Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Doit-on se réjouir de la baisse de l’impôt sur le revenu (...)

Doit-on se réjouir de la baisse de l’impôt sur le revenu ?

Pour ceux qui sont concernés, la réponse est évidente : c’est oui. Par contre pour ceux qui sont juste au dessus des nouveaux plafonds et pour tous les autres contribuables, la réponse l’est moins, encore qu’on ne pleurera pas sur le sort de ceux qui sont dans les tranches les plus élevées du barème.

Pourquoi être partagé sur cette mesure ?

Parce qu’elle s’écarte des principes de la déclaration des Droits de l’homme et du citoyen qui énonce qu’une contribution commune est indispensable pour couvrir les dépenses d’administration de l’Etat et qu’elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. Pour être pleinement citoyen, il faudrait donc payer l’impôt.

Maintenant, cette notion d’impôt payé par tous doit être regardée à la lumière de tous les impôts et taxes auxquels nous sommes soumis (taxe d’habitation, T.V.A., T.I.P.P., taxe foncière, taxe sur les contrats d’assurances, sur les alcools, le tabac, j’en passe et des meilleures…)

Ce qui pose problème en effet aujourd’hui, c’est la superposition des décideurs et bénéficiaires de ces taxes : l’Etat bien sûr, mais aussi les collectivités territoriales et différents syndicats intercommunaux, sans compter différents organismes qui prélèvent des taxes.

On peut donc dire que les bénéficiaires d’un allègement de leur impôt sur le revenu, continueront donc à payer des impôts et des taxes comme tout le monde (ou presque) et qu’ils n’en sont pas moins citoyens que vous et moi, même s’ils bénéficient d’un avantage sur un impôt particulier, mais qui n’est pas le plus important dans leurs dépenses courantes taxées.

Ce qui gêne, c’est autre chose…

On semble découvrir que les bas revenus concernés par la non indexation du barème et la fin de certains avantages (la défiscalisation des heures supplémentaires par exemple) et qui sont rentrés en masse dans la catégorie des assujettis, ont des fins de mois difficiles et demandent de plus en plus des facilités de paiement, que ce soit pour l’impôt sur le revenu ou pour les impôts locaux, alors on prend des mesures à minima, sans s’intéresser aux autres composantes du dossier, à savoir la stagnation des salaires et la diminution du reste à vivre en raison de l’inflation et de l’augmentation des dépenses contraintes.

Une politique de facilité, donc…

Il est plus facile en effet pour le gouvernement d’actionner le levier de l’impôt qu’il maitrise, quitte à s’appauvrir et à rogner sur le service public et les dépenses sociales que de s’attaquer aux autres causes de cette diminution du reste à vivre par l’augmentation des dépenses contraintes. Parmi celles-ci on notera les dépenses de logement (loyers et charges) qui augmentent régulièrement et qui deviennent intolérables, notamment dans les grandes agglomérations, les dépenses liées aux déplacements (voiture, transports en commun), les augmentations des produits de consommation courantes par la grande distribution, celles des assurances, de l’énergie ou bien encore des frais bancaires et les dépenses de santé.

En ce sens, on peut affirmer que les actions du gouvernement actuel pour « rendre du pouvoir d’achat », ne sont pas éloignées de celles prises par l’ancienne majorité, et on peut le déplorer. La faiblesse, voire l’inexistence des augmentations des salaires minimaux que ce soit dans le privé ou le public en sont également l’illustration, alors que des responsables patronaux (le président du Medef, pour ne pas le nommer) grand pourfendeur des hausses de salaires, s’est octroyé modestement une augmentation de ses revenus de 29 % en 2013, que les joueurs du PSG ont touché une prime de 700 000 € pour leur belle saison, sans compter le coût du capital dans les entreprises qui exige des rendements à deux chiffres.

L’action de l’Etat, quelle que soit la majorité, consiste donc à mettre le couvercle sur la marmite en évitant de s’attaquer aux causes réelles des difficultés des français les plus fragiles. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • fcpgismo fcpgismo 21 mai 2014 08:29

    Le pouvoir d’achat ressemble de plus en plus à un pouvoir de destruction des ressources naturelles.Le gaspillage étant la règle.

    L’impôt c’est de la redistribution à condition de ne pas être un instrument aux mains du plus grand nombre,de dévastation de l’environnement.

    • soi même 21 mai 2014 08:45

      Ce qui me gène dans cette histoire, c’est le meilleur moyen pour évité de faire véritablement une rénovation de l’économie sur une base saine.
      Car d’un côte si les plus bas revenus sont exonérer de l’impôt sur le revenus, ils ne vont pas échapper aux impôts locaux mis de la hausse de la TVA.
      La dite classe moyen par contre suivant quel est en bas où en haut de la fourchette vont payer pleins pot.
      Et ceux qui sont véritablement riche même en lâchant un déni où même trois quart de leurs revenues ont toujours cette possibilité de joue avec des placement pour dégrever d’une manière significative leurs impôts.
       Souvenez vous comment Bernard Tapie avec 1 million de revenue, ne payait rien !
      Donc ses différence mesures sont biens faites pour un seul but que surtout rien ne changer et que l’État au final perde ses bijoux de famille.

      Il faut le reconnaître même si l’on pense le contraire la France appartient à des riches qui non pas l’intention de payer leurs parts !
      C’est part le monde l’argent que l’on voie la continuer de l’ancien régime et l’on va doit vers un nouveau servage économique si part ailleurs si personnes daignent à se pencher ce que veux dire une économie Fraternelle. Nous retournerons à la case départ du jeux de l’oie. Un jeux qui est un vrai enseignement des règles de la destinée humaine.
       


      • soi même 22 mai 2014 13:23

        Ce qui est rigolo, c’est le nombre de vote négatif, me fait vraiment pensez en définitif, les français sont en réalité des gens heureux insatisfaits, ils sont justes bon à râler et en aucun cas à vouloir réfléchir à trouver un remède, du moment que leurs laissent l’espoir qu’il y toujours une gratuité disponible et rétribution généreuse.
        Pour dérouiller la cervelle rien de mieux que lire Rabelais et ses moutons de Parnurge !


      • eric 21 mai 2014 10:09

        Il y a quatre aspects principaux dans cette nouvelle arnaque socialiste, et on se perd en conjectures pour savoir lequel est le plus nauséabond.

        C’est un cadeaux aux riches clientéliste : la moitie des ménages paye l’IR. en exonérer certains est un cadeau a la classe moyenne sup. Des gens qui votent pas mal et souvent « bien ». On recommence comme avec la « cagnotte Jospin Fabius » dont le coût a représenté a peu prêt un tiers de l’augmentation de la dette sous Sarkozy.

        C’est une arnaque économique très bien ciblée : 3200 euro par mois et deux enfants, et hop ! tu ne payes plus, se réjouit le nouvel Obs. Pourquoi 3200 ? parce qu’a 4000 tu entre dans la catégorie des riches que Hollande n’aime pas. http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20140520.OBS7838/un-couple-2-enfants-3-200-euros-et-plus-d-impot-sur-le-revenu.html.
        Peut etre, mais si tu es en dessous, c’est moins la fête http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/04/24/20002-20140424ARTFIG00029-pourquoi-le-pouvoir-d-achat-des-smicards-va-peu-augmenter.php.

        Le troisième, c’est que comme la cagnotte, ce n’est pas finance. Cette année, on compte sur les résultats des pressions americaines qui ont contraint les suisses a donner les detenteurs de compte, après, le deluge. Qui vivra paiera.On est donc bine dans la même logique que Jospin. On reste dans la gestion au jour le jour de notre pays.

        Mais le plus ecoeurant, c’est sans doute les justifications. On va aider « les plus modestes » cela va favoriser la consommation. Tu parles ! On est sur les 50% les plus riches, ceux qui justement peuvent épargner, et comme plus de la moitie des francais est proprietaire de son logement, en gros, on va favoriser l’acession a la propriete du cadre moyen socialiste, au nom des « pauvres ».

        Le milliard de cadeau, les vrais pauvres l’auraient aussi bien, mieux, le « consommer ». Il n’est pas impossible qu’ils en aient plus besoin...

        Ce racket social des classes moyennes socialistes est d’autant plus nauséabond qu’il spolie économiquement mais aussi symboliquement les plus pauvre de leur statut de plus défavorisés et donc de catégorie qui aurait le plus besoin d’aide.
        Au passage, et avec une cohérence parfaite, les socialistes vont aussi au nom de l’egalite, diminuer les cotisations retraites de leurs troupes fonctionnaires qui sont déjà les gens qui touchent le plus en cotisant le moins.

        Oui, mais les pauvres, cela vote peu et souvent mal....

        Si j’étais a gauche, je dirai que ce cynisme dans la prévarication me fait vomir.

        Prévarication ? Oui, car ce sont tous de haut fonctionnaire, s’appuyant sur leur grande expertise et celle d’un syndicat des impôts très politise connaissant sur le bout des doigts les flux fiscaux financiers et sociaux. Ce qu’ils sont en train de faire, il le font en toute connaissance de cause.
        Quand je pense qu’il y a encore des gens qui votent pour eux en se croyant a gauche..


        • claude-michel claude-michel 21 mai 2014 10:28

          la baisse de l’impôt sur le revenu ?...une arnaque du gouvernement...TOUT augmente depuis deux ans..et en 2014 les augmentations feront oublié cette baisse en trompe l’oeil.. !

          Quand on enlève 1...mais que d’un autre côté on met 3... !


          • eric 21 mai 2014 10:47

            Non, regardez bien, pour son cœur de cible électoral, cela risque en effet d’être effectivement une petite bonne affaire...


          • eric 21 mai 2014 11:39

            Au nombre de moinsseurs, je constate qu’un certain nombre d’électeurs concernés ont déjà fait leurs calculs....Ils ne tiennent pas trop a ce que l’on signale que dans un pays ou la moitie des ménages paye l’IR, et ou 11 millions de personnes sont pauvres, les mesures socialistes sont bien un cadeau au riches, sur fonds publics et donc au détriment de nos services publics et de la solidarités avec les plus pauvres, surtout en période de déficit, d’endettement galopant et de baisse des prestations sociales.
            Il est d’autant plus important de le répéter. Économiquement, a budget déficitaire, Vals va nous endetter pour faire des cadeaux a ses électeurs.....

            Maintenant, si il y en a un pour démontrer le contraire, je suis a l’écoute....


            • Michel DROUET Michel DROUET 21 mai 2014 12:49

              Bonjour Eric

              Vous remplacez mesures socialistes et Vals par mesures UMP et Fillon et vous vous reportez 2 ou trois ans en arrière et vous verrez que votre commentaire marche aussi


            • eric 21 mai 2014 13:18

              Rien a voir. Sous Sarko, on a eu le bouclier fiscal : Justice sociale et intérêt économique, sans intentions électoralistes.
              2 buts,
              Sortir de la spoliation fiscale les pauvres rattrapes par l’inflation fiscalisante socialiste sur le patrimoine ( effet pêcheur Île de Re)
              Convaincre des contribuables rapportant beaucoup de rentrer ou de ne plus partir (1,5% des contribuables rapportent 41% de l’IR, si ils s’en vont, c’est les autres qui doivent payer a leur place et cela va vite...

              Bilan, 11 000 personnes touchées. Pas de quoi faire une élection.

              Mesure socialiste : cela ne concerne pas de pauvres. Aucun objectif social. Le bénéfice pour notre économie reste a démontrer, et en tous cas que cela ait plus d’impact que de donner le même argent aux plus pauvres, mais 3 millions d’électeurs de la classe moyenne concernés.

              Vous saisissez la différence ?


            • Michel DROUET Michel DROUET 21 mai 2014 14:03

              Vous n’êtes pas à gauche et cela se voit bien, mais vous êtes complètement de droite , ce qui vous empêche d’être objectif.


              • eric 21 mai 2014 14:17

                En revanche, il n’est pas impossible que vous soyez a gauche pour penser qu’une règle de trois ait une opinion politique.
                Les 50% les plus riches sont les seuls a payer cet impôt. On exonère une partie d’entre eux. Qu’est ce que c’est, pourquoi, dans quel but et au détriment de qui ?
                Et quand le calcul est tellement bien fait que tu y gagne plus si tu a 3000 euro et deux gosses que si tu en a trois et le smic, quand on sait que dans le premier cas tu vote souvent socialiste et dans le second FN ou abstention, cela ne vous soulève pas le coeur ?


              • Michel DROUET Michel DROUET 21 mai 2014 15:12

                Non, c’est simplement le « si j’étais à gauche » de votre commentaire précédent qui me fait dire que vous êtes de droite.

                Ceci étant, il ne s’agit pas d’une critique : votre opinion est recevable...


              • eric 21 mai 2014 17:54

                Ce n’est pas une « opinion » ce sont des faits. Et a nouveau, si j’étais a gauche, c’est a dire si je m’exprimai préférentiellement par idées toutes faites et cliches, je dirai qu’ils sont « têtus ».
                En revanche, qu’il y ait quelque chose d’assez sordide et révoltant a s’attribuer de l’argent public en s’appropriant la « pauvrete » au detriment des plus pauvres, c’est effectivement une opinion. Je comprend qu’elle n’est pas de gauche...


              • Michel DROUET Michel DROUET 21 mai 2014 18:11

                Eric

                « Rien a voir. Sous Sarko, on a eu le bouclier fiscal : Justice sociale et intérêt économique, sans intentions électoralistes. »

                Ce n’est pas du cliché ou de l’idée toute faite, ça ?

                Un peu de nuance dans votre propos serait la bienvenue


              • eric 21 mai 2014 18:48

                Et je le démontre : 11 000 bénéficiaires, la plus part pauvres. Le gros des montant a des très riches peu nombreux pour les persuader de rester ou rentrer en France.
                On peut discuter de savoir si c’est efficace ou non. Prouver moi le contraire.
                On ne peut pas contester que non seulement ce n’est pas électoraliste, mais que c’est l’inverse de la démagogie. Le PS a passe le quinquennat a dire qu’il « était le président des riches ».

                Et avec tous cela, vous ne vous prononcez toujours pas sur l’opportunité de distribuer un milliard d’euro a la tranche inférieure des plus riches des français, au lieu d’abonder le service public ou d’aider les plus pauvres. De mémoire, la hausse du RSA prévu par les socialistes, c’est 450 millions sur trois ans non ? Au prétexte que les caisses sont vides ?


              • christian pène 21 mai 2014 15:56

                ce qui est extravagant et choquant, c’est ce taux de tva à 20% qui frappe le plus lourdement les plus modestes dans leurs dépenses quotidiennes.....on ne devra pas oublier les taxes folles sur les carburants , les combustibles , le gaz , l’électricité , celles sur l’électricité atteignant au final # le 1/3 de la facture à cause de ces invraisemblables contributions aux noms plus ahurissants les uns que les autres ...et qui sont soumises à des taux de tva différents sans que l’on comprenne pourquoi.....

                alors cet État extravagant prend par la tva et autres taxes ubuesques des sommes folles aux citoyens ;c’est bien cet État qui a inventé la tva sur la TIPP et sur les autres taxes locales de l’énergie.....c’est l’État qui appauvrit les gens de cette manière , et qui en outre sacque les gens du privé en leur servant des retraites de misère tout en ponctionnant des prélèvements obligatoires au titre de services sociaux au bénéfce de la SS , dont le monopole a pourtant été aboli ENFIN en 2001 depuis les injonctions de l’UE datant de 1992......injonctions qui sont restées lettre morte parce que le régime ne veut pas appliquer une loi dont il ne veut pas , trop d’argent DU public (quelques 500 milliards sans doute ) lui échapperait, dont il se sert comme levier pour son clientélisme .

                remarquez que le régie s’est toujours refusé à nous demander si nous voulions encore du monopole de la SS par crainte évidente d’un camouflet de premier ordre sachant que le slogan républicain « chacun selon ses moyens , à chacun selon ses besoins (de santé) » est pris en défaut......le régime se garde bien de dire que chacun doit s’assurer pour la santé AUPRÈS DE L’ORGANISME QUI LUI CONVIENT....

                la République a peur parce qu’elle ment et qu’elle vole ,elle est même prête à tuer, c’est pourquoi le régime ne demandera jamais aux citoyens s’ils en veulent encore, mais ceux -ci l’ont fait savoir à Évry par 60% d’abstentions il y a quelques jours chez VALLS , cet individu qui a pris un regard HAINEUX révélateur.....


                • G.L. Geoffroy Laville 21 mai 2014 16:51

                  Cher @Christian Pène, J’acquiesce vos propos pleinement !

                  Si cet Etat veut relancer la consommation, qu’il veut faire baisser le coût de la vie, qu’il veut une véritable justice sociale, ils baisseraient la TVA !

                  Réjouissons-nous, elle n’est que de 5% sur les produits alimentaires. Les Pauvres peuvent se nourrir, merci l’Etat.

                  Quant à l’article qui démarre assez bien, sa conclusion me laisse amer.


                • lsga lsga 21 mai 2014 16:55

                  à quel moment avez-vous perdu de vue le fait que le prolétariat français consomme BEAUCOUP TROP ?

                   
                  Pour améliorer le niveau de vie du prolétariat français, il ne faut pas augmenter son pouvoir d’achat, bien au contraire. Il faut baisser son temps de travail. 

                • leypanou 21 mai 2014 15:56

                  @Michel DROUET :

                  La baisse de l’impôt sur le revenu est une avancée de plus dans le caractère de droite du gouvernement actuel. Rappelons-nous qu’il y a un certain temps, le Front National du temps du père proposait carrément la suppression de l’impôt sur le revenu. L’IR étant un impôt progressif, sa baisse confirme donc le caractère réactionnaire de la majorité.

                  Des ménages modestes ou moyens sont matraqués par les impôts locaux, qui ne sont pas progressifs, mais calculés sur des valeurs locatives non mises à jour, ce qui fait que des personnes qui sont dans des logements plus ou moins sociaux sont obligés de quitter les communes où les impôts locaux sont trop élevés par rapport à leurs ressources (manière simple de faire partir les « potentiels mauvais » électeurs).

                  Si le gouvernement était vraiment progressiste, il aurait dû augmenter l’IR pour les tranches les plus élevées tout en augmentant le nombre de tranches ET baisser la TVA qui est payée indistinctement par tout le monde, indépendamment de leurs ressources.

                  Conclusion : la baisse de l’IR est un marqueur de plus dans le caractère de droite de la clique actuellement au pouvoir.


                  • zygzornifle zygzornifle 21 mai 2014 16:03

                    Du pipeau électoraliste pour glaner quelques voix pour les européenne....

                    Après les élections le PS va de nouveau se déchaîner pour se recalmer en avril 2017 .....

                    • Mowgli 22 mai 2014 03:26

                      On ne doit JAMAIS se réjouir de la baisse d’un impôt. Jamais. Comme le chantait Henri Salvador : L’impôt c’est la santé. L’éviter c’est la conserver.

                      http://www.youtube.com/watch?v=IHHNZ3omSFA


                      • Jean Keim Jean Keim 22 mai 2014 08:38

                        Comme toujours nous raisonnons par habitude et avec ce que nous croyons connaitre. Les droits de l’homme sont une chose et les impôts autre chose. Est-il normal de payer des impôts et si oui, à qui sont-ils versés ? Normalement à la communauté mais en fait qui les encaisse, un machin qui s’appelle le fisc et qui les met théoriquement dans les caisses du trésor public qui n’a de public que le nom. Quand on donne de l’argent à une association on peut exiger qu’il soit utilisé pour une action précise, rien de tel pour les impôts, est-ce normal ? Michel Jobert un petit bonhomme oublié des médias (décédé en 2002), prétendait que les impôts servaient surtout à payer ceux qui assurait le fonctionnement du machin, autant supprimer les impôts mais que fait-on des fonctionnaires ? Si on continue dans le sens de ce questionnement, en posant les bonnes questions du genre : à quoi sert un sénateur, à quoi sert l’armée, à quoi sert l’argent, à quoi sert la sécu, à quoi servent toutes les administrations et autres machins étatiquo-administrarifs, à quoi sert EDF, quelle est l’utilité de tous ce qui est fabriqué par l’industrie, quel est l’utilité des lois, des préfets, de la hiérarchie, etc., etc., on pourrait surement faire avancer les choses avec un regard neuf.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès