Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Histoire de vous tenir le crachoir

Histoire de vous tenir le crachoir

Ce petit jet insignifiant …

Poursuivant mon œuvre d'expectoration des petits et des grands travers de cette société, j'ai décidé de vous tenir le crachoir sur un sujet visqueux qui, phénomène de mode ou mouvement de fond, se répand de bouche à bouche dans notre belle jeunesse pour concerner dès maintenant 60 % de ses membres, au grand désespoir des adorateurs de l'héritage de notre grand Louis Pasteur.

Il est bon de revenir aux sources de cette histoire : l'hygiène taillait sa route dans les esprits civiques d'alors. Le microbe venait de faire une entrée tonitruante dans les représentations populaires et l'aversion qu'il provoquait alors, avait eu raison des habitudes fâcheuses des chiqueurs, priseurs et autres expectoreurs d'une belle époque qui avait la salive facile.

Les effets se firent sentir immédiatement et les âmes nobles n'avaient plus besoin de se pincer le nez lorsqu'elles sortaient en public. Les crachoirs firent le bonheur des brocanteurs : ils cessèrent d'importuner le petit personnel de service. La tuberculose, quant à elle, tirait sa révérence que l'on pensait définitive et seuls, les fabricants ou les lustreurs de crachoirs faisaient la lippe.

Le glaviot était devenu « persona non-crachat » de nos cités. On gardait pour soi ses viscosités verdâtres, purulentes et mousseuses. D'énormes mouchoirs à carreaux recueillaient les derniers spécimens de quelques irréductibles incontinents. Le malotru qui se faisait prendre devait payer une amende, cracher à ce bassinet fiscal qui calme les plus récalcitrants.

Les cours de récréation pouvaient accueillir les joueurs de billes ; l'hygiène ne laissait personne indifférent et les plus sceptiques savaient maîtriser leurs humeurs, fussent-elles mauvaises. Le respect était la règle et l'on ne risquait pas la plus petite infection naseau-comiale dans les lieux publics de notre cher pays.

Puis, tout a changé. Les hordes de cracheurs sont sorties du bois, plus exactement de la télévision. La jeunesse, toujours à la recherche de modèles, a vu les gros plans des retransmissions sportives. L'idole en plein effort crachait : il fallait l'imiter pour devenir son égal. Le crachat s'expliquait parfois par l'effort consenti et à d'autres moments n'était que l'expression mûrement réfléchie d'un désaccord souvent superficiel. Il faut avouer que la salive leur vient plus facilement en bouche que les mots bien sentis.

Ce nivellement par le bas eut des effets immédiats. Le sol se retrouva orné de ces ronds abjects, les cours de récréation redevinrent des lieux parfaitement infréquentables et la tuberculose retrouva un peu de vigueur ainsi que quelques milliers de poumons à infester. Le crachat a fait son retour en force, il se réalise sans honte ni gêne, avec même une certaine distinction, c'est du moins ce que pensent les petits caïds du glaviot qui leur donne de la contenance.

Bien sûr, il est conseillé de garder le silence sur cette marque formidable de la décadence que nous subissons. Les beaux esprits déclarent avec la fierté de celui pour qui un bon mot remplace toute réflexion de fond « Que celui qui n'a jamais craché me jette la première glaire ! ». Les tenants de la mondialisation et de l'angélisme réunis ne veulent pas stigmatiser des pratiques qu'ils qualifient de culturelles et parfois d'ethniques.

Le phénomène se généralise, les compteurs s'affolent et on estime à quinze mille tonnes ces jolis postillons qui jonchent notre planète chaque jour. Le mollard a des adeptes dans le monde entier ; la contagion gagne et bientôt, nous serons submergés par un tsunami de cette salive du mépris et de l'indélicatesse. La distinction n'est plus de monde : il n'est qu'à entendre les noms d'oiseaux que nos irresponsables politiques se crachent à la figure pour s'en persuader.

Il y a bien plus qu'un problème d'imitation ou de pratique ancestrale, le crachat a une signification sociale forte : « Je vous crache à la figure, je vous dénie le droit de vivre dans cet espace qui m'appartient ! ». Il est expression absolue du mépris, de l'intolérance, du refus de l'autre. À ce titre, il mérite une prise en compte sérieuse car il est virus social plus encore que porteur de germes douteux.

Ces glaviots, ces gluaux, ces postillons, ces sécrétions visqueuses, ces expectorations buccales ne sont rien d'autre que l'expression d'un lexique défaillant pour exprimer sa détestation de l'autre. Faute de mots, ce merveilleux condensé de haine vous est envoyé en pleine figure. On s'exprime comme on peut, mon bon monsieur, et quand rien de beau ne peut sortir de la bouche, ce délicat petit jet tient lieu de tirade indélicate !

Crachotement vôtre

no_spit.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • JBL1960 JBL1960 22 février 14:39

    C’est bien vu ! Celui qui depuis toujours m’aura le plus marqué comme forme de mépris, c’est le « j’irais cracher sur vos tombes ». Cependant qu’en vieillissant, figurez vous que ça devient le signe que quelque chose cloche, non ?
    Tenez, ça m’a plus donné envie de gerber que de cracher, quoique, cet article de 20 minutes posant faussement la question sur la supposé générosité des allocations chômage qui rendrait les chômeurs oisifs m’a poussée à rédiger ce billet de blog que je me permets de vous coller ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/22/les-chomeurs-oisifs/ J’ai déjà lu, un glairement vôtre : C’est beurk quand même, non ? smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:33

      @JBL1960

      C’est répugnant et il convient d’user d’un peu d’humour même si je pense que ces cracheurs en soient totalement dénués

      Merci pour le lien


    • juluch juluch 22 février 15:37

      Voilà un article avec plein de mucosité....... smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:34

        @juluch

        Moi aussi j’ai mes humeurs !


      • Shawford Shawford 22 février 15:42

        Personne veut le job de sommelier que je propose ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:35

          @Shawford

          à la cave ...


        • Shawford Shawford 22 février 15:50

          C’est Nabum Mon aide de camps Asus 2015 vient de périr. Paix à lui, et je suis sûr qu’il aurait voulu que l’on garde le cap malgré qu’il ne puisse plus nous accompagner désormais. RIP à lui !!!!!!!


          • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:35

            @Shawford

            Paix à son âme


          • Abou Antoun Abou Antoun 22 février 20:06

            N’oublions pas les krachs boursiers.


            • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:37

              @Abou Antoun

              La corbeille n’est pas crachoir
              Elle n’accepte pas les liquidités


            • Abou Antoun Abou Antoun 22 février 20:06

              Même les avions se crashent !


              • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:37

                @Abou Antoun

                Tout finit par retomber


              • Shawford Shawford 23 février 01:06

                @Na Boom

                Alors c’est comment de nous tenir le crachoir in fine ?


                • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:39

                  @Shawford

                  Du bout des doigts


                • Shawford Heaven Sent 23 février 07:42

                  @C’est Nabum

                  Tss tss tss, là c’est pour de bon de la fausse modestie, votre article du jour qui se doit de passer la modération, sauf à devoir en tirer toutes les conséquences de la viabilité d’AV à très courte échéance (et ma présence ici), démontre avec maestria que vous savez prendre toussa à pleine louche et l’enlacer on ne peut plus délicatement smiley


                • Shawford Shawford 23 février 01:09

                  @ à tout smartie puisque les stars semblent toujours me bouder

                  Bon je me fais iech dans mon paradis en version enfer, personne pour m’aider à passer la nuit ?


                  • Shawford Shawford 23 février 01:14

                    @Spaggheti42

                    Bon déjà tu me changes mon pseudo fissa, shawford c’est pas un pseudo, c’est un lieu sur cette terre, et il est hors de question qu’il soit connu du plus grand nombre


                  • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 07:40

                    @Shawford

                    Le crachoir a failli débordé


                  • Shawford Heaven Sent 23 février 07:46

                    @Na boom

                    Il est en train de déborder puisque vous n’êtes pas foutu ici de faire taire ce nom qui ne doit plus apparaître dans l’agora en l’état, j’ai précisé ça cette nuit de façon on ne peut plus explicite smiley

                    (Mais merci d’avoir pris ce risque pour l’avancée de la démonstration et du plan d’encerclement/enlacement de l’agora)


                  • Shawford Heaven Sent 23 février 08:02

                    @Moi + toi + tout le monde

                    Semi oups pour une fois
                    Mise en sommeil du mot shawford, non du nom, ça fait même TOUTE la différence (sauf à ce que de vrais dominicais ou autres shawfordiens de la planète [notamment en GB] viennent bel et bien s’exprimer ici un jour)


                  • C'est Nabum C’est Nabum 23 février 20:28

                    @Heaven Sent

                    Voilà une querelle qui me dépasse


                  • Shawford Heaven Sent 23 février 20:30

                    @C’est Nabum

                    La Loire c’est assez grand comme ça en l’état pour y vivre heureux suffisamment de temps pour avoir envie ensuite d’un nouveau challenge. smiley smiley


                  • Musardin Musardin 23 février 13:35

                    J’aime bien la vignette. Qu’en pense Rocla ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès