Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Démocratie locale : la politique autrement !

Démocratie locale : la politique autrement !

Idéal de société, finalité politique, nécessitant de baliser collectivement et de redéfinir en permanence les chemins pour l’atteindre, la démocratie, vécue au quotidien, reste trop souvent marquée par le poids d’un système traditionnel de gouvernance, relevant d’une organisation pyramidale : au sommet les élus, à la base la population, et, entre les deux, les techniciens, experts et associations jouant le rôle de corps intermédiaires.

Sans que les élus ne s’en rendent forcément compte, la concentration et la personnification du pouvoir a trop souvent pour conséquence la paralysie du débat démocratique. Dans un système « descendant » de gestion, qui montre chaque jour davantage ses limites, cette absence de concertation ne fait que renforcer le désintérêt de la plupart des citoyens à l’égard des travaux et décisions des assemblées délibérantes... conseils municipaux par exemple !

Nos concitoyens sont aujourd’hui plus lucides et, contrairement à ce qui est trop souvent véhiculé, mieux outillés pour juger du bien fondé des décisions prises. Ils souhaitent être partie prenante des choix qui les concernent. Encore faut-il être en capacité de les entendre et de leur proposer une offre réelle d’implication... ce qui suggère de renverser la pyramide installée par le système politique traditionnel.

Sans aller jusqu’aux trop fameux « jurys citoyens », dont la légitimité tendrait à remettre en cause celle de la démocratie représentative, il n’apparaît, malgré tout, plus envisageable de continuer à faire de la politique sans reconsidérer concrètement le rapport élu/citoyen.

La démocratie locale est, à ce titre, une remise en question assez dérangeante des pratiques actuelles de la majorité des municipalités en place, fussent-elles animées de la meilleure volonté du monde. Elle induit une conception plus exigeante, finalement plus politique (!), de la fonction d’élu, et le passage à une culture de la responsabilisation, de la transversalité et de l’écoute, qui bouleverse l’ensemble des systèmes de gouvernance locaux.

Cette démarche participative n’est pas seulement une évolution de la forme, elle influencera sur le fond les décisions. L’enjeu du développement durable en est une représentation flagrante : il n’est pas possible de se contenter de vouloir l’imposer, car il est avant tout une question de conscience individuelle et collective... à construire ! La mise en place de programmes, type « agenda 21 » par exemple, nécessitent ainsi à la base une véritable participation et organisation citoyenne.

Le développement de la démocratie locale dépendra de la volonté de tous, élus, citoyens, associations. Les outils à mettre en place (comités de quartiers ou de villages d’un côté, mais aussi réorganisation, voire formation, de l’équipe municipale de l’autre...) nécessiteront, il ne faut pas se le cacher, une pédagogie nouvelle pour passer de la traditionnelle communication descendante, à cette construction commune de la vie de la cité.

Au-delà de la gestion technique et administrative, le politique se doit d’apporter une véritable plus-value en termes de démocratie, et donc de motivation, de participation des citoyens. Il doit être celui qui va faire renaître l’intérêt pour la chose publique ! Nous sommes face à un choix dérangeant, difficile, mais crucial !... car c’est à ce prix que la politique retrouvera sa crédibilité et qu’on réduira l’écart entre le personnel politique et la population.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • bernard29 candidat 007 29 octobre 2007 12:19

    Bonjour,

    Pas une seule liste aux élections municipales n’ jamais oublié de mettre des élements de « démocratie participative » à son programme. C’est pas nouveau, ça a toujours existé. ( dans le temps c’était le developpement des commissions extra municpales, les comités de quartier. Il n’y a là, rien de nouveau.). Un an après l’election, rares étaient les commissions , si elles avaient été créées, qui ne se dissolvaient pas dans l’indifférence générale.

    Donc peut être que le renouveau de ce concept participatif correspond aujourd’hui à un renouveau de l’esprit civique. Mais alors il serait nécessaire que les citoyens soient vraiment considérés comme des partenaires et non comme des faire-valoir d’élus trop bien assis.

    Il faut donc

    a) responsabiliser les élus sur leurs compétences, (un mandat, un élu)

    b) donner certains outils de la responsabilisation aux citoyens (information, formation, transparence), afin de permettre une participation véritable et constructive.

    Or votre article ne le fait pas suffisamment puisqu’il parle de la réorganisation et de la formation des équipes municipales, mais pas de la formation des citoyens. C’est cela le plus important puisque les élus et administratifs ont eux déjà les moyens de leur formation. Pas les citoyens.

    C’est pour cela qu’à mon avis les propositions de « maisons de citoyens » étaient tout à fait intéressantes.


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 29 octobre 2007 16:49

      Bonjour,

      Vous éludez à mon sens un peu trop rapidement la crise actuelle de la démocratie représentative et la captation indue du pouvoir par les représentants.

      De plus, je ne vois aucune mesure concrète au sein de votre article (ou alors c’est très flou).

      Cordialement


      • Philippe NOGUES Philippe NOGUES 29 octobre 2007 18:44

        Sur le thème de la formation des citoyens, je suis entièrement d’accord. Je travaille actuellement sur un projet municipal et c’est un point important qu’il est effectivement indispensable d’intégrer si l’on veut se donner de vraies chances de succès..

        Pour ce qui concerne « la crise de la démocratie représentative et la captation indue du pouvoir par les représentants », c’est justement pour tenter de la résoudre que je souhaite un véritable développement de la démocratie locale (ou participative).. Cet article avait pour objectif de proposer un chemin différent de celui emprunté actuellement par la quasi totalité des élus. Il est évident que des propositions concrètes sont à mettre en place, et dans le cadre du projet que j’évoque ci-dessus, nous y travaillons ! Ce sera peut-être le sujet d’un article complémentaire .


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 29 octobre 2007 20:31

          Bonjour,

          Tous les chemins sont bons à explorer pour améliorer le fonctionnement du régime. A ma modeste mesure j’avais esquissé un moyen de mieux faire participer les citoyens à la vie de la République : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=30483

          Vous vous doutez que je serai un lecteur attentif de votre prochain article sur le sujet smiley

          Cordialement


        • Di Girolamo 15 novembre 2007 20:00

          La démocratie dite démocratie participative n’est rien d’autre que la démocratie . La non participation des citoyens , une relation distendue entre le citoyen et ses représentants est simplement le signe d’un dysfonctionnement démocratique. Ce n’est donc pas en organisant de la démocratie participative accollée à une démocratie fonctionnant mal que le problème sera bien posé. Je tenterai moi aussi un article dans qq temps pour expliciter ce point de vue et proposer qq chose.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès