Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Elections présidentielles 2007 : ces candidats dont on parle peu ! (...)

Elections présidentielles 2007 : ces candidats dont on parle peu ! Entretien avec Franck Abed

Pour beaucoup de journalistes, d’instituts de sondage, mais également pour bon nombre de représentants de la classe politique, « ce ne sont que des ‘’petits candidats’’ »...

Mais, c’est oublier que ces hommes et ces femmes, qui tentent de se présenter devant le suffrage des Français, ont aussi des choses à dire, ont un programme présidentiel bien précis, ont une philosophie politique !

Ces candidats espèrent devenir les prochains hôtes du Palais de l’Elysée !... Mais, ils entendent à n’être considérés par les médias, que comme « des candidats à part entière » et non pas comme « des candidats entièrement à part » !

C’est le cas de Franck Abed, un jeune célibataire de 25 ans, Chef de file ‘’Réconciliation nationale’’[i], dont il est le Président fondateur... « Après un baccalauréat de commerce, j’ai poursuivi des études en Sciences sociales et humaines... Actuellement, je prépare une cinquième année universitaire, et, parallèlement, je me consacre activement au Mouvement que je préside », Explique-t-il... Choisissant le 2 novembre 2004, qui est la date de la célébration du bi centenaire du Premier Empire, le Jeune homme, qui, à l’époque, n’a que 22 ans, crée son Parti : ‘’Réconciliation nationale’’... « J’ai voulu prendre ma part dans la lutte contre l’adoption du traité constitutionnel européen », analyse-t-il d’un ton déterminé.

« Le Conseil National de Réconciliation Nationale m’a désigné comme candidat à l’élection présidentielle le 5 mai 2006 au terme de la cérémonie de commémoration de la disparition de Napoléon 1er », continue-t-il comme pour nous rappeler que « la France est une grande Nation ».

« Depuis nous avons impulsé une campagne de terrain visant à recruter des adhérents et des candidats pour les prochaines élections législatives de 2007 et les municipales de 2008... », Prévoit d’un ton convaincu le patron de ‘’Réconciliation nationale’’...

« Nous avons également arpenté le territoire national à la recherche des parrainages nécessaires pour que nous soyons présents au premier tour de l’élection présidentielle. Nous avons à ce jour recueilli 307 promesses de parrainage de maires et élus »[ii], nous martèle Franck Abed, alors que nous lui parlons des 500 signatures obligatoires pour pouvoir se présenter devant les Electeurs.

Allant jusqu’au bout dans le raisonnement, nous osons lui présenter deux scénarii possibles :

- Si il a obtenu ses 500 signatures, mais, qu’à l’issue du second tour, il n’est pas en position de se représenter, pour qui appellera-t-il à voter ? « La question ne se pose pas à nos yeux car j’espère bien figurer au second tour », nous répond-il fermement.

- Dans le cas où il n’aurait pas obtenu ses 500 signatures, pour qui il appellerait à voter au premier, puis au second tour ? « Encore une fois, je pense que j’obtiendrai les 500 signatures et que, dans ces conditions, j’accèderai au second tour. Il n’est donc pas question d’envisager une autre hypothèse à ce stade », Espère-t-il.

« Nos 307 signatures ont été recueillies... Tous nos militants sont mobilisés et nous espérons que nous aurons rassemblé les 500 signatures avant le 16 mars. Par ailleurs, certains élus locaux commencent à rejoindre notre mouvement, ce qui facilite notre tâche », Continue Franck Abed... « En revanche, nombre de maires nous ont dit subir des pressions émanant de leurs conseils généraux et régionaux menaçant de leur supprimer certaines subventions en cas de soutien à des candidats qui n’auraient pas l’estampille ‘’système’’. Malgré leur attachement viscéral à la démocratie et malgré que la plupart d’entre eux trouvent ces méthodes scandaleuses, de nombreux maires pourraient donc faire défection au dernier moment car n’oublions pas qu’il ne s’agit que de promesses de parrainages », déplore-t-il avec force face à ce qu’il considère comme un déni de démocratie. .

Revenant d’un voyage en Russie, au cours duquel, il a été reçu officiellement par le Président russe, Wladimir Poutine, Franck Abed a bien voulu s’entretenir avec nous à bâtons rompus pour nous dévoiler son plan de campagne ainsi que ses promesses électorales...

Monsieur Abed, vous êtes revenu de Russie. Vous avez rencontré officiellement le Président Wladimir Poutine... D’après nos informations, il aurait été question de l’Espace et de l’exploration de la Planète Mars... Mais, il a sûrement été question de bien d’autres sujets ! Pourriez-vous nous dévoiler la teneur de votre entretien avec le Président Poutine ?

Comme le précise notre projet présidentiel, nous prévoyons un vaste programme spatial associant notamment les pays en butte à l’impérialisme américain, au premier rang desquels la Russie du Président Vladimir Poutine, mais également les pays de la francophonie ou encore nos partenaires naturels d’Amérique latine et du Moyen-Orient.

Ce programme spatial prévoit notamment l’envoi d’un homme sur Mars et son retour sain et sauf sur Terre d’ici la fin de la prochaine décennie, ce afin de générer un nouvel espoir de progrès pour le siècle en cours, tout comme le Programme Apollo ouvrit une vague de retombées scientifiques sans précédent dont nous bénéficions encore aujourd’hui (réseau informatique mondial, miniaturisation des processeurs, sciences de la vie, nouveaux matériaux, ...).

C’est dans ce cadre que se sont développés de fructueux échanges entre un groupe de scientifiques français soutenant le programme spatial de ‘’Réconciliation Nationale’’ et un groupe informel de scientifiques russes spécialistes des techniques spatiales. Ces échanges ont retenu l’attention du Kremlin, qui en avait été informé, et ont abouti à ma rencontre, samedi 17 février à Moscou, au siège de l’exécutif russe avec le Président Poutine.

A cette occasion j’ai remis au président russe un rapport complet sur le projet Mars 2020. Le Président Poutine a manifesté son vif intérêt pour ce projet, pointant notamment son attachement à un programme spatial ambitieux pour son pays et ses alliés, au premier rang desquels la France, dont il a regretté le récent effacement au profit d’une Europe supranationale qui se fait trop souvent le relais des intérêts américains.

Le président russe nous a également encouragé à persévérer dans notre démarche de redressement national pour la France. Il n’a pas hésité à comparer la situation actuelle de la France à celle prévalant en Russie avant son accession à la présidence et a souhaité le même sursaut pour notre pays que celui qu’il a lui-même impulsé pour la Russie.

Le président russe a également engagé les scientifiques présents à poursuivre leurs travaux et les a engagé à le tenir au courant de leur évolution.

Monsieur Franck Abed, nous allons rentrer maintenant dans la Campagne des Présidentielles ‘’2007’’. Pourriez-vous présenter brièvement le programme de votre Parti, ‘’Réconciliation nationale’’, ainsi que votre Programme présidentiel, dans les domaines de l’emploi, de l’économie, de la fiscalité, du social, de la politique intérieure, de la politique extérieure, de la politique européenne ?

Que constatons-nous aujourd’hui sinon le renoncement généralisé de nos élites aux principes fondateurs de notre pays, notamment au travers du rejet de notre histoire nationale vue au travers du seul prisme de l’altérité ? Ainsi est systématiquement mis en avant le rôle qu’ont pu jouer certains de nos compatriotes dans la traite négrière, dans la colonisation, dans la collaboration ou encore dans la torture en Algérie. Chacun se sent ainsi libre de saucissonner notre histoire nationale en fonction de ses origines, de ses idées politiques ou encore de simples convenances personnelles. Comment dès lors éviter l’éclatement de la nation en une multitude de groupes en fonction de leur vision de telle ou telle partie de notre histoire ? Un tel processus semble encouragé par une classe politique capitularde qui préfère célébrer en grandes pompes la défaite de Trafalgar plutôt que de rendre un légitime hommage aux soldats et officiers de la Grande Armée à l’occasion du bicentenaire de la bataille d’Austerlitz le 2 décembre 2005.

Nous pensons qu’il s’agit là d’une offensive qui est tout sauf innocente de la part des groupes de pression mondialistes pour lesquels l’existence de nations à forte identité est un obstacle vers la marche à l’unification mondiale qui verra l’abaissement des frontières nationales, préalable nécessaire à l’apparition de ‘’l’homo economicus’’ mondialisé, réduit à son seul rôle de consommateur et qui sera à même de consommer les mêmes produits indifférenciés fabriqués par les nouveaux esclaves des pays dits « à bas coûts » partout dans le monde. Ceci au prix de recul sociaux sans précédents dans nos pays à forte tradition sociale.

Je souhaite donc faire contrepoids à cette entreprise en m’opposant non seulement à la mondialisation qualifiée « d’ultralibérale » par les extrémistes de gauche, mais également à toute mondialisation quelle qu’elle soit afin de remettre l’économie au service des citoyens.

Et que l’on ne nous dise pas que la mondialisation est inéluctable et que l’on doit juste chercher à en changer le visage, selon l’expression de certains « souverainistes » ou « nationalistes » de circonstance.

En effet, la mondialisation a une histoire qui lui est propre et dont les fondements se trouvent dans les années 1960 avec la signature des Accords du cycle dit « de Kennedy » sous l’égide du GATT (ancêtre de l’OMC), prémisses de la libéralisation croissante des échanges qui a abouti, au fil des différents cycles de négociation du GATT puis de l’OMC, à une « contrainte extérieure » de plus en plus massive au travers de la substitution d’une part croissante de notre production intérieure par les importations qui atteignent désormais près de 30 % de notre richesse nationale.

Ceci sans que les peuples concernés eussent été consultés par référendum alors même que les décisions qui furent prises lors de ces négociations ont eu et continuent d’avoir un impact bien plus important sur la vie quotidienne des citoyens des différentes nations que les traités strictement politiques du type Maastricht ou traité constitutionnel européen miraculeusement rejeté par le peuple français malgré une campagne médiatique univoque, aux dires mêmes du CSA.

Il faut savoir que jusqu’à la signature de ces ‘’accords’’ par une élite indifférente au sort des peuples, l’économie mondiale était fortement cloisonnée, la part des échanges dans le PIB mondial étant limitée à 5 %. Il fallut attendre 1971 pour que le taux d’ouverture de l’économie mondiale rejoigne celui de 1910, à savoir 11 %. Autant dire, que contrairement aux mensonges qui nous sont assénés à longueur de temps dans les médias, la croissance des ‘’Trente Glorieuses’’ ne doit rien au libre-échange mondial puisqu’elle s’est déroulée dans un monde on ne peut plus cloisonné.

Ce n’est qu’à partir de l’ouverture progressive des frontières économiques qu’est apparu un chômage de masse au fur et à mesure que se substituait à notre production nationale une production importée en provenance de pays à faible protection sociale. C’est ainsi que nous avons perdu plus de 4 millions d’emplois industriels et sans doute le même nombre d’emplois induits depuis la fin des années 60, situation dramatique qui aboutit aujourd’hui à ce que 5 à 6 millions de personnes se trouvent exclues du marché du travail en France. En effet, il convient d’ajouter aux 2 millions de chômeurs officiels le million et demi d’allocataires du RMI, les préretraités forcés et les emplois ‘’bidons’’ dans les associations qui se voient versés de généreux subsides pour canaliser les forces populaires et les empêcher de se révolter. Sans compter les millions de personnes qui travaillent à mi-temps sans l’avoir choisi.

Nous voulons que notre pays renoue avec une véritable croissance, qui seule permettra de relever le défi consistant à remettre au travail les 5 à 6 millions de chômeurs que compte la France.

C’est pourquoi nous proposerons tout d’abord au peuple français de recouvrer son indépendance en instaurant des clauses de sauvegarde aux traités qui asphyxient notre pays afin de préserver notre liberté de manœuvre et notre protection sociale face au libre-échangisme imposé par l’Organisation Mondiale du Commerce et l’Union Européenne, qui nous pousse vers des salaires et une protection sociale à la chinoise.

En cas de refus de nos partenaires européens, nous agirons comme en 1967, en pratiquant la politique de la chaise vide se traduisant par un blocage des institutions européennes. L’on s’apercevra une nouvelle fois que la voix de la France est nécessaire au concert européen et que, sans notre pays, rien ne peut se faire en Europe.

Puis nous relancerons la démographie française base de l’existence de notre peuple et de toute croissance future. Ceci suppose l’instauration d’un revenu parental d’éducation correspondant au SMIC au troisième enfant et des primes substantielles à partir du quatrième. L’objectif pourrait être fixé à 200 millions d’habitants à l’horizon 2100.

Ensuite, nous proposerons, avec notre prix Nobel d’économie, le Professeur Maurice Allais et avec le Docteur Raoul Louis Cayol, un programme de plein emploi basé sur la mise en place et la vente aux enchères de contingents aux importations avec pour objectif de ramener la part de nos importations sur le PIB de près de 30 % actuellement à 15 % au plus, un chiffre à comparer à celui des Etats-Unis (10 %) et du Japon (12 %), les deux pays de l’OCDE les moins touchés par le chômage et qui pratiquent, contrairement à nous, une politique de protection de leurs marchés intérieurs.

A cette proposition, nous ajouterons la mise en place de la cotisation sociale unique sur la consommation (CSUC), qui permettrait de transférer les charges sociales patronales et salariales pesant sur la travail vers la consommation avec pour effet d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés et de diminuer le coût du travail en France, rendant notre pays à nouveau attrayant pour les industries de main-d’œuvre. Ce dispositif assurerait également le financement de notre protection sociale en faisant cotiser les produits importés et ceux fabriqués à l’aide des automates qui n’acquittaient jusqu’ici aucune taxe sociale.

Ensuite, nous relancerons les grands projets colbertistes pour dynamiser la recherche dans notre pays autour de grands projets structurants destinés à galvaniser l’effort national : envoyer un homme sur Mars et le ramener sain et sauf sur Terre avant 2020, lancement d’un nouvel appareil transcontinental supersonique, programmes de logements à loyers modérés de qualité intégrés dans les villes existantes, nouveaux programmes autoroutiers avec éclairage systématique des voies...

Ces propositions devraient se traduire par une croissance de 25 % du PIB en 5 à 7 ans et par un gain de 100 à 200 points de base de notre rythme de croissance tendanciel qui serait ainsi porté entre 3,5 % et 4,5 % par an, soit un rythme comparable à celui des Etats-Unis.

Pensez-vous, en vous présentant, pouvoir influer sur l’opinion des électeurs que nous sommes, surtout, notamment en ce qui concerne l’Europe, le chômage des Quinquas ?

Il est évident qu’aujourd’hui, ce qui est en jeu, c’est bel et bien la survie même de notre patrie en tant que nation indépendante.

La France est actuellement attaquée de toute part car elle effraie tout à la fois les partisans du nouvel ordre mondial américain et ceux de la cinquième colonne européenne aux ordres de ce nouvel ordre mondial.

La France est tout simplement menacée de disparition à l’extérieur par les tentatives hégémoniques des Etats-Unis et de leurs relais britanniques en Europe, mais également par l’hydre européiste qui n’est que l’avatar local du nouvel ordre mondial.

A l’intérieur, notre pays est menacé par les contempteurs de la République une et indivisible, partisans de la décentralisation qui n’est qu’une des facettes de l’Europe des régions que l’on cherche à nous vendre pour mieux contourner les résistances naturelles d’une nation historiquement attachée à la centralisation, gage d’efficacité et de justice. Il l’est également par le développement du communautarisme qui érode le substrat national pour y juxtaposer le modèle anglo-saxon de communautés vivant les unes à côté des autres sans aucun lien réel.

Mais le peuple français, le Grand Peuple, à l’occasion de l’élection présidentielle de 2002 et du référendum de l’année dernière, vient de montrer aux thuriféraires du déclin français qu’il fallait maintenant compter avec lui malgré le matraquage univoque de la presse aux ordres.

Le temps est venu de la résistance aux forces du renoncement et de la décomposition. Tous les Français, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur croyance, doivent se rassembler pour, une nouvelle fois, faire face, éviter le désastre et montrer le chemin à un monde désorienté.

Monsieur Franck Abed, parmi ces candidats dit ‘’officiels’’, à savoir : Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Marie Le Pen, Corinne Lepage, Philippe de Villiers, Ségolène Royal, Marie-Georges Buffet, Olivier Besancenot, José Bové, Dominique Voynet, Arlette Laguiller, qui, selon vous, fait une excellente campagne ?

Les médias ne demandent pas aux autres candidats à l’élection présidentielle ce qu’ils pensent de moi. Par ailleurs, nous ne sommes ici que pour parler de nos idées et de notre projet. Enfin, les questions de personnes ne nous intéressent pas. Nous refusons donc par principe de parler des autres candidats.

Au travers de votre propre candidature, quel message désirez-vous transmettre à tous ces candidats, ainsi qu’aux autres candidats considérés comme ‘’petits candidats’’ ?

Nous n’avons aucun message destiné aux autres candidats. Nous ne souhaitons nous adresser qu’aux Français.

Par ailleurs, nous récusons le terme de « petits candidats » forgé de toute pièce par le système pour décrédibiliser systématiquement et par avance toute tentative de s’y opposer. Je me qualifierais plus volontiers de candidat émergent, mais je ne le suis pas davantage que Madame Royal ou Monsieur Sarkozy pour lesquels il s’agit aussi de leur première élection présidentielle.

Rentrons en plein dans la campagne électorale... Pensez-vous que les propositions faites par chaque Candidat sont réellement crédibles aux plans social, économique et politique ?

Je ne me positionnerai pas par rapport aux autres candidats. Je fais mes propres propositions sur la plupart des thèmes chers aux Français. A chacun de choisir en fonctions de ces propositions.

N’avez-vous pas l’impression que l’instauration, par voie référendaire, du Quinquennat présidentiel[iii], est un danger pour nos Institutions, dans le sens où il octroie, au Président de la République, un pouvoir fort, qui peut se retrouver considérablement amoindri du fait d’une éventuelle cohabitation ?

Nous sommes partisans d’un gouvernement d’union nationale autour d’un exécutif fort qui s’appuierait sur des chambres rénovées. Dans cette optique, l’esprit des institutions de la Ve République nous semble parfaitement correspondre aux besoins du pays et aux aspirations profondes du peuple français qui souhaite, au fond, une république monarchique sur une base populaire.

Pour notre part, nous sommes convaincus que ce qui fait l’esprit des institutions c’est avant tout l’esprit des hommes qui les animent. Nous nous conformerons donc à l’expérience de gouvernement des grands hommes qui ont fait la France et qui a toujours consisté à entreprendre de grandes réformes avec un assentiment populaire massif, car rien n’aurait été possible sans cela.

C’est tout le sens de notre proposition visant à porter le mandat présidentiel à dix ans, horizon cohérent avec la durée nécessaire à tout projet présidentiel viable.

Pour revenir à cette disposition, n’avez-vous pas l’impression que la Loi portant obligation d’obtenir 500 signatures pour pouvoir être candidat à la Présidence de la République est, du fait de sa méthode d’application, un frein pour notre Démocratie ?

Nous ne sommes pas par principe opposés au filtre démocratique représenté par les élus de proximité que sont les maires.

Pour notre part, nous pensons qu’il faut réformer le système en tant que tel, et notamment le système médiatique.

Nous proposons donc de réformer le système en permettant une véritable expression démocratique des tendances représentées à un niveau ou à un autre dans les institutions qu’elles soient nationales ou locales.

Ainsi, les mouvements ou partis politiques nationaux c’est-à-dire disposant d’une mandataire financier au plan national et qui sont représentés dans l’une quelconque des institutions nationales ou locales auraient droit au même temps de parole dans les médias tant dans les périodes de campagnes électorales qu’en dehors de ces périodes.

Le calcul des temps de parole serait le fait d’un organisme véritablement indépendant, un Haut Conseil pour l’Egalité Médiatique, composé d’un membre désigné par mouvement ou parti politique national. En cas de litige, celui-ci serait porté devant les tribunaux de droit commun avec une procédure de référé permettant la réparation rapide de toute contravention.

Le débat politique serait réservé aux seules émissions ou chroniques politiques qui devraient ainsi accueillir à égalité un représentant de l’ensemble des mouvements ou partis nationaux avec un temps de parole égal pour tous.

Les journalistes et animateurs de ces émissions devraient se garder de toute prise de position politique et se borner à poser les mêmes questions à l’ensemble des mouvements représentés.

Tout débat et autre prise de position politique serait exclu des autres émissions ou chroniques sauf à accorder automatiquement un droit de réponse immédiat aux mouvements ou partis nationaux qui en feraient la demande ; ce dans la prochaine émission ou chronique du même titre.

Ceci concernerait toute opinion ou prise de position qu’elle émane du journaliste ou de l’animateur de l’émission ou de la chronique ou encore d’un invité, même s’il s’agit d’un artiste « engagé ».

Malgré les critiques évidentes de formalisme, il nous semble qu’il n’y a pas d’autre solution pour garantir l’équité dans les médias, qu’ils soient publics ou privés.

Ainsi, tout un chacun, élu, maire ou simple citoyen, serait à même de prendre sa décision en toute connaissance de cause.

Pour compléter la question précédente, Monsieur Abed, vous pencheriez pour un décennat présidentiel et gouvernemental... De ce fait, vous souhaiteriez que le Gouvernement présente, chaque année, son bilan face au Peuple français qui devra se prononcer, par voie référendaire, sur son maintien ou sur sa chute ! N’est-ce pas un danger pour notre démocratie, sachant, que bon nombre de Français se détournent des urnes, parce qu’ils sont dégoûtés par la politique politicienne ?

Ce n’est pas exactement cela. Nous sommes effectivement favorables à un mandat présidentiel et gouvernemental décennal afin de rendre la durée des mandats compatible avec l’horizon des décisions qui relèvent de l’exécutif et du législatif.

En revanche, nous ne proposons pas que le gouvernement présente son bilan chaque année au peuple qui déciderait de son maintien ou non par référendum. Non, ce que nous proposons, c’est l’instauration d’un référendum d’initiative populaire qui permettrait, après recueil d’un nombre suffisant de signatures de maires et de citoyens, de proposer au peuple français la mise en minorité du gouvernement.

Pour ce faire, nous proposons une journée référendaire annuelle lors de laquelle seraient soumis au vote des Français l’ensemble des questions que souhaiteraient leur poser le gouvernement et le peuple lui-même par voie de pétition réunissant un nombre suffisant de signatures de maires et de citoyens.

Il n’y a donc aucun danger pour la démocratie puisqu’il faudrait un acte positif reposant sur une assise populaire certaine pour en venir à simplement poser la question de la mise en minorité du gouvernement. En revanche, cela poserait clairement la question de la viabilité démocratique du gouvernement qui devrait mettre en œuvre son projet tel qu’il l’avait proposé au peuple lors des élections.

Précisons encore que le risque démocratique n’est jamais venu des peuples qui, dans l’histoire, n’ont jamais instauré, par la voie du vote, un régime tyrannique. L’exemple de l’Allemagne des années 30 démontre que ce n’est pas le peuple allemand qui a porté le NSDAP au pouvoir puisque ce dernier n’avait recueilli que 32 % des suffrages lors des élections législatives de 1933.

Ce sont des manœuvres de couloir menées par le ministre Von Papen qui ont abouti à la nomination d’Adolf Hitler au poste de chancelier. Il a ensuite fallut l’incendie du Reichstag pour aboutir à l’invalidation des députés communistes qui, a seuls, permis aux Nationaux socialistes de disposer de la majorité absolue au Parlement.

Monsieur Abed, vous vous déclarez hostile au cumul des mandats... Mais, vous estimez que chaque élu ne pourra se représenter qu’une fois : n’est-ce pas un déni de notre Démocratie, sachant que l’électeur devrait seul avoir le droit d’envoyer un(e) candidat(e) à la retraite ?

Nous sommes effectivement hostiles au cumul des mandats afin que tout élu ne puisse se consacrer qu’à un seul engagement civique. Mais nous ne proposons pas le mandat unique. Comme vous le dîtes, il appartient aux citoyens de reconduire ou non les élus sortants.

Vous vous êtes positionné dans une opposition au projet de Constitution européenne... Que devrait être, selon vous, l’Union Européenne  ?

Ce qui a été fait par des traités peut être défait demain par d’autres traités ou simplement en reprenant notre parole afin de nous focaliser sur nos véritables intérêts et sur ceux de nos alliés naturels : les pays en but aujourd’hui à l’impérialisme américain ou à celui émergent des Chinois.

La France doit ainsi reprendre le flambeau de la défense des droits de l’Homme et du citoyen dont le deuxième terme est bien souvent oublié puisqu’il fait référence à un homme enraciné par nature ennemi des concepts indifférenciant.

Ce qui signifie que la nouvelle règle du commerce mondial doit redevenir ce qu’elle avait toujours été jusqu’à la signature des premiers accords du GATT : une production locale doit répondre à la plus grande partie de la consommation locale et ce dans tous les pays du monde. C’est là le gage de la paix et de la cohésion sociale comme l’ont démontré les Trente Glorieuses.

Cela suppose soit l’instauration de clause garantissant notre indépendance nationale dans le cadre des traités existants, soit la sortie unilatérale de notre pays de l’Union Européenne puisque celle-ci se comporte aujourd’hui comme la créature de l’Organisation Mondiale du Commerce au service des intérêts des grandes firmes transnationales.

Lorsque nous connaîtrons le nom du prochain locataire de l’Elysée, la Campagne pour les Elections législatives se mettra en marche ! Allez-vous présenter une liste, dont vous serez, bien entendu, la tête de liste ?

A notre connaissance, les élections législatives ne prendront pas la forme d’un scrutin de liste. Je ne présenterai donc pas de liste.

En revanche, je me présenterai aux suffrages des électeurs du Val d’ Oise qui est mon département de résidence. Et nous comptons présenter au moins cinquante candidats en France métropolitaine.

Au soir des résultats du Second tour des Présidentielles ‘’2007’’, quel message comptez-vous adresser au nouveau Chef de l’Etat élu ?

Strictement aucun puisque je compte bien être celui-là et que je me conformerai au message que m’auront adressé les Français au travers de l’adhésion à mon projet présidentiel.

Pour conclure, Monsieur Franck Abed, dans votre programme, vous tenez une large place à la Francophonie et au bon usage de notre Langue... Ma question présentera deux volets.

Tout d’abord, quel est le rapport entre le bon usage de la Langue française et la bonne gouvernance dans une efficace politique économique, sociale et politique ?

Nous défendrons et nous approfondirons la Francophonie car elle est tout à la fois une question de puissance (au sens de possibilité d’action) et de rayonnement pour notre pays et un enjeu de conception du monde.

En effet, le français n’est pas la langue brutale et tranchante des marchands mais bien au contraire la langue d’une élite dont le vœu constant a toujours été l’ordre et la paix du monde même dans certaines de ses manifestations expansionnistes : les soldats de la Révolution et de l’Empire se concevaient comme des porteurs de la liberté auprès des peuples libérés.

De même, dans nos colonies avons-nous voulu faire des petits autochtones des Français, en leur enseignant non seulement notre langue mais également le fameux mythe fondateur national : « Nos ancêtres les Gaulois »... , qui est d’ailleurs une vérité au plan symbolique. Certains d’entre eux parmi les plus méritant sont ainsi devenus citoyens français au lieu de sujets comme feu Monsieur Chérif Mecheri, qui fut non seulement préfet, mais également Secrétaire Général de l’Elysée sous le Général de Gaulle et un grand serviteur de l’Etat.

Nous savons aujourd’hui, par les études de certains historiens courageux comme le Professeur Bernard Lugan , que nos colonies nous ont coûté beaucoup plus cher qu’elles ne nous ont rapporté au plan pécuniaire.

Au lieu de cela, la colonisation anglaise s’est contentée d’exploiter ses colonies pour en tirer la richesse pécuniaire sans aucun égard pour les populations locales.

Et aujourd’hui leurs héritiers américains reprennent le flambeau de l’exploitation et de l’injustice qui ne peut aboutir un prochain jour qu’à la révolte des peuples concernés comme le montrent les événements d’Amérique latine et du Moyen-Orient.

Ensuite, nous constatons, aussi bien en Europe que dans le reste du Monde, une certaine prépondérance de l’Anglais au détriment du Français : seriez-vous favorable à une sorte de Commonwealth entre la France et ses anciennes colonies et d’autres pays francophones, de manière à renforcer encore plus l’Organisation Internationale de la Francophonie ?.

Nous souhaitons proposer une vaste plan de relance du français et de la Francophonie dans le monde au travers de l’expansion de notre réseau diplomatique qui, rappelons-le, est le second au plan mondial après celui des Etats-Unis.

Nous souhaitons également développer le réseau des alliances françaises dans le monde entier pour faire entrer de nouveaux pays dans la famille.

Notre effort d’accueil des étudiants du monde entier sera sans précédent sous réserve d’un engagement de retourner dans leurs pays d’origine afin que ce savoir serve leur propre développement et que la France ne favorise pas la fuite des cerveaux, notamment en Afrique.

Au-delà, nous lancerons une initiative stratégique visant donc à envoyer un homme sur Mars et à le ramener sain et sauf sur Terre avant 2020. Ce défi fait écho à celui lancé pour et par les seuls Etats-Unis d’Amérique dans les années 60 par le président Kennedy.

La différence fondamentale est que nous proposerons d’y associer tous les pays de la Francophonie au premier chef mais également les pays en butte à l’impérialisme américain ou chinois, en Amérique latine, au Moyen-Orient ou en Asie.

Nous partagerons ainsi les retombées, notamment technologiques entre tous ces pays pour le plus grand bienfait de leurs peuples et du peuple français qui reprendra ainsi la première place, celle qu’il n’aurait jamais du quitter, non seulement dans l’ordre économique ou scientifique mais également dans l’ordre de la fraternité.



[ii] Cf. Dominique Dutilloy : « « Les parrainages en question »

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=12198

[iii] Cf. Dominique Dutilloy : « Revenir, par voie référendaire au septennat présidentiel est urgent »

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=4286

Propos recueillis et réalisés par : Dominique Dutilloy

Documents joints à cet article

Elections présidentielles 2007 : ces candidats dont on parle peu ! Entretien avec Franck Abed

Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (148 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • (---.---.30.51) 28 février 2007 11:37

    article trop long

    j’aimerai une petite précision : que signifie une cinquième année universitaire ? il est en master2 ou en 5ème première année ?

    bref il ne faut pas se leurrer, la majorité des petits candidats ne visent que l’autopromotion et pour les plus cyniques les 800 000 euros s’ils obtiennent les 500 signatures !


    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 7 mars 2007 12:27

      (IP:xxx.x70.30.51), je vous fournis, ci-dessous, le portrait, qui a été réalisé par les responsables de « Réconciliation Nationale », visibles directement sur http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=presidentielle&num=1 :

      « Franck ABED 25 ans, célibataire, étudiant en sciences sociales. Après un baccalauréat commercial, il s’est dirigé vers des études supérieures orientées vers les sciences sociales et humaines. Actuellement il prépare sa cinquième année universitaire, et parallèlement il se consacre activement au mouvement dont il est le président. Franck ABED a créé Réconciliation Nationale le 2 décembre 2004, à l’occasion du bicentenaire du Premier Empire afin de prendre sa part dans la lutte contre l’adoption du traité constitutionnel européen. Le Conseil National de Réconciliation Nationale l’a désigné comme candidat à l’élection présidentielle le 5 mai 2006 au terme de la cérémonie de commémoration de la disparition de Napoléon Ier ».

      Pour répondre à une question sur le financement de ce parti politique posée par Philéas dans un de ses commentaires, voici ce qu’écrit lui-même Franck Abed sur le site de son Parti (http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=presidentielle&num=5) :

      « Appel à tous les Français Chers Compatriotes, Comme vous le savez, Réconciliation Nationale a décidé de prendre sa part du combat pour le redressement de notre pays. C’est pourquoi le Conseil National m’a désigné comme candidat à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Mais rien ne pourra se faire sans un soutien massif, notamment financier, des Français attachés à la fois à la grandeur de notre pays et à la cohésion sociale. Nous avons donc un besoin impérieux de votre aide financière. Je vous demande donc de bien vouloir nous faire parvenir vos dons. Vous bénéficierez d’une réduction de votre impôt sur le revenu de 66 % des sommes versées dans la limite de 20 % de votre revenu. Le plafond est fixé par la loi à 7 500 euros par an et par personne. Dès lors, si vous décidez de verser 100 euros, votre engagement ne vous coûtera en fait que 34 euros. Certain de pouvoir compter sur votre soutien massif dans le redressement de notre pays, je vous prie de croire, Chers Compatriotes, en l’assurance de mon dévouement absolu. Franck ABED, Candidat à l’élection présidentielle. Vous souhaitez contribuer financièrement à la campagne de notre candidat à l’élection présidentielle de 2007 ? Attention, comme l’impose la loi, les versements ne doivent pas être effectués à l’ordre de Réconciliation Nationale mais à celui du Mandataire Financier de la Réconciliation Nationale. Cliquez sur le lien suivant pour télécharger et imprimer le bulletin de soutien à nous renvoyer à l’adresse suivante : Réconciliation Nationale Monsieur le Mandataire Financier BP 30 168 75363 Paris Cedex 08 Après débit de votre chèque, vous recevrez sous quinze jours un reçu fiscal à envoyer à votre centre des impôts avec votre déclaration de revenus ».

      Enfin, pour continuer la réponse à la question de Philéas, voici ce que dit « RECONCILIATION NATIONALE » (http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=militer&num=1) :

      « Adhérer à la Réconciliation Nationale Adhérer à la Réconciliation Nationale c’est adhérer à un état d’esprit citoyen pour une politique citoyenne et, au-delà du clivage droite gauche, retrouver le vrai sens de la politique. Pourquoi et comment adhérer à la Réconciliation Nationale ? Contre le renoncement de nos élites, pour toutes celles et tous ceux qui partagent ces valeurs fondatrices de notre pays que sont l’indépendance nationale, l’autorité de l’Etat dans le respect de l’Etat de droit, la démocratie directe, le progrès social et le refus du clivage droite gauche. Pour toutes celles et tous ceux pour qui l’idée de nation est une réalité incontournable, qui pensent que la France doit rester un pays indépendant. Pour toutes celles et tous ceux qui disent non au système totalitaire mou qui fait de nous les pantins d’une pseudo démocratie où tout est décidé d’avance au profit d’intérêts commerciaux mondiaux. Pour toutes celles et tous ceux qui refusent d’être programmés pour devenir les consommateurs d’un ordre mondialiste au prix de leur plus grande richesse : leur citoyenneté ! Cotisation annuelle : • Cotisation de base : à partir 50 euros

      • Etudiants, chômeurs et personnes exerçant un emploi non rémunéré : à partir de 20 euros

      • Donateurs : à partir de 500 euros

      • Bienfaiteurs : à partir de 1000 euros

      La loi vous permet de réduire votre impôt à payer de 66 % des sommes versées aux mouvements politiques dans la limite de 20 % de vos revenus. En donnant 100 euros, vous économiserez donc 66 euros d’impôts, l’adhésion à la Réconciliation Nationale ne vous coûtera donc que 34 euros. Ce mouvement est le vôtre, à vous de le faire vivre. Parlez en autour de vous ! Vous souhaitez adhérer à la Réconciliation Nationale ? i Attention, comme l’impose la loi, les versements ne doivent pas être effectués à l’ordre de la Réconciliation Nationale mais à celui du Mandataire Financier de la Réconciliation Nationale. Cliquez sur le lien suivant pour télécharger et imprimer le bulletin d’adhésion à nous renvoyer à l’adresse suivante : Adresse ou envoyer le bulletin d’adhésion : Réconciliation Nationale Monsieur le Mandataire Financier BP 30 168 75363 Paris Cedex 08 Après débit de votre chèque, vous recevrez sous quinze jours un reçu fiscal à envoyer à votre centre des impôts avec votre déclaration de revenus »

      J’espère avoir répondu à vos questions...


    • (---.---.30.125) 10 mars 2007 15:21

      et bien pas vraiment c’est toujours 5ème année universitaire, si vos études sont très lointaine je me permets de vous redire que cela ne signifie rien du tout cela peut être 5 années consécutives en première année ou alors une 5ème année d’études sans redoublement ni d’arrangement (on peut passer deux ans pour faire les exams d’une seule année etc...) il peut être en 1ère année de fac (aujourd’hui L1) ou en Master 2 (autrefois DEA ou DESS) : ce n’est pas du tout la même chose ! ça ne change rien pour moi seulement lorsque l’on veut informer il faut être précis.

      cordialement


    • Nicole (---.---.187.60) 28 février 2007 12:45

      Il existe aussi des gens honnêtes et sincères et qui ont bien l’intention de faire bouger les choses dans l’avenir.

      Si quelqu’un s’enrichit en politique, il faut certainement regarder ailleurs que chez les candidats émergents.

      Cet article est le bienvenu en tout cas et l’action de Monsieur Abed devrait être copiée par les autres candidats qui sont ignorés par des médias qui ne pensent, eux, qu’à leur tiroir caisse.


      • Phileas Phileas 28 février 2007 18:21

        A quel montant s’élève sa campagne ?

        Qui la finance ?

        Pense-t-il plutôt que c’est aux philosophes et aux historiens de réfléchir sur l’histoire ou bien aux politiques ?

        Pourquoi son mouvement tient-il à ce qu’un vol spatial habité sur Mars ait lieu avant 2020 ?

        Quels sont ses liens avec Novopress ?

        Sa lecture politique du pays semble se faire sous le prisme du vision bonapartiste - Est-il d’accord avec cela ?

        « Nous sommes partisans d’un gouvernement d’union nationale autour d’un exécutif fort qui s’appuierait sur des chambres rénovées. Dans cette optique, l’esprit des institutions de la Ve République nous semble parfaitement correspondre aux besoins du pays et aux aspirations profondes du peuple français qui souhaite, au fond, une république monarchique sur une base populaire »

        De quelles observations part-il pour croire cela ?

        Quelles sont ses propositions à caractères sociales ?

        Que pense-t-il du mouvement Groupement de Recherche et d’Études pour la Civilisation Européenne (G.R.E.C.E) s’en sent-il proche ?

        Enfin dernière question pour l’auteur de l’article :

        Vous êtes le VERBATIM de sa campagne : Par conviction pour ses idées ?


        • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 1er mars 2007 01:58

          Phileas ? tout d’abord, merci de m’avoir lu !

          Je fais le choix de répondre à votre commentaire en commençant par la dernière question (qui me concerne personnellement), tout simplement parce que je voudrais mettre un frein à cette satanée habitude bien franco-française qui consiste à cataloguer un journaliste dans tel ou tel camp, dès lors qu’il mène un entretien à bâtons rompus avec un homme politique, fût-il un candidat à la Présidence de la République !

          Aussi, j’aimerais être bien clair afin que ce genre d’amalgame cesse définitivement !

          - JE NE SUIS PAS LE VERBATIM DE LA CAMPAGNE DE MONSIEUR FRANCK ABED : je l’ai tout simplement interrogé, parce qu’il est Candidat à la Présidence de la République ! D’ailleurs, j’ai pris des contacts avec d’autres candidats à la Présidence de la République afin de réaliser un entretien à bâtons rompus avec eux que je ferai publier sur AgoraVox !

          - JE NE SUIS QU’UN JOURNALISTE PROFESSIONNEL : à ce titre, lorsque je travaille, je range mes opinions politiques dans mon portefeuille, ce qui me permet d’interroger n’importe qui, qu’il soit de Gauche, du Centre, de Droite ou des deux Extrêmes !

          - MES CONVICTIONS POLITIQUES OU MES IDEES NE VOUS CONCERNENT ABSOLUMENT PAS : n’étant affilié à aucun parti politique, je me contente de remplir mon devoir de citoyen français, qui consiste à aller voter lorsqu’on me le demande... En ce qui concerne mes choix effectués dans le secrêt de l’isoloir, ils ne regardent personne !

          Maintenant pour savoir à quel montant s’élève la campagne de Franck Abed et qui la finance, je vous engage à vous rendre sur plusieurs endroits de son site : http://www.reconciliationnationale.fr http://www.reconciliationnationale.fr/programme.php , pour son programme http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=presidentielle&num=5 , pour son financement

          De plus, je ne puis guère répondre à sa place pour les autres questions que vous me posez, notamment sur le programme spatial de son Parti ou sur le regard de Franck Abed face à l’Histoire de notre Pays : il vous suffit d’écrire directement à secretaire@reconciliationnationale.fr et à siegenational@reconciliationnationale.fr


        • Phileas Phileas 1er mars 2007 21:52

          @ L’auteur.

          Hello Dominique

          Je réponds un peu tardivement.

          Je ne sais pas dans quelle condition s’est réalisée votre enquête et votre rencontre avec ce personnage, mais en lisant votre article sur ce candidat que je ne connaissais pas, j’ai imaginé « à voix haute » ce que j’eusse aimé entendre de lui : d’où cette série de questions.

          Il y quand même quelque chose qui transparaît de lui, en filigranes, dans la façon dont il se présente et les idées qu’il vous délivre que je trouve inquiétantes (de façon mesurée, toute chose se valant) : Alors j’ai surfé sur let Net, essayé d’en savoir davantage sur lui (ceci grâce à vous) et j’ai découvert effectivement un parcours un peu étrange fait de réseaux, de revendications historiques singulières, de centre d’intérêts qui m’ont laissés perplexe.

          Bon ce type-là a de très grande chance de retourner au néant médiatique dont vous l’avez sorti sur AGORAVOX et finalement j’aurais pu d’un clic de souris passer à autre chose. Mais comme vous êtes intervenus en réaction à certains de mes posts de façon pertinente et toujours constructive, ce qui n’est pas toujours la démarche de celles et ceux qui réagissent (j’ai reçu pour Bayrou une presque menace de mort sur mon mail perso .....ça ma fait pas mal rire, après coup, mais bon ce forum d’écriture est fait aussi de ce quotidien là !..) c’est par e-amitiée et par clin d’oeil que j’ai voulu réagir à votre article, sans vous soupçonner de quoi que ce soit et vous laisser libre de voter pour qui vous voudrez en ne vous demandant pas de pratiquer le coming-out politique : rassurez-vous, je m’en fiche.

          Mais enfin, pourquoi lui, plutôt qu’un autre et pourquoi lui laisser déballer son programme sans lui poser les questions qu’un journaliste (puisque votre CV court, nous apprend que vous l’êtes) se devrait de poser à son interlocuteur ? C’est toujours intéressant, de connaître la démarche de celui qui rend compte d’une rencontre (pardon pour l’allitération malheureuse) qui lui a paru assez intéressante pour en faire un article à l’issue duquel, il se doute qu’il sera lu et questionné suivant le principe de cette vitrine citoyenne dans laquelle vous et moi participons, avec nos modestes moyens.

          Cordialement.


        • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 6 mars 2007 11:25

          Philéas... Excusez ma réponse tardive... J’ai été obligé d’effecuer un déplacement « non prévu » en Province...

          J’ai rencontré Monsieur Franck Abed lors d’un dîner-débat, que j’ai arbitré et animé ! Ce dîner-débat était consacré aux Quinquas victimes de l’exclusion du monde du travail !

          Franck Abed était présent en tant que Candidat, puisqu’il est contre toute discrimination, qu’elle soit positive ou négative... Son discours m’a particulièrement intéressé d’un point de vue journalistique, d’autant qu’il m’avait annoncé son voyage à Moscou ! Je lui ai immédiatement lancé ma proposition d’interview, les questions étant envoyées par courriel... Mon questionnaire lui étant parvenu après son retour en France, Monsieur Franck Abed a pu s’expliquer longuement sur son entrevue avec le Président Wladimir Poutine, mais également sur sa vision de la Francophonie...


        • maurice92 (---.---.63.27) 28 février 2007 19:43

          bonjour, il est vraie que tou les candidat quelqui soit doive etre sur nos antenne et dans nos journaux et mediat au meme titre que d’autre candidats quar la repuplique l’inposse quelle l’inposse a chacun des candidat quelquie soit, j’appelrait a de la demogratie et honété. rapellont que les petits candidats sont proche de la rualité et humanité politique a ce que nous viviont politiquement tous les jours sur un plant economique et social politique dans nos comunes et de la le conbats nationale qui fait un tout. j’en dirait, vive clovis, vive napoléont, vive la patrie que la patrie, vive la fraternité, vive la france, vive gennevilliers , je die mercie au cnadidat www.reconliationnationale.fr pour son humanité et le ton de honété retrouvé dans un programme presidenttielle un facteur maurice de gennevilleirs« 92 »


          • (---.---.147.127) 28 février 2007 21:34

            article long et candidat totalement farfelu motivé semble-t-il par un anti-américanisme primaire...

            Nous n’avons que faire de petits candidats racistes !


            • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 1er mars 2007 02:00

              Franck Abed n’est pas un candidat raciste : il est contre ce qu’il considère comme la main mise des USA sur le Monde

              Puis, il est normal qu’une interview soit aussi longue surtout lorsqu’un candidat parle !


            • maurice de gennevilliers !!! (---.---.46.120) 3 mars 2007 07:28

              monsieur !.

              je ne connnait pas mr abed ,ce que je sais, ce que jai lue"helas..votre reactions !!! ,« mais de quelel droits !!! », « faitte vous des ou un jugements ! » a ce que j’ai lue de l’artigle de mr abed...me parait sincere, mais il na que 25ans, il est celibataire,rien ne le pousse a faire de la politique il pourait tres bien « comme vous » ne rien faire et que de ’critiqué !",mais j’aime comme le die( son artigle la france ! )celat doit faire de moi un rasiste ! non je ne le pense pas , je le confimre .

              je vous réinvitte a lire ce que ecrivé et medité a ce que vous ecrivé ,quar je pense quil en faut ce donné la peinne.

              je le redie ,je le confirme je ne vous connait, je ne connait pas le candidat ,j’ai sinplment lue entre les lignes et je en constate pas le jugemment que vous faite. a bonn endendeure. un facteur maurice......................


            • Martien (---.---.225.180) 1er mars 2007 04:10

              Hahaha, poilant cet article. J’ai vraiment cru au départ qu’il s’agissait d’une vraie candidature... jusqu’à la prétendue réception par Poutine et le programme martien.

              Et tous les commentaires qui le prennent sérieusement.

              Un super hoax sur Agoravox, un peu long cependant, mais c’est vrai que la longueur en elle-même rend le truc crédible. Le candidat impérialiste qui veut restaurer l’empire français smiley smiley smiley


              • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 6 mars 2007 11:20

                Martien, qu’entendez-vous par « IMPERIALISME FRANCAIS » ?


              • Laurent (---.---.203.85) 4 mars 2007 17:50

                @ Martien

                Il ne s’agit pas d’un Hoax à mon avis. Il y a pas mal d’interview de lui sur d’autres journaux et son nom est effectivement présent comme candidat pour l’élection sur différents sites dédiés ;)

                Je trouve ca bien qu’un jeune citoyen se lance ainsi directement dans la course à la présidentielle. Dommage que ses convictions soient un peu douteuses...


                • Jacques (---.---.211.161) 5 mars 2007 01:53

                  Cher Maurice ; Facteur à Gennevilliers

                  J’espéres que vous que vous en rajoutez ?

                  Autrement la dureté de votre métier doit vous etre dure a supporter

                  Ne serait-ce qu’en devant lire l’adresse des lettres que vous apportez de par votre métier ; aux gens de Gennevilliers

                  Amitiées Maurice

                  Revenons à l’article

                  Monsieur Dutilloy vous nous promettez d’autres articles sur « D’autres candidats à la Présidence de la République » : ils sont une quarantaine que vous ne pourrez questionner tous

                  Quels ont étés vos critéres de choix pour celui que nous avons lu ?

                  Et pour ceux que nous lirons ?


                  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 6 mars 2007 11:18

                    par Jacques (IP:xxx.x03.211.161), tout d’abord, permettez-moi de vous remercier pour la lecture de mon article, qui vient, à ma demande, d’être corrigé, la fin ayant été dénaturée par plusieurs phrases « mangées » par la technique !

                    En ce qui concerne mes choix puisque vous me posez la question, je n’ai qu’un seul critère : l’intérêt journalistique représenté par des propos qui peuvent être tenus... En ce qui concerne Monsieur Abed, je l’ai interviewé à la suite d’un dîner-débat que j’ai arbitré et animé ! Ce dîner-débat était consacré aux Quinquas victimes de l’exclusion du monde du travail ! Franck Abed était présent en tant que Candidat, puisqu’il est contre toute discrimination, qu’elle soit positive ou négative... Son discours m’a particulièrement intéressé d’un point de vue journalistique, d’autant qu’il m’avait annoncé son voyage à Moscou ! Mon questionnaire lui étant parvenu après son retour en France, Monsieur Franck Abed a pu s’expliquer longuement sur son entrevue avec le Président Wladimir Poutine...

                    Quant aux autres candidats, je ne pense pas pouvoir les interroger tous, mais il y en a déjà un qui m’a envoyé ses réponses !


                  • Nicole (---.---.216.3) 7 mars 2007 14:19

                    A l’attention de Philéas, Vous trouvez l’article trop long. C’est votre droit ; certains préfèrent les brèves, d’autres les articles de fond. Il est difficile de satisfaire tout le monde. Franck ABED à répondu à un questionnaire, ce qui n’est jamais facile si l’on excepte les : « répondez par OUI ou NON » Il est à constater que vous posez d’autres questions ; l’article était donc trop court. Maintenant vous êtes en désaccord avec les vues de Franck ABED pour la France, sans trop dire pourquoi d’ailleurs. Il serait intéressant que vous précisiez vos motifs de désaccord, plutôt que d’utiliser un ton hautain sans justification. Les citoyens se rendent bien compte que seule la nation est leur meilleure protection et que depuis trop longtemps le rabaissement de notre patrie se fait à leur détriment et contre leurs intérêts. Peut être préférez vous la mondialisation et l’ouverture de nos frontières aux productions de pays dont le niveau social est sans commune mesure avec le nôtre. Ce qui revient à choisir l’alignement sur le niveau de vie des Chinois ou des pays les plus pauvres. Vous avez le droit de défendre ce point de vue. Il n’est pas certains que nos compatriotes l’acceptent aussi facilement que vous. Franck ABED est un candidat « sérieux », tout autant que peuvent l’être Monsieur Sarkozy ou Madame Royal, bien que ne disposant pas de moyens financiers identiques. Son programme mérite d’être étudié et nos compatriotes ne s’y trompent pas, croyez-le.


                    • Charles (---.---.21.200) 10 mars 2007 12:13

                      Bonjour,

                      L’article de monsieur Dutilloy est fort intéressant étant donné que celui-ci laisse enfin s’exprimer un candidat, candidat qui a pris le temps de répondre plus que sérieusement aux questions sérieuses qui lui ont été adressées. Que dire de plus ? Tout d’abord ce candidat mérite d’être connu car il sort des sentiers battus de par la nature de sa personne et de ses idées. Ensuite, il se lance dans le plus noble des combats à savoir la défense de son pays. Enfin j’ai lu sur d’autres sites que Franck ABED avait mis en demeure les principaux présidents des grands médias à cause de la discrimination dont il été victime. Quelle audace chez un jeune de 25 ans... Quand sa chance se présentera j’espère qu’il saura la prendre. Pour l’heure je ne peux que lui souhaiter bonne chance, et lui dire bravo smiley .

                      Charles

                      Un ancien de la deuxième DB.


                      • Marc Boutellier (---.---.54.75) 10 mars 2007 16:24

                        Bonjour,

                        Je suis secrétaire général de Réconciliation Nationale et directeur de campagne de Franck Abed.

                        Je voudrais remercier Monsieur Dutilloy pour son professionnalisme qui est allé jusqu’au crime de lèse-système qui lui est reproché, semble-t-il, par certain, consistant à réaliser un entretien avec un nouveau candidat.

                        Nouveau candidat ? Mais, au fait, ce nouveau candidat est-il moins nouveau que Madame Royal ou que Monsieur Sarközy qui, si je ne m’abuse, se présentent eux aussi pour la première fois aux suffrages des Français ?

                        Je me permets d’intervenir pour couper court aux remarques stériles de ceux dont les commentaires ne porteraient pas sur le fond des propos de Franck Abed.

                        Nos militants sont formés pour ne pas répondre sur les questions de forme ou concernant l’âge du capitaine dont nous abreuvent généralement les internautes payés par les partis du système pour décrédibiliser les autres candidats.

                        A ces derniers, nous n’avons qu’une chose à dire : n’attendez aucune contribution de notre part à un débat par avance stérilisé.

                        Il n’y aura pas de réponses de notre part non plus aux « y’a qu’à faut qu’on », qui ont toujours de meilleures solutions à proposer mais qui ne donnent plus signe de vie dès qu’il faut aller sur le terrain à la rencontre des vrais gens, de nos concitoyens.

                        En revanche, nous sommes à la disposition de tous les internautes curieux de nos propositions et qui souhaiteraient obtenir des précisions.

                        A bon entendeur...

                        Quant aux signatures d’élus, nous avons pour le moment recueilli 380 promesses de parrainages. La tâche nous est rendue très difficile dans la mesure où un tiers des élus nous disent ne parrainer personne, un tiers se revendiquent d’autres mouvements et le dernier tiers est souvent apeuré du fait de menaces de suppression de subventions en provenance des conseils généraux et régionaux.

                        Malheureusement, de nombreux maires sont également désespérés de la situation et nous ont indiqué qu’ils ne se représenteraient pas en 2008. C’est un mal pour un bien pour ce qui nous concerne car ceux-là n’ont plus rien à perdre, ce qui nous a valu l’essentiel de nos parrainages.

                        Dernier point : je me présente à vous sous mon vrai visage et je n’ai pas besoin de pseudonyme. Et je suis prêt à rencontrer n’importe lequel d’entre vous pour lui apporter les précisions nécessaires.

                        Cordialement,

                        Marc Boutellier


                      • Marie (---.---.21.200) 10 mars 2007 15:05

                        Monsieur Dutilloy, pourriez-vous nous en dire plus sur le président de la Réconciliation Nationale ? Je souhaiterais avoir l’avis du journaliste mais pas du citoyen bien entendu. J’ai parcouru leur site, lu les entretiens auxquels il a répondu ici et là, il semble sincère, honnête et à l’avantage de la jeunesse par rapport à ses concurrents. Il pointe du doigt le problème économique, et bien que non spécialiste dans ce domaine, leur projet économique m’a véritablement séduite. Pourront-ils peser dans le jeu démocratique rapidement ?


                        • Marie (---.---.21.200) 10 mars 2007 15:06

                          Je précise que je suis la femme de Charles.


                        • kevin (---.---.200.191) 10 mars 2007 15:15

                          RN est un parti d’avenir , il propose des idées honètes, juste et généreuse , franck est jeunes, motivé il a tout pour réussir , il est l’homme qui nous faut a la tête de notre pays


                        • (---.---.30.125) 10 mars 2007 15:26

                          mais oui biensûr et en plus c’est le petit frère méconnu de jesus ! arrêtez vos billevesées, de toute manière il n’aura pas ses signatures d’élus donc ceci est hors propos (on en reparle la semaine prochaine !)


                        • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 11 mars 2007 23:19

                          Marie (IP:xxx.x33.21.200), dans votre message 10 mars 2007 à 15H05, vous me demandez, et je vous cite : « de vous en dire plus sur le Président de Réconciliation nationale », en souhaitant « l’avis du journaliste mais pas du citoyen »...

                          Marie, le journaliste que je suis, ne peut guère répondre à votre question ! Mon rôle n’est pas de juger un homme sur le bien fondé de sa candidature ou sur le bien fondé des thèses politques qu’il met en oeuvre grâce au programme qu’il propose... Le citoyen que je suis aurait pu répondre à votre question...

                          Seulement, voilà ! Je suis Journaliste... En tant que tel, je ne puis accéder à votre désir, CAR JE NE ME SENS PAS LE DROIT DE M’ECARTER DE MON CHEMIN DE JOURNALISTE... Tout comme vous, je suis un électeur : mais, lorsque je vais voter, ma carte de presse est dans mon portefeuille... Je ne fais qu’agir en citoyen ! Ici, en répondant à votre message, j’agis en journaliste...

                          Vous seule pouvez trouver des réponses à toutes vos questions que vous vous posez : je vous invite à vous rendre de nouveau sur le site internet de Réconciliation nationale ( http://www.reconciliationnationale.fr ) ! Vous pourrez lire toutes les déclarations de son Président fondateur... En vous rendant sur http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=contact&num=1 qui est la page « CONTACT » de ce Parti, vous pourrez envoyer des courriels ou prendre des contacts téléphoniques avec tous les responsables de Réconciliation nationale, à commencer par Franck Abed lui-même...

                          De plus, je suis très mal placé pour parler de Franck Abed et vous confier mon impression sur lui, car, ET, C’EST UN DETAIL TRES IMPORTANT, je ne le connais que pour l’avoir vu pendant trois heures, ce, au cours d’un dîner débat que j’animais et arbitrais et qui était consacré à la discrimination des demandeurs d’emploi par l’âge !


                        • (---.---.192.48) 10 mars 2007 16:08

                          Je réfute totalement l’appelation de petits candidats. Chaque candidat doit partir sur le même pied d’égalité. Pourquoi privilégier davantage de temps de paroles à Me Royal et Mr Sarkozy ? Ces deux protagonistes ont un point commun avec Mr Abed : leur première candidature aux présidentielles. C’est ça que l’on appelle la démocratie ? La RN est LE parti du renouveau de notre nation. Notre pays est en totale déconfiture et ce, à pas mal de niveaux. Il faut lui faire confiance. Il a les solutions adéquates : le progrès social, refus du clivage droite gauche et surtout le retour du patriotisme qui se perd de plus en plus de nos jours. Alors VOTEZ FRANCK ABED !!!!


                          • Marc Boutellier (---.---.54.75) 10 mars 2007 16:25

                            Bonjour,

                            Je suis secrétaire général de Réconciliation Nationale et directeur de campagne de Franck Abed.

                            Je voudrais remercier Monsieur Dutilloy pour son professionnalisme qui est allé jusqu’au crime de lèse-système qui lui est reproché, semble-t-il, par certain, consistant à réaliser un entretien avec un nouveau candidat.

                            Nouveau candidat ? Mais, au fait, ce nouveau candidat est-il moins nouveau que Madame Royal ou que Monsieur Sarközy qui, si je ne m’abuse, se présentent eux aussi pour la première fois aux suffrages des Français ?

                            Je me permets d’intervenir pour couper court aux remarques stériles de ceux dont les commentaires ne porteraient pas sur le fond des propos de Franck Abed.

                            Nos militants sont formés pour ne pas répondre sur les questions de forme ou concernant l’âge du capitaine dont nous abreuvent généralement les internautes payés par les partis du système pour décrédibiliser les autres candidats.

                            A ces derniers, nous n’avons qu’une chose à dire : n’attendez aucune contribution de notre part à un débat par avance stérilisé.

                            Il n’y aura pas de réponses de notre part non plus aux « y’a qu’à faut qu’on », qui ont toujours de meilleures solutions à proposer mais qui ne donnent plus signe de vie dès qu’il faut aller sur le terrain à la rencontre des vrais gens, de nos concitoyens.

                            En revanche, nous sommes à la disposition de tous les internautes curieux de nos propositions et qui souhaiteraient obtenir des précisions.

                            A bon entendeur...

                            Quant aux signatures d’élus, nous avons pour le moment recueilli 380 promesses de parrainages. La tâche nous est rendue très difficile dans la mesure où un tiers des élus nous disent ne parrainer personne, un tiers se revendiquent d’autres mouvements et le dernier tiers est souvent apeuré du fait de menaces de suppression de subventions en provenance des conseils généraux et régionaux.

                            Malheureusement, de nombreux maires sont également désespérés de la situation et nous ont indiqué qu’ils ne se représenteraient pas en 2008. C’est un mal pour un bien pour ce qui nous concerne car ceux-là n’ont plus rien à perdre, ce qui nous a valu l’essentiel de nos parrainages.

                            Dernier point : je me présente à vous sous mon vrai visage et je n’ai pas besoin de pseudonyme. Et je suis prêt à rencontrer n’importe lequel d’entre vous pour lui apporter les précisions nécessaires.

                            Cordialement,

                            Marc Boutellier


                            • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 11 mars 2007 23:04

                              marine (IP:xxx.x0.150.162), « Abed ! rien que le nom beurk », écrivez-vous dans votre message du 10 mars 2007 à 16H30... Votre commentaire est digne des forums du FRONT NATIONAL, du MOUVEMENT NATIONAL REPUBLICAIN...

                              JE NE VOIS PAS CE QUE CE NOM, ABED, A DE SPECIALEMENT ECOEURANT... VOUS POUVEZ NE PAS ETRE EN ACCORD AVEC CE CANDIDAT... MAIS, C’EST, TOUT COMME VOUS, UN CITOYEN FRANCAIS... IL A LE DROIT A VOTRE RESPECT !

                              Dans un journal appliquant un contrôle systématique des messages, le vôtre ne serait jamais passé !


                            • Marie (---.---.21.200) 10 mars 2007 21:00

                              Merci des éclairantes phrases qui ont eu pour mérite de mettre les points sur les I et les barres sur les T. J’en redemande.


                              • Charles (---.---.21.200) 13 mars 2007 13:19

                                Bonjour,

                                Quelles sont les nouvelles concernant RN ?


                                • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 14 mars 2007 02:03

                                  BONJOUR, CHARLES... VOICI CI DESSOUS LES DERNIERES NOUVELLES RECUES DEPUIS LE PARTI « RECONCILIATION NATIONALE »... Ce texte a été adressé aux Maires de France par un des sympathisants de ce Parti...

                                  Marc BOUTELLIER, Responsable des Relations avec la Presse de ce Parti (relationspresse@reconciliationnationale.fr) , m’a envoyé ce texte à titre d’information, puisque j’ai réalisé, pour AgoraVox, l’interview de son Candidat, Franck Abed

                                  Paris, le 13 mars 2007

                                  www.reconciliationnationale.fr

                                  Texte d’une lettre adressée aux maires de France par un de nos sympathisants :

                                  Mesdames et Messieurs les Maires, ne soyez pas dupes ! La mascarade des signatures de parrainage continue en corollaire à celle des sondages !

                                  Alors que les deux principaux partis avaient organisé le système de signature pour évincer du débat démocratique les petits partis et d’autres partis d’ailleurs plus importants, nous revoyons les mêmes personnes appeler les maires à apporter leur signature aux petits candidats et notamment à Monsieur Le Pen. Mais que se cache-t-il derrière tout cela ?

                                  Tout d’abord il est bon de se remémorer quelques faits récents. Rappelons qu’il y a encore seulement quelques semaines, ces mêmes partis au travers des Conseils Généraux (principalement UMP et PS) et Régionaux (totalement PS à l’exception d’un) menaçaient les maires ruraux de leur retirer leurs subventions s’ils apportaient leurs signatures à «  certains candidats », sans doute parce que dans notre démocratie il y aurait un droit de censure ?! Nous avions jusqu’à ce jour pensé qu’il s’agissait de procédés dictatoriaux, mais sans doute que le PS et l’UMP auraient un privilège monarchique ? (ou énarchique ?) Rappelons encore que le ministre de l’Intérieur qui cumule sa fonction avec celle de candidat à l’élection présidentielle, avait mis au point le système pour dévoiler les parrainages des maires alors que les élections communales sont programmées débuts 2008, soit quelques mois après l’élection présidentielle. Ces mêmes personnes qui voulaient obstruer tout débat démocratique au premier tour de la présidentielle, alors qu’il est un moment très important dans notre démocratie pour ressentir les tendances de notre société, accusent maintenant les maires ruraux et notamment les « sans étiquette » de ne pas assumer leur devoir d’élu ! Auraient-ils besoin d’un bouc émissaire ?

                                  Non, non, nous ne sommes pas en plein rêve, il s’agit bien de l’évolution de la situation depuis quelques semaines ! Mais pourquoi ces deux grands partis auraient-ils subitement revisé leur position ?

                                  Une fois encore les choses ont évolué grâce à la grande lucidité et l’extrême acuité politique de notre « bon vieux peuple français » qui apparaît comme le dernier rempart à ces manipulations. En effet, voyant que les Français sentaient une orchestration machiavélique de ces deux partis avec la complicité des grands médias aux mains de quelques multinationales, les deux partis principaux ont compris que la supercherie était en train de se retourner contre eux ! Un vent de rébellion commençait à souffler dans les villes et les campagnes de France et de Navarre !

                                  D’ailleurs, tout cela se traduit dans les tendances des sondages qui se sont clairement dégradées pour les deux principaux protagonistes. Cette situation n’est certes pas affichée dans les grands médias complices, mais il est facile de comprendre que lorsque que Monsieur Bayrou prend 10 à 12 points dans les sondages, d’autres candidats devraient baisser  ! Pourtant on nous maintient corps et âme que les deux autres protagonistes du PS et de l’UMP ne descendent pas. On peut donc s’interroger sur la manipulation de ces sondages.

                                  La percée de Monsieur Bayrou qui, dans un premier temps, visait probablement à évincer le Front National des débats politiques, est en train d’éclater à la figure de ceux qui avaient organisé cette cynique mascarade ! En effet, en permettant à Monsieur Bayrou d’enclencher une dynamique de hausse, qui, au départ, pouvait s’avérer comme une « bulle médiatique » à la Ségolène Royale, celui-ci pourrait bien avoir acquis la faveur des Français face aux chamailleries et aux supercheries des deux candidats du PS et de l’UMP.

                                  Par ailleurs, selon nos sources, le candidat du Front National serait plutôt crédité de 20%. La réalité est que l’UMP et le PS sont aux abois  ! En effet, comment pourraient-ils être crédités de 25% et 28% dans les sondages alors que Monsieur Bayrou atteint 24 % et que Monsieur Le Pen serait vers 20%, auxquels il faut rajouter l’extrême gauche et les verts  ? À moins que l’on instaure des sondages basés sur 120%...

                                  Alors pour éviter la montée de Monsieur Bayrou, l’UMP et le PS appellent le Front National et les autres candidats (Verts, Monsieur Besancenot...) à la rescousse car si ces candidats ne devaient pas être présents au premier tour, inutile de dire que les électeurs le ressentiraient à juste titre comme un affront démocratique. Dans leur grand désarroi, il est évidemment que tous ces électeurs ne se rallieraient certainement pas aux deux grands partis chefs d’orchestres de ces manipulations ! Le principal gagnant serait évidemment Monsieur Bayrou et l’abstention, poussant Monsieur Sarkozy ou Madame Royal vers une élimination dès le premier tour, faisant du second tour une simple formalité pour Monsieur Bayrou ! Pire, les Français pourraient même aller jusqu’à sanctionner ces deux partis qui gèrent nos affaires depuis 30 ans et qui nous emmènent inexorablement vers la débâcle à force de manipulations ! Le vent de la rébellion pourrait se transformer en une tornade violente emportant tout sur son passage, PS, UMP, « royalistes » et «  sarkozistes  », libéraux et socialistes, car toutes les hypothèses peuvent désormais être envisagées, y compris celle d’un second tour Bayrou - Le Pen !

                                  Mais qui devrait alors faire ce soi disant sale boulot pour faciliter l’élection de Madame Royal ou de Monsieur Sarkozy ? C’est-à-dire donner des signatures à Monsieur Le Pen, Monsieur Besancenot... ce qui, soit dit en passant, ne devrait pas être un sale boulot mais une formalité visant à favoriser la démocratie dans notre pays ? Évidemment, cela ne peut pas revenir à notre élite énarchique car ces gens qui nous mènent à la déroute économique et politique, sont bien au dessus de cela ! Alors ils demandent aux maires ruraux de le faire ! Ceux qui se démènent corps et âme sans contreparties toute l’année, ceux qui doivent gérer les difficultés de notre société au quotidien sans moyen ! Ce serait donc aux maires des petites communes rurales et en particulier ceux « sans étiquette », de faire ce travail ! Parce que c’est toujours à eux qu’on a recours pour le sale boulot, ceux sur lesquels l’Etat se décharge de ses taches et de ses responsabilités. Et puis de toute façon, ils n’auraient rien à dire. Ce ne serait que leur devoir de maires responsables et citoyens, qui pourtant doivent faire face à des situations sociales et administratives de plus en plus délicates !

                                  Mais au fait que proposent au monde rural les deux candidats se prétendant être les seuls représentants capables de gérer la France ? D’un coté on nous propose un alignement de l’agriculture sur l’OMC, c’est à dire un alignement au dictat des Etats-Unis visant à détruire l’indépendance agricole et alimentaire française et qui sera sans doute marchandé dans un quelconque accord de libre-échange favorisant encore un peu plus les délocalisations. De l’autre, il vise à réduire le monde rural à des tondeurs de gazon parce que lorsque ces mêmes élites viennent passer leurs deux semaines de vacances annuelles à la campagne, il leur faut une jolie campagne bien entretenue ! Alors ils voudraient réduire le monde rural en pseudo-fonctionnaires bénéficiant de quelques subventions pour donner un revenu de « subsistance » et les laisser aux mains d’un commissaire européen de Bruxelles qui n’a jamais été élu démocratiquement et n’a même jamais touché le cul d’une vache ! Il s’agit d’un système pseudo-kolkhozien en réalité !

                                  Quant aux zones industrielles, ils nous expliquent que la désindustrialisation orchestrée par la mondialisation et les multinationales sont inévitables, alors il faudra vous y faire et s’y adapter mesdames et messieurs les maires !

                                  Pendant ce temps, les petits candidats ne peuvent faire campagne, le débat démocratique est clairement volé aux Français et personne ne parle des vrais problèmes ! Mais à part cela, tout va très bien Madame la Marquise ! Les déficits et la dette flambent, les délocalisations se poursuivent à grands pas, mais tout va très bien, soyez rassurez Mesdames et Messieurs les Français et les maires !

                                  Face à ces situations rocambolesques qui démontrent à quel point les candidats PS et UMP ne sont ni capables de mener sérieusement l’intérêt de notre nation, ni dignes d’honorer à sa juste valeur le mandat de président de la République Française, il est grand temps de se reprendre pour ramener la France dans le droit chemin et le développement face à une situation économique et industrielle désastreuse dans toutes les régions ! La France mérite mieux que ces manipulateurs !

                                  Pour faire souffler un vent de renouveau dans notre démocratie, nous vous proposons d’apporter votre signature de parrainage à Franck Abed, candidat des valeurs démocratiques, des intérêts de notre nation, défenseur de la ruralité et du développement du territoire...et surtout en dehors de toutes ces manigances politiciennes !

                                  Eric Girondeau

                                  PS : Néanmoins si vous ne souhaitez pas apporter votre parrainage à Franck Abed, nous vous conseillons de ne pas participer à cette mascarade des deux grands partis.

                                  Le Bureau de Réconciliation Nationale

                                  Responsable des Relations avec la Presse : Marc BOUTELLIER


                                • (---.---.235.44) 17 mars 2007 17:58

                                  Le candidat du « parti de travailleur » Mr Schivardi a dit : « Nous sommes dans un triangle à 3 angles » (voilà qui est parfaitement juste)


                                  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 17 mars 2007 19:26

                                    J’espère que Monsieur Schivardi acceptera de se confier pour AgoraVox, comme je lui demanderai... En tous les cas, je lui parlerai de cette phrase que vous venez de citer dans votre post...

                                    Merci.


                                  • Nicole (---.---.183.240) 19 mars 2007 21:57

                                    Pour Marie, vous trouverez dans le dernier numéro du journal l’Appel au peuple différentes interviews de Franck ABED qui vous permettrons d’apprécier plus en détails les positions politiques de Réconciliation nationale. N’hésitez pas à contacter le service communication de RN pour de plus amples renseignements. http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=activite&num=2

                                    Pour Marine, chère madame savez-vous que vos commentaires sont susceptibles de vous mener devant la 17° chambre ? en plus d’être idiots.


                                    • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 19 mars 2007 23:27

                                      Nicole,

                                      Bonsoir... Merci de m’avoir lu... Merci également d’avoir répondu à ce commentaire de Marine (IP :xxx.x0.150.162), : j’y avais également répondu, comme vous avez du le lire !

                                      AgoraVox est mis à l’honneur par Réconciliation Nationale, comme vous pourrez le constater
                                      -  sur ce lien, sous le titre ‘’Réseau informatique mondial’’, « Entretien avec D. Dutilloy sur Agoravox.com - 28 février 2007 », ou mon article a été listé : http://www.reconciliationnationale.fr/index2.php?nom_page=presidentielle&num=2
                                      -  Puis, dans le journal de ce Parti, ‘’L’appel du Peuple’’ (n° 4), qui a reproduit entièrement mon article sur ce lien : http://www.reconciliationnationale.fr/fichiers/media/Aap0207.pdf

                                      Comme quoi, à défaut d’être apprécié par certaines comme Marine, mon entretien avec Franck Abed est apprécié !

                                      Je vous en souhaite bonne lecture, et, vous remercie pour vos interventions.

                                      Cordialement,

                                      Dominique Dutilloy


                                      • Marc Boutellier (---.---.47.173) 27 mars 2007 00:23

                                        Paris, le 20 mars 2007

                                        www.reconciliationnationale.fr www.franckabed2007.fr www.appelaupeuple.fr

                                        Demain, changer la donne

                                        Françaises, Français,

                                        Le combat pour être présent au premier tour de l’élection présidentielle a été intense, difficile et passionnant. Nous avons beaucoup appris et le fait de s’être confronté au système fut pour tous les membres et sympathisants de Réconciliation Nationale une véritable épreuve de force. Nonobstant nos faibles moyens financiers, les diverses attaques dont nous fûmes victimes et autres tentatives de déstabilisation, nous nous sommes toujours battus sans jamais renoncer. Ainsi n’avons-nous aucun regret, car nous ne pouvions faire plus avec les moyens dont nous disposions.

                                        Après un an de combat, l’heure est au bilan. Nous remercions toutes celles et tous ceux qui nous ont apporté leur concours pour l’émergence et le développement des idées patriotiques et sociales. Nous saluons particulièrement les militants de Réconciliation Nationale qui furent constamment actifs, malgré le manque criant de moyens, malgré la vindicte et l’ostracisme flagrants des médias.

                                        Nous tenons particulièrement à saluer toutes celles et tous ceux qui apportèrent des commentaires négatifs sur Réconciliation Nationale durant toute cette longue période, assurant ainsi à notre mouvement une notoriété certaine en réalisant un travail promotionnel qui a complété celui de nos équipes en charge de la communication. Nous n’oublierons pas également les rumeurs qui furent diffusées sur notre formation politique en nous prêtant des alliances, des unions totalement contre nature. . . Nous vous invitons à continuer votre travail, car plus vous mentionnerez Réconciliation Nationale et plus nous serons visibles. Merci à vous également.

                                        Nous sommes allés à la rencontre des maires de France autant que faire se peut, et nous avons obtenu 409 promesses de parrainages. C’était beaucoup pour notre jeune formation politique, c’était trop peu pour espérer être présents au premier tour. Le système des partis a été fatal à nombre d’organisations politiques n’ayant pas de sièges à l’Assemblée nationale. Beaucoup d’électrices et d’électeurs seront donc privés de la possibilité de voter en faveur de Réconciliation Nationale. Le pluralisme des idées ne sera pas de mise pour cette élection, et un vent de colère pourrait souffler sur le pays. Les pressions, les embûches ont pour l’heure été couronnées de succès.

                                        Ainsi nous ne nous pourrons faire entendre notre voix lors de l’élection présidentielle de 2007. Conformément à notre engagement nous ne donnerons aucune consigne de vote, que ce soit au premier ou au second tour. Nous n’appellerons ni au vote au blanc, ni à l’abstention. Nous considérons que le vote appartient aux seuls électeurs, en conscience.

                                        La page de la présidentielle se fermera définitivement le 6 mai au soir, et nous considérons qu’aucun changement positif ne se produira durant les cinq prochaines années, étant donné que le futur chef de l’Etat ne rompra pas avec le processus mortifère de la mondialisation. Nous restons bien entendus sur le qui vive. Notre combat ne s’arrête pas là.

                                        Nous comptons d’ores et déjà sur la mobilisation de toutes celles et de tous ceux qui nous ont déjà apporté leur aide active et de toutes celle et de tous ceux d’entre vous qui hésiteraient encore à nous rejoindre, en vue des élections législatives du printemps 2007. Nous sommes déjà assurés de présenter cinquante candidats en métropole. Plus des deux tiers n’appartiennent pas à notre mouvement, ce qui démontre ainsi son caractère transpartisan.

                                        Nous appelons toutes celles et tous ceux qui, n’appartenant pas à notre mouvement, et n’ayant pas vocation à le rejoindre, souhaitent consacrer leur énergie au salut de notre pays. Il appartient à chacune et chacun d’entre vous de changer la donne. Rappelons-nous ces magnifiques mots de Mark Twain : « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ». Oui, ensemble, nous ferons renaître notre patrie et assurerons la prospérité à notre peuple. Unis nous vaincrons, c’est une certitude !

                                        Franck ABED Président de Réconciliation Nationale Candidat à l’élection présidentielle de 2012

                                        Marc Boutellier Secrétaire Responsable des Relations avec la Presse 06 87 84 64 78 marc.boutellier@reconciliationnationale.fr www.reconciliationnationale.fr

                                        « Le temps est venu de la résistance aux forces du renoncement et de la décomposition. Tous les Français, quelle que soit leur origine, quelle que soit leur croyance, doivent se rassembler pour, une nouvelle fois, faire face, éviter le désastre et montrer le chemin à un monde désorienté. »


                                        • eleve (---.---.62.9) 13 avril 2007 12:20

                                          je voudrais savoir comment fait un candidat pour faire connaitre ses idées merci de repondre


                                          • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 13 avril 2007 14:27

                                            J’avoue ne pas comprendre réellement le sens de votre question, dans la mesure où chaque candidat

                                            - où dispose d’affiches pour vanter son programme,

                                            - peut organiser des meetings dans tous les lieux possibles,

                                            - peut avoir un site internet pour divulguer son programme et son argumentaire,

                                            - peut être interrogé par certains médias...

                                            Il suffit de vous rendre sur plusieurs sites comme celui du Parti Socialiste, de l’UDF, de l’UMP, du Front National, de Réconciliation Nationale, du Parti Communiste, de Lutte Ouvrière, de Ligue Communiste Révolutionnaire, du Parti des Travailleurs (qui soutient Gérard Schivardi)... pour savoir comment un candidat peut faire connaître ses idées...

                                            J’espère avoir répondu à votre question !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès