Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Entre 12 et 25 milliards d’euros d’économies !

Entre 12 et 25 milliards d’euros d’économies !

C’est ce qui est attendu de la réforme territoriale selon M. Vallini, secrétaire d’Etat chargé de cette réforme.

On admirera la précision, avec une fourchette plus que large qui caractérise en général les prévisions budgétaires et qui fait douter de la compétence des Ministères et de leurs bataillons de hauts fonctionnaires.

M. Vallini n’a pas pu s’empêcher, en ces temps de disette budgétaire de se pousser du col avec des chiffres au doigt mouillé, discréditant ainsi la réforme en la ramenant à un simple objet budgétaire et en l’éloignant davantage des citoyens.

Que recouvrent ces chiffres ?

Personne ne le sait et l’incompétence le dispute à l’amateurisme. En fait, il est presque permis de penser que la réforme pourrait entraîner des coûts supplémentaires.

Personne ne connait non plus le périmètre de la réforme qui aurait permis de faire des estimations plus intelligente : combien de régions au bout du compte, les Conseils départementaux seront-ils supprimés ou aménagés, qu’en est-il de l’élévation du seuil de population pour les intercommunalités et surtout comment vont fonctionner les futures collectivités, avec combien d’élus et de fonctionnaires ?

Rien n’est tranché actuellement en raison des mouvements qui agitent les élus, soucieux de ne pas perdre leurs mandats et qui s’abritent derrière des considérations fumeuses ou d’autres, plus politiques accusant le pouvoir en place de faire un rideau de fumée pour masquer son délitement.

Alors pour tenter de rallier le plus grand nombre aux bienfaits supposés d’une réforme dont on ne connait pas le contenu, on agite des chiffres, des estimations à la louche, en espérant que le citoyen se rallie à cette réforme alors qu’il en attend davantage de proximité et d’actions concrètes.

M. Vallini, à défaut de faire de la pédagogie et de présenter un projet, ce que nous sommes en droit d’attendre d’un responsable politique, se comporte comme un petit comptable vétilleux, porte parole de la seule contrainte budgétaire.

Aidons M. Vallini à faire de bons calculs !

Si les conseils départementaux sont supprimés, la première économie portera sur les indemnités des élus (au nombre de 4050) qui peut se chiffrer à 150 Millions d’euros et la seconde sur les dépenses de communication de ces assemblées (0.32 € par habitant soit 208 Millions d’euros). A cela, il faut ajouter les postes politiques de contractuels des cabinets et des groupes qui n’auront plus lieu d’exister soit environ une cinquantaine de millions.

Ensuite, il faut considérer que les services supports (service en charge du fonctionnement des assemblées et service communication, par exemple) sont voués à disparaître, ainsi que tous les services en charge des compétences exercées en doublon avec les autres collectivités (la fameuse clause de compétence générale). S’agissant de fonctionnaires territoriaux, la suppression brutale de ces postes n’est pas envisageable. Ces postes seront donc « gagés » sur les futurs départs en retraite qui ne seront donc pas remplacés. Pour chiffrer l’économie, à terme, très importante, on suggère à M. Vallini de prendre les organigrammes des services des départements.

Enfin, il ne faut pas oublier les dépenses de fonctionnement qui vont avec, à savoir les véhicules de fonction ou de service, les coûts de téléphonie et d’informatique ainsi que les m2 de bureaux devenu vacants. M. Vallini pourra utilement se référer aux budgets votés par les conseils départementaux.

Pour les Régions ou les intercommunalités qui seraient regroupées, des économies sont également à attendre et à calculer selon les mêmes méthodes.

Mais les plus grosses économies ne sont pas celles du fonctionnement des collectivités qui seraient redimensionnées ou supprimées mais concernent les crédits votés par les élus pour se pousser du col (dépenses culturelles de prestige, déviations et autres ronds points et subventions versées aux associations diverses et variées et autres organismes nécessiteux) et dans ce domaine également la lecture des budgets par M. Vallini devrait le réjouir.

Au boulot !

Alors, M. Vallini, au lieu de vous gargariser de chiffres aussi imprécis que racoleurs, mettez les services de la Direction Générale des Collectivités Locales au boulot et faites leurs cracher des hypothèses de travail étayées et non des estimations à la grosse louche destinées à faire de la communication.

Et surtout, faites de la pédagogie auprès des citoyens davantage intéressés par leur quotidien sur le terrain que par des arguties financières ou politiques.

Il serait très dommage que les citoyens soient exclus de cette réforme. Les résultats des dernières élections européennes devraient vous faire prendre conscience du discrédit de la classe politique et du besoin d’écoute exprimé.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • eric 30 mai 2014 11:18

    Les dépenses des collectivités territoriales, comme toutes les dépenses publiques, sont pour une part importante des dépenses de personnel. Des lors qu’on exclue de dégraisser les effectifs des personnels statutaires, reste effectivement la baisse des transferts, associations, projets, investissement etc...La baisse du nombre et des moyens des élus censé représenter le peuple dans la gestion de ces sommes.

    Bref, il s’agit de sacrifier, les élus, les populations, les supplétifs de la fonction publique finances de façon toujours un peu aléatoire sur subventions, pour sécuriser les statuts, les emplois, les carrières et les salaires des titulaires.

    En très gros, couper les vivres a la base sociologique des gauches de gauche pour garantir le niveau de vie de la gauche tout court, dans une certaine indifference aux populations elles mêmes.
    http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/partager-a-gauche-pour-degonfler-54982

    Compte tenu du degré de conscientisation et d’engagement politique des uns et des autres, a peu prêt la garantie d’une guerre civile a gauche et eventuellement au delà.

    Je ne vois pas que l’on puisse mener a bien une telle reforme sans que les efforts soient partages, c’est a dire sans qu’on dégraisse les titulaires. Ou au moins que l’on remette sur la table, et les statuts, et les utilités sociales des uns et des autres. Vu l’urgence budgétaire, je ne suis pas sur que la méthode Sarko. d’attendre qu’ils partent a la retraite soit encore suffisante.

    Mais si la gauche socialiste ne parvient pas a mener ce sauvetage de sa propre base avec un minimum de justice et d’efficacité, en préservant ses intérêts égoïstes, mais en tenant quand même un tout petit peu compte des autres, l’effondrement du pouvoir Hollande garantit de vraies reformes d’une rare violence a la prochaine alternance.


    • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 11:31

      Bonjour Eric

      « Les dépenses des collectivités territoriales, comme toutes les dépenses publiques, sont pour une part importante des dépenses de personnel »

      C’est vrai pour les communes qui ne sont pas concernées a priori par la réforme (sauf pour l’intercommunalité où il y a des doublons), mais ce n’est pas le cas pour les Conseils départementaux et régionaux.

      Par ailleurs, je ne parle pas de dégraissage, je trouve le terme péjoratif pour les intéressés, mais je parle de postes « gagés » sur les départs en retraite.

      Cela veut dire qu’au terme de 1 à 5 ans on doit pouvoir constater la diminution du nombre de fonctionnaires territoriaux titulaires en raison des départs en retraite non remplacés.

      Cela nécessite que le nombre de postes concernés soit établi avec précision et que les Chambres Régionales des Comptes et les Préfets veillent à ce que cela soit effectif.


    • eric 30 mai 2014 22:17

      Bref, vous nous annoncez la guerre a gauche.
       Il y a je ne sais plus combien d’emplois directes titulaires dans ces collectivités, mais il y a de l’ordre de 1,8 millions emplois temps plein associatifs, culturels, sanitaires et sociaux, qui sont très dépendant des budgets régionaux et départementaux.
      Pour le premiers, vous étalez le dégraissage sur 5 ans, pour les seconds, ce sera la catastrophe sociale tout de suite et dans les grandes largeurs.
      Je pense qu’il y aura malgré tout un minimum d’unité dans le rejets radical, les premiers s’appuyant sur la combattivité proverbiale des seconds, même si leurs intérêts sont divergents.


    • Michel DROUET Michel DROUET 31 mai 2014 08:05

      Bonjour Eric

      Une précision tout d’abord : les emplois associatifs ne dépendent pas exclusivement des conseils généraux ou régionaux mais également des budgets communaux et intercommunaux et de celui de l’Etat.

      Ensuite, pour les emplois associatifs dépendant du secteur sanitaire et social qui dépendent fortement des conseils généraux, pourquoi voulez vous les faire disparaître suite à la réforme ? Cette compétence sera transférée soit à la Région, soit aux intercommunalités soit à des établissements publics qui continueront à s’occuper des aides sociales, de la PMI de l’enfance et des personnes âgées et personnes handicapées. Cela ne veut pas dire qu’il ne doit pas y avoir d’exigence en matière de gestion pour certaines de ces associations qui coûtent parfois plus cher que les fonctionnaires qui réalisent les mêmes tâches.

      En fait, Eric, vous faites partie de ceux qui appellent de leurs voeux un « dégraissage » des effectifs de fonctionnaires tout en agitant le chiffon rouge du catastrophisme eu égard à des effets sur l’emploi de la réforme : très contradictoire, votre position, sauf à penser que vous voulez absolument que cela se passe mal pour des raisons qui vous sont sans doute très personnelles et liées à votre positionnement politique.

      Pour ma part, je préfère faire de la pédagogie pour éviter que vos idées n’envahissent le débat. 


    • baron 30 mai 2014 11:29

      Ne sont pas comptabilisé les erreurs habituelles liées à l’éloignement et à la méconnaissance des problématiques locale.


      Supprimer les départements et aggrandir les régions, c’est remettre en place un centralisme bureaucratique qui a fait la preuve de son incapacité à gérer sainement les structures administrative.

      Au final, c’est une augmentation et non une diminution des cout qui est prévisible.




      • baron 30 mai 2014 11:31

        L’intercommunalité a fait exploser les couts de fonctionnement des communes. 


        Il en ira de même avec les super régions.

        • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 11:35

          Bonjour Baron

          Vrai pour la première phrase, pour la seconde je ne me prononce pas mais je suis confiant sur le contrôle citoyen qui doit s’exercer.


        • Croa Croa 30 mai 2014 18:13

          Ça a surtout généré une colonne de plus sur la feuille des taxes foncières ! smiley


        • foufouille foufouille 30 mai 2014 11:35

          ce sera cool pole emploi et la CAF à 300 bornes. le palais du président de la super région sera superbe.

          pour faire encore plus d’économie, il suffira de faire de l’euthanasie avec lavage de cerveau
           smiley


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 11:39

            Comme d’habitude Foufouille vous nous servez les mêmes erreurs : ni la CAF ni Pôle emploi (ni les TGI) ne sont concernés par la réforme territoriale dont il est question.

            Arrêtons donc le lavage de cerveau !


          • foufouille foufouille 30 mai 2014 12:33

            mais si. tout sera centralisé dans la grande ville centrale
            c’est le ministre qui l’a dit


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 13:28

            C’est quoi une grande ville centrale ?

            Quel rapport avec la réforme des collectivités territoriales ?

            Ce n’est pas parce qu’une affirmation est répètée 100 fois qu’elle devient une réalité....

             


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 13:34

            Ah ben, si c’est l’ministre qui l’a dit, c’est que ça doit être vrai. Il est intelligent ce gars là, il a fait des études !


          • Croa Croa 30 mai 2014 18:16

            Ça va faire diminuer le chômage ! smiley

            (à 300 bornes pour aller signer les radiations vont exploser.)


          • Croa Croa 30 mai 2014 18:19

            Foufouille a raison : l’administration se centralise la première, les services suivent très vite après.


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 19:04

            Sauf que Pôle emploi n’est toujours pas concerné par cette réforme. Il n’y a rien de changé depuis ma première réponse à Foufouille


          • LE CHAT LE CHAT 30 mai 2014 13:25

            cette réforme vise à pouvoir dire que la gauche n’a perdu que 10 régions , au lieu de 20


            • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 13:35

              Je n’y avait pas pensé, mais c’est pas faux dans le contexte actuel !


            • foufouille foufouille 30 mai 2014 14:46

              pour faire des économies, on peut aussi supprimer la gendarmerie et les villages.

              quand les citadins voudront sortir de l’autoroute, on pourra les dépouiller. les cultos seront entourés de barbelés avec miradors. l’importation d’esclaves roumains et africains passera inaperçue.
              gros cultos qui se déplaceront en hélicos

              le rêve du libéral


              • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 17:28

                On peut tout supprimer, sauf que les gendarmeries ne sont pas concernées par la réforme des collectivités territoriales.

                Hors sujet, donc, Foufouille


              • baron 30 mai 2014 14:52

                Un des objectifs est aussi de repousser les élections régionales, les élus PS pourront se gaver quelques mois de plus. 

                Après ils en ont rien à fiche qu’il y ait moins d’élus de toute façon ils savent qu’ils vont se faire virer 

                • baron 30 mai 2014 14:53

                  Ce sont des méthodes de mafieux.


                  • Michel DROUET Michel DROUET 30 mai 2014 17:51

                    Tous les gouvernements, qu’ils soient de gauche ou de droite on eu recours à des artifices pour garder le pouvoir. Cela passe aussi par les redécoupages de circonscriptions électorales qui ne veulent plus rien dire pour l’électeur lambda mais qui sont taillées pour permettre de gagner le maximun de sièges dans les assemblées élues. 


                  • coinfinger 31 mai 2014 04:47

                    Si on veut des détails sur les chiffres faut demander l’étude de Goldmann Sachs qui est commanditaire . Le gouvernement n’a fait qu’executer , on ne discute pas le patron , surtout quand il fait le travail de Dieu .


                    • coinfinger 31 mai 2014 05:42

                      Mon commentaire est un peu court il me faut expliciter les mystéres de Dieu .
                      Actuellement le $ est sur le fil du rasoir ses rendements sont presque négatifs . Sans $ positif plus de domination de l’internationale oligarchique . En l’abscence d’une reprise providentielle , il faudra réaugmenter les tx de la FED , donc créer des difficultés financiéres aux banques pourvoyeuses des états . Les vassaux sont donc appelés à contribuer plus largement aux frais généraux .
                      En France on constate une déliquescence des dépenses des collectivités locales , l’administration locale glisse de plus en plus vers un laxisme féodal où l’on confond caisse publique et caisse privée . Les éstimations peuvent étre faites sur un coin de table , ce n’est pas le plus important , ce qui importe c’est de concentrer ces collectivités de façon à mieux les controler financiérement , et les rendre plus lisibles pour les fonds de pensions ,les subdivisions en communes sont complications inutiles , vues de l’Ohio .


                      • Michel DROUET Michel DROUET 31 mai 2014 08:50

                        Bonjour coinfiger

                        D’accord pour dire que les collectivités territoriales dépensent trop et parfois n’importe comment, mais alors il faut accepter de les réformer, pas pour faire plaisir aux fonds de pension, mais aux contribuables français.

                        Par ailleurs l’endettement des collectivités territoriales n’a aucune commune mesure avec celui de l’Etat et leur dépendance vis à vis des banques est beaucoup plus faible.

                        Réformer les collectivités devrait en toute logique encore accroitre cette indépendance, alors pourquoi se priver ?


                      • zygzornifle zygzornifle 31 mai 2014 11:01

                        130 milliards d’€ c’est ce que coûte par an au contribuable 500 000 élus UMPS et ceux la personne n’osera les toucher c’est les potes des amis aux copains.....


                        • zygzornifle zygzornifle 31 mai 2014 11:08

                          moins les 7 milliards d’€ de l’amende BNP Paribas que le gouvernement récupérera sur le dos des contribuables sous forme de taxes impôts ou autre ....Quand le traité transatlantique sera signé tous les mois les avocats Américains payés à la commission passeront leur temps a chercher partout ou le gouvernement américain pourra dénoncer les accords non respectés .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès