace de poser la question à la préfecture, on me répondit « mon garçon, c’est que l’Algérie, par exemple, bénéficie d’un statut particulier, en tant qu’ancienne colonie ». Voilà une réponse qui me laissa bien pensif. D’un côté, on veut oublier le passé colonial de la France, tenter de rétablir un semblant d’équité entre le Maghreb et la France, et de l’autre, on naturalise des personnes parlant à peine Français, en six mois, parce que des accords de cette même époque post-coloniale ont été passés. Et pendant ce temps-là, des intellectuels de renom ne peuvent obtenir la nationalité Française aussi facilement et même les étudiants nés à l’étranger mais ayant grandi en France doivent attendre plusieurs années avant d’obtenir ce sésame. Moi-même j’ai dû répondre à des questions aussi bidons que « est-ce que tu as des amis Français ? » … Intéressant. A mesure que je continuais mon apprentissage de la vie, j’appris un jour que le nombre d’immigrés en France avoisinait chaque année les 100.000 individus, ce qui est largement inférieur aux chiffres de nos voisins italiens ou allemands et même insuffisant dit-on pour un pays grand comme le nôtre. Imaginez, c’est à peine 0.1% de la population Française… pas de quoi en faire un drame. Par contre, un amalgame xénophobe et aux forts relents de FN semble établir en tant que vérité vraie dans l’opinion publique l’idée selon laquelle les malfrats de tous bords, et surtout les stars du moment, à savoir, les « jeunes délinquants des banlieues » seraient tous issus d’une immigration actuelle.

Et c’est là que le bas blesse. En 2005, M. Sarkozy, alors ministre de l’intérieur, devait faire face à une vague de soulèvements de « racailles » dans toute la France. On se souviendra, merci, des voitures brûlées de citoyens, et des survêtements-baskets défiant les forces de l’ordre. Le problème n’est pas réglé et je soutiens complètement l’idée selon laquelle l’intégration à la Française est un total échec et mériterait une main de fer pour remettre de l’ordre dans certains esprits égarés. Le fait est que ces individus, justement, sont pour la plupart des jeunes de 3e ou 4e génération maghrébine, qui sont d’ailleurs les mêmes qui nous font de grands discours sur l’Islam sans pour autant parler l’Arabe littéraire ou avoir ouvert un Coran dans leur vie (j’ai adoré la focalisation sur le voile, qui pourtant n’a rien de spécifique à l’Islam), qui se veulent originaires de pays dont ils ne savent rien mais qui persistent à se démarquer du citoyen moyen en adoptant volontairement un style très codifié (survêtement de marque, baskets nike air max, chaussettes de marque par dessus le pantalon, langage agressif et emprunt de quelques mots arabo-maghrébins comme « la bess », « hamdullah », etc). Je ne m’étalerai pas davantage, tout le monde les connaît, il suffit de prendre le métro, le RER, le TER ou le TGV ou se rendre dans un des nombreux « quartiers chauds » de France pour les observer dans leur activité favorite de « trouble à l’ordre public ».

Bizarrement ces individus, qui sont bien Français, issus de parents eux-même nés en France, et de grands-parents naturalisés se présentent comme des étrangers à la société, brandissent des drapeaux nord-africains les soirs de match, se persuadent d’une paranoïa selon laquelle l’Etat Français est leur ennemi mais pointent à la CAF dans le même temps… et surtout entretiennent la peur de la population française moyenne vis-à-vis des étrangers. De même, ils sont un réel problème pour les vrais immigrés, surtout d’ailleurs pour les musulmans eux-même, qui voient d’un très mauvais œil ces extrémistes imprévisibles d’un nouveau genre, qui réinventent la religion à leur propre sauce, salissent l’image des anciens travailleurs maghrébins mais aussi celle des nouveaux arrivants.

Mais malheureusement, aucun de ces individus n’est concerné par la proposition de loi qui se profile, car tous sont nés en France de parents Français.

Quant aux roms et aux excisées (Maliennes ?), laissez-moi rire, ce ne sont que quelques milliers d’individus et par ailleurs, les roms étant européens, ils ont tous droit de séjour en France, au titre de l’espace de libre circulation de Schengen. Donc une telle loi ne les touchera pas vraiment non plus et ne les empêchera pas de venir mendier au prochain feu rouge que vous croiserez.

Donc si je résume, on nous promet une loi qui va permettre ce qui est déjà permis par le code civil, à savoir la déchéance de nationalité (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/les-francais-etranger_1296/vos-droits-demarches_1395/nationalite-francaise_5301/index.html) et qui par contre va stigmatiser l’attention du peuple Français sur les personnes de nationalité récente, mais qui ne permettra pas de régler le problème des pseudo-étrangers de 3e ou 4e génération mal intégrés dans la société Française.

Bien malin qui aura compris la manœuvre de ce gouvernement pour focaliser les attentions sur la peur de l’autre, sondages bidons en prime… Ne pensez-vous pas qu’il serait bon d’arrêter de tourner en rond avec des lois qui n’en sont pas et de prendre le taureau par les cornes pour mettre un terme définitif à la question des jeunes banlieusards égarés et des assistés de France à qui l’on trouve toujours toutes les excuses du monde ? Avez-vous pensé à ce que penseront ou pensent déjà les personnes « civilisées » et « cortiquées » qui souhaiteraient s’établir ou sont déjà établies dans ce pays, lorsque cette loi entrera en vigueur ? Pour ma part, j’ai choisi la citoyenneté Française parce que je partageais un certain nombre de valeurs communes avec cette république, même si c’est une question qui ne m’a jamais été posée durant le processus de naturalisation. J’ai déjà été bien agacé de savoir que mon lieu de naissance suffisait à poser le doute sur ma possible accession à cette nationalité. J’ai encore été outré lorsque j’ai su que certains étrangers obtenaient celle-ci plus facilement que d’autres, sur des critères qui n’avaient rien de républicain. Aujourd’hui, je suis édifié d’apprendre à la télévision que 70% des Français soutiennent une politique qui stigmatise une population dont je fais partie malgré moi.

Bien à vous, et bonne réflexion.


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • clostra 6 août 2010 12:05

    Merci pour ce témoignage et l’éclairage qu’il apporte.


    • Harfang Harfang 6 août 2010 12:27

      Ne confondez pas « effet de communication » et « tentative de résoudre le problème ».
      Si notre gouvernement savait faire preuve d’efficacité et de justice, ça se saurait...


      • nilasse nilasse 6 août 2010 20:21

        @ calmos

        je vais etre vulgaire,mais franchement,votre commentaire sent la merde. il a des relent fascisant de rejet,avec ce sous entendu a peine voilé,genre rentre chez toi,ici c’est pas ton pays. que vous le vouliez ou non,l’auteur est un de nos compatriotes. ce n’est pas la première fois que vous vous laissez aller a vos divagation extrême droitiste,les gens comme vous n’etes que les idiots utiles d’un pouvoir en perte de vitesse qui cherche un bouc émissaire a tout prix. pov type


      • leypanou 6 août 2010 14:52

        @l’auteur :

        Est-ce que cela vous choque qu’une dame très connue a été naturalisée à une vitesse record ? Est-ce que cela vous choque que des personnes préfèrent faire leur service militaire dans un pays étranger plutôt qu’en France, tout en étant « chouchouté » après par la république française ? Est-ce que cela vous choque que les bi-nationaux ne sont pas traités pas de la même manière, car il y a bi-national et bi-national ? Quand vous parler de non-intégration, croyez-vous que les extrémistes religieux, violents ou non, de quelque religion qu’ils soient, sont intégrés dans la société française, à moins que l’intégration dont vous parlez n’est qu’un vaste enfumage où on met ce qu’on veut ?


        • John T. Jean TAFAZZOLI 8 août 2010 20:39

          Je pense que je suis autant choqué, ou plus que la majorité des Français oui. J’ai récemment été « supprimé » de la liste d’amis facebook de certains « français de souche » parce que j’ai osé employer le mot « racaille » pour désigner des... racailles.
          Bizarre cette aptitude franco-française à l’autoflagellation gauchiste.

          Concernant le service national, je pense que beaucoup n’ont pas le choix (par exemple, actuellement je ne peux même pas aller voir ma grand-mère à l’étranger car mon pays d’origine attend mes 2 ans de service militaire). Il n’y a en effet d’accords binationaux qu’entre un très petit nombre de pays.
          Par contre, je suis choqué du départ volontaire de milliers de jeunes juifs de France qui partent plusieurs étés de suite chaque année en Israel pour faire y leur service militaire, sans y être forcés.

          Quant aux extrêmistes, ils ont la part belle en France, car plus on stigmatise les populations d’origine étrangère, plus on crée un ressentiment de non-appartenance et l’on facilite le travail des groupes extrêmistes.


        • scrat133 scrat133 6 août 2010 15:05

          @l’auteur
          ne fiez surtout pas à des sondages(ifop pour libération), avec des méthodes très controversées...
          http://www.lepost.fr/article/2010/08/06/2175794_securite-plebiscite-des-annonces-de-la-majorite-ca-reste-a-prouver.html
          comme d’habitude, un écran de fumée pour cacher de bien vilaines choses...
          bonne journée


          • non666 non666 6 août 2010 17:00

            L’ejaculation verbale precoce de Sarkozy n’est, pour une fois, pas improvisée ou involontaire.

            Il ne vise qu’a singer, en le caricaturant le discours du FN dans le seul but d’essayer de recuperer l’electorat qu’il avait abusé en 2007 est qui constitue son PRINCIPAL secteur de fuite dans les sondages.

            C’est chez les souverainistes, qu’il avait le plus abusé que la conscience de la trahison de SA trahison est la plus forte et c’est chez eux qu’il doit essayer de donner le change.
            Il fait donc des ballons d’essais, pendant les vacances , pour voir ce qui passe et ce qui ne passe pas.

            Cette manoeuvre a un autre but : faire un contre feu aux revelation encore plus encombrante sur l’affaire Woerth, celles sur karachi, celles sur Clearstream....

            Un scandale chasse l’autre en Sarkozie...
            La presse « d’opposition » , dans les memes mains que la presse "majoritaire (en fait la presse Sarkoziste) est donc obligé de diluer ses critiques sur tous ces sujets , ce qui, en periode estivale , revient a ne rien dire.

            C’est habilement fait et nous felicitons au passage les think tanks qui sont derriere l’autro-hongrois....
            Bravo les agences de Com, bravo les diplomés de l’université de Washington (section tecnique de manipulation de foule) , la pepiniere de la CIA.


            • VOXPOPULI 6 août 2010 17:26

              Nous aurons trés vite l’occasion de constater si cette annonce est sérieuse ou pas.
              L’initiative de B.HORTEFEUX qui veut élargir la liste des actes sujets à la déchéance va dans le bon sens.
              déchéance de la nationalité Française pour les BIS et expulsion du territoire national vont de pair.
              dés la rentrée nous apprécierons la volonté ou pas du gouvernement en la matière.
              Soit il reprend la main soit il la passe à Marine 


              • vinvin 7 août 2010 15:51

                (@VOXPOPULI).



                je suis tout a fait d’ accord avec vous !


                MARINE, AU SECOURS.......




                VINVIN.


                Mon site : HTTP ://VINCENTBOURGADE.FREE.FR/

              • J. SCIPILLITI 6 août 2010 18:08

                D’accord avec la plus grande partie de votre analyse. Je suis moi aussi naturalisé depuis ma majorité (à voir la consonnance de nos deux noms nous devons avoir la même origine), mais je je suis pas d’accord avec deux passages de votre article.

                « Par contre, un amalgame xénophobe et aux forts relents de FN semble établir en tant que vérité vraie dans l’opinion publique l’idée selon laquelle les malfrats de tous bords, et surtout les stars du moment, à savoir, les « jeunes délinquants des banlieues » seraient tous issus d’une immigration actuelle. » S’ils ne sont pas tous issus de l’immigration actuelle, ils le sont tout de même en proportion non négligeable, et je ne vois pas là d’amalgame lepéniste, ce rapprochement qui se veut diabolique étant fatigant à la longue.

                « Aujourd’hui, je suis édifié d’apprendre à la télévision que 70% des Français soutiennent une politique qui stigmatise une population dont je fais partie malgré moi. » Mais non, vous savez bien que, comme vous le dites vous-même, la délinquance des immigrés ou de leurs descendants français est le fait des ressortissants de nos anciennes colonies. Personne ne fait l’amalgame avec les anciennes vagues d’immigration européennes, et personnellement, je ne me sens nullement concerné par les mesures envisagées, encore moins « stigmatisé » (autre mot fatigant).


                • J. SCIPILLITI 6 août 2010 18:16

                  A l’auteur : je viens seulement de voir votre site. Bien que nos origines soient différentes, je considére que nous avons le même parcours, et ce que j’ai dit précédemment reste donc valable.


                  • titi 7 août 2010 00:36

                    « mais qui ne permettra pas de régler le problème des pseudo-étrangers de 3e ou 4e génération mal intégrés dans la société Française. »

                    En fait il n’y a aucun recours contre ces 3e ou 4e génération. C’était il y a 25 ans que nos gouvernements auraient du agir. Ils ne l’ont pas fait, à nous francais de faire avec.
                    Par contre ce qui est sûr c’est qu’il faut éviter que cela ne se reproduise avec les nouveaux arrivants...


                    • pigripi pigripi 7 août 2010 11:07

                      @auteur

                      Excellent témoignage et lumière judicieuse sur la réalité du rejet de la culture française par certains citoyens français.

                      Je vous souhaite de trouver chez les français de naissance beaucoup d’amis qui se fichent de l’ancienneté de l’acquisition de votre nationalité tout en respectant votre culture d’origine.

                      Mon père avait été naturalisé français, il maitrisait parfaitement la langue écrite et parlée, il connaissait les lois, il était coplètement assimilé à la société française tout en restant attaché à ses origines par la musique et la bouffe en particulier. Preuve qu’on peut s’assimiler sans oublier sa culture d’origine, une véritable richesse pour tout le monde.

                      Toutefois, je pense que les étrangers ou les naturalisés français ont le choix du niveau d’acceptation de la société française :

                      -l’insertion est le niveau minimum : on accepte les lois, la langue, les coutumes de France en public mais on vit chez soi selon ses origines et on fréquente de préférence sa communauté d’origine.

                      -l’intégration : on est inséré mais en plus on cherche à se méler aux français d’origine, on opère une synthèse entre leur culture, leurs usages, leurs coutumes et la sienne propre

                      -l’assimilation : on vit comme les français d’origine dont on a adopté tous les comportements, usages et coutumes.
                      Certains assimilés qui ont souffert dans leur pays d’origine préfèrent oublier leurs traditions.
                      D’autres assimilés restent attachés à des éléments de leur culture d’origine et souhaitent les transmettre à leurs enfants et amis.


                      • pigripi pigripi 7 août 2010 11:20

                        Les déclarations de Sarkozy sont encore du matamore Tartarin de Tarascon. Elles ne visent à rien d’autre que faire du bruit.

                        Toutefois, je pense que si on veut sérieusement s’attaquer au rejet de la France par certain de ses nationaux ayant acquit la nationalité, point n’est besoin de loi. Il suffit d’élargir les décrets d’acquisition de la nationalité.

                        -l’attribution de la nationalité française, outre les critères actuels, devrait être assortie de l’obligation de suivre des cours de français et d’instruction civique, comme c’est le cas dans d’autres pays.
                        Un examen devrait être instauré pour évaluer la capacité à maitriser laa langue et les lois françaises.

                        -L’attribution de la nationalité devrait être suivie d’une période probatoire de 5 ans (par exemple). Si au cours de cette période l’impétrant commet un crime ou un délit (autre qu’une amende pour stationnement interdit...) sa naturalisation est annulée et, selon la gravité du crime, il est renvoyé dans son pays d’origine.

                        -Les nationaux d’origine étrangère qui ne respectent pas les lois françaises doivent être sanctionnés comme n’importe quel autre national, sans excès ni indulgence au regard de ses origines.

                        -On peut toujours rétablir le bagne pour les nationaux récalcitrants ou le bannissement. La République doit assumer ses responsabilités vis à vis de ses nationaux criminels et délinguants, c’est même un devoir de les punir et de les écarter afin qu’ils ne nuisent pas aux autres nationaux.
                        La prison est inefficace, il faut trouver d’autres solutions.



                        • John T. Jean TAFAZZOLI 8 août 2010 20:48

                          Entièrement d’accord. J’avais proposé qu’on fasse usage de « stages de travaux forcés à la campagne », ce qui aurait un double avantage, celui de favoriser le mélange de populations et celui de rappeler aux assistés des « quartiers » le vrai sens de la valeur travail.


                        • pigripi pigripi 7 août 2010 11:29

                          @Sciipilliti
                          « Par contre, un amalgame xénophobe et aux forts relents de FN semble établir en tant que vérité vraie dans l’opinion publique l’idée selon laquelle les malfrats de tous bords, et surtout les stars du moment, à savoir, les « jeunes délinquants des banlieues » seraient tous issus d’une immigration actuelle. » S’ils ne sont pas tous issus de l’immigration actuelle, ils le sont tout de même en proportion non négligeable, et je ne vois pas là d’amalgame lepéniste, ce rapprochement qui se veut diabolique étant fatigant à la longue.
                          -----------------------------------------------

                          J’approuve tout à fait votre critique.
                          Ce n’est pas parce qu’on constate que beaucoup de délinquants se prénomment Mohamed, Moussa, Rachid, Aziz ou Ali qu’on partage l’idéologie xénophobe du FN. On est réaliste, on appelle un chat un chat.

                          Nier que nous avons un problème avec les musulmans, en particulier les jeunes, c’est s’éloigner des solutions et faire le jeu de ceux ui exploitent la situation au détriment du peuple de France, y compris les délinquants eux-mêmes.

                          Comme vous, je trouve fatiguant ce déni bobogeois qui s’appuie sur un vocabulaire idéologique crypto marxiste qui cherche à matraquer tout propos qui ne rentre pas dans ses schémas idéologiques dépassés et inadaptés à la situation contemporaine.


                          • Duralex Duralex 7 août 2010 12:01

                            Mais ce n’est pas non plus « parce qu’on constate que beaucoup de délinquants se prénomment Mohamed, Moussa, Rachid, Aziz ou Ali » que cela suffit à prouver que « nous avons un problème avec les musulmans ».

                            La trés grande majorité des musulmans vivant en France ont un casier judiciaire aussi vierge que vous et moi, ce qui tend à démontrer que la foi islamique n’est pas à l’origine des comportements délinquants.

                            En réalité le principal problème que nous avons avec les musulmans n’est pas de leur fait. Il tient simplement au fait que diverses personnes ne supportent pas leur présence dans ce pays et le font savoir bruyamment.


                          • John T. Jean TAFAZZOLI 8 août 2010 20:57

                            Je pense SURTOUT que ceux que l’on appelle musulmans NE LE SONT PAS.
                            Petite explication : un musulman est un croyant en l’Islam (Islam signifiant « paix » en Arabe). C’est une personne qui a comme prophètes : Adam, Abraham, Moïse, Jésus et Mohammad.
                            Normalement un musulman a donc les mêmes principes de bienséance qu’un chrétien et qu’un juif, avec en plus les explications du Coran, qui est, aux yeux du musulman, le parachèvement du « Livre » (Torah+Bible+Coran).
                            Ceux avec qui nous avons un problème en France n’ont rien qui puisse les placer dans la catégorie musulmans. Il ne suffit pas de dire qu’on fait le ramadan, de se dire musulman, ou de faire croire que l’on fait partie d’un groupe ethnique pour en faire partie.
                            La réalité est que ces jeunes sont aussi Français que les autres citoyens, puisque nés en France de parents Français.
                            Mais à force d’entendre des discours gauchiste, ils y ont cru et effectivement, il faudrait leur dispenser quelques rappels, sur leur origine, sur leur citoyenneté Française, sur leur religion.

                            Le problème est que la loi proposée par Hortefeux ne les concerne pas. La plupart ne sont pas BI-nationaux.
                            Et les Binationaux sont pour la plupart des intellectuels qui ne causent aucun problème à ce pays, exception faite des Juifs de France souvent binationaux par choix.

                             


                          • John T. Jean TAFAZZOLI 8 août 2010 21:02

                            Ce n’est pas parce que la plupart des délinquants se prénomment Moussa qu’ils sont musulmans. A part salir l’image des vrais musulmans et des Français d’origine étrangère, ils n’ont rien de commun avec ces derniers.


                          • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 8 août 2010 21:17

                            Et il faut également prendre en fait le racisme des policiers et gendarmes (j’ai eu 1 voisin gendarme et adhérent FN, mais je veux pas faire de généralité) qui peut faire monter les chiffres (la ségrégation aux USA faisait qu’il y avait bien plus de noirs en prison pour prendre une analogie). Même si ce n’est pas l’élément déterminant bien entendu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

John T.

John T.

No comment.


Voir ses articles







Palmarès