Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Gardien de la paix

Gardien de la paix

Réflexions avunculaires …

Ma chère nièce vient de m’annoncer, très heureuse qu’elle a réussi un concours et qu’elle sera « Gardien de la paix ! » Je sais son désir de rentrer dans le monde la police ou de la justice. Il est ancien, profond et parfaitement inscrit dans son histoire personnelle. Je devine là une vocation qu’il ne m’apparient ni de juger ni de contrarier. Je lui ai simplement écrit un commentaire de félicitations accompagné de la remarque « Pourvu que ce beau métier ne perde jamais de vue sa formidable appellation ! »

Rien n’est plus noble et louable que le désir de garder la paix, de permettre aux uns et aux autres de vivre en bonne intelligence. J’espère que ma nièce aura ce bonheur de n’avoir que cette belle mission à mener, de ne pas avoir à sortir du cadre de la faute de chefs qui écoutent trop facilement les sirènes martiales. La police devrait être ce lien pacificateur au sein d’une société heureuse et bienveillante. Hélas, il en est bien autrement le plus souvent et cela me désole.

Il y a quelques jours, je rentrais d’un spectacle sur une petite route de campagne, de nuit. Soudain, au milieu de la route, une lumière forte, blanche ! Je ralentis inquiet ; c’est, je le découvre au tout dernier moment un contrôle de gendarmerie. Après les vérifications d’usage, je me permets de dire ma surprise devant ce signal équivoque en pleine nuit, ajoutant à celui qui semblait diriger le petit groupe : « Votre lumière sans autre indication fait peur, j’ai cru qu’une moto venait sur moi en sens inverse ! »

Et là, quelle ne fut pas ma surprise d’entendre ce brave militaire me répondre : « Nous sommes là pour faire peur ! » Je préférai partir sans chercher à faire entendre raison à un fonctionnaire qui n’a sans doute pas compris l’essence même de son rôle ou qui a été emporté par la folie qui emporte ses chefs et ses supérieurs hiérarchiques. Nous avons il est vrai un premier ministre à la rigidité de chef d’état major d’un état martial.

On peut remarquer que tant nos responsables politiques que bon nombre de nos concitoyens désirent voir en eux les dignes et impitoyables forces de l’ordre. L’ordre, mon bon monsieur impose une main de fer et un changement radical de comportement. La crainte du gendarme ou du policier doit faire place désormais à la terreur. Il n’y a plus de place pour l’accompagnement, la sécurisation, la présence débonnaire. Il faut rouler les épaules et montrer une face patibulaire pour satisfaire à cette effroyable perversion d’une noble fonction. Pour accompagner le mouvement on habille les fonctionnaires comme des soldats en campage.

Quand ce n’est pas de les transformer en agents fiscaux d’un état qui ne veut plus convaincre, inciter ou bien prévenir les automobilistes mais les piéger sournoisement pour puiser dans leur porte-monnaie. Un uniforme caché dernière un bosquet est une hérésie, il est fait pour être mis en évidence, pour montrer à tous sa présence et établir ainsi un climat de confiance. La prévention prime sur la répression quand on préserve la paix.

Un gardien de la paix devrait être le digne héritier de l’hirondelle d’antan, de l’îlotier d’autrefois, de ces compagnons du quotidien qui de leur simple présence apportaient sérénité et tranquillité dans un quartier où ils vivaient. Hélas, il en va tout autrement, notre société vire à l’affrontement permanent et nos braves fonctionnaires de police ou de gendarmerie ne rencontrent le plus souvent qu’hostilité et mépris. À qui la faute ? Qui a commencé ? J’avoue ne pas être en mesure de le dire.

Ce qui est certain c’est que tout est à revoir et ce n’est pas nos soldats en tenue de camouflage et l’arme au poing dans nos rues qui vont apporter ce renouveau qu’il conviendrait de mettre en place dans une société en déliquescence. Qu’on ne me parle pas de l’état d’urgence pour justifier cette démonstration absurde de force. Je n’imagine pas ce pauvre militaire tirer dans la foule pour abattre un potentiel terroriste. La dissuasion est nulle pour les monstres, l’effet calamiteux sur la population.

Oui ma chère nièce, je rêve que tu puisses exercer ton futur métier dans un pays en paix avec lui-même et avec ses agents, dans une nation où les dirigeants ne cherchent plus à instrumentaliser les peurs et les angoisses, où la population cesse de voir dans le fonctionnaire un ennemi ou un parasite. Je souhaite que tu ne sois pas immergée dans une police gangrénée par une idéologie de la haine et épuisée par les insultes d’une frange de la population. J’espère de tout cœur que tu sois véritablement une belle et efficace gardienne de la paix civile, loin de cette détestable odeur de poudre et de conflit.

Je crains que ce ne soit trop demandé. Fais de ton mieux, je sais que tu tiendras le cap et que tu éviteras bien des dérives. Bonne chance à toi, ton choix est particulièrement difficile et en cela il mérite tous mes encouragements.

Avunculairement tien.

P2120023-3.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  3.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • juluch juluch 9 août 13:08

    Je suis assez d’accord, l’essence meme du gardien de la paix n’a plus de sens face au laissé aller issue d’une politique Mitterrandienne.


    a présent ils se font caillasser, insulter....tuer et c’est presque normal. quand ils ripostent c’est eux que l’on emmerde.

    Aussi, sur les routes ils sont plus là pour faire du chiffre que de la prévention.....politique là aussi.

    pour les militaires en Vigipirate, missions que je fait de temps à autres, c’est de la dissuasion, fait pour rassurer. ceci étant on est prêt à....en mesure de.....si besoin croyez moi. smiley

    votre nièce a bien du courage

    merci Nabum

    • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 14:31

      @juluch

      Nous avons perdu de vue les missions premières de bien des fonctionnaires
      La course absurde à la rentabilité, le mépris pour le service cette belle et grande notion ont conduit à cette catastrophe qui brise le lien social

      Le libéralisme mais pas seulement, le manque de conviction de nos politiques et les recrutements au diplôme ont fait le reste.
      Adieu les gens qui venaient par vocation


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 9 août 16:56

      J’ai exercé ce métier pendant près de 30 ans ( simple gardien )

      J’ai heureusement toujours en souvenir les regards des yeux des personne que j’ai aidé !


      « Les agents sont de brav’s gens  » vieille chanson française.


      Bonne carrière à la nièce.


      @+ P@py


      • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 17:55

        @Gilbert Spagnolo dit P@py

        Merci

        Elle a besoin d’encouragements
        C’est un métier difficile avec désormais une vraie brisure du tissus social


      • Abou Antoun Abou Antoun 9 août 17:19
        Geores Brassens : l’Épave :

        Et j’étais là, tout nu, sur le bord du trottoir-e
        Exhibant, malgré moi, mes humbles génitoires.
        Une petit’ vertu rentrant de travailler,
        Elle qui, chaque soir, en voyait un’ douzaine,
        Courut dire aux agents : « J’ai vu que’qu’ chos’ d’obscène ! »
        Ça n’fait rien, il y a des tapins bien singuliers...

        Le r’présentant d’la loi vint, d’un pas débonnaire.
        Sitôt qu’il m’aperçut il s’écria : " Tonnerre !
        On est en plein hiver et si vous vous geliez ! "
        Et de peur que j’n’attrape une fluxion d’poitrine,
        Le bougre, il me couvrit avec sa pèlerine.
        Ça n’fait rien, il y a des flics bien singuliers...

        Et depuis ce jour-là, moi, le fier, le bravache,
        Moi, dont le cri de guerr’ fut toujours « Mort aux vaches ! »
        Plus une seule fois je n’ai pu le brailler.
        J’essaye bien encor, mais ma langue honteuse
        Retombe lourdement dans ma bouche pâteuse.
        Ça n’fait rien, nous vivons un temps bien singulier...


        • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 17:56

          @Abou Antoun

          On peut même demander à voir le nombril d’un agent de police


        • Alren Alren 9 août 19:50

          @Abou Antoun

           Mais justement ce policier avec sa cape et son bâton blanc qui patrouillait la nuit au lieu d’être au chaud à la maison, qu’on pouvait solliciter presque à chaque coin de rue et capable de venir en aide à un ivrogne en danger de mort, ce policer à képi n’existe plus !!!
          Et Brassens était un poète nostalgique.


        • OMAR 9 août 17:38

          Omar9

          C’est l’histoire d’une aubergine qui a dédié une contredanse à un poulaga qui venait de lui offrir un bouquet de pervenches.....

          Sinon, bonne réussite à votre nièce, Nabum....


          • C'est Nabum C’est Nabum 9 août 17:56

            @OMAR

            Merci pour elle


          • Jean Pierre 9 août 23:08

            @OMAR
            Elle avait les yeux en amande ?


          • OMAR 10 août 00:21

            Omar9

            Oui @Jean Pierre

            Les mêmes yeux que son poulet....


          • gaijin gaijin 10 août 07:52

            désolé pour votre nièce
            ce genre de choses arrive parfois et j’ai quand a moi perdu plusieurs amis dans ces circonstances tragiques ..........
            gardien de la paix , il y a eut paraît t’il des temps plus heureux mais je ne peux m’empêcher de me demander la paix de qui ?
            aujourd’hui comme jadis messieurs les archers du roi le petit doigt sur la couture du pantalon servent des lois a la manière de l’araignée : très dangereuses pour les petites mouches et très peu pour les gros frelons.


            • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 08:45

              @gaijin

              Je suis certain qu’elle n’aura pas ce comportement
              Il y a encore des serviteurs de la population et non des représentants du bras séculiers


            • gaijin gaijin 10 août 11:01

              @C’est Nabum
              oui au début , ensuite le formatage de la pensée fera son oeuvre .......ce n’est pas uniquement pour être reconnus que ces gens portent un uniforme


            • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 12:17

              @gaijin

              Je croise les doigts


            • Osis Osis 10 août 09:12


               

              Gardien de la Paix....

              La paix n’a pas besoin d’être gardée.
              C’est la guerre qu’il faut garder.
               
               


              • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 10:35

                @Osis

                La guerre s’entretient comme une maîtresse exigeante


              • gogoRat gogoRat 10 août 12:30


                 Gardien de la paix ?
                 Serait-ce trop demander que d’inciter à voir la prétention révélée par cette expression ?
                 id est : le même a priori, (ou piège ?) que celui que révèle (inconsciemment) le terme de ’fonctionnaire’ !
                 Une sorte de religion d’état, inculquant au pékin moyen, une croyance en une fatidique et inéluctable vocation des qualités ou tares humaines à devoir être incarnées !
                  
                 ’fonctionnaire’ : Dérivé de fonction ; suffixe -aire 
                 Pourquoi ne dit-on pas, plutôt, « statutaire » ? Ne serait-ce pas plus vrai ?
                 Sinon, pourquoi ne compte-t-on pas comme ’fonctionnaires’ (au rang de celles et ceux, qui se dévouent pour une fonction) tous ces gens qui se dévouent (occasionnellement, en pointillé, ou à temps plein) pour une fonction au service d’autrui ? ( genre pompiers, personnel de santé ’du privé’, bénévoles caritatifs ou religieux, etc ...)
                  
                 Dans ce que sous-entend le vrai sens de démocratie, serait-ce bien à une ’élite’, juge et partie, (une fois pour toutes et à vie !), de déterminer ce qu’est et doit être la paix, ou les ’fonctions’ conformes à la ’volonté générale’ ? 
                 ( Cette volonté générale peut -elle être estimée, à un instant T, et une fois pour toutes ?)

                 Ne se pourrait-il pas que l’erreur, voire la faute de logique que révèle cette dérive langagière soit due à un laxisme de la pensée (et du débat public) concernant les techniques actuelles de légitimation du pouvoir politique ? (techniques, voire stratagème ?- procédurièrement imposées, et installées par habitude -cf La Boetie !).


                • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 16:07

                  @gogoRat

                  Commentaire savant
                  Merci


                • gogoRat gogoRat 10 août 12:48

                  Merci pour ce texte dont je commenterai ici quelques phrases pour tenter de dépasser certains clichés trop communément et constamment rabâches .
                   

                  * Nous sommes là pour faire peur ! » Je préférai partir sans chercher à faire entendre raison à un fonctionnaire 
                  >>> cf Claude Bernard :
                   ’C’est ce que nous croyons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre’
                   
                   Il est vrai, qu’apparemment, beaucoup de celles et ceux qui se revendiquent comme ’fonctionnaires’ se voudraient de la lignée des Lumières, se prenant pour les seuls phares susceptibles d’éviter à autrui ce qu’ils déclarent ’obscurantisme’.
                  Ainsi, ils et elles se sont persuadés être détenteurs(-trices) de ’La Raison’ : croyant La posséder, ils ne La cherchent plus ; il ne serait pas étonnant, dès lors, que cette raison leur échappe sans même qu’ils ne sachent que cette éventualité est possible !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 16:08

                    @gogoRat

                    Les Lumières se sont éteintes depuis longtemps


                  • gogoRat gogoRat 10 août 13:17


                    • * la rigidité de chef d’état major d’un état martial

                    • * forces de l’ordre
                       
                    • * emporté par la folie qui emporte ses chefs et ses supérieurs hiérarchiques
                       
                    • * La crainte du gendarme ou du policier doit faire place désormais à la terreur.
                       
                    • * effroyable perversion d’une noble fonction
                           
                     >>> C’est sans doute ainsi que se manifestent certaines conséquences de l’erreur/faute de logique ayant conduit aux prétentions d’incarnations des fonctions !
                     
                     Incarnation (auto-)justifiée par quoi ?
                     
                     Peut-être un a priori d’utilitarisme ?
                     à noter que ce paradigme (incarnation de fonctions ou services) n’induit pas de la crainte, voire terreur, que dans le corps de métiers le plus emblématique (et le plus primaire/ancestral/premier) des incarnés ’fonctionnaires’.
                     Pour s’en convaincre, prenons le ’cas’, d’un génie incontestable et incontesté, de la Recherche fondamentale, au ’service’ de ses compatriotes : outre de fort honorables avancées scientifiques, un prodige tel que Von Neumann ne nous a-t-il pas légué l’équilibre de la Terreur (dite stratégie « MAD » ! Mutual Assured Destruction )
                     Serait-ce uniquement un hasard ?

                     ( Vouloir faire primer un supposé ’ordre’ sur l’entendement des ’particuliers’ n’est pas un dilemme nouveau !
                     Relire ’Antigone’, de Jean Anouilh !)


                    • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 16:09

                      @gogoRat

                      J’ai le sentiment d’être constant dans l’erreur


                    • gogoRat gogoRat 10 août 13:42
                      • * ’établir ainsi un climat de confiance’

                      • * ’nos soldats en tenue de camouflage’
                      >>>
                       Tout(e) incarné(e)-fonctionnaire, prétendant qu’il soit ’raisonnable’ de vouloir établir (imposer ?) un climat de confiance, n’est-il pas, plus ou moins, un soldat en tenue de camouflage ?
                       N’est-il pas possible d’envisager autant de différences entre un mercenaire et un soldat, qu’entre un soldat et un appelé du contingent ?
                       Le mercenaire ou le soldat ne doivent leur rémunération qu’à la confiance qui leur a été préalablement accordée. La confiance ne saurait être établie : c’est un cadeau qu’on vous offre (ou qu’on vous accorde), mais jamais un dû !
                       
                        
                      * ’La dissuasion est nulle pour les monstres’
                      >>> Nous tous qui avons accepté (ou toléré) la stratégie officielle MAD (cf dissuasion nucléaire !), ne risquons-nous pas aussi de nous voir un jour transformés en monstres ?
                        

                      * ’où la population cesse de voir dans le fonctionnaire un ennemi ou un parasite’
                      >>>
                       bis repetita : question de techniques de légitimation !

                        
                      * ’les insultes d’une frange de la population’
                      >>>
                       question de regard, de ressenti, d’interprétation ?
                       Pour éviter les procès d’intention, ATTENTION à bien différencier les attaques ad hominem, des indispensables remises en question dépassionnées, capables d’abstraction, nécessaires à un débat serein


                      • C'est Nabum C’est Nabum 10 août 16:10

                        @gogoRat

                        à moins que ce soit moi qui ne saisisse pas le sens de votre argumentation


                      • zygzornifle zygzornifle 15 août 14:38

                        la paix est un état précaire entre 2 guerres comme la santé entre 2 maladies ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès