Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Immigration, exploitation éhontée, communautarisme latent...

Immigration, exploitation éhontée, communautarisme latent...

...ou « la parabole de la tomate mûre »

« Comment faire sans qualification et sans diplôme ? » s’interroge « La Provence » ce 23 mai 2008 en lançant son forum de discussion « Que faire, selon vous, pour combattre le chômage ?  » tout en précisant que chaque année, en France, 150 000 jeunes sortent du système scolaire sans qualification…

Le mardi 20 mai, on avait appris que trente travailleurs immigrés « en situation irrégulière », soutenus par la CGT, occupaient le site de l’usine « Véolia » à Carrières sous Passy, pour demander leur régularisation à l’image des multiples actions précédemment menées dans la restauration, le bâtiment, les services en général…

Ainsi, en France, il y a de multiples demandeurs d’emplois sans qualification relevant de l’espace politique et sociétal français, sans travail et donc amenés à recevoir toutes les aides possibles, pendant que, dans les entreprises de services (hôtellerie, restauration, nettoiement, en particulier), du BTP ( que ce soit dans les grandes par le biais de la sous-traitance ou chez le petit maçon local), de l’agriculture (que ce soit dans les grandes exploitations céréalières, fruitières ou maraîchères ou chez le petit agriculteur local), sans parler du milieu du spectacle ou des « gens de maison » qui hantent les beaux quartiers comme tous les autres, une main d’œuvre immigrée, en situation irrégulière trop souvent, occupe les emplois qui pourraient leur convenir…

« Mais, disait ce chef d’entreprise d’origine marocaine qui intervenait mardi 20/05 dans un reportage de « FR4 » pour soutenir ses 20 ouvriers marocains qui faisaient grève pour obtenir « des papiers », je me doutais bien qu’ils n’étaient pas en règle, mais je les ai embauchés parce que je n’avais trouvé personne… » Par parenthèse, le même reportage montrait comment n’importe qui peut se faire embaucher sur un grand chantier du bâtiment de la région parisienne sans qu’on ne lui demande quelque justification que ce soit…

Il faut parler clair : si ces « chefs d’entreprise », grands ou petits, artisans ou entrepreneurs, petits paysans ou grands propriétaires terriens, « bistrotiers » ou représentants de « chaînes hôtelières », embauchent du personnel immigré en situation irrégulière et non des demandeurs d’emploi dûment recensés, c’est qu’ils ont là une main d’œuvre souple, muette, flexible du point de vue des horaires, peu regardante pour son niveau de rémunération, peu encline à la contestation , bien encadrée par des réseaux claniques et/ou religieux, que l’on peut payer « de la main à la main » et dont on peut se séparer dans l’immédiateté…Aucun citoyen de ce pays ne peut, décemment, accepter ces conditions d’embauche et de rémunération qui sont à l’opposé des lois et des droits attachés à l’organisation du travail et qui expliquent essentiellement ( même s’il y a un refus « aristocratique » devant certains métiers considérés comme dégradants – on se demande bien pourquoi : les trois « éboueurs » de ma commune, villageois d’origine, sont des fonctionnaires territoriaux qui vivent « bien »tout en étant considérés) l’absence de demande « autochtone » pour ces métiers dont la concrétisation dans notre société renvoie à une sorte de « colonialisme intérieur ».

Nul n’ignore cette situation qui a même fait l’objet d’un rapport du Sénat (1) mais qui n’a jamais fait l’objet de la moindre manifestation, de la moindre protestation, de la moindre journée nationale d’action, de la part d’un quelconque syndicat, d’un quelconque parti politique, d’une quelconque association « humanitariste »…Comme si chacun se satisfaisait de voir plusieurs centaines de milliers de « travailleurs » être soumis à la pire exploitation tandis qu’autant de milliers d’autochtones sans qualification se complaisent dans les aides sociales, antichambres de la dévalorisation de la valeur travail et de la propension à toutes les activité « marginales »…

Le paradoxe, c’est que ceux qui sont censés défendre « les travailleurs » selon la terminologie traditionnelle ânonnée par les Laguillier, Besancenot, Buffet et autres Bovés de service manifestent pour que des « papiers » soient donnés à ces immigrés exploités, afin qu’ils laissent la place à d’autres immigrés, nouveaux arrivants plus malléables, favorisant ainsi un flux migratoire incessant et entassant dans nos quartiers défavorisés une population en sur-densité propice à toutes les dérives , en particulier celles qui relèvent du communautarisme …Ils sont d’ailleurs précédés sur ce terrain par des associations humanitaristes aux ramifications obscures et au fonctionnement « médiatisé », type RESF, dont le seul but est de favoriser l’implantation communautaire d’immigrés appelés en permanence à s’installer en France dans ces réseaux d’emplois dont un patronat (grand ou petit) avide et des « demandeurs de gens de maison » ayant pignon sur rue et beaucoup de « bien pensance » ont le plus grand besoin pour peser sur la demande salariale et favoriser l’effritement de l’unité sociétale.

La libre circulation des capitaux, des biens et des services, fondement de la « mondialisation » se double d’une libre circulation de la main d’œuvre : la même raison qui préside aux délocalisations industrielles préside à la délocalisation de la main d’œuvre pour les entreprises « non délocalisables », ce qui constitue une « variable d’ajustement » des profits au même titre que les licenciements ou autres fermetures d’usines. Et sur ce point, le MEDEF reçoit l’appui inconditionnel des partis de « gôôôche », des mouvements gauchistes, des syndicats, des associations « humanitaristes » réunies…C’est tout bénef pour lui et l’économie libérale !

Mais pour le pays, pour nous, citoyens « lambda » ?

On entend, venant aussi bien des Krivine et Laguillier réunis que des Parisot et Sarkozy associés, que l’immigration participe à l’enrichissement de la France…L’assertion vaut d’être vérifiée…

On a vu précédemment qu’en ce qui concerne la main d’œuvre non qualifiée ( de loin la plus nombreuse), le flux migratoire se fait au détriment des résidents nationaux : l’Etat et les cotisations sociales payent les aides à ceux qui sont sans emploi ou sans couverture sociale, les entrepreneurs encaissent les sur-bénéfices liés à l’exploitation d’une main d’œuvre mal payée qui pèse par la même occasion, sur le montant des salaires …Et si notre pays a besoin d’une main d’œuvre qualifiée( on dit qu’il y a actuellement 400 000 emplois qualifiés non pourvus dans notre pays) pourquoi ne pas mettre en place les structures de formation professionnelle ( formation initiale et continue) qui permettraient de faire surgir de la masse des non-qualifiés et/ou des demandeurs d’emploi la satisfaction des besoins ? Pourquoi avoir tardé, pourquoi avoir créé le besoin d’une main d’œuvre étrangère en ce domaine ? Si ces deux situations contribuent à un « enrichissement », ce n’est pas celui du pays tout entier…

Il faut aussi s’intéresser à un sujet « tabou » que la bien-pensance nous interdit d’aborder, ce qui permet d’éluder le problème, comme si casser le thermomètre permettait de faire cesser la fièvre…C’est celui du coût réel de l’immigration pour la société dans son ensemble, question essentielle quand on sait que la population immigrée représente 11% de la population totale, sans compter l’immigration « illégale », forcément difficile à cerner (surtout quand on ne le fait pas) .Une étude récente publiée en mars 2008 (2) par l’association « Les Contribuables Associés » et réalisée par Jean Paul Gourevitch, expert international indépendant et spécialiste des migrations, établit, à l’issue d’une analyse extrêmement précise et documentée, ce coût pour l’Etat à 36 ,4 milliards d’euros par an. On peut penser que cette étude est discutable, encore faudrait-il la faire connaître et la discuter …On peut aussi légitimement considérer que l’immigré n’est pas une marchandise et que la vie humaine n’a pas de coût au sens économique, mais il est tout aussi légitime que le citoyen d’une République démocratique sache exactement comment se dépense la ressource publique qu’il contribue à former et si les choix faits correspondent à l’intérêt national et à celui de chacun en même temps…Or, à l’évidence, s’il y a richesse produite par la main d’œuvre immigrée légale et illégale, elle confisquée par ceux qui utilisent cette main d’œuvre, les autres citoyens étant condamnés à éponger les déficits…

Et il ne faut pas oublier les questions de société que soulève l’implantation massive d’une population immigrée, de quelque nature qu’elle soit, et encore plus quand elle provient de régions de langue, de culture, de religion, de valeurs générales différentes de celle du pays d’accueil. Par nature, une telle population, vulnérable et isolée, se ghettoïse pour se protéger et reste très sensible aux formes d’organisation qu’elle connaît (en particulier tribales et claniques), aux valeurs de la tradition qu’elle pratique, aux discours de ceux qui représentent les convictions profondes qui l’habitent. Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner en voyant combien cette population est si facilement instrumentalisée par les « gourous » des religions, les évangéliques et les islamistes surtout, dont les propensions à susciter un communautarisme religieux s’imposant à l’unité sociétale de la République sont avérées. La manifestation nationale des « évangéliques » (demandeurs du toilettage de la loi de 1905)à Paris, le 24 mai dernier, atteste parfaitement de cela, tout comme l’action de la très influente Union des Organisations Islamiques de France, signataire de la Charte européenne des Organisations islamiques qui demande clairement que la « s’haria » s’impose aux musulmans avant même la loi générale du pays d’accueil. Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner quand on voit se développer dans les abords et à l’intérieur de ces flux migratoires toutes les formes de l’économie « parallèle » dont le rapport au Sénat précité liste avec précision toutes les caractéristiques (réseaux de passeurs, marchands de sommeil, travail illégal, prostitution, trafics divers, mendicité organisée …).Aussi n’y a-t-il pas lieu de s’étonner si c’est dans les différentes strates de ces populations que les réseaux islamistes font leur travail souterrain de recrutement et de formation terroriste…

Il est évident qu’une immigration de masse non nécessaire crée, dans toute société, des déséquilibres propices à toutes les dérives : on peut contester l’action d’un Berlusconi surfant sur l’émotion populaire pour durcir les lois liées aux phénomènes migratoires en Italie, on doit surtout se demander qui est responsable de ces situations de conflits xénophobes ou raciaux et pourquoi « on » les a laissé s’instaurer…surtout quand on voit un Zapatero, en Espagne, qui, après avoir cédé à la régularisation massive, en vient aujourd’hui à chercher tous les moyens pour expulser les nouveaux arrivants ( « Le Figaro » en ligne du 29 /04 /08). Et il ne faut pas être surpris par les tensions de plus en plus fortes qui apparaissent dans notre pays et qui conduisent une large partie de notre peuple à rejeter aussi bien le recours systématique à l’immigration dans le monde du travail que les velléités communautaristes qu’elle entraîne , quoi qu’en pensent les gauchos-humanitaristes-bien pensants, dont les discours et les comportements sont autant de soutiens inconditionnels à la politique économique libérale qui s’impose dans « l’Europe », et à la volonté de déstructuration de l’unité laïque de notre société, obstacle premier de l’organisation politique et sociétale anglo-saxonne que l’on nous promet ( à un moment, d’ailleurs, où les pays anglo-saxons prennent conscience de l’échec de leur modèle sociétal) .

Il faut réfléchir à une véritable politique de l’immigration qui ne soit pas liée à la satisfaction des intérêts étroits du modèle économique libéral, qui s’articule aux besoins réels de notre économie, qui prenne en compte tous les problèmes soulevés ici pour y apporter des solutions précises et satisfaisantes pour tous, qui s’appuie sur la mise en œuvre du respect de l’espace laïque et démocratique de notre pays, qui respecte son histoire, ses valeurs, ses lois… Il faudrait pour cela décider d’un moratoire d’au moins deux années, et conduire une tentative d’éradication des l’immigration « illégale ». Sans oublier la nécessité de permettre aux pays « d’où l’on part » de garder leur main d’œuvre et leurs ressortissants et de les aider à se développer de manière autonome.

Et à ceux qui nous bassinent les oreilles avec leurs discours compassionnels, charitables, solidaires, humanitaristes et guimauviens, hypocrites donc en ce domaine qui relève du géo-politique et de l’économique, il est bon de conseiller de méditer sur la « parabole de la tomate mûre »  : dans la région d’Alméria, en Andalousie, grâce aux fonds européens, les agriculteurs espagnols ont érigé 45 000 hectares de serres où des travailleurs immigrés récoltent, chaque jour, des tomates que l’on trouve le lendemain sur le marché de Dakar à moitié prix de celui proposé par le « paysan sénégalais », qui n’a donc comme ressource que de ne plus cultiver et de s’entasser dans les bidonvilles de la capitale, avant de trouver un réseau mafieux de passeurs qui lui permettra de partir pour… Alméria où, dans des conditions de vie et de travail épouvantables, il cueillera des tomates mûres…

Fait le 25 / 05 / 08

Robert Albarèdes

www.laic.fr

1- http://www.senat.fr/noticerap/2005/r05-300-1-notice.html

2www.contribuables.org/wpcontent/uploads/2008/03/monographie14_le_cout_reel_de_limmigration.pdf

3- Voir aussi : http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i2831.asp


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 31 mai 2008 14:51

    J’ai lu récemment une étude expliquant que l’immigration rapporte 43 milliards par an à l’Etat et qu’elle en coûte 75 milliards. Résultat, une perte sèche de 30 milliards par an. Pendant ce temps, on ne trouve pas les 3 milliards pour construire un deuxième porte-avion, ce qui justifiera dans quelques années l’abandon de notre liberté d’action au profit d’une armée européenne supranationale ou de l’Otan.

    Les gauchistes, PS et UMP compris, sont les meilleurs alliés de ceux qui exploitent les pauvres, qu’ils soient pauvres français ou pauvres étrangers. Le PS vient de réaffirmer son caractère international ce qui montre bien qu’il défend d’autres intérêts que ceux des français.Les travailleurs l’ont bien compris, qui sont passés en masse du parti communiste vers le FN.

    Espérons que peu à peu les nationalistes arrivent à s’agglomérer sur une ligne de force commune ralliant Dupont-Aignant, ce qui reste du FN et les UMP qui se sont fait pigeonner.


    • jaja jaja 31 mai 2008 16:36

      @ l’auteur "Et à ceux qui nous bassinent les oreilles avec leurs discours compassionnels, charitables, solidaires, humanitaristes et guimauviens, hypocrites donc en ce domaine qui relève du géo-politique et de l’économique, il est bon de conseiller de méditer sur la « parabole de la tomate mûre »  : dans la région d’Alméria, en Andalousie, grâce aux fonds européens, les agriculteurs espagnols ont érigé 45 000 hectares de serres où des travailleurs immigrés récoltent, chaque jour, des tomates que l’on trouve le lendemain sur le marché de Dakar à moitié prix de celui proposé par le « paysan sénégalais », qui n’a donc comme ressource que de ne plus cultiver et de s’entasser dans les bidonvilles de la capitale, avant de trouver un réseau mafieux de passeurs qui lui permettra de partir pour… Alméria où, dans des conditions de vie et de travail épouvantables, il cueillera des tomates mûres…" 

      Ce que vous faites passer ici pour le résultat de la politique d’immigration défendue par les "gauchistes" n’est que le résultat obtenu du fait d’une agriculture subventionnée...

      Vous avez le même phénomène avec le maïs que les Mexicains ne peuvent plus produire meilleur marché que les USA ou le coton que ces mêmes USA produisent à moins cher que les Africains.... Pour ne donner que deux exemples....

      Cette politique s’appelle le protectionnisme, c’est écrit en toute lettre dans l’extrait de votre texte "grâce aux fonds européens".

      Que les pays impérialistes utilisent le protectionnisme à tout bout de champ, tout en se déclarant partisans du libre échange, ne vous choque pas, non ce qui vous gêne c’est la présence de pauvres bougres surexploités par le patronat que Français comme Immigrés ont d’ailleurs à combattre de concert...

      Arracher ici des droits pour tous à une vie meilleure et combattre la politique d’exploitation des pays dominés est le début de la résolution du problème que vous soulevez sans vouloir en examiner les causes profondes...

      Gageons que les racistes et xénophobes vont se lâcher suite à cet article limite, limite....


      • Mr Mimose Mr Mimose 31 mai 2008 20:18

        Jaja, vous etes magnifique, je vous plusse encore une fois !


      • Mr Mimose Mr Mimose 31 mai 2008 20:30

        Encore une fois on stigmatise les immigrés, ils sont la faute de tout nos maux, ça me rappelle une autre époque pas si lointaine ou on les a gazés par millions. Pendant que certains s’enrichisent comme des porcs, le petit peuple se bat pour les miettes avec les plus pauvres et les plus faibles.

        Ils doivent trouver ça marrant les riches qui mangent du caviar sur leur yatch avec leur pote président.


      • liliette 31 mai 2008 22:06

        Jaja,

        pour moi c’est tout pareil

         

        un nouveau plus !! Deux dans la même soirée !!!

        Je trouve cet article surle fil, sans se donner l’air d’y toucher je lui trouve des relents pas tres agréables...un tantinet rasco, une goutte d’islamophobie,un peu de stigmatisation l’air de rien le tout enveloppé dans un papier cadeau parfumé au "mais attention j’ai rien contre les immigrés en tant qu’immigrés", la pente est glissante .....

        La parole se libère des propos, que peu auraient osé tenir il y a dix ans ont trouvé leur place dans notre société...cela parait à la plupart légitime de désigner l’immigration comme le coupable de tous nos maux de société, bref un bouc émissaire tout trouvé !!!

         

         


      • masuyer masuyer 31 mai 2008 17:16

        Dans la série des articles de l’auteur celui-ci à le mérite de montrer la dérive idéologique qui peut faire passer d’opinions étiquetées "de gauche" (écologie, défense des travailleurs, dénonciation du capitalisme et maintenant laïcité) vers les thèses d’extrême-droite. A noter que le passage se fait rarement dans l’autre sens.

        Pour les curieux, l’excellent "Les passerelle de l’extrême-droite" de Thierry Maricourt


        • docdory docdory 3 juin 2008 18:05

           @ Masuyer 

          Je ne sais pas pourquoi, j’étais sûr que vous réagiriez comme ça ...


        • docdory docdory 3 juin 2008 18:15

           @ Roberte Albarèdes

          Excellent article 

          La réaction trop prévisible de Masuyer montre que la gauche bien pensante actuelle genre Delanoë , en adoptant sans restriction le libéralisme et en ne se posant aucune question sur l’immigration sans restriction , se retrouve piégée dans ses contradictions ! 


        • masuyer masuyer 3 juin 2008 21:41

          Docdory,

          cherchez donc ailleurs que Delanoé. Sinon je uis plus explicite dans un commentaire plus bas.

          J’aime beaucoup la dénonciation d’une soit-disant "bien-pensance", surtout de la part de quequ’un qui hurle avec la meute à chaque fait-divers, votre dernier article en est une brillante illustration.

          Mais je vois que vous êtes finalement très communautariste, comme cet article d’ailleurs.


        • dupual 1er juin 2008 18:51

          Euh, vous êtes prêts à accueillir quelques centaines de millions d’Africains.... ? Euh, sont 900 millions, les 3/4 veulent venir en Europe !

          Euh, c’est grand et confortable chez vous ? Combien de familles souhaitez-vous héberger, nourrir, habiller et leur donner quelques centaines d’euros par semaine pour qu’ils puissent enfin jouir de notre société de consommation qui comme chacun le sait provient de la génération spontanée !!


        • krapo krapo 31 mai 2008 19:08

          l

          Le sujet n est pas des plus simples.
          Si je dis vous n avez pas tout a fait tort, mais je ne suis pas complètement d accord avec vous.... c est a n y rien comprendre.
          Oui je suis furieuse que des immigrés clandestins viennent travailler en France, pas parce qu ils sont immigrés mais parce qu en tant que clandestins ils trouvent des employeurs pour profiter de leur situations.
          Et ma colère grandit lorsque j entends que les chômeurs, les RMIstes, les gens qui vivent des minima sociaux sont des tricheurs et des fainéants alors que des "employeurs esclavagistes" je n en entends pas parler...Le gouvernement ne dit rien... aucune information...
          Vous me direz..." Ils ne représentent qu un très petit pourcentage"... Je vous répondrai "les chômeurs et les RMIstes tricheurs aussi ne représentent qu un très petit pourcentage"...
          Il faut être clair, comment peut on employer quelqu un qui n est pas en situation régulière ? Si ce n est au noir et en fermant bien les yeux ?
          A moins que ces personnes soient déclarées, mais comment l administration ne s aperçoit elle pas d une supercherie ? et surtout, pourquoi le gouvernement ne fait pas la chasse aux employeurs qui profitent de la situation de ces hommes et femmes qui vivent dans des conditions inadmissibles ?

          • JL JL 31 mai 2008 20:05

            Excellent article, qui a le mérite de dire tout haut ce qu’il faut dire et redire !

            Il serait bon que ceux qui s’étripent ici en vertu de nos clivages ancestraux, ou bien au contraire de nos clivages modernes, j’entends par là : pour ou contre la mondialisation dite libérale, lisent cet article et se prononcent pour ou contre les thèses de l’auteur.


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 31 mai 2008 20:43

              Excellent " le discours guimauvien " quand on sait que pour faire de la guimauve il faut battre le blanc en neige ... comme un genre d’ émulsion ...

               

              En fait j’ imagine bien ce discours , si on le pose sur le doigt par le milieu , les deux extrémités s’ affaissent ...


              • dupual 31 mai 2008 22:48

                25% de chômage chez les étrangers qui ont des "papiers" !! POurquoi travailler quand vous avez des papiers ? Cela n’intéresse pas les patrons qui préfèrent la main d’oeuvre au noir plus docile et pas cher ! Et quand vous avez des papiers, en France, vous avez droit au statut d’assisté perpétuel alors vous n’allez vous emmerder à ramasser les patates dans les champs !


                • daniel 31 mai 2008 23:09

                  Excellent article.

                  Ce qui est significatif c’est la manie de certains (Cf Masuyer,mimose,etc...) de dégainer "ED", "stigmatisation" dés que le dogme de l’immigration "vache sacrée" est débatue.

                  C’est la démonstration parfaite que l’humanisme et le social sont devenus les 2 masques principaux des négriers et des petits fachos casseurs des droits ouvriers.

                  Cela nous renvoie par exemple au syndrome du "plombier polonais" agité comme stigmate d’une "xénophobie" maladive pour contrer l’action des antis TCE, alors qu’il s’agissait simplement de défendre des droits sociaux.

                  De la même façon s’inscrire contre une immigration de nature négriére, casseuse d’emplois et de solidarités sociales, n’est pas "anti-immigrés" , mais "anti-immigration négriére". Les immigrés n’étant qu’un instrument dans la main des négriers.

                  Significatif : les négriers aujourd’hui marchent de pair avec les syndicats et les soi-disant défenseurs des droits de l’homme . Etonnez vous qu’aprés il y est tant de pauvres mecs spoliés, dépossédés de leur boulot, et même de leur dignité pour aller voter Le Pen ou se convertir à l’Islam (une même façon de se venger de leur pays aprés tout...).

                  Quant aux propos nauséabonds de Jaja , ils sentent autant le pâté de foie que le minable provo d’extréme droite,

                  Pour ce qui concerne le protectionnisme , il n’est pas cause du probléme de l’alimentation. Il en est la solution.Les pays qui connaissent les plus gros problémes actuellement sont ceux qui n’ont pas eu le courage ou la lucidité de dresser des protections fortes pour leur agriculture. La crise actuelle fait réflechir les dirigeants africains à ce sujet (voir Wade par exemple). A noter que le protectionnisme joue dans les 2 sens : à l’intérieur et à l’exterieur. Par exemple un pays comme le Cameroun largement excedentaire en produits agricoles ne nourrit pas les Camerounais , mais les Nigerians....

                   

                   


                  • masuyer masuyer 1er juin 2008 13:44

                    Daniel,

                    le problème de l’article, c’est qu’il stigmatise. "Le méchant patron", "l’immigré communautariste". On peut aussi noter la question de l’Etat-nation vu comme une entité éternelle et intangible, et la tentation de "l’entre-soi", ou "les gauchistes angéliques alliés au capitalisme apatride". C’est sur ces bases que des militants de gauche radicale ont toujours rejoint les droites dures (on peut penser ici à Doriot).

                    Comme si c’était si simple. C’est en ça qu’il épouse parfaitement les thèses que portent l’extrême-droite.

                    A la question de la lutte des classes, se substitue une "lutte des races" où le principal instrument d’oppression du travailleur ne serait pas tant le système capitaliste, mais "l’étranger" acceptant de travailler à bas prix, concurrençant ainsi le "pauvre travailleur français".

                    Les fameuses mesures "protectionnistes" que vous évoquez sont aussi une des causes de l’immigration, on pourrait penser aux subventions agricoles européennes ou américaines qui sinistrent les agricultures des pays en "voie de développement".

                    Etonnamment la question de l’entité nationale n’est pas interrogé

                    Dernier point, il est amusant de lire cette dénonciation du communautarisme dans un article on ne peut plus communautariste.


                  • jaja jaja 1er juin 2008 01:03

                    @ Daniel,

                    Quant aux propos nauséabonds de Jaja , ils sentent autant le pâté de foie que le minable provo d’extréme droite,

                    Argumentation ? Votre phrase est aussi ridicule que si j’affirmais que vos propos sentent la merde... Quel besoin d’insulter ceux qui sur Avox sont vos contradicteurs ? L’extrême droite nous l’avons toujours combattue et continuons de la combattre...

                    Pour ce qui concerne le protectionnisme , il n’est pas cause du probléme de l’alimentation. Il en est la solution.Les pays qui connaissent les plus gros problémes actuellement sont ceux qui n’ont pas eu le courage ou la lucidité de dresser des protections fortes pour leur agriculture

                    Tout aussi ridicule... Le courage dont vous parlez voudrait dire que les pays souhaitant instaurer le protectionnisme se heurteraient à l’ire des pays impérialistes. J’ai déja parlé du maïs mexicain. Sachez que l’ouverture des barrières douanières mexicaines au maïs Américain largement subventionné a été une exigence des USA qu’il vaut mieux ne pas contrarier...non ?

                    Oubliez-vous les exigences du FMI (privatisations des entreprises publiques, vente aux multinationales des ressources naturelles, taux de crédit à la hausse pour soi-disant attirer les capitaux flottants) qui jointes au service de la dette fait que cette dernière double en moyenne tous les 4 ans et qui ont conduit des populations entières à la famine...

                    Quand aux négriers, aux marchands de sommeil et à tous les exploiteurs de la misère humaine il suffirait de les condamner sévèrement (confiscation des entreprises et des biens par exemple) pour que ce scandale cesse immédiatement....


                    • Rousquille Rousquille 1er juin 2008 03:59

                      Excellent article, bravo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                      • kisait 1er juin 2008 11:45

                        L’immigration et l’exploitation de ses ressources sont un vaste sujet et sans rentrer dans l’hypocrisie d’un dialogue politiquement correct, sur lequel on a malheureusement l’habitude de crier HARO à l’extrémisme ! au Nationalisme !!!.

                        Ce dialogue n’ayant pour object que de servir certains intérêts. Elle n’en est pas moins un véritable problème.

                        Et si sous des airs de le dire sans le penser, la thèse de l’auteur pourrait être assimiler à ces pensées, la problématique n’en est pas moins biens exposés dans son ensemble.

                        Au dela des clivages d’assistanat, d’exploitation... et du langage politiquement correct sur l’immigration. La France ne peut pas supporter ou accueillir toute la misère du monde et la financer par son système de protection social. Monaco n’abolie pas totalement l’impôt pour les ressortissants étranger et l’on ne crie pas Haro à l’extrémisme.

                        D’ailleurs, pourquoi devrions nous faire bénéficier tous les travailleurs étrangers de notre système de protection social (sachant que démographiquement c’est loin d’être à notre avantage, un simple cotisant pouvant faire bénéficier ascendant et descendant des prestations sociales et de tout le cortège d’aide diverses et variés tout en ne payant pas d’impôt, du fait d’une faible rémunération). Soyons logique et conscient et arrêtons l’hypopcrisie d’une comptabilité ex ante de bon sens.

                        Quand au bénéfice de l’immigration clandestine ou pas, il est bien définit dans son exploitation, mais dans son résultat beaucoup moins. Il n’est aucunement de mon dessein d’être nationaliste, mais bien d’aborder un déséquilibre organique organisé.

                        En effet, chacun sait que la majeure partie des immigrants réexpédie son épargne dans son pays d’origine pour y investir massivement. Ce qui ne profite ni à l’enrichissement du pays, ni à l’amélioration de nos comptes sociaux du fait de la CSP de cette population.

                        Si l’exploitation toujours grandissante des plus démuni et particuliérement des immigrés (légaux ou pas) est entendu. Celle-ci ne profite bizarrement pas à la réduction des prix des biens et services produits (dont l’utilisation est principalement nationale, construction, nettoyage....), mais bien uniquement au profit des entreprises. De ce fait, cela a de multiples impacts négatifs sur l’économie du pays en terme de chomage, de coût de la vie...

                        Ce qui s’avère donc au détriment du plus grand nombre tout en maintenant une pression sociale très utile pour quelques uns (c’est donc bien là l’utilité de discréditer un dialogue lucide dans l’amalgame d’une appelation extrémiste ou nationaliste... à tous propos sur l’immigration et son traitement)

                        On orchestre donc bien la privatisation des bénéfices par une nationalisation de la dette, avec le bonus d’une paix sociale et d’une pression sur la dérégulation des rapports sociaux. Elle est d’ailleurs exploité démagogiquement et avantageusement pour stimatiser un modèle social Français.

                        Mais à aucun moment, on ne mentionne les carences et erreurs volontaires et flagrantes dans les décisions politiques de gauche et de droite. Les premiers alimentant le fond du second, la gauche régulariant, la droite exploitant, mais toujours au bénéfice d’une dérégulation du système et du dénigrement de la protection sociale.

                        Finalement, si tout ces étrangers viennent bien en France pour travailler et non pas pour profiter de notre système de protection sociale. Alors pourquoi sont ils si nombreux à vouloir être régularisé tout en prévoyant et organisant investissement et retour au pays. Etrange paradox entre le dialogue politique et la réalité du terrain ?

                        Admettons que les motivations de cette immigration soient purement salariales. Supprimons donc toutes protections sociales pour les immigrants, régularisé ou pas pendant 5 générations (modèle du système Monegasque), tout en maintenant les cotisations pour les entreprises et en renforcant les contrôles sur le travail dissimulé.

                        Ce dialogue n’a rien d’extrémiste, n’y de nationaliste, il applique objectivement et simplement les propos de chacun des principaux antagonistes. Bizarrement ces solutions n’ont jamais été abordées pourtant :

                        1) C’est une solution aux déficits de la protection sociale en France,

                        2) Ca va surement limiter les flux migratoire aux motivations ambigues et les demandes de nationalité française faussement justifié

                        3) Amoindrira l’avantage du recours à la main d’oeuvre étrangére ou dissimulés pour les entreprises sur l’hexagone

                        4) Nos niveaux de rémunération permettront toujours aux immigrants d’investir leur épargne vers leur pays d’origine.

                        5) Il n’empêche aucunement l’immigration, mais l’abus de notre système de protection social qui est au coeur de toutes les polémiques

                        Cela bénéficie au plus grand nombre, c’est un système qui reprend les même mécanisme que le système économique actuel qui semble être inéluctable, au meme titre que l’immigration.

                        Quand au communitarisme de certaines de ces populations il est reconnu. Il serait donc moins hypocrite de reconnaitre objectivement que la volonté d’intégration n’est pas dans le sens majoritairement exprimé d’une xénophobie de la population locale, mais principalement dans le refus de certaines populations de s’intégrer à la culture locale. Et dans certains cas, celles-ci font même preuve de racisme envers l’autochtone, ce qui n’est pas le moindre des paradox, lorsque l’on parle de ghettoisation ...

                        De ce fait, c’est aussi le nombre d’immigré qui est alarmant, sachant que la sécurité interne d’un pays est soumise à caution au delà d’une proportion de 10% de la population nationale.

                        Les émeutes attisées de 2006 ont bien montré notre incapacité à juguler une insurrection anarchique et majoritairement communautaire , (enfin, c’est ce qu’on nous à dit et montré !)


                        • dupual 1er juin 2008 19:03

                          Excellente votre réponse !

                          La démagogie de gauche a fait des ravages dans ce pays ! Ras-le-bol d’entendre des lobotomisés qui n’ont aucune idée de ce qu’est la mondialisation, l’économie de marché, l’explosion démographique depuis le 20ème siècle et les effets secondaires ravageurs qui se profilent : des milliards de pauvres, guerres, raréfaction des sols cultivables, rivières, mers et eau potable contaminées par les produits chimiques nécessaires pour produire et satisfaire pour toujours plus de monde !

                           


                        • liliette 1er juin 2008 12:11

                          "D’ailleurs, pourquoi devrions nous faire bénéficier tous les travailleurs étrangers de notre système de protection social ?"

                          Je dirai que peut être c’est parceque l’emblème de notre république "EGALITE" veut que quiquonque vit sur cette terre a les mêmes droits. Etre étranger ne veut pas dire être un citoyen au rabais, corvéable a merci sans protection et sans droit ca ca s’apelle l’esclavage ! 

                          "Supprimons donc toutes protections sociales pour les immigrants, régularisé ou pas pendant 5 générations (modèle du système Monegasque)"

                          Modèle nazi aussi sauf qu’eux interdisaient aussi les parcs et seulement sur trois générations....Travailler, payer, cotiser mais crever si l’on est malade ou au chômage car les aides sociales ce n’est pas que les allocs familiales c’est l’ensemmble de nos protections dont vous parlez.

                          "Nos niveaux de rémunération permettront toujours aux immigrants d’investir leur épargne vers leur pays d’origine"

                          De droit chacun fait ce qu’il veut de sa paye. On tolère certains paradis fiscaux pour les grosses fortunes, mais investir dans son pays d’origine serait interdit ? En plus de n’avoir aucune protection d’aucune sorte ils seraient obligés de tout dépenser sur le territoire ? y’aura obligation d’acheter du boudin ou pas ???

                           

                          "émeutes attisées de 2006 "

                          Oui attisées par les médias entre autres provoquées par la misère sociale que vous prônez pourtant puisque ces populations selon vous devraient être spoliées de toute protection sociale et survivre même sue cinq générations sans le soutien d’un pays qui est pourtant le leur. Une france a deux vitesses, des bon francais et des francais à l’essai sur 100 ans, belle perspective de société un appartheid socio-culturel nauséabond


                          • jaja jaja 1er juin 2008 12:17

                            Pas mieux liliette !


                          • kisait 1er juin 2008 17:24

                            @liliette et jaja,

                            Je savais bien que quelqu’un crierait HARO, mais je ne peux vous en vouloir, c’est un débat scabreux. Ce que je peux volontairement comprendre ou y voir l’affirmation de motivations portées par l’assistanat.

                            Je préfére me contenter de la premiére.

                            De plus vos propos n’ont pas de sens, si vous reprenez l’ensemble de l’article et mon commentaire. Puisque je dénonce moi-même l’esclavage organisé et la facon de rompre avec un nivellement par le bas organisé et que vous dénoncez vous-même. J’ai donc un peu de mal à comprendre votre logique, ou trop bien la comprendre, c’est selon.

                            Un texte est souvent lu et interprété selon sa sensibilité et loin de pouvoir retranscrire fidèlement celui d’un dialogue.

                            Nul n’est obligé de venir et nul n’est obligé de rester, et c’est bien là que vous devriez apprendre à lire. Vous dénoncez la condition dont vous êtes les acteurs, les réalisateurs et les promoteurs principaux.

                            D’autant plus que l’exploitation dont vous parlez est déjà effective et vous le dénoncez vous même comme hypothèse future sans en freiner l’essor. C’est un comportement assez schizophrène.

                            Le renfort d’un rêve européen d’aide et d’assistance ne favorise pas le développement des pays à forte émigration, bien au contraire. Ouvrez les yeux !

                            Vous vous plaignez d’une exploitation dont vous faites vous meme la promotion et participez pleinement au développement.

                            Plus nous favoriserons ce message d’une Europe ou d’une France et plus l’exploitation dont vous parlez s’accentuera pour tous d’autant que la protection sociale se réduira. Car c’est simplement ce que je dénonce. Réfléchissez-y ! Mais c’est peut être beaucoup demander.

                            Quand a :

                            "veut que quiuoonque vit sur cette terre a les mêmes droits", je ne sais pas ou vous avez été chercher çà mais il faudrait être sortir de votre cuisine et observer l’environnement social et économique dans lequel nous vivons et arrêter l’auto flagélation "Calimero". Vos propos issues d’une utopie idéologique est ridicule et digne de la reflection d’un enfant de 5 ans. Mais faut il avoir un minimum de perspective intellectuelle pour le percevoir dans mes propos.

                            Il en va de même pour le France à deux vitesses, c’est déjà le cas. Reveillez vous ! C’est aussi un paradox puisque chacun ne cesse de le crier. Vous n’êtes peut être pas encore concerné (?).

                            "mais investir dans son pays d’origine serait interdit" Ce n’est pas ce que j’ai dit, bien au contraire et cela participera grandement à cette vision d’égalité et à l’équilibre des rapports sociaux dans un monde ou l’exploitation capitaliste est reine. Toutefois, on ne peut pas gagner sur tous les tableaux, mais c’est ce que vous semblez défendre (?).

                            "On tolère certains paradis fiscaux pour les grosses fortunes" C’est bien ce que je dis et ceux-ci ont des règles, je ne vois pas pourquoi nous n’en aurions pas, si nous pouvons procurer le même enrichissement. Mais vous voulez peut être aussi dire que la France est un paradis social, ce qui reviendrait à démontrer l’idée de profiter des ressources de l’assistanat. Et dans ce domaine vous sciez la branche sur laquelle vous êtes assis en jouant un paradox révélateur, tout en participant au déclin d’un modèle de vie sociale.

                            Comme le dit judicieusement le terme "Acquis sociaux" ceux-ci s’acquièrent. Faire l’apologie de l’égalité est bien un dialogue démago pour ceux qui veulent profiter d’un combat mener par d’autre, sans faire l’effort de mener le leur, dans un monde ou l’égalité n’existe pas. Et ceci n’aura d’effet que d’annuler ceux-ci. Ne laissant aucun modèle de pays ayant voulu tendre vers l’amélioration des conditions de vie, mais le souvenir d’un échec dans l’élaboration d’une société plus humaine et égalitaire, dont vous vous revendiquez. Ce qui laissera libre court à l’exploitation que vous décriez tant. Ouvrez les yeux !!!

                            "Etre étranger ne veut pas dire être un citoyen au rabais" Ce n’est toujours pas ce que je dis, mais bien votre dialogue qui sert à stimatiser toute reflexion pour l’éviter. C’est d’ailleurs, ce que je dénonce dans le traitement de l’immigration, qui favorise un nivellement par le bas, dont personne ne sortira gagnant dans une stratégie globale d’expoitation et la pérénitée d’un Monde à deux vitesses. Ce servant de l’immigration pour ces fins, dans les rares pays bénéficiant encore d’acquis sociaux et qui devrait être un modèle à reproduire pour les autres pays, dans les combats à mener et non pas une destination touristique pour en profiter et en accélérer le déclin. Analogiquement, c’est une attitude virale en biologie.

                            Si mes propos soulève le débat, les votres n’y apporte rien à part "oh ! le pauvre immigré victime de tous les maux" et encore moins une solution quelconque à cette exploitation honteuse. Vous vous attachez d’ailleurs principalement et volontairement à la forme et pas au fond, ce qui révèle le superficiel de votre reflection ou votre volonté de stimatiser la réflection dont vous seriez peut être tributaire.

                            Je perds donc surement mon temps à vous faire prendre conscience de cela, selon l’honneté intellectuelle consciente ou inconsciente dont vous pouvez faire preuve et le dessein de vos propres motivations.

                            Mais j’aurais pu résumer mes propos par :

                            Au lieu de donner du poisson à celui qui n’a rien, apprenez-lui à pêcher.

                            Cest peut être plus simple à comprendre pour vous. Méditez-y ! et apportez un dialogue constructif, ça changera !


                            • krapo krapo 1er juin 2008 19:34

                               C est bien ce que j ai écris plus haut, le sujet n est pas simple et je pense qu un bon nombre de gouvernements c est cassé les dents sur le sujet , de droite comme de gauche.

                              Économiquement : on ne peut pas penser qu avec le coeur...

                              Humainement : nous n avons pas les moyens...

                              Ou se trouve le bon équilibre ? Si quelqu un a la recette... 

                               


                            • kisait 2 juin 2008 09:42

                              Les solutions est bien le débat que j’aurais aimer soulever, mais c’est un sujet tellement passionnel que peu sont capable de le soulever sans s’emporter et vociférer des insultes, pour y apporter une quelconque reflection. Ce qui coupe tout dialogue et empêche une reflection conjointe pour lutter contre le déclin de systèmes définit pour et par le people au prix de longues luttes.

                              La technique du "vol de sauterelle" ne faisant qu’affaiblir et servir ceux qui veulent les déstabiliser.


                            • anny paule 1er juin 2008 18:29

                              A mots feutrés, cet article a de très mauvais relents de xénophobie qui font froid dans le dos !

                              Agrégé de lettres, l’auteur, durant sa carrière, à dû dispenser son enseignement à des enfants de migrants (légaux ou illégaux, là n’est pas la question, dans l’éducation !), or, je crains fort, à le lire, qu’il n’ait, par excès de laïcité selon son discours présent, eu recours à des stigmatisations surprenantes...

                              La seule phrase de son propos que je retiendrais est la suivante : "richesse produite par la main d’oeuvre immigrée légale ou illégale, confisquée par ceux qui utilisent cette main d’oeuvre, les autres citoyens étant condamnés à éponger les déficits". Elle replace le problème au niveau de ceux qui usent du système (et nul ne peut penser qu’ils ne le font pas en connaissance de cause !)... et à celui de l’exploitation des hommes... Si déficit il y a, ce ne sont pas ceux qui travaillent qui le créent, mais ceux qui contournent les lois pour en tirer tous les profits... La question n’est pas celle de l’immigration, mais celle de la justice sociale et de la juste rétribution du travail... Si les employeurs payaient correctement leurs employés, ils n’auraient pas recours à une main d’oeuvre sous-payée, flexible à souhait, jetable à la demande, à une forme d’esclavage moderne, en quelque sorte.

                              Pour moi, la honte se situe exactement à cet endroit : tant que l’on ne considèrera pas TOUS les hommes (et toutes les femmes, cela va de soi) comme des êtres humains libres et égaux, tant que l’on fera comme si les humains étaient des marchandises (ou des variables d’ajustement du capital) toutes les formes de communautarisme et de xénophobie seront de mise... Je crois que les boucs-émissaires que l’auteur a désignés comme tels sont une proie facile... et, hélas, bien dans l’air du temps !


                              • dupual 1er juin 2008 18:45

                                Ah, oui, bien sûr... la xénophobie !

                                Regardez un peu au-delà des frontières européennes....... Afrique du Sud ! les noirs pauvres font la guerre aux émigrés en les tuant ! Ce n’est pas de la "xénophobie" ; simplement les émigrés plus misérables qu’eux acceptent des conditions de travail encore plus pourries que les natifs qui ne trouvent plus de job non qualifié !!!

                                Heureusement, en France, on peut se payer le luxe de parler "xénophobie", les rmistes ne tuent pas encore les émigrés ! Ils n’ont aucune raison, ils peuvent vivre sans travailler eux !


                              • jaja jaja 1er juin 2008 21:23

                                Kisait,

                                "Vos propos issues d’une utopie idéologique est ridicule et digne de la reflection d’un enfant de 5 ans. Mais faut il avoir un minimum de perspective intellectuelle pour le percevoir dans mes propos."

                                Faites chier.... toujours ces gens qui répondent en se prenant pour des lumières étincelantes, toujours à la limite de l’insulte, et dont les post sont désastreusement vides de sens...

                                "Au lieu de donner du poisson à celui qui n’a rien, apprenez-lui à pêcher."

                                Pour pêcher encore faut-il être libre de le faire...

                                Je ne vais pas me répéter, monnaie d’échange internationale, le dollar ne reposant sur aucune réserve, dette, service de la dette à des taux prohibitifs, renchérissement du taux de crédit imposé par le FMI, pillage des ressources naturelles, protectionnisme déguisé (ou non) des grandes puissances, gouvernements fantoches imposés par les mêmes et, si tout ça ne suffit pas, intervention militaire font que pour les pays du Sud dominés point de salut dans l’immédiat...


                                • kisait 2 juin 2008 09:10

                                  "Faites chier"

                                  Votre réponse ne m’étonne guère. Pourquoi, débattre, l’insulte est plus facile que de rechercher des solutions ou d’évoquer le font d’un problème pour trouver des solutions.

                                  Pour pêcher encore faut-il être libre de le faire...

                                  Cela me semble plus constructif.

                                  Je suis tout à fait d’accord avec vous. Et c’est le mal qui gagne tous les pays dans des mesures différentes. Quand aux taux de crédit, le système financier est équivalent pour tout le monde quand les dettes s’accumulent. Et c’est justement ce que je vous disais. Il est important que chacun engage le combat sur son terrain pour lutter contre une technocratie mondiale qui essaye de spolier les peoples de leurs droits.

                                  Pour les pays du Sud, le gros problème c’est la corruption qui y règne et qu’il est important de juguler. Mais ce n’est pas la fuite vers vers des paradis d’illusoires des intellectuels de ces pays qui arrangera les choses. D’ailleurs l’orientation de ces populations vers des dogmes théocratiques, n’est pas pour les servir, mais à mon sens plus pour les asservir dans un aveuglement restraignant la vision du monde qui les entoure.

                                  Quand au protectionnisme il est équivalent. Je me souviens d’une période ou je voulais créer une entreprise au Maroc et ou l’on m’obligeait à avoir un associé Marocain majoritaire. Donc le protectionnisme est dans les deux sens. Sinon il faudrait être plus explicite sur les protectionnismes dont vous parlez.

                                  Pour ce qui est de la corruption, cela indique aussi la fragilité du système et la possibilité d’une déstabilisation. Alors je vais parler de la France du moyen-age (ce qui ne peut être pas comparable sur de nombreux points, époque...) mais nous avons bien mené notre révolution malgré la famine etc... Rien n’est impossible, il faut simplement tous s’y mettre.


                                • liliette 1er juin 2008 21:28

                                  mais je ne peux vous en vouloir

                                  D’une part que vous m’en vouliez ou pas est le cadet (voire le benjamen de mes soucis)d’autre part cette amorce pour votre post laisse entendre que vous allez employer un ton condescendant pour me répondre...

                                  Un texte est souvent lu et interprété selon sa sensibilité

                                  Non pas bien souvent mais tout le temps c’est le propre même du texte, susciter des émotions, des réactions....en fonctions des diverses sensibilités des éventuels lecteurs. 

                                  il faudrait être sortir de votre cuisine

                                  Oh un brin d’agressivité mysogine....début de la condescendance j’en était sure....

                                  Vos propos issues d’une utopie idéologique est ridicule et digne de la reflection d’un enfant de 5 ans. Mais faut il avoir un minimum de perspective intellectuelle pour le percevoir dans mes propos.

                                  Vous vous sentez obligé d’être injurieux. Que nous ne soyons pas d’accord est un fait, que vous ayez vécu mon intervention comme une remise en cause profonde de l’humaniste de grande culture que vous pensez être je le comprend mais pourquoi ce besoin d’insulter lintelligence de ceux qui vous répondent ? Si vous ne savez tolerer d’être contré, montez un blog qui offrira aux curieux la possibilité de lire vos opinions et états d’âme sans broncher...

                                  Faire l’apologie de l’égalité est bien un dialogue démago pour ceux qui veulent profiter d’un combat mener par d’autre

                                  Je profite chaque jour des combats des autres, mince ! et moi qui avait si longtemps cru que les combats de mes anciens (1789, 1936, 1968) avaient été des combats altruistes ! Merde je me suis plantée se battre a la fois pour soi et pour les autres n’existe pas. Désormais c’est chacun sa pomme !

                                  Et oui monsieur mon idéal a moi c’est l’égalité, le partage des richesses, le pouvoir exercé par le peuple et pas que pour moi mais pour tous. Mes idéaux ne sont pas petits ils ressemblent fort à une utopie tant les barrières a franchir sont grandes....mais point de démagogie dans mes propos.

                                  Vous parlez d’acquis sociaux mis en danger par l’immigration mais ce ne sont pas les immigrés qui ont mis en place la franchise médicale et envisagent de ne plus rembourser le dentaire et l’optique, ce ne sont pas les immigrés qui imposent un service minimum , pas les immigrés qui gèlent nos salaires et reculent nos retraites. Tout cela est le fait d’une volonté politique clairement antisociale, ultralibérale et capitaliste.

                                  Je perds donc surement mon temps à vous faire prendre conscience de cela

                                  vous perdez votre temps tout court. je trouve insupportable que l’on puisse ainsi remettre en cause mes facultés intellectuelles. J’ai ma conscience mes opinions et mes idéaux, différents des votres et je m’en félicite. Le ton arrogant de votre réponse m’énerve certes mais en vous lisant j’ai malgré tout pris conscience d’une chose ; je suis heureuse d’être moi !

                                  vous noterez que dans la quasi totalité de mes réponse j’ai abordé la forme de vos propos et non le fond ceci pour une seule raison le fond est insipide !

                                   


                                  • kisait 2 juin 2008 09:28

                                    Et oui monsieur mon idéal a moi c’est l’égalité, le partage des richesses, le pouvoir exercé par le peuple et pas que pour moi mais pour tous. Mes idéaux ne sont pas petits ils ressemblent fort à une utopie tant les barrières a franchir sont grandes....mais point de démagogie dans mes propos.

                                    Vous parlez d’acquis sociaux mis en danger par l’immigration mais ce ne sont pas les immigrés qui ont mis en place la franchise médicale et envisagent de ne plus rembourser le dentaire et l’optique, ce ne sont pas les immigrés qui imposent un service minimum , pas les immigrés qui gèlent nos salaires et reculent nos retraites. Tout cela est le fait d’une volonté politique clairement antisociale, ultralibérale et capitaliste.

                                    Exprimer ainsi je comprends mieux. Ces idéaux sont aussi les miens, mais comme je disais à jaja, ce n’est pas dans la fuite vers des paradis illusoires et qui se servent de ce flux pour déstabiliser des systèmes démocratique (qui sont en partie illusoires et dans lesquels les libertés sont rongés chaque jours et l’exploitation grandissante à chaque instant) arrangera les choses. L’un affaiblissant l’autre. Dans un système de vase communiquant qui ne sert que les intérêts de ceux qui l’organise et l’exploite.

                                    Qu’il est important pour chacun de lutter à son niveau dans son pays et de ne pas céder face à l’antisocial, l’ultralibéral... C’est pourquoi j’évoquais l’exploitation de l’immigration en de nombreux points. Et si le fond vous semble insipide, c’est bien souvent ce qui tue le débat et laisse inexpirmé les reflections de chacun. Diviser pour régner et c’est toute la stratégie qui est mis en oeuvre pour que les peoples ne soient plus maitre de leur destinés et de leurs opinions.

                                    Quand à votre agressivité, je peux comprendre que vous défendiez vos points de vue avec passion, cependant cela fait rarement avancer le débat.

                                     


                                  • idyllique 3 juin 2008 21:38

                                    Sans doute.... mais nous ne pouvons pas accueillir la moitié de l’Afrique, de l’Inde, de l’Amérique du Sud bref soit un milliard d’êtres humains !!! Ce n’est pas du racisme, c’est simplement mathématique !

                                    Par conséquent, il est nécessaire de renvoyer chez eux tous ceux qui sont entrés en Europe, en France en fraudant nos lois !

                                    Il est clair qu’il n’est pas normal qu’un "clandestin" puisse payer des impôts et qu’un patron joue les ignorants sur le statut de ses employés, mais comme par hasard ce sont les plus mal payés, les plus mal logés ! Un peu d’ordre et des sanctions pour les frauteurs de tous poils dans ce pays sont plus urgents !! D’autant qu’avec 5 millions de chômeurs bien de chez nous et à la charge de l’Etat, c’est à dire à votre charge, Cher Contribuable, l’urgence est de les réintégrer professionnellement pour qu’ils gagnent leur indépendance financière, côtisent et fassent tourner la machine économique.

                                    Allez, pour tous les adeptes des droits de l’hommiste : allez donc jeter un coup d’oeil sur une carte du monde ! Le plus grand des continent est ??? l’Afrique = 900 milliards d’habitants !! La moitié des habitants rêvent/espèrent émigrer vers l’Europe un jour ou l’autre, d’autres rêvent de partir pour l’Amérique du Nord pour les moins pauvres, mais l’Atlantique à traverser sur pirogue avec un moteur de solex c’est un peu compliqué !


                                  • liliette 2 juin 2008 18:10

                                    Quand à votre agressivité, je peux comprendre que vous défendiez vos points de vue avec passion, cependant cela fait rarement avancer le débat.

                                    ah bon ? moi qui croyais le contraire.....

                                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès