Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Etrangers : le droit de voter ou d’être élus ?

Etrangers : le droit de voter ou d’être élus ?

Ce serpent de mer ressort régulièrement souvent fort à propos et il est légitime de se demander si l’objectif de ce sujet particulièrement sensible n’est pas seulement de faire du buzz. Il participe à une agitation démagogique et politique, alors que les véritables problèmes auxquels sont soumis la majorité de la population sont les inégalités sociales, le chômage, la précarité et les discriminations racistes, sexistes ou homophobes.

L’on nous parle souvent de droit et de devoirs, mais le droit de délocaliser, de casser la sécurité sociale et les retraites, le droit de détruire le code du travail, d’exploiter les salariés, de s’octroyer les biens public, ou de vider les caisses de l’état, reste-t-il aussi attaché à la nationalité française ?

Il faut quand même rappeler que le vote des étrangers aux élections locales existe déjà depuis un bon moment en France : tous les citoyens étrangers européens installés en France peuvent déjà voter aux élections locales sans qu’il leur soit demandé de changer de nationalité ! La citoyenneté c’est vivre dans un pays, y payer ses impôts, exercer ses devoirs, respecter ses lois et bénéficier des droits correspondants. Cela n’a strictement rien à voir avec la nationalité.

La constitution du 24 avril 1793 déclarait : « Tout homme né et domicilié en France, âgé de vingt et un ans accomplis, tout étranger de vingt et un ans, qui, domicilié en France depuis une année, y vit de son travail, ou acquiert une propriété, ou épouse une Française, ou adopte un enfant, ou nourrit un vieillard, tout étranger enfin qui sera jugé par le Corps législatif avoir bien mérité de l’Humanité est admis à l’exercice des Droits de citoyen français. » En 1793, ils avaient déjà compris que la citoyenneté, et le droit de vote qui lui est attaché, est complètement déconnecté de la nationalité.

En 1871 la Commune de Paris ouvre la citoyenneté aux étrangers, et fait unique dans l’histoire mondiale, plusieurs étrangers occupent des postes importants, du général polonais au ministre hongrois.

En 1958, l’Algérie était française. Avec 3 départements, elle faisait partie intégrante de la France, disait-on. Il y avait une assemblée Algérienne. Seulement, pour cette assemblée, 8 millions d’Algériens ne pouvaient pas élire un député de plus que les 800 000 Français … de souche ! Il ne faut pas tout confondre, la classe dirigeante n’avait aucune envie de voir arriver des autochtones, avec lesquels il aurait fallu partager le pouvoir et les privilèges. Voila en fait, la véritable inquiétude !

A droite l’on ne manque pas d’air lorsque l’on prétend que cette loi risque de diviser les Français ! La droite a la mémoire courte, parce qu’il n’y a pas si longtemps, sous la houlette de son super président, elle n’a eu de cesse de diviser les français et, cela dans tous les domaines ! En quelques années, elle a réussi à dresser les pauvres contre les plus pauvres, les précaires contre les chômeurs, et de faire des fonctionnaires et des immigrés les responsables de la crise ! Elle a aussi réussi à faire de tous les français des fraudeurs en puissance, qui mettraient en danger les comptes de l’état.

Le droit de vote des étrangers pourrait inciter les Français d’origine étrangère à voter, et avoir un effet positif sur l’intégration. De toute façon, la réforme inclut une présence minimale de cinq ans dans l’hexagone. Cinq ans c’est déjà le temps qu’il faut avoir passé sur le territoire pour pouvoir demander la nationalité française, et obtenir le droit de vote qui va avec, donc cela n’a rien d’une réforme révolutionnaire. De plus, un immigré ne pourrait participer qu’aux élections locales. Mais en filigrane ce qui inquiète de nombreuses personnes c’est l’éligibilité des étrangers et la peur de les voir siéger dans les conseils municipaux. Donc au final, pour la majorité de nos concitoyens, le vrai problème, ce n’est peut-être pas de donner aux étrangers le droit de voter, mais plutôt le droit d’être élus.

http://2ccr.unblog.fr/2012/09/21/le-droit-de-voter-ou-detre-elus/

A lire également : PATRIOTISME ET NATIONALISME

Cette nouvelle version modifiée remplace l’article : « Faut-il laisser voter les étrangers ? » publié le 27 novembre 2011 sur Conscience Citoyenne Responsable


Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Romain Desbois 24 septembre 2012 09:09

    Certains pensent que la gauche se cherche des électeurs. Il faut juste constater que le PS dirige presque tout aujourd’hui.

    Certains pensent que les immigrés votent à gauche, rien n’est moins sur si l’on se base sur la dernière élection tunisienne où l’on a appris que les tunisiens vivants en France ont voté plus intégriste que leurs concitoyens sur place.


    • JEAN LE PEREGRIN JEAN LE PEREGRIN 24 septembre 2012 20:34

      Bonjour Romain,


      Sur le lien joint vous verrez que les musulmans (qui représentent une grande part des immigrés) votent majoritairement (et plus !) à gauche. 93 % pour Hollande à la derniére Présidentielle par exemple.
      Sociétalement (droit des femmes, homosexualité, etc...) les musulmans sont de fait à l’extréme droite -comme tous les intégristes, d’ailleurs, mais leur interêt bien compris les incite ici à voter à gauche. De fait les musulmans peuvent voter extréme droite dans leur 1ére patrie (Tunisie ou Algerie par exemple) et à voter à gauche dans leur 2éme patrie qui leur fournit assistance et sociale et discrimination positive. 

      Ce qui est vrai des double nationalité (quand même 15 à 20 % de l’électorat) le sera sans doute pour les immigrés encore étrangers.

    • epicure 24 septembre 2012 21:43

      @Par JEAN LE PEREGRIN (xxx.xxx.xxx.130) 24 septembre 20:34

      quelques rectification :
      les musulmans qui votent aux présidentielles sont forcément français de nationalité. Mais il possible que par rapport à la population non musulmane il y en ait beaucoup qui soient des enfants d’étrangers voire des bénéficiaires du droit du sol.

      Les musulmans pratiquants n’ont pas voté pour la mariage homo, mais contre sarkozy, lassés des dérives et appels vers l’extrême droite ... occidentale, qui est identitairement adversaire avec les musulmans ( mais pas idéologiquement ).

      Comme tu le dis, les musulmans pratiquants, comme les catholiques ont en général des positions de droite voire d’extrême droite. Il y aune relation statistiques, entre le degrés de pratique religieuse, le taux d’adhésions aux dogmes, et la position plus à droite au niveau idéologique, autant pour les chrétiens que pour les musulmans ou les juifs.

      Du fait que la droite française dure qui est porteuse des valeurs conservatrices ou réactionnaires, est pour des raisons identitaires plutôt hostile à l’islam dans ses manifestations les plus conservatrices et réactionnaires, du coup la droite religieuse musulmane se trouve en porte à faux avec tout l’échiquier politique français, et n’a pas de parti pouvant bien représenter leurs opinions.
      Heureusement pour eux ( pas pour la gauche sauf au niveau comptable ) qu’il y a les gauchistes pour les défendre, au nom de la tolérance, de la défense des minorité, et parfois les accueillir.


    • LE CHAT LE CHAT 24 septembre 2012 10:33

      il serait anormal que nos sénateurs obtiennent leur trône par des maires élus par des étrangers , mais on peut supprimer le Sénat en ces temps d’austérité .

      la réciprocité aussi pose problème , parle t on d’accorder le droit de vote aux élections locales aux français vivant en Tunisie par ex ?


      • Romain Desbois 24 septembre 2012 12:42

        Oui supprimons le Sénat !!!!

        Pour la réciprocité, c’est un peu plus complexe.

        Allons nous accorder la peine de mort pour les ressortissants de pays qui la pratiquent ?

        Une sorte de loi du talion ?


      • JEAN LE PEREGRIN JEAN LE PEREGRIN 24 septembre 2012 20:40

        Oui supprimons le Sénat : ça ne sert à rien, ça coûte la peau des fesses !


        Quant à la réciprocité c’est le minimum....C’est d’ailleurs le cas pour les étrangers européens qui votent ici.
        Notons que pour certains pays cela pourrait s’arranger trés vite : voir le Maroc.

        Notons que la réciprocité est un principe essentiel dans nos échanges en général : nous n’extradons pas un étranger dans un pays où il risque la peine de mort qui n’est pas applicable ici, par exemple.



      • arobase 24 septembre 2012 12:32

        supprimons les électeurs, remplissons les urnes de bulletins et jetons les à la mer. puis nous nous battons et celui qui gagne est élu disait astérix ;


        l’essentiel n’est pas de savoir qui vote, mais pour quel résultat.

        aujourd’hui un polonais qui passe par chez nous et puis s’en va a le droit de vote. le droit de peser sur l’avenir d’un pays dont il n’a rien à foutre. un travailleur qui est là depuis des décennies, partage notre destin n’a pas le droit. 


        • Romain Desbois 24 septembre 2012 12:44

          « L’important n’est pas d’où tu viens, mais ce que tu es !
          L’important n’est pas qui tu es, mais ce que tu fais ! »
          RomainLutèce


        • JEAN LE PEREGRIN JEAN LE PEREGRIN 24 septembre 2012 20:44

          Bonjour Arobase,


          Le polonais qui « passe chez nous » comme vous dites partage la même nation en devenir que nous : l’Europe.
          De là la réciprocité.
          Ceci dit , s’il n’a que ça qui vous gêne, cassons cette Europe qui nous détruit, supprimons le droit de vote réciproque.
          Quant à ceux qui sont là depuis des années, ils peuvent choisir de devenir français.

        • Yvance77 24 septembre 2012 13:18

          Salut,

          Vous vous arrangez bien avec l’histoire on dirait !

          En 1793, ils avaient déjà compris que la citoyenneté, et le droit de vote qui lui est attaché, est complètement déconnecté de la nationalité.

          Primo presque la moitié des votant se sont abstenus ou sont allés à la pêche
          Secondo, cette constitution ne fut jamais appliquée

          On peut se dire que l’utopie est la meilleure des politiques, mais si on ne la met jamais en oeuvre à quoi bon ?


          • JEAN LE PEREGRIN JEAN LE PEREGRIN 24 septembre 2012 20:53

            Et pour en finir avec cette loi de 1793, il faut dire qu’elle n’a jamais vraiment été appliquée ; faut dire que ça posait probleme : entre un Kosciusko qui nous poussait à la guerre contre la Russie, un Tom Paine qui ne comprenait rien à ce qui se passait mais était néanmoins prêt à exterminer tous les Vendéens (un partisan de la peine de mort !) , et tous les espions et traitres en puissance ainsi infiltrés....


          • sleeping-zombie 24 septembre 2012 16:14

            Hello

            Donc au final, pour la majorité de nos concitoyens, le vrai problème, ce n’est peut-être pas de donner aux étrangers le droit de voter, mais plutôt le droit d’être élus.

            Au final ? ça n’a jamais été que ça. Il suffit de discuter 30 secondes avec quelqu’un qui soit contre pour le remarquer.
            Un peu comme le droit de vote des femmes à l’époque (pas si lointaine d’ailleurs)....


            • JEAN LE PEREGRIN JEAN LE PEREGRIN 24 septembre 2012 20:59

              Droit de vote et droit d’être élu vont de pair. Je ne vois même pas comment on peut concevoir que ce demi-droit tienne la route plus de 10 ou 20 ans ...


              Pour le droit de vote des des femmes il est amusant que de constater que c’est la Gauche qui s’y est toujours opposé ! Il a fallu un grognard de Droite , un De Gaulle, pour faire passer ça !

              Pour simplifier : les mêmes qui étaient contre les droits des femmes il y a 70 ans sont pour le droit de vote des étrangers aujourd’hui. Il y a des ADN pourris qui ne changent pas !

            • epicure 24 septembre 2012 22:08

              "Le Sénat constitue le principal point de blocage institutionnel à l’adoption de la mesure45. Traditionnellement plus conservateur que la Chambre des députés, il est dominé par le parti radical. Les radicaux du Sénat diffèrent cependant sensiblement de leurs homologues de la Chambre basse qui se prononcent en faveur de la proposition : plus âgés en moyenne, ils se recrutent principalement dans l’aile droite du parti"

              1) ce n’est pas la gauche, mais plutôt le centre qu fait blocage, et surtout son aile droite au sénat, puisque chaque fois c’est le sénat qui rejette le changement.

              2) la gauche avait instauré le droit de vote des femmes, avec d’autres mesures en avance sur leur temps , lors de la Commune de paris.

              3) en fait ce n’est pas de gaulle tout seul qui a établit le droit de vote des femmes, mais un comité multipartis, regroupant les divers courants de la résistance, donc la gauche aussi.


            • Dolores 24 septembre 2012 19:06


              Le droit de vote aux étrangers ? OK !

              Mais l’étranger doit nous accorder la réciprocité. Ce qui n’arrivera jamais !


              • cassandre4 cassandre4 25 septembre 2012 00:34

                Pourquoi, diable, vouloir faire voter les étrangers quand le pouvoir ne tiens déjà aucun compte du vote des Français ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès