Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Elus/citoyens : le fossé se creuse

Elus/citoyens : le fossé se creuse

 Avec un tel taux d’abstention, difficile de tirer des leçons du scrutin des dernières cantonales qui par ailleurs ne concernait que la moitié des cantons. Pourtant, tous les états major politiques y vont de leur analyse. Entre ceux qui déclarent avoir gagné et ceux qui pensent ne pas avoir beaucoup perdu, l’électeur lambda conforte sa position de rejet de la classe politique, plus intéressée par la communication en vue des échéances de 2012 que par la résolution des problèmes concrets relevant de la compétence des conseils généraux.

Faudra-t-il attendre l’élection présidentielle pour entendre parler de voirie départementale, d’action sociale, de sécurité incendie ou bien de construction de collèges ?

C’est vrai qu’on aura parlé de tout pendant cette campagne, a priori locale, sauf des compétences relevant du Département : vote sanction contre Sarkozy, test électoral pour 2012, immigration, insécurité, pouvoir d’achat, etc … Il n’est donc pas étonnant que les électeurs aient déserté les bureaux de vote en se disant qu’ils règleront d’un coup tous les problèmes aux présidentielles de 2012.

Les analyses à la petite semaine

Nos brillants analystes et politologues ont, dès le soir du premier tour énuméré les raisons de l’abstention massive et du score du Front National : contexte économique, événements internationaux (le tremblement de terre au Japon, les révolutions au Maghreb !), insécurité, immigration… Il n’y a guère que la grande marée qui n’ait pas été invoquée pour expliquer la désertion des électeurs des départements côtiers.

Aucune autocritique du côté des élus qui persistent à penser qu’ils sont tous dans le vrai vis-à-vis de l’état démocratique du pays en ignorant les signaux d’alarme, tel le rapport du médiateur qui décrit des citoyens qui se sentent abandonnés ou démunis, des services publics ravagés par le déshumanisation, en bref une société en plein « burn out ».

Le Département : une image floue

Une explication, technique celle-là, mérite notre attention C’était la première fois que les élections cantonales n’étaient pas jumelées avec une autre élection locale. Le jumelage a donc, de fait, et depuis longtemps, maintenu une participation artificielle à toutes les élections cantonales précédentes, d’où la conclusion suivante : les électeurs ne se déplacent pas pour élire une assemblée départementale dont ils ignorent les compétences.

Lors de ces élections, on élit, dans le cadre du canton, des conseillers généraux qui siègeront au Département. A ce stade d’explication, un certain nombre d’électeurs décrochent. Ajoutons à cela qu’en zone urbaine, la notion de canton n’est pas claire pour le citoyen qui lui préfère celle de quartier. En plus, les candidats aux cantonales dans ces zones urbaines sont bien souvent des élus municipaux qui s’occupent déjà des quartiers ce qui vous donne une idée de la confusion qui règne dans l’esprit des électeurs qui ne voient pas ce qu’un élu municipal qui se présente aux cantonales pourra lui apporter de plus.

Les cantons ne correspondent donc à pas grand-chose sauf peut-être en zone rurale où le rond point superbe ainsi que l’aménagement du centre bourg sont des « preuves » visibles de l’existence du Conseil Général qui subventionne et le fait savoir.

Ils correspondent d’autant moins à une réalité que certain d’entre eux sont composés de communes qui n’appartiennent pas toutes à la même intercommunalité et que la montée en puissance de ces intercommunalités brouille un peu plus l’image du Département, réduit à un guichet d’octroi de subventions et à la gestion de compétences lourdes mais peu valorisantes, comme le social par exemple, compétence par ailleurs bien souvent attribuée, dans les esprits, à la commune.

Comment sortir de l’impasse ?

Il y a les partisans de la fusion entre la Région et le Département qui règlerait de manière définitive le cas de celui-ci. Techniquement, il est possible d’envisager des regroupements de compétences obligatoires ou facultatives exercées par les deux collectivités, au seul profit de la Région : c’est le cas pour les collèges et les lycées les transports ferroviaires et routiers, l’action économique, l’enseignement supérieur, la culture…

Reste l’action sociale, compétence départementale qui nécessite des budgets conséquents et pour laquelle la proximité s’impose. La progression constante des ressources financières se faisant bien souvent au détriment des autres compétences, il conviendrait de la confier à des établissements publics départementaux ce qui favoriserait la sécurisation des ressources financières nécessaires.

Le même dispositif pourrait s’appliquer aux services de sécurité et d’incendie.

Les partisans de cette fusion (à l’UMP, principalement) prennent actuellement leurs désirs pour des réalités en disant que le conseiller territorial prévu dans la loi sur la réforme des collectivités territoriales votée en 2010, règlera le problème, cet élu représentant à la fois le Département et la Région. En réalité, ce n’est qu’un artifice car on ne règle qu’un problème de scrutin puisque la constitution n’a pas été modifiée et que ces deux collectivités continuent d’exister.

A gauche, on cogite également pour pallier l’abstentionnisme et un député P.S. n’a rien trouvé de mieux que d’envisager d’élire le même jour, les conseillers municipaux, régionaux et généraux. En quelque sorte, les élections municipales pour lesquels le taux d’abstention n’est pas encore dramatique (mais, on y va) serviraient de « produit d’appel » pour les autres scrutins dont les électeurs se détournent de plus en plus. Le seul « avantage » de ce dispositif serait de faire apparaître clairement les cumuls de mandats par la simple comparaison des bulletins de vote aux trois élections, mais ce n’est sans doute pas le but recherché…

Autant dire que dans les deux cas – conseiller territorial ou scrutins regroupés – on ne règle rien et surtout pas le déficit démocratique et la fracture de plus en plus importante qui apparaît entre les élus et les citoyens qu’ils sont censés représenter. Aujourd’hui on ne nous propose que des artifices ou des contournements comme réponse.

E t cela risque de durer encore longtemps et de s’aggraver avec des conséquences sur la montée du populisme dans notre pays, tout simplement parce que les élections locales sont un enjeu politique, que la gauche classique, majoritaire dans les collectivités locales n’a pas envie de changer le système (tant qu’elle n’aura pas décroché la timbale de la présidentielle et des législatives) et que la majorité nationale actuelle ne pense qu’à se réimplanter localement en taillant des croupières à l’opposition.

La démocratie, le citoyen, la proximité avec lui ? On s’en fout, les enjeux sont avant tout politiques et vous êtes priés de vous conformer à ce que les partis dominants auront décidé pour vous et d’aller ou non voter, pour le plus grand bien des élus en place qui cumulent les mandats et qui en font une profession.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 4 avril 2011 10:15

    « le fossé se creuse »
    j’avais un ami cantonnier
    il me disait toujours :
    « je n’ai jamais vu un fossé se creuser tout seul »


    • Michel DROUET Michel DROUET 4 avril 2011 13:41

      Bonjour gaijin

      Merci pour votre humour : je n’avais pas osé écrire que les élections cantonales servaient à élire des cantonniers, mais j’y avais pensé.



    • gaijin gaijin 4 avril 2011 16:00

      je ne l’ai presque pas fait exprès
      je me demandais juste qui creuse le fossé ?


    • Gabriel Gabriel 4 avril 2011 11:02

      A ce stade là parler de fossé est un doux euphémisme, le terme de canyon ou de précipice me semble plus approprié. Les élus sont fabriqués dans des écoles ou l’apprentissage de la vie se fait dans des livres écris par leurs prédécesseurs. Les élus se partagent aujourd’hui en trois catégories : Les sourds qui sont persuadés d’avoir raison, les autistes qui vivent sur une autres planète et les malhonnêtes qui ne pensent qu’à leurs carrières et leurs intérêts. Malheureusement, nombreux sont ceux qui cumulent les trois tares. Il faut rendre les pouvoirs au peuple, il me semble que c’est cela la démocratie. En finir avec des élus qui ne sont plus sous contrôle permanent de jurys populaires. En finir avec des élus qui ne rendent plus de comptes sur leurs travails ou sur leurs promesses de campagne. En finir avec des élus qui cumulent fonctions et mandats et qui sont l’influence financière des lobbys. En clair créer une éventuelle 6 ém république par la refonte totale des institutions d’où accouchera  une assemblé qui soit enfin représentative de la société Française actuelle etc etc… Mais ça, ils n’en veulent pas et, ils feront tous ce qui est en leur pouvoir pour l’empêcher


      • Michel DROUET Michel DROUET 4 avril 2011 15:31

        Bonjour Gabriel

        Il n’y a qu’à voir le texte sur la réforme des collectivités locales pour constater qu’ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter de perdre leur fromage.

        D’ailleurs, faire voter un texte par des gens concernés au premier chef, on n’est pas loin du délit d’initié.


      • Kalki Kalki 4 avril 2011 11:08

        Contrairement a la connerie économique et l’aveuglement ( et le cynisme ) de vos zelites

        Les français se sont sérré la ceinture depuis longtemps ;

        La français n’ont pas la possibilité de devenir des gros obèse américains mais plutot des rachétique japonnais surmené travaillant 18 h par jour pour UN REPAS

        Les Français sont les plus minces d’Europe
        http://www.carevox.fr/sante-maladie...

        Quand on dit que la france c’est la roumanie c’est a peu près ca, c’est la chine ....

        bienvenu dans un tout autre monde

        donc politique

        fermez vos GUEULES D’ABRUTIS

        LA NOURRITURE EST LA : MAIS PERSONNE NE MANGE BIZARREMENT ON COMPREND PAS

        COMME UNE CRISE ECONOMIQUE, QUI N’EST PAS UNE CRISE DE PRODUCTION

        MAIS UNE CRISE DU PARTAGE


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 11:09

          Contrairement a la connerie économique et l’aveuglement ( et le cynisme ) de vos zelites

          Les français se sont sérré la ceinture depuis longtemps ;

          La français n’ont pas la possibilité de devenir des gros obèse américains mais plutot des rachétique japonnais surmené travaillant 18 h par jour pour UN REPAS

          Les Français sont les plus minces d’Europe
          http://www.carevox.fr/sante-maladie...

          Quand on dit que la france c’est la roumanie c’est a peu près ca, c’est la chine ....

          bienvenu dans un tout autre monde

          donc politique

          fermez vos GUEULES D’ABRUTIS

          LA NOURRITURE EST LA : MAIS PERSONNE NE MANGE BIZARREMENT ON COMPREND PAS

          COMME UNE CRISE ECONOMIQUE, QUI N’EST PAS UNE CRISE DE PRODUCTION

          MAIS UNE CRISE DU PARTAGE


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 11:09

          UNE SIMPLE GRILLE DE LECTURE

          LA SEULE PERSONNE, QUI METTRA DANS SON PROGRAMME L’ALLOCATION UNIVERSELLE

          DÉFENDRA LE PEUPLE TOUTE CLASSE CONFONDUS ET SES INTÉRÊTS

          C’EST LE SEUL CRITÈRE, ET LE PLUS IMPORTANT

          Owni vient de sortir un dossier complet sur le sujet avec une mitraille de plusieurs posts ciblés avec » Yoland Bresson : ’le revenu d’existence sera au centre du débat en 2012’ » ainsi que « revenu garanti, travail choisi« , « financement du revenu de vie : une bonne affaire pour les comptes publics ?« , ou encore » Revenu universel : ’la première vision positive du XXIème siècle’ »

          Rom’s blog nous propose « Dividende Universel un enjeu majeur de société » dans un blog très épuré, que j’aime beaucoup, où les mises à jour sont peu fréquentes, mais d’excellente facture ! L’auteur prend le temps de bien mûrir ce qu’il y met…

          Tête de quenelle a posté « Le match de 2012 : revenu maximal contre revenu universel » une analyse très poussée des fondamentaux philosophiques qui distinguent deux approches, l’une punitive, et l’autre incitative.

          Singularité et infosphère nous offre « La protection sociale augmente en France » et met en avant le gain énorme en coût administratif et en réduction des pertes en lignes que constituerait la réforme des mécanismes sociaux pour réaliser un revenu de base.

          Sebmusset nous a proposé son analyse sociale, économique et politique de « chroniqueur de guerre néolibérale », dans « Le revenu universel selon Corinne Morel-Darleux »

          Dominique de Villepin propose le Revenu Citoyen

          Interviewé sur le journal de 20h00 de France 2 d’aujourd’hui (24/02/2011) Dominique de Villepin propose un Revenu Citoyen de 850 € / mois (vers 5 minutes). 

          Alternative Libérale et l’Allocation Universelle de Liberté

          Allemagne : Le SPD inscrit le Revenu de Base dans son programme

          Après l’annonce à Genève par Samuel Bendahan de l’inscription de l’Allocation Universelle dans le programme du PS Suisse, c’est le SPD qui inscrit ce principe dans son programme politique officiel (Si comme moi vous ne lisez pas l’Allemand, vous pouvez consulter la traduction automatique de Google). Dans ce document pdf le SPD se positionne sur 800 € / mois pour un adulte et 500 € / mois pour un mineur.

          620 milliard par ans de budget « pour le social »

          + Les frais administratifs annexe a 200 milliard d’euro

          VOUS LES AVEZ VU VOUS LES 1200 EUROS PAR PERSONNES ET PAR MOIS ?

          HALTE A LA MAFIA DU SOCIAL

          TOUS POUR L’ALLOCATION UNIVERSELLE


        • JL JL 4 avril 2011 11:14

          Ce ne sont pas les Chinois qui vont payer des rentes aux Français ! On est en guerre économique, et les soldats ce sont les travailleurs, pas les rentiers !

          En acceptant une rente de misère, on se prépare un avenir de misère !

          Le RU est le nouveau slogan de la droite destiné à acheter les voix des jeunes, et à tuer toute la protection sociale.
           
          Quand le RU, tel un coucou aura tué tous les autres droits sociaux, c’est sa mission, il aura lui aussi fait son temps et sera mis à mort par ses créateurs qui ont, soyez en sûrs, plus de suite dans les idées qu’un moineau.


        • JL JL 4 avril 2011 11:18

          Le Revenu universel est le nouveau piège à cons destiné à mettre la barre très haut dans la surenchère démagogique,

          tout comme l’avait fait le désormais tristement célèbre « travailler plus pour gagner plus » que j’avais dénoncé ici il y a quatre ans. Le forum qui a suivi a enrichi le texte qui ne s’est jamais démenti.


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 11:30

          La démocratie économique doit s’accompagner de la démocratie politique

          et le corporatisme du marché de produits des besoins vitaux doit aller voir ailleurs

          et ne dois pas exister


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 11:34

          C’est idéologique : ca scelle un changement de société de faire une allocation universelle

          alors oui il y a des dangers si ce n’est pas bien fait

          Les gens sont capable de créer de la valeur

          MAIS TU COMPREND LA QUE LES RESSOURCES NE SONT PLUS A EUX

          ET QU’EN PLUS AUCUN FRUIT DES RESSOURCES SUR LESQUELS ILS SONT SOUVERAIN NE RETOMBE VERS EUX

          A UN MOMENT IL FAUT VIVRE

          Mais vivre c’est également la liberté, la liberté politique


        • JL JL 4 avril 2011 11:40

          Je suppose que kalki fait partie de la secte du petit facteur, l’idiot utile du productivisme !?

          Si quelqu’un a mieux comme hypothèse, je suis preneur.


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 11:50

          Je ne suis personne ne soutiens personne, et ne vote pour personne

          par contre je dis

          Dire la vérité est l’acte révolutionnaire

          et je fais

          Faire le changement, est l’acte révolutionnaire

          La polémique ne sert a rien ...

          Personnellement je préfére qu’on commence le change de société, ces 800 millard qui passe par ci par là et que l’on se sert tout ca ...

          DEMOCRATIE ECONOMIQUE : ALLOCATION UNIVERSELLE

          DEMOCRATIE POLITIQUE : DEMOCRATIE DIRECT ET LOCAL


        • foufouille foufouille 4 avril 2011 11:54

          JL prefere les CUI


        • JL JL 4 avril 2011 12:20

          Les libéraux ont prévu de remplacer tous les services publics et droits sociaux par cette allocation universelle.

          Quand les services publics seront morts, il ne leur restera plus qu’à supprimer cette allocation.

          « Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’Opinion. » Paul Valéry

          Aujiurd’hui, les sirènes libérales sont en train de faire l’opinion !


        • foufouille foufouille 4 avril 2011 12:43

          « Les libéraux ont prévu de remplacer tous les services publics et droits sociaux par cette allocation universelle. »
          tu es pas obliger de voter pour eux
          le medef veut bien supprimer le smic
          droits sociaux  ?
          paperasse sociale plutot
          controle par des ploutocrates et enarque, technocrate


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 12:46

          A mais on y est JL

          On est a ce moment de l’histoire

          il y a des risques que voulez vous ?

          On est a ce moment de l’histoire ET ON FAIT CE QU’ON PEUT : il fallait se réveiller avant ... le capitalisme , le néo libéralisme, les usa, et les oligarques n’ont pas gagné le monde en une ANNÉE.

          Je crois aussi les critiques sur l’allocation universelle disant que c’est libéral , ca détruit les administrations et mairie qui s’en foutent dans les fouilles, et que après on retire l’allocation universelle et on a plus rien

          est aussi dis par des (neo)libéraux ( de gauche ou de droite )

          POUR SURTOUT NE PAS LE FAIRE : CETTE ALLOCATION UNIVERSELLE

          ET SURTOUT : QU’ILS GARDENT CE FRIC LA QUI LES NOURRIS EUX , ( ah non ce n’est plus nourrir, qui les ENRICHIT : d’économie virtuelle : un peu comme l’église qui se nourrrit de la pauvreté tout au pronom de la combattre )

          nous sommes a ce moment de l’histoire

          Ou il faut partager


        • Kalki Kalki 4 avril 2011 12:49

          toute ancienne conception économique ne sert plus a rien

          le travail n’existe plus

          La vie tel qu’on le concoit n’existera plus, sauf si les êtres humains ne réclament pas HAUT ET FORT

          SON DROIT DE VIVRE


        • JL JL 4 avril 2011 13:00

          C’est ça ! Après nous le déluge !

           smiley


        • Michel DROUET Michel DROUET 4 avril 2011 13:36

          Bonjour Kalki

          C’est quoi le lien avec mon article ?


        • PhilVite PhilVite 4 avril 2011 11:36

          L’épisode - tragique, politiquement parlant - du referendum sur la constitution européenne, nous a fait éclater à la figure cette triste vérité : voter ou pisser dans un violon, c’est du pareil au même ! Les grandes décisions, celles qui pourraient influer vraiment sur nos vies, sont hors de notre contrôle. Evidemment, s’il s’agit de savoir si serait utile d’installer l’éclairage sur les cours de tennis municipaux, là, on attend notre opinion avec grand intérêt...
          Quant à « la montée du populisme » - voyez ce sujet sur wikipédia - outre le fait que ce terme, au sens propre, n’est synonyme ni d’opportunisme ni de démagogie, il ne fait aucun doute que l’attitude actuelle de nos « zélites » justifie pleinement son développement comme désir d’un retour aux « fondamentaux » de la démocratie.
          Mais peut-être que la démocratie n’est qu’une illusion ? Dans ce cas, il faudrait quand-même nous prévenir !


          • Michel DROUET Michel DROUET 4 avril 2011 15:26

            Bonjour PhilVite

            D’accord avec vous sur la signification première du terme « populisme ».
            Si je l’utilise dans mon article c’est pour éviter le terme « vote extrémiste » qui n’est pas satisfaisant non plus.
            En fait, je voulais parler de tout ce qui est vote impulsif et correspondant plutôt à un rejet qu’à une véritable réflexion et à un choix.


          • Robert GIL ROBERT GIL 4 avril 2011 11:47

            Formée à la pensée de l’économie libérale, à la logique du marché et aux
            bienfaits du capitalisme, notre future élite n’a aucun sens critique de la société
            dans laquelle nous vivons. La pauvreté c’est la faute aux pauvres, le déficit de
            l’assurance maladie c’est la faute aux malades et le chômage c’est la faute aux
            chômeurs. Ils avancent tête baissée, endoctrinés par le système qui les a créés.
            Lire ci-dessous :
            http://2ccr.unblog.fr/2011/03/21/parce-quils-le-valent-bien/


            • Fergus Fergus 4 avril 2011 17:44

              Bonjour, Michel, et merci pour cet article qui remet au centre du débat les vraies questions concernant les collectivités locales et leurs attributions.

              Le fait est que rien n’est clair dans l’esprit de la majorité de nos concitoyens, notamment les urbains des grandes villes, totalement déconnectés de l’utilité d’un Conseil genéral¨.

              Personnellement, j’ai depuis au moins 10 ans (bien avant l’UMP) exprimé mon soutien à la fusion Conseil régional-Conseil général pour plusieurs raisons, notamment la clarification des attributions, la réduction du nombre des élus et l’harmonisation des dossiers communs moins exposés à des conflits.

              Par ailleurs, je reste favorable aux cantons. Mieux : je pense que c’est bel et bien les communes qui devraient disparaître pour être fondues dans les cantons qui deviendraient le niveau administratif de base dans une taille comparable à celle d’un Kreis allemand. Il est en effet aberrant que la France compte autant de communes à elle seule que le reste de l’Europe avant l’arrivée des nouveaux membres en 2004, avec notamment plus de 20000 d’entre elles inférieures à 300 habitants. Cela n’a plus de sens. Du reste, la multiplication des communautés de communes le démontre, mais en compliquant encore le tissu administratif.

              En réalité, il faudrait remettre tout cela complètement à plat. Mais qui aura le courage de le faire ?

              Cordialement.


              • Michel DROUET Michel DROUET 4 avril 2011 18:51

                Bonjour Fergus

                Moi non plus, je n’ai pas attendu l’Ump. C’est en fait en 2004, lors des transferts en matière de voirie et d’enseignement (transfert des TOS et des personnels DDE) que mon sentiment s’est forgé.
                Ces transferts ont eu pour effet de transformer le Département en administration de gestion et non plus de projet. Par conséquent, il devenait inutile que cette collectivité reste autonome et soit gérée par une assemblée élue.
                S’agissant des cantons, je suis plus réservé : je pense que les intercommunalités, au besoin refondues sont plus à même de se substituer aux communes sur la plupart des compétences, les communes ne conservant que les services de proximité obligatoire (état-civil).

                Quant à savoir qui aura le courage de faire cette réforme... 

                A bientôt


              • ddacoudre ddacoudre 4 avril 2011 18:12

                bonjour michel

                depuis les régionales nous sommes dans des votes en partie de politique générale.
                sinon la vie régionale ou cantonale ne justifient pas autant d’abstention. j’explique a mon sens pourquoi nous vivons cette situation dans un article en modération.http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=91663.si le lien ne fonctionne pas l’article est sur mon blogBlog savoir - Blogs savoir sur OverBlog .
                cordialement.


                • Kalevala 5 avril 2011 02:08

                  Sortir de l’impasse, c’est facile, générosité, équité, espérance. Tous ce qui manque aujourd’hui ou les partie nous vends un marcher de dupe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès