Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Immigration, le cas Mayotte

Immigration, le cas Mayotte

Avec l’annonce de M. Baroin de révision de copie concernant la politique sur l’immigration en France, Mayotte reste une principale collectivité concernée. Porte ouverte pour Comoriens ou Africains de l’est, ce territoire français soulève des questions sur l’avenir des mesures envisagées.

L’issue de la discussion entre élus mahorais et le ministre de la coopération est un document qui a servi de base à l’ébauche du projet actuellement présenté pour pallier les problèmes liés à l’immigration.

Il faut savoir que compte tenu de sa position géographique, au centre du canal du Mozambique, Comoriens, Malgaches et plus récemment Africains de l’est regardent Mayotte comme une porte grande ouverte pour faire une entrée discrète en Europe.

Proximité des côtes mahoraises, gratuité des soins, manque de moyens de surveillance et présence de nombreuses relations familiales, autant d’incitations pour les pays alentour, connaissant de gros problèmes, tant sociaux qu’économiques, à convoiter ce bout de terre française où un certain laxisme cocotier ne peut que favoriser un débarquement discret. Ainsi, chaque semaine, un nombre grandissant de barques surchargées bravent l’océan pour rejoindre un soi-disant eldorado.

Outre le problème de l’accroissement d’une population clandestine, très onéreuse pour la collectivité, on assiste à une envolée de la criminalité, la clandestinité étant la mère nourricière de la délinquance. Ne pouvant travailler sur place, les clandestins ont peu de recours pour subsister. Si l’on rajoute à cela la manne que peut représenter une telle situation pour les voyous déjà établis, qui n’ont aucune vergogne à exploiter le malheur d’autrui, cela débouche sur une flambée de vols, casses et autres cambriolages en tous genres. Mais, les besoins grandissant, le nombre des exactions commises est exponentiel.

Des mesures ont été prises, cependant, mais leur mise en œuvre ne suit pas cette progression. Du coup, il semble peu probable que l’on assiste rapidement à une régression des problèmes. En effet, la récente mise en place de la sécurité sociale à Mayotte devrait impliquer la fin de la convoitise de la gratuité des soins. Or, l’influence ne peut être que faible de ce côté-là, puisque les délinquants exploitent le fait que les familles sont sur place, et le payement des soins trouve toujours une solution.

Dans le cadre de la lutte contre cette invasion, la mise en place de radars afin de détecter d’éventuelles embarcations illicites, jointe à la mise en service de nouvelles vedettes de surveillance, reste un peu dérisoire. Pire, avec le renforcement de cette surveillance, les embarcations de fortune se méfient davantage et prennent dès lors beaucoup plus de risques. Ainsi, de plus en plus fréquemment, on découvre des corps de candidats à l’immigration sauvage, sans vie, sur les plages mahoraises, à l’instar du nombre grandissant de barques retrouvées vides.

Face à ce fléau, la révision de la politique de lutte contre l’immigration clandestine est bien perçue par les élus mahorais. Aussi ont-ils contribué à l’élaboration de documents ayant servi de base au projet actuellement présenté par la ministre de la coopération. Toutefois, les avis restent partagés, et des débats ont été engagés.

Pour le député de Mayotte, M. Mansour Kamardine, le problème du droit du sol, tel qu’il est présenté, n’est satisfaisant qu’à court terme et ne fait que reculer l’échéance d’une invasion grandissante des Comoriens au risque de ne plus être maîtres chez eux. Maître Kamardine se prononce donc pour l’organisation d’un référendum. En effet, il a annoncé sur les ondes qu’il « allait saisir le gouvernement » pour l’organisation d’une telle consultation.

Il est donc fort probable que les Mahorais se retrouvent aux urnes pour donner leur opinion sur la validité du droit du sol, un sujet qui tient particulièrement à cœur à la population. Ce qui devrait déboucher, alors, sur un taux de participation record. Mais, dans la mesure où ce morceau de France donnerait un avis contradictoire, alors qu’il est un des plus concernés, quelles solutions seraient retenues sur l’ensemble du territoire français ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • (---.---.20.123) 7 novembre 2005 16:59

    Les comores et Mayotte est un problème ancien mais dont l’issue reste floue !

    Reste à espérer....


    • Cergy - Osny 2008 (---.---.234.70) 4 mai 2006 22:33

      Les d ?t ?ont entam ?ardi 2 mai l’examen du projet de loi sur l’immigration choisie sur fond de profonds d ?ccords entre droite et gauche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès