Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Féminisme et religion

Féminisme et religion

Raphaël Liogier est sociologue spécialiste des religions. Il a étudié l’apparition dans les années 2000 d’un nouveau fondamentalisme musulman à travers la question du voile intégral.

Il indique (Ouest France 26/01/2016) que les jeunes femmes qui le portaient avait selon lui un discours proche du new age : « Le voile et l’Islam sont bons pour la santé ; la prière me fait du bien ; je veux être dans le rapport à l’autre… ».

Arrêtons-nous un instant sur cette dernière affirmation : comment être dans le rapport à l’autre lorsque que l’on masque son visage ? A moins que ce principe ne s’applique uniquement que par soumission à un code édicté par des prescripteurs davantage préoccupé par leur propre souhait de domination que par l’observance d’un code religieux par ailleurs très flou, s’agissant du voile, intégral ou pas.

Une seconde hypothèse, mais qui rejoint la précédente, consiste à penser que la religion musulmane a décidé d’être visible et pour qu’elle le soit, préconise que la moitié de ses membres doit renoncer à la liberté de s’habiller comme elle le veut et donc de vivre en marge du code des femmes du pays où elles résident.

La question du « rapport à l’autre » semble d’autant plus sujette à caution que dans ce cas elle répond davantage à un prosélytisme qui impose ses codes qu’à un véritable art de vivre tenant du new age. Rappelons-nous que cette revendication du voile est relativement récente et que notre pays y est confronté depuis un peu plus d’une vingtaine d’année. Or, que je sache, notre pays n’a pas été « envahi » récemment par une immigration incontrôlée, et c’est bien à un tournant qui se prévaut de la religion mais qui sous-tend un comportement patriarcal que nous devons cette mode.

Pas sûr, donc, que toutes les femmes musulmanes acceptent de gaîté de cœur de s’habiller comme le veulent les mâles qui leur imposent leur manière de voir les choses, mais sous la pression du voisinage, du quartier, d’un prêcheur, de la famille (mais pas toujours) ou tout autre, certaines se résignent sous la pression sociale exercée.

Emportés par leur élan, certains prêcheurs devisent allégrement sur les feux de l’enfer qui guettent la femme qui sort non voilée et sur sa capacité ou non à refuser d’accomplir le devoir conjugal sous « l’injonction » de son mari.

Nous regardons ce qui se passe ailleurs, notamment dans ces pays prescripteurs de ces règles de vie qui nous sont étrangères, mais que nous regardions de loin tant que nous n’étions pas interpellés. Aujourd’hui, notre perception des choses a changé et nous ne sommes plus indifférents à ce qui se passe dans ces pays patriarcaux où la femme est considéré comme un être de seconde zone, qui peut être répudiée, violée sans que les violeurs soient inquiétés outre mesure, vitriolée ou lapidée.

Nous considérons donc cela comme un sous-statut qui nous choque parce que conduisant, selon nos critères, à la marginalisation de certaines de nos compatriotes, à leur quasi assignation à résidence, toutes choses impensables en France où l’égalité des sexes ne semble plus faire débat.

L’égalité des sexes est un acquis dans nos sociétés et nous devons combattre pour qu’il le reste et qu’il s’applique à tous, mais sommes-nous bien certains que le mouvement de libération de la femme dans les années 70 n’a pas pris un coup de vieux ?

Face à la crise économique, la pression sociale trouve toujours à s’exercer et le discours de la femme au foyer pour élever ses enfants est toujours présent. Le discours paternaliste, mais aussi religieux est toujours là avec comme arrière-plan la femme soumise. Les choses se sont encore aggravées par l’augmentation du nombre de divorces qui laissent immanquablement la femme, passé 45/50 ans, sur le carreau, sans ressources et sans statut social.

La pub et de nombreux reportages nous incitent également à considérer la femme comme seule dépositaire de l’obligation des tâches ménagères, de l’éducation des enfants, pendant que l’homme forcément très occupé ou fatigué par son travail ne participera à ces tâches que ponctuellement. C’est toujours une femme qui fait une double journée travail/maison que l’on met en scène pour vendre des produits tout préparés pour le dîner du soir qui lui faciliteront la vie pendant que les hommes s’égosilleront devant le match de foot à la télé, une bière à la main…

Tant pis pour elle, donc, si elle a choisi de travailler… Elle doit assumer, y compris quand elle est confrontée au harcèlement de rue ou aux « frotteurs » dans les transports en commun quand elle se déplace

Le machisme rampant est toujours là. Il s’exprime différemment, par les différences salariales hommes/femmes en entreprise, la difficulté qu’ont les femmes à rentrer dans les comités de direction, ou bien dans des initiatives tendant à offrir aux femmes des formations pour leur apprendre à concilier leur vie professionnelle et leur vie privée (à Europe 1). Des formations destinées à gérer le stress, mais pas les causes qui peuvent relever de la sphère privée ou du management de l’entreprise.

On disserte doctement de la place de telle ou telle religion dans notre pays, on imagine des mesures cosmétiques destinées à mieux les intégrer dans le paysage. Les musulmans sont aujourd’hui accusés de toutes les turpitudes alors qu’ils n’aspirent pour la plupart qu’à avoir les mêmes droits que les autres religions. Nous ne devons pas être choqués par ces aspirations, mais le problème n’est pas religieux et il faut que nos gouvernants arrêtent de se précipiter dans les lieux de cultes dès qu’un acte barbare ou un fait divers se produit. Il leur revient d’observer une stricte neutralité et de rappeler les règles qui s’appliquent dans notre pays, à savoir la laïcité, qu’ils ne défendent que mollement actuellement, réaffirmer fermement l’égalité entre les sexes, et appliquer le droit en vigueur pour rappeler qu’il n’existe aucune sous-catégorie de Français et aucune autre communauté que nationale.  


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


    • colere48 colere48 28 janvier 11:45

      @colere48

      Ooupsss le lien n’a pas fonctionné : le lien corrigé


    • philouie 28 janvier 11:48

      @colere48
      ce qui prouve bien que le wahhabisme n’est pas l’Islam.


    • La mouche du coche La mouche du coche 28 janvier 12:47

      L’auteur confond voile et voile intégral. Rien ne nous dit qu’une femme voulant porter un voile veuille cacher son visage. La différence est très importante.


    • Michel DROUET Michel DROUET 28 janvier 13:07

      @colere48
      Très, trop caricatural !


    • Michel DROUET Michel DROUET 28 janvier 13:12

      @La mouche du coche
      Je ne confonds pas. Je m’inquiète d’une forme de dérive conduisant à la mise à l’écart progressive des femmes dans notre société et je considère que le voile est un des premiers signes. J’essaye d’analyser la situation de l’égalité homme femme dans notre pays que je ne considère pas brillante. 


    • colere48 colere48 28 janvier 14:17

      @philouie

      Exact ! mais il s’en réclame ...

      c’est pourquoi loin de tout amalgame, et pour les évités, c’est aux musulmans que revient le devoir de dénoncé ces usurpateurs !
      Taper sur ’l’occidental" comme origine de tous les maux ne résoudra pas le problème de salafisme et wahhabisme .


    • colere48 colere48 28 janvier 14:32

      @Michel DROUET

      Très, trop caricatural !

      Ah oui , vraiment ? !!


    • philouie 28 janvier 17:54

      @colere48
      il n’y a pas d’usurpateur à dénoncer.
      L’islam est une religion tolérante qui veut que ce sont les musulmans eux-mêmes qui décident pour eux-mêmes.
      Si des femmes veulent porter le tchador, qu’elles le portent !


    • sampiero sampiero 28 janvier 20:50

      @philouie


      « L’islam est une religion tolérante qui veut que ce sont les musulmans eux-mêmes qui décident pour eux-mêmes.

      Si des femmes veulent porter le tchador, qu’elles le portent ! »

      La religion musulmane n’en fait pas obligation ? leurs mari non plus ?

      Il y aurait donc autant de femmes volontairement grillagées de par le monde ?

       donc totalement masos qui ont honte de leur corps que dieu leur a pourtant donné !!
      Ça alors, j’aurais pas cru !!


    • marceau 29 janvier 17:22

      @philouie

      Ah ouais, c’est quoi alors !


    • marceau 29 janvier 17:52

      @Michel DROUET
      Dans les sociétés occidentales, de tradition chrétienne, les femmes ont toujours joué un rôle important, souvent de premier plan, dans de très nombreux domaine, dans le travail, à la guerre dans la politique.

      S’il y a eu un fléchissement de ce rôle durant le XIX et le début du XX, il est manifeste que nous retrouvons de plus en plus la femme dans des rôles et des fonctions qui furent les leurs dans les siècles précédents !


    • philouie 28 janvier 13:26

      Et si a l’égard des femmes nous faisions fausse route ?
      et si, avec nos idées l’égalité et de mixité nous nous nuisions à nous mêmes ?
      Quel est notre projet pour les femmes ? qu’elles deviennent un homme comme les autres.
      un homme, oui, dans le sens d’avoir des propriétés masculines et le projet féministe est bien celui-là : il faut que la femme travaille, il faut que la femme accède au pouvoir, il faut que la femme ait une sexualité de mec.
      Or ce que nous sommes en train de détruire, c’est la femme en tant que mère.
      Or le maternage, c’est à dire le soin apporté à l’enfant, c’est ce qui permet au tout petit de se sentir protéger et en sécurité dans le monde dans lequel il débarque. c’est là qu’il se construit une image positive de lui et des autres et qui fera de lui un adulte serein, capable d’ampathie à l’égard des autres.
      Or cela nous le brisons.
      Nous sommes en train de créer un monde pervers hyperviolent parce que nous ne permettons pas à nos femmes de devenir de vrais mères, des mères aimantes, des mères attentives, des mères qui ont le temps de faire ce qu’il y a de plus important pour le corps social : la construction de l’homme de demain.


      • colere48 colere48 28 janvier 14:27

        @philouie

        En fait on perd son temps avec vous !!

        Ce post en est la démonstration, pur propagande salafiste !!
        Je laisse juge les femmes de mesurer l’abime sectaire où vous voulez les entrainer avec des paroles doucereuses et mielleuses !!

        Asma, ya zemel, ! Je te donne à méditer un vieux proverbe (Nizami , poète perse)

        « Qui sème le vent récolte la tempête »


      • Michel DROUET Michel DROUET 28 janvier 14:47

        @philouie
        Ce serait bien d’avoir l’avis des femmes en les laissant décider en dehors des hommes. Je pense qu’elles ont des choses à nous apprendre, notamment sur le rôle de l’homme en tant que père et en tant que conjoint.


      • ukulele ukulele 28 janvier 15:10

        @philouie
        rhoooo… le gros macho qui à peur de perdre sa place au chaud dans un univers patriarcale…
        Un peu de courage !
        Le femme occidentale ne veut pas devenir un mec. Juste un être humain traité à égalité avec l’homme. Pas plus ni autre chose…


      • Michel DROUET Michel DROUET 28 janvier 18:00

        @philouie
        Je ne parle pas d’idéologie féministe mais simplement d’égalité homme/femme dans la vie courante, le travail et le partage des tâches, y compris celles qui concernent les enfants et là, il faut bien se rendre compte de l’existence de croyances qui arrangent généralement bien les hommes.


      • philouie 28 janvier 18:18

        @Michel DROUET
        Oui vous parlez d’égalité mais vous avez bien remarqué que ce n’est pas mon cas puisque je parle de différence. Que l’homme n’est pas la femme et que la femme n’est pas l’homme et que le rôle des uns n’est pas le rôle des autres.
        Une des fonctions principales de la femme est le maternage, c’est à dire le soin à apporter à l’enfant.
        Une des fonctions principales de l’homme est la castration, c’est à dire la séparation d’avec la mère.


      • COVADONGA722 COVADONGA722 29 janvier 07:02

        pour la enieme fois ce post tombe sous le coup de la loi le site s’en fait volontairement le porte

        voix il devrait être condamner solidairement 

      • philouie 29 janvier 08:44

        @COVADONGA722
        Est-ce que vous pouvez expliquer en quoi de tels propos tombent sous le coup de la loi ?


      • leypanou 28 janvier 15:22

        il faut que nos gouvernants arrêtent de se précipiter dans les lieux de cultes dès qu’un acte barbare ou un fait divers se produit. Il leur revient d’observer une stricte neutralité et de rappeler les règles qui s’appliquent dans notre pays, à savoir la laïcité : se précipiter dans les lieux de culte dès qu’un acte barbare ou un fait divers se produit, c’est un peu aller dans le sens du vent. Donc, c’est à la portée du premier politicien venu.

        Par contre, ne plus aller au dîner annuel du CRIF, que tous nos gouvernants sans exceptions se croient obligés d’honorer, c’est vraiment montrer du courage.

        Et à ma connaissance, peu ont eu ce courage-là.


        • marceau 29 janvier 17:38

          @leypanou

          Difficile de continuer à parler de laïcité quand on voit nos élus financer, avec l’argent de nos impôts, la construction de mosquées, qu’ils légalisent l’abattage religieux, qu’ils tolèrent le port de la kippa et du voile en public, qu’ils autorisent les femmes voilées à accompagner les sorties scolaires

          La séparation entre le spirituel et le temporel est une création chrétienne , la loi de 1905 visait à réduire l’influence de l’église dans la société afin de déchristianiser le peuple et de confier à l’état des fonctions occupées par l’église depuis des siècles (éducation, aide aux pauvres, assistance sociale)

          C’est ainsi que l’influence de l’église diminua dans la société française, mais manifestement face à l’islam ou le judaïsme cette vigueur laïque s’estompe et les pouvoirs publics laissent de plus en plus les tenants de ces religions gagner du terrain dans des domaines qui jusque là avaient été épargnés !


        • blablablietblabla blablablietblabla 28 janvier 16:49

          c’est des abrutis les femmes islamique , elles sont bête a manger du foin . Allez discuter avec une femme voilé et vous verrez , elles ont un qi d’un poisson rouge .

          Quand je lès entend parler-( transport en commun , devant les caisses de supermarché etc...) - c’est affligeant il manque que le thé et etla petite table ronde(sni) de vrais langue de p... 

          et comme disait Eléonore Roosevelt , « les grands esprit discutent des idées les moyens esprits discutent des événements et les petits esprits discutent des gens » , les femmes arabes elles sont intrigantes incultes crétines esprit étroit ! 

          • BA 28 janvier 17:32

            Jeudi 28 janvier 2016 :

            Un homme armé a été arrêté ce jeudi, à l’entrée d’un hôtel du parc d’attractions Disneyland Paris, en Seine-et-Marne, a annoncé la police, confirmant une information de RTL. D’après la radio, l’homme avait sur lui deux armes, une boîte de cartouches et un Coran.

            http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/01/28/97001-20160128FILWWW00267-un-homme-arrete-a-dinseyland-avec-deux-armes-de-poing.php


            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 28 janvier 20:36

              @BA
              ... parce que, bien entendu, il n’y a jamais de visages pâles parmi les assassins en prison ? Il est même possible que ceux-ci aient lu un jour des passages de la bible, ou encore du coran, voire le dictionnaire de Voltaire ! Il y a quelque chose qui me gêne dans vos quatre lignes, quelque chose que je ressens comme malsain.


            • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 09:13

              @BA
              Rien à voir avec le terrorisme : il faut prendre un peu de recul sur les infos...


            • marceau 29 janvier 17:47

              @Danièle Dugelay
              Vous semblez ignorer les contenus élémentaires qui fondent la croyance islamique.

              -L’infériorité du non musulman par rapport au musulman

              -L’infériorité de la femme par rapport à l’homme.

              -La guerre sainte (djihad)

              -La légitimation de la colonisation musulmane, de l’islamisation forcée, la peine de mort pour apostasie,de la mort pour adultère , de l’esclavage

              -La sharia comme modèle et système juridique indépassable.

              Un musulman est porteur de tout cela et d’autres choses encore.

              Un meurtre commis par un musulman contre un non musulman n’a pas le même sens, la même valeur, la même portée qu’un meurtre commis par un non musulman contre un musulman


            • sampiero sampiero 28 janvier 18:07

              j’ai l’impression que les femme entièrement voilée le sont par obéissance à leur maris qui doivent craindre qu’on ne leur pique. Dan ce cas rien à voir avec la religion.


              Il ne semble pas que le Coran exige la burqa !
              Sourate 24
              • verset 31
              • Et dis aux croyantes de baisser leur regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès.
              C’est quoi des atours ? aujourd’hui il s’agit de vêtements. Si à l’époque du prophète cela avait une autre signification j’aimerais bien la connaître.

              • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 28 janvier 20:57

                Quelle chance j’ai d’être née avec un sexe féminin ! La maternité, c’est vrai, c’est plutôt notre domaine : si je suis assez maline, je fais un enfant quand je le décide toute seule, éventuellement avec un voisin si mon mari n’est pas d’accord sauf en cas de contrôle d’adn toujours à postériori. C’est moi qui porte l’enfant à naître dans mon ventre sous le regard jaloux des pères en puissance qui ne vivront jamais cette intimité. Les pauvres hommes ! Selon le partage des tâches que veulent certains ici, c’est moi qui donnerai le biberon (ou mieux le sein), qui bercerai la chair de ma chair, qui ferai sa toilette..Les pauvres hommes ! Allons, les machos, vous n’avez pas l’impression que vous ratez quelque chose ? Il faut voir le bonheur d’un père « maternant » son enfant, malgré le parti-pris et les préjugés de notre vocabulaire. De même, préparer de bons petits plats pour sa famille, cela peut être aussi pour le père. La vie, influencé par la religion et les traditions d’un autre âge, est dure pour les hommes. Libérez-vous, les machos et les soumis aux coutumes ancestrales, vous aussi, vous avez le droit de prendre votre bonheur où vous voulez, en vous occupant de l’enfant, en passant l’aspirateur pour donner à votre famille un nid confortable, en préparant un gâteau au chocolat que votre épouse adore. Soyez libres enfin !


                • philouie 28 janvier 21:18

                  @Danièle Dugelay
                  Si théoriquement l’enfant peut être materné par d’autre que part sa mère et pourquoi pas par un homme, je ne crois pas à l’interchangeabilité des rôles. J’ai dit de l’homme qu’il avait un rôle castrateur, c’ets à dire de séparation d’avec la mère (lorsque l’age est venu s’entend), comment peut-il remplir son rôle d’homme, s’il est dans celui de la mère. Qu’il assure protection et sécurité, c’est dèjà bien puis qu’il soit le père ensuite.


                • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 09:16

                  @Danièle Dugelay
                  Je souscris complètement à votre propos


                • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 09:19

                  @philouie
                  Le bon macho, quoi ! qui attend que l’enfant ait 20/25 ans (l’âge venu...) pour remplir un pseudo rôle de castrateur. Avant l’âge venu, il se contente de regarder la femme bosser.


                • philouie 29 janvier 09:27

                  @Michel Drouet
                  Non, ce rôle castrateur intervient à parit de 7 ans environ. Le père devient l’éducateur.
                  Avant cet age, il assure confort et sécurité et complête liberté à l’enfant.


                • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 12:27

                  @philouie
                  Vous ne pourriez pas être un peu plus précis ? 7 ans « environ », cela ne vous ressemble pas et ne correspond pas aux arguments que vous assenez à longueur de posts.
                  Pour tout vous dire, et vous l’aurez bien compris, je n’adhère pas du tout à votre théorie fumeuse.


                • philouie 29 janvier 13:33

                  @Michel DROUET
                  7 ans ça correspond grosso-modo à l’age du complexe d’oedipe : il faut que l’enfant renonce à sa mère et qu’il est pour cela des perspectives d’avenir : identification au père + perspective de mariage.
                  en gros de 0 à 7 , c’est l’age du laisser faire, c’est tout pour la mère.
                  de 7 à 14 ans, c’est l’age de l’éducation, c’est la période que les psychanalystes appellent période de latence puis de 7 à 21 ans, c’est l’age de l’accompagnement.
                  Ce passage des 7 ans se passera d’autant mieux que l’enfant en a bien profité, qu’il soit repus de la jouissance maternante, qu’il vive dans un sentiment de sécurité.
                  Si les conditions de ce passage sont mauvaises, on obtiendra une personne perverse tournée vers le passé et dans la négation de l’autre.
                  Tout ce joue avant 6 ans, disait dolto.
                  c’est dire l’importance de cet age, c’est dire l’importance des mères.


                • Michel DROUET Michel DROUET 29 janvier 13:40

                  @philouie
                  Vous ne m’ôterez pas de l’idée qu’il y a quelques obsessions chez vous.... cette manie de mettre tout dans des cases.
                  Et sur les mauvaises conditions de passage qui conduisent à la perversité, etc... vous avez sans doute des statistiques ?
                  Pour tout dire vous me faites un peu peur, à moins que vous ne cherchiez vous même à exorciser une enfance malheureuse que vous niez ?


                • philouie 29 janvier 17:06

                  @Michel DROUET
                  Je ne vois pas comment vous pouvez parler d’obsession après trois échanges dans le thème de votre article : féminisme et religion.
                  Je vous réponds dans le thème en croisant des idées venant de la vision patriarcale traditionnelle et de la psychologie contemporaine. Que opar ailleurs j’ai une histoire et qu’elle éclaire mon propos c’est également une évidence. Mais elle éclaire oui. je suis mon premier objet d’observation et je parle en connaissance de cause.
                  Donc voila, je prétends qu’il est important de pensez les conditions de la petite enfance que c’est là un thème ultra-important pour l’avenir de nos sociétés : les enfant d’aujourd’hui sont les adultes de demain et je pense que les idéologies féministes détruisent la valeur maternelle. ça vous dérange ?


                • sampiero sampiero 28 janvier 21:13

                  « Une autre vision qui restaure la femme dans sa grandeur de procréatrice. »


                  On a bien compris : pour Philouie et sans doute plein d’autres , la femme c’est un utérus ! et rien d’autre !

                  « c’est la femme en tant que mère.
                   
                  Or le maternage, c’est à dire le soin apporté à l’enfant, c’est ce qui permet au tout petit de se sentir protéger et en sécurité dans le monde dans lequel il débarque.

                  C’est là qu’il se construit une image positive de lui et des autres et qui fera de lui un adulte serein, capable empathie à l’égard des autres. »

                  les gosses qui traînent dans les cités à servir de sentinelles aux trafiquants de drogue ou qui en vendent bénéficient sans doute de ce traitement de faveur ?

                  Parce que toutes les femmes qui ne sont pas de ce monde musulman sont bien entendu des putasses qui ne s’occupent pas de leurs enfants ?

                  On va continuer longtemps à supporter cette prose débile ? 

                  Tu compte islamiser qui ici, philouie ? smiley



                  • philouie 28 janvier 21:21

                    @sampiero
                    Cette problématique n’a rien d’islamique. Nous sommes humains et les conditions que nous faisons subir à nos enfants nous concernent tous. Un chrétien peut tout à fait s’interroger sur ces questions là, sans avoir à devenir musulman.
                    Évidement si vous n’êtes pas en mesure de comprendre que le sentiment de sécurité et de bien être dans les premiers ages de la vie sont nécessaires pour devenir un être humain tranquille, je ne peux pas grand chose pour vous.


                  • sampiero sampiero 28 janvier 21:28

                    @philouie

                    Mais tu ne peut rien pour moi et ne cherche surtout pas s à pouvoir quelque chose, dieu m’en préserve ! : smiley) 


                    Par contre tu peut sans doute beaucoup pour tous ces délinquants des cités qui à 14 ans sont plus souvent dans les rues qu’à faire leurs devoirs, 

                     ET qui n’ont sans doute pas trouvé dans ce que tu propose ce  sentiment de sécurité et de bien être dans les premiers ages de la vie, nécessaires pour devenir un être humain tranquille.

                    C’est pourquoi les prisons sont pleines de ces êtres humains pas tranquilles .

                    Va voir leurs parents et explique leur ce qu’est le vrai islam.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès