Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Hier, je suis allée au Crédit Municipal

Hier, je suis allée au Crédit Municipal

Le Crédit Municipal, ou pour nous les pauvres, les "sans dents", l'offre de la dernière chance.

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe du Crédit Municipal, je vais vous l'expliquer, c'est très simple. Fin de mois difficile ? Pas de problèmes ! Vous devez bien avoir quelques bijoux en or, un vélo, un vêtement de marque, un manteau de fourrure ? Non ? Bon, et bien si vous avez la chance d'avoir encore cela quelque part chez vous, il vous suffit de vous rendre au crédit municipal avec une pièce d'identité et un justificatif de domicile de moins de 3 mois, et de déposer vos objets en gage contre environ la moitié de leur valeur. Il s'agit d'un crédit et qui parle de crédit parle automatiquement d'intérêts. En dessous de 300 € prêtés le taux appliqué est de 4% sur un an. à partir de 301 € le taux grimpe à 9,3%.

Ce à quoi il est utile de s'intéresser est l'idée qu'en cette période de crise, il y a premièrement une fréquentation accrue de ce type de "service" (environ 700 personnes par jour à Paris d'après l'hôtesse d'accueil), et deuxièmement, que l'État trouve encore le moyen de s'enrichir sur le dos des plus démunis.

Car ce ne sont pas de riches héritiers venant déposé des Oeufs Fabergé qui fréquentent surtout le Crédit Municipal, mais des familles aux origines modestes, des jeunes, des personnes âgées... Cela va bien avec la politique d'austérité européenne. En effet, pourquoi annuler les taux d'intérêt alors que l'on demande aux Français de se serrer la ceinture au nom d'une croissance hypothétique qui nous le savons ne reviendra jamais ?

Toutes ces personnes, qui n'ont aucune certitude sur l'issue financière du mois en cours, doivent reproduire la même erreur que l'Etat il y a des années. La contraction de crédit continue au niveau particulier au profit de l'enrichissement suppos這 étatique.

N'est-ce pas une boucle stupide et sans fin ?

Le rôle de l'État n'est-il pas de protéger ses citoyens les plus démunis de ne pas tomber dans le piège du crédit ? Au lieu de cela, ils nous mettent leurs propres cordes au cou. Au nom de quoi ? Du profit des spéculateurs, banques, assurances etc. 

Nous utilisons actuellement 150% des ressources planétaires ( d'après Dennis Meadows, chercheur américain du MIT ), la richesse mondiale a doublé depuis 2000, atteignant le chiffre record de 241 000 milliards de dollars (d'après le rapport du Crédit Suisse et de la Croix-Rouge). Malgré cela, les pauvres sont de plus en plus pauvres, et les riches de plus en plus riches.
Voilà ce que le système capitaliste libéral mondialisé permet et la ligne de conduite que nos politiques s'obstinent à suivre.

Le schéma est pourtant simple à visualiser.

Plus vous manquez d'argent, moins vous en avez. Plus vous avez d'argent, plus vous vous enrichissez. Comment ne pas se rendre compte qu'à long terme, une fois que les dettes se seront toutes enfin transférées sur les petites gens, le serpent se mordra la queue ? C'est déjà le cas en ce moment. Car nous n'avons pas les moyens de subvenir à la dette publique.

L'Islande, ou devrais-je dire, les Islandais, ont refusé de payer la leur, et refusé également de subventionner les banques irresponsables et laissé couler la plupart ( je vous invite à faire des recherches à ce propos). Le peuple a réclamé ses droits comme nous devrions le faire. Ce ne sont que des irresponsables, nous refusons d'assumer les conséquences de leur corruption et de leur mauvaise gestion. 

Quand un particulier est à découvert sur son compte bancaires, que ses prélèvements SEPA (qui ne nécessitent même plus d'autorisation) sont refusés pour 20 € de frais chaque fois, un TEG de 20% applicable, alors que c'est l'irresponsabilité des banques qui a causé la crise économique, vous trouvez cela juste ? Je vous invite à suivre ce lien http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F31423.xhtml et à vous poser la question de savoir pourquoi les banques se payent si grassement alors qu'elles sont toujours debout grâce à nos subventions ? Et nous, toujours dans l'austérité. 

Nous sommes encore soumis à la promesse de richesses futures qui, notre passé économique l'a prouvé et le prouve encore, est digne des histoires de bonne aventure. De quel droit les banques ont-elles encore le pouvoir de s'enrichir sur le dos des citoyens dont elles ont causé la ruine ?

En sachant que les entreprises françaises ont en tout bénéficié de 7 milliards du CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité de l'emploi ; financé par la hausse de la TVA sur les ménages) que le chômage atteint 10% et que l'investissement a diminué de 0,8% ; Comment se fait-il que les entreprise (celles qui réalisent une grande partie de leurs bénéfices à l'étranger) aient augmenté les dividendes versés à leurs actionnaires de 30,3% au deuxième trimestre 2014 ?

Tout cet article parce que, quand je suis allé au Crédit Municipal, j'ai pu voir la lassitude dans les yeux des gens, ceux qui ont le plus de raisons de dire non sont accablés, ils ont honte. Il n'y a pas de quoi.

Nous haïssons les riches en France, mais nous détestons encore plus les pauvres.

Ce n'est pas une maladie contagieuse. De plus, la France nous permet de bénéficier de beaucoup d'aides sociales, pour lesquelles nous cotisons. Lorsque nous réclamons nos droits, nous sommes traités d'assistés, des profiteurs... Alors, renforçons les contrôles, se dit l'Etat. Divisons le peuple entre ceux qui travaillent encore et ceux qui "ne foutent rien". La faute aux étrangers, disent d'autres. Et de cette façon ceux qui auraient raison de se dresser contre l'austérité doivent se défendre au lieu d'accuser.

Les chiffres, pourtant ! Les chiffres montrent les inégalités et voilà comment elles sont permises. De plus les cotisations devraient permettre de faire fructifier l'argent commun, sinon quel intérêt à tout cela ? La redistribution se fait d'une façon perverse et ceux qui ont le pouvoir de faire changer cela ne le feront pas car ça ne leur est pas profitable.

Les entreprises privées (les grosses grosses) se gavent sur le dos des pays et de leurs citoyens, ils manipulent l'opinion publique pour que les lois leur soient profitables. Les Venture Capitalist ("capital-risqueurs") investissent dans des start-up "à la con" sans se soucier de leur qualité uniquement pour en faire des fonds d'investissements grâce aux effets de Buzz ( http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/07/09/financement-des-start-up-le-grand-n-importe-quoi_4454157_3234.html ) Et tant pis pour les entreprises sérieuses qui mériteraient d'obtenir plus d'investissements. L'argent n'appelle que l'argent, rien d'autre.

Nous avons le pouvoir de dire "NON" .
N'oublions pas que ce sont les Hommes qui actionnent les systèmes, pas l'inverse.

Démocratiquement.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jpm jpm 24 octobre 2014 12:48

    Merci pour ce témoignage.

    Je suis particulièrement d’accord avec ces deux extraits de phrases « La redistribution se fait d’une façon perverse » et « Lorsque nous réclamons nos droits, nous sommes traités d’assistés, des profiteurs ».

    C´est pour cela que je milite pour l´instauration d´un revenu de base inconditionnel qui mettrait fin à la stigmatisation des plus faibles et permettrait de concevoir une meilleur redistribution des richesses... surtout plus transparente.

    http://revenudebase.info/

    Ci-dessous une petite vidéo sur une proposition de revenu de base à la Réunion :

    https://www.youtube.com/watch?v=HN8cBtWIekQ&feature=youtu.be

    et une autre sur les réflexions du président du Crédit Coopératif a propos du revenu de base et de l´initiative européenne de l´année passée qui ouvre le débat démocratique sur ce revenu d’existence.

    https://www.youtube.com/watch?v=8hlj7pG_WZA


    • Fauteur de Paix 24 octobre 2014 18:22

      Oui, ce n’est pas évident de voir des mères avec des enfants en bas âge essayer de venir grapiller l’argent de leurs bracelets en toc. Le taux d’intérêt est vraiment honteux. C’est pour cela que nous devons dire stop. Les larmes dans leurs yeux à la signature d’un prêt de 30 euros à 4%, ça va deux secondes. 


    • doctorix doctorix 24 octobre 2014 23:44

      @Constant Danslayreur 3

      Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous dites.
      Imaginez que les gens empruntent à 0% chez ma tante, et qu’ils aillent ensuite placer cet argent en bourse avec des dividendes à deux chiffres, comme tout le monde.
      Ou irions nous ?
      Non, non, 9.3%, c’est très raisonnable pour des pauvres.
      Les emprunts à 0.005%, il faut les réserver aux riches.
      En plus, comme ils n’en ont pas besoin, leur demande est faible, il faut quand même tenir compte des lois du marché.
      Si ça ne plait pas aux pauvres, ils n’ont qu’à devenir riches, après tout : en toute équité, on leur fera les mêmes conditions.
      Comme vous le savez, il vaut bien mieux taxer les pauvres que les riches, parce qu’ils sont beaucoup plus nombreux.
      C’est du simple bon sens.
      Et puis pourquoi ils empruntent des sommes pareilles ? Pour s’acheter des télés de 80cm et des jeux vidéos, avec lesquelles ils joueront au lieu de chercher du travail, sans nul doute.
      Croyez-moi, ces taux dissuasifs bien que fort raisonnables, c’est dans leur intérêt, et ça affine leur sens des économies.
      Moi, par exemple, je pourrais fort bien vivre sans mon château 18ème et ma Maserati.
      Mais même si je tombais dans la misère, à moins de 100.000 euros par an par exemple, je n’irais jamais les fourguer chez ma tante.
      Ah, ça, non !
      Car j’ai de la dignité, moi, Monsieur.

    • soi même 24 octobre 2014 18:18

      Les pauvres, les "sans dents n’existent pas, t’est un homme point barre !

      T’aa besoin d’aide appel aux secours, comme les règles sont faussés, il y plus lieux de s’embraser de protocole de la bienséance !


      • Fauteur de Paix 24 octobre 2014 18:26

        Je n’ai pas tout compris je pense, à cause des fautes. Mais je suis d’accord avec vous sur l’expression, je ne l’utilise que pour appuyer son absurdité. Nous sommes bien sur tous des Hommes quelque soit notre richesse. Mais certains semblent l’avoir oublié. C’est ce dont mon article témoigne, j’espère qu’il n’y a pas de quiproquos. 


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 octobre 2014 22:27

        Bonjour,
        .
        Le monde de la finance à pris le pouvoir sur nos vies, les hommes politiques ont trahi les électeurs en acceptent que l’intérêt privée, ici on parle bien des banques privées, est placée haut dessus de l’intérêt public.
        .
        L’UE prône la libération des marchés, la privatisation des services publics, l’ultra libéralisme avec le futur grand marché transatlantique qui permettra aux multinationales d’attaquer l’état français via des tribunaux d’arbitrage privé, pour peu qu’elles considèrent telle ou telle décision, résultant d’un choix électoral majoritaire, comme nuisible à leurs investissements.
        .
        L’état français ne rempli plus son rôle pour défendre l’intérêt public, les valeurs républicaines, les faibles, les travailleurs et la classe moyenne !
        .
        Le président français, François Hollande, à viole à des maintes reprises la constitution française.
        https://www.upr.fr/communiques-de-presse/suite-au-viol-constitution-president-republique-lupr-demande-procedure-destitution
        .
        Il est grand temps que l’état français, les français retrouvent leur souveraineté, pour établir une déontologie bancaire qui respecte les citoyens !
        .
        La banque de France doit retrouver son droit qui lui à été confisque par la loi du 3 janvier 1973 plus tard retranscrit dans le traité de Maastricht (article 123 TFUE).
        .
        Les banques privées sont de plus en plus irresponsables et beaucoup se sont transformé en casinos royales ... et les pertes ... à force de jouer avec notre argent qui est mélangé avec des produits financiers virtuelles (produits financiers toxiques) sont payables par les contribuables. Depuis le début de la crise en 2008, crise qui vas encore durer selon certains visionnaires au moins encore 10 ans, la BCE à donnée à ses Bankster privées la coquette somme de 1600 milliards d’Euros pour les "sauver de la faillite’.... et la crise c’est ça. ... nous sommes entrent de rembourser ses 1600 milliards d’Euros à travers des nos impôts et la politique d’austérité mise en place par la TROÏKA (BCE, FMI, UE) !.
        .
        Puis il y à aussi les intérêts excessives sur la dette publique qui s’élève à plus de 2000 milliards euros, seulement pour la France, et qui nous coute la coquette somme de 50 milliards d’euros en intérêts / ans ce qui est le quasi équivalent de l’impôt sur nos revenues ! Mes impôts sur les revenues ont double d’une année à l’autre à salaire égal !
        .
        Il faut mettre un terme à toutes ses escroqueries !
        .
        http://www.upr.fr


        • doctorix doctorix 24 octobre 2014 23:48

          @Eau du robinet, je bois vos paroles.


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 octobre 2014 07:40

          oupps petite correction....
          .
          « retranscrit dans le traité de Maastricht puis dans le traite de Lisbonne (article 123 TFUE). »
          .
          Merci pour votre commentaire Doctorix smiley


        • Tartine et Voltaire Tartine et Voltaire 26 octobre 2014 03:27

          Grève générale, phobie administrative généralisée, économie souterrainement, c’est tout ce que mérite ces énarques carriériste à défaut de gouverner... il n’y a pas de raison de continuer à les subir !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès