Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Départementales : la grosse arnaque !

Départementales : la grosse arnaque !

Vous avez été un peu plus d’un électeur sur deux à voter dimanche, soit un score légèrement amélioré par rapport à 2011, encore faudra-t-il prendre en compte les votes blancs ou nuls pour avoir une idée précise des suffrages exprimés avant de se réjouir. Pas très glorieux comme résultat.

Quelles ont été les motivations des votants ?

On peut penser que certains se seront déplacés pour voter comme d’habitude pour le parti pour lequel ils avaient l’habitude de voter, sans se poser de question.

Certains auront voté pour protester devant l’impuissance des partis traditionnels, sans se douter que ce sera la même chose avec les nouveaux venus.

D’autres seront allés voter non par conviction, mais seulement pour faire barrage aux précédents.

Enfin, l’attrait de la nouveauté introduite par la parité homme/femme aura sans doute provoqué quelques votes supplémentaires ainsi que l’épouvantail du vote obligatoire.

N’en déplaise à ceux qui vont se réjouir de ce résultat, il n’en reste pas moins que le taux d’abstention aux cantonales est beaucoup plus important que pour toutes les autres élections (sauf les européennes), ce qui veut bien dire que le rôle cette collectivité territoriale est largement méconnu, en particulier dans les zones urbaines, ou que son utilité est contestée.

Peu d’électeurs se sont posé la question de l’utilité des conseils départementaux…

Il n’y a pas si longtemps, l’UMP parlait de la fusion des conseils régionaux et départementaux, projet annulé par le PS et ses alliés qui malgré tout a relancé l’idée de la suppression des conseils généraux avant de décider de les conserver sous la pressions des lobbies des élus : comprenne qui pourra. Encore que rien n’est figé puisque le projet de loi sur la répartition des compétences entre conseils départementaux et régionaux n’étant pas encore voté, rien n’empêche que les conseils départementaux nouvellement élus consacrent dans le futur leur temps à inaugurer les chrysanthèmes ou au contraire voient leurs compétences augmenter. Tout est possible !

Une curieuse impression…

Tout cela laisse penser que les motivations des électeurs auront été souvent étrangères aux compétences qui seront au final exercées par les conseils départementaux. C’est tout de même un exercice particulier que de convoquer 44 millions d’électeurs pour leur demander d’élire des représentants dont on ne sait pas au moment où on vote quelles seront leurs attributions. J’y vois pour ma part un risque de dérive totalitariste : « puisque nous avons été élus, nous sommes donc légitimes et il ne vous reste plus qu’à être les spectateurs de nos décisions et payer les impôts qu’on vous demandera », semble-t-on nous dire au travers de ce simulacre de démocratie.

A ce rythme on vous demandera bientôt de prendre modèle sur la téléréalité en tapant 1 ou 2 sur votre portable : ça coûtera moins cher.

Quelles seront les conséquences de votre vote ?

…Puisque vous êtes nombreux à ne pas connaître les compétences des futurs conseils départementaux…

Vous avez de fait donné votre feu vert à l’embauche d’un peu plus de 4000 conseillers départementaux qui seront payés grâce à vos impôts, qui vont dépenser environ 3.20 € par an et par habitant pour leurs dépenses de communication et qui auront besoin de petites mains, toujours payés par vos impôts, directement issus des partis politiques et qui ne sont pas forcément compétents pour gérer des compétences mais qui savent y faire pour protéger les élus et favoriser leur réélection, ainsi que des services destinés au fonctionnement des assemblées (chauffeurs, huissiers, secrétariats, hôtesses d’accueil, etc…).

Certains d’entre vous disent que les dépenses de personnel et de fonctionnement des collectivités locales sont trop élevées, mais sont quand même allés voter… Où est la logique ? Trop de fonctionnaires ? Pas forcément, mais trop d’élus, certainement !

En donnant une légitimité à cette collectivité territoriale dont on pourrait se passer au travers des 4000 élus et sans doute autant de « collaborateurs politiques », vous avez évité un plan social qui aurait touché directement les partis politiques notamment leurs ressources financières : vous êtes bien bons !

On comprend mieux pourquoi tous les élus et tous les partis se sont opposés à la disparition des conseils généraux. Ce n’est pas pour cette fameuse gestion de proximité et le pseudo contact avec les citoyens, mais simplement pour conserver un système qui fait les choux gras de tous les élus et partis politiques et qui maintient l’entre soi, le corporatisme et le conservatisme dont l’ultime expression est celle des sénateurs.

Ce n’est pas demain que le paysage administratif français sera lisible et efficace et moins coûteux.

Une autre organisation était-elle possible ?

Oui, en supprimant le conseil départemental, c’est-à-dire les élus et les collaborateurs. Elle consistait à transférer à la Région les compétences en matière de routes, de collèges et de transports, tout en organisant sous forme d’agences départementales (pour éviter les transferts géographiques de personnels) ces compétences pour garder la gestion de proximité. Pour les compétences sociales, la gestion par une agence départementale à laquelle les élus communaux participeraient serait à même de suppléer la gestion par des élus départementaux. Enfin, les intercommunalités (élargies) prendraient en charge la gestion des affaires de proximité et gèreraient les maisons de services publics.

C’est simple, mais les élus et les partis ancrés dans leurs corporatismes et leurs intérêts de boutique n’en veulent pas et les citoyens ne sont pas suffisamment au fait de ce qui se joue dans leur dos subissent et vont voter en croyant que c’est pour leur bien.

Un chiffre pour finir…

En supprimant le conseil départemental dans mon département, les économies réalisables (indemnités d’élus, collaborateurs des partis, communication, etc.,…) se chiffrent à 11 millions d’euros par an, soit le prix d’un collège….


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 22 mars 2015 21:51

    Il me semble que cet article suggère que ne pas voter aux départementales revenait à voter pour la suppression des conseils départementaux.

    Plutôt hâtif comme analyse.


    • Michel DROUET Michel DROUET 22 mars 2015 22:29

      @tf1Groupie
      Absolument pas. Ce serait ignorer que les abstentions étaient déjà importantes à ces élections avant que la question de la suppression des conseils généraux se pose et que l’origine de ces abstentions est à rechercher ailleurs.


    • Fergus Fergus 22 mars 2015 23:19

      Bonsoir, Michel.

      « Une autre organisation était-elle possible ?

      Oui, en supprimant le conseil départemental, c’est-à-dire les élus et les collaborateurs. Elle consistait à transférer à la Région les compétences en matière de routes, de collèges et de transports, tout en organisant sous forme d’agences départementales (pour éviter les transferts géographiques de personnels) ces compétences pour garder la gestion de proximité. Pour les compétences sociales, la gestion par une agence départementale à laquelle les élus communaux participeraient serait à même de suppléer la gestion par des élus départementaux. Enfin, les intercommunalités (élargies) prendraient en charge la gestion des affaires de proximité et gèreraient les maisons de services publics. »

      100 % d’accord. C’est évidemment vers ce type de schéma qu’il aurait fallu aller. A cet égard, la réforme du Conseiller territorial que voulait mettre en place Sarkozy était un grand progrès. Hélas ! le PS ne l’a pas voulu.


      • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 08:27

        @Fergus
        Bonjour Fergus
        La réforme proposée par Sarkozy était effectivement une avancée. Même si elle reposait sur la conservation du même nombre d’élus régionaux et départementaux qui auraient travaillé ensemble, elle pouvait peut-être déboucher sur la réduction des effectifs d’élus à terme, mais dans ce domaine on n’est jamais sûr de rien.
        Peut-être que les socialistes maintenant qu’ils ne seront plus majoritaires dans les conseils départementaux en France reverront-ils leur copie pour les supprimer en 2020 comme prévu dans le projet de loi initial sur la réforme des territoires ?
        Tout est possible... et dans ce cas l’UMP qui avait voté la réforme Sarkozy, y sera sans doute opposée, maintenant qu’elle est majoritaire...
        La politique nous offre un spectacle pitoyable.


      • fred.foyn Le p’tit Charles 23 mars 2015 07:36

        En plus d’être paritaire, la composition des futurs conseils départementaux devra compter sur une forte présence d’agents publics. Sur les 18 000 candidats aux élections départementales des 22 et 29 mars, plus d’un tiers (35,3 %) sont des salariés ou des retraités issus de la fonction publique, selon une étude menée par l’Ifop Un chiffre largement supérieur à la proportion d’agents dans la population active française, située autour de 22 %.

        Cette moyenne cache des disparités très fortes entre les différents partis. Les fonctionnaires sont sans surprise bien plus représentés dans les partis à gauche de l’échiquier politique. Ainsi, 51,5 % des candidats du Front de gauche sont issus du secteur public, comme 50,8 % des candidats du Parti socialiste et 43,7 % chez Europe Écologie-Les Verts. Une proportion qui tombe à 26,7 % pour l’UMP et à 16,6 % pour le Front national....18.000 candidats...pour continuer la même politique..Y a que la couleur des candidats qui change..(faut pas oublier que c’est Bruxelles qui décide à plus de 80%..)..En 2005 les Français disent non et aujourd’hui ils disent oui... ?

        Des jambons qui n’ont toujours rien compris en politique... ?


        • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 08:34

          @Le p’tit Charles
          Vous avez raison lorsque vous dénoncez la non représentation de toutes les couches sociologiques du pays dans les assemblées. C’est un réel problème qui favorise l’entre soi et qui éloigne les élus de la vraie vie pour en faire des élus hors sol.
          Par contre s’agissant de l’Europe, même si une partie de votre propos est fondée, il ne faut pas oublier que la réforme des collectivités territoriales telle que je la propose est tout à fait réalisable sans un quelconque avis de Bruxelles ;
          Qu’est ce qu’on attend pour simplifier notre machine administrative et surtout diminuer le nombre d’élus qui sont la source de nos maux démocratiques ?


        • fred.foyn Le p’tit Charles 23 mars 2015 08:50

          @Michel DROUET...Vous avez raison bien sur..mais nos élus rajoutent des couches sans arrêt et font le contraire de la simplicité..sans compter les élus qui eux aussi augmentent d’années en années.. ?


        • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 08:57

          @Le p’tit Charles
          Oui, nous sommes en plein corporatisme. Étonnez vous après cela que les parlementaires reviennent systématiquement en arrière sur des projets de lois touchant les notaires, les huissiers, les liquidateurs judiciaires, les labos pharmaceutiques,... J’en passe et des meilleures.
          Les lobbies fonctionnent très bien et les loups ne se mangent pas entre eux mais cela ne fait jamais les affaires des citoyens.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mars 2015 20:51

          @Michel DROUET
          Vous n’avez rien compris aux réformes des professions libérales.
          Il s’agit de mettre les personnels médicaux sous la coupe des mutuelles, de supprimer
          progressivement la Sécurité sociale et les mutuelles seront des annexes des banques.


          Pour les autres professions libérales, pareil, il s’agit de les ouvrir aux capitaux privés et de les mettre sous tutelles des banques.

        • lsga lsga 23 mars 2015 20:55

          @Fifi Brind_acier

          bref, de soumettre les médecins « libéraux » au libéralisme, que ces prétendus « entrepreneurs » deviennent des salariés comme les autres. Dans le coup, au lieu de voter à droite, ils voteront à gauche, ce sera un grand progrès pour tout le monde. 
           
          Pour rappel, la Sécurité Sociale Française est une mutuelle de droit privée, totalement inégale, et dont les plus précaires sont totalement privé. Dans les cités, on ne compte plus les gamins qui se font arracher les dents de devant. 

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2015 06:31

          @lsga
          Vous avez raison, au lieu de financer des trolls comme vous et « antyréac », l’Europe ferait mieux de financer la santé.


        • Michel DROUET Michel DROUET 24 mars 2015 08:39

          @Fifi Brind_acier
          Vous préconisez quoi ? Le suicide collectif ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2015 08:48

          @Michel DROUET
          Programme de Libération Nationale.
          Copié sur le programme du Conseil National de la Résistance.


        • oncle archibald 23 mars 2015 09:20

          Le constat ça y est, on le connait bien, rien à ajouter. Mais la solution pour le citoyen et contribuable lambda elle est où ? 


          Le vote sur programmes uniquement, et la suppression de tout le personnel politique remplacé par des fonctionnaires qui devraient mettre en oeuvre le programme qui a eu l’approbation des citoyens ne serait-il pas la solution. Dans ce cas le parti politique ne serait plus chargé que de contrôler la bonne exécution du programme choisi. Ca pourrait fonctionner ça ?


          • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 10:11

            @oncle archibald
            A partir du moment où les compétences départementales sont confiées à d’autres collectivités (région ou bloc communal), c’est aux élus de ces collectivités de gérer ces compétences, sans en rajouter. Pareil pour les fonctionnaires : pas besoin d’en rajouter, ils existent déjà et ils font déjà le boulot.
            C’est un simple transfert de compétences avec disparition de l’assemblée élu du conseil départemental et des berniques politiques qui sont accrochées à leur rocher.
            Non seulement ça pourrait marcher, mais on s’apercevrait rapidement qu’on aurait pu le faire plus tôt !
            S’agissant du vote sur des programmes, méfions nous : ils n’engagent que ceux qui croient aux promesses électorales et de ce côté là, on a déjà donné.
            Enfin, les partis politiques n’ont rien à faire dans la gestion des collectivités locales et ce sont uniquement les élus légitimés par le suffrage universel qui sont responsables devant les citoyens.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mars 2015 20:53

            @Michel DROUET
            Les transferts de compétence ne s’accompagnent pas de transferts financiers de l’ Etat aux Collectivités locales. Vous allez voir flamber les impôts locaux !


          • lsga lsga 23 mars 2015 20:59

            alors qu’avec Asselineau les impôts vont :

             
            a. Augmenter
            b. Baisser
             
            on ne sait pas. C’est pas précisé dans leur programme (ça, et 1000 autres trucs fondamentaux)

          • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 22:39

            @Fifi Brind_acier
            Il s’agit de transferts de compétences entre collectivités, pas avec l’Etat


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2015 06:41

            @Michel DROUET
            Tout ira sans doute beaucoup mieux quand les Régions seront directement sous la coupe de Bruxelles et que l’Etat français aura disparu ?


            Les choses avancent dans ce sens, puisque les fonds européens vont arriver directement aux Régions, sans passer par Bercy. Quoi qu’en dise Fergus, les euro-régions sont route, et la fin des Etat Nations aussi.

            Face à la baisse des dotations de l’ Etat, la hausse des impôts locaux, c’est pour bientôt.

          • Michel DROUET Michel DROUET 24 mars 2015 08:46

            @Fifi Brind_acier
            Les transferts financiers de l’Etat aux collectivités locales ont été faits lors des transferts de compétences de 1984 (transports collèges aide sociale,...) ou encore de 2004 (TOS et routes départementales).
            Aujourd’hui, ce qui est prévu, ce sont des transferts entres collectivités, (conseils départementaux et régionaux) et l’Etat n’est pas concerné.
            Le transfert de compétences est accompagné de transferts de personnels et des financements correspondants.
            Renseignez vous un peu avant de parler de transferts financiers de l’Etat. Vous êtes hors sujet.


          • Gnostic Gnostic 23 mars 2015 10:22

            Il y a en fait DEUX grands vainqueurs :

            l’ UMPS qui dépasse largement les 50% de votes
            Et,
            l’ UPR qui représente 60% des abstentionnistes

            • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 10:31

              @Gnostic
              Selon les organisateurs ou selon la police ?


            • P-Troll P-Troll 23 mars 2015 10:38

              @Michel DROUET

              selon l’UPR

            • Destouches_ 23 mars 2015 11:32

              @Gnostic
              Loupé, l’UPR appelait au vote blanc là où elle ne pouvait se présenter, pas à l’absention.
               
              Résultat des courses, on est passé de 0.4 à 1.6% par rapport aux européennes. Progression inversement proportionnelle à la couverture média quoi.

              Bonne journée


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mars 2015 20:57

              @P-Troll
              J’ai bien compris qu’il ne fallait pas compter sur vous pour faire respecter l’accès aux médias de TOUS les Partis politique.
              Article 4 de la Constitution : « La loi garantit les expressions plurielles ».


              L’UPR depuis 8 ans : 0 heure, 0 minute, 0 seconde sur les grands médias.
              Le NPA ou les Verts qui ont 2 ou 3 fois moins d’adhérents ne sont pas censurés.
              Que voulez-vous, il y en a qui font partie du système, et l’ UPR qui est anti-système.

            • lsga lsga 23 mars 2015 21:05

              rappelons ici que l’UPR propose d’instaurer une commission de contrôle politique des médias et des journalistes, c’est dans leur programme de 2012. 


            • lsga lsga 23 mars 2015 21:07

              et pour rappel, le NPA a fait un score beaucoup plus important que l’UPR à la présidentielle. 

              Les raéliens et les scientologues en France ont plus d’adhérents que l’UPR, doit-on leur donner un temps de parole supérieur dans les médias ?


            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 24 mars 2015 06:30

              @Destouches_
              appeler à voter blanc ! Quelle bêtise !


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mars 2015 06:54

              @lsga,
              Vos mensonges n’ont qu’un temps. J’avais bien compris que vous préfériez que les médias soient sous la coupe des banques et des industriels.
              Mais pas les Français, qui n’en peuvent plus des mensonges des médias qu’ils financent aussi avec leurs impôts.


              Chapitre 3 du programme de l’ UPR : Liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’ Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères.

              - Vaste service public de la culture et de l’information, indépendant et doté de moyens lui permettant d’assurer sa tâche

              - Loi anti trust pour les médias nationaux et régionaux.

              - Interdiction de posséder un média par une entreprise privée intervenant dans un autre secteur économique, comme Bouygues ou Dassault.

              - Interdiction dans la Constitution d’une prise de contrôle d’un média de masse par un fonds de pension ou une multinationale

              - Limitation de la publicité. Renationalisation de TF1 et de TDF.

              - CSA constituée de Magistrats.

              - Adoption d’un code de déontologie entre politique et journalisme etc

              Mais aussi, interdiction des lobbies et contrôles réguliers des conflits d’intérêts, ainsi qu’une publication des financements pour le Think tank.
              Bref, tout ce que libéralisme déteste et que vous défendez. 


            • Michel DROUET Michel DROUET 24 mars 2015 08:47

              @Jean-François Dedieu
              Oui, d’autant que le vote blanc n’est pas comptabilisé.


            • eric 23 mars 2015 10:39

              Un exemple au hasard, l’Hérault, 1,4 milliard de budget. Si les élus coutent aussi 11 millions, on peut dire :

              1) Que cela n’est pas cher payé pour que des élus du peuple supervisent son utilisation (0,00...%du budget)

              2) Que l’alternative, c’est de laisser des fonctionnaires en roue libre, décider par eux même. Il n’est pas du tout évident que les élus municipaux puissent en même temps superviser les services départementaux.

              Un fonctionnaire coute sur une vie de l’ordre de 3,5 millions d’euro. http://www.lepoint.fr/economie/combien-coute-vraiment-un-poste-de-fonctionnaire-20-02-2014-1794144_28.php

              Le cout annuel d’un conseil de département est donc de l’ordre de l’embauche de 3 ou 4 agents publics. Sur 73 ans, 200 postes sur 5400 employés du conseil général ( compte non tenu des emplois indirects) ? 4% de gain de productivité sur 73 ans ?

              Comme toujours, je trouve assez suspect les gens qui veulent économiser sur nos élus pour maintenir les dépenses de fonctionnement des collectivités publiques.


              • Michel DROUET Michel DROUET 23 mars 2015 11:16

                @eric
                Vous n’avez pas tout compris : il ne s’agit pas de laisser les fonctionnaires en roue libre mais de les transférer dans d’autres collectivités sous la responsabilité des exécutifs.
                Deux remarques
                - je ne suis pas contre la rationalisation du nombre de fonctionnaires et si vous suivez mes articles vous devez savoir ce que j’en pense. Mais vous être un peu hors sujet, car ce n’est pas dans les conseils départementaux que les dérives en matière de personnel existent mais dans le bloc communal où la hausse des effectifs est régulièrement dénoncée à cause de la mise en place des intercommunalités.
                - S’agissant des économies dont je parle, il faudrait pour être complet rajouter les subventions votées pour les associations diverses et variées, les projets d’investissements parfois démesurés et les Partenariat public privé qui coûtent très chers aux contribuables et qui ne sont rien d’autre que de la cavalerie financière.
                Enfin, sur la capacité des élus (plutôt régionaux d’ailleurs !) à superviser les ex services départementaux, il existe un moyen bien simple qui consiste à supprimer les cumuls et à rationaliser en en supprimant beaucoup les syndicats divers et variés dans lesquels les élus passent leur temps et vous verrez qu’ils y arriveront.


              • Robert GIL Robert GIL 23 mars 2015 11:29

                @eric
                Un fonctionnaire coute sur une vie de l’ordre de 3,5 millions d’euro, sur 73 années d’aprés le point ... et le budget de l’etat sur 73 années il est de combien ? C’est le discours typique de propagande néoliberal ! Melanger les chiffres afin de distiller la peur, et monter les gens les uns contre les autres avec des manipulations !
                .
                voir  : https://2ccr.wordpress.com/category/social-sante-public/fonctionnaires/
                .
                Pour faire des économies, en deux décennies on a supprimé des dizaines de milliers de fonctionnaires : l’Etat a-t-il fait des économies ? Non, au contraire, car comme il y aura moins de fonctionnaires, il faudra externaliser le travail, via des entreprises privées, à un coût supérieur, car il faut bien rémunérer les actionnaires ! Au final on finance donc des sociétés privées avec de l’argent public.
                .
                voir  : LES FONCTIONNAIRES DU PRIVE …


              • P-Troll P-Troll 23 mars 2015 12:00

                @Michel DROUET


                « il ne s’agit pas de laisser les fonctionnaires en roue libre  »

                Dans de nombreux cas, les fonctionnaires sont plus compétents que les élus et dans tous les cas ils sont plus stables.

                Bien souvent, on pourrait appliquer l’adage :

                « ces choses-là nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs ! »

                Alors, les fonctionnaires en roue libre, des fois, ça se traduirait par un poids mort en moins ou un frein enfin débloqué !


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mars 2015 21:00

                @Michel DROUET
                S’il y avait de l’emploi, les collectivités locales ne placeraient pas les copains.
                Commencez donc pas vous demander pourquoi il y a 28 millions de chômeurs en Europe ?
                Et vous aurez compris qu’en y restant, la situation des chômeurs ne va pas s’arranger.


              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 24 mars 2015 06:36

                @eric
                Il n’empêche que les paysans ayant disparu, les agriculteurs étant en régression (200 fermes laitières ferment chaque semaine), la pêche ne relevant plus du même ministère, est-ce normal de voir le nombre de fonctionnaires de l’Agriculture augmenter même si, accessoirement,cela permet au ministre d’être porte-parole du gouvernement ?


              • Michel DROUET Michel DROUET 24 mars 2015 08:50

                @Fifi Brind_acier
                Si les collectivités locales sont là pour créer de l’emploi, autant le dire tout de suite et recruter tous les demandeurs.
                Je croyais naïvement que les collectivités avaient pour rôle d’exercer des services publics et de faire des investissements en faveur des citoyens...


              • Jason Jason 23 mars 2015 11:11

                Bonjour Michel Drouet,

                Pensez donc, il faut bien cautionner les mille feuilles et l’indéboulonnable structure françaises.

                Coûteuse, opaque, frileuse, ringarde, sans oubler le reste de ses petits scandales bien mitonnés.

                La France, plus ça change et plus c’est la même chose.

                Voter pour ça ? Si une élection devait changer quoi que ce soit, ça se saurait.


                • P-Troll P-Troll 23 mars 2015 11:26

                  @Jason

                  « Coûteuse, opaque, frileuse, ringarde, »...

                  et surtout clientéliste !

                  ce dont la culture européenne a du mal à se se débarrasser, c’est la structure mafieuse née dans l’antiquité et perfectionnée pendant la longue période féodale : le parrain (ex seigneur) est celui qui est sensé protéger et procurer des ressources alors que ce n’est qu’un prédateur, un percepteur de dîme.
                  Sa technique est celle du racket : « je t’assure une protection en contre-partie d’une cotisation.
                  Si tu n’es pas protégé par moi, tu seras attaqué ». Sauf que le racketteur n’ajoute jamais ce qui est évident : ...« attaqué par moi ! »

                • Dom66 Dom66 23 mars 2015 17:11

                  @P-Troll

                  D’accord avec vous P-Troll

                  "Dans de nombreux cas, les fonctionnaires sont plus compétents que les élus et dans tous les cas ils sont plus stables." exact

                   Je rajoute une phrase qui vient de loin, en parlant de ces "parrains qui nous gouvernent

                   "Ces gens là ont établi beaucoup de règles que les riches peuvent briser mais non les pauvres.

                  Ils prélèvent des taxes sur les pauvres pour entretenir les riches qui gouvernent…etc"

                   Paroles de Sitting Bull.

                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès