Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Décodons les propos des élus locaux

Décodons les propos des élus locaux

Je ne vais pas vous parler des promesses électorales qui, comme chacun sait, n’engagent que ceux qui les écoutent, mais de cas bien concrets de communication sur la réalisation de travaux dans les collectivités territoriales.

1er exemple, dans ma commune : le syndicat de distribution de l’eau réalise actuellement des travaux de changement de canalisation. Jusque là, tout va bien. Là où les choses se gâtent, c’est dans la manière de présenter la chose aux habitants. Dans un premier temps de communication, il s’agissait de « ne pas laisser la charge de ces travaux aux générations futures ». Dans mon esprit un peu trop cartésien, j’en ai déduit que ces travaux n’étaient pas nécessaires actuellement.

Une seconde vague de communication parlant des fuites sur le réseau est venue corriger la première, mais pour moi le doute s’était installé : ces travaux étaient-ils utiles ?

2ème exemple, dans beaucoup de villes de l’agglomération où j’habite : de nombreux panneaux de communication affirmant que la ville de… va réaliser des travaux destinés à améliorer la sécurité des habitants. En regardant de plus près, les travaux en question sont tous les mêmes : rétrécissement des voies, nouvelles bordures de trottoirs, ralentisseurs, et suppressions de places de parkings. Là également, il est permis de douter sur le motif affiché, « l’insécurité » servant de point de départ aux travaux n’ayant jamais été mise en évidence dans la plupart des endroits concernés.

En réfléchissant un peu, on s’aperçoit que ces travaux « de sécurité » sont surtout destiné à empêcher les voitures d’accéder et de stationner dans certains endroits et également éviter la circulation de transit : alors pourquoi ne pas dire les choses clairement ?

3ème exemple : Une réunion des élus de Rennes et de Nantes au sujet d’une desserte ferroviaire rapide entre ces deux villes et qui aura une station au futur aéroport de ND des Landes. Les choses sont présentées de la manière suivante : « Cette ligne ferroviaire est un outil nécessaire pour soutenir la croissance tout comme l’est Notre Dame des Landes ». Balayé l’argumentaire sur la nécessité de déménager l’aéroport pour des raisons de sécurité, de trafic croissant, de nuisances. Il s’agit donc de soutenir la croissance. Bel aveu, là encore !

Pourquoi ces discours « langue de bois » ?

Il ne vous a pas échappé que toutes les collectivités, inquiètes des conséquences éventuelles de la future loi sur la décentralisation sur leur devenir, cherchent à « exister » et communiquent beaucoup actuellement. Cela fait partie du lobbying pour dire qu’on est indispensable au niveau où on est et qu’il ne faut surtout pas remettre en cause tel ou tel échelon local.

En second lieu, toutes les collectivités, en chœur, nous disent qu’elles assurent 75 % de l’investissement en France (soit un soixantaine de milliards) ce qui veut dire également qu’elles sont soumises aux pressions « amicales » des entreprises de BTP qui ne manquent pas de leur rappeler qu’elles seront obligées de licencier si les commandes publiques diminuent (ce qui fera mauvais effet pour les élections prochaines…).

Les collectivités sont néanmoins sensibles aux plaintes des contribuables qui commencent à penser que les impôts locaux augmentent rapidement et utilisent cet argument pour calmer les entreprises de BTP.

Enfin, les collectivités territoriales les plus importantes sont majoritairement à gauche et s’estiment investies d’une mission politique de « soutien à la croissance » qui va bien au-delà d’un futile questionnement sur l’utilité des travaux réalisés ou en cours. Les citoyens sont priés de croire les élus sur parole et surtout ne pas trop réfléchir.

Un peu de courage…

Au travers des trois exemples cités plus haut, je décris donc cette fuite en avant sur des investissements dont l’utilité n’est pas toujours avérée, mais qui sont simplement destinés à alimenter la machine (« à soutenir la croissance »), en préservant au passage quelques emplois et en gonflant les bénéfices d’entreprises et les dividendes de leurs actionnaires, le tout payé par le contribuable : un système autarcique qui n’apporte aucune plus-value, le chien qui se mord la queue…

Réfléchissons : on pourrait réduire ces travaux à ceux qui sont réellement utiles et réduire le nombre de collectivités. L’argent pourrait être redéployé à l’échelon régional pour la recherche et le développement (les universités n’attendent que cela) qui alimenteraient ensuite des projets industriels qui font cruellement défaut dans notre pays.

Quel élu aura le courage de proposer un big bang des collectivités territoriales ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • ils nous PRESSURENT TOUS CES ELUS LOCAUX ( 550000) gabegie...

    LES GENS D EN BAS en ont marre de payer des impots locaux qui ont triplé en 10 ANS

    RAS LE BOL VIDONS EN LES 9/10 èmes


    • Ronny Ronny 17 décembre 2012 12:05

      Je suis un de ces élus locaux si facilement vilipendés...

      Conseiller municipal en charge de l’hydraulique et de l’assainissement sur ma commune de la région de Dourdan, je me dois d’apporter quelques éclaircissements, surtout quand je vois le message plein de haine de « tous ensemble ».

      1. Les élus locaux (maire, et conseillers municipaux ou CM), c’est 1% de la population.
      2. La plupart des CM sont entièrement bénévoles et ne touche aucune rémunération
      3. Pour une commune de moyenne importance, un adjoint au maire touche environ 800 euros par mois pour son activité, qui s’étend bien au delà des réunions municipales et intercommunales (permanence du samedi, permanence de nuit avec possibilité d’être appelé à 3 heures du mat pour un accident de voiture, un animal errant, etc.)
      4. le maire touche moins de 2000 euros par mois, ce qui est ridicule compte tenu des responsabilités et des risques au pénal auxquels il est exposé
      5. la charge de travail que représente ma fonction de CM (réunion, préparation des réunions, lecture des dossiers, des textes réglementaires) s’élève à environ 20/25 heures par mois, soit une demi-semaine d’activité professionnelle encore une fois gratuites, auquel s’ajoute les actions lors des fêtes de village (montage et démontage de stand, aide au stationnement, à la circulation, etc.). On peut y ajouter l’aide aux forces de l’ordre parfois de nuit dans le froid, comme l’année dernière où nous nous sommes mobilisés pour sortir baliser une rupture de canalisation de nuit par -10°C, avec gel de l’eau sur voirie, ou l’été denier pour sortir des personnes de leur voiture arrêtées par une orage extrêmement violent (évènement centennal) avec de l’eau jusqu’à mi cuisse. Après 3 heures de ce régime, on est tous rentrés trempés à la maison
      6. on a peu de remerciements pour les actions menées, et beaucoup d’engueulades quand il y a un problème
      7. beaucoup de nos concitoyens sont dans la logique : j’ai des droits et oublient qu’ils ont aussi et surtout des devoirs

      Sur l’hydraulique maintenant
      1. Vu le coût des travaux, on ne change jamais des canalisations par plaisir !
      2. le réseau a un amortissement (financier et technique) sur 70 ans. Si vous avez 300 km de tuyaux, il faut en changer environ 4 à 5 km par an
      3. En moyenne, les réseaux ont des rendements de 75/80%. On perd en zone rurale à cause de microfuites ou fuites difficilement localisables de l’ordre de 20 % de l’eau pompée, assainie et traitée, ce qui peut représenter plusieurs centaines de milliers de m3 /an, coût qui est répercuté dans vos factures d’eau de toutes façons
      4. La commune ou l’interco, si la fourniture d’eau est en régie, ou le délégataire de service public dans un autre cas, doivent de l’eau potable 24h/24 7j/7. C’est une des tâches les moins visibles et les plus complexes qui existe. Nous avons une une fuite de réseau voila peu nécessitant d’interrompre la fourniture pendant 4 heures en soirée. Je ne compte pas les appels pressants en mairie. Je disais + haut, pas de merci et beaucoup d’engueulades...

      Sur la voirie
      1. La plupart des travaux sont fait à la demande des riverains, qui exigent que les véhicules passent plus lentement dans leur rue.
      2. Les travaux sur les départementales de notre village sont fait par l’ex DDE et ne relèvent pas de mairie
      3. Vue leur coût, ces travaux sont en général très discutés et réfléchis au niveau communal

      Avec tout cela
      1. nous n’avons pas augmenté la pression fiscale de la commune pendant toute la durée de notre mandat et nous le terminerons de la sorte. C’est d’ailleurs le cas dans presque toutes les communes alentour
      2. Si le montant des impots locaux augmente, c’est parce que la valeur locative qui sert de base de calcul au services de l’état qui calculent ces impôts augment (en d’autres termes votre bien s’apprécie)

      Pour terminer
      1. les élus locaux sont fatigués d’être constamment vilipendés. Dans ma région, plus des 2/3 des maires et équipes municipales ne se représenteront pas.
      2. il restera aux esprits critiques à prendre le leur place et à assurer le fonctionnement des écoles, les travaux de la commune, les services aux anciens, aux jeunes, les investissements d’avenir, le suivi des réglementations, la fourniture d’eau et l’assanissment, les suivis sociaux, à s’impliquer dans l’interco, etc.

      Pas sur qu’il y ait tant de volontaires que cela !


      • foufouille foufouille 17 décembre 2012 13:07

        « ce qui est ridicule compte tenu des responsabilités et des risques au pénal auxquels il est exposé »

        c’est sur, il y a beaucoup de notables en prison

        les mairies louent des logements pourris, c’est tres courant


      • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2012 15:47

        Bonjour Ronny

        Merci pour vos commentaires

        Mettons tout de suite les choses au point : je ne souscrits pas au « tous pourris » véhiculé par certains « commentateurs » qui font d’un article à l’autre du copier/coller de commentaires dénués de toute réflexion et d’objectivité.

        J’en profite pour rappeler à ceux qui pensent qu’on peut s’enrichir en étant élu local, qu’ils se trompent, que seuls quelques cumulards y arrivent et que la grande majorité des élus municipaux sont bénévoles (mes précédents commentaires et articles attestent de cette position constante).

        S’agissant du coeur du sujet (des travaux sont-ils engagés alors qu’ils ne sont pas totalement utiles), je reste perplexe. Je lis avec intérêt votre argumentaire sur les travaux hydrauliques, mais pour le moins, en l’espèce, si je retiens votre explication, y a-t’il une communication désastreuse.

        Sur les travaux de voirie, je persiste à penser que la multiplication des aménagements (ronds points, rétrécissements, ralentisseurs,...), ne sont pas utiles et qu’il sont la conséquence de l’agitation des lobbies en coulisse (au niveau communal et départemental). Quant à dire que c’est la conséquence des demandes des riverains, je trouve cette explication exagérée et je pense que les élus doivent réfléchir davantage avant d’engager ce type de travaux que l’on reproduit à l’identique de commune en commune.

        Les élus sont bien au centre de pressions diverses et variées (lobbies professionnels, administrés, partis politiques). Il leur appartient d’y résister et de ne pas cèder aux sirènes des groupes de pressions, de la réelection, de leurs administrés.

        Je persiste à penser enfin que la multiplication des centres de décisions locales (le mille feuille) favorise cette course à l’échalotte et produit sinon des erreurs stratégiques, pour le moins un laisser aller que les administrés jugent et qui, si on ne fait pas attention générent des postures comme celles que nous denonçons et qui touchent à la crédibilité de la classe politique dans son ensemble.

        J’apprécie les explications que vous avez fournies et je pense que les élus devraient se livrer à ce genre d’exercice plus fréquemment et aller vers leurs administrés pour leur faire comprendre leurs choix.


      • jef88 jef88 17 décembre 2012 20:38

        depuis 10 ans dans ma commune le prix de l’eau a augmenté de 380%  !
        causes : com-com et privatisation du réseau !
        la part impôts de la com-com a augmenté de 24% il y a 3 ans, elle est toujours supérieure à l’inflation et la part communale n’a jamais diminué ....
        vive la modernitude !!!!
        on peut ne pas réélire un maire, mais on n’a aucune influence sur la com-com !


      • UN ESPRIT CRITIQUE VOuS REPOND

        2/3 des maires et conseillers ne veulent plus se représenter...tant mieux il y a 2600 communautés.....supprimons 90% DES ELUS LOCAUX  :

         des communautés de communes doublons...mettons en 3000 .... supprimons les communes ..une communauté de communes avec 1 adjoitnt dans chacune des anciennes mairies....et c ’est bon...et que les élus cessent de nous faire croire que

         ce ne sont pas les employés communaux et bénévoles qui font leur boulot...

        CONNAISSANT PLUSIEURS DIRECTEURS DES SERVICES JE PEUX AFFIRMER QU EUX SE TAPENT LE GROS DU BOULOT DE MAIRES ET D ADJOINTS...les maires sont au conseil ou signent le courrier...

        les bénévoles tiennent bibliothèques...sports...prévention santé... les élus tiennent le bar...DES COMMUNES CHERCHENT MEME DES BENEVOLES POUR TENIR LES CRECHES VOIR DANS L’ ILLE T VILAINE35...


      • @ rennie sommes nous chez les exra terrestres.. on reve...............
        2000 EUROS POUR UN MAIRE somme Ridicule..............
        bien vouloir lire mon commentaire plus bas...bénévole depuis 40 ans ainsi que mon épouse on connait bien les rouages des collectivités locales..

        ON VOIT QUI FAIT LE BOULOT DANS UNE COMMUNE..................
        LES MAIRES ET ADOINTS REMUNRES SONT AIDES PAR LEURS COLLEGUES SIMPLES CONSEILLERS... bénévoles...EUX
        ca me fait penser a notre équipe de foot en cfa...3 ou 4 joueurs SONT REMUNERES (et ont eu des boulots dans le coin....facilement )
        LES autres bénévoles.... et bien L EQUIPE a implosé

        cela me donne des aigreurs d’estomac je prends donc un RENNIE


      • PAS EN BAS MAIS PLUS HAUT.... MR RONNIE ET NON RENNIE..... PLATES EXCUSES


      • taktak 17 décembre 2012 12:07

        Il suffit de tous ces barons locaux qui coutent cher et éloigne le pouvoir du peuple.
        Revenons à la structure simple permettant à la fois la décision locale, la solidarité nationale et un développement cohérent des territoires :

        communes - département - état. L’état étant bien évidemment déconcentré au niveau départemental.

        La décentralisation c’est plutôt :
        Inter-communalité (opaque, beaucoup d’élus, couteux) - région (vive les palais de région construit s un peu partout, la tripoté de vice-présidents, vive la concentration en région de l’état) - Europe. 

        Le tout accompagné de recrutement féodaux et de la privatisation des missions (couteux et multiples cabinets de conseil et d’audit, suppression des services techniques compétant et indépendant développé par l’état et mis à disposition des communes).
        Résultat c’est la main mise par les entreprises du BTP et autres intérêts privé et le retour des potentats locaux


        • Michel DROUET Michel DROUET 17 décembre 2012 15:59

          Bonjour Taktak

          Moi, je suis plutôt pour : communes - région - état

          Sur l’intercommunalité il y a un déficit énorme de communication (qui fait quoi ?) et surtout la carte des intercommunalités est illisible (trop d’intercos,) et incohérente (l’interco est souvent guidée par des choix politiques et non pas par des considérations de territoires).

          S’agissant de la privatisation des missions, on observe quelques retours en arrière vers la gestion en régie ou par des Sociétés Publiques locales, compte tenu des abus tarifaires des prestataires privés (gestion de l’eau, des transports,...). Ce mouvement doit être confirmé.

          Enfin, l’externalisation de tâches vers des cabinets privés de conseil et d’audit alors que les services compétents existent est un vrai scandale.


        • taktak 17 décembre 2012 18:14

          Et cela ne va pas s’arranger si l’on en croit l’acte3 de la décentralisation. Qui veut même créer des europoles à lyon lille et marseille ; étendant l’hydre de l’intercommunalité....

          Où l’on va en plus trouver le droit à l’expérimentation qui va détruire l’égalité de traitement des citoyens.

          Le tout sous la pression des petits marquis du PS (les colombs, huchon, delanoe et autres qui règnent sur leurs terres !) et soutenus en alternance par les petits barons de l’UMP.

          Pourquoi je suis attaché au triptyque commune - département - etat (déconcentré) c’est parce qu’il garanti l’égalité de traitement qui est le fondement de l’unité de la Nation. En dehors de cela c’est le pouvoir au potentat locaux et la résurgence assurée des vieilles haines. Il suffit de voir les divisions de la Belgique, de l’Espagne, de l’Italie.... le tout pour faire des euro régions.


        • @mr le directeur drouet

          vous voulez garder les 36600 communes maires ET CENTAINES DE MILLIERS adjoints conseillers..............NOUS ON VEUT DES

           COMMUNAUTES MOINS DISPENDIEUSES....PLUS SERIEUSES..........

          550000 ELUS LOCAUX EN 2012 PERIODE DE CRISE AUTANT QUE LES 26 AUTRES PAYS CEE REUNIS §§§§
          550000 ..AUTANT QUE DE PROFS ET D INSTITS A L EDUCATION...


        • non667 17 décembre 2012 18:24

          à michel
          soumises aux pressions « amicales » des entreprises de BTP qui ne manquent pas de leur rappeler qu’elles seront obligées de licencier si les commandes publiques diminuent (ce qui fera mauvais effet pour les élections prochaines…).

           et j’ajoute que le parti au pouvoir aura besoin d’argent pour les élections prochaines ! quelques miettes aussi aux autres (sauf F.N. ) pour se placer en cas d’alternance ! (exemple :cassette méry )  smiley smiley smiley


          • Jason Jason 17 décembre 2012 19:04

            Matgré tout le dévouement de certains élus, il n’en reste pas moins que bon nombre d’entre eux sont incapables de communiquer, de faire oeuvre de pédagogie. Aucun n’a de formation dans ces domaines. Avant d’entrer en fonction ils devraient passer un mois à apprendre ce qu’est l’information auprès des citoyens. 

            Mais beaucoup pensent que le savoir vient avec le mandat. Il y a trop d’imbéciles dans les mairies, même chez ceux au grand coeur.


            • JASON@ et AUSSI QU ON LEUR FASSE DES COURS DE COMPTA ET DE GESTION qu’ils sachent

              compter la manne des impots locaux et autres subventions nationales et cee

              CAR CERTAINS DEPENSENT SANS COMPTER...VOIES CYCLABLES

              ...PHARAONESQUES...ALORS QUE LES VRAIS ROUTES SONT POURRIES...


            • mr le directeur drouet bouderait il , ? les commentaires sont tous défavorables a ses amis LES

              LES ELUS OU BARONS LOCAUX

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès


Derniers commentaires