Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Etats Généraux de la Femme, quelle image 40 ans après ?

Etats Généraux de la Femme, quelle image 40 ans après ?

Une de ces journées où l’on se dit : c’était bien d’y être ! Une de ces manifestations où l’on est fière d’être une femme, d’être entourée par d’autre femmes présentes pour la même cause : faire entendre les voix féminines pour défendre nos intérêts ! Pas de féminisme dur pour autant mais des coups de gueule, des constats et des propositions !

Le magazine Elle relançait, 40 ans après ses premiers Etats Généraux de la Femme de 1970, la seconde édition de cet ambitieux projet. Des Etats Généraux ouverts sous la présidence d’une grande dame emblématique du combat des femmes ces 40 dernières années : Simone Veil, acclamée, que dis-je - ovationnée par l’assemblée à majorité féminine bien sûr, ce vendredi 7 mai dans l’enceinte de Sciences-Po Paris. Des Etats Généraux qui ont consisté, pendant 6 mois, à recueillir les témoignages de femmes dans plusieurs villes de France, à travailler sur des thématiques comme le travail, la famille, la maternité, la sexualité, l’éducation, la formation, la situation économique de la Femme française. En s’appuyant également sur des associations, des chercheuses, des expertes métiers, la rédaction de Elle a finalement réalisé un livre blanc contenant 24 propositions remis en mains propres au Premier Ministre François Fillon et sur lequel il s’est engagé, à répondre dans le prochain n° du magazine féminin ! (bon coup marketing au passage pour le magazine..)

Au cours de cette journée, des femmes reconnues (Anne Lauvergeon présidente du directoire d’Areva, Cécile Duflot, porte-parole du parti politique des Verts, Nathalie Kosciusco-Morizet, secrétaire d’Etat à la prospective et à l’économie numérique, Claude Halmos, pédo-psychologue réputée, Anne Parisot, présidente du Medef, Juliette Abécassis, écrivain, Brigitte Grésy auteur du petit traité contre le sexisme ordinaire....etc) se sont exprimées lors de tables rondes sur des thématiques diverses telles que les femmes et le pouvoir, de nouvelles formes de travail, la maternité et la sexualité, la violence, ou encore les stéréotypes encore trop présents dans la société française.

On peut reprocher toutefois à cette journée de ne pas être rentrée davantage dans le vif du sujet de certaines des thématiques abordées, en posant concrètement les faits tels que les nouvelles formes de travail, les disparités économiques hommes/femmes, l’émergence de femmes créatrices d’entreprises,

les réseaux sociaux féminins ou toutes les formes de solidarité existante et en expansion qui auraient permis de brosser un profil de la nouvelle femme de 2010.

Car de 1970 à 2010, les choses ont heureusement évolué (quelques grandes dates marquantes à la fin du post sur la femme dans tous ses états sur jobetmaman), les manières d’envisager sa vie de femme et - le cas échéant - de mère, ont beaucoup changé, les mentalités également...avec un frémissement d’intérêt grandissant depuis 2/3 ans pour les questions de parentalité et de parité homme/femme ….avec la conscience générale que les femmes ont un rôle à jouer dans les sphères économiques, politiques, artistiques, etc (n’en déplaise aux vieux machos conformistes)…..et pourtant tant de choses restent encore à faire !!

IMG_4897.JPG

Je reste cependant un peu perplexe quant au discours un tantinet trop misérabiliste invoqué quelquefois au cours de cette journée notamment avec Juliette Abécassis qui a brossé un tableau déprimant de la femme d’aujourd’hui (bonne à tout faire et tellement submergée, malgré ses efforts pour tout gérer, et par ses enfants, qu’elle se fait plaquer et surnage dans les difficultés en tous genres mais en gardant la tête haute)...tableau certes réaliste mais pas universel heureusement . La femme d’aujourd’hui a des combats à mener... mais elle est nettement plus autonome, affranchie et épanouie qu’auparavant !!

Enfin, l’image de la femme séductrice véhiculée par les médias et dont Elle se fait largement l’écho, contribue à imposer encore aujourd’hui des stéréotypes machos (justement combattus et défendus par une invitée de Elle, Brigitte Grésy de la commission de Michèle Reiser sur l’image des femmes dans les médias) franchement antinomyques avec le positionnement libératoire de la Femme affiché dans ces Etats Généraux... Dommage qu’un média de cette ampleur continue de dévoiler la femme sous ses aspects séducteurs essentiellement en omettant le plus souvent de la montrer comme une femme active, cultivée, curieuse, autonome financièrement, et avec un cerveau ! Eh oui je sais que ça en étonnera quelques-uns mais la femme pense et réfléchit !

Néanmoins, je suis ressortie de cette journée ragaillardie, boostée, en me disant que -au moins pendant quelques jours- la presse allait parler de notre cas, à nous les nanas !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • mariner valley mariner valley 11 mai 2010 11:29

    MLF, SPA même combat.......... smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley


    • zelectron zelectron 11 mai 2010 16:15

      "Eh oui je sais que ça en étonnera quelques-uns mais la femme pense et réfléchit !"
      ...et oui comme les hommes : pas à tout !


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 mai 2010 17:44

        @L’auteur,
         Bon article.
         Ne quittez pas, la semaine prochaine, je reviendrai sur le sujet.
         Chaque chose en son temps, bien sûr. smiley


        • tourn en ron 12 mai 2010 15:42

          ces humide par ici vous trouver pas ?


          • tourn en ron 12 mai 2010 15:46

             smiley hmmm hmmm


            • yvesduc 12 mai 2010 21:16

              Merci pour cet article qui donne envie d’en savoir plus sur cette journée.


              • Morgane Lafée 31 mai 2010 19:16

                "Je reste cependant un peu perplexe quant au discours un tantinet trop misérabiliste invoqué quelquefois au cours de cette journée notamment avec Juliette Abécassis qui a brossé un tableau déprimant de la femme d’aujourd’hui (bonne à tout faire et tellement submergée, malgré ses efforts pour tout gérer, et par ses enfants, qu’elle se fait plaquer et surnage dans les difficultés en tous genres mais en gardant la tête haute)...tableau certes réaliste mais pas universel heureusement . La femme d’aujourd’hui a des combats à mener... mais elle est nettement plus autonome, affranchie et épanouie qu’auparavant !!« 

                Je n’ai pas suivi ce débat mais je réagis à ce paragraphe. Le problème avec la catégorie de la population qu’on appelle »les femmes", c’est qu’elle touche toutes les couches de la société. Par conséquent, il y a forcément des disparités dans l’évolution de la condition féminine. Un exemple : l’accès à la contraception. On se doute bien que d’une classe sociale à l’autre, toutes les femmes ne sont pas égales devant la pilule et les nombreux moyens de contraception. Déjà l’accès à l’information n’est pas le même partout. Ensuite, il y a le prix : 30 euros la boîte non remboursée, c’est pas rien quand on gagne mal sa vie. Et beaucoup de pilules ne sont pas remboursées, alors que la diversité de l’offre correspond à la diversité des profils médicaux.
                En outre, on peut pas dire que les media communiquent beaucoup sur la contraception, sujet dont ils se sont largement désintéressés - à part à la limite le préservatif masculin, puisque la communication s’adresse aux hommes et leur donne d’une certaine manière le pouvoir...

                Donc avant de juger « misérabiliste » les discours qui rappellent que pas mal de femmes sont sur le carreau, il faut tenir compte de ces disparités. Les mentalités restent encore très machistes dans beaucoup de famille. Et une fois dans le monde professionnel, il y a encore tout un tas de disparités selon les milieux, les niveaux de salaire, etc.
                Quant aux femmes surmenées, vous avez raison de souligner que les choses ont évolué dans la vie de famille, ne serait-ce qu’avec l’indépendance financière des femmes. Mais il faut bien reconnaître une vérité : dans la plupart des couples, même à journée de travail égal entre l’homme et la femme, c’est quand même la femme qui fait la majeure partie des tâches domestiques, ces messieurs ayant encore l’impression d’avoir accompli un exploit dès qu’il font la moitié de la vaisselle...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès