Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Défense de l’identité de la France : honnie hier, chérie (...)

Défense de l’identité de la France : honnie hier, chérie aujourd’hui

Défendre l’identité de la France, ses valeurs et ses principes valait encore peu l’anathème, la diabolisation, l’accusation d’être à la solde du Front national ! Or, depuis peu, on ne compte pas le nombre d’éditorialistes qui se sont appropriés cette thématique, sans parler des principaux leaders politiques ! Qui ne s’inquiète plus de la mise en liquidation de la République et de la dissolution de la France ? Honnie hier, cette thématique est aujourd’hui chérie ! Comment l’expliquer ?

Dernier éditorial en date du 6 octobre intitulé ‘’Hommage à la catin’’, publié sur le site du quotidien Le Figaro, qui abonde dans ce sens :

" On doit à la démocratie d’opinion d’avoir fait redécouvrir la nation aux politiques, qui en étaient à louer l’Europe sans frontières ni passé. Depuis le 29 mai 2005, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ne jurent plus que par elle. Aussi est-il déconcertant que les deux candidats, apparemment les plus à l’écoute des citoyens, n’aient pas eu un mot pour dénoncer, avec l’affaire Redeker, l’offensive contre l’esprit français et ses insolences. À quoi bon en appeler à la patrie, si c’est pour se montrer indifférent à sa culture ?

Les Français sont davantage attachés à la préservation de leur identité que nombre de leurs dirigeants, disposés à laisser filer certains fondamentaux de la Répu­blique pour tenter de calmer des nouveaux venus refusant de se fondre. Ce rappel implicite aux racines judéo-chrétiennes, qui n’interdit pas l’ouverture aux autres, est un acte de survie. Or, se laisse voir chez les candidats une gêne à défendre un héritage dont Voltaire n’est pas le moindre. Toujours ces cadeaux au Front national.’’

Sans oublier un récent discours de Nicolas Sarkozy très centré sur la défense de la nation et de la République, aux accents gaulliens, ni les approches à pas prudents mais bien réels de Ségolène Royal. Bref, tout le monde s’y met !

Incroyable, comment cette idée se répand maintenant, combien on la trouve dans les éditoriaux qui la passaient sous silence auparavant. Pourtant, elle relevait il y a encore peu du "politiquement incorrect".

Honnie hier, cette thématique est aujourd’hui chérie par tous.

Pourquoi avoir attendu si longtemps ?

Est-ce la réalité qui rattrape les esprits ? Faut-il l’attribuer à un réflexe de survie face à UNE menace plus palpable ?

En ce qui me concerne, j’attire l’attention, j’alerte même sur ce délaissement depuis 200& ; Et je parle bien de "délaissement", autrement dit un vide qui a profité au Front national. Cependant, à l’époque, au mieux je passais pour un dangereux déséquilibré psychologique, au pire - mais c’est une tradition dans le débat en France, pourtant patrie du siècle des Lumières, donc de la libre pensée - pour un fasciste.

Défendre l’identité de son pays, le respect de ses valeurs et de ses principes : la France est le seul pays au monde où cette posture vous vaut d’être insulté, ostracisé, et condamné sans appel par la bien-pensance à l’œuvre dans notre pays. C’est une inquisition qui ne porte pas son nom mais qui n’en est pas moins terrifiante. Heureusement que le bûcher n’existe plus !

En ce domaine, la France marche sur la tête. Quand se décidera-t-elle à renouer un minimum avec la Raison, loin de la folie, à honorer ses grands esprits et donc à ne plus insulter son histoire ? Mais il y a de quoi être sceptique, car les métastases sont nombreuses. Le mal est profond et bien enraciné. Et je ne vois toujours pas de remèdes ni de médecins à la hauteur de la situation, d’autant qu’en la matière, nos responsables naviguent entre résignation et lâcheté. Il y a longtemps que le courage les a quittés sur ces sujets.

La France a perdu (vendu ?) son âme. Ce qui faisait rêver le monde s’éteint doucement mais sûrement. La flamme vacille ! Ce n’est pas être réactionnaire ni faire preuve d’un patriotisme aveugle ou encore d’un ethnocentrisme arrogant, comme aiment à le dire les adeptes de la bien-pensance, et j’en passe. Il suffit de voyager, de rencontrer des personnes aux quatre coins du notre chère planète, qui ont visité notre magnifique pays, pour se rendre compte que l’image sublimée de la France jaunit. La déception est sur les visages. Ou il suffit tout simplement de discuter avec nos chers compatriotes installés hors de l’hexagone : l’amertume est tangible, ce n’est pas un produit de l’imagination.

L’identité de la France s’est altérée, et à une vitesse, il y a dix ans encore, inimaginable. Par identité, il faut entendre une matrice de valeurs, de principes mais aussi une culture fruit d’un héritage historique, social et religieux multiséculaire, ainsi qu’un art de vivre spécifique. Pourquoi serait-il honteux de dénoncer cette perte d’identité ? De s’en inquiéter ? Quand une personnalité souffre de troubles, subit une altération de son individualité, le (premier) réflexe n’est-il pas de la soigner, d’atténuer sa souffrance et de l’aider à se retrouver ? Pourquoi en irait-il autrement pour les pays ? En l’occurrence pour la France ? En quoi agir de la sorte serait-il scandaleux ? En effet, la richesse de notre civilisation n’est-elle pas sa diversité ? Donc, affirmer l’identité de chaque pays, c’est résister au rouleau compresseur de l’uniformisation, appelée aussi standardisation, car ce n’est pas la vocation de ce monde à l’essence plurielle. C’est donc préserver cette richesse de culture, de tradition, d’arts, etc., qui donne toute la saveur au voyage !

Encore faut-il formuler le bon diagnostic et prescrire les bons remèdes. Etablir le bon diagnostic exige du courage, reconnaître les faits tels qu’ils sont et non tels qu’on voudrait qu’ils fussent, une ouverture d’esprit, soit ne pas le réduire à sa plus simple expression, soit à un problème d’immigration, de religion et de race, comme beaucoup le font sans scrupule et à des seules fins démagogiques, donc électorales. En effet, quand on parle d’identité, beaucoup voient rouge car ils soupçonnent illico une mise en cause déguisée de l’islam, de la communauté musulmane par exemple. En raison d’une prétendue incompatibilité ! Or, il est important de rappeler que les débordements sont le fait d’une ultraminorité, dont seul l’écho dans le monde médiatique amplifie le phénomène. La vaste majorité ne pose aucun souci, d’où une approche simplificatrice. C’est bien souvent un faux procès qui aboutit à cacher à la fois la couardise de nos responsables politiques, l’échec de leur politique dite d’intégration, et leur manque d’idées neuves face à une situation en constante dégradation et qui leur échappe.

C’est, en effet, faire l’impasse sur une acculturation à l’œuvre de plus grande ampleur, de longue date et aux effets bien réels : l’américanisation de notre mode de vie. Américanisation qui intervient dans tous les domaines : alimentation (fast-food justement renommée malbouffe, et son corollaire l’obésité), cinéma (les productions outre-Atlantique règnent en maîtres au box-office), la langue (intrusion croissante de mots anglais), la télévision (invasion des séries sans compter la déferlante de la télé-réalité), la ségrégation spatiale (création de ghettos) et son pendant ethnique (communautarisation), l’insécurité (violence gratuite en hausse et affrontement des gangs), etc. Etonnant de voir comment ce phénomène ne prête plus à discussion, alors qu’il participe à cette confusion identitaire, voire à la destruction partielle de l’identité.

Pour bien aborder ce défi nouveau, il faut, d’une part, ne plus se mentir ou se voiler la face sur une réalité sans rapport avec une époque qui n’existe plus et qu’il est vain de vouloir réanimer. C’est aussi inutile que de s’acharner à faire revivre un cadavre. D’autre part, il faut traiter de ce sujet en termes de vision, de volonté, d’engagement et d’attachement. Donc, il concerne chacun de nous.

On ne dénonce pas par plaisir, contrairement à ce qu’on entend. On ne joue pas les cassandres par plaisir. Cette inquiétude est le fruit d’un attachement réel à la France, la traduction d’un amour vrai pour notre pays. Assister à cette lente décomposition blesse. Pourtant, la fatalité n’existe pas. Mais si chacun avait assumé ses responsabilités et avait agi en conséquence, la France aurait pu se relever. Cela n’a pas été le cas.

Maintenant, la France ressemble à un bateau ivre ou fantôme. La dérive se poursuit. Jusqu’où ? C’est dommage, car le point de non-retour n’a pas été atteint. L’iceberg est en vue, indiscutablement, mais encore évitable à condition d’enclencher la manœuvre idoine pour se hisser à la hauteur de l’enjeu. L’espoir est donc encore présent. Mais pour combien de temps ? Car les signaux positifs de nos responsables politiques se font rares, en dépit de violents coups de semonce qui fragilisent notre démocratie, ce qui n’est pas sans rappeler un passé proche. C’est toute la tragédie de ce pays. Un pays légal complètement déconnecté de son pays réel, pourtant, aux énergies formidables et fort d’atouts uniques, mais livré à lui-même.

Mais le temps presse. L’iceberg se rapproche. Camus écrivait : "L’homme est responsable de ce qu’il est." Il en va de même pour notre pays. A la France de choisir ce qu’elle veut être, demain. Autrement dit, de choisir son destin. Mais ensuite, qu’elle ne se plaigne pas, qu’elle n’accuse pas un tiers, qu’elle n’invoque je ne sais quelle excuse comme à son habitude. Elle aura décidé, et la route sera tracée : soit droit dans l’iceberg, et ce sera la fin d’une histoire, soit à côté, et le génie français perdurera.

La France peut encore choisir mais... vite, car les compas s’affolent.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (166 votes)




Réagissez à l'article

381 réactions à cet article    


  • Cochonouh Cochonouh 23 octobre 2006 10:03

    Article complexe, où chacun va trouver ce qu’il veut comprendre.

    Les noms d’oiseaux risquent de pleuvoir. Je vais chercher mon ciré.


    • anto (---.---.178.10) 23 octobre 2006 11:38

      yep tu l’as dit. Il n’y a que 20 commentaires et j’ai déjà plus envie de les lire


    • tal (---.---.17.162) 23 octobre 2006 12:30

      @ cochonou

      C’est aussi mon avis Pluie mais aussi vent mauvais, ça va souffler fort jusqu’a cape Town. Comme toi je vais chercher mon ciré et enfiler dessus mon coupe vent. Ce que je trouve super marrant, c’est qu’on ne peut plus se passer de l’Islam, de l’intégrisme et tout et tout... Nous sommes devenus si accrocs, que même lorsque rien ne se passe, sous les cieux d’Allah, de yahvé ou de Vishnou, on s’emmerde tellement, qu’on va les titiller ces braves muslims.On leur fait des pied-de-nez, on leur tire la langue, smiley ,leur fait des grimaces, leur montre brièvement nos fesses ( car nous sommes chastes !)pas comme ce petit garnement de Titeuf dans la BD, tout ça pour les exciter, et hop !c’est parti...  smiley

      A leur tour ils réagissent poussent des coups de gueule, manifestent, brulent des ambassades,lancent des fatwa à tour de bras,etc.etc.Alors nous à nous en retour on prend nos airs de vierges éffarouchées, on s’« indigne, on proteste, on »professe« (Redeker) on publie (Brukhner), on médiatise, on »journalise". Ah ! voyez-vous ces musulmans, ces arabes, ces Maghrébins(beuuurkh !) ils sont d’une intolérance et d’un fanatisme « génétiquement islamique ».Pour finir,las de faire semblant de nous « taire » ,on recommence le petit jeu de titillage, et la boucle est bouclée. Le phénomène s’auto alimente. Probablement jusqu’a...la prochaine fois ! smiley Pendant ce temps la planète terre qui ne comprend rien a rien, continue de tourner bètement. Et la Chine communiste smileyde faire du « bizness » smiley

      Ah ! c’est jouiiiiissif !!!

      tal smiley


    • Antoine Diederick (---.---.191.84) 23 octobre 2006 18:12

      Fais comme les Ecossais du clan des Mac More, plus efficace Brave Coeur !!!!!

       smiley smiley smiley


    • FredSud37 (---.---.242.203) 23 octobre 2006 20:36

      (.....) La liberté d’expression, ne saurait se réduire au droit de tout dire sauf ce qui est susceptible de heurter l’opinion de l’autre, ou sa croyance, ou même sa foi qui, dans le droit républicain, n’est qu’une des figures possibles de l’opinion. Face à certains commentaires, particulièrement nauséabonds, qui ont pu s’exprimer à propos de la situation de Robert Redeker, il paraît nécessaire de rappeler que le droit de critiquer une religion, un livre sacré, ou un prophète fait partie de la liberté d’expression, au même titre que le droit de critiquer une croyance, un livre, ou une personne quelconques. (.....)

      Une pétition est disponible : ICI.


    • JiPi (---.---.0.48) 23 octobre 2006 22:54

      A tal (IP:xxx.x22.17.162)

      C’est ça qu’on appelle une corrida.

      Ca fait 30 ans que j’ai compris et que je ne vais plus dans les arênes.

      Alors, c’est pareil ici.

      Toute ma sympathie au toro qui saigne.


    • Ezzedine el Kassem falloujah 23 octobre 2006 10:24

      Un pays légal complètement déconnecté de son pays réel,

      Phrase d’inspiration Maurrassienne qui en dit long sur les nostalgies à sens unique de l’auteur

      Cet article, sent la vielle France que j’abhorre celle des Dupont Lajoie, des Thénardier, et des Poissonnard, et surtout pour ma plus grande joie le dépôtoire de bilan y a plus qu’à tirer le rideau et faire vie à la nouvelle France bienvenue à elle. Quant à ma France c’est celle que chante si sublimement Jean Ferrat, aux antipodes de l’antienne, croyez moi elle trouvera un jour son existence.


      • Thenardier (---.---.120.179) 23 octobre 2006 10:30

        Il faut rappeler la duperie de Sélim Sebbah (alias Falloujah) pris en flagrant délit de pompage honteux du site de l’OMCT en faisant croire qu’il en est l’auteur

        La vérité sur Falloujah, faux historien, vrai menteur truqueur.

        Rappel des faits : Falloujah (alias Sélim Sebbah) fait le post suivant : . exploitation des employés par la diaspora arabo-musulmane au Burundi par falloujah par falloujah (IP :xxx.x16.76.231) le 21 octobre 2006 à 18H22

        « Salam aleikoum Aïcha et enchanté c’est un plaisir de porter la chasse à ces tortues. La situation globale et politique au Burundi. Monsieur Barthelémy j’aurais aimé que votre article dépasse une petite querelle de clocher et l’instrumentalisation, d’un règlement de compte personnel, afin de donner aux lecteurs D’Agora qui le méritent, une vision plus objective et étendue de la réalité de votre pays le Burundi. Puisque vous n’avez pas cru bon de le faire,je me substitue à cette vacance d’analyse en ma qualité d’Historien. »fin de citation

        Puis suit un long texte que Falloujah termine d’un « Sélim Sebbah historien ».

        En fait ce texte a été intégralement pompé sur le site de l’OMCT

        http://www.omct.org/base.cfm?cfid=4128651&cftoken=942532&page=article&consol=close&rows=5&num=6219&kwrd=OMCT&SWITCHLNG=FR

        Comment qualifier un tel délit en langage d’ historien ? On attend toujours la réponse


      • vendeta (---.---.102.27) 23 octobre 2006 10:29

        Alors même que Sarko laisse la République laique au main de ces amis extrémistes religieux, et utiliser notre pays fort et influent pour diriger une guerre silencieuse de civilisation judéochrétien contre l’Islam comme au temps des croisades...

        Il se sert d’un populisme nationaliste digne des nazis pour exacerber la haine des autres, juste pour occuper l’esprit des gens, évitant qu’ils puissent analyser sereinement le pourquoi de leur situation d’esclave du capitalisme... Avoir peur et hair les noirs et les arabes c’est plus faciles que de combattre l’injustice sociale face à l’etat ou son patron...

        Liberté, Egalité, Fraternité..... ou Travail (pour enrichir les copains du MEDEF) Famille (Judéo si possible, chrétienne au moin s !) Patrie (glorifier la culture guerrière pour envoyer nos enfants servir de chair à canon pour les USA et Israël en Irack, Afganistan, Liban, et bientôt Iran ?)

        Chacun est libre de son choix...comme en 1933 Ferons nous la même erreur qu’il y a 70 ans, en laissant s’installer un pouvoir « sauveur de la nation » que nous ne pourront plus controler après ?

        V.


        • nietzsche (---.---.65.129) 4 novembre 2006 17:09

          A vendeta ;

          desolé de te l’apprendre mais la france n’ai plus que l’ombre de lui meme, elle a les genoux qui flanche, boursoufler et A un sentiment de ballonement TRES DESAGREABLE. ELLE CE SENS VIELLIRE A CHAQUE INSTANT JUSQU A EN perdre pied.

          ALORS FORT ET INFLUENT l’aisse moi rire LOL

          ouvrez l’oeil et le bon !!!


        • Dragoncat (---.---.246.87) 23 octobre 2006 10:46

          @ l’auteur

          Votre article soulève pour le moins, deux problèmatiques.

          La première est celle de l’amour de son pays - sujet ô combien délicat en France. Nous sommes l’un des rares pays dans le monde où il est mal vu d’aimer son pays. Parler d’aimer la France, étrangement, c’est se ranger de facto dans le camp de Le Pen. Il faut dire que les politiques ont eu depuis 30 ans l’idée lumineuse de lui laisser cette idée en exclusivité. smiley

          Alors oui, on peut aimer son pays sans détester les autres. Oui on peut aimer son pays sans aimer son gouvernement - ce sont deux entités bien distinctes. On peut aimer la France pour sa géographie, sa culture, son histoire sans la mettre sur un piédestale et regarder le reste du monde avec mépris. Et la confusion est malheureusement fréquente - et souvent aussi volontairement entretenue.

          Je vous rejoins tout à fait dans votre analyse du « problème musulman ». Il y a un soucis à ce sujet en France, et il est important de dire qu’il ne concerne qu’une toute petite minorité de personnes qui refusent de s’intégrer et qui tentent d’imposer, parfois par la violence, un mode de vie carrément rétrograde. Mais refuser d’en parler c’est là encore faire le jeu des extrêmes.

          Et comme vous avez pu le constater, en parler c’est aussi sec se faire taxer de raciste. Notre ami Falloujah, nouvellement en charge des basses besognes et des opinions à l’emporte-pièce s’en est déjà chargé. Merci à lui. smiley

          L’autre soucis de notre pays, c’est celui de la nostalgie d’une grandeur - réelle ou pas, peu importe - perdue. Je vous rejoins encore une fois quand vous parlez du « génie français ». On peut encore en parler au sujet des 35 heures. Au moment ou la plupart des pays travaillent plus qu’avant, nous avons pris le choix de faire le chemin inverse. Donc soit nous sommes infiniment plus brillant et visionnaire que le tas de cons qui nous entourent (à savoir le reste de la planète), soit nous sommes tellement passionné dans la contemplation de notre nombril qu’on ne voit pas le mur arriver. smiley

          Et c’est le sens que je retire de votre intervention, on peut aimer son pays et estimer que tout ne va pas pour le mieux. J’ai comme vous (dans une moindre mesure) l’occasion d’être souvent à l’étranger dans le cadre professionnel et voir ce que font les autres apporte de l’oxygène. L’auto-satisfaction et l’aveuglement sont les deux principales caractéristiques des élites françaises à l’heure actuelle. Et comme d’habitude, on ouvrira les yeux APRES la catastrophe.


          • Ezzedine el Kassem falloujah 23 octobre 2006 10:48

            Réponse à thénardier« alias la vérité toujours » faussaire de pseudo et menteur de surcroît car j’avais déjà répondu.

            La preuve / Mon métier d’Historien cher ignare

            par falloujah (IP:xxx.x16.76.231) le 22 octobre 2006 à 14H38 Cher Vérité toujours/

            Formidable ignare et xénophobe de surcroît, j’en veux pour preuve ce langage d’illetré petit Arabe que vous me prêtez. Et dont je restitue vos vocables, que vous m’affublez en bon Raciste que vous êtes

            Cy pas moi, Monsieur l’agent, jty jure, j’y rien fait.

            On appréciera la délicatesse de vos propos ! et votre basse manoeuvre .

            Car de toute évidence, pour vous un Bicot comme moi ne saurait être universitaire et encore moins instruit.

            Puisque vous n’avez pas cru bon de le faire,je me substitue à cette vacance d’analyse en ma qualité d’Historien. Donc ce que vous qualifiez de « coupé collé » et dont par la suite, vous m’affubliez du terme de faussaire et de truqueur, cela signifiait tout simplement, et voulait dire mise à disposition de témoignages.

            Dois je comprende qu’en tant qu’Historien en rapportant un témoignage de 1378 sur un fait d’arme particulier« dont je ne suis pas partie prenante », c’est un travail « coupé collé » de « faussaire et de truqueur » ? ou dirait on ! plutôt, lorsque on est pourvu de belle intelligence, une mise à disposition d’un documentet et fait Historique.

            Combats en Marmande 1378

            Les servants avaient allumé auprès de chaque engin un brasero où rougissait une broche de fer. Puis, ayant introduit la poudre à l’aide de grandes cuillers de fer battu, ils chargèrent chaque bombarde, d’abord d’une bourre d’étoupe, ensuite d’un gros boulet de pierre de près de cent livres, tout cela entonné par la gueule. Un peu de poudre fut déposé dans une gorge ménagée sur le dessus des culasses et qui communiquait par un mince orifice avec la charge intérieure. Tous les assistants furent invités à se retirer de cinquante pas. Les servants des pièces se couchèrent, les mains sur les oreilles ; un seul servant resta debout auprès de chaque bombarde pour mettre le feu à la poudre à l’aide des longues broches de fer rougies au feu. Et aussitôt que cela fut fait, il se jeta au sol et s’aplatit contre la caisse de l’affût. Des flammes rouges jaillirent et la terre trembla. Le bruit roula dans la vallée de la Garonne et s’entendit de Marmande à Langon. L’air était devenu noir autour des pièces, dont l’arrière s’était enfoncé dans le sol meuble par l’effet du recul. Le connétable toussait, crachait et jurait. Quand la poussière fut un peu dissipée, on vit qu’un des boulets était tombé chez les Français ; une toiture, dans la ville, semblait éventrée. Beaucoup de fracas pour peu de dégât. Avec de vieilles balistes à poids et à frondes, tous les boulets seraient arrivés au but sans qu’on soit à s’étouffer pour autant. Or, à l’intérieur de La Réole, personne n’avait compris tout d’abord pourquoi, du toit de maître Paelpuch, notaire, une grande cascade de tuiles était soudain tombée dans la rue. On ne comprit pas non plus d’où venait ce coup de tonnerre, parti dans un ciel sans nuages, et que les oreilles perçurent un instant après. Puis les hommes surgirent de sous la terre, en hurlant, parce qu’un gros boulet de pierre venait de choir auprès d’eux.

            Sélim Sabbah

            Historien


            • Thenardier (---.---.120.179) 23 octobre 2006 11:03

              Falloujah (Sélim Sebah, historien) dit qu’il voulait « mettre à disposition un témoignage ».

              Mettre à disposition un témoignage pour Falloujah consiste à pomper un texte trouvé sur un site internet (le site de l’OMCT) gommer le nom des auteurs et signer de son nom à la place.

              C’est clair qu’avec des Falloujah, l’identité de la France est entre de bonnes mains et son escroquerie intellectuelle le qualifie pour en parler à notre place.

              L’auteur a raison, l’iSSlam est le plus grand danger pour notre identité, la preuve en est le retour des obscurantismes dans lesquels cette religion nous a plongé, de Redeker, sandwich dans la cour de récré, tabassage de gynécos, Moussaoui, Fofana...... attentats, refus des lois de la république....La liste est longue mais la prise de conscience est maintenant évidente.


            • (---.---.138.115) 23 octobre 2006 11:43

              falloujah, vous n’allez pas venir troller ce fil aussi ! Nous avons déjà pu suivre vos affligeants « exploits » ailleurs et nous avons bien compris qui vous êtes. Alors svp laissez nous suivre ce fil sans avoir à subir vos niaiseries.


            • armand (---.---.35.183) 23 octobre 2006 12:57

              Apparemment Falloujah représente une sensibilité que je qualiferai d’anti-France, pour utiliser un terme maurrassien qu’il appréciera. Et sa référence à Jean Ferrat, le chantre du parti communiste dit « français » ne fait qu’enfoncer le clou. La France c’est autant le Sacre de Reims que la Fête de la Fédération, et c’est ainsi qu’elle est conçue pour la vaste majorité de ses habitants. Libre à lui de pratiquer son terrorisme verbal en traitant tous ceux qui ne sont pas de sa chapelle de Dupont-Lajoie, etc. Toute discussion sérieuse, avec ce bord, est inutile.


            • FredSud37 (---.---.242.203) 23 octobre 2006 20:40

              Bien que je n’éprouve pas le besoin d’entrer dans un débat théologique pour soutenir Robert Redeker, la vidéo suivante apporte cependant un éclairage utile sur le fond de ses propos que d’aucuns ont qualifiés un peu rapidement de « haineux ». En fin de compte, qu’aurait donc dit Robert Redeker qui n’ait déjà été avancé par des théologiens de l’islam ?

              Une pétition est disponible : ICI.


            • caramico (---.---.227.100) 23 octobre 2006 11:06

              Quel autre pays que la France peut reprendre son flambeau soit disant éteint ? Personellement, je n’en vois aucun autre.

              Alors, « l’extinction » est peut-être générale, à savoir que ce monde manque globalement de valeurs.

              Quand à la situation de la France, vue du bout du bout de l’Afrique, la vision pessimiste de l’auteur aurait besoin d’être actualisée au contact de la génération montante, qui « carbure » à la chanson française et n’envahit que peu les antres de la malbouffe.


              • lss (---.---.8.50) 23 octobre 2006 11:10

                Ca me fait penser à une conversation que j’ai ce week-end avec un français qui voyage souvent à l’étranger et a qui un chinois à dit : « vous les français, n’aimez pas vos enfants ».

                Comprenez ce que vous voulez...


                • faxtronic (---.---.127.45) 23 octobre 2006 12:09

                  N’ecoute pas les chinois en tout point. Mon amie est chinoise et s’appelle « soleil rouge » nee pendant la revolution culturelle. Elle vit en europe depuis 10 ans. Et bien je peux d’affirmer que les chinois que je connais ont une vision tres approximative et tres dogmatique du monde. Je suis nippophile, et il a fallu que j’ammene « soleil rouge » voir un film japonais pour lui montrer que le japon est different de celui de 1930 et tres americain.

                  En effet les chinois pensent que nous aimons pas nos enfants, car ils ne dorment pas avec leur parents, ce qui se fait couramment en Chine ou au Japon. Quand je dis que les gamins en france, meme bebe, dorment dans leur chambre et pas dans le lit des parents, je passe pour un monstre smiley

                  Repondu a ta question ?


                • Non aequalis (---.---.64.135) 23 octobre 2006 11:10

                  Si le nationalisme est la maladie infantile de l’humanité , le communautarisme est fils du capitalisme et de l’intégrisme.

                  Cette engeance au combien répugnante doit être occise !


                  • Avatea Avatea 23 octobre 2006 11:10

                    une interrogation simple cependant : combien de foyer ont un drapeau français chez eux ? A l’heure ou les nationalismes deviennent de plus en plus forts, les Français suivent, mais restent bien plus timides. Il suffit de voir aux Etats-Unis (chaque ado a un drapeua américain dans sa chambre), en Allemagne même (où être patriote ne signifie plus nazi).. Je ne parle evidemment que des pays développés. C’est d’ailleurs intéressant de voir que lors de la coupe du monde, on voyait sur les champs Elysées une majorité de drapeau... non français, mais plutôt de colonies ou ex colonies françaises, ou de minorités fortement présentes (Portugal, Italie..)


                    • faxtronic (---.---.127.45) 23 octobre 2006 11:26

                      Moi j’ai un drapeau francais accroche a ma fenetre. mais je dois dire que j’ai la sourde crainte de me faire caillasser, comme si ce que je faisait etait mal. Et pourtant jamais eu de probleme. Jái en effet peur de montrer le drapeau francais, mais cette peur est quasiment irrationnelle... Irrationnelle quoi que. Une fois j ái sorti le drapeau francais pour le 14 juillet a Lyon. 3 types de reactions :

                      - Ce mec est bizarre ou ridicule (90%)(la plupart de personnes en fait).
                      - Ce type est facho (8%) (reactions de deux bandes de jeunes, l’une maghrebine l’autre non)
                      - Joli drapeau, vive la france (2%) (reaction d’un jeune magrhebin de 30 ans environ)


                    • Dragoncat (---.---.246.87) 23 octobre 2006 11:55

                      Un témoignage intéressant, merci.


                    • c florian (---.---.162.39) 23 octobre 2006 11:17

                      la france est riche, chacun y voit l’identité qu’il veut y voir. pour l’instant elle reste fidéle à elle même, un pouvoir centralisé confisqué par une « élite » qui ne comprend rien au pays qu’il dirige. et tout changement n’est du qu’à une revendication violente, manifestation ou émeute, la réflexion et la discussion n’intervenant qu’en dernier recours. dans le même temps, dans un pays dont la fete nationale est une révolution, où l’hymne est un appel aux armes, le débat n’est pas mis en avant.

                      le probléme en france est qu’il n’y a pas une identité, ses valeurs et principes sont nombreux et parfois contradictoires. un pays qui prone le droit des peuples à disposer d’eux memes et qui a bafoué ce droit tout au long de son histoire, une état trop présent mais qui n’en fait jamais assez, une promotion de la francophonie tout en repoussant toutes les autres langues.

                      tout le monde parle de l’identité française mais personne ne saurait la décrire. une forte identité ne disparait pas comme ça, et tout les pays du monde se plaigne de la perte de leur identité. en fait l’individualité de plus en plus importante dans notre monde entraine une perte d’individualité commune. certains se sentent perdus, n’ont plus de repere, et recherchent un groupe pour exister, que ce soit chez les nationalistes, chez les integristes, où des personnes beaucoup moins radicaux mais avec une forte personnalité.


                      • José w (---.---.25.142) 23 octobre 2006 11:27

                        Mais de quelle France parle l’auteur ?

                        Je crois que toute l’ambiguité de son papier réside dans cette identité-là.


                        • Internaute (---.---.11.224) 23 octobre 2006 11:31

                          Cet article est bien dans l’air du temps. Aprés trente ans d’errements les politiques finissent par se rendre compte que le Front National a raison sur toute la ligne et essayent de récupérer sa politique tout en lui refusant le droit d’être un parti politique comme un autre. Cela donne des situations assez cocasses comme De Villiers qui en vient à copier les slogans du FN. Pour gagner, SékoSargo sentent bien qu’il leur faut les idées du FN mais il ne faut surtout pas que les gens puissent écouter le FN. Ainsi, on continue le black-out du FN à la télé et dans la presse. On pressionne au maximum les maires pour qu’il n’ait pas ses signatures. En même temps, on lit en cachette les discours de Le Pen pour en tirer des arguments de campagne. Pauvre démocratie !

                          Le constat que vous faite du malaise est trés juste mais vous n’allez pas au fond des choses. Vous croyez que la France se résume à une culture et des valeurs, trés faussement appelées judéo-chrétiennes. Nos valeurs n’ont rien de religieuses si vous y réfléchissez un peu. Ces termes désignent des choses subjectives et impalpables dont la réalité est portée par un peuple, le nôtre. Aujourd’hui il y a une séparation, un déclage de plus en plus grand, entre l’Etat français et la nation française. Ce hiatus ne sera jamais résolu en disant, par exemple, que n’importe qui peut devenir français. A dose homéopatiques bien sûr que oui, mais quand on héberge 10 à 15% d’africains, cela n’est pas possible. Ce n’est pas une question de délinquance. Quand bien-même seraient-ils tous éduqués et bien élevés selon nos normes, il est évident qu’ils ne portent pas en eux l’art, les coutumes et le génie français. Ceci ne veut pas dire qu’ils en manquent, mais ce n’est plus le nôtre. Cette terre continuera à s’appeler FRANCE mais son peuple aura disparu.

                          Le rôle destructeur des médias qui mentent aux gens doit être relevé et dénoncé sans arrêt.

                          Le problème du mercantilisme international que vous résumez à l’américanisme est tout aussi important. Il faut arrêter cette Europe qui vise à uniformiser toutes nos lois, tous nos produits, toutes les formes et les couleurs que nous utilisons. Le peuple français, avec ses qualités et ses défauts a le droit d’exister. Nos politiques nient cette existence et le FN est le seul à la reconnaître.

                          Je ne partage pas votre pessimisme sur les grandeurs passées. Il suffit d’un peu de volonté et d’énergie pour que renaisse la France, sous d’autres formes certe, mais de manière bien réelle. Encore faut-il avoir des hommes politiques qui pensent français.


                          • Francois (---.---.241.20) 23 octobre 2006 11:34

                            le mieux reste quelques images... http://video.google.fr/videoplay?docid=-9138137421954430815

                            La voila notre belle France qui rayonne au quatres coins du monde par ses qualités, respect, travail, savoir vivre, culture... mais je trouve qu’elle ressemble au bronx cette france.


                            • Francois (---.---.241.20) 23 octobre 2006 11:34

                              le mieux reste quelques images... http://video.google.fr/videoplay?docid=-9138137421954430815

                              La voila notre belle France qui rayonne au quatres coins du monde par ses qualités, respect, travail, savoir vivre, culture... mais je trouve qu’elle ressemble au bronx cette france.


                              • miteny (---.---.165.158) 23 octobre 2006 11:34

                                Pourquoi au lieu de défendre la France ne pas plutôt défendre les valeurs humanistes.. C’est en plus ce que traditionnellement les « français » sont censés vouloir faire.


                                • Le péripate Le péripate 23 octobre 2006 11:38

                                  Et une déploration de plus !!! Je me garderai bien de critiquer l’auteur, de peur d’être assimilé à la bien pensance qu’il dénonce. Aussi je vote non, et passe à autre chose.


                                  • Neos (---.---.108.93) 23 octobre 2006 11:43

                                    « Il suffit de voyager (...) pour se rendre compte que l’image sublimée de la France jaunit. »

                                    Oui. Je vis également à l’étranger et je confirme cette réalité, invisible à l’intérieur.

                                    La peur semble envahir les foyers face à un avenir incertain. Je suis moi même inquiet lorsque je traverse la frontière française, en train, et que des militaires et policiers me demandent ma carte d’identité, chose impensable en Belgique, en Allemagne (..)

                                    Un pays qui a peur est un pays fragile, qui peut à tout moment chavirer vers le pire.

                                    La France n’a plus cette ouverture d’esprit et cette tradition de l’accueil comme cela était le cas autrefois.

                                    Etant impliqué dans les affaires européennes, je me répète très souvent que le parapluie européen est heureusement là pour aider notre pays à éviter ce pire en question.


                                    • faxtronic (---.---.127.45) 23 octobre 2006 11:54

                                      En belgique aussi, je trouve que l’image de la france n’est pas si mal. En tout cas bien mieux que l’image que la france se fait d’elle-meme.

                                      Question, tu parle du pire... C’est quoi le pire, et en quoi il y a un parapluie europeen contre le pire.

                                      Parce que pour moi le pire c’est une guerre civile et raciale en france dans les 10 ans a venir, et je ne vois pas en quoi un parapluie europeen existerait. Depuis quand d’ailleurs un parapluie europeen quelconque existerait ??? L’europe est une grosse entite molle, incompetante et sans importance aucune


                                    • José w (---.---.25.142) 23 octobre 2006 11:56

                                      Ce discours de la France qui jaunit est une re-sucée des antiennes inaltérables de la France qui vieillit, de la France qui moisit, qui ceci ou qui cela...

                                      Tout comme l’auteur, vous ne faites que resservir du réchauffé que l’on entend depuis toujours (ou presque).

                                      Vous le mâtinez d’Européisme béat, mais cela n’y change pas grand chose...

                                      Bref, rien de nouveau sous le soleil, il n’y a que les termes et les angles de vue qui changent, mais après tout, cela non plus ce n’est pas nouveau.

                                      Il est toujours bon d’enfoncer des portes ouvertes de temps en temps : cela ne fait pas de mal et donne l’impression de progresser...

                                      Mais en fait, c’est bien souvent ce que l’on reproche à la France qui fait sa force et son rayonnement !


                                    • Ezzedine el Kassem falloujah 23 octobre 2006 12:04

                                      Cher thénardier faussaire de pseudo « alias la vérité toujours quelle humour »

                                      C’est clair qu’avec des Falloujah, l’identité de la France est entre de bonnes mains.

                                      Merci à vous pour ce compliment .

                                      Bonjour l’ami josé w

                                      Tu as vu les nains de jardin en sont encore à penser que le patriotisme et l’amour que l’on a pour un pays, se mesurent aux nombres de drapeaux qu’on a chez soi, moi le Musulman je vous le dis, que tous ses français très patriotes, et très prosélytes quand il s’agit de casser de L’Arabe ou du Noire en cas d’attaque de la France par les Etats-Unis ou autre retourneront leurs vestes et se donneront au plus fort et seront au rendez vous, de toutes les trahisons comme au temps du Maréchal où chaques célébrations donnaient lieu à de grandes imprécations patriotiques faites de Marseillaise à gorges déployées et de drapeaux Bleu Blanc Rouge aux fenêtres, laissons donc ces patriotes des folklores en temps de paix.

                                      En attendant, que les français « de papiers comme nous définissent ces tartuffes franchouillards » Arabo-Musulmans prennent le maquis pour défendre le pays en péril devant l’agression extérieure, et moi le premier.

                                      Odi profanum vulgus et arceo


                                      • faxtronic (---.---.127.45) 23 octobre 2006 12:12

                                        ta gueule, cela te va comme reponse ? Que veux tu repondre a cela, a cette attaque d’un racisme et d’un betise inoui, a part ta gueule ?


                                      • Ezzedine el Kassem falloujah 23 octobre 2006 12:12

                                        cher (IP:xxx.x37.138.115) « nous avons bien compris qui vous êtes »

                                        Si vous aviez compris qui j’étais, on pourrait à bon droit vous qualifier d’intelligent, ce qui n’est pas le cas .

                                        Cordialement


                                      • Ezzedine el Kassem falloujah 23 octobre 2006 12:20

                                        Cher faxtronix

                                        « Chaque célébrations »Sic

                                        Touché, coulé cher collectionneur de drapeaux .


                                      • (---.---.138.115) 23 octobre 2006 12:20

                                        falloujah, vous n’êtes qu’un sombre imbécile. Croyez vous que de prendre des postures de singe savant suffit à vous qualifier. faxtronic à raison, le seul discours avec des minables extrémistes de votre espèce est : ta gueule !


                                      • faxtronic (---.---.127.45) 23 octobre 2006 12:21

                                        je ne comprends pas ton commentaire ?


                                      • Aurélie Chaigneau (---.---.17.206) 23 octobre 2006 12:35

                                        Tu as vu les nains de jardin en sont encore à penser que le patriotisme et l’amour que l’on a pour un pays, se mesurent aux nombres de drapeaux qu’on a chez soi, moi le Musulman je vous le dis, dit Falloujah.

                                        Falloujah a raison, le patriotisme et l’amour de la France se mesurent au nombre de drapeaux algériens brandis lors des rencontres de football et plus particulièrement au drapeau algérien hissé au frontispice de la mairie de Lyon à l’issue de la demie finale de la coupe du monde.

                                        Falloujah, le moment venu, nous libérera et fera bouffer les couilles aux nains de jardins.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès