Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Emmaüs, ça marche !

Emmaüs, ça marche !

L’enfer, ce ne sont pas les autres, à l’inverse de ce que clamait Sartre.

< L’enfer, sur terre, c’est justement l’absence des autres - l’isolement social. Tout ce que veulent rompre les communautés Emmaüs fondées par l’abbé Pierre comme une sorte de « purgatoire », un sas de réadaptation à la vie sociale pour les marginaux, les exclus, les paumés. C’est d’ailleurs ce que soutenait Sartre, que l’on avait « mal compris » - heureusement qu’il s’en est expliqué !

Jean-Paul Sartre :

« Je veux dire que si les rapports avec autrui sont tordus, viciés, alors l’autre ne peut-être que l’enfer. Pourquoi ? Parce que les autres sont au fond ce qu’il y a de plus important en nous-mêmes pour notre propre connaissance de nous-mêmes. »

abbe-pierre-93ans-peint.1190711353.jpgCe qu’il y a de plus important... Et qu’y a-t-il de plus important que ceux qui sont sortis, en général sans le vouloir, de la société française ? J’ai visité une communauté Emmaüs, l’an dernier, à l’invitation d’Alain, blogomondain plus « social » que certains qui se piquent de « politique » bien que restant englués dans les hautes sphères des candidatures partisanes. La communauté de Bogy, très active au sud de Lyon, organise une marche annuelle pour soutenir les compagnons. Cette forme de reconnaissance de la société leur est très utile : ils se sentent servir à quelque chose, être nécessaires aux autres. Il y a de quoi : ils récupèrent, réparent et offrent meubles, vêtements, jouets, livres, objets pour un prix dérisoire. Même les Chinois ne font pas moins cher ! Emmaüs est, de plus, écologique au sens pratique, puisqu’elle recycle.

La marche de cette année aura lieu à Serrières en Ardèche, le dimanche 21 octobre. Venez vous aérer en visitant cette belle région, rencontrer Amis et Compagnons, faites un don, unissez-vous en pensées. Cette cause pratique est une bonne cause, bien meilleures que d’autres qui accaparent en ne restant que du vent... 2007-09-affiche-marche-abbe-pierre.1190711366.jpg

Abbé Pierre :

« Le partage fondamental de l’humanité ne passe pas entre ceux que l’on dit croyants et ceux que l’on nomme ou qui se nomment eux-mêmes non-croyants. Il passe entre les “idolâtres de soi” et les “communiants”, entre ceux qui devant la souffrance des autres se détournent et ceux qui luttent pour les libérer » (Mémoires d’un croyant, 1997).


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 25 septembre 2007 13:26

    Pourquoi Emmaus (que je respecte), ça marche ? Parce que la pauvreté et la précarité, ça marche !...ça marche même de mieux en mieux...

    Demandez-vous pourquoi...


    • Ornithorynque Ornithorynque 25 septembre 2007 13:57

      La pauvreté, la précarité celà marche mieux que quand ?

      D’où tenons nous pour certain que les gens sont plus pauvre aujourd’hui qu’il y a 10 ans, 20 ans, 50 ans, 100 ans ?

      Je me demande.

      je crois que c’est notre exigence de justice qui augmente devant une misère qui, elle, est plus visible ?

      non ?


    • Argoul Argoul 25 septembre 2007 14:14

      Ouh que vous êtes premier degré ou que votre humour est noir !...

      Emmaüs, « ça marche » parce qu’est organisée « une marche » le 21 octobre.

      Cela dit, ce qui est nouveau, Ornitho et Zen, nouveau depuis le Mitterrand final à peu près, c’est qu’auparavant les gens pouvaient être pauvres tout en restant « inclus » ; aujourd’hui, non.

      Les exclus (du couple, de la famille, du travail), les paumés, les psychotiques légers, etc. sont « exclus » de la société « habituelle et normale », c’est-à-dire désormais de « toute » la société.

      La raison en est l’individualisme croissant - y compris (et surtout ?) chez les « anti-libéraux ». Notamment en France où « on » délègue à l’Etat (à la bureaucratie anonyme de l’Administration) le soin de s’occuper des autres (enfants ou parents compris).

      Peut-être vous posez-vous la question de pourquoi avoir publié un billet sur le sujet ? Bonne question. Je l’ai fait - sur mon blog « fugues & fougue » - parce qu’il s’agit d’engagement politique concret et non-partisan en ce qui me concerne. Parce que le blog d’Alain (Emmaüs Bogy) est celui d’un ami. Et parce que je le soutiens donc dans sa manifestation d’octobre pour faire connaître et attirer l’attention sur sa communauté Emmaüs locale.

      Je n’ai pas « proposé » ce billet à AgoraVox : ils l’ont repris comme ils en ont l’autorisation tacite sur tous mes billets. Il s’agit donc d’un choix éditorial qui m’est étranger. Mais qui me fait plaisir parce qu’il ajoute du soutien en diffusant l’information un peu plus.


    • Céphale Céphale 25 septembre 2007 18:39

      Argoul, votre remarque est juste. Autrefois, il y avait beaucoup de pauvres, mais peu d’exclus. Aujourd’hui, quand on est pauvre, on risque fortement d’être exclus. Et vous en donnez la raison : c’est un individualisme croissant.

      D’où provient cet individualisme ? C’est une véritable maladie du monde occidental, provoquée par le dogme de l’économie libérale qui peut se résumer par « chacun pour soi et que le meilleur gagne » (voir les directives de Bruxelles sur la libre concurrence) et propagée dans toute la population par les nombreuses émissions de télé qui vantent les mérites de la compétition, par exemple « le maillon faible ».


      • Argoul Argoul 25 septembre 2007 19:36

        Ach, Céphale ! C’est tellement commode d’incriminer « le dogme de l’économie libérale ». Je crains que ce ne soit pire... puisque c’est justement sous la gauche, un peu partout en Europe (Mitterrand, Blair, Schroder) et aux USA (Clinton) que ça c’est produit !

        Justement, j’écris l’inverse dans mon commentaire en réponse : les gendegôch se défaussent de leurs responsabilités sur l’Etat, l’Administration, l’Ecole, les Services Sociaux et autres systèmes bureaucratiques anonymes. Vous avez oublié la canicule ?

        L’idéologie libérale pousse, certes, l’individualisme fort loin - mais les conséquences en sont-elles les mêmes que l’anonymat de type socialiste ? Allez aux USA, vous y verrez moins de clochards qu’à Paris... En revanche, au Japon, société pourtant très « intégrée », il y en a autant de visibles ! Allez comprendre.

        Je n’ai pas la réponse. Peut-être est-ce à chercher autour de « la modernité » au sens large : le chacun sa chambre, chacun son ordi, « chacun sa merde » ? La société moderne est (trop) bien organisée pour que personne n’ait plus le souci de survivre. Alors tout le monde s’en fout : « y’en aura toujours un... » C’est le cas des incidents sur autoroutes comme des agressions du métro. Peut-être faudrait-il « une bonne guerre » ?

        C’est vrai que « la solidarité », dont chacun se gargarise, ne se manifeste au fond que lors des attentats du 11-Septembre, du tsunami géant ou des catastrophes naturelles ou humaines.

        Mais mon propos, dans le billet, ne vole pas si haut. Il vitupère plutôt les masturbateurs de stratégies politicennes, fort affairés à « chercher leur candidat(e) » ou à « rénover le parti » (depuis 1920 !), et qui ont une haute opinion d’eux-mêmes, plutôt que de se préoccuper du concret à leur porte. C’est, certes, moins valorisant pour l’ego de ne pas refaire le monde entier, mais plus efficace, humainement parlant.


      • Bof 26 septembre 2007 18:56

        A@ Argoul : Merci pour votre commentaire . Comme vous dites ignorer « pourquoi » cette horreur , j’ose venir vous dire que pour ma part, c’est non pas vraiment l’individualité qui en est la cause mais « la séparativité » . C’est un mot que je retrouve dans plusieurs livres et qui m’indique bien que l’on a tout faux quand on ne pense qu’à Soi . Surtout lorsque l’on croit que l’on vient d’une unité et que l’on y retourne. Il faudra donc être et ne plus faire qu’un , même avec la/les personne/s que l’on aime pas . Ainsi mon ennemi sera même une partie de moi-même comme la goutte d’eau qui est retournée à l’océan.

        Je suis très très triste qu’Emmaüs , ça marche . Quand allons nous jeter Emmaüs ? Quand allons nous nous comporter en Être Humain ? Pourquoi cette société avec tous ces impôts ? Pourquoi toute cette administration qui n’administre que le bien être de ses fonctionnaires sans même vouloir apercevoir le malheur qu’elle génère elle-même en ayant fait disparaitre les métiers qui aidaient le peuple à vivre, sous excuse de progrès ? Quel en est le profit pour le peuple ? Il faut entendre la rage de ces individus quand on essaie de créer quelque chose , si l’on ne tombe pas avec les contrôles de secu, des impôts, des inspecteurs de sécurité, des inspecteurs des impôts, des inspecteurs d’hygiène , on doit savoir, on doit tout savoir, les lois sociales si l’on a des employés et personne ne les connait mais quelqu’un du cru a décidé dans sa petite tour qu’il fallait se pencher sur ce point puis sur un autre...jusque la fermeture pour usure morale de l’entrepreneur qui retourne à Emmaüs au mieux pour lui, car les erreurs dans le découragement peuvent amener à des extrêmes.


      • Fred 26 septembre 2007 19:45

        Pour avoir vecu dans le pays le plus capitaliste, je peux vous dire que les gens sont moins individualistes la-bas qu’ici (je vis a Paris donc ca y joue peut etre).

        J’ai l’impression que l’etat providence rend les gens encore moins responsables de leur voisin. Ils se disent l’etat est la pour s’en occuper donc je n’ai pas besoin d’aider les gens. Je ne connais personne qui fait du benevolat ou qui fait preuve de don alors que 80% de mes collegues sont socialistes ; aux US 1/3 de mes amis en faisaient, peut etre pour se donner bonne conscience n’empeche qu’ils le faisaient (moi y compris). Ici, j’avoue que cet individualisme, cette manie de vouloir tricher le systeme (riche ou pauvre) est pesante et n’encourage pas de vouloir aider ses compatriotes.


      • maxim maxim 25 septembre 2007 18:40

        Emmaüs.....oui ,ça marche ,je suis acheteur et donnateur .... cette bouée en sauve plus d’un ,actuellement ,la précarité s’intensifie du fait que même beaucoup de gens pourtant qualifiés ne trouvent plus de boulot suite à des accidents de la vie divers ..... je dis actuellement ,pas si actuel que ça d’ailleurs puisque l’institution date de 1954 ,le contexte n’est plus tout à fait le même ,mais il n’empêche que quelques soient les gouvernements que nous ayons eu ,la misère était là .... il y a quelques décennies ,lorsque quelqu’un n’était pas qualifié ,il pouvait néanmoins trouver du travail et vivre à peu près correctement ..... maintenant ,lorsque des gens avec bac + 5 en sont réduits à faire un boulot où auparavant un certificat d’études suffisait ,celui qui arrive sans rien n’a rien ...... que faire ???malheureusement pas grand chose ,grâce à des gens qui se dévouent ,de multiples associations aident les plus en difficulté ,mais pour combien de temps ???

        nos pays qui se disent en pointe du progrès sont tous confrontés à cette situation ..... bon, notre gouvernement a délégué l’ancien patron d’Emmaüs à un secrétariat d’état ,espérons qu’il aura les moyens pour faire avancer ne serait ce qu’un peu les choses.....

        espérons qu’un jour ,le travail revienne ( je croise les doigts ) c’est la seule planche de salut pour tous ,il y va de la dignité de l’individu .......


        • Céphale Céphale 25 septembre 2007 21:13

          Argoul, j’avais bien remarqué, dans votre commentaire en réponse, qu’une cause de l’individualisme est d’après vous le fait de compter sur l’Etat pour résoudre les problèmes qui autrefois étaient résolus par la solidarité. D’accord, c’est vrai, et c’est une attitude typiquement de gauche, l’attitude de « ceux qui devant la souffrance des autres se détournent ». Mais ne généralisons pas. Cela existe aussi à droite.

          Merci de reconnaître que l’idéologie libérale encourage fortement l’individualisme, comme je cherchais à le démontrer. Jusqu’à quel point ? Je n’en sais rien. Le matérialisme vulgaire (ma bagnole, ma télé...) y est aussi pour quelque chose.

          Vous dites qu’on voit moins de clochards aux USA qu’en France. Méfiez-vous des clichés sur les USA. Si l’on ne voit pas beaucoup de clochards à Chicago ou à Washington, c’est parce que la police leur fait une chasse impitoyable. Les Américains n’ont pas beaucoup de compassion pour les gens qui ne leur ressemblent pas, moins que les Français. Leurs associations caritatives choisissent leurs pauvres. Ce ne sont que des impressions, j’admets que je peux me tromper.


          • Tony Pirard 25 septembre 2007 23:42

            Sages enseignements de Sartre !La notion de pauvres,disons c’est un peu relative.Existent pauvres d’esprit et du bien materiel.Le premier c’est assez difficile d’aider,le deuxiéme comme dis les sages devons enseigner à pêcher et non donner le poisson.. !Aider c’est intéressant quand celui veut être aidé,tu sais qu’il va multiplier l’aide que vous avez donné et il fera la même chose pour les autres. Nous ne devons pas jouer la culpe sur quoique soit,car tout c’est propre de la nature humain,nous que créons la societé comme elle est passible d’erreur.


            • elnino-88 elnino-88 27 septembre 2007 18:13

              site interdit par nos medias A voir,a lire,a comprendre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles







Palmarès