Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Des élections régionales au vote blanc

Des élections régionales au vote blanc

Les élections régionales 2010 ont connu des taux d’abstentions record au premier tour.

Pourquoi ? « Je m’enfoutisme », manque de temps, d’intérêt, d’envie, aucune sensibilité pour un quelconque parti, sentiment de voter pour des menteurs ou de participer à une « arnaque », toujours les mêmes discours loin des actes, marre de voter par dépit...autant de raisons que nous pouvons retrouver entre autres dans le micro-trottoir qu’a effectué latélélibre.

Nous pouvons alors nous poser aussi la question de la place du vote blanc, aussi appelé vote de protestation, tout comme l’a fait par exemple dernièrement rue89 dans son article intitulé "Et si la solution à l’abstention, c’était la reconnaissance du vote blanc ?". Le vote blanc, une expression démocratique pourtant non reconnue dans notre République française.

(un article issu du blog www.nbiou.com)

Avant tout, faisons un petit tour dans le rue pour écouter quelques réactions de citoyens qui sont ou ne sont pas allés voter pour ces régionales 2010.

AUX URNES CITOYENS (OU PAS) envoyé par latelelibre.

 

A présent, faisons un petit point sur l’abstention, le vote blanc et le vote nul.

L’abstention consiste à ne pas participer à une élection ou à des opérations de référendum. Référendum : Procédure de vote permettant de consulter directement les électeurs sur une question ou un texte, qui ne sera adopté qu’en cas de réponse positive.. Elle traduit soit un désintérêt total pour la vie publique, soit un choix politique actif consistant à ne pas se prononcer afin de montrer son désaccord. Ainsi, à l’occasion du référendum sur les accords de Matignon portant sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie en 1988, l’un des partis de l’opposition avait appelé ses partisans à s’abstenir pour s’opposer au texte. Néanmoins, l’abstention semble traduire une crise de la représentation et peut poser la question de la légitimité du pouvoir politique élu avec une faible participation.

Le vote blanc consiste pour un électeur à déposer dans l’urne un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum). Les bulletins blancs ne sont pas comptabilisés lors du dépouillement. Ce type de vote indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection.

Vote nul : bulletins déchirés ou annotés qui ne peuvent pas être pris en compte lors du dépouillement. correspond à des bulletins déchirés ou annotés. Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur peut ne pas avoir souhaité que son vote ne soit pas décompté (il a cru qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence). Mais, il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés.

Lors du dépouillement les votes blancs et nuls sont comptabilisés et sont annexés au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Mais ils n’apparaissent pas dans le résultat officiel où ne sont mentionnés que le nombre des électeurs inscrits, le nombre de votants, les suffrages exprimés ( ensemble des bulletins moins les votes blancs et nuls).
 
Dans notre démocratie, notre société libre et ouverte, de nombreuses personnes se battent pour que tous les citoyens français, ayant effectué leur devoir de citoyen, à savoir aller voter, soient entendus, respectés et reconnus.
 
C’est ainsi que l’on peut retrouver des groupes sur facebook comme "Vote blanc !" ou encore "Le vote blanc doit être pris en compte !".
 
"Que représente le vote sinon une opinion exprimée démocratiquement ? Si le choix proposé ne convient pas, devrions nous être réduits à l’abstention et donc au silence ? Est-ce cela la démocratie ? En attendant que le vote blanc soit comptabilisé, tous ceux qui veulent qu’il en soit ainsi devraient voter blanc. Nous sommes comptés, puisque nous ’avons voté’. Nous ne sommes pas des abstentionnistes, donc notre vote existe donc il est compté même si il n’est pas comptabilisé. Le vote ’utile’ est anti-démocratique. C’est grace aux épouvantails agités par les représentants du pouvoir (c’est à dire l’élite économique) que le vote utile anéanti la démocratie. Je vote selon ma conscience et non pour permettre à l’élite de garder le pouvoir. Vous aussi, faites vivre le démocratie !"
 
Nous poussons aussi à retrouver le site dédié à la reconnaissance du vote blanc : http://www.vote-blanc.org
 
Ce site représentant l’association pour la reconnaissance du vote blanc vous propose par exemple d’imprimer votre propre bulletin blanc afin de demander que les bulletins blancs soient intégrés dans la catégorie des suffrages exprimés.
 
D’autres ont aussi apporté leur contribution démocratique à travers les bulletins blancs comme c’est le cas pour le Collectif pour le rétablissement de la démocratie. Un doigt de vulgarité dans un blanc qui se boit cul sec, retrouvé sur le blog de monolecte :
Rappel, le 4 février 2008 à Versailles ou "le déni de démocratie" : malgré le NON des Français du 29 Mai 2005, le Parlement réuni en Congrès à Versailles a adopté définitivement lundi 4 Février 2008, par 560 voix contre 181 le projet de loi qui modifie la Constitution afin de permettre la ratification du traité européen de Lisbonne.
 
Manifestation à Versailles du 4 février 2008
 
Révolte au Parlement de l’UE - INCROYABLE envoyé par Baptiste_L06.
 
source : nbiou.com
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • Arafel Arafel 21 mars 2010 00:04

    Grave erreur, ils n’en attendaient pas moins de vous.


  • epapel epapel 21 mars 2010 15:10

    Pas surprenant, ce sont des ses plus grosses conneries dont on se souvient le mieux.


  • Defrance Defrance 21 mars 2010 18:37

    Grave erreur !
     Il faut plutot m’aider a mettre en place le MOUVEMENT DES BLANCS ? NULS et ABSTENTIONNISTES !

     Ce mouvement apolitique présentera des candidats qui ne feront RIEN sans l’assentiment des 2/3 des votants !

     Ils seront tous bénévoles et redistribueront a la secu, les retraites et les quelques services publics encore existants, l’argent alloué en fonction du pourcentage de votants ( vous n’ignorez pas que NOUS subventionnons les partis politiques) .

     De ce fait les Politiques qui voudront survivre devront CHANGER et- suivre la volonté du peuple, sous peine de se trouver sans financement LÉGAL .


  • gimo 21 mars 2010 19:11

    defrance je suis d’accord avec toi

    mais ne post pas tout le’s 6 mois 
     il faut mettre et passer la 5 em vitesse et le turbo

    cordialement


  • Pepe de Bienvenida (alternatif) 22 mars 2010 09:49

    @ Defrance
    « Ce mouvement apolitique présentera des candidats qui ne feront RIEN sans l’assentiment des 2/3 des votants ! »
    Déjà qu’avec la majorité simple, le système est grippé, je préfère ne pas imaginer les conséquences s’il fallait attendre une majorité des 2/3. SVP ne pas confondre simple et simpliste ! (à moins que ce soit une boutade...)


  • oncle archibald 20 mars 2010 10:58

    La prise en compte du vote blanc devrait être associée à l’obligation d’aller voter. Ainsi pourrait être matérialisée une vision beaucoup plus fine du corps éléctoral. Ceux qui ne voudraient voir élu aucun des candidats briguant leurs suffrages pourraient enfin faire connaitre clairement leur opinion.


    • epapel epapel 21 mars 2010 00:54

      Je ne vois pas le rapport entre obligation de voter et prise en compte du vote blanc.

      Augmenter artificiellement le pourcentage de votes blanc peut-être ?


    • peace06 21 mars 2010 13:26

      L’idée de prendre en compte le vote blanc et par cela, imposer le vote obligatoire me gène dans le sens que il suiffit par la suite d’imposer la machine à voter pour que l’opinion publique soit à jamais muselée... comme ensuite ne pas envisager le pire..une mesure totalitaire visant à imposer au final le chix entre deux boutons... dans des machine faussées d’avance !!


    • La fille du croquant La fille du croquant 20 mars 2010 12:56

      « Ils se chamaillent sur le perron pour nous faire oublier qu’ils se partagent la maison ».

      Peste ou choléra : ceci n’est pas un choix :p


    • sisyphe sisyphe 20 mars 2010 11:12

      Soutien absolu pour la comptabilisation des votes blancs, liée à la nécessité, pour qu’une liste, un candidat soit élus, d’atteindre plus que la majorité des VOTES EXPRIMES (dont, donc, les votes blancs).

      Tant qu’il n’y a pas de majorité, réélection ; ou alors, élections à la proportionnelle ; entretemps, les candidats ou listes seraient bien obligés de tenir compte du mouvement, et d’apporter des modifications à leurs programmes.

      On peut envisager aussi, en cas de défaut de majorité des votes exprimés, la proportionnalité de la durée de l’élection ; 1 an, par exemple, avant une nouvelle réélection...

      Retour d’une véritable démocratie.


      • epapel epapel 21 mars 2010 00:52

        Je ne sais pas si c’est applicable en pratique, mais c’est un idée originale comme on n’en voit pas souvent.

        Je pense que pour des raisons pratiques il faudrait limiter le mandat de l’élu à 1 an dès lors que le seuil est atteint, comme ça il y aurait une campagne simultanée pour tous les redoublants.


      • Arafel Arafel 21 mars 2010 00:02

        Bof, même s’ils étaient élus par 1 %, c’est suffisant, le reste ils s’en branlent !
        99 % ou 1 % d’absentation, ils s’en foutent !


      • gimo 21 mars 2010 00:53

        même que ils se passent de votre vote TCE
        IDEM POUR GARDER LEUR PLACE 

        DE VOTRE VOTE C’EST POUR VOUS DONNER L’ILLUTION 
        QUE C’EST VOUS QUI DECIDER

        ALORS LES RESPONSABLE C’EST VOUS DE LAISSER FAIRE CETTE ESCROQUERIE


      • John Lloyds John Lloyds 20 mars 2010 11:31

        Assez bonne analyse sur les différences d’optique que traduisent le vote blanc et l’abstention. Toutefois, je ne suis pas certain, loin s’en faut, que cette finesse change quoi que ce soit. Les millions de français, grandissant à cadence exponentielle, qui jouent aux jeux olympiques de bouclage de fin de mois, outre le dépit d’un blabla politique qui n’a de finalité que l’élection, se branlent royalement des finesses sémantiques qui différencient vote blanc et absention.

        Quand bien même cela retiendrait leur attention, cela changerait quoi ? On a beau se gargariser de ce record d’abstention, c’est toujours l’UMPS, ce parti unique bicéphale, qui continue à rêgner en maître, et qui va poursuivre son immense programme de destruction massive qu’il a initié depuis quelques décennies en générant des dégâts collatéraux qui rendent la vie quotidienne intenable.

        On croit au changement en basculant de gauche à droite, de droite à gauche, avec, à chaque tour, de petites variantes infiltrées dans les discours qui présentent un leurre d’évolution, mais on ne fait que signer à nouveau pour une stricte continuité. C’est là tout le paradoxe, ce système ne se maintient qu’à charge de se détruire, et chacun, des électeurs aux politiques, n’osant évoquer la tabula rasa qu’il faudrait pour épurer le système de son parasitage massif, préférant protéger ses misérables acquis, est autant responsable de ce 38 tonnes lancé à 200 à l’heure qui n’a plus de frein.

        Le mur arrivant à grande vitesse, les finesses réthoriques sur l’attitude électorales relèvent maintenant de la branlette intellectuelle, si ce n’est de l’inconscience pure et simple, eu égard à l’extrême gravité de la situation.


        • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 20 mars 2010 13:48

          Ce n’est pas avec des élections où « droite » et « gauche » ont au fond le même programme, que l’ont peut changer quelque chose.

          Voir notre article d’hier :

          http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/03/19/electio ns-regionales-gauche-unie-et-avenir.html

          Elections régionales, « gauche solidaire » et avenir

          Les journaux du 19 mars commentent l’annonce, par Martine Aubry, Cécile Duflot et Marie-George Buffet, de la naissance de la « gauche solidaire ». La « gauche plurielle » de Lionel Jospin fairait partie du passé. Mais Martine Aubry et Marie-George Buffet ont été ministres sous Lionel Jospin, tout comme Jean-Luc Mélenchon. Et Cécile Duflot ne semble pas incarner un courant politique différent des Verts qui ont fait partie du gouvernement de « gauche plurielle ». Quel avenir peut-on espérer avec une telle « gauche » récurrente ? La politique réelle des gouvernements Jospin fut, pour le moins, difficile à distinguer de celle de la « droite ». A présent, la « gauche solidaire  » ne propose aux citoyens aucun programme précis. Mais ses deux principales composantes ont soutenu en 2005 le projet de Traité Constitutionnel Européen (TCE) et se déclarent toujours ardantes partisanes de la prétendue «  construction européenne ». Le Parti Socialiste soutient le Traité de Lisbonne. Les Verts l’ont trouvé insuffisant en 2007 et lui ont reproché de ne pas être une Constitution. Europe Ecologie et le Parti Socialiste soutiennent la perspective d’une réorganisation des institutions, de l’économie et du travail à l’échelle européenne. Ce qui, quoi qu’en dise la propagande, implique une politique de «  flexisécurité » accrue au détriment de la stabilité d’emploi. Et que deviennent les services publics dans un tel contexte ? On est loin de l’esprit du vote exprimé par la majorité des Français en mai 2005. Quant à la fonction publique française, jugée trop « atypique » par les lobbies européens, sa survie paraît exclue à l’intérieur d’une telle politique. L’éducation et la recherche n’échappent pas au constat de cette stratégie, qui met directement en cause l’existence même du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), de l’ensemble des organismes de recherche français et des universités publiques.

          [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/03/19/electio ns-regionales-gauche-unie-et-avenir.html ]

          Nous y rappelons notamment :

          (...)

          Plus globalement, en ce qui concerne la « flexisécurité » et la casse du Code du Travail français, Ségolène Royal s’en était ouvertement réclamée lors de sa campagne des présidentielles de 2007. Ce qui ne l’a pas empêchée de recevoir le soutien de l’ensemble de la «  gauche », José Bové compris.

          Et lorsque, plus tard, le Parti Socialiste s’est opposé aux mesures du gouvernement de Nicolas Sarkozy en la matière, il l’a fait au nom d’une « bonne flexisécurité à la française ».

          Par exemple, lors du débat final de l’Assemblée Nationale qui a précédé l’adoption de la loi n° 2008-596 « portant modernisation du marché du travail ». Annonçant l’abstention du groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche, le porte-parole de ce groupe parlementaire, Jean-Patrick Gille, a déclaré :

          « Nous nous apprêtions à célébrer la naissance de la flexicurité à la française, issue d’un dialogue social renforcé... »

          Voir le débat parlementaire :

          http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2007-2008/200801...

          ainsi que notre article :

          Fonctionnaires : appel contre la promulgation de la loi (II)

          Réclamant le vote des électeurs, Martine Aubry, Cécile Duflot et Marie-George Buffet ont appelé à ce que « le message soit renforcé pour que le président [Nicolas Sarkozy] change de politique ». Quel « changement de politique » ?

          Précisément, la notion de « flexisécurité » fut introduite avec les accords de Barcelone du Conseil Européen de mars 2002, entérinés notamment par le gouvernement dit « de gauche plurielle » de Lionel Jospin.

          Ces mêmes accords imposent également, aux Etats membres de l’Union Européenne et avec une échéance fixée à 2010, la politique contre les retraites annoncée à présent par Nicolas Sarkozy pour 2010.

          Voir notre article :

          Elections régionales, crise, abstention record et système politique

          ainsi que le texte de la déclaration de la présidence du Conseil Européen de mars 2002 :

          http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=D...

          (...)

          (fin de l’extrait de notre article d’hier)

          S’agissant de la casse du Code du Travail par la « flexisécurité » et de la mise en cause de l’âge de la retraite, Sarkozy ne fait qu’appliquer les décisions prises par le Conseil Européen de mars 2002, entérinées par un gouvernement français de « gauche plurielle ». 

          Les accords de Barcelone de mars 2002, signés entre autres par le premier ministre français Lionel Jospin, prévoient notamment :

          - « d’établir un équilibre adéquat entre la flexibilité et la sécurité »
          - de "chercher d’ici 2010 à augmenter progressivement d’environ cinq ans l’âge moyen effectif auquel cesse, dans l’Union européenne, l’activité professionnelle"

          Cordialement

          Le Collectif Indépendance des Chercheurs
          http://science21.blogs.courrierinternational.com/


        • appoline appoline 20 mars 2010 18:57

          J’hésite à mettre dans l’enveloppe une feuille de PQ ou la dernière crotte de nez du chihuahua car les deux branleurs de Poitou-Charente ne méritent pas plus. Vous les écoutez à la TV, mis à part taper sur l’adversaire que proposent-ils ? Rien, du vide, du creux alors qu’ils aillent se faire voir mais je voudrais bien qu’ils sachent qu’un incompétent doublé d’un beau parleur n’a jamais fait un politique intègre et digne ce nom. Les français sont désabusés et il ne viendrait pas à l’idée de critiquer ceux qui vont rester dans leurs charentaises, après tout, voter c’est vraiment trop con par les temps qui courent.


        • gimo 20 mars 2010 19:53

          appoline 
          ne pas voter c’est un acte politique donc la battaille est parti
          contre ces mafeux politique profiteurs sans conscience


        • kdb 21 mars 2010 02:48

           DICTATURE de l euro mondialisme UMP PS:Dans de nombreuses villes UMP (telles que Béziers, Perpignan…) et dans de nombreuses communes où le Front National a réalisé ses meilleurs résultats au 1er tour, France Jamet constate que seules figurent les affiches de Georges Frêche et Raymond Couderc.
          Interrogée sur ce point, la société ClearChannel affirme que ce sont les Maires qui ont fait retirer les panneaux. Elle ajoute avoir envoyé un fax (resté sans réponse) au Ministère de l’Intérieur pour que les panneaux soient remis à leur place.

          Dans le même temps, sur Internet, de nombreux bruits font état d’un prétendu désistement de la liste FN pour celle de M. Frêche.Evidemment, il n’en est rien. !
          La tête de liste FN s’étonne (sic) que de tels incidents surviennent à quelques heures de la fin de la campagne officielle (la presse ne pouvant plus parler de la campagne à compter de minuit) et demandera à ce que toute la lumière soit faite.


        • Defrance Defrance 21 mars 2010 19:51

          Meme chose en Picardie sel le FN et l’UMP ont leur panneau electoral ? est ce legal ?


        • Daniel Roux Daniel Roux 20 mars 2010 11:40

          La loi électorale étant ce qu’elle est, les votes blancs ne sont pas comptabilisés. C’est la réalité d’aujourd’hui.

          Peut-être qu’un jour, les élus de la nation considéreront qu’à partir d’un certain seuil, l’élection doit-être invalidée, mais la question restera : Par quoi la remplacer ? Perso, je suis pour un tirage au sort des représentants du peuple mais j’ai bien conscience que ce n’est pas pour demain.

          Donc, je vais voter. C’est bien le diable si je ne trouve pas une proposition qui me convienne dans l’offre politique actuelle. Du NPA au front de gauche, il y a ce qu’il faut pour les sympathisants socialiste (au sens propre), le PS et le Modem sont là pour les centristes, pour les individualistes anti sociaux adeptes de la charité bien ordonnée, l’UMP ou le FN.

          Je reconnais que ceux qui votent UMP ont un vrai problème. Sarkozy, cet instinctif aux tendances népotiques, toujours en retard d’une guerre économique, est nu. Il ne fait plus illusion. Il a tout raté, l’économique, le social, la sécurité et tout le reste. Ce n’est guère surprenant vu qu’il a toujours tout raté mais certains y ont cru, comme ils continuent à croire tout ce que la télé leur raconte.

          Pour ces déçus, en attendant Villepin, l’abstention est la seule option pour ne pas continuer à soutenir l’insoutenable sans céder aux sirènes du FN.


          • finael finael 20 mars 2010 14:04

            Cette idée du tirage au sort était connue des Athéniens.

            Plusieurs auteurs de SF classique en ont tiré des nouvelles fort intéressantes.

            Il est clair qu’on ne peut faire plus démocratique.

            Mais la reconnaissance du vote blanc, qui est bel et bien un suffrage EXPRIME, ne nécessite qu’une modification mineure de la loi électorale.

            D’autres options restent ouvertes : la disparition du scrutin de liste en faveur du scrutin uninominal, avec éventuellement la possibilité de panachage dans les listes. Cela existe dans d’autres pays.


          • COVADONGA722 COVADONGA722 20 mars 2010 14:14

            @finael
             le peché originel n est il pas le suffrage universel ?

             non pas l innacessibilité pour certain mais l accessibilité pour tous ceux ayant accomplis leur devoir au service de la société ,avant d avoir le droit d etre electeur et éligible le devoir accomplis d un service nationnal civil/militaire , a mon avis le poids réel « différent »
            du vote rarefierait l abstention et pourrait inclure effectivement le vote blanc signifiant qu un citoyen electeur ne se sent pas représenté.


          • finael finael 20 mars 2010 15:26

            @COVADONGA722

            C’est l’idée développée dans un autre roman de SF : « Starship Troopers » de Robert Heinlein, malheureusement déformé et abêti dans le film du même nom.

            Est électeur celui ou celle qui a prouvé qu’il pouvait mettre l’intérêt général au dessus de son intérêt particulier.


          • dootjeblauw 20 mars 2010 16:00

            « Est électeur celui ou celle qui a prouvé qu’il pouvait mettre l’intérêt général au dessus de son intérêt particulier » ....devrait être lu : « Est élu/e celui ou celle qui a prouvé qu’il pouvait mettre l’intérêt général au dessus de son intérêt particulier » non ?

            Bon, pour quels banquiers on vote en fait ?


          • finael finael 20 mars 2010 18:29

            Dans le livre c’est « être citoyen », donc électeur et éligible


          • friedrich 20 mars 2010 11:49

            Imaginons


            1er tour :

            Sarkozy : 19,4%
            vote blanc : 18,3%
            Royal : 15,5%
            Bayrou : 9.1%
            etc.

            2ème tour :

            vote blanc : 52,5%
            Sarkozy : 47.5 % 

            Et là on fait quoi ? On recommence ?


            • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 mars 2010 12:24

              Pourquoi recommencer ? Blanc est élu président de la République. D’ailleurs c’est déjà son surnom à Bordeaux : Laurent Blanc, le président.


            • Pépé le Moco 20 mars 2010 14:42

              Imaginons plutôt :

              1er tour :

              Sarkozy : 19,4%
              Vote blanc : 18,3%
              Royal : 15,5%
              Bayrou : 9.1%
              etc.
              2ème tour :
              Vote blanc : 52,5%
              Sarkozy : 26.4 %
              Royal : 21.1%
              (prendre en compte les votes blancs et les deux premiers candidats est bien plus réaliste de la situation actuelle)
              Et là on fait quoi ?
              1ère solution :
              On prend le 1er candidat arrivant en tête (hors votes blancs).
              Cela permettra de ne plus entendre cette phrase inique ressassée par les « politicards » et les « journaleux » : « Le président élu par la majorité des français a décidé que ... », mais cela permettra de dire « Le président élu par 26.4% des votants a décidé que ... ».
              Et peut-être que les français se poseront alors la question : « Sommes-nous réellement en démocratie ? Sommes nous bien représentés ? »
              2ème solution :
              On recommence l’élection, les précédents candidats doivent se retirer et les partis présenter un nouveau candidat et un nouveau programme. Cela permettra un renouvellement des représentants (issus, la plupart du temps des cénacles de Science Po et l’E.N.A., ayant comme formation, sur le plan économique, de promouvoir la pensée unique de la déréglementation). Cette solution pourrait avoir également la possibilté de rendre responsable ces représentants par rapport aux propositions faites lors de leurs campagnes (contrairement à ce qui est actuellement le cas - voir la Constitution de 58).
              Cette solution permettrait également de contrecarrer l’oligarchie actuellement en place.

              Il existe bien d’autres solutions, mais je pense que cela doit passer impérativement par un renouvellement des représentants et bannir de la représentation les personnes ayant des intérêts personnels ou carriéristes.

              En conclusion, la mise en place d’élection n’est pas un gage de démocratie (contrairement à ce que l’on veut nous faire croire).


            • ddacoudre ddacoudre 20 mars 2010 16:23

              bonjour freidrich

              effectivement l’on recommence.
              l’abstention, le vote blanc et nul (écarté les erreurs) sont le moyen d’expression d’un refus.
              leur signification est un autre problème ; en l’espèce, est d’autre que tu soulignes, il faudrait être de mauvaise fois pour dire qu’il sont l’expression d’un désintérêt de la politique.
              mais sa valeur démocratique ne peut trouver de représentation que si ces votes peuvent se cristalliser autour d’une représentation politique nominative.
              en l’espèce, si ce vote donnait place dans l’hémicycle, il ne pourrait qu’exprimer un refus de toute chose,
              à chaque proposition d’un projet ils diraient conformément à leur mandat non, puisque tous ces derniers, abstentionniste ou blanc n’ont pas dit ce qu’ils voulaient, mais ce qu’il refusaient, nous serions donc dans une impasse.

              le seul moyen d’en sortir repose sur l’idée d’invalider une élections qui n’obtient pas la majorité des électeurs inscrits, ainsi faute de pouvoir formaliser en mandat une abstention ou blanc, l’accès indispensable, face à ce risque, pour accéder au pouvoir obligeraient les prétendants a en tenir compte.

              sinon a eux a se donner les moyens d’une représentation ou d’offrir la possibilité à des partis installés de se repositionner.

              cordialement.


            • epapel epapel 21 mars 2010 01:04

              Blanc n’étant pas un candidat, on pourrait recommencer sans les candidats ayant atteint 10% par exemple.

              Et puis pour avoir une telle abstention dans une élection présidentielle, il faut beaucoup d’imagination.


            • zadig 20 mars 2010 11:50

              En attendant :

              L’article de Fergus a disparu. c’était le plus lu.
              J’espère qu’une explication sera donnée.


              • Philou017 Philou017 20 mars 2010 11:52

                Comptabiliser les votes blancs ne sert strictement à rien. C’est comme pour les abstentions. Les politiques n’en ont rien à faire.
                Lors du 1er tour, c’est le camp perdant qui s’est plaint de l’abstention. Les socialistes et leurs copains n’en ont pas dit un mot.

                C’est le systeme dit démocratique dans son fonctionnement actuel et l’emprise de l’empire de la finance sur l’économie et les états qu’il faut rejeter. c’est pas avec des bulletins blancs que vous y arriverez.


                • friedrich 20 mars 2010 11:59

                  Pour ça il faut une deuxième révolution française, mais tant que le peuple aura son estomac et son espace de cerveau disponible bien remplis, elle n’ arrivera jamais.


                • Jérôme M. 20 mars 2010 11:53

                  Très, très bien.

                  Toute nation, qui ne prend pas en compte l’expression d’un vote par un bulletin blanc, est de facto, en contradiction avec les principes élémentaires de la démocratie, de l’expression solennelle du peuple, et donc, pour moi, de facto une dictature.

                  Il en est même, dont les USA, qui ont inscrit dans leur constitution, qu’il est un droit, et même un devoir, de se soulever contre l’oppression. A bon entendeur.

                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 mars 2010 12:21

                    Initiative pertinente, et amusante. Ceux qui n’ont pas voté dimanche dernier devraient imprimer ce bulletin et le glisser dans l’urne demain.
                    En plus ça aurait le mérite de saborder l’argument de l’abstention, celui que les sbires de Sarkozy vont encore nous sortir sur les plateaux télé :

                     « Aucune analyse nationale ne peut être faite dans la mesure où l’abstention a été massive. Pour cette même raison, parler de vote sanction serait abusif. Cette abstention massive est bien la preuve que ni la gauche ni le FN n’ont trouvé d’écho dans l’opinion. C’est pourquoi la poursuite des réformes engagées par le président de la République s’impose plus que jamais ».


                    • Daniel Roux Daniel Roux 20 mars 2010 15:27

                      Ce langage est tout à fait typique du Ministère de la Vérité.

                      et Lagarde, la transatlantique, qui en remet une couche : « Mes fils n’ont pas voté parce qu’ils ne savent pas à quoi sert la Région ».

                      Wouaf !! Wouaf !! Ressemblent à leur mère, ceux là. Comprennent rien mais obéissent.


                    • epapel epapel 21 mars 2010 19:31

                      Pour les mal-comprenant, l« Allemagne allemande » fait référence à la période 1871-1945.

                      La période qui court de 1946 à aujourd’hui peut être qualifiée d’Allemagne européenne, mais il semblerait que cette période touche à sa fin.


                    • friedrich 20 mars 2010 12:53
                      Sans aucun doute, mais admettez que l’ Allemagne allemande a donné des résultats assez décevants.

                    • sisyphe sisyphe 20 mars 2010 13:25

                      @ Gelone

                       smiley smiley smiley smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Baptiste L

Baptiste L
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès