Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Et vous, vous feriez quoi, une fois président de la République (...)

Et vous, vous feriez quoi, une fois président de la République ?

Les journalistes de « L’Ami du Peuple » souhaitent que la photo ci-dessus prise à Paris soit soumise à tous les candidats à la présidence de la République.

Que chacun d’eux nous explique, la photo sous les yeux, comment il compte mettre fin à la pauvreté et à la grande précarité qui touche de plus en plus de nos concitoyens.

Jusque-là, nous avons pu entendre comment celui-ci va lutter contre l’insécurité, comment celui-là va refouler les immigrés, et comment d’autres vont relancer l’économie.

Il n’est pas question pour nous de faire du misérabilisme, mais il est impensable que le 4e pays le plus riche du monde se satisfasse du travail des associations caritatives pour endiguer le problème.

Comme le disait il y a longtemps l’immense Cavanna : « Lorsqu’on a voulu aller sur la lune, on a trouvé l’argent et les moyens » ; nous ajouterons modestement que les choix de société, lorsqu’ils touchent à l’humain, ne peuvent être quantifiés de la même façon que l’achat d’avions Rafale.

Nous appelons les lecteurs à nous écrire afin de transmettre ce texte accompagné de sa photo sous forme de pétition à tous les candidats à la présidence.

Credit photo

Wikipedia

Source
http://amidupeuple.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (83 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • RAMZY (---.---.80.17) 30 juin 2006 10:33

    1 > USA

    2> Japon

    3> Allemagne

    4> Chine

    5> France

    mais je suis totalement d accord avec vous.


    • Adolphos (---.---.59.170) 2 juillet 2006 12:27

      Heu, non

      1 > USA

      2> Japon

      3> Allemagne

      4> Chine

      5> GB

      6> France


    • Marsupilami (---.---.191.62) 30 juin 2006 10:37

      Ouaf !

      Très bon petit papier, percutant et efficace. Sur un sujet proche, lire Les vivants et les morts de Gérard Mordillat.

      Houba houba !


      • Internaute (---.---.120.19) 30 juin 2006 11:17

        « Lami du peuple » était le journal dans lequel le révolutionnaire Marat réclamait l’assassinat de 300.000 parisiens. (A l’époque cela devait faire le 1/4 de la population parisienne)

        Peut-être que les journalistes de ce canard y ont trouvé une inspiration pour résoudre cette question.

        En tout cas la référence est tellement sulfureuse qu’il vaut mieux s’en éloigner au plus vite.


        • bernard29 candidat 007 30 juin 2006 12:17

          Il faudait pour celà avoir des députés qui comme Victor Hugo déclame à l’assemblée nationale son « discours sur la misère ».

          Pour sa conclusion voir discours sur la misère « http://european01.over-blog.com/article-1185889.html ».

          Pour avoir de tel députés, il faut précariser le pouvoir politique.


          • Adeline (---.---.141.60) 30 juin 2006 12:42

            Cela aurait été bien que l’article citât les chiffres.

            La France après 32 (1974-2006) ans de socialisme rampant ou réel dont nous ne sommes toujours pas sortis :

            Précaires Nombre réels de chômeurs : 5 millions dont un million de fins de droit et un million de RMIstes.

            et aussi :

            SDF Note : 40 000 sans-abris rien que pour l’IdF.

            Total France : 200 000 SDF (association) dont 86 500 sans-abris


            • Gil (---.---.93.79) 1er juillet 2006 08:27

              Soyez honnête Adeline : les socialistes, mêmes rampants, ne sont pas seuls en cause. L’UMP et l’ex-RPR sont au moins autant responsables de cette situation...


            • Galouzette (---.---.81.101) 1er juillet 2006 09:46

              Adeline a raison, la France connaît depuis des décennies une politique socialiste, même quand c’est la droite qui détient le pouvoir. Nous n’avons peut-être pas la politique la plus sociale du monde mais c’est sans conteste notre ligne directrice... et malheureusement cela n’a pas empêché la pauvreté.


            • Adeline (---.---.242.130) 1er juillet 2006 13:04

              @Gil

              « Soyez honnête Adeline : les socialistes, mêmes rampants, ne sont pas seuls en cause. L’UMP et l’ex-RPR sont au moins autant responsables de cette situation... »

              Tout à fait d’accord, c’est bien pour ça que je n’ai pas écrit « socialisme » tout court mais « socialisme rampant (c’est-à-dire les périodes où l’UDF et le RPR étaient au pouvoir) et réel (c’est-à-dire les périodes où le PS et le PC étaient au pouvoir) ».

              « Socialisme rampant » était l’expression employée pour désigner la période Giscard (74-81), période où les impôts ont le plus augmenté en pourcentage depuis 1945 et où le chômage a commencé à grimper sérieusement.


            • Adolphos (---.---.59.170) 2 juillet 2006 12:30

              Le socialisme crée de la pauvreté, c’est une loi, vérifié toujours et partout ; simplement cela prend plus ou moins de temps selon la nature politique du pays.

              Nous avons fait la fête pendant 25 ans, maintenant, l’adition s’approche, et elle va être trés douloureuse..


            • Adolphos (---.---.59.170) 2 juillet 2006 13:22

              Bon, la priorité est la réduction des dépenses de l’Etat, afin de soulager l’économie d’impôts stériles qui fabriquent du chomage de masse. En effet, pour 1 euros donné, le service public produit moins de richesse en retour, et de loin, que le privé. Rendre cet argent aux particuliers, c’est orienter ces flux financiers vers de la création de valeur, et donc vers de la croissance et de l’emploi.

              Donc, il faut supprimer le statut de fonctionnaire (qui de toutes façon n’y perdent rien, puisqu’ils n’ont pas de priviléges en tant que fonctionnaires). Seules les fonctions régaliennes resteront, avec du personnel étatisé, sur le modéle de l’Armée.

              500.000 fonctionnaires seront lienciés.

              Quasi toutes les entreprises étatisées seront privatisées.

              La politique sera une politique de relance de l’offre. En conséquence les réductions massives d’impôts seront orientées vers les forces vives (vers les Riches, les entreprises, les artisans/commerçants, la recherche, les actionnaires, etc..). L’Etat n’entreprendra aucune recherche par lui-même, mais participera à des recherche privées, dans lesquelles il a un interêt propre, compatible avec l’objet de la recherche de l’organisme privé. Les chercheurs étrangers seront exonéré d’IRPP pour 5 ans.

              L’ISF sera supprimé, les drois de succession supprimés, le code du travail très allégé et le CPE Universalisé, les HLM privatisés, l’éducation nationale privatisée, la sécurité sociale mise en concurrence (elle l’est déjà, mais bon). On conservera RMI, mais avec un travail à mi-temps obligatoire, et CMU -mais pas pour les clandestins, qui n’auront plus qu’un seul droit, celui d’être expulsés manu militari. Bien sûr il y aura toujours des assedics (qui sont déja privées et payées par les salariés), mais l’ANPE sera supprimée et son travail confié au marché. L’immigration sera complétement stoppée. Des chèques éducation seront versés aux parents, qui seront les patrons/clients de l’école qu’ils choisissent, qui n’auront par ailleurs plus aucune subvention. Elles pourront donc faire faillite en cas de mauvais résultats, et quiconque pourra en créer une. Le Bac sera un concours, et permettra selon les résultats une inscription à telle ou telle université/grande école, etc.. Un système de « formation tout au long de la vie » sera mis en place pour les salariés, subventionné par l’Etat, avec un salaire garanti pendant ces études. L’age de la retraite sera reculé. Le travail des retraités n’aura aucune influence sur le versement de leur pension, car on cherche avant tout à augmenter la quantirté de travail des français, pour créer de la valeur, et donc de l’emploi. Ainsi, on favorisera le travail des adolescents. On favorisera enfin la création de fonds de pensions pour tous, destinés à investir dans notre économie, plutôt que ce soit les retraités US.

              La dette sera diminuée légèrement, car c’est avant tout l’assainissement de l’économie qui est la priorité.

              En dessous de 3,5% de croissance, nous ne créons que du chômage. Le but est d’une part de dépasser ce taux, et d’autre part de supprimer les rigidités qui nous imposent ce taux énorme pour créer de l’emploi.


            • Aldoo (---.---.43.7) 2 juillet 2006 16:18

              Nous aurons alors une économie prospère... tout autant que les civilisations les plus rayonnantes de l’antiquité... dont la santé économique ne tenait qu’à un fil (enfin, une bonne grosse chaîne) : l’esclavage.

              Est-ce donc cela votre projet de société, Adolphos ? Ou préférez vous la version XIXe siècle à la Germinal ?


            • RUDI (---.---.74.31) 4 juillet 2006 10:56

              c’est bien connu : il n’y a pas de pauvres aux usa champion du capitalisme...........


            • tho (---.---.248.31) 5 juillet 2006 13:47

              C’est tellement gros que je n’arrive pas a savoir si c’est serieux ou alors si c’est justement une caricature de ce que pourrait etre une politique ultra libérale sans régulation de l’état.

              De plus, ne voyez vous pas une incroyable incoherence quand vous dites « On conservera RMI, mais avec un travail à mi-temps obligatoire, ». Pourquoi serait on au RMI si on a un travail, s’il existe un travail pour ce rmiste pourquoi lui imposer ce travail comme une obligation et non lui l’offrir comme un droit.

              Cordialement.


            • joë (---.---.28.222) 7 juillet 2006 15:59

              (Par Adolfosse : Ainsi, on favorisera le travail des adolescents...)

              Beau programme nazzional-sozialime

              Q. : pourquoi attendre l’adolescence ? le travail dès l’âge de 7 ans ! Allez les salauds pauvres, à la mine !

              PETIT-ADOLPH AURAI-T-IL RATE SON CONCOURS AUX BEAUX-ARTS ?


            • armand (---.---.199.82) 30 juin 2006 12:43

              On ne pourra jamais empêcher un marginal de vivre... « en marge », mais le gros du problème est, bien évidemment, l’emploi et le logement. Soyons honnêtes, l’absence d’emplois non qualifiés, manuels, ainsi que la disparition du « parc social de fait », c’est à dire logements, garnis, qui n’ont pas fait l’objet de réhabilitations incessantes pour alimenter la spéculation immobilière,ont rendu la situation inenable à toute une catégorie de la polulation. Et si l’exigence minimale était le droit de louer ses bras et trouver un toit dont le prix serait proportionnel au salaire ? Mais dans ce cas il faut interdire le recours à la délocalisation.


              • Adolphos (---.---.59.170) 2 juillet 2006 12:35

                « Soyons honnêtes, l’absence d’emplois non qualifiés, manuels, »

                Arf ! Les horrible « petits boulots » que la gauche à combattus pendant 20 ans ? Non mais vous rêvez ! Nous ne sommes pas aux USA ! Non au petits boulots ! AH AH HA HA !!

                « pour alimenter la spéculation immobilière, »

                Il n’y a pas de « spéculation immobilière », la quasi totalité des achats/ventes le sont par des particuliers pour se loger (d’où d’ailleurs la hausse des loyers, car il y a moins d’investissements immobiliers pour louer).


              • faxtronic (---.---.127.73) 30 juin 2006 12:57

                Pourquoi il est impensable que le 5eme pays au monde se satisfasse des actions caritatives, les 4 pays s’en satisfont bien. Ne soyons pas arrogants. Desolé, mais non.

                Je sais que vous voulez la paix, le bonheur et la prsoperité partout. Vous avez voulu la paix au vietnam, soulager la souffrance des africains, liberer l’amerique du sud du fascisme, etc.... . Bien, mais maintenant vous assumez. Car ce que vous avez pas compris, c’est que la mondialisation c’est dans les deux sens. Nous étions riches libres et ils étaient pauvres et opprimés. Maintenant ils sont un peu plus riches et un peu plus libres, et nous un peu moins riches. C’est le principes des vases communicants : La mondialisation produit beaucoup de richesses, qui se repartit de façon assez homogene sur la surface du globe. Mais au niveau des individus, cela revient avoir des individus riches et des individus pauvres repartis de façon homogene.

                Avant l’europen pauvre etait plus riche que la plupart des africains riches. Demain il n’y aura plus ces differences.

                Souriez donc, un mendiant de plus en europe, c’est un petit enfant africain ou asiatique qui sourit de plus


                • Johan (au boulot) (---.---.150.54) 30 juin 2006 15:33

                  « Souriez donc, un mendiant de plus en europe, c’est un petit enfant africain ou asiatique qui sourit de plus »

                  Je ne suis pas sur, non. Pas dans les conditions de travail, et au vu des remunerations actuelles.

                  Si vous voulez un exemple, regardez Dubai : des batiments hyperluxueux construits par de la main d’oeuvre chinoise et indienne importee (qui a endette sa famille pour payer son billet), qui s’est vu confisque son passeport et dont le salaire paye a peine le bus pour se rendre au boulot et son dortoir insalubre.

                  En Chine c’est similaire : il faut un passeport pour se deplacer de region en region et les travailleurs des regions rurales sont en esclavage.

                  Vous me direz peut etre que c’est mieux que la prostitution enfantine ? Enfin les petites se vendent surtout aux touristes occidentaux qui peuvent se les payer. Et puis tant que ce sera infiniement plus lucratif que d’aller a l’ecole ou de travailler, ca perdurera.

                  La mondialisation ? Le transfert des richesses ?

                  Oui (SI) !

                  Pour l’instant un mendiant de plus en occident, c’est un esclave de plus au Sud.

                  Et dix millions de mendiants de plus, c’est un zero de plus sur le compte d’une poignee d’enflures.


                • faxtronic (---.---.183.158) 30 juin 2006 20:32

                  Tu as raison aussi. Mais la plupart du temps, les délocalisation d’usines ou de services apporte un bulle d’oxygene au habitants du pays hote. Je ne juge pas ce fait en bien ou en mal, car c’est franchement difficile.

                  Y’a l’approche national : je prefere avoir un chomeur en chine qu’un chomeur en france.

                  Y’a l’approche humanitaire : il ne faut pas qu’il y ait de chomeur.

                  Y’a l’approche darwinienne : j’ai un chinois et un français, hop je les met en concurrence, le meilleur rafle tout et l’autre meurs et le monde s’en porte mieux.

                  Y’a l’approche individualiste : je prends mon argent tant qu’il y en a et je m’« achete » un chinois.

                  Y’a l’approche protectionniste : Un chinois ? quel chinois ?

                  Y’a l’approche ethnomasochiste : je ne veux plus etre français, je veux etre chinois !!

                  Y’a l’approche imperialiste : Rules Gallica, gallica rules the world !

                  Y’a l’approche mercantile : He chinois, tu m’achete un porte-avion, je t’achete tes porte-savons

                  Etc... Non franchement c’est difficile de juger


                • rouladakar (---.---.68.181) 30 juin 2006 21:59

                  « Maintenant ils sont un peu plus riches et un peu plus libres, et nous un peu moins riches. » Pffff !! pour les « ils » c’est le cas des riches dans les quartiers riches du monde entier alors que les « nous » sont les pauvres . mondialisation quand tu me prends, les écarts tu creuse... sans frontière !


                • faxtronic (---.---.183.158) 30 juin 2006 22:27

                  Ben oui. Tu rejoint mon idée. La mondialisation ce n’est pas tout le monde est content. La mondialisation c’est aussi le partage de la misere. Mais au niveau macroscopique seulement. Au niveau local t’auras des riches cotoyant des pauvres partout dans le monde au meme degré. Mais t’auras plus de grande zones de pauvreté. Est-ce un bien, est-ce un mal. Je ne sais pas. C’est un bien car un grand nombre de personne dans les pays pauvres deviendront riches. C’est un mal car il y aura de plus en plus de pauvres dans les pays riches.


                • armand (---.---.199.82) 30 juin 2006 13:09

                  Au fait, tout en appréciant l’article, j’aime moins la référence, y compris photographique, au terroriste psychopathe Marat, dont la carrière sanglante a été interrompue fort heureusement par l’héroÎque Charlotte Corday.


                  • faxtronic (---.---.127.73) 30 juin 2006 13:30

                    En effet, marat est un vrai « ami du peuple », un fou furieux, un psychopathe. Mais bon ça pose un personnage et cela resume bien l’auteur.


                    • rudi (---.---.74.31) 30 juin 2006 13:38

                      fin de droits !

                      vla une expression « administrative » qui me fait grincer des dents depuis qu’un ahuri l’a inventé.

                      que signifie fin de droit ? plus le droit de respirer ? de dormir sous un toit ? dans un lit ? se passer de conjoint, de nourriture, de vie familiale ?

                      il y a des jours ou l’administration mériterait une bosse rossée à coup de batons.

                      nous aurons ce soir, apparemment, des enfants immigrés en fin de droit de résidence en france...

                      ben,si j’étais president, j’abolirai un tas de lois extremistes et injustes !


                      • nono (---.---.94.25) 30 juin 2006 13:40

                        Pour lutter contre la pauvreté faut que l’economie marche ... et c’est pas en suivant le partie socialiste et encore plus l’extreme gauche qui pour les premiers comprennent rien a l’economie de marche et les seconds refusent l’economie marché et prefere le modele qui fait 100 millions de morts durant le 20em siecle que la france permettra a tout ces citoyens de s’enrichir et de bien vivre de son travail.....

                        Les utopistes de gauche et les dangereux timbres de l’extreme gauche me paraissent plus que mal barré pour relever le challenge.... mais quand on voit comment les idées de l’extreme gauche sont banalisés dans notre pays... plus rien ne m’etonne.... continuons les doux reveurs qui ont la securité de l’emploi a vie et qui font les bastions des syndicats nous representatifs hypothéque l’avenir... puisque tout le monde trouve cela normal... on doit pas encore atteint le pic de la crise pour se remuer le cul et arreter de rever.... les reves du public (les fonctionnaires) se font sur le dos des salaries du privé.... fonctionnaires a qui ont payent les salaires avec des credits... qui a dit qu’il n’y avait plus de privilège dans notre république en 2006 ?


                        • Ami du Peuple Ami du Peuple 30 juin 2006 14:11

                          Merci à tous ceux qui par leur délire, de quelque couleur qu’il soit, alimentent, de manière constructive, la réflexion politique actuelle sur les solutions que notre pays pourrait mettre en oeuvre.

                          Il est temps de penser à l’avenir, Mesdames, Messieurs, et cesser de demander au passé de trouver des responsables.

                          Le sens, semble-t-il caché, de cette contribution est de demander à nos candidats de réagir et de proposer leur(s) solution(s), même partielle au problème que nous vivons tous, chaque jour, en vivant dans la rue ou en tournant la tête pour ne pas voir.

                          Mais cela, chers lecteurs et commentateurs de cet article, vous ne l’avez pas vu. Dommage. Vous rendez-vous compte que vos représentants ont encore décidé de faire campagne sans vous ? Répondent-ils vraiment à vos préoccupations quotidiennes, après leur beau discours ? Quels moyens et quelle énergie vont-ils employer à satisfaire vos besoins personnels ?

                          Nos représentants sont élus pour nous. Il est donc temps qu’ils répondent à nos questions. La pauvreté fait partie des principales plaies de notre société française.

                          Aujourd’hui, il n’est plus temps de se quereller pour savoir combien et quand nous nous sommes trompés mais bien qu’allons-nous faire.

                          Au tribunal de l’avenir de la France et de son peuple, la parole est aux candidats. Nous vous écoutons.


                          • faxtronic (---.---.127.82) 30 juin 2006 14:35

                            Eh quoi, tu pense que tu peux changer quelque chose, tu pense que la france peut changer quelque chose aux mecanismes que tu decries. Et non, car la raison de ces mecanismes est plus forte que nous. Toi qui te deguises en Marat, sais-tu que la situation economique etait si precaire sous la revolution que le peuple a prefere le tyran napoleon. Et quoi, tu crois que le front populaire a change en bien quoi que se soit. Lis donc l’evolution du chomage et du pouvoir d’achat pendant le front populaire. Certes il y a eu les vacances, mais le peuple a vraiment souffert de l’inflation resulatant. Tu te trompe, quoique tu fasse se tournera irremediablement contre toi si tu pense defier les lois du marche. Car c’est triste mais c’est ainsi, depuis toujours et partout dans le monde, le pain devient plus cher si il manque de la farine, et habitue-toi a voir de plus en plus de misereux en bas de chez toi, car ce n’est que le debut. Va en inde, va au vietnam, et tu verras que la misere noire dans le monde est enorme, gigantesque, et que la mondialisation, si decriee, soulage la population locale. Mais le prix a payer est la misere noire pour certain d’entre nous.


                          • Marsupilami (---.---.176.12) 30 juin 2006 14:59

                            Ouaf !

                            @ Faxtronic

                            « La misère noire pour certains d’entre nous »...

                            J’espère que toi personnellement tu ne fais pas partie de ces miséreux, mais que ce sont d’autres que toi. Sinon, ce serait vraiment inique.

                            Quand à l’Ami du Peuple Marat, c’était à la fois un très grand scientifique et un exalté-extrémiste politique assassin. Comme quoi les deux sont compatibles...

                            Houba houba !


                          • gem (---.---.117.250) 30 juin 2006 16:57

                            Marat scientifique ? C’est la première fois que je vois ça ! Non pas que « scientifique » et « exalté extrémiste assassin » soit incompatible...

                            De toute façon la qualité de « scientifique » (en la supposant fondée) n’excuserait rien. Prendre la raison sociale de « l’ami du peuple », c’est un peu comme prendre « radio des mille collines » ou « Gringoire » : un mieux une faute de gout, au pire « tout un programme ».


                          • Marsupilami (---.---.176.12) 30 juin 2006 17:11

                            Ouaf !

                            Si tu n’as pas lu mon lien précédent, en voici un nouveau attestant que Marat était un très grand scientifique.

                            Houba houba !


                          • gem (---.---.117.250) 30 juin 2006 18:21

                            Marsu, t’es gentil et je t’aime bien, mais rien de ce qui est écrit là ne donne à Marrat la qualité de « très grand scientifique » (Et Newton s’était planté sur les couleurs ...). Et de toute façon, encore une fois, on s’en fout !


                          • faxtronic (---.---.183.158) 30 juin 2006 20:12

                            A maursupilami,

                            Mouais, je sais que si je tombe dans la misere, ce qui peut arriver, je n’aurais d’autre secours que ma famille. Ou partir et refaire ma vie. Je ne compte pas sur le reste de la société. Ce genre de risque existe et existera. Mr Marat parle de candidat, donc de gouvernement, pour que la misere n’existe plus. Je dis que c’est un leurre et que la misere, helas, deviendra de plus en plus courante. La vie est tres instable, il faut s’en faire une raison et vivre avec. Je ne suis pas chrétien, je suis cynique, dans le vrai sens du terme. Je suis un chien civilisé, avec un petit noeud bleu ciel autour du cou. Que l’on m’arrache ce noeud (n’importe quoi peut le faire), je redeviendrais un chien et je rejoindrais ma meute.

                            Et je boufferais des animaux jaune et noir bondissant avec une longue queue, Waouf !


                          • faxtronic (---.---.183.158) 30 juin 2006 20:20

                            A marsupilami,

                            T’a raison, marat etait un scientifique, puis un journaliste, puis un assassin sanguinaire. C’est pas imcompatible du tout du tout. (On peut etre aussi artiste peintre et etre un cinglé monstrueux pour terminer au fond d’un trou en 1945). Et pourtant on a de lui que le souvenir d’un tyran (je suis revenu a Marat la). Moi il y a Danton, aussi cinglé et fanatique que Marat a mon avis. Georges Danton a dit un peu avant sa fin politique (un fin politique en 1794 avait une autre gueule qu’aujourd’hui....), grosso modo, « tant pis si je meurs, j’aurais fait beaucoup de bruit dans ma vie ». Putain, voila un type qui a eu un destin énorme, qui a fait beaucoup de bruit, et qui meurs de façon royale, si j’ose dire smiley. Fin de l’apparté.


                          • Marsupilami (---.---.33.161) 1er juillet 2006 10:31

                            Ouaf !

                            @ Faxtronic

                            J"ai moi aussi une forte dose de cynisme au sens hellénistique mais contrôlée par une un peu plus forte dose d’humanisme (quoique, des fois c’est le contraire, ça dépend des moments et des situations). Et je te rappelle que lorsque ma longue queue se transforme en boule-poing, je peux anéantir des meutes de chiens.

                            Houba houba !


                          • faxtronic (---.---.183.158) 1er juillet 2006 11:41

                            Ben moi pareil. Sauf que des fois il y a aussi de la colere qui brouille tout. Et franchement je deviens debile lorsque je me met en colere. Et je m’en excuse. Toi tu chasse le nazislamiste, moi c’est le declinologue qui me fait montrer des dents.


                          • Tupiac (---.---.186.86) 1er juillet 2006 13:26

                            Non, ce n’est pas incompatible ; Pol Pot, le chef des Khmers Rouges, est sorti de la Sorbonne.

                            Un criminel est d’autant plus dangereux qu’il est intelligent.


                          • Marsupilami (---.---.222.84) 1er juillet 2006 16:50

                            Ouaf !

                            @ Faxtronic

                            Les déclinologues me font autant chier que les nazislamistes ou les scientistes positivistes ou les gauchistes ou les fachos, les simplistes ou les footeux et tous les fanatiques quels qu’ils soient, etc.

                            Autant dire que la constipation, connais pas.

                            Houba houba !


                          • Yves (---.---.68.44) 1er juillet 2006 20:46

                            Et toi , bien sûr ... , t’es la seule « tronche » du Forum .... !!!!

                            - Plus infatué et arrogant ... tu meurs ... !!!


                          • nofoot (---.---.94.25) 30 juin 2006 16:32

                            des généralites des bons sentiments... rien de concret ....

                            bref de l’ideologie qui ne se traduit par rien de concret comme d’hab de la masturbation intellectuelle ....

                            Un travail digne d’un universitaire au chomage ou fonctionnaire de l’etat dons nos universités saven tres bien fabrique.... on devrait ouvrir un doctorat en utopie en france....

                            Un papier qui n’a que le mérite de remplir le vide des colonnes en ce debut de mois de juillet....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès