Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Democracia Real Ya ! : mort ou vif ?

Democracia Real Ya ! : mort ou vif ?

Suite à mes précédents buvards dédiés à la naissance de mouvements citoyens à Paris puis à Bruxelles et afin d'en savoir plus sur l'origine de cette contagieuse prise de conscience, j'ai décidé de me rendre à Barcelone en tant que reporter citoyen. Je rappelle - au cas où des ermites citadins séviraient parmi nous – que ce mouvement est né en Espagne il y a quasi un mois et s’est depuis étendu bien au-delà des frontières de la péninsule ibérique (le lien vers la mappe monde des mobilisations). Arrivé sur place le vendredi 10 juin, je fus accueilli par un déluge de pluie qui s’abattait sur la capitale catalane depuis quelques jours déjà. Mais le fait est que j’étais sur la Plaza Catalunya, au coeur de l’Acampada de Los Indignados.

Commissions ?

Plus ou moins abrité sous un parapluie de fortune que je venais d'acheter à un vendeur à la sauvette, je me suis mis à parcourir les différentes commissions qui encerclent la place : commissions santé, action, dynamisation, communication, convivialité, immigration, habitat, cuisine, etc. Arrivé devant la tente de la commission internationale, j’ai fait la connaissance de certains des activistes qui y officient. Je leur ai donc expliqué que je venais de Bruxelles et que le but de ma visite consistait à rencontrer des citoyens actifs au sein du mouvement, à la fois pour comprendre le modus operandi du campement mais aussi pour approfondir les idées qui motivent cet acte politique qui semble trouver un écho dans les consciences de centaines de milliers de citoyens de par le monde. 
 
Les commissions sont constituées de manière spontanée par les citoyens qui en prennent l'initiative. Leur formation est donc libre et basée sur l'autodétermination de leurs membres. Celles-ci sont thématiques et chacune d'entre elles est vouée à s'occuper d'un pant de la vie sociale. Je vous propose de zoomer plus particulièrement sur le cas de la commission internationale, qui me semble être importante pour les mouvements non espagnols. On m’a expliqué que sa fonction consiste à rechercher, traduire et relayer les dépêches de presses nationales ou étrangères, qu'elles proviennent de médias participatifs, alternatifs ou classiques et de les proposer aux citoyens tant à travers leur site d'informations, www.takethesquare.net (dont la médiation est cogérée avec des concitoyens madrilènes) qu'à travers la plate-forme de travailhttps://n-1.cc/, qui sert de fait de forum subdivisé par pays ou par ville, où tout un chacun peut publier des documents, des vidéos, des informations, etc... qui après vérification et validation sont publiés sur le site principal www.takethesquare.net ou sur les tables d'informations qui sont accessibles par tout le monde sur les campements. De nombreux hackers/programmeurs ont également rejoint la commission pour lui apporter leurs expertises. Vous avez sans doute déjà pu visiter des sites regroupant streamings, achtags twitters, etc. classés par ville et par pays. Pour pouvoir fonctionner efficacement, cette commission internationale est également composée de sous-commissions, dont la commission "réseau international" qui est chargée de former des connexions directes avec les mouvements nés dans d'autres villes et d'autres pays pour échanger stratégies d'organisation, informations et autres. Une seconde sous-commission est la commission traduction, qui elle est chargée de traduire les dépêches et les articles de presse étrangers, qu'ils traitent de l'actualité du mouvement en Espagne ou ailleurs. Les citoyens participants à la commission internationale sont actuellement occupés à rédiger un tutorial qui se veut le reflet chronologique de toutes les actions entreprises depuis le début du mouvement, qu'elles aient été bénéfiques ou pas. Ce dernier sera traduit, avec le concours de dizaines de traducteurs à travers l'Europe. Le but de cet ouvrage en évolution permanente est de permettre aux activistes d'ici et d'ailleurs de profiter de l'expérience de leurs prédécesseurs pour éviter de faire les mêmes erreurs et pour s'inspirer des actions qui ont déjà démontré leur efficacité ailleurs.
 
La totalité des activistes que j'ai pu rencontrer ont insisté sur le fait qu'il est primordial de créer des commissions qui soient effectives et qui se mettent concrètement au travail. Pour eux, l'étape de l'indignation est positive et réunificatrice, mais elle n’est qu’une étape. A plusieurs reprises lors de nos conversations, ils ont chacun à leur manière rappeler que le mouvement né n'est que s'il agit. S'il se limite à l'indignation, il n'est déjà plus. A ce stade, un manifeste a été rédigé, dans lequel sont définies les principaux points sur lesquels s'articule le mouvement et plus particulièrement les revendications minimales exigées (dont voici une traduction en Français). Entre autres points, je me dois de rappeler l’affirmation du caractère apartiste du mouvement, qui n'est d’ailleurs nullement incompatible avec son essence politique. Des propositions concrètes sont à l’étude et en cours de rédaction. Et cela, avec le concours de citoyens de tous horizons et de toutes professions. Voici un lien vers la plate-forme du Café Repaire de Barcelone où vous pourrez retrouver une liste des sites du mouvement.
 
Démocratie réelle ?
 
Pourquoi ce slogan ? En quoi les démocraties représentatives qui sont les nôtres ne sont pas des démocraties réelles ? La démocratie horizontale serait-elle la solution aux impasses de la démocratie verticale ? J’ai posé ces questions aux différents interlocuteurs avec qui j’ai pu m’entretenir durant ces trois jours et voici, en substance, ce qu’ils m’ont répondu :
 
"Le fait d’associer dans notre revendication les termes “démocratie” et “réelle” induit l’idée que la démocratie dans laquelle nous vivons n’est pas réelle. Les gouvernements ne nous représentent plus. Ils prennent des décisions sans nous consulter. Ils défendent les intérêts d’une minorité au détriment de la majorité. Nous souhaitons proposer des lois et nous souhaitons que les parlementaires exécutent ce que le peuple aura décidé plutôt que de s'arroger le droit de voter des lois que le peuple rejette. Nous avons décidé de nous réapproprier la politique pour qu'elle soit au service du citoyen au lieu de servir les intérêts personnels des pouvoirs en place, quelle que soit leur nature."
 
Réactions des politiques et des médias sur le mouvement ?
 
"Ils nous observent, ils n’en parlent pas ou quand ils en parlent, c’est pour le décrédibiliser. Ce qui n'est qu'une preuve supplémentaire de la légitimité de nos actions. Ce que nous faisons les gêne, car notre volonté de redonner le pouvoir au peuple va à l'encontre de leurs projets. Ils essaient de faire pression, de saboter le mouvement par tous les moyens qui sont à leur disposition : interventions policières, stigmatisation, diabolisation, infiltrations visant à provoquer des divisions au sein même des commissions ou des assemblées populaires. Par ailleurs, certains membres de partis fascistes ou de mouvements anarchistes existants tentent de s’associer au mouvement - avec sans doute des intentions de récupérations - sous prétexte qu’ils défendraient les mêmes idées." Certaines actions similaires ont d’ailleurs été dénoncées à Paris ou à Bruxelles également.
 
Par ailleurs, il est à noter que certains policiers sont sensibles au mouvement et collaborent avec les activistes citoyens. Le vendredi 27 mai, par exemple, certains d’entre eux les ont avertis qu'une évacuation musclée se préparait. Ils les ont aussi prévenus qu’une quarantaine d'infiltrés sévissaient en permanence au sein du mouvement, que ce soit en participant aux commissions, en essayant de semer la zizanie, de freiner le développement des actions ou encore de provoquer des divisions au sein du mouvement. D’après certains membres de commission, il semblerait que la Guardia Urbana (police de la ville) essaye de rabattre des éléments perturbateurs (voyous, marginaux, drogués, etc.) vers la place pour tenter d’y créer un sentiment d’insécurité, de peur et de violence, ce qui a des effets négatifs sur l’image du mouvement. Ces hommes et ces femmes marginalisés, qu’ils utilisent pour dénigrer les volontés de prise en main de milliers de gens chaque jour, sont avant tout nos concitoyens. De fait, cette violence, propre à chaque ville, n’est pas générée par le mouvement mais par le système qui est le nôtre aujourd’hui. Les risques d’amalgames sont donc évidents, et les solutions que les commissions mettent en place pour tenter de les minimiser démontrent une fois de plus l’existence d’une intelligence collective. 
 
Démantèlement des campements ?
 
J’ai lu récemment que le campement de la Puerta del Sol à Madrid allait être levé et délocalisé dans les quartiers de la ville. Cette nouvelle m’a d’emblée intriguée. J’ai donc tenté d’en savoir plus en interrogeant les citoyens du campement de Barcelone. Il en ressort que les avis sont partagés. D’après leurs explications, une commission continuité est née il y a un peu plus d’une semaine pour traiter la question de savoir si le campement de la Plaza Catalunya devait être maintenu ou pas. De fait, certains veulent le délocaliser et d’autres tiennent à le maintenir.
 
Les premiers argumentent que le campement est devenu insécure, surtout de nuit, et que l’occuper en permanence n’est pas nécessaire, d'autant plus qu'ils requièrent énormément d'énergie de la part de ceux qui le font vivre au quotidien. Ils plaident également leur cause en affirmant que si cela s’impose, un retour est toujours envisageable. Selon eux, le fait que son installation ait été possible une première fois implique qu’elle pourrait l’être à nouveau. Une occupation ponctuelle pour les débats, les assemblées populaires et autres évènements pourraient suffir. Pour les seconds, le fait que les quartiers se mobilisent est évidemment positif, surtout pour traiter les questions de proximité et de fond, mais le fait que cela implique de supprimer le campement l’est beaucoup mois.
 
En ce qui me concerne, je vous avoue que j’ai d'abord eu du mal à saisir l’intérêt d’une telle décision. En essayant de comprendre les raisons qui la motivent, j’apprends qu’il semblerait que cette décision ait été prise lors de l’Assemblée Générale du dimanche 5 juin. L'élément troublant, c’est que cette dernière aurait été prise sur base d’un système de validation inédit, à savoir à la majorité des votes, alors que jusque-là, les décisions étaient prises sur base d’un consensus des multiples commissions siégeant sur la place. Je m’explique : pour signifier son désaccord, le citoyen doit croiser les bras au-dessus de la tête, en revanche, s’il approuve la proposition, il doit lever les bras sans les croiser. Quels que soit le nombre de personnes présentes, la décision n’est pas validée si plus de quarante personnes croisent les bras. En l’occurrence, c’était le cas. Mais malgré cela, la proposition de lever le camp a tout de même été validée. Ce serait la commission dynamisation, en charge de l’organisation des assemblées populaires, qui aurait été à l’origine de cette pratique inédite, ce qui a, vous l’aurez deviné, créé des désaccords au sein du mouvement.
 
Cette décision s’expliquerait également par le fait que la journée du 15 juin semble primordiale pour une grande partie des activistes du mouvement. Un appel au rassemblement est actuellement lancé pour attirer un maximum de citoyens au Parlement où les lois de restrictions budgétaires et autres mesures d’austérité sont sensées être votées. Pour certains, il est essentiel de focaliser les énergies au niveau du Parlement. Ce que je trouve effectivement tout à fait cohérent. Par ailleurs, je ne comprends pas pourquoi cette concentration d’énergie est incompatible avec l’existence du campement. Encore une fois, je pense que l’un n’empêche évidemment pas l’autre. D’autant plus qu’il semblerait que les problèmes d’insécurité causés par des facteurs extérieurs au mouvement, aient été pris très au sérieux, au point de créer une commission convivialité dont le but est de parcourir la place de nuit, équipés de walkie-talkie, pour s’assurer de la tranquillité de ses occupants. Tout comme la naissance de campements ou d’agoras dans les quartiers de la ville n’est pas incompatible avec l’existence d’un campement plus important, qui non seulement pourrait centraliser les flux d’informations, mais aussi assurer un relai avec l’international.
 
Finalement, après avoir posé la question à de nombreux activistes, je comprends que la volonté générale est assez mesurée. Elle consiste à la fois à limiter le nombre de commissions tout en assurant la présence des commissions indispensables et la tenue des Assemblées Populaires au rythme de trois par semaine.
 
Conclusions
 
Vous aurez compris que le futur de ce mouvement est tout aussi insaisissable que son apparition. Les membres du mouvement ne sont autres que des citoyens agissant collectivement et en leur nom personnel : avocats, professeurs, ouvriers, retraités, employés, étudiants, etc. Chacun d'entre eux proposant son expertise et ses compétences. Tous ensemble défendant l'idée d'une réappropriation de la politique et d'une auto-détermination du peuple face aux pouvoirs en place, et chacun d'entre eux ayant ses propres opinions sur chacun des sujets traités. 
 
Mais il est également vrai qu'après l’euphorie des premières semaines, la fatigue et le stress semblent s’être installés au sein du campement. Pour la première fois depuis sa naissance, le mouvement espagnol fait face à des tensions et à des divergences importantes. Ce qui le pousse inévitablement à muer ou plutôt à s'adapter et à redistribuer ses énergies. N'est-ce pas là le propre de tout mouvement ? Sa capacité à négocier ce premier virage est sans nul doute cruciale pour sa survie et son développement. Sans compter le rôle catalyseur qu’il joue pour ses homologues européens, et ce même si les différents mouvements nés dans d’autres pays ont leurs propres contextes. Je rajouterai que la majorité des activistes m'ont semblé déterminés. Là où une minorité envisage de baisser les bras, une majorité retrousse ses manches.
 
C’est donc une semaine de questionnements qui se termine ici à Barcelone et sans doute aussi à Madrid. Comment vont-ils gérer cela ? Quels seront les effets de leur action du 15 juin prochain ? Arriveront-ils à bloquer l'accès au Parlement et empêcheront-ils les votes des lois qu'ils rejettent ? Arriveront-ils à concilier les volontés manifestes d’éparpiller le mouvement en l’implantant au niveau des quartiers de manière durable avec le maintien des commissions et de l’occupation existantes ? Quelle sera l’ampleur de l’appel à la grève générale du 19 juin ? Il me semble clair à présent que les réponses à ces questions seront déterminantes pour l’avenir du mouvement.
 
J'espère que ces quelques éléments de réponse quant au statut du mouvement en Espagne vous auront éclairé. Pour compléter ce billet et aussi pour vous proposer une vue de la place de l'intérieur, je vous invite à visionner les différentes vidéos et photographies que j'ai prises ainsi que quelques autres photographies que je trouve essentiel de diffuser pour montrer au plus grand nombre les images de la répression policière du 27 mai dernier. N'hésitez pas à participer au débat et à faire part de vos commentaires. Sur ce, je vous laisse en compagnie des images de l'Acampada et de cette phrase que l'un des citoyens de la Plaza Catalunya m'a glissé au cours d'une des discussions que j'ai eu le plaisir d'y partager : 
 
"La où il y a de la lumière, il y a de l’espoir."
 
 
Badi BALTAZAR
 
Je remercie ceux qui se reconnaitront pour le temps et l'énergie qu'il m'ont accordé. 

 

Les vidéos : 

 

Les photos :













exemple d'activité sur la place

le potager








Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • le journal de personne le journal de personne 14 juin 2011 11:38

    Plus de pouvoir...

    Je suis dans la peau d’Al Kahina
    La guerrière à fleur de peau… qui aime le danger et se nourrit de fleurs d’orangers…
    Qui pleure quand on lui parle de la rage des hommes…
    Qui rit quand on lui parle de l’âge des héros…
    Et qui chante quand on lui parle d’un présage divin…
    Al Kahina est la seule à avoir prévu l’imprévisible déclin de tous les usurpateurs du trône !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/plus-de-pouvoir/


    • panpan 14 juin 2011 22:02

      Ca fait un certain temps qu’elle m’énerve, Personne, avec son journal, ses considérations « poético-éthérées » et son site où abondent les photos d’elle. Encore une qui n’en peut plus d’elle-même...


    • panpan 14 juin 2011 22:06

      ça fait un certain temps qu’elle m’énerve, Personne, avec son journal et ses considérations « poético-éthérées-intellos » , avec son site rempli de photos d’elle...
      Encore une qui n’en peut plus d’elle-même et qui cherche à se placer.


    • JMK66 JMK66 14 juin 2011 14:27

      Merci Badi pour tes précieuses infos.
      Paix sur Toi.


      • bobbygre bobbygre 14 juin 2011 16:21

        Merci pour ce compte-rendu complet et pour avoir couvert cet évenement que les médias officiels ne couvrent pas.

        Comme quoi, le journalisme citoyen est une nécessité !

        Les espagnols sont en train de faire souffler un grand vent d’espoir sur le monde entier et nous rassurent tous quant aux fait que les dés ne sont pas joués et que le grand Capital est loin d’avoir gagné la guerre.

        Encore merci !


        • rastapopulo rastapopulo 14 juin 2011 22:24

          e le répète, des indignés dans un pays qui a vécu les 30 glorieuses c’est du délire !

          Nous avons déjà eu la division des richesses la plus juste de l’histoire de l’humanité sans endettement publique. 

          C’était le fruit du rattrapage industriel par investissement PRODUCTIF (crédit publique sans intérêts pour l’investissement) et muselage de la finance (Glass Steagall de 45 à 93 en France).

          Qu’est ce que vous voulez qui sorte d’une amnésie de sa propre histoire ? 

          Les espagnols commence a nommé Emilio Bottin (derrière toutes les obstructions de Zapatero lors de sa présidence de l’UE). Ils vont nous rattrapé si !a continue.

          Mais les imiter nous ? quelle régression.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 14 juin 2011 16:47

          Bonjour et merci pour cet éclairage.

          Il est temps enfin de rappeler que cette jeunesse qui refuse l’équation du système de consommation / télévision = formatage en règle / retour sur investissement privé, est la digne descendante des babas coule soixante huitards qui eux même, étaient la première génération d’après guerre entièrement nourrie aux pesticide résidus d’agent orange et défoliant au rebut des guerres zuniennes et qui a eu le courage de dire " allez vous faire voir chez les cinglés et fichez nous la paix si l’on veut de notre plein gré vivre dans nos montagnes comme des indiens si ça nous chante !

          Observez d’ailleurs cette jeunesse comme elle écoute la même musique magique de ces années herbes tendre...http://www.musicme.com/Stevie-Wonder/albums/Song-In-Key-Of-Life-0601215735727.html?play=01 C’est quand même plus vivant et réel que le boum crac de nos temps explosif et coupés aux adjuvants cristaux solides et irritants !

          allez mes amis, merdoquons ensembles !


          • cameleon29 cameleon29 14 juin 2011 22:34

            Le délit de faciès est à son paroxysme !
            Le feu brulera tout, et n’épargnera personne quand la colère sera insupportable.....


          • cameleon29 cameleon29 14 juin 2011 22:42

            L’ampleur, ça dépend d’eux, la participation, elle, relèvera plutôt du bide… Le peuple ne tardera plus à comprendre, si ce n’est déjà fait, qu’on attend de lui qu’il prenne le pouvoir pour approuver ce qui a été décidé sans lui.

            Vivement 2012 et sa présidentielle alors !!
            Le feu, encore le feu !! meme au prix de l’essence aujourd’hui, 10 bidons bien remplis, 10 banques,......... puis 20, puis 30........40..... Tremblez oligarques !

            Allo les RG, je vous attends ......... !


          • panpan 14 juin 2011 22:12

            C’est tout à fait vrai.
            Enfin, ils se seront bien amusés...
            Ils auront fait des rencontres ...
            Et comme le cul est à l’honneur, à la fois dans l’air du temps et sur AV... (cf. par exemple  : « le clitoris à Trois sauces », un des articles « les plus lus »  !


          • BOBW BOBW 14 juin 2011 18:49

            Merci Badi pour ce reportage d’information objectif et impartial.

             
            On peut y constater que le système oligarchique « libéral »au pouvoir( Comme en France a une « peur bleue » que s’installe une véritable démocratie qui l’élimine avec les puissances financières , leurs « larbins politiques » ) essaie d’utiliser toutes les ruses , provocations , mensonges et fourberies pour maintenir son omnipotence,véritable imposture vis à vis du peuple.

            • BOBW BOBW 14 juin 2011 22:32

              Je suis repectueux des opinions diverses mais établies sur des faits ,je vous remercierais d’apporter des preuves précises à votre allégation. Merci


            • rastapopulo rastapopulo 14 juin 2011 23:17

              Quelle commentaire de Baltazar svp ?

              Je pense la même chose parce qu’un pays qui a déjà connu un rattrapage industriel (garantie de la démocratie pour peu de ne pas imposer son taux de change comme l’Allemagne) ne peut se remettre au niveau d’un pays qui n’a pas connu les 30 glorieuses sans régresser.

              Le CNR n’a pas eu besoin de délirer sur le mot capitalisme pour exister.

              68 était une escroquerie. Mais je cherche d’autre mot pour l’exprimer.


            • kéké02360 15 juin 2011 08:12

              Gelone

              T’es pas obligé de rester sur Ago , il existe de très bons forums pour trous de balles !! smiley

              L’effondrement du système est enclenché Gelone .... le monde change ouvre tes yeux smiley

              Les jeunes ont honte du drapeau , en ont marre de vivre dans un pays de vieux dirigé par des vieux ......... Normal qu’ils préparent leur avenir à leur façon sans toi  smiley

              Les jeunes c’est l’avenir,des représentants du peuple en constituante par tirage au sort c’est l’avenir aussi smiley


            • Jean-Pierre Lovichi Jean-Pierre Lovichi 14 juin 2011 22:50

              Merci d’avoir été sur place.
              c’est très intéressant.
              Et très précis.

              Après, il est clair que ce genre de mouvement risque rapidement l’essoufflement.

              La critique qui est de dire que les demandes relèvent du gauchisme anti-capitaliste est facile mais pas fausse.

              En même temps, ce sont les seuls à ne pas accepter les règles du jeu en tant que telle et à vouloir en changer radicalement.
              Le fait que des citoyens tentent de se réapproprier un espace comme la rue et de s’organiser en dehors des structures d’appareil dé crédibilisées ne me paraît pas en soi négatif.
              C’est même plutôt encourageant.
               


              • cameleon29 cameleon29 15 juin 2011 07:59


                On peut tirer la chasse, les indignés se sont cramés eux-mêmes : la démocratie réelle est une escroquerie !

                Alors il n’y a que la violence pour faire changer les choses ?
                (c’est une vraie question)


              • Antoine Diederick 14 juin 2011 23:06

                Au moins, vous avez de la suite dans les idées, bref vous commencez à être le premier journaliste de Avox....enfin, un qui va voir de ses propres yeux et de ses yeux propres....

                J’ai comme l’impression que le gouvernement espagnol a du souci à se faire.....

                La question est :« Le mouvement des indignés va-t-il faire tache d’huile ailleurs en Europe ? »

                A mon avis, modeste, non. Chaque situation ds les pays européens est différente....

                Reste les dettes pourries.....alors là nous verrons....


                • Antoine Diederick 14 juin 2011 23:08

                  Voilà, c’est sans doute une de mes dernière interventions sur Avox....bonne continuation.....

                  Hasta Siempre !


                • cameleon29 cameleon29 15 juin 2011 07:57

                  Le peux de commentaires sur ce sujet tout comme la mobilisation me pose problèmes dans ce pays qu’est la France. Que l’on ne me dise pas que les gens ne savent pas meme si la désinformation bas son plein...... que l’on ne me dise pas que l’on a jamais entendu un proche, un voisin, un ami dire très fort qu’il en a marre de ce système.
                  Et que se passe t-il quand il a l’occasion de le faire entendre ?........ il ne se passe rien.
                  Pourquoi ? Les moutons sont bien gardés ?
                  Peut-on m’éclairer ?


                  • Amada 15 juin 2011 11:18

                    Bonjour,


                    D’abord merci à l’auteur pour ce suivi.
                    Ensuite, pourquoi ça me bouge pas ici. Mes hypothèses :
                    - Nous sommes usés par des tas de petits abus et de complexités administratives. Moi (mais c’est vrai que j’ai déménagé 6 fois en 4 ans), je n’arrête pas de devoir me défendre contre ces petits abus (20 euros par-ci, erreur par là). C’est épuisant et ça pousse à la résignation.
                    - Pour l’instant c’est « cause toujours » au niveau des manifs et des référendums. Ca pousse à la résignation. Même si, évidemment les indignés espagnols sont passés outre, nous, on est pas prêts.
                    - On attends comme des enfants, vu qu’on est ainsi traités et que, pour l’instant, on continue à compter sur un vote.
                    - On n’est pas assez en danger. Le clivage des générations, met la « honte » sur les précaires, les jeunes, les chômeurs, les banlieues, etc, qui a priori seraient susceptibles de bouger mes premiers. Mais la honte ça tue.
                    - Quiconque emet publiquement une opinion différente, aussi argumenté soit-elle, se reçoit immédiatement une volée d’étiquettes (complotiste, populiste) ou des attaques personnelles coupant tout dialogue sensé. Ca décourage d’emblée.
                    - Le « ressentiment » est, pour l’instant, attrapé par les mailles des « petites phrases » et des soi-disant conflits de première entre personnes. Il suffit de lire les forums. Ca distrait et ça évite d’agir.
                    - L’Espagne a été le berceau de l’anarchie. Nous on est le pays des droits.
                    En conclusion, je dirai que nous sommes trop « verticaux ». (cf France excès de verticalité)

                    Bien cordialement
                    Amada

                  • bobbygre bobbygre 15 juin 2011 08:03

                    Zetes pas trés sympa avec le troll...
                    Aprés tous les efforts qu’il a fournis pour pourrir le fil, y en a au moins un qui aurait pu le nourrir...


                      • Mugiwara 15 juin 2011 11:55

                        j’ai été aussi à un AG de la démocratie réelle à paris il y a 2 semaines de cela. 


                        les conclusions que j’ai pu tirées depuis lors sont : 

                        le peuple se réveille petit à petit, ceux qui se révoltent viennent sont pour la plupart des jeunes et de plus en plus, de personnes un peu plus agées les rejoignent. 

                        les participants (publics et secrétaires de commissions) viennent avec des idées pour essayer d’apporter des solutions à la situation actuelle qui frappe surtout plus l’UE que le reste du monde. 

                        Des assemblées générales se prolifèrent partout en Europe et l’on se met à se rendre compte de la facilité à se faire entendre d’une ville à une autre. 

                        de ce constat, je pense que la situation est encore embryonnaire. c’est une situation qui perdurera tant que la crise continue sa course folle dans les pays de l’UE. 
                        autrement dit, il est clair que quand ça va s’arranger, ces AG ne seront plus qu’un vieux souvenir. 

                        pour transformer l’essai et donc éviter que le mouvement soit mort né, il faut faire prendre conscience à tout le monde qu’il faut prendre des mesures à la fois locales et universelles. 

                        des dysfonctionnements, il y en a. mais peu en ont relevés lors de ces AG. des dysfonctionnements existent, mais ne sont pas tous aussi gravissimes les uns que les autres. 
                        le plus gros dysfonctionnement concerne le mode de scrutin lors des élections, nationales, européennes ou même locales voire régionales. 
                        en effet, le système qui permet d’élire à la majorité de plus de 50 pour cent permet aux élus de privilégier ses électeurs au détriment des autres. 
                        à chaque élection, des réformes entreprises précedemment sont souvent balayées par les nouveaux arrivants pour ensuite être encore balayées par les nouveaux nouveaux arrivants et ainsi de suite, ce qui pose un problème de stabilité, de cohérence. 
                        la solution est sorti lors de l’election présidentielle de 2002, car étant français, je ne vais parler de ce que je connais. 
                        comme on le sait, jospin est sorti dès le premier tour. or, lors de ce scrutin, on avait dit que les français avaient fait le choix du coeur au détriment de la voix utile ou de raison. 
                        et c’est là que justement le bât blesse, c’est qu’il faut justement privilégier les choix du coeur, qui sont plus en rapport à ce que nous voulons réellement voir pour chacun d’entre nous. 
                        c’était de la pluralité. le peuple a choisi divers candidats mais parce que le mode de scrutin n’envoie que 2 gagnants sur tous les autres, d’autres sensibilités politiques n’ont pas été prises en compte. or, ce qu’il faudrait justement c qu’il faudrait plus de vainqueurs à une élection. je m’explique : lors d’une élection, il serait normal d’avoir des représentants qui ont eu des scores d’au moins 25 pour cent. c’est quand même un quart de la population active. 
                        ceux qui auront eu ce seuil minimale devront donc avoir le droit d’appliquer les réformes ce pour quoi ils ont été choisis. ce qui sous entend qu’il doit exister des cohabitations à toutes les échelles politiques. parce qu’il faut respecter les doléances du peuple, parce que c’est plus fidèle à la réalité souhaitée par l’imaginaire d’abord ensuite par les peuples. 
                        ce qui veut dire une seule élection suffit mais pour élire à la fois, les maire, les députés, les sénateurs pour un mandat de 5 ans. pour tous. 2 mandats pour tous. 
                        donc, pour élire un président de la république, il doit être élu au bout de 3 tours et non plus de 2. sachant que les 3 qualifiés doivent avoir réunir 75 pour cent des français. 
                        un 2ème tour est effectué pour éliminer le 3e. et un dernier pour élire le futur président. 
                        lors de cette élection, les députés doivent être élus sur des propositions plus en rapport avec les souhaits du peuple que les leurs. en effet, un exemple tout bête : hollande sort la proposition de sortir du nucléaire au bout de 15 ans, à au moins 30 pour cent ou plus, je ne sais plus exactement, mais est ce que les français l’ont vraiment voulu ? veulent ils juste se contenter de ce petit chiffre ? 

                        des questions fondamentales doivent être posées lors de ces élections, et les propositions remportant le plus de suffrage permettra mécaniquement d’élire le représentant qui en a fait son cheval de bataille. 

                        ceux là, ce sont des députés. or, comme on le sait, des réformes les plus importantes comme la retraite, l’éducation, la sécurité ou autres sont très difficiles à mettre en place. récemment on est arrivés à faire des réformes en peu de temps. on peut commencer par imaginer que 3 grosses réformes suffisent pour commencer et au bout de 3 ans, un référendum doit avoir lieu si les français veulent encore un 4e, 5e réforme ou plus. 

                        les députés ne seront pas élus comme un genre de président de la région à l’assemblée, mais élus au niveau national. parce que les réformes entreprises sont plus nationales que locales. autrement dit, chaque candidat à l’élection présidentielle doit avoir sa liste de députés et en fonction du score atteint au 2e tour de l’élection, les 4 meilleurs partis peuvent prétendre à des places à l’assemblée. 

                        le seuil pour avoir le droit de sièger au parlement doit dépasser les 20 pour cent. ensuite, les places seront distribuées en fonction du résultat. il n’y aura jamais de majorité absolue, il y aura toujours des compromis. il n’y aura jamais des réformes qui favoriseraient une minorité au détriment de la majorité des français. quand bien même il y aurait une réforme qui favoriserait des minorités, il y aurait des gardes fous en même temps qui seront mis en place pour gommer les inconvénients qu’une réforme qui favorise une minorité peut engendrer. 
                        le but dans tout ça est de trouver le consensus, et c’est ainsi que le pays trouvera sa vitesse de croisière, car là est le but. le monde bouge, la france doit composer avec les désirs des autres pays, on ne peut plus faire comme si on pouvait être les seuls à profiter de la vie pour se taper des problèmes que cela peut engendrer comme on peut le voir maintenant. 

                        ce qui se passe actuellement est qu’il y a une entente implicite entre toutes les élites du monde contre les peuples du monde. 

                        l’autre problème qui se pose est la rémunération : alors que la crise est clairement établie, il est normal que tout le monde paye les pots cassés, le peuple le fait déjà, les élites doivent faire des efforts, et surtout, les entreprises. sincèrement, je ne pense pas que gagner 6000 euros par mois soit une catastrophe mais, si ces gros salaires pouvaient baisser , ils seront toujours plus riches. pareil pour les gros patrons, et entreprises qui font des bénéfices pour alimenter les comptes des actionnaires, il faut surtout une exemplarité à tous les étages. 

                        que même les gros salaires baissent pour permettre un meilleur partage des ressources, car l’économie mondiale se nivelle par le bas. en effet, on devient de plus en plus compétent, et on ne récompense que les zidane, ou les maradona dans chaque domaine. au risque de ne plus savoir renouveler les fin de cycles, de faire perdurer un cycle de tensions et de violences sur fond de jalousie, d’envie, de haine, d’orgueil etc ... 

                        un autre problème qui se pose aussi aujourd’hui est la délocalisation. parce que les entreprises vont ailleurs car l’herbe y est plus verte financièrement parlant, il serait normal que les peuples les suivent aussi. au risque de déserter les lieux comme la france pour aller en chine etc ... c’est un cercle sans fin, sans compter que après les chinois, il y a encore l’inde. les capitalistes ont plusieurs pays où ils peuvent s’implanter pour toujours faire du bénéf. et ça se fait toujours au détriment de tous les peuples qui s’étaient battus pour avoir des meilleures conditions de vie. 

                        une harmonisation fiscale mondiale est évidemment la finalité dans ce que je vais proposer. 
                        mais pas seulement. il convient pour l’instant de créer plusieurs divisions. au sein d’un même peuple, il ne doit y avoir que 2 divisions : ceux qui tirent le pays vers le haut, et ceux qui veulent juste vivre leurs vies pépères. 

                        tout a été fait pour alimenter les comptes en banque de ceux qui tirent les pays vers le haut, enfin, en apparence, parce qu’on a jamais réellement des bonnes infos sur les bons résultats qu’on dit positifs. la preuve se traduit par le nombre de chomeurs, de précaires entre autres. 

                        il faut pour cela des acquis pour les peuples qui veulent juste s’assurer un train de vie plus ou moins confortables. sachant qu’il est de toutes façons impossible de tous devenir milliardaire, même que ça n’est pas tellement le but de la majorité de tous les peuples du monde. 

                        ces divisions permettraient d’assurer donc un nombre précis d’emplois pour un nombre précis de la population qui ont choisi de vivre pépère, donc dans la 2e division ou plutot la division des gauchistes ou humanistes. 

                        et les échanges entre les peuples du monde du même division continueraient à s’alimenter entre eux, sachant que les élites donc, ceux qui peuplent la première division seront exclus du système. il leur sera interdit de faire du profit dans le dos des peuples. 

                        pour ceux qui veulent tenter leurs chances dans la première division, il leur faut accepter la dureté qui peut exister cette division. où le chacun pour soi y règne. 

                        je ne fais que donner des idées, je ne sais pas si c intéressant ce que je dis, je m’excuse d’avoir fait un très long com, mais voilà, j’ai voulu apporter ma pierre à l’édifice. 

                        aussi longtemps qu’il existera des personnes qui ne veulent plus de ces riches et puissants qui dictent ce qu’on doit faire dans notre vie, alors des propositions aussi futiles soient elles perdureront, comme en ce moment, avec l’avènement d’une nouvelle ère et de la démocratie réelle qui en est à son balbutiement dans bcp de villes du monde entier. 

                        le résultat est que la démocratie réelle arrivera à maturité d’ici quelques mois ou années selon les pays, tant que la crise continuera à perdurer. 

                        grosso modo, effectivement, battons tant que le fer est encore chaud afin de continuer à proliférer les idées d’une autre vision de vie en martèlant, jour après jour. chaque jour suffit sa peine comme on le dit, c’est tellement vrai.... 

                        et aussi, je suis pour une autre vision, une autre façon de faire de vivre et c’est maintenant que ça doit se faire. ceci dit, je suis ravi que cette crise soit arrivée parce qu’elle ne sera pas la dernière si on fait rien... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès