Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Immigration : Après la fracture sociale, l’émergence d’une (...)

Immigration : Après la fracture sociale, l’émergence d’une fracture culturelle ?

Cette semaine a commencé à l’assemblée nationale l’examen du nouveau projet de loi du gouvernement sur l’immigration, la cinquième réforme sur le sujet depuis 2002… Après l’épisode houleux sur les Roms et les gens du voyage cet été, le gouvernement poursuit sa politique de réponse « sécuritaire » à un problème pourtant bien plus global.

Le 17 février 1995, Jacques Chirac, inspiré par le philosophe Marcel Gauchet, prononçait son discours fondateur de campagne :
 
 « La France fut longtemps considérée comme un modèle de mobilité sociale.
Certes, tout n’y était pas parfait. Mais elle connaissait un mouvement continu qui allait dans le bon sens. Or, la sécurité économique et la certitude du lendemain sont désormais des privilèges. La jeunesse française exprime son désarroi. Une fracture sociale se creuse dont l’ensemble de la Nation supporte la charge. La "machine France" ne fonctionne plus. Elle ne fonctionne plus pour tous les Français. »
 
Quinze ans plus tard, à cette fracture sociale, semble s’être ajoutée une autre fracture, culturelle celle-ci. Après la panne de l’ascenseur social, est arrivée celle de l’intégration.
 
Le 30 juillet dernier, le président de la république prononçait un autre discours fondateur à Grenoble :
 
« Il faut le reconnaître, je me dois de le dire, nous subissons les conséquences de 50 années d’immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l’intégration. Nous sommes si fiers de notre système d’intégration. Peut-être faut-il se réveiller ? Pour voir ce qu’il a produit. Il a marché. Il ne marche plus. Je ne me suis jamais laissé intimider par la pensée unique. Il est quand même invraisemblable que des jeunes gens de la deuxième, voire de la troisième génération, se sentent moins Français que leurs parents ou leurs grands-parents. Tous ici vous pourriez en porter témoignage. Tous. Tous vous avez des exemples. Pourquoi ne le dit-on pas ? On a peur ? Moi ce n’est pas de faire le constat qui me fait peur, c’est la réalité. Nous n’avons pas le droit à la complaisance en la matière. Pour réussir ce processus d’intégration, il faut impérativement maîtriser le flux migratoire… »
 
Dans une suite logique, le député UMP Thierry Mariani, rapporteur du nouveau projet de loi sur l’immigration, embrayait sur les thématiques liant insécurité et immigration en élargissant le problème le mardi 28 septembre :
 
"Il y un problème d’intégration, la politique d’intégration ne marche plus (...), aujourd’hui il n’y a plus de miracle il faut s’en occuper, les distances culturelles avec les immigrés d’aujourd’hui sont plus grandes qu’avec les immigrés d’hier."
 
Il est sans doute paradoxal de constater que c’est bien la droite qui a posé de façon claire deux problèmes de société aussi fondamentaux, deux problèmes réels, profonds, de notre civilisation actuelle. Deux problèmes que, par peur ou par démagogie, la gauche a largement refusé de regarder en face.
Tout aussi paradoxal, il est frappant de constater que les « réponses » proposées par cette même droite, vis-à-vis d’une analyse sans doute réaliste, se sont révélées si inappropriées.
 
 
L’échec
 
En matière de fracture sociale, quels sont les résultats depuis ce discours de 1995 ?
Comme le souligne les récents rapports de l’INSEE (ici et ici),les inégalités se sont fortement accentuées dans notre pays : l’écart entre les personnes les plus riches et les plus pauvres s’est inexorablement creusé (entre 1996 et 2006, les 10 % des salariés les moins bien rémunérés ont gagné 131 euros de plus, les 0,1 % les mieux rémunérés, 5 426 euros ; Entre 2004 et 2007, les revenus moyens des très hauts revenus ont augmenté plus rapidement que ceux de l’ensemble de la population. Le nombre de personnes franchissant des seuils symboliques de revenus annuels s’est également accru, d’où une augmentation notable des inégalités par le haut). La proportion de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne décroit pas depuis 25 ans (13% de la population), tandis que celle de personnes soumises à l’impôt sur la fortune continuait d’augmenter.
En matière éducative, pourtant le creuset de l’égalité des chances, « le système éducatif français est un des plus inéquitable de l’OCDE ; au fil d’une scolarité, les inégalités entre les classes sociales se creusent et sur ces dix dernières années les enfants les plus défavorisés n’y acquièrent plus le socle minimum » (Le Monde). La proportion d‘élèves de classes sociales défavorisées en classes préparatoires de grandes écoles demeure faible (13%), celle de jeunes sans diplômes stable depuis 10 ans (18%).
L’échec en matière de réduction de cette fracture sociale est avant tout dû à l’absence de volonté de repenser notre cohésion sociale dans sa globalité. D’innombrables mesures ont été prises pour traiter certaines des conséquences de cette fracture : actions sur le logement et l’urbanisme, l’aide aux déshérités, les diverses initiatives éducatives (pensionnats d’excellence, bourses spécifiques…). Mais des politiques bien plus globales sont venues aggraver cette fracture : les politiques fiscales, illustrée par le bouclier fiscal, ont un impact infiniment plus important que toute mesure d’aide ponctuelle. De la même façon, l’abandon de la carte scolaire et le système de sélection à la française sont des véhicules de discrimination qu’aucune mesure volontariste ne peut compenser. Et un système invisible de castes participe à cette fracture.
 
L’apparition d’une fracture culturelle, c’est-à-dire la coexistence de cultures différentes plutôt que le mélange culturel qui a prévalu jusqu’ici, est un évènement tout aussi inquiétant dont la réalité est vraiment apparue dans les années 90. Comme le suggère avec justesse le président de la république, et contrairement à une idée bien vivace, elle n’est pas liée en priorité à un refus d’intégration des immigrants, mais à un défaut d’abord, puis à un refus ensuite, d’intégration des générations suivantes.
Précurseur dans ce constat de défaut d’intégration, Amin Maalouf décrivait dès 1998 dans son ouvrage « Les identités meurtrières » le dilemme, représentatifs du problème, d’un homme né en Allemagne de parents turcs : « Aux yeux de sa société d’adoption, il n’est pas allemand ; aux yeux de sa société d’origine, il n’est plus vraiment turc. ».
En réaction à ce défaut d’intégration des enfants et petits enfants de l’immigration, est venu s’instaurer un refus d’intégration, c’est-à-dire le communautarisme. Puisque je ne peux devenir un vrai français aux yeux des autres français, ou de l’État, je revendique une appartenance différente, séparée.
Fracture culturelle, fracture cultuelle… Quoi de plus puissant comme élément d’appartenance qu’une religion ? Qu’est-ce qui peut unir dans une même communauté des exclus de dizaines d’origines géographiques, culturelles, ethniques différentes ? La religion. Logiquement, inexorablement, la religion devient l’élément restructurant d’appartenance à une communauté de ceux qui n’ont pas su ou pas pu s’intégrer, élément revendicatif et bien sûr utilisé comme tel par certains groupes.
 
Face à ce défaut, face à ce défi, l’analyse et la réaction du Président de la République, du gouvernement, de certains partis politique, est stupéfiante. Il faut reprendre la première et la dernière ligne de l’extrait du discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy pour comprendre cette erreur :
 
« Il faut le reconnaître, je me dois de le dire, nous subissons les conséquences de 50 années d’immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l’intégration… Pour réussir ce processus d’intégration, il faut impérativement maîtriser le flux migratoire… ».
 
L’échec de l’intégration serait dû, simplement dû, au nombre d’immigrés ? Faut-il se souvenir que la France a accueilli entre 100.000 et 200.000 immigrés par an entre 1950 et 1973, chiffres assez comparables à ceux de ces 15 dernières années. On a beaucoup glosé sur la création d’un ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale. L’idée n’était pourtant sans doute pas si stupide. Comment nier le lien évident entre immigration et intégration. Ce qui l’est, c’est de mesurer uniquement le succès de ce ministère au nombre de reconduites à la frontière, en oubliant celui, si essentiel pourtant, d’intégrations réussies…
De façon sans doute maladroite, le ministre Eric Besson décrit l’une de ses missions : “Si mon ministère peut être une machine à fabriquer de bon Français, je serai très heureux.” Le « bon », qualificatif subjectif, était bien sûr en trop… Mais aider les immigrés qui le souhaitent à être français, pleinement français, oui ! Et comment sont mesurés les succès de cette mission ? Au nombre d’immigrés intégrés, ayant trouvé un travail, ayant scolarisé leurs enfants, parlant un bon français ? A la rapidité et à l’aide de ses services et ceux des préfectures apportés aux candidats à la naturalisation ? Au soutien en langue, en démarches administratives apportés aux nouveaux français ? Par enquêtes de satisfaction ou de suivi des futurs et nouveaux naturalisés quant à leur accueil, leur intégration ? Par son efficacité contre les discriminations envers les naturalisés et les enfants d’immigrés dans le travail, le logement, l’éducation, les contrôles policiers, les décisions de justice ? Quels sont les critères d’évaluation de la mission d’intégration du ministère de l’immigration ET de l’intégration ET de l’identité nationale ?
 
Personne ne nie la nécessité de réguler les flux d’immigration en France. Réguler car nous avons besoin, comme le rappelle l’OCDE, d’immigration, mais que ces flux doivent être adaptés aux conditions socio-économiques du moment. Mais comment imaginer que l’on puisse réduire cette fracture culturelle par une simple régulation des flux ? Si le nombre peut effectivement rajouter au problème, il n’est est bien évidemment pas la cause.
 
A juste titre, le ministère de l’immigration, de l’intégration et de l’identité nationale a entrepris quelques mesures de facilitation à l’intégration des candidats à la naturalisation, sorte de guide des droits et devoirs des français, et le retour de l’instruction civique à l’école est aussi un élément utile. Mais ces mesures ponctuelles apparaissent dramatiquement insuffisantes face à l’ampleur du défi de l’intégration, et les moyens mis en œuvre infiniment moindre que ceux dédiés au contrôle de l’immigration. Or, on le sait, l’essentiel du problème n’est pas l’intégration de l’immigré, dont la volonté d’intégration est le plus souvent très grande, malgré les difficultés et embuches mises sur sa route, aussi bien par un système administratif très lourd et souvent ubuesque (par exemple en ce qui concerne l’accès à l’emploi) que par des attitudes parfois xénophobes. Ces difficultés, l’immigré les connaît, il est prêt à les affronter, pourvu qu’il puisse offrir à ses enfants une vie normale, de français normaux. Et c’est là que le bât blesse…
 
Intégration ne signifie pas assimilation
 
A quoi est due cette nouvelle fracture culturelle ? L’intégration est un phénomène de déracinement-enracinement. Sauf cas exceptionnel, l’immigré emporte avec lui son histoire culturelle, et demeure enraciné dans son terroir originel ; Chaque être humain a besoin de racines, de sentiment d’appartenance à une communauté, à une histoire. L’immigration est une transplantation : l’immigré va chercher à prendre racine dans un terreau nouveau, sans pour autant vouloir ni pouvoir couper ses racines initiales. En fonction de l’accueil de ce terrain nouveau, de nouvelles racines s’établiront, plus ou moins vite, plus ou moins solidement. Pour les générations suivantes, les racines originelles s’affaibliront un peu au profit des nouvelles, sans jamais disparaître, c’est toute la force du multiculturalisme : la communauté française s’est construite, et c’est sa force, par addition de cultures, et non par exclusion de l’une par l’autre.
 
Prenons l’exemple de François Bayrou. Agrégé de lettres, la langue française revêt pour lui une importance considérable. Tout comme l’histoire de la France, et son modèle original de société qu’il défend farouchement et souhaite promouvoir. François Bayrou est immensément fier d’être français, au point de penser que son pays a un rôle spécial à jouer dans le monde, bien au delà de son influence économique. Un rôle culturel, social. Et dans le même temps, François Bayrou est Béarnais. Foncièrement, irrésistiblement béarnais. Il parle le béarnais, est fier d’être béarnais, est fier des béarnais, parle avec passion des béarnais et de leur histoire. Chez François Bayrou, homme politique français de premier plan, les deux appartenances culturelles ne sont pas exclusives, elles s’ajoutent, se renforcent l’une l’autre. Et il en va ainsi de millions de français dont les racines culturelles chti, alsaciennes, bretonnes, provençales, corses, arméniennes, russes, algériennes, camerounaises, vietnamiennes, viennent s’ajouter et renforcent leurs racines françaises. Et parce que cette addition de cultures n’est pas exclusive, François Bayrou ne voit pas l’idée d’une Europe Fédérale comme une menace pour son identité : son attachement à la France n’est pas diminué par son attachement au Béarn, pourquoi son attachement à la France serait-il diminué par son attachement à l’Europe ? François Bayrou est un béarnais intégré en France. Il aime l’un et l’autre avec une égale force, avec une égale passion, parce qu’il a pu s’enraciner culturellement aussi bien en Béarn qu’en France. Bien entendu, cette addition de cultures est plus facile lorsque celles-ci sont proches. Néanmoins, l’affirmation de Thierry Mariani, selon laquelle les « distances culturelles avec les immigrés d’aujourd’hui sont plus grandes qu’avec les immigrés d’hier  », n’est pas totalement exacte : même si la majorité du flux migratoire est passé des pays européens jusqu’aux années 50 aux pays africains depuis, la France a su intégrer des immigrants de cultures très diverses et en nombre non négligeable auparavant, d’Arménie, d’Asie etc.…
 
Mais que se passe t-il si ce nouveau sol, dans lequel vous souhaitez vous enraciner, vous rejette ? Si aux yeux de votre société d’adoption, vous n’êtes pas français ? Comment s’enraciner culturellement dans un terrain qui vous repousse ? Et qui plus est exige de vous de vous couper totalement de vos racines précédentes sans vous permettre de vous enraciner de nouveau ?
Alors, parce que chaque être humain a besoin de racines, soit vous vous retournez et renforcez vos racines anciennes, soit vous tenter de créer de nouvelles racines ailleurs. Et pour vous aider à maintenir ou rétablir ces racines anciennes, ou à en fonder de nouvelles, vous vous tournez vers vos semblables. C’est le communautarisme. Et au défaut d’intégration succède le refus d’intégration : il devient plus facile de rétablir ces anciennes racines ou d’en créer de nouvelles que de tenter de s’enraciner dans un terrain trop aride.
 
L’idée d’assimilation, c’est-à-dire d’abandonner intégralement ses racines anciennes au profit des nouvelles, surtout dans des conditions d’intégration aussi difficiles, est un non-sens. Sauf en cas de rejet de ses racines originelles, c’est simplement humainement impossible. Et aussi contre-productif : tout comme en génétique c’est le mélange, le brassage, qui est le mécanisme évolutif le plus efficace (un chien bâtard sera toujours plus résistant qu’un chien de race…), c’est le mélange et le brassage culturel qui est le plus gagnant, aussi bien à l’échelle individuelle que collective.
 
Agir
 
Survenant à la suite de la fracture sociale, cette fracture culturelle, voire cultuelle, est un véritable danger pour notre société, et un gigantesque défi pour le politique. Or la classe politique est mal armée pour agir : sa faible réactivité en matière de fracture sociale a sans doute été aggravée par le très faible nombre de personnes issues des classes sociales inférieures qui la composent. En matière de diversité culturelle, la situation est encore pire : les politiques ayant connu des difficultés d’intégration culturelle, en raison de leur origine, sont infiniment peu nombreux, et leur poids politique quasi nul.
 
A cela s’ajoute comme circonstance aggravante un refus du réel de la part de la majorité de la gauche, et une thérapeutique totalement erroné de la part de la droite, qui risque d’aggraver la situation.
De solutions, il n’en n’est de possibles que celles qui s’attaqueront aux causes de cette fracture, c’est-à-dire principalement au déficit d’intégration. Le ministère de l’immigration, de l’intégration et de l’identité nationale doit aussi et avant tout être un ministère de cohésion nationale. A ses missions légitimes sur la régulation de l’immigration doivent impérativement s’ajouter celles liées aux luttes contre les discriminations, à l’égalité des droits, à l’apprentissage de la langue… Il est sans doute grand temps que le Centre s’empare de ce sujet clé, qui tend à susciter les passions à droite et à gauche, pour proposer des solutions peut-être moins populistes et dogmatiques mais certainement plus pragmatiques et efficaces.

Moyenne des avis sur cet article :  3.62/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • voxpopuli 1er octobre 2010 10:09

    LE CENTRE ?

    il faut dans un premier assécher la source : L’immigration islamique (pour la nommer)


    • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 11:55

      Allez c’est repartie ...... t’en a pas marre sérieux ?!

    • Kalki Kalki 1er octobre 2010 16:47

      Voltaire, ca va ?

      J’ai encore une question , qu’est ce que vous dites de ça ?

      hxxp ://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27abondance


    • Voltaire Voltaire 1er octobre 2010 10:45

      Bonjour ;

      Je ne suis pas certain que vous ayez compris la teneur de mon article. Sans doute me suis-je donc mal exprimé. Je vais néanmoins tenter de réondre à quelques unes de vos critiques.

      Nous avons besoin d’immigration. Sur ce sujet, mon avis personnel importe peu. C’est juste une réalité économique et sociale, très bien documentée. Vous pouvez être d’avis contraire bien sûr, mais les arguments en faveur de cette immigration, notamment d’un point de vue économique, sont très convaincants.

      « Dans lequel vous souhaitez vous enraciner ». Vous partagez mon avis sur ce souhait majoritairement exprimé par la primo-génération. Vous avez omis de lire mon explication du glissement entre souhait, défaut puis refus d’intégration des générations suivantes. C’est une évidence, ce refus existe maintenant. Il n’a pas été quantifié, aussi j’hésiterais à le qualifier de majoritaire (j’en doute), mais il existe, de façon croissante.
      Tout l’enjeu ici est de comprendre, d’abord, et remédier, ensuite à ce défaut. C’est ce que j’aitenté davancer dasn cet article. Imaginer que la solution peut venir d’un isolationisme à la Franco des années 60, n’est pas seulement utopique. Ce serait négatif pour la France, comme l’a démontré le retard pris par tous les pays isolationistes.
      Parler du refus de l’immigration de beaucoup de français n’est à mon avis pas responsable. Tous les peuples sont par nature réservés, voire hostiles à l’immigration, d’où qu’elle vienne : il suffit de se souvenir des réactions des Français vis à vis des immigrés espagnols, italiens, polonais, portugais, pourtant de culture proche. Mais l’immigration devient acceptable si elle est accompagnée d’intégration. Ella apporte alors ce mélange, cette addition culturelle vivifiante, en plus de son impact économique qui peut être positif s’il y a régulation.
      Notre enjeu, à côté de la régulation nécessaire de l’immigration, c’est donc l’intégration. L’intégration, pas l’assimilation. en cela, la politique des dernières années a été un échec. Nous avons besoin de mesures non pas idéologiques mais pragmatiques et efficaces.
      Vous avez raison, la création de communauté de cultures différentes, non intégrées, n’est pas supportable sur le long terme. C’est l’enjeu, le défi qui nous attend. Il ne peut pas être résolu par un discours d’exclusion, il doit l’être par une action d’intégration.

       


    • Jma Jma 1er octobre 2010 11:08

      .. Absolument d’accord avec vous Abges..
      Les primo arrivants savaient pourquoi ils venaient : pour fuir la misère de leur patrie, de leur pays d’origine.

      Leurs enfants ont hérité de leurs us et coutumes, mais ne savent plus pourquoi leurs ascendants ont fui. Ils réclament des droits, vivent pour une part sur le dos de la société, tout en étant en dehors de celle-ci, tout en en créant une autre société identique à celle du pays d’origine..

      Il n’y avait pas ce problème au temps où les italiens et portugais débarquaient en France : ces arrivants-là travaillaient, se fondaient dans la masse, vivaient dans la discrétion, désireux de se faire oublier au plus vite, de se faire accepter par une population parfois rétive, ne réclamant pas du hallal, des dérogations dans les écoles, pour un oui pour un non, ne vivant pas du social, ne créant pas d’intifada dans les cités, la liste est longue..

      C’est donc une faillite de la classe politique toute entière, notamment de la gauche bobo -tout le monde il est beau tout le monde il est gentil- qui a ouvert les vannes en grand, en sachant pertinemment que l’Afrique est prolifique en terme d’enfants, que la situation deviendrait catastrophique, irréversible, pour les français d’origine qui subissent cette humiliation au quotidien.

      Il est donc grand temps de changer nos hommes politiques qui ne comprennent absolument rien à la vie des citoyens de ce pays, et qui l’ont bradé sans vergogne à la horde barbare.

      Pour ceux nombreux qui ne seront pas d’accord, je les invite à aller marcher dans les banlieues de nos grandes villes. Si on les laisse passer.. Car maintenant, comble, on est même plus chez nous.

      Aussi je propose de renvoyer l’envahisseur gentiment, là d’où il vient, pour ne pas contrarier Bruxelles.


    • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:01

      Le facho dans toute sa « splendeur » , écoute moi bien on y est on y restera car ce Pays est le miens aussi ne t’en déplaise ou alors il faudra prendre les armes pour nous nous chasser et on t’attend de pied ferme :) 

      Commencez par faire des gamins pour assurer l’avenir de votre pays car en attendant vous êtes mal barré les nazillons ...



    • Jma Jma 1er octobre 2010 13:27

      Le facho dans toute sa splendeur.. Ben voyons.. C’est vrai que lorsque l’on regarde les choses en face dans se pays on est taxé de facho..

      Commencez donc par vous intégrer, par la fermer un peu, sinon tôt ou tard on vous renverra, que vous le vouliez ou non, dans vos oueds. Et là vous pourrez en toute quiétude pleurnicher sur votre sort, créer des zones de non droit, pratiquer la guérilla urbaine qui vous va si bien.

      Là-bas il n’y a pas de doute, vous trouverez un état fort qui saura vous tordre le cou, pas comme ici.

      Considérez que la France est un vieux pays catholique qui n’a que faire de votre religion moyenâgeuse, qu’ici on égorge pas les bêtes, et qu’on ne pleurniche pas en permanence comme vous savez si bien le faire.

      Bref intégrez vous. Quant à prendre les armes, n’ayez crainte, elles sont prêtes ! 




    • barrere 1er octobre 2010 15:16

      votre réponse montre le contraire..............


    • borderal 1er octobre 2010 15:52

      L’économie française n’a aucun besoin de main-d’œuvre, et avec entre 6 et 7 millions de chômeurs ce n’est pas demain la veille que notre pays risque d’en manquer.

      Si le patronat prétend le contraire, c’est uniquement parce que son incroyable rapacité ne sera jamais rassasiée, parce que la condition du peuple français ne sera jamais assez misérable et sordide aux yeux de cette classe de prédateurs parasites.

      Par contre les demandes de visa appuyées par les familles, contrairement à celles qui sont appuyées par les entreprises, visent à satisfaire un besoin authentique et légitime de la population de notre pays : les époux ont vraiment besoin d’être réunis, les enfants ont vraiment besoin d’être élevés par leurs parents.

      Quant au refus « d’intégration », c’est une question de psychologie élémentaire.

      Si vous dites que vous cherchez du travail et n’en trouvez pas, vous êtes un looser, une victime, les filles se détournent de vous, sans compter que vous finissez par vous dévaloriser à vos propres yeux.

      Si vous dites que vous n’avez aucune envie de travailler, que vous avez choisi librement et délibérément le chômage en toute connaissance de cause, vous devenez magiquement acteur de votre propre vie et non simple spectateur impuissant, vous pouvez vous approprier le destin qui est le votre sans vous dévaloriser à vos propres yeux et à ceux des filles.

      Alors qu’en réalité il n’y a pas de travail, il n’y a pas de logement, il n’y a pas d’avenir, il n’y a rien à quoi s’intégrer, donc celui qui se donne pour objectif de « s’intégrer » se condamne lui-même à rater toute sa vie.

      Même chose pour l’obscurantisme.

      Si vous décidez de consacrer votre existence à l’obscurantisme religieux, vous arriverez à quelque chose et aurez toutes les chance des réussir votre vie, car jamais les conditions économiques, sociales, politiques, n’ont été aussi favorables à l’obscurantisme : chômage, misère, violence, barbarie, corruption, fascisme généralisé...

      Tandis que si vous décidez de consacrer votre vie à des objectifs humanistes, vous partez perdant, vous n’avez aucune chance, vous êtes certain de rater votre vie.

      Et voilà pourquoi les jeunes qui sont nés en France se sentent beaucoup moins « intégrés », et même beaucoup moins français, que leurs parents et grand-parents qui n’y sont pas nés.

      Et voilà pourquoi tous ces jeunes qui n’ont jamais connu que la France doivent aller en Arabie Saoudite pour trouver une idéologie suffisamment barbare et obscurantiste pour les aider à supporter la vie dans leur propre pays.

      Et voilà pourquoi tant de jeunes issus de très vieilles familles françaises se convertissent, eux aussi, au même obscurantisme religieux.

      Pour dire les choses en termes non marxistes : comment pourront nous supporter de devoir travailler jusqu’à 65 ou 70 ans pendant que nos enfants crèvent la bouche ouverte en attendant que nous partions enfin à la retraite si nous ne croyons pas c’est là une épreuve envoyée par Allah pour éprouver notre foi ?

      La vie dans cette société ne peut avoir de sens que pour qui adhère aux valeurs de la barbarie et des ténèbres.

      Pour qui adhère aux valeurs humanistes, vivre dans dans la société française aujourd’hui est tout simplement insupportable.


    • Kalki Kalki 1er octobre 2010 16:54

      Ce dont nous avons c’est d’élever le niveau d’éducation dans le monde : et ca pourra être fait très rapidement.


    • cmoy patou 1er octobre 2010 10:30

      @ l’auteur,


      Que pensez de celà ?
      Montée de la xénophobie qui n’aurait rien à voir avec l’immigration massive ?

      Suisse D’anonymes affiches racistes.
      Un site internet lié à cette campagne dénonce l’« invasion » des 45.000 travailleurs frontaliers dans le canton et « la criminalité importée ». 

      Pays-Bas La burqa va être interdite

      Le PVV, parti de M. Wilders qualifie l’islam de fasciste et a fait campagne pour l’interdiction du Coran et du voile intégral ; il avait enregistré la plus forte progression lors des élections, obtenant 24 sièges de députés contre 9 auparavant.








      • Voltaire Voltaire 1er octobre 2010 10:48

        @patou

        Vous avez raison, la xénophobie est alimentée par une forte immigration. Mais le défaut d’intégration n’est, lui, pas simplement dû à cette forte immigration.


      • cmoy patou 1er octobre 2010 14:32

        Entièrement d’accord avec vos propos ce n’est pas uniquement le nombre bien que ceci puisse être ressenti comme une menace par certains, l’intégration n’a pas qu’une seule réponse - et outre notre propre défaillance à donner à ces gens l’envie de s’intégrer - et notamment l’Education Nationale qui a été particulièrement défaillante -se greffe d’autres problèmes dont un facteur me semble très important l’islam intolérant que professe de plus en plus d’imams ignares dans les mosquées.

        L’Islam comme toutes les religions ou sectes est insoluble dans un pays qui veut garder ses traditions laïques.

      • voxpopuli 1er octobre 2010 10:31

        et dans un 2é temps, déchoir de la nationalité FR ceux qui lui crachent dessus et les expulser vers leurs pays d’origines.


        • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:03

          Complétement d’accord retirons la nationalité aux crypto-sionistes de France qui servent une entité coloniale génocidaire , ça serait la moindre des choses pour le pays des droits de l’homme , dehors les hasbaristes !

        • Gavroche Gavroche 1er octobre 2010 10:54

          La France et les Français ont acceuilli pendant des décennies des immigrés Européens qui se sont parfaitement intégrés. Pourquoi pensez-vous qu’aujourd’hui ces mêmes Français rejettent les immigrés et leurs descendants, sont-ils d’un seul coup devenus xénophobes et racistes ?
          Sont-ils les uniques responsables de ce rejet ? Peut-on intégrer celui qui ne le souhaite pas ?


          • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:05

            Mais tu veux qu’on s’intégre à quoi exactement , moi je sais lire , écrire , parler et je connais mes classiques en littérature et aprés ? 

            Tu veux que je me tape un jambon beurre et un verre de pinard pour te faire plaisir ?

            baaaaaah........................non !!!!

          • Gavroche Gavroche 1er octobre 2010 12:18

            A lire tes posts, tu m’a l’air d’être un modèle d’intégré !


          • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:24

            Plus que tu ne le penses 

          • robert 1er octobre 2010 18:15

            Totalement faux Portuguais, Italiens, Alsaciens, Bretons Corses ne sont pas du tout « intégrés » c’est même le contraire....
            Bonne soarée :)


          • Massaliote 1er octobre 2010 11:13

            Sommes-nous en république islamique ? Non, mais ça vient, sur Novopress :Accoyer obtempère sur le champ à une fatwa de Moussaoui : il annule le débat !, par Cyrano smiley


            • Fantômette Fantômette 1er octobre 2010 11:15

              @Voltaire
              Je trouve votre texte intéressant, et son argumentaire solide. Effectivement la droite a bien analysé le problème tout en apportant des remèdes pires que le mal, pendant que la gauche se gardait bien de mettre le pied dans le champ de mines quand elle était aux commandes.
              Ceci dit il existe bel et bien une frange de population issue de la deuxième génération ou +, qui ne songe qu’à « en découdre » et semble au delà de toute « aide à l’intégration », comme si son identité se forgeait sur le refus.
              Que faire ?


              • iris 1er octobre 2010 14:59

                Comment intégrer avec délocalisation-manque d’argent -budget en baisse de partout-
                imagination et autre organsiation pour intégrer les immigrés qui sont le + souvent dans les grandes villes alors qu’il ya tnt à faire dans nos campagnes-
                il faut de la bonne volonté de l’altruisme et pas de préjugés.


              • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:06

                Trés bonne émission oui , t’as la haine ?

              • LE CHAT LE CHAT 1er octobre 2010 11:22

                la fracture culturelle ne se contente pas d’émerger , elle est présente depuis de nombreuses années , vous ne vous souvenez pas« du bruit et des odeurs » stigmatisés smiley
                par un certain Jacques Chirac en 2002 , qui n’a eu ensuite aucune honte à appeler à faire un front républicain contre le soit disant raciste du FN ?

                pour moi , des barbares qui veulent imposer leurs us et coutumes aux français qui les acceuillent ne sont en rien « une chance pour la France » , s’il est normal qu’ils aient la nostalgie de leurs racines et y soient attachés , ils doivent cependant être en conformité avec la loi de la république !


                • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:09

                  Mai on t’imposer rien le Chat , on se fiche de tes tendances sexuels ou tes préférences alimentaires, en fait tu n’as plus rien à avancer , ta civilisation est sur la fin et tu t’en prend aux musulmans car eux ont su garder l’essentiel à savoir la famille et des valeur ....

                  Un barbare francophone.



                • barrere 1er octobre 2010 15:24

                  ah les valeurs :

                  le bourre pif si ta soeur n’est pas rentré a l’heure ?


                • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 16:04

                  Oui et tous les arabes sont des voleurs de mobylettes , pauvre raciste dégénéré....

                • Serpico Serpico 1er octobre 2010 11:28

                  A l’auteur : vous avez mille fois raison. On reproche aux immigrés de ne pas s’intégrer tout en leur fermant la porte au nez à triple tour.

                  Et en plus, c’est fait sciemment. On triche.


                  • Png persona-nongrata 1er octobre 2010 12:12

                    Exactement Serpico , aprés avoir spolié leurs pays d’origines , on les a fait venir pour faire le travail le plus ingrat tout en les parquant dans des ghettos et aprés ils doivent faire l’effort de s’intégrer ?

                    Mais s’intégrer à quoi ? 

                  • Jma Jma 1er octobre 2010 13:49

                    ..Les premiers immigrés italien, portugais, yougoslaves travaillaient dans les mines pendant l’entre deux-guerres.. Il est vrai qu’ils ne passaient pas le plus clair de leur temps à toucher la Caf, à se plaindre, à faire 15 enfants pour faire rire tout le monde et toucher des subsides de l’état..

                    Non, c’étaient des gens sérieux, profondément honnêtes, qui vivaient dans la discrétion, tout en exécutant des travaux ingrats, que probablement peu de monde aujourd’hui accepterait de faire..

                    Ils ne brûlaient pas les banlieues, ne volaient pas, ne mettaient pas en avant et constamment une religion rétrograde dont nous ne voulons pas.

                    Alors imitez-les ou partez, autrement dit intégrez-vous. Dites-vous surtout que s’il y a mieux ailleurs, comme vous semblez le suggérer, personne ne vous retient ici.

                    Bon vent !


                  • nakoshi 1er octobre 2010 14:40

                    à Jma
                    vous rappelez le temps des bons immigrés discrets ( c’était bien le moins) et travailleurs qui ont su s’intégrer, comme les Italiens et les Portugais. Et c’est vrai qu’on ne pouvait pas à l’époque mettre en avant la préférence nationale : la France était exsangue, plus de main-d’oeuvre après la grande guerre de 14...
                    Simplement, cela n’a pas été si idyllique pour les« sales macaronis » et autre « race de voleur » quand bien même on en avait si besoin.
                    Le racisme et la xénophobie n’ont pas besoin de raisons hélas, on en fabrique toujours.

                    à Persona-grata : vos propos provocateurs sont à la fois dérangeants et utiles, que celui qui n’a pas jamais eu l’impression d’appartenir à la lie de la société vous jette la première pierre !

                    Sinon Voltaire, bon article dans la bêtise et la vulgarité haineuse ambiante, vous faites honneur à votre pseudo.

                    Une fille d’immigrés italiens des années 30


                  • barrere 1er octobre 2010 15:27

                    pas du tout !

                    vous faites l’amalgame parmi les immigrés.

                    croyez moi ceux qui se sont assimilés voient avec horreur le comportement de certains et ont peur d’etre par la folie des foules etre amalgamé avec les fouteurs de merde, islamistes ou autres


                  • Jma Jma 1er octobre 2010 20:49

                    Nakoshi, pas la peine de décliner vos racines, c’est assez ennuyeux ces gens qui les rappellent à tout bout de champs..

                    Pendant l’entre deux-guerres, les italiens se voyaient affublés de ’sales macaronis’, et de l’autre coté, à New-York, ils avaient la réputation d’être des séducteurs et voleurs de femmes.. Alléchant non.. ?..

                    Ils se tenaient bien. Vivaient en toute discrétion. Et ceux qui habitaient la banlieue ne cassaient rien. Le personnel de maintenance pouvait d’ailleurs venir et circuler. Il ne ressortait pas à poil ou lapidé, ou volé de ses caisses à outils.

                    Ceci dit il existe aussi des gens normaux, parmi le million d’habitant qui vit dans les cités françaises. Je ne voudrais jeter l’anathème sur personne. Il y a aussi un problème d’intégration qui n’existait pas avant. Et l’économie n’est pas le seul responsable de cette défaillance. 


                  • Inca Inca 1er octobre 2010 11:28

                    L’immigration, l’immigration... en temps de crise, les fautifs sont toujours les plus faibles, les Roms, les immigrés,... c’est tellement plus facile. PERSONNE n’avait ce genre de discours durant la période des Trente Glorieuses.
                    L’immigration est entretenue par le patronat pour, essentiellement, à la fois maintenir une pression sur les salaires et garder un taux de chômage relativement élevé. L’objectif est évident.

                    Vous ne pouvez pas dissuader les milliers de mexicains de traverser la frontière pour aller aux States au risque de se faire tirer dessus.
                    Vous ne pouvez pas empêchez les milliers d’africains qui traversent la méditerranéenne au risque de leur vie.
                    Depuis le début de l’humanité, émigrer signifie chercher de meilleurs terres, à manger, du boulot. Donc pour STOPPER l’immigration, il faut prendre en considération la problématique de la pauvreté et plus globalement de partage des richesses (ou l’arrêt du pillage) dans pays concernés. La décolonisation n’a jamais eu lieu.

                    Quant aux immigrés déjà installés ici, ils sont encore considérés comme tels après 2 ou 3 générations ! Ils sont français tout de même. L’intégration n’est pas en sens unique, ils doivent être acceptés !! En fait, on doit plutôt se préoccuper de l’acceptation ou lieu de l’immigration !


                    • Fantômette Fantômette 1er octobre 2010 11:33

                      @Inca
                      Vous êtes dans le vrai... mais vous allez vous faire descendre en flèche !
                      Cordialement.
                      F


                    • Inca Inca 1er octobre 2010 12:40

                      @ Fantômette

                      Merci. Plutôt être descendu en étant sincère qu’être caressé en étant hypocrite.

                      Cordialement.


                    • alberto alberto 1er octobre 2010 12:47

                      Inca : bien d’accord avec toi sur la responsabilité du patronat qui non seulement profite de la situation en sous-payant des pauvres types, maintient la pression sur le chômage, mais en plus se désintéresse totalement du coût social induit en laissant les collectivités locales et les associations amortir la facture.

                      A Voltaire : il est probable qu’à terme les pays de l’Europe de l’Ouest auront besoin d’encourager l’immigration du fait de leur déficit démographique mais aujourd’hui c’est un peu prématuré car le taux de chômage est plus élevé parmi les populations issues de l’immigration : dans ce cas pourquoi favoriser encore l’immigration ?

                      A tous : Quoi qu’il en soit il va falloir bosser pour s’attaquer sérieusement au problème de l’accueil et de « l’intégration » car pour ce qui est de l’immigration, le plus gros est à venir !

                      Bien à vous.


                    • Voltaire Voltaire 1er octobre 2010 13:23

                      @alberto

                      Je suis entièrement de votre avis. L’immigration d’un pays doit être régulée par ses exigences socio-économiques, avec néanmoins un petit bémol ; l’accueil des réfugiés (politiques, de conflits), dont notre pays doit continuer à s’honorer.
                      A l’heure actuelle, la France n’a aucune raison d’inciter à l’immigration (contrairement à d’autres pays d’Europe), la priorité est à l’intégration. La politique actuelle, dans son esprit, n’est pas si mauvaise. Mais son application désastreuse, humiliante, et inefficace.


                    • non667 1er octobre 2010 23:50

                      à alberto
                      "Inca : bien d’accord avec toi sur la responsabilité du patronat qui non seulement profite de la situation en sous-payant des pauvres types, maintient la pression sur le chômage, mais en plus se désintéresse totalement du coût social induit en laissant les collectivités locales et les associations amortir la facture."

                      argument valable mais seulement à la marge
                       
                      la principale raison de l’absurde immigration est la volonté des judéo-américano-libero-mondialo -capitalistes de détruire /pourrir les nations seuls obstacles à leur domination mondiale
                      en france l’umps est leur valet 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès