Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Éclairage citoyen préalable à la décision de l’élu

Éclairage citoyen préalable à la décision de l’élu

Produire un avis éclairé, c'est ce à quoi les citoyens sont jugés inaptes, le peuple serait pulsionnel, versatile, émotif, influençable, incapable de discerner l'intérêt général...

Admettons.

Nos élus sont donc au dessus de la mêlée, et non, ce ne sont pas des godillots aux ordres d'un monarque, dans cette Ve République, ni d'un parti... et ils sont insensibles aux pressions d'où qu'elles viennent, tenez-vous le pour dit.... des aigles de marbre, à la vue détachée et perçante.

Au passage, on a glissé de "l' Exécutif exécute ce que le Législatif a légifèré" à un législatif qui approuve ou critique l'Exécutif (le monarque en résumé) en quasi roue libre

Pour autant, la représentation semble nécessaire, outre l'étendue du pays, un responsable des décisions votées est le bienvenu

Sans verser dans l'antiparlementarisme, des améliorations à ce gouvernement représentatif semblent nécessaires : outre le Référendum Révocatoire qui empêcherait que la cellule représentative ne s'autonomise et, logiquement, ne dégénère et se pervertisse (au sens de 'pervertir' : détourner quelque chose de sa fonction normale). "Dégénère" car certains excès ou abus, certes minoritaires, prouvent cette pathologie de la représentation : réserve parlementaire, famille employée par l'Assemblée Nationale et autres joyeusetés... Nos élus resteront toujours humains, comment s'étonner dès lors que les suveillants responsables du pot commun de confiture en finissent, pour certains, les doigts sucrés, c'est humain. Le but de cet article n'est pas de tirer sur l'ambulance-corbillard.

Référendum Révocatoire qui, comme une épée de Damoclès, favoriserait, en plus, le lien gouvernés / gouvernant, représentés / représentant en invitant à un dialogue permanent au long cours entre ces 2 entités, le gouvernant-représentant pour s'en prémunir par anticipation mais aussi pour améliorer l'acuité de sa vision. Car s'il a une vision globale, sereine et détachée, "l'expertise d'usage" du bas peuple pourrait l'aider dans sa vue en détail.

Bref, outre le Référendum Révocatoire, la construction d'avis éclairés citoyens peut être un levier d'avancement démocratique.

Le formidable travail de la CNDP ( Commission Nationale du Débat Public) nous offre des retours d'expériences. Il reste des améliorations à faire bien-sûr, la CNDP liste 21 'chantiers'

https://www.debatpublic.fr/son-ambition-21-chantiers

Outre l'étendue croissante du périmètre d'action, un mode de saisine citoyenne serait, à mon avis de néophyte, un déclencheur fertile et déterminant.

L'élu tient compte ou non de l'avis citoyen préalable en motivant son choix.

Ceci sera débattu, ou pas, lors de la constituante, mais disons que la glorieuse CNDP ne serait pas à inventer. ex nihilo dans l'arbre constitutionnel (si l'on pense ne pouvoir durablement avancer que par petits pas)

par exemple, cela, en date du 7 mars 2016 sur le site gouvernemental : "Démocratie participative : des ateliers citoyens pour renforcer la participation citoyenne"

http://www.modernisation.gouv.fr/les-services-publics-se-simplifient-et-innovent/par-la-consultation-et-la-concertation/democratie-participative-des-ateliers-citoyens-pour-renforcer-la-participation-citoyenne#sthash.zNY8O0AO.dpuf

S'appuyer ou conserver les rares points positifs de la Ve rassureront l'inertiel conservateur qui est farouchement en chacun de nous et qui redoute plus que tout la tabula rasa, en plus d'être possiblement pertinent.

 

notes :

la CNDP :

https://www.debatpublic.fr/

un colloque de juin 2014 très intéressant : "le citoyen et la décision publique" :

http://www.dailymotion.com/playlist/x38v7s_debatpublic_colloque-cndp-2014/1#video=x22b1kq

et les présentations toujours passionnantes de Pierre Rosanvallon au Collège de France : "la démocratie : esquisse d'une théorie générale"

http://www.college-de-france.fr/site/pierre-rosanvallon/course-2012-2013.htm

ou en résumé, de février 2016 :

http://plus.franceculture.fr/sommes-nous-gouvernes-democratiquement

et une très belle présentation "la démocratie à venir et à refaire" d'avril 2014 par Loïc Blondiaux :

http://www.college-de-france.fr/site/pierre-rosanvallon/seminar-2014-04-02-10h00.htm

indiquer des liens Collège de France n'est pas seulement pour faire croire qu'il y en a sous l'capot et dans la carafe, c'est quand même intéressant...cet article sera vraisemblablement submergé par la manifestation du mercredi 9 mars

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 mars 08:56

    En démocratie, on a toujours les politiques qu’on mérite ! ! !


    • citoyenrené citoyenrené 9 mars 09:29

      @Jean-Pierre Llabrés, à la longue (+- 50 ans) , l’architecture constitutionnelle façonne aussi le profil des « politiques », non ?

      et puis si l’expression « les politiques » implique que le reste de la population est apolitique et ne peut être que du ’bétail à voter’ 10s tous les 5 ans, cette expression est d’emblée orientée


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 mars 09:37

      @citoyenrené

      En démocratie, on élit toujours les représentants politiques qu’on mérite ! ! !



    • citoyenrené citoyenrené 9 mars 11:45

      certes, et on a la constitution que l’on a ratifiée en 1958

      constitution qui a participé depuis à dessiner peu ou prou le profil de nos représentants


    • Ar zen Ar zen 9 mars 12:34

      @Jean-Pierre Llabrés

      Vous vous trompez. Vous auriez dû écrire « en démocratie représentative »...... Parce que, figurez-vous, qu’il existe aussi une « démocratie directe » ! Enfin, il n’en existe qu’une seule au monde : en Suisse.


    • JBL1960 JBL1960 9 mars 11:44

      Ça revient à demander la permission ; Hep Monsieur, vous qui savez, vous pouvez me dire...
      Même quand on leur demande poliment y nous pisse dessus. Tenez, des citoyens ont demandé poliment à leur Député de ne pas voter la prolongation de l’état d’urgence ; Et qu’est ce qu’il a fait le gonze. Non, ça suffit arrêtons le cirque ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/24/demandez-le-programme/ Surtout quand on sait que les Thévenoud, Balkany, Cahuzac en son temps ont droit de cité et qu’on nous prend pour des nazes ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/24/qui-vote-quoi/ Vraiment, le plus pacifiquement possible, y’a assez de bordel comme ça, disons NON.


      • citoyenrené citoyenrené 9 mars 11:56

        @JBL1960

        ça revient à rendre un panel de citoyens ’expert’ sur un sujet précis, par des auditions contradictoires, des débats, délibérations, ré-auditions (le panel choisit qui il veut auditionner)

        voyez le travail de la CNDP (sur CIGEO par exemple, même si les décideurs n’en n’ont pas tenu compte)


      • bernard29 bernard29 9 mars 11:57

        Vous demandez le référendum révocatoire alors qu’il n’y a même pas le référendum d’initiative citoyenne. Est-ce que le RIP n’est pas prioritaire  ?

        d’ailleurs le principe de la révocation c’est un peu idiot, ; soit il y a faute de l’élu , et il y a la justice, soit il y manquement sur les promesses (lesquelles d’abord, parce qu’un programme hein !! et qui plus est s’il y a la proportionnelle ; car alors là c’est la responsabilité du parti d’avoir proposé un mauvais cheval à l’élection.), et dans tous ces cas il y a la sanction de l’élection. Il vaut mieux limiter drastiquement le nombre de mandats et le renouvellement des mandats, puis bien évidemment construire un contre pouvoir citoyen chargé de contrôler les assemblées élues et organismes publics.

        Il n’y a pas de démocratie sans séparation des pouvoirs et sans contrôle des pouvoirs. 


        • citoyenrené citoyenrené 9 mars 12:19

          bonjour bernard29

          le RIP tel que proposé, c’est plus Requiescat In Pace qu’autre chose

          qu’est ce qui est prioritaire ? une Constitution adaptée à notre temps

          le Référendum Révocatoire a un effet dissuasif par anticipation, que le gars ne se parjure ou renie pas trop, sans devoir attendre l’élection suivante pour signifier son désaccord

           séparation et contrôle des pouvoirs, contre-pouvoir citoyen, je suis bien d’accord


        • Ar zen Ar zen 9 mars 12:41

          Pourquoi faire compliqué lorsque l’on peut faire simple !

          La démocratie « directe » existe ! Je l’ai rencontrée ! Certes, dans un seul pays au monde, la Suisse, mais elle existe. Le peuple est souverain. Il dispose de deux outils pour cela. D’une part « l’initiative populaire » qui permet de modifier tout ou partie de la constitution (pas de procédure du « congrès » en Suisse, seul le peuple peut faire et défaire « sa » constitution). D’autre part « le référendum facultatif » qui permet au peuple de contester une loi scélérate.

          C’est simple et efficace. Cette démocratie « directe » est presque inconnue des Françaises et des Français.

          Un lien pour vous familiariser avec la « démocratie directe », celle que voudrait mettre en place l’UPR en France.

          https://www.ch.ch/fr/droits-politiques/


          • Ar zen Ar zen 9 mars 12:43

            Pourquoi faire compliqué lorsque l’on peut faire simple !

            La démocratie « directe » existe ! Je l’ai rencontrée ! Certes, dans un seul pays au monde, la Suisse, mais elle existe. Le peuple est souverain. Il dispose de deux outils pour cela. D’une part « l’initiative populaire » qui permet de modifier tout ou partie de la constitution (pas de procédure du « congrès » en Suisse, seul le peuple peut faire et défaire « sa » constitution). D’autre part « le référendum facultatif » qui permet au peuple de contester une loi scélérate.

            C’est simple et efficace. Cette démocratie « directe » est presque inconnue des Françaises et des Français.

            Un lien pour vous familiariser avec la « démocratie directe », celle que voudrait mettre en place l’UPR en France.

            https://www.ch.ch/fr/droits-politiques/


            • citoyenrené citoyenrené 9 mars 14:21

              @Ar zen

              une constituante en débattrait

              construire un avis éclairé d’un panel de citoyens me semble plus pertinent que le RIC

              et puis culturellement et historiquement, le RIC semble être rentré dans les mœurs suisses....en France, considérer le peuple inapte semble être la norme


            • Ar zen Ar zen 9 mars 16:39

              @citoyenrené

              A ceci près qu’un programme politique « hors clivage » propose de mettre en place la démocratie « directe ». Par ailleurs, vous parlez du RIC, Référendum d’Initiative Citoyenne, ce n’est pas que cela la démocratie « directe ». Si vous avez bien lu mon précédent post et visité le lien, vous vous êtes rendu compte qu’il y a plusieurs niveaux d’intervention possible pour le peuple souverain suisse. Le niveau local, cantonal et fédéral. Par ailleurs, « l’initiative populaire » et « le référendum facultatif » n’ont pas les mêmes cibles. Les Françaises et les Français sont totalement ignorants à ce sujet ! Et vous, faîtes vous la différence ?

              Par ailleurs, puisque vous dîtes qu’un panel de citoyens est plus pertinent, je vous pose la question de savoir quelles sont les conditions d’émergence et de prise en considération d’une telle chose ? Je voudrais que vous développiez les conditions de faisabilité d’un tel projet. Vous vous rendrez compte, qu’à la réflexion, elles sont nulles !

              Qui est-ce qui considère le « peuple inapte » ? Prouvons à l’oligarchie qui nous gouverne, à la caste des dominants organisés, que le peuple peut décider de son avenir en installant une démocratie « directe ».

              Il existe un parti, pourquoi ne pas le nommer, l’UPR, l’Union Populaire Républicaine, qui propose cette démocratie directe dans son programme de gouvernement. Evidemment, ce programme n’est ni de gauche, ni de droite. Il est donc évident que « l’électeur de gauche » n’y trouve pas tout à fait son compte puisque celui ci voudrait voir porter un programme de gouvernement de gauche. Pour un « électeur de droite » le raisonnement est identique. Mais « l’initiative populaire » permet toujours de départager les uns et les autres. C’est la majorité qui décide !

              Un « panel de citoyennes et de citoyens » ne représente pas plus d’avantage que le « référendum facultatif » qui permet, au peuple suisse, de dénoncer une loi scélérate. La seule chose qu’il conviendrait de modifier c’est le coût d’un tel référendum et savoir à qui le faire porter.

              Refusez d’accéder à la démocratie « directe » est une erreur monumentale ! Bien sûr qu’il y a un prix à payer : il faut se rendre aux urnes plus souvent, il faut débattre des sujets, de tous les sujets. S’ils sont importants, il y a une grande mobilisation, s’ils le sont moins, les votes sont moins nombreux.

              Je me rends compte que seules les « idéologies » trouvent leur place dans le développement des sujets sur Agoravox. En revanche, rares sont celles et ceux qui parviennent à réfléchir d’un manière globale. La démocratie « directe » est à portée de nos bulletins de votes ! Il faut être stupides pour ne pas tenter cette expérience. Si toutes les idéologies arrivent divisées alors, il est certain que nous aurons un nouveau quinquennat PS ou LR. Ceci est une certitude ! Comment des personnes peuvent-elles refuser la mise en place d’une démocratie directe ? Celle ci ouvre le champ de tous les possibles ! En votant d’une manière dispersée, en votant pour son « idéologie », le peuple joue le jeu de l’oligarchie. Ceci mérite quand même que l’on y réfléchisse. La « démocratie directe » est un bien meilleur projet, déjà porté par un parti, qu’un hypothétique panel de citoyens dont personne ne sait comment il parviendrait à s’imposer puisque rien n’est prévu dans la constitution pour développer ce genre de chose.


            • citoyenrené citoyenrené 9 mars 17:08

              @Ar zen

              « les conditions d’émergence et de prise en considération d’une telle chose ? »

              cela s’appelle la CNDP, elle a déjà émergé, et les prises en considération sont inscrites dans la loi


              « Je me rends compte que seules les « idéologies » trouvent leur place dans le développement des sujets sur Agoravox. »

              ahah, comme si vous n’étiez mû par aucune idéologie, qui parle d’un parti dans chacun de ses posts ? baste, c’est votre droit.

              les débats au sein d’une démocratie directe sont moins éclairés, moins de qualité, plus nombreux peut-être......pour dépasser ses préjugés et avoir une vue fine d’une question précise, faut creuser un peu quand même....la démocratie directe est en plus inatteignable en France me semble-t-il.....moins désirable et plus lointaine


            • Ar zen Ar zen 9 mars 18:27

              @citoyenrené

              Le CNDP face à la démocratie « directe » ? Le CNDP qui existe depuis 1995 ? Quel succès ! Une cautèle sur une jambe de bois. Aucune chance d’arriver à quoi que ce soit à travers le CNDP. Le CNDP ne peut pas être saisi de questions constitutionnelles ! Le pouvoir du peuple doit être inscrit dans sa constitution. Seul le peuple doit être en mesure de changer « sa » constitution. Le CNDP c’est un faux nez. Un joli jouet fait pour appaiser le peuple, pour faire semblant.

              Oui, je parle d’un parti à chacun de mes posts, mais je ne parle pas « d’idéologie » ! Quel est « l’idéologie » portée par l’UPR ? C’est un mouvement hors clivage ! Je suis pour la mise en place d’une démocratie directe. Tout le reste n’est que discours puisque la démocratie « directe » autorise tous les possibles. Tous les sujets peuvent être débattus. Pourquoi s’en passer et laisser le champ libre à l’oligarchie qui, à travers la démocratie représentative, fait tout ce qu’elle souhaite, soutient constamment les intérêts particuliers d’une minorité. Par ailleurs notez bien que la démocratie « directe » est impossible dans le cadre de l’UE, puisque la France a transféré sa souverainteté à l’UE à la suite de la ratification des traités de Maastricht, Amsterdam et Lisbonne et de plus de 10 lois constitutionnelles qui ont modifié la constitution de la 5ème République.

              Vous ne répondez toujours pas. Vous dites que les Françaises et les Français sont « inaptes » à la démocratie directe ? Vous dîtes que « la démocratie directe est, en plus inatteignable en France me semble t-il... moins désirable et plus lointaine ». Il n’y a rien de plus faux ! Un parti politique propose de la mettre en place. Le seul acte nécessaire est de déposer un bulletin dans l’urne.

              Je me rends compte, à votre réponse, lorsque vous parlez du RIP, que vous confondez, à votre corps défendant, et ce n’est pas du tout une critique de ma part, « référendum » et « initiative ». Ce sont deux choses différentes en démocratie « directe ». Le Référendum d’initiative populaire, cela n’existe pas. Ce que existe c’est « l’initiative populaire, d’une part, et, d’autre part, »le référendum facultatif« qui sont deux armes distinctes à la disposition du peuple suisse. Je vous concède que dans le programme de l’UPR, il est fait mention du »RIP« . Mais Asselineau s’est expliqué la dessus. Dans l’esprit du peuple français il était difficile de distinguer »initiative« et »référendum".

              Pourquoi, selon vous la démocratie « directe » serait inatteignable ? Moins désirable ? Plus lointaine ?

              Selon Vasily Rozanov, « la démocratie représentative est le régime par lequel une minorité organisée gouverne une majorité inorganisée ». J’ajouterai que cette « majorité » est totalement divisée. C’est le but de l’oligarchie de la diviser en de multiples partis ayant chacun son idéologie. A la fin des fins, ne restent que la droite complexée et la droite décomplexée avec, pour arbitre, le FN. Nous avons connu plusieurs fois le scénario, nous allons y avoir droit encore une fois si nous arrivons divisés devant les urnes. L’oligarchie n’attend que cela, elle s’en frotte les mains, sa stratégie est gagnante.

              Si une chose est bien possible, c’est la mise en oeuvre d’une démocratie « directe ». Rien ni personne ne peut s’y opposer, le cadre de notre constitution, pourtant si remaniée, le permet encore. Il suffit, comme l’ont fait les Islandais, de voter pour un parti qui propose cette démocratie « directe » dans son programme de gouvernement. Effectivement je parle de l’UPR parce qu’aucun autre parti n’aborde ce sujet pourtant essentiel à la souveraineté du peuple. Ce qui est certain, c’est que la démocratie « représentative » permet à un petit nombre d’être souverain. Cette démocratie représentative attend, à travers les élections, que le peuple lui donne sa légitimité. Dans l’affaire c’est le peuple qui perd sa souveraineté.

              Je suis prêt à débattre avec vous de tout ceci, point par point, au delà de toute idéologie. Ouvrons le débat et examinons ce qu’il en ressort. Avec la plus grande objectivité. Qu’attendent les autres partis pour parler de démocratie « directe » ? Ils sont où les tenants de la souveraineté du peuple ? Ils jouent le jeu de l’oligarchie ? Ils aiment la démocratie « représentative » ? Celle des intérêts particuliers ? Ceci défit le bon sens !


            • Le421 Le421 9 mars 19:40

              Commençons par arrêter ce funeste professionnalisme des élus.
              Deux mandats max puis, retourne à ton boulot !!

              Au moins, le monde du travail, ils connaîtront.

              Et puis ça donne envie de travailler pour ses idées, pas pour être réélu.

              M6R


              • citoyenrené citoyenrené 10 mars 17:48

                @Le421

                tout à fait d’accord
                ( et vive le M6R )


              • njama njama 10 mars 11:14

                Produire un avis éclairé, c’est ce à quoi les citoyens sont jugés inaptes, le peuple serait pulsionnel, versatile, émotif, influençable, incapable de discerner l’intérêt général...

                J’ai l’impression que c’est plus subtil, car il faut laisser l’illusion que les décisions sont prises très démocratiquement, pour mieux les confisquer !

                L’affaire de la fracassante démission d’un haut fonctionnaire, le courageux Thomas Dietrich est hautement révélatrice du fonctionnement du système.

                Bien que Marisol Touraine prêche en façade à qui veut l’entendre la « démocratie sanitaire » elle n’en organise pas moins en coulisses la dictature sanitaire !
                Le ministère se fout pas mal de la  Conférence nationale de santé comme de la démocratie ; CNS dont pourtant les missions et sa composition - 120 membres titulaires, nommés pour un mandat de 3 ans, renouvelable une seule fois, regroupés en 8 collèges... - ont été adoptées par la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique.

                La zélée ministre de la santé a d’ailleurs à cet effet créé en mai 2015 l’Institut Pour la Démocratie en Santé qui n’a aucune statut juridique pour contourner la CNS, tout comme le gouvernement avait missionné Sandrine Hurel en mars 2015 pour faire un rapport sur la politique vaccinale pour contourner les avis de la CNS !

                Voir l’article bien documenté de Dr Domnique Dupagne qui publiait ici du temps du H1N1 et après ...

                Démocratie Sanitaire mes couilles
                Marisol Touraine réinvente la démocratie à la mode soviétique

                Un évènement assez rare est survenu ce week-end. Un jeune fonctionnaire en charge d’une instance sanitaire nationale a démissionné en claquant bruyamment la porte et en faisant savoir à quel point sa mission s’était transformée en mascarade. Ce sont habituellement des retraités qui se risquent à une telle franchise, suicidaire pour les fonctionnaires en place.

                [...]
                  « La démocratie en santé n’est pas la reine de l’échiquier ; elle en est le fou. Et avec elle, tous ceux qui y croient ; ces bénévoles, usagers, professionnels de santé, élus, partenaires sociaux, qui donnent de leur temps et de leur énergie dans des instances nationales (...) ceux-là même qui croient que la réflexion issue du terrain fera évoluer notre système de santé, alors qu’elle ne servira que de faire-valoir.

                  S’il faut user d’une expression quelque peu triviale, j’emploierais celle de mascarade. J’en suis désormais convaincu : la démocratie en santé n’est qu’une vaste mascarade montée par les hommes et les femmes politiques pour faire croire à une certaine horizontalité de la décision publique en santé - alors qu’elle n’a jamais été aussi verticale. Et tout ceci au détriment des citoyens, dont on utilise les deniers pour mettre sur pied des instances consultatives qui, comble du cynisme, ne doivent à aucun prix remplir le rôle qui leur a été assigné par la loi. »
                (...)
                  « L’avis de la CNS sur la proposition de loi « fin de vie » fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. La Ministre rentra dans une colère noire à l’encontre de la CNS, qualifiée par des membres du cabinet d’instance « inutile » et « incontrôlable ». »
                [.........]
                http://www.atoute.org/n/article337.html


                tout le monde devrait en prendre connaissance !! enfumage ... cynisme et hypocrisie !

                Voilà ce qui aurait mis dans une « colère noire » la Ministre ! le CNS aurait eu l’audace d’émettre quelques avis différents :

                « Nonobstant, la C.N.S. formule plusieurs vœux et propose des amendements afin d’améliorer la proposition de loi sur les sujets suivant : »

                voir pages 5 à 11 :
                Conférence nationale de santé
                Avis du 25.09.2015 sur la proposition de loi créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie

                PDF > > http://www.cns.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/avis_cns_proposit_loi_droits_fin_de_vie_rel_2809 _modif_051015_jol.pdf

                -------------------

                Concernant la vaccination, voir dans sa lettre de démission page 14 à 19 lien PDF ci dessous :

                Démocratie en santé : les illusions perdues

                Contribution au rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (réalisé par Madame Huguette Mauss) sur le pilotage de la démocratie en santé au sein du Ministère des affaires sociales et de la santé

                Par Thomas Dietrich, responsable du secrétariat général de la Conférence nationale de santé (CNS) de mars 2015 à février 2016

                4. Débat public : le Munich de la vaccination
                [.....]
                Résumons le tableau, qui ressemble de plus en plus à une vision de l’Enfer de Jérôme Bosch :
                un débat public piloté par une agence sous tutelle de l’Etat et qui mène dans le même temps des campagnes de communication pro-vaccination, un comité d’organisation de ce débat aux ordres de la Ministre, un comité d’orientation dirigé par un proche de Marisol Touraine et qui n’aura de fait aucune indépendance...  N’importe quel citoyen peut ici se rendre compte que tout est mis en œuvre pour que la concertation accouche de conclusions qui aillent dans le sens de la politique que veut mener ce gouvernement ; qu’importe l’opinion d’une part non-négligeable de la population.

                En fait de débat public, c’est une véritable opération de propagande qui est menée pour inciter les français à se vacciner, en occultant totalement toute réflexion sur la question de la balance bénéfices/risques. Machiavel en sortira sans doute grandi, mais non la démocratie en santé.
                L’état de santé des français, non plus. Car il est évident que de plus en plus de parents renonceront à vacciner leurs enfants, faute de pouvoir disposer d’une information qui ne soit pas entachée du soupçon de la partialité et du conflit d’intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques. Une information qu’auraient pu leur apporter les conclusions de ce débat public, s’il n’avait été honteusement biaisé. 

                http://www.atoute.org/n/IMG/pdf/democratie_en_sante_Thomas_Dietrich.pdf


                • zygzornifle zygzornifle 10 mars 17:27

                  mon élu n’est jamais disponible car il passe tout son temps a compter son oseille .....


                  • citoyenrené citoyenrené 10 mars 17:45

                    @zygzornifle

                    une réunion / discussion publique obligatoire 1 fois par mois, en plus de lui offrir le « retour du terrain » le sortirait de son terrier (expression insultante)....plus que les visites discrétionnaires à sa permanence....certains sont peut-être loyaux


                  • citoyenrené citoyenrené 13 mars 07:03

                    erratum : il aurait fallu ajouter après

                    « Admettons », il faudrait donc rendre un panel de citoyens ’expert’ sur une question,

                    pfff la bourrique, texte plein de manquements, celui-ci était le principal

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès