Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Démographie et fiscalité française : une politique suicidaire

Démographie et fiscalité française : une politique suicidaire

La politique fiscale française incite à avoir le plus d’enfants possibles. Au vu des risques de surpopulation, est-ce qu’une inversion de cette politique ne serait pas préférable ?

Introduction

Le système fiscal français est l’un des plus complexes au monde. Hérité des lendemains de la seconde guerre mondiale, le système dit des « parts fiscales » incite les français à faire plus d’enfants. Les résultats en sont aujourd’hui probants, la France affichant le taux de natalité le plus élevé d’Europe, et assurant sans peine, et sans immigration, son renouvellement générationnel.

Mais sur une planète surpeuplée, comptant désormais plus de 6,5 milliards d’habitants, et dont les ressources vont se faire de plus en plus rare, le tout au sein d’un climat et d’un environnement en constante dégradation, est-ce que ce système n’est pas devenu totalement contre-productif ? En lieu et place d’inciter les français à être plus féconds, ne serait-il pas au contraire préférable de réformer la fiscalité afin d’inciter les ménages à faire moins d’enfants ? Cet article passe en revue la situation.

La politique fiscale française en matière de familles : une relique obsolète et dangereuse

Le système fiscal adopté en France depuis maintenant près de 3 générations est basé sur le système des « parts ». Une personne seule représente une part, un couple marié (ou pacsé) deux parts. Les deux premiers enfants font bénéficier à la famille d’une demi-part chacun, et, à partir du troisième enfant, chaque nouvel enfant compte pour une part entière. Le calcule est donc le suivant :

-Célibataire sans enfant : une part

-Couple marié/pacsé : deux parts

-Couple avec un enfant : 2,5 parts

-Couple avec deux enfants : 3 parts

-Couple avec trois enfants : 4 parts

Et ainsi de suite.

Les impôts sont progressifs en France, ce qui signifie qu’au-delà d’un certain niveau de revenus, on passe dans une nouvelle tranche et on est imposé plus. Ces tranches sont calculées par nombre de parts. La logique est donc claire : à revenu égal, il est très probable qu’un couple sans enfants paye plus d’impôts qu’un couple avec un enfant, qu’un couple n’ayant que deux enfants en paye plus qu’un couple avec trois, et cætera.

Il en résulte que les citoyens français sont incités fiscalement à faire plus d’enfants. Bien que cette raison seule ne puisse expliquer la natalité française, elle y contribue. A l’heure actuelle, est-ce bien raisonnable ?

La loi des 80/20 et la démographie

En matière d’environnement et de consommation de ressources, il est politiquement très incorrect d’oser parler de démographie. On rétorque à ceux qui utilisent cet argument que les 20 % les plus riches de l’humanité consomment 80% de ses ressources et produisent 80% de la pollution et/ou des gaz à effet de serre (ces chiffres sont indicatifs).

C’est rigoureusement exact. Cependant, il faut noter une réalité simple : si la base de la montagne n’était pas si large, le sommet n’en serait pas si élevé. Si nous n’étions pas si nombreux sur Terre, les riches y seraient moins riches. Les problèmes de surpopulation et d’inégalités entre les plus riches et les plus pauvres ne sont pas indépendants.

Sans cette masse vivant dans la misère, facile à exploiter et à faire travailler pour rien ou presque, les profits des plus riches multinationales ne seraient pas si faramineux, pas plus que les bonus des dirigeants de ces sociétés. Sans cette population « tampon » de sans-emplois ou de sous-employés du tiers-monde pour servir de menace (« si tu ne veux pas travailler pour ce salaire dans ces conditions, des millions d’autres attendent pour prendre ta place ! », selon la logique actuelle), ces entreprises n’auraient pas pu délocaliser leur production, n’auraient pas pu exercer de pressions salariales. Les inégalités seraient moins nombreuses dans un monde moins peuplé, le sommet de la montagne moins éloigné de la base.

Et les ressources seraient moins gaspillées, y compris par les 20% les plus riches (qui seraient, de fait, beaucoup moins riches et dépensiers de ressources). Et notre environnement n’en serait que mieux préservé. Le tout, avec un niveau de vie moyen probablement supérieur !

Les réformes nécessaires : des exemples politiquement incorrects, mais instructifs

Nous l’avons vu, le système français incite aux naissances toujours plus nombreuses, pour des raisons héritées de la libération, plus de 60 ans dans le passé.

D’autres exemples ne font pas plaisir, mais sont instructifs. C’est le cas de la Chine et de la politique de l’enfant unique. On peut reprocher ce qu’on veut à l’Empire du Milieu, mais sa population est désormais stable.

La politique d’aides sociales y est étroitement liée au respect de la règle de l’enfant unique. Quiconque ne respecte pas cette loi se retrouve privé de ses aides sociales. C’est une mesure extrême, mais efficace.

Sans aller jusque-là, il serait judicieux de réformer, en France, la fiscalité et le système d’aide sociale afin d’inciter les ménages à faire non pas plus, mais moins d’enfants.

L’avenir de l’humanité, plus important que l’avenir des retraites françaises

Dans la balance, d’un côté, l’avenir climatique, écologique, énergétique, des ressources et tout simplement celui de l’humanité. De l’autre côté, nous trouvons des « urgences » aussi pathétiques que le financement de la sécurité sociale ou des retraites pour un seul petit pays. Où est la priorité ?

Quelle est donc la grande cause ?

Il faut cesser cette hypocrisie qui consiste à dire que la croissance démographique est éternellement une bonne chose, alors qu’elle n’est même pas tenable.

Il faut faire tomber le tabou qui permet, en matière d’avenir, de pointer du doigt les excès de croissance industrielle, énergétique, consommatrice et économique, mais interdit de mettre en avant les excès de croissance démographique.

Conclusion et recommandations

En conclusion, pour préserver l’avenir général et son avenir propre, la France aurait tout intérêt à se doter d’un système fiscal et d’aide sociale qui devienne défavorable à mesure que le nombre d’enfants par foyer augmente.

Un premier jet pourrait être le suivant, en ce qui concerne les parts imposables :

Personne seule : une part

Couple marié/pacsé : deux parts

Couple avec un enfant : trois parts

Couple avec deux enfants : 2,5 parts

Couple avec trois enfants ou plus : 1 part

En termes d’aide sociale, la même logique pourrait être appliquée, avec des suppressions progressives de l’aide sociale avec l’augmentation du nombre d’enfants par foyer, jusqu’à une suppression totale de celles-ci à partir de trois enfants.

Ce n’est ni politiquement correct ni agréable à entendre, mais les enjeux sont trop importants pour que la question soit ignorée : un excès d’humains tue l’humanité.


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • JONAS JONAS 25 février 2009 21:51

    @ L’Auteur :

    Vous parlez d’une politique de natalité pour les " Sous Chiens ", ou pour les Français d’origines étrangères ! ?

    Sachant que plus des ¾ des " Sous Chiens ", ont moins de 2 enfants, je considère cette mesure comme une nouvelle rançon payée à ceux qu’ils nous ont obligés à accueillir et qui risquent de suivre l’exemple de nos départements d’Outre Mer.

    Aucun Gouvernement n’a fait un référendum sur l’immigration,

    Les Chinois qui n’ont droit qu’à un seul enfant, sous peine de payer des impôts supplémentaires, se feront un plaisir de venir se reproduire chez nous et d’obtenir non seulement des allocations, mais une décote d’impôt.

    Depuis De GAULLE, qui était déjà loin d’être parfait, mais, qui avait sorti ce peuple de sa torpeur, aucun des Présidents et ce n’est pas notre Gouverneur qui changera la situation, aucun, n’a eu un esprit de synthèse indispensable pour anticiper le destin d’une nation, aucun… ! Si la bêtise tuait, aucun n’aurait achevé son mandat.

    Pour faire chuter la démographie significativement, en ne faisant plus d’enfants à partir de demain, il faudrait plus de 50 ans.

    Ne soyez pas inquiet, la nature va se charger de résoudre ce problème radicalement et sans discrimination.

    Bien à vous.

     

    et cette mesure ne fera qu’amplifier le phénomène d’invasion.


    • JONAS JONAS 25 février 2009 22:35

      @ L’Auteur ;

      Encore un sujet traité avec l’ignorance des réalités !

      Il a plus d’un milliard de personnes qui ne peuvent assouvir leurs besoins de nourriture chaque jour dans le monde. (Il y en a malheureusement beaucoup plus que cela). Mais, c’est un chiffre…. !

      Alors, votre solution : " Il y a qu’à, il faut qu’on ! ". Que l’on plume les " riches " bien sûr ! Et ceux qui travaillent ! Ils n’ont pas encore assez de déductions pour le chômage, le RMI, la RDS, la CSG, la Sécurité Sociale, les retraites, on pourrait y ajouter " la Taxe Contre la Faim dans le Monde (TCFM) ".

      Vous estimez à combien les allocations à verser à ce milliard de pauvres, pour qu’ils vivent dignement ? 100 € par habitant et par mois, ça fait environ 600 € pour une famille avec 4 enfants, c’est peu et pourtant… !

      Que je sache, ça fait la coquette somme de 100 milliards d’euros par mois, et de

      1 200 milliards par an ! Le plan de relance d’Obama, un amuse-gueule en comparaison et aucun retour en investissement, ils pourront se nourrir… !

      Et nous en prenons au minimum pour 20 ans, avant qu’ils deviennent productifs.

      Vous pouvez piller toutes les fortunes du monde, elles ne pourront subvenir à ce besoin plusieurs années.

      C’est donc aux masses " laborieuses " qu’il faudra faire appel, calculez le montant de la taxe…. !

      Vous ne risquez rien ! Vous êtes en France, vous ne vous ferez pas lapider !

      Il faut arrêter de délirer, nous ne sommes pas des " dieux ".

      Bonne soirée….


      • JONAS JONAS 25 février 2009 22:37

        Excuses à l’Auteur, erreur de fil... !

        Je partage votre analyse, comme vous pouvez le constater. smiley


      • Asp Explorer Asp Explorer 25 février 2009 23:45

        Le milliards de personnes qui sur terre ne mangent pas à leur faim sont affamés, non pas parce que la planète ne peut pas les nourrir, mais parce qu’ils n’ont pas de quoi se payer à manger, ou bien parce qu’ils vivent dans des zones où l’approvisionnement ne passe pas (en général, zones de guerre). C’est donc un problème soit politique, soit économique, mais en aucun cas écologique. Dans les faits, la Terre peut aisément nourrir 12 à 15 milliards de personnes avec les techniques actuelles, sans doute bien plus en généralisant des techniques d’agriculture intensive.

        En tout cas, ceci ne concerne que des pays étrangers, vous noterez que l’Europe est excédentaire en production alimentaire, et la France est largement au-dessus de la moyenne, donc pas de panique, on peut se reproduire sans arrière-pensée.


      • faxtronic faxtronic 26 février 2009 11:59

        La nature.... Surement la nature humaine en fait.


      • PtitLudo PtitLudo 26 février 2009 14:14

        Merci pour l’article. Il existe également des traités de décroissance démographique (recherchez sur Google).

        Quel est effectivement l’intérêt d’être 15 milliards ? Je suis en train de relire "Humanité et demie", certes c’est un roman futuriste mais bon ça donne une assez bonne idée du comble de la surpopulation.

        Un exemple personnel. Je suis de la région parisienne et je prends tous les jours les transports pour aller au travail. Curieusement depuis 2 semaines, les métros fonctionnent nickel, l’attente est réduite, on est bien, les gens sont tranquilles et reposés alors que d’habitudes c’est retards en tout genre, dysfonctionnements, insultes, voire rixes dans les rames. Et pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que c’est les vacances et qu’il y a moins de monde. Alors bon à quoi être 15 milliards si c’est pour finir comme des sardines dans des transports devenus inhumains (et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autre, il y a le logement par exemple).

        Alors certes les mesures à prendre ne seraient peut-être pas populaires, il faudrai peut-être de nouveau compter sur l’immigration ce qui va à l’encontre de bons nombre de dogmes, mais comme il est dit précédemment, si le nécessaire n’est pas fait, nul doute que le problème sera traité de manière beaucoup plus violente que si l’on adoptait un train de mesures progressives comme évoqué dans l’article.


      • PtitLudo PtitLudo 26 février 2009 14:24

        Pardon il s’agissait d’un manifeste dont voici le lien
        http://manifdemog.wifeo.com/documents/manifeste_dcroissance_demographique.p df


      • Kobayachi Kobayachi 26 février 2009 14:32
        @ ASP :

        la Terre peut aisément nourrir 12 à 15 milliards de personnes avec les techniques actuelles, sans doute bien plus en généralisant des techniques d’agriculture intensive

        Elle est bien bonne celle la ! Et elle repose sur quoi votre agriculture intensive ? L’utilisation d’engrais issue du pétrole et la destruction des sols ! Au cas où vous ne vous en êtes pas encore rendu compte, nous venons de passer le "peak oil", alors vous repasserez avec votre agriculture intensive.
        De plus chaque habitant ne fait pas que consommer, il pollue également son environnement !
        Le jour ou les humains auront appris a respecté leur planète, alors peu être pourront nous envisager d’augmenter la population. En attendant, toute augmentation nous mène simplement un peu plus rapidement vers notre fin.

      • Asp Explorer Asp Explorer 28 février 2009 11:31

        Le peak oil, c’est une théorie fumeuse brandie par des agitateurs écologiens dans leur délire technophobique. Dans la pratique, du pétrole, on en a brûlé le tiers environ, et on n’en manquera pas avant une bonne quarantaine d’années. D’ici là, j’ai bien l’intention d’être mort et les gens de cette époque règleront le problème s’il se pose, ce qui est loin d’être certain.


      • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 2 mars 2009 09:45

        "Derrière moi le déluge..."
        Tu nous as habitué à mieux, Asp.

        Et puis c’est quand même pas bien malin de nier l’existence d’un truc (ici le peak oil) pour dire qu’en fait ça existe 2 lignes plus loin.
        Si on a cramé le tiers du pétrole, et qu’il ne nous en reste que pour 40 ans, ya bien un moment où la production va diminuer, non ? un moment où il y aura un "peak" de production d’"oil", non ? Et si les spécialistes te disent qu’on y est ou que c’est pour dans les 10 ans au plus tard, ils doivent pas avoir complètement tort, si ?
        Je te laisse à tes illusions d’abondance.
        Bonne journée.


      • Asp Explorer Asp Explorer 2 mars 2009 23:14

        Mes illusions d’abondance sont nourries tous les jours par le fait que les stations service sont approvisionnées. Par ailleurs, historiquement, la fameuse courbe en cloche ne s’est jamais produite sur aucune matière première au niveau global. On a toujours constaté, au contraire, une augmentation continue de la production, jusqu’à épuisement de la ressource. Il en a toujours été ainsi depuis l’argent du Laurion. La courbe en cloche ne s’observe que dans le cas particulier où une ressource plus commodément accessible (ici, le pétrole arabe) se substitue à une autre (le pétrole américain).


      • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 5 mars 2009 10:41

        "Mes illusions d’abondance sont nourries tous les jours par le fait que les stations service sont approvisionnées."  smiley

        C’est incroyable comme argumentation ! "Je ne vois pas un truc, il ne doit donc pas exister" T’as fait des études scientifiques pourtant il me semble. Mais vous voyez pourtant bien quela terre est plate, il n’y a aps à discuter !

        "Par ailleurs, historiquement, la fameuse courbe en cloche ne s’est jamais produite sur aucune matière première au niveau global."

        Ok. Si tu le dis...
        Moi, j’appuie mes dires par l’avis des vrais experts du sujet.
        Tu trouveras en lien les prévisions de production journalières de pétrole pour les 200 prochaines années. Les scénarios présentés sont les 19 plus réalistes connus. Tu remarqueras sans doute que ces scénarios sont ceux des activistes écologistes les plus convaincus et intégristes comme TOTAL, EXXONMOBILE, SHELL, ou encore l’International Energy Agency.

        Mais tu as raison, la merde ça sera plutot pour nos petits enfants, donc on s’en balance complètement.


      • Jovitourtiste Jovitourtiste 26 février 2009 01:54

        Dans les faits, la Terre peut aisément nourrir 12 à 15 milliards de personnes avec les techniques actuelles, sans doute bien plus en généralisant des techniques d’agriculture intensive.

        Robert Silverberg - qui a écrit Les monades urbaines qui évoque justement la surpopulation - parle de 75 milliards. Assez surréaliste, mais nous parlons bien d’un auteur de S-F...

        De toute façon, quatre-vingt-dix pourcent de la population va disparaître dans la guerre totale thermonucléaire de 2030 et les radiations auront transformé les dix pourcent restants en mutants à douze tentacules et six yeux, capables de se reproduire par parthénogénése. Pas de quoi s’inquiéter donc...


        • JL JL 26 février 2009 10:15

          Sur cette affaire, je voudrais dire deux ou trois choses. La première c’est qu’il ne faut pas mélanger la politique d’aide à la famille et la politique nataliste. Autant la première est souhaitable, autant la seconde est haïssable, quelle qu’elle soit.

          La deuxième chose c’est l’erreur historique qui a consisté à mélanger la politique d’aide à la famille et la politique fiscale il n’est pas équitable que l’Etat aide davantage les familles riches qui paient des impôts que les familles modestes qi n’en paient pas. La solution serait de supprimer le quotient familial et d’augmenter les Allocations familiales. Certains voudraient indexer les AF sur les revenus mais ceux-là défendront becs et ongles le QF : évidemment, pour les riches le QF est plus avantageux que les AF, et à choisir ils préfèreraient garder le premier et abandonner le second.

          Enfin une dernière chose : il n’est pas souhaitable que le troisième enfant bénéficie d’AF plus élevés que le premier : ce devrait presque être l’inverse vu que c’est la naissance d’un premier enfant qui entraîne le plus de frais.

          Pour ma part donc, je trouverais juste et équitable la solution suivante :

          Suppression du QF et hausse des AF : même montant quel que soit le rang de l’enfant et quels que soient les revenus des parents, parce que sinon les AF deviendraient des droits de pauvres, et l’on connaît la chanson : "droits des pauvres pauvres droits".


          • faxtronic faxtronic 26 février 2009 11:57

             Ni l un ni l autre. suppression des AF, qui ne servent pas toujours au confort des enfants. Redistribution des AF dans les ecoles, les pensions, les creches et les puericultrices.


          • JL JL 26 février 2009 19:20

            @ Faxtronic, qui ne veut pas la suppression du QF mais celle des AF : Vous voulez donc des AF déguisées pour les riches et pas d’AF pour les pauvres. Vous voulez peut-être aussi les mettre tous sous tutelle ? Vous êtes aussi sans doute de ces gens qui ne donnent jamais une pièce à un SDF au prétexte qu’il l’utiliserait mal ?

            C’est la même ignominie qui conduit à dire qu’il ne faut pas augmenter le pouvoir d’achat des bas revenus parce que ça profiterait aux Chinois. Tout cela est à vomir !  smiley


          • chmoll chmoll 26 février 2009 12:44

            en s’moment y a un cadeau qui cartonne pour les bébés,qui viennent de naitre

            emballez dans un papier cadeau un doosier d’inscription pour pole dans l’mur,heu nan (scusez moi) emploi

            accompagné déjà a sa naissance par un agent destructeur, heu nan (decidement !!) accompagnateur


            • YMB 26 février 2009 14:33

               Il y aurait beaucoup à redire sur cet article où fourmillent les inexactitudes voire les faits faux (la population chinoise augmente à un rythme comparable à celui de la population française).

              Sur le fond :
              1/ Ce n’est pas parce qu’une politique aidant financièrement les familles est en place qu’elle produit les effets désirés. De mémoire, l’État allemand est aussi généreux en allocation que l’État français, pour des résultats bien inférieurs. Une étude comparative dans les différents pays d’Europe semble montrer que c’est plus la facilité de faire un enfant (crèches, congés mat, etc.) qui génère plus d’effet que de simples allocations (ou réductions d’impôts, ça revient au même).

              2/ Le principal problème des quotients n’est pas évoqué : ils ne concernent que les riches ! La moitié des foyers fiscaux ne payent pas l’impôt sur le revenu, et la réduction mise en place par le quotient familial est d’autant plus forte que les revenus sont élevés - une niche fiscale qui ne dit pas son nom. On a donc un fort effet anti-redistributif, hautement contestable d’un point de vue social.
              L’abandon pur et simple du quotient familial me semble nettement plus pertinent, car il tendrait avantageusement à être remplacé par une allocation fixe par enfant (fusionnée avec les allocations familiales).


              • finael finael 26 février 2009 14:44

                Un ramassis de croyances considérées comme des vérités, on se croirait au cathéchisme !

                Vous vous élevez contre la politique "nataliste" de la France au nom de la "surpopulation" de la planète. Bien entendu ceux qui ne sont pas d’accord ne peuvent être que des hérétiques, des suppôts de satan ou des multinationales.


                Aucune politique n’a jamais eu d’influence sur la démographie. Puisque l’exemple a été cité, la politique de "l’enfant unique" en Chine date de Mao (1974), ce n’est qu’en 1990, alors que cette politique avait été considérablement assouplie que la natalité a connu une véritable baisse en Chine, au point d’atteindre 1,4 enfants par femme aujourd’hui, soit très loin du seuil de renouvellement (2,1), malgré un "renversement de vapeur" des autorités chinoises.


                Ce n’est pas un accroissement de la natalité en France (moins de 1% de la population mondiale) qui changera quoi que ce soit. Je rappelle que la France est le pays le moins densément peuplé d’Europe. Avec vos préjugés d’urbain, vous n’avez jamais vu les champs en friche, les villages abandonnés. J’imagine que vous mettez un casque colonial dès que vous franchissez le périphérique !


                Non la terre n’est pas surpeuplée, oui elle produit déjà assez pour 12 à 14 milliards d’habitants. Il suffit de regarder les chiffres de la production mondiale pour s’en rendre compte.


                - Les études démographiques montrent que non seulement nous n’atteindrons pas ces chiffres - un maximum aux alentours de 9 milliards au milieu de ce siècle - mais si la tendance ne s’inverse pas (et il n’y a aucune raison qu’elle le fasse), la terre commencera à se dépeupler ... naturellement.

                Avant de produire de tels actes de foi, je vous conseille de lire les études économiques, démographiques et sociales sur le sujet, et pas seulement les gros titres des journaux :


                • docdory docdory 26 février 2009 18:10

                   @ finaël 

                   

                  Sur une population de 6,7 milliards d’habitants , environ 800 millions souffrent de malnutrition . , ce qui veut dire ( une simple soustraction suffit ) que la Terre ne peut nourrir que 5,9 milliards d’habitants , au prix de l’abattage d’immenses zones forestières et d’une perte irréversible de la biodiversité .

                  La crise actuelle correspond rigoureusement au début de l’effondrement décrit dans les prévisions faites en 1972 par le Club de Rome , dont vous pouvez prendre connaissance ici .

                   

                  Je pense qu’aucune prévision économique ne fut jamais plus exacte , l’avenir proche va nous le confirmer.

                   Aurelio Peccei, s’il est encore en vie, aura t-il un jour le prix Nobel d’économie ? Pas assez conforme à la doctrine officielle , j’en ai peur !

                   

                • YMB 4 mars 2009 16:39

                   À un moment, faut arrêter de raconter n’importe quoi :

                  Densité de population française : 110
                  Autriche : 98
                  Roumanie : 91
                  Espagne : 89
                  Ukraine : 77
                  Irlande : 59
                  Lettonie : 36
                  Suède : 20
                  Finlande : 16
                  Norvège : 12

                • PtitLudo PtitLudo 26 février 2009 14:54

                  Aucune politique n’a jamais eu d’influence sur la démographie
                  Si c’est le cas, faisons le pari de pascal, mettons les mesures en place, si elle n’ont pas d’effet et que le problème se resoud de lui-même alors on n’aura rien gagné ni rien perdu. Par contre si le problème se pose effectivement et que l’on n’a rien fait, alors on sera coupables.

                  Mais bon ça doit être comme les marchés financiers, ça se régule tout seul. On voit où ce genre de raisonnements peut mener malheureusement...


                  • finael finael 26 février 2009 18:10

                    C’est cela même une surpopulation mondiale en France.

                    Quand les savants trouveront l’emplacement du centre de l’univers, c’est fou le nombre de gens qui seront étonnés que cela ne soit pas leur nombril.


                  • Colure Colure 26 février 2009 15:50

                    Mouais ... pas convaincu par tout ça .
                    Ce qui m’a toujours étonné avec le fait d’avoir des enfants, c’est un acte volontaire (à priori) d’un coupe de construire une famille. Que cet acte, soit à un moment ou à un autre sous la perfusion financière de l’état ou affilié m’a toujours paru sur-réaliste. Quid des responsabilités individuelles ?

                    Un autre aspect des cette tradition hérité du passé est aussi intimement lié à la catégorie socio-culturelle (religieuse surtout) de ceux là même qui ont créés ces avantages.Lorsqu’il y a quelques années, il a été question de revoir droits PAJE en les indexant sur les revenus, cela a été une levée de bouclier d’un milieu très aisé et évidemment bien pensant. Plus on en a, plus on en veut :-P Alors qu’après, on accuse l’étranger des dérives à ce sujet, il n’y a qu’un pas ... que je ne partage pas, beaucoup "bien français" en profite aussi sans vergogne ni mauvaises consciences. Il y a là surtout un problème d’équité sociale.

                    Quid aussi des personnes qui ne peuvent pas avoir d’enfants ? Sujet jamais évoqué et pourtant, la justice sociale est là non plus, pas très équitable ... (j’en parle en connaissance de cause) Quid également des couples "atypiques" ?

                    Ce qui me paraitrait logique dans tout ça, pour établir un équité sociale des éventuelles aides maintenus est qu’elles soient plus simples et avant tout indexés sur les revenus. Mais malheuseusement, difficile à appliquer tellement il y a d’obstacles.

                    Une autre piste serait de supprimer toutes ces cotisations, ces organismes couteux et nombreux et de consacrer le gain (csg) à la solidarité nationale des personnes qui en ont le plus besoin. Le gain ne sera pas neutre non plus pour ceux qui ne payent plus les cotisations sociales inhérentes et compensera de manière équitable la perte de ces revenus sociaux. Mais, bon, c’est impossible ... pas chez nous.


                    • Bonavita 26 février 2009 16:55

                      Premièrement, la France a une faible densité de population
                      Secondement, la population est un "bonus" économique, plus de consommateurs (le principal) plus de travailleurs (pour notre système de sécu) etc etc
                      Enfin, la France est aussi largement excédentaire en produits alimentaires.

                      Bref, les Français n’ont pas à angoisser smiley


                      • JONAS JONAS 26 février 2009 17:54

                        Aux DÉLIRANTS :

                        la Terre peut aisément nourrir 12 à 15 milliards de personnes avec les techniques actuelles, sans doute bien plus en généralisant des techniques d’agriculture intensive ".

                        Ben, vive les OGM, vive les pesticides, vive la pêche intensive, vive l’élevage tous azimuts et en batterie, vive le béton, vive les tours de 500 mètres, vive la fonte des glaciers, des permafrosts, des banquises des pôles (cela fera des raccourcis pour les bateaux), vive les paquebots aériens, vive le mondialisme, vive l’homme en cage !  smiley

                        Les génies de l’indifférence démographique, n’ont jamais pris connaissance des études scientifiques sur les conséquences de la surpopulation des rats dans une cage… !
                        C’est un animal très proche de l’homme dans son organisation sociale (on se demande si certains hommes sont plus intelligents qu’eux).
                        Dans un premier temps, l’augmentation de cette population, si elle est bien nourrie, forme des groupes avec des chefs.
                        Puis vient le moment ou les chefs s’affrontent et ou tous les belligérants font de même.
                        Ne parlons même pas de manque de nourriture, l’affrontement est pratiquement immédiat et le cannibalisme de règle.

                        Je crois que les adeptes d’une terre peuplée par un nombre d’habitants que seule la nature devrait limiter ! Devraient arrêter la consommation de narcotiques… !  smiley

                        D’autant que : La disparition de 95 à 98 % de la population animale, hommes inclus et déjà programmée !

                        On ne goûte pas à l’Arbre de la Connaissance impunément et surtout lorsqu’on ne la maîtrise pas ! La mort a sanctionné les premiers, elle sanctionnera les derniers, quels que soient leurs nombres.  smiley

                        Bien à vous tous.

                         

                         

                         


                        • docdory docdory 26 février 2009 18:14

                           @ Tanguy

                          La France est en passe d’obtenir son équilibre démographique (renouvellement stable de sa population ) . Il suffit à mon avis de mesures moins drastiques : allocations familiales versées simplement aux deux premiers enfants , a moitié au troisième , et aucune allocation pour les enfants suivants . Suppression des AF pour ceux qui gagnent plus de 8000 euros par mois , pas de part fiscale supplémentaire au delà du troisième enfant .


                          • Capreolus Capreolus 26 février 2009 19:02

                            Surpopulation ? Sortez de Paris, mon vieux ! Venez un instant à la campagne, le problème n’est pas la surpopulation, mais le vieillissement ! Qui va payer nos retraites ? Le problème n’est pas la surpopulation, mais quelle population ! En 2025, la France sera musulmane, c’est le rapport de la CIA, publié par Adler, qui le dit...


                            • PtitLudo PtitLudo 26 février 2009 22:18

                              Surpopulation ? Sortez de Paris, mon vieux ! Venez un instant à la campagne

                              Ah parce que vous croyez que c’est aussi facile que ça ? Ok je vais à la campagne et alors qu’est-ce que j’y fais une fois arrivé ? Il y en a qui ont de ces arguments ! smiley


                            • Capreolus Capreolus 27 février 2009 21:33

                              Que fais-tu ? Eh bien tu contemple à quel point c’est surpeuplé ! La Beauce, par exemple, c’est dingue !


                            • Capreolus Capreolus 26 février 2009 19:22

                              Petit calcul : on est 6705000000 hab sur Terre. Si on met tout le monde en Australie (7686850 km²), on aura une densite de 872 hab/km²... C’est la densité de Ouistreham... Celle du Bengladesh est de 1000...

                              Si vous préférez, on met tout le monde aux USA : 9 629 048 km²... , ça fera 696 hab/km²... ce qui laisse à chacun 1436 m². Franchement, on peut voir venir...

                              Alors vite, venez voir à la campagne !


                              • JONAS JONAS 26 février 2009 20:56

                                @ Capreolus :

                                Vous dites : " Si vous préférez, on met tout le monde aux USA : 9 629 048 km²... , ça fera 696 hab/km²... ce qui laisse à chacun 1436 m². Franchement, on peut voir venir... ".

                                 

                                 

                                Personnellement, je vois vernir une désinformation monumentale, car vous ne tenez aucun compte des parties inhabitables, montagnes, déserts, etc.

                                Vous ne tenez pas compte, des possibilités d’approvisionnement en eau, en électricité, des routes pour desservir ces habitations, bref ! Votre camion de pompier est bourré d’essence, c’est un lance-flammes !

                                Inutile d’en dire d’avantage, car point d’espace pour l’agriculture, l’élevage, l’industrie, les animaux sauvages, etc.

                                Excusez-moi, mais je trouve votre commentaire absurde, à moins que ce ne soit de l’humour ! (Noir).  smiley

                                 


                              • Capreolus Capreolus 27 février 2009 21:34

                                Comment on nourrit tout ce monde ? Ben on a maintenant de la place, il faut cultiver le reste de la Planète !


                              • JONAS JONAS 28 février 2009 10:14

                                OK :  smiley  smiley  smiley


                                • Didier Barthès 7 mars 2012 21:24

                                  Vous avez raison, le système fiscal favorise trop les familles nombreuses, il serait bon de le réorienter, voyez ce que dit sur le sujet l’association française Démographie Responsable

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès