Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Football : le stade sifflera trois fois

Football : le stade sifflera trois fois

Ce n’est pas une prophétie, encore moins le titre d’un mauvais remake, c’est juste le quotidien du Stade de France quand il reçoit une équipe du Maghreb. Après l’Algérie et le Maroc, c’est la Tunisie qui a pris possession de l’enceinte parisienne jusqu’à en huer les joueurs en bleu et l’hymne du pays hôte.

C’est bien entendu tout sauf une surprise même s’il faut se rappeler que durant l’Euro déjà, voire quelques matchs amicaux en Europe du Sud, La Marseillaise avait déjà beaucoup souffert. Notre équipe est ainsi maudite : on la trouve tantôt trop foncée de peau tantôt traître à son pays d’origine, tantôt très mauvaise, bref il y a toujours quelque chose qui déplaît à la foule vindicative.
Pour autant, les trois coups incriminés se déroulaient sur le sol français et sont le fait de spectateurs majoritairement Français. Le symbole d’un échec terrible d’intégration qui fait croire à ces gens qu’ils sont bien mal dans l’Hexagone à en souiller les signes sacrés et qu’ils se retrouvent mieux dans leur culture originelle dont ils ne partagent plus pourtant le mode de vie ou le territoire. Un échec également pour notre pays qui s’est tant flatté d’être un phare de liberté pour citoyens du monde... à en oublier son passé colonial et ses banlieues de non-droit que l’on invite au stade de temps en temps. Du pain et des jeux, l’exutoire était en place. Notons qu’il était tout sauf imprévisible, les pseudo-Tunisiens pouvant légitimement aspirer se mesurer à leurs héroïques congénères algériens et marocains. Mais en plein marasme financier et alors que l’Europe parle immigration choisie, l’affront tombe à pic...
Les politiques s’indignent et s’agitent, découvrent, tombent des nues. Et ils veulent tout interdire. Je n’ai pourtant pas souvenir que nos édiles se soient précipités devant le roi d’Espagne pour revendiquer...


Hymne Espagne_France
envoyé par marcotige


Coïncidence j’étais la semaine passée à Alger. L’occasion de découvrir un peu ce pays et ses habitants. D’y retrouver des traces de l’époque française, d’y entendre un autre récit de cette guerre qui ne disait pas son nom. D’y découvrir les vestiges d’une riche époque romaine et les stigmates du terrorisme ambiant. Bref, rien n’est simple pour ce pays estimé dans toute l’Afrique pour son accession à l’indépendance, mais qui a perdu toute crédibilité et efficacité au fil des années d’un socialisme forcené. Et ce n’est pas la montée d’un islamisme radical illégitimement écarté du pouvoir qui allait arranger les choses. Aujourd’hui, l’Algérie est un pays riche de son pétrole et de son gaz notamment. Songez que son budget s’équilibre avec un baril de pétrole à... 29 euros. Les projets ne manquent donc pas, l’envie non plus d’ailleurs. Reste à le faire vraiment, ce qui est tout de suite moins évident. D’abord, parce que la menace est partout de sorte qu’un policier surgit tous les 100 mètres. Ensuite, parce que le poids de l’Etat n’autorise pas toutes les flexibilités. Enfin, parce que la mentalité est très méditerranéenne... Pour autant, ce vaste pays est attachant et l’accueil en milieu professionnel chaleureux. Le français reste encore très pratiqué même s’il disparaît des écoles. L’Histoire réclame compréhension et humilité de part et d’autre, le présent menaçant exige action et affirmation. Sans présumer de ce que deviendra ce territoire, on peut penser que l’islamisme dominant s’accommodera bien du libéralisme florissant. L’Algérie s’éloignera alors définitivement de l’autre côté de la Méditerranée, plus sensible à d’autres contrées, même asiatiques, bien plus rémunératrices et moins hautaines.

C’est dire qu’ici, comme dans bien d’autres endroits du monde, nous manquons de présence et d’engagements dans ce qui est un vrai combat économique, mais aussi politique et culturel. Le risque est grand de disparaître totalement et avec nos valeurs qui jadis éclairèrent le monde. Oui, là comme ailleurs, en Bosnie ou en Afghanistan, il faut combattre les obscurantismes et les atteintes à la liberté. Et s’en donner les moyens. Sans préjuger de ce que ces peuples feront d’eux-mêmes. Car le Maghreb a tout à perdre dans cet isolement nationaliste et cette pression religieuse. Quant aux Franco-quelque chose qui cherchent quelques instants de célébrité en bafouant, salissant, détruisant, ils nous montrent que le chemin est encore long, chez nous également, pour construire.

"Ne nous reposons pas sur nos acquis, mais efforçons-nous de construire la paix, de vouloir que la paix soit dans le cœur et dans l’esprit de chacun". Ainsi parlait JFK, à des années-lumière de l’actuelle présidentielle américaine je sais, à des galaxies des attentes extrémistes, mais qu’importe. Il faut y croire, il suffit d’y croire, par-delà les sifflets. La France du football a d’ailleurs eu ce courage, emportant au trot le match emmené par un exemplaire Thierry Henry : gamin de l’Essonne originaire des Antilles, formé à Clairefontaine puis Monaco, sacré en Angleterre, jouant en Espagne et capitaine de l’équipe de France.

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 16 octobre 2008 12:25
    Que sifflaient les spectateurs de ce match ?… C’est la seule question à se poser tout le reste n’est que de la propagande fortement teintée de racisme, on veut faire jouer à Marianne (la vraie pas le torchon poujadiste) le rôle incongru de la pucelle effarouchée qui fait semblant de ne pas comprendre de quoi il est question. Alors que sifflaient-ils ?…

    La France d’Hortefeux qui rempli des camps de rétention avec les sans papiers, réfugiés politiques et économiques, qui chasse avec sa police tout ce qui n’a pas la bonne couleur jusque dans les écoles ?…

    La France qui relègue ses ressortissants d’origine étrangère (mais néanmoins français) dans des ghettos sans leur donner la moindre chance de s’en sortir en les stigmatisant et en les utilisant de marche pied à élection au besoin, en les utilisant comme épouvantail sécuritaire afin de faire trembler des électeurs lobotomisés ?…

    Ou bien le soutien inconditionnel de la France de Sarkozy au dictateur tunisien Ben Ali ?…
    N’est-ce pas un peu tout ça à la fois ?…Et n’est-ce pas parfaitement justifié ?…Sommes nous pas nombreux à avoir envie de siffler la France de sa majesté Sarko 1er ? ? ?…

    D’un autre coté de toute façon les amateurs de foot n’ont jamais fait preuve d’une grande intelligence, je ne passe pas mon temps au stade mais j’ai l’impression que siffler et huer sont le moyen d’expression favori de tout bon spectateur de foot. S’il faut empêcher ces gens de siffler pendant les hymnes nationaux il faut interdire les matchs internationnaux de foot, coupe d’Europe, coupe du monde. Moi ça ne me dérangerait pas, mais je préfère qu’ils se défoulent dans un stade plutôt que dans la rue ou sur leurs femmes leurs enfants ou leurs animaux.

    • Super resistant de l’islam 16 octobre 2008 14:19

      Tu nous gonfles avec hortefeux et les immigrés illegaux.

      Ils ne sont pas sans papier, ils sont ILLEGAUX ! Ils ne respectent pas NOS LOIS.

      Donc on applique LA LOI et ils se CASSENT ! smiley


    • foufouille foufouille 16 octobre 2008 14:43

      pareil pour les ploutocrates, les banquiers, les racistes..........


    • Super resistant de l’islam 16 octobre 2008 14:17

      @ l’auteur .

      Bon article et analyse sereine, merci !


      • beubeuh 16 octobre 2008 17:24

        Tiens en parlant de "l’exemplaire Thierry Henry : gamin de l’Essonne originaire des Antilles, formé à Clairefontaine puis Monaco, sacré en Angleterre, jouant en Espagne et capitaine de l’équipe de France." je vous rappelle qu’il avait été copieusement sifflé et hué par le public du stade de France pour fêter sa 100e sélection - il pourtant loin d’être le plus mauvais sur la pelouse. J’y étais, c’était pour France-Colombie, un gentil public bien sage et bien blanc, style cadre moyen du 78 avec sa petite famille peinte en bleu-blanc-rouge, le genre qui te regarde de travers quand tu t’allumes un joint ou que t’applaudis le geste technique d’un joueur adverse. Les mêmes nous ont fait une jolie bronca pour l’hymne Colombien (qui était joué pour la première fois dans un stade de foot français) - histoire sans doute de remercier les supporters colombiens qui étaient eux super bon esprit. Voilà c’était pour l’anecdote. Je vous laisse le méditer, j’espère qu’il sera l’occasion pour tout le monde de réfléchir sur le vertige identitaire, le sentiment national et l’âge du capitaine.


        • beubeuh 16 octobre 2008 17:27

          Tiens en parlant de "l’exemplaire Thierry Henry : gamin de l’Essonne originaire des Antilles, formé à Clairefontaine puis Monaco, sacré en Angleterre, jouant en Espagne et capitaine de l’équipe de France." je vous rappelle qu’il avait été copieusement sifflé et hué par le public du stade de France pour fêter sa 100e sélection - il pourtant loin d’être le plus mauvais sur la pelouse. J’y étais, c’était pour France-Colombie, un gentil public bien sage et bien blanc, style cadre moyen du 78 avec sa petite famille peinte en bleu-blanc-rouge, le genre qui te regarde de travers quand tu t’allumes un joint ou que t’applaudis le geste technique d’un joueur adverse. Les mêmes nous ont fait une jolie bronca pour l’hymne Colombien (qui était joué pour la première fois dans un stade de foot français) - histoire sans doute de remercier les supporters colombiens qui étaient eux super bon esprit.

          Voilà c’était pour l’anecdote. Je vous laisse la méditer, j’espère qu’elle sera l’occasion pour tout le monde de réflechir sur le vertige identitaire, le sentiment national et l’âge du capitaine.


          • Pierrot Pierrot 18 octobre 2008 12:53

            Ce n’est pas la troisième fois que la Marseillaise est siflée sur un stade, il y a déjà eu des dizaines d’autres cas (voir déclarations dignes de Michel Platini dans LE MONDE).

            Mais les politiques et les médias non indépendant en font tout un plat par racisme anti maghébien.

            C’est écoeurant !
            Ce n’est , bien évidemment pas la Marseillaise qui est sifflé mais l’équipe adverse.
            Ce n’est pas acceptable que les spectateurs soient chauvins mais il n’y a là rien de dramatique.

            Tout ce bruit médiatique pour exiter le bas peuple en faveur du racisme pensant ainsi faire oublier les crimes commis dans la sphère financière virtuelle.

            Honte à ces politiciens et leurs chiens de garde médiatiques.


            • JONAS JONAS 19 octobre 2008 10:34

              Ce n’est pas la première fois que la Marseillaise a été sifflée au début d’un match, en l’occurrence cette fois entre la France et la Tunisie.

              On ne récolte que ce que l’ont n’a semé :

              On enseignait à notre jeunesse depuis mai 1968 que la patrie, le drapeau et la Marseillaise étaient des valeurs ringardes ?

              N’a-t-on pas fait, de la repentance, du reniement de nos valeurs un mode de gouvernance accepté de tous ?

              Lorsqu’un pays a honte de son histoire, il n’a plus d’avenir !

              quand on ne pas fête pas le bicentenaire d’Austerlitz, que l’on ne défend plus les côtés positifs de la colonisation (nous en avons subi plusieurs, la plus positive, la romaine).

              Quand on a honte d’affirmer ses racines chrétiennes par manque de courage,

              quand on pardonne sans cesse les voyous en blâmant l’ordre moral et que l’on condamne ceux qui sont en charge de le faire respecter…

              quand on cède partout à la montée des communautarismes, que la tolérance devient une institution

              Un tel pays ne peut exiger d’être respecté par sa jeunesse et particulièrement de sa jeunesse issue de l’immigration.

              Voilà trente ans que nous confondons acceptation des autres et reniement de nos valeurs.

              Avec de tels principes et comportements et surtout un manque de courage manifeste !

              La responsabilité ne saurait être attribuée aux jeunes issus de l’immigration.

              Les vrais responsables sont notre lâcheté collective et notre idéologie soixante-huitarde qui ont fini par saboter nos valeurs et notre héritage culturel.

              Nous allons payer nos erreurs et notre aveuglement au prix fort ! ! !


              • dede 20 octobre 2008 18:14

                Ce n’est pas un simple problème de fair play. En fait ce qui pose problème est bien le fait que ceux qui sifflent sont eux aussi citoyens français, pour la plupart nés en France. Cela montre bien dans quelle mesure se sentent français une certaine partie de nos concitoyens


                • beubeuh 21 octobre 2008 13:36

                  Si c’est en grande partie un problème de fair-play. Au stade tu peux siffler qui tu veux, et surtout ce qui représente l’autorité (l’arbitre). C’est même encouragé par l’effet de foule.
                  Donc ces gens soutiennent la Tunisie, donc ils font comme tous les supporters du monde : ils sifflent l’hymne adverse (qui se trouve être l’hymne français).
                  Après, tu peux te poser la question : mais pourquoi soutiennent-ils la Tunisie et non l’équipe de France ? Sauf que la réponse à cette question est d’ordre privé. Le foot professionnel est une industrie et un commerce, et on soutient qui on veut, c’est le principe de libre choix du consommateur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès