Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Funérailles : l’Etat doit-il proposer des cérémonies laïques et (...)

Funérailles : l’Etat doit-il proposer des cérémonies laïques et gratuites ?

Des députés PS ont déposé une proposition de loi pour que les mairies puissent accompagner les familles en deuil, de façon laïque et sans contrepartie financière.

Organiser des cérémonies funéraires civiles

Mené par Bruno Le Roux, l’ensemble du groupe socialiste à l’Assemblée nationale a déposé une proposition de loi pour que les mairies puissent proposer des cérémonies gratuites et laïques aux familles en deuil. Selon leur constat, « les familles confrontées au deuil sollicitent de plus en plus les mairies pour l’organisation de cérémonies civiles. En effet, les citoyens qui ne se réclament d’aucune religion se trouvent démunis et attendent de notre République qu’elle leur offre des perspectives pour accompagner leurs morts ». 

Au même titre que la République française propose des cérémonies pour les mariages ou les parrainages civils, les députés socialistes estiment qu’elle devrait accompagner les personnes ne souhaitant pas intégrer d’aspects religieux lors des obsèques du défunt. Ils souhaitent que « chaque municipalité soit en capacité d’intervenir pour assurer un moment de recueillement auprès du défunt ».

Instaurer le principe de gratuité

Jusqu’à présent, seules les pompes funèbres proposent ce type de prestation, pour des montants souvent très élevés. Les communes peuvent mettre des salles communales au service de familles qui en font la demande, dans le cadre d’une occupation temporaire du domaine public. Mais une participation financière est bien souvent demandée et ce type de prestation relève pour le moment de l’appréciation de chaque commune, sans caractère obligatoire. En 2012, François Michaud Néraud, directeur général des Services funéraires de la Ville de Paris avait publié une tribune dans Le Monde, dans laquelle il plaidait entre autres pour une cérémonie laïque, arguant que « d’évidence, ce ne peut être seulement le rôle des entreprises commerciales de suppléer les religions ou la République pour donner du sens au moment de la mort d’un proche ». 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • oncle archibald 22 décembre 2014 12:55

    Ce serait une cérémonie genre coca-cola light, vin sans alcool, aspartame et autres joyeusetés … Si ça n’était les circonstances je dirais que c’est comique. D’un coté on revendique haut et fort qu’il n’y ait rien après la mort et de l’autre on voudrait faire comme si … 


    Pour ceux qui ne croient en rien, un cadavre c’est une charogne dont il faut se débarrasser au plus vite parce que sinon ça pue. Point final, c’est le cas de le dire. Ah oui mais, tout à coup, « ça ne le fait plus ». 

    Et oui, toutes les civilisations ont des rites mortuaires depuis la nuit des temps et certains après l’avoir dénié, raillé, voire honni se rendent compte qu’il est bien difficile de s’en passer. Tant mieux, c’est sans doute la preuve que « ça va mieux ».

    • bibou1324 bibou1324 22 décembre 2014 16:43

      Une cérémonie n’est pas forcément religieuse. Certaines personnes ont besoin d’un événement organisé pour accepter le départ d’un proche, pour s’entre-soutenir face à ce vide laissé dans leur vie.


      C’est rationnel, d’organiser une cérémonie. Rien de religieux là dedans. Juste un peu de logique et de psychologie.

    • Robert GIL Robert GIL 22 décembre 2014 13:14

      La mort est un marché juteux entièrement privatisé. Votre enterrement est livré clefs en main, toute l’organisation des funérailles est prise en charge avec des options pour toutes les bourses et toutes les douleurs : le prix final perpétue ainsi, dans la mort, les inégalités sociales. Au delà de la mort, c’est l’amour que l’on portait au défunt qu’on évalue par la magnificence de ses funérailles. Et l’on culpabilise de ne pas faire le maximum pour ce cher disparu. Le marché de la mort n’a comme but ultime que le profit, bâti une fois encore sur le malheur des plus vulnérables. La cérémonie devient une manifestation commerciale : venez vous faire enterrer chez nous, satisfait ou remboursé !

      Dans une république où l’on nous parle souvent d’égalité, il serait bon, à défaut de l’avoir trouvée durant sa vie, de la trouver à sa mort. Le service mortuaire devrait être un service public. Que chacun, quelle que soit sa condition et la grosseur de sa bourse, puisse faire son deuil dans la dignité ; la mort ne doit pas être un marché. Mais la peur de la mort fait de nous des esclaves anesthésiés !

      .

      voir :LA MORT A TOUT PRIX


      • oncle archibald 22 décembre 2014 15:29

        Dans les petits villages de la République, la route qui mène au cimetière s’appelle souvent « avenue de l’égalité » ….. même si les concours du « m’as tu vu passer dans mon joli cercueil » viennent démentir cette égalité pourtant incontournable. 


      • cyrus cyrus 22 décembre 2014 13:56

        l’ accompagnement laïque ou athé , peut librement etre organisé par les familles (ou le defunt s’ il est prevoyant) , la cérémonie religieuse elle , n’ est que tres rarement gratuite , dans un principe d’ egalité c’ est soit gratuité pour tout le monde , soit pour personne.


        • rubicon rubicon 22 décembre 2014 16:53

          @Cyrus, combien coûte la cérémonie religieuse selon vous ? et pour quelle(s) religion(s) ?


        • confiture 22 décembre 2014 18:15

          Rubiconle la cérémonie religieuse ( si souhaitée) coûte peanuts, par contre les PFG c’est environ 5000 ros.


        • Pascal L 23 décembre 2014 09:18

          Je ne sais pas combien touchent les pompes funêbres pour un service religieux, mais ils reversent 200€ à une paroisse catholique. La quête qui est faite lors du service est utilisée pour le salaire des prêtres.


        • njama njama 22 décembre 2014 14:43

          C’est la conception même des cimetières qui serait à revoir, car chaque concession mobilise une certaine surface au sol bien souvent pour un seul défunt, ou deux. La durée des concessions est de plus en plus courte. Pour un État qui cherche à honorer le devoir de mémoire, c’est une contradiction si elle n’est pas un minimum favorisée.
          Quel autre modèle ?
          j’ai eu l’occasion de visiter le Pantéon (cimetière) municipal Santa Laura à Guanajuato, Mexique, il est vraiment très beau ! Pour l’équivalent de la surface d’une concession en France, des structures en alcôves sont élevées les unes au dessus des autres comme en nids d’abeilles dans une ruche, et on peut y loger sur 6 étages 12 défunts ou sur 7 étages 14 comme ici dans cet exemple. L’ensemble fait aussi office de murs pour ces cimetières.
          http://static.panoramio.com/photos/large/29701349.jpg
          http://mementomorimexico.wordpress.com/category/guanajuato/panteon-santa-paula/

          On retrouve le même type de cimetières en Corogne Espagne, bien que je n’en ai pas vu d’aussi haut, seulement 4 ou 5 alcôves en hauteur.
          Pour les personnes décédées dont la volonté était de ne pas être incinérées, je crois que ce serait une solution plus économique ...
          Faut faire circuler l’idée ... elle fera peut-être des petits


          • cyrus cyrus 22 décembre 2014 14:51

            @njama , les catacombe était autrefois une très bonne solution , elle permetait la préservation du souvenir de nos défunt sans mobiliser les ressource en surface « naturelle agraire ou constructible ».


          • njama njama 22 décembre 2014 18:48

            @ cyrus, très juste !
            maintenant je ne sais pas si tous les terrains s’y prêtent partout, il faut envisager d’utiliser les matériaux excavés, gérer un accès plus compliqué que dans un cimetière classique ... éclairage ou bougies ? ascendeur pour accès handicapés et vieilles personnes ... issue de secours ...
            les normes de sécurité actuelles concernant les lieux publics, pourraient clairement décourager les projets


          • alinea alinea 23 décembre 2014 20:55

            Pourrir dans du béton !!! Quelle horreur !


          • oncle archibald 22 décembre 2014 15:11

            Carimba de luna, z’êtes en forme ce soir Constant .... J’ai adoré. Je vais relire tranquillement en savourant chaque mot. 


          • alinea alinea 23 décembre 2014 16:00

            Est-ce un délire très mince ?
            À l’heure actuelle, les pleurs laïques se passent dans les salles de crémation !!
            Chez nous Constant, le cureton qui a droit à la parole, ne sait rien, strictement rien du mort ; tout le monde ressort estomaqué de ses ampoulades.
            Un pasteur protestant de mes deux, a dit, d’un ami mort jeune : il a péché sur cette terre, il se rachètera dans l’autre.
            Les plus beaux speech que j’ai ouïs, on été faits par un ami, un amant, au cimetière ; il fallait tendre l’oreille quand souvent, la pluie crépitait sur le parapluie !
            Il est absolument logique qu’une salle hors tout dieu soit disponible pour ce genre de commémoration. Jusqu’ici, les vieux laïcards, les cocos, les socialos, n’avaient droit qu’à l’église, puisque jadis, ils avaient été tous baptisés ! Ou à rien, une fuyade, un ratage
            La magie du recueillement n’a pas besoin d’un christ en croix ni de moches peintures de la vierge à l’enfant ! la puanteur de l’encens et celle de l’haleine pas fraîche de curés pas très clairs ! Le froid tombal déjà de l’église, pour nous mettre dans le bain !
            Nous étions chez lui et tous les musicos jouaient ; ça a duré deux heures, à chacun son air, sa chanson, son mot, ses larmes... mais tout le monde n’habite pas dans un ancien chai !!!


          • oncle archibald 23 décembre 2014 16:37

            « les pleurs laïques se passent dans les salles de crémation », ou pas .... 


            Quatre fois j’ai assisté à des « funérailles » de ce type, avec crémation. 

            Oui, une fois, c’était très « joliment fait », avec de belles évocations des meilleurs moments vécus avec le mort, par un ami, un amant, un fils qui joue sur la guitare de son père, puis qui passe de la musique bien choisie, celle que celui qui est dans la boite aimait …. Au point que le croque mort s’impatiente et vient discrètement rappeler que c’est maintenant que le four est libre, qu’il y a un mort plus frais qui attend son tour …. Allons allons, pressons ...

            Une fois c’était glacial, c’est le pire que j’ai jamais vu, c’était vraiment se débarrasser d’une charogne parce que c’est obligatoire pour l’hygiène ! Le cercueil posé sur deux tréteaux, pas un mot, pas de musique, rien, le silence absolu qui donne une idée du vide intersidéral …. puis un Fenwick qui attend à la porte de la « salle de cérémonie » sur lequel les croque morts chargent le cercueil. Le Fenwick parcourt les longs couloirs et l’emmène vers l’entrée du four …. wwwhiiiinnnnn …. manoeuvre pour se mettre face à la porte wwwwwhiiiiinnnnn…. Des pièces entièrement carrelées sols et murs, avec une plinthe à gorge pour pouvoir laver au jet, comme dans un abattoir ou un laboratoire …. le « carrier » qui ajuste la hauteur de son plateau et fait glisser le cercueil dans le four. Clac ! le bruit sec de la porte qui se referme, aspiration de gasoil … le bruleur qui s’allume, puis woouuhhhhhh-ouuuhhhh le bruit de la soufflerie qui accélère la flamme …. 

            A la fin un employé qui vient demander à la famille : « vous voulez emporter les cendres » ? Réponse : « Non, faites en ce que vous voulez ». « Quand elles seront froides on va les disperser dans »le jardin du souvenir« devant la porte ». « Très bien. très bien » … Brrrr ….. On aurait envie du curé minable, des employés du cimetière qui jettent la terre dans le trou, d’un chien qui passe, qu’il se passe quelque chose d’autre que cette destruction méthodique, bref, d’un peu de vie dans cette mort.

            Bon, pour mes statistiques personnelles, 25% très bien, 25% abominable, 50% passable. 

          • cevennevive cevennevive 23 décembre 2014 16:39

            Oui Alinea ! 


            Je me souviens avec horreur de l’enterrement de ma mère en 2002. Le pasteur a littéralement « déparlé » dans le cimetière, autour de la tombe. Il a fallu que je le fasse taire pour que nous puissions nous recueillir, mes filles et moi.

            Devant autant d’imbécillité, je me suis renseignée, et j’ai appris qu’il était atteint d’Alzheimer et qu’il continuait d’officier...

            Aussi, pour ceux que j’aime et pour moi-même, je voudrais bien qu’il y ait une salle de recueillement laïque où l’on puisse mettre la musique favorite du mort et où ceux qui l’aimaient puissent faire son homélie sans la présence d’on officiant qui ne le connaissait même pas !


          • alinea alinea 23 décembre 2014 18:32

            Un ensevelissement, comme on dit ici, c’est une « fête » comme une autre ; elle peut être parfaite, médiocre ou ratée ! c’est sûr. Pour l’enterrement de mon père, à l’église (! !) le curé était si minable que je me suis pointée devant l’autel et j’ai pris la parole.
            À mes oreilles, mécréante que je suis, aucun curé qui ne connait pas le mort sauf son état civil et le peu qu’en a dit celui qui s’y est collé, ne peut être utile. En général on trace sa carrière et on évoque la longévité de son couple !!!Les curés se font payer, normal, il faut bien que tout le monde bouffe, mais ils ne mettent pas plus d’âme qu’une pierre, plutôt moins, dans ce genre de cérémonie ; sauf à trouver l’exception, et encore, on pourra se demander s’il n’est pas un meilleur commercial que l’autre !!


          • titi 23 décembre 2014 18:38

            « Les curés se font payer, normal, il faut bien que tout le monde bouffe, mais ils ne mettent pas plus d’âme qu’une pierre, plutôt moins, dans ce genre de cérémonie »

            En fait j’en arrive à me demander si les curés ont encore vraiment la foi dans la résurrection et tout le toutim.

            Après, si votre père n’allait jamais à l’église, voire mangeait du curé, et que son cercueil a été amené à l’église, il ne faut s’attendre à un excès de zèle du curé.


          • oncle archibald 23 décembre 2014 19:23

            Ben oui, quand les enfants préparent avec le curé les funérailles d’un paroissien (ça arrive encore, rarement mais ça arrive) c’est en général moins moche que quand on dit au curé enterre le sans qu’il n’ait jamais vu dans son église ni le de cujus ni sa famille. Idem pour les mariages qui n’ont plus lieu dans les églises que parce que les mariés ont à coeur d’entendre jouer la marche nuptiale à l’orgue pendant qu’ils sortent sur le parvis pour les photos …. C’est humain ...


          • alinea alinea 23 décembre 2014 19:58

            C’est vrai titi !! mais il « ne mangeait pas du curé » !! Il ne pratiquait pas, ça c’est sûr, et j’ai idée qu’il n’était pas croyant, mais, après tout, je n’en sais rien !!
            Je pense que tout cela est bien artificiel !
            Et pourtant, il y a quelque chose de juste, de vrai, dans le fait qu’un « étranger » puisse faire le liant d’une peine partagée ; il faut une certaine distance pour « fédérer » !
            Ceci dit, je ne lui en veux pas du tout de n’avoir pas été à la hauteur !!
            Peut-être que les curés sont tristes de ne voir que de pauvres rares âmes esseulées à leur messe, le dimanche !! Si on peut leur éviter la peine de récupérer les non-croyants, dans leur cercueil... mais ça fait du fric en moins !! toujours pareil quoi !


          • oncle archibald 23 décembre 2014 20:09

            Alinéa faites moi plaisir, acceptez que les curés de 2014 n’aient pas les mêmes motivations que ceux du XIX eme siècle ….. Dans les familles on ne dit plus « fais toi curé, tu auras toujours de quoi manger » … C’est fini, tant mieux.


            Dans la quête d’un enterrement de village il y a quoi ? allez un billet de 20 euros de la famille, quelques pièces de 1 et 2 euros, pas mal de 50, 20 et 10 centimes plus quelques boutons de culotte …Allez, cinquante euros en tout, et on n’enterre pas tous les jours …. Les curés qui voulaient la sécurité matérielle ont défroqué depuis longtemps … 

          • alinea alinea 23 décembre 2014 20:51

            Mais non, oncle archibald !!! Les curés se font payer rubis sur l’ongle pour faire leur messe et leur speech pour des funérailles !! Je pourrais en avoir le montant, mais je ne me suis jamais occupée de cela, alors je ne le sais pas ; mais pas de l’ordre de trente euros, non !!!


          • Gnostic GNOSTIC 22 décembre 2014 15:27

            Des députés PS ont déposé une proposition de loi pour que les mairies puissent accompagner les familles en deuil, de façon laïque et sans contrepartie financière.

             

            Ben voyons !

             

             

            Les caisses sont vides

            Les impôts locaux de + en + démentiels

             

            Et nos députés PS n’ont rien d’autre à proposer ?

             

             

            De toute façon les cimetières sont has been et anti écologiques

             

            Place à la crémation (dans des cercueils en carton puisque ça doit bruler)



            • ahtupic ahtupic 22 décembre 2014 16:02

              Tres juste- La crémation devrait être obligatoire.
              On voit que les dé putes du PS n’ont pas grand chose à foutre actuellement vu que toutes les décisions viennent de Obama via Bruxelles.


            • rubicon rubicon 22 décembre 2014 17:00

              @ Gnostic,
              je ne suis pas pour cette idée des députés.
              je pense que la crémation est une bonne option pour les nihilistes.
              Pour ceux (les survivants) qui aiment venir se recueillir sur la tombe du défunt, merci de leur laisser la liberté de choisir le cercueil et la tombe.
              Et pour l’argument du fric et de l’inégalité, je reconnais que ça peut coûter cher de mourir, ne connais pas de solution réaliste, hormis peut-être de réserver des tombes « HLM », donc comme les autres mais à prix réduits, et où par exemple creuser la tomber, déposer le cercueil (il y a peut-être des cercueil ikéa moins cher que les autres ?) etc... seraient des tâches réalisées par les pompiers du coin.


            • Aldous Aldous 22 décembre 2014 22:32

              Le but c’est d’enterrer la France ? 


            • njama njama 22 décembre 2014 23:17

              @ ahtupic
              la crémation devrait être obligatoire.
              sauf qu’avec les questions de réchauffement climatique, d’émission de CO2, d’énergie fossile (que l’on a pas) ou nucléaire, c’est pas très écolo par rapport à une inhumation ...
              On ne pourrait vouloir une chose et son contraire.
              C’est bien gentil ça débarrasse, et ça prend moins de place une fois réduit en cendres etc ...ça ne change rien pour le mort, ça on est d’accord.
              mais une crémation pour une personne « normale » la durée est d’environ 1 h 30 à + de 800 ° (en volume d’énergie je n’ai pas de chiffre, mais c’est vraiment beaucoup) et pour un(e) obèse, bien plus d’heures ...
              Avec environ 540 000 décès par an rien qu’en France, pour donner une idée ... calculez le volume énergétique que cela impliquerait


            • Auxi 4 février 2015 16:37

              si votre père n’allait jamais à l’église, voire mangeait du curé, et que son cercueil a été amené à l’église…


              …c’est forcément contre sa volonté.

              • Tall 22 décembre 2014 17:09

                On devrait appliquer aux funérailles, les mêmes principes de recyclage qu’aux détritus.


                Le cadavre serait désossé, le sang serait aspiré, et les différents organes extraits et décomposés de manière à en tirer diverses choses utiles.

                On sait par exemple que la peau permet de fabriquer de très jolis abats-jours, qu’avec le sang et les intestins, on peut faire du boudin de qualité, avec les os : de superbes cendriers ... etc ...

                Qu’en pensent les Ecolo ?

                • larebil 22 décembre 2014 17:42

                  « l’Etat doit-il proposer des cérémonies gratuites »

                  Le titre est mal choisi. Il faudrait dire « L’état doit il proposer des cérémonies payées par le contribuable ».

                  Et donc, la réponse est « que l’état commence par bien faire ce qu’il doit vraiment faire (fonctions régaliennes) avant de vouloir s’occuper d’encore de nouvelles tâches ».


                  • Depositaire 22 décembre 2014 19:20

                    Il est bien certain que le marché de la mort est très juteux pour les compagnies des pompes funèbres. En soi, il ne serait pas plus mal d’assurer à moindre coût l’enterrement des gens. Bien au contraire. Si ça peut casser le monopole des pompes funèbres, pourquoi pas.

                    Ceci dit, que l’on laisse aux familles le droit de faire les rites funéraires qu’elles souhaitent pour leurs défunts. En ce sens, il ne faut en aucune manière que la loi intervienne sur ce point.

                    En passant, j’en profite pour signaler une chose à peu près inconnue, mais compte tenu du caractère tellement déroutant du sujet, je ne ferai qu’une allusion, car les réactions risquent d’être plutôt violentes, ce qui est un des indices du degré d’ignorance abyssal de certains domaines, qui étaient pourtant bien connus de nos ancêtres, dans lequel est plongée notre société.

                    Les rites RELIGIEUX funéraires sont très importants. Non pas tant pour les défunts en vu de leur vie future, selon la conception de la religion considérée, mais pour autre chose qui est du domaine de ce que l’on appelle en Chine, par exemple, les « influences errantes ». c’est du domaine psychique et à peu près totalement inconnu dans nos sociétés actuelles, y compris chez les religieux qui l’ont oublié, même s’ils continuent d’accomplir les rites religieux pour les morts.

                    Je n’en dirai pas plus. Simplement que les athées sont encore plus ignorants qu les croyants, malgré leur illusion du contraire...


                    • Auxi 4 février 2015 16:45

                      Les rites RELIGIEUX funéraires sont très importants.


                      Pour les religieux seulement. À l’enterrement de mon père, je suis resté sur le parvis de l’église où sa dépouille avait été déposée contre sa volonté clairement exprimée de son vivant, ce qui m’a valu une brouille définitive avec certains membres de ma famille.

                    • Tillia Tillia 22 décembre 2014 22:35

                      Ma parole l’Etat est partout ! Il va bientôt falloir qu’on regarde sous nos plumards pour vérifier que l’Etat ne s’y trouve pas, il a déjà investi nos poches ... 


                      • zygzornifle zygzornifle 23 décembre 2014 09:34

                        pour les « sans dents illettrés »


                        • zygzornifle zygzornifle 23 décembre 2014 09:36

                          ils ont tellement peur vu le nombre de familles très pauvres que celle ci finissent par enterrer leur défunt dans la nature ....


                          • dixneuf 23 décembre 2014 10:41

                            Ce qu’il faut, dansles cimetières, c’est créer des sections pour ne pas mélanger les adeptes des religions entre eux et les athés, comme c’est déjà le cas pour les musulmans (au cimetière de Fontenay sous bois on ne mélange pas les torchons avec les serviettes, les croyants de la vraie religion avec les mécréants) - C’est ça, l’intégration réussie ?


                            • Philippe VINSONNEAU Philippe VINSONNEAU 23 décembre 2014 10:48

                              j’avoue ne pas comprendre le sens de votre article, pas plus que celui de ce projet de loi... à défaut de dernière volonté du défunt il appartient à la famille ou aux proches de prendre les dispositions cérémoniales liées à l’inhumation.. Si le défunt n’est pas solvable, il bénéficie d’un enterrement indigent pris en charge par la Municipalité, c’est ainsi partout, le coût à charge de la collectivité est d’environ mille euros, une entreprise de pompes funèbres à défaut de PF municipales sera en charge de cette organisation dont un recueillement ou cérémonie religieuse au choix. Si la personne est solvable, les PF sont prioritaires pour encaisser leur facture la cérémonie basique se déroulera selon les mêmes modalités. ce qui change surtout c ’est la concession, le caveau ... Une inhumation simple avec un service civil ou religieux coute environ 1300 à 1500 euros tout compris, cependant si vous voulez des poignées en argent, un capiton en velours de damas, 6 porteurs à la queue leu et toute la dorure des parvenues ça peut monter monter... c’est votre affaire. L’état socialiste ferait mieux de s’immiscer dans la dangereuse privatisation des fondamentaux l’eau l’électricité les transports... ce que je vois moi c est cette nouvelle manie de vouloir à tout prix détruire notre culture à vouloir la laïciser à outrance pour faire baba con con - , sauf que dans la dernière minute de sa vie le moribond, quelque fut son discours... c’est pas la république qu’il interpelle... mettez vous bien ça dans le crane les laïcs à deux balles


                              • soi même 23 décembre 2014 12:29

                                Une autre question, l’État doit avoir un rôle à jouer dans nos événements intimes ?

                                Une question qui devrait être prise au sérieux, car la nature même d’une dictature, et de s’approprier la vie intime des individus et ce qui pourrait voir cela comme une nécessité devrait à regarder à deux fois avant de décréter que c’est une avancer spectaculaire, car je considère plus tôt cette proposition au même titre que cette tentative à légiférer sur l’euthanasie comme une pierre angulaire de possé pour entré de plein pied dans une nouvelle dictature, comme si l’expèrience nazis où communisme n’étaient pas une leçon, on en réclame une autre qui sous couver de l’égalitaire n’aura rien à envier aux deux précédentes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès