Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Insurrection maintenant

Insurrection maintenant

La révolution française est un de nos mythes fondateurs. Si on en croit la légende, le peuple a pris le pouvoir contre les privilégiés, renversé un roi incompétent et installé une république sous la bannière des Droits de l’Homme et du Citoyen. Evidemment la réalité est un peu différente. Louis XV puis son successeur avaient tout deux tenté des réformes sur l’impôt de sorte de le rendre égal pour tous, se heurtant de front à l’opposition à la fois du clergé et de la noblesse. Noblesse qui ne représentait que 1% de la population et cumulait en effet privilège, charge spéciale, droits divers par un jeu combiné d’alliances, de flatteries de cours, et de positions auprès de la famille royale. Devant sa propre indécision et les divers tentatives de ses ministres à réformer l’impôt, Louis XVI fut obligé de faire appel au Tiers Etats, à savoir les bourgeois et les commerçants qui s’y étaient fait élire, bref le commun, et ce avec les conséquences qu’on connait, serment du jeu de paume, etc… En gros la révolution ne fut pas menée par le peuple mais par la bourgeoisie qui s’ingénia jusqu’à aujourd’hui à cumuler exactement les mêmes privilèges que leur prédécesseurs au pouvoir. Et bien entendu ce fut le cas de toutes les révolutions de part le monde. Menées par des gens ayant eu accès à l’éducation, soustrait à l’obligation de travailler comme un forcené pour vivre, ils avaient tout loisir de réfléchir à des réformes. Pour autant on ne peut pas soustraire l’importance des masses ouvrières et/ou paysannes dans la conduite de ces réformes. De Danton à Rosa Luxembourg en passant par Marx, Proudhon ou de Tocqueville, pas de révolution de mouvement sociaux de réforme sans la mobilisation des principaux intéressés. C’est par la grève et la lutte sociale au sens premier et secondaire de lutte que les enfants sont sortis des usines et des mines, que les femmes ont pu disposer d’un salaire en propre, et la Bastille n’a pas été prise avec des mots fleuris et une pensée choisie mais avec du sang, de l’acier et des larmes.

 

Les privilèges n’ont pas été abolis mais renforcés

Pour autant est-ce que l’on peut dire que les privilèges ont été abolis quand 1% de la population mondiale possède 50% des richesses de ce même monde ? Quand dans cette France à l’origine de tous ces beaux principes, les familles les plus riches du pays ont augmenté leur capital de 25% sous la présidence d’un pseudo gouvernement de gauche ? Quand le pouvoir et ses ressorts sont cooptés par une même classe sociale, les mêmes élèves des mêmes grandes écoles ? Quand les médias, la culture sont aux mains de quelques happy few et autre capitaine d’industrie qui ont beau jeu de s’arranger avec la liberté de la presse en y ajoutant l’obligation d’augmenter les dividendes d’actionnaires toujours plus gourmands d’une année sur l’autre. Et dans ce jeu quelle latitude pourraient avoir quelques réformateurs, penseurs du siècle sur par exemple l’économie quand non seulement leur temps de parole et leur exposition sont soumis à l’obligation des marchés (merci Médiamétrie) mais que l’économie elle-même devient totalement hors de contrôle. Prendre la Bourse de Paris comme on prendrait la Bastille ne changera plus rien puisque le Palais Brongniart est vide tout comme Wall Street. Aujourd’hui ce sont les algorithmes qui dirigent les échanges commerciaux et la Bourse de Paris se trouve dans une zone sécurisée de la banlieue de Londres, entièrement gérée par des machines. Les échanges commerciaux ne se calculent plus en jour ou en minute mais quelques microsecondes, c’est le système des transactions à haute fréquence, un système qui favorise ce que l’on appelle des darks pools ou des opérateurs du marché peuvent assurer des transactions hors des limites des réglementations et dans le plus parfait anonymat. Pratique autorisée par la Commission Européenne depuis 2007 et on comprend d’autant pourquoi qu’en 2012 les darks pools (qui ne représente qu’un sixième du marché) ont dégagé un volume d’échange de cent milliards d’euros… par mois. Alors il reste, en principe, le pouvoir, la volonté politique et de partout de réclamer des hommes forts comme par exemple un Poutine, mafieux d’entre les mafieux qui en s’appuyant sur un réseau bien entretenue a mis en coupe réglée son pays, faisant de Gazprom à la fois sa machine financière et géopolitique, plaçant ses amis aux postes clefs de l’industrie et des médias et éliminant physiquement tout ceux s’opposant à sa volonté. Un de ses intimes, notre Depardieu national, le dit sans calcul Poutine est un ancien voyou, il en a gardé toutes les « qualités ». Et bien entendu en France nous avons notre propre modèle en la personne de la très rouée Marine Lepen. Issue d’une des plus riches familles du monde politique, élevée dans le meilleur milieu, ayant à peine travaillé de sa vie mais qui s’y entend, comme l’ensemble de la classe politique à laquelle elle appartient pleinement et moulée dans le même moule, pour nous expliquer la réalité du quotidien des français, tout en étant financée et inféodée aux fameux Poutine. Une réalité qu’elle ignore aussi parfaitement que ses bailleurs à venir, de Bolloré à Lagardère et autre membre du CAC40. Pierre Gattaz ne déclarait-il pas récemment, je cite « Je reste persuadé que des milliers de salariés sont prêts à se sacrifier pour sauver leurs entreprises d’une délocalisation brutale. Les clichés du passé comme "tout travail mérite salaire" c’est dépassé, c’est ringard en temps de crise », le même Gattaz dont le salaire brut est de 37500 euro par mois. Il suffit de voir avec quel morgue et quel mépris Bolloré traite l’accusation qui lui est faite d’employer des enfants dans ses exploitations agricoles au Cameroun pour réaliser à quel point cette nouvelle aristocratie vit dans une bulle hors de notre monde. Pour avoir moi-même été élevé dans un milieu privilégié, j’ai pu largement le constater, une large part de la haute bourgeoisie française n’a pas la moindre idée des réalités de la majorité de la population. Elle vit en cercle fermé, respecte un même code vestimentaire, obéit aux même mœurs, est imperméable à toute idée nouvelle et n’envisage rien d’autre que la prorogation de privilèges qu’elle estime non seulement éternel mais comme un due. Pierre Gattaz, encore lui, ne déclarait-il pas que le cadeau de 40 milliards que lui a fait le gouvernement Hollande à travers le Pacte de Compétitivité était insuffisant, qu’il leur fallait cent milliards que c’était eux les créateurs de richesse, que c’était leur argent qui faisait avancer les choses ? Fi donc des employés, ouvriers, et paysans qui travaillent pour eux et sans qui rien ne serait produit et peu importe qu’en réalité ces fameux quarante milliards sont non seulement autant d’argent en moins pour les écoles et les hôpitaux, la sécurité, mais qu’ils vont remplir les poches des dirigeants du CAC40 sans qu’une seule seconde la casse sociale soit entravée.

 

La mort des idéologies, la fin du pouvoir politique.

La chute du Mur de Berlin et la fin des illusions concernant l’expérience communiste a révélé deux choses. Que les partis de gauche étaient en réalité entièrement inféodés à un système politique dictatorial, et que le fameux monde libre, celui du capitalisme, ne faisait bonne figure, comme l’affirmait l’extrême gauche, qu’en raison de l’existence de l’Union soviétique. Bref, chasser le naturel il revient au galop. Sitôt les années 90, le PS français aux mains de l’élite de la nation, se mettait à penser comme leurs nouveaux maitres du capital, et la droite ne proposait plus comme idéal politique non plus le gaullisme mais…. La consommation. Et en toute logique après le très corrompu Chirac d’élire un affairiste totalement obsédé par son égo et l’argent, puis un indécis sans la moindre autorité, servilement soumis aux exigences infinies du Medef. Medef dont la seule obsession depuis 30 ans est qu’on baisse les charges à savoir en réalité ce qui paye nos écoles, nos hôpitaux, notre armée, etc… et d’autant mieux qu’en réalité, parvenus aux années 2000 ces mêmes secteurs sont soumis à une privatisation massive. Pour autant peut-on dire que toute volonté politique a été retirée ? Prenons un exemple Nicole Bricq, ministre de l’environnement en 2012 a voulu réformer le code minier qui date des années 50 et ne répond absolument plus aux exigences environnementales actuelles. Et dans la foulée de vouloir réviser les droits d’exploitation d’entreprise comme Total ou Areva. Résultat des courses, investie le 16 mai 2012 elle était débarquée à la demande express des compagnies le 21 juin. Un autre exemple la lutte contre les paradis fiscaux et l’harmonisation fiscale. Tout le monde le sait, la fuite des capitaux vers les paradis fiscaux représente en France un trou de 50 à 80 milliards dans les caisses de l’état. Donc en toute logique nos hommes politiques de s’agiter pour que cela change, et Sarkozy de pérorer comme à son habitude dès 2009 que le secret bancaire c’est terminé. Résultat en 2012 si les avoirs des particuliers en Suisse chutent de 25% à 11% celui des sociétés écrans grimpent à plus de 60%. Sous la pression des mêmes politiques l’OCDE établi deux listes de paradis fiscaux, une noire pour les vilains méchants et une grise pour ceux qui font preuve d’une vague transparence. Pour en sortir, c’est très simple il suffit de signer au moins douze conventions fiscales avec d’autre pays. Du coup Monaco signe les fameuses conventions dont sept… avec d’autres paradis fiscaux et idem pour la Belgique qui sont ainsi désormais sur la liste blanche. La volonté politique est constamment battue en brèche par les forces du capital dont le seul et unique but est l’augmentation perpétuelle d’une croissance voulue comme illimitée dans un monde pourtant limité. Et cela ne va pas aller en s’améliorant si l’on considère des accords transnationaux comme TAFTA qui proposent de remplacer lois et tribunaux, juridictions nationales par des arbitrages entre les états et les compagnies, entre des nations dépourvues de plus en plus de moyens financiers et au crochet des banques et des holdings surpuissantes. Et de la le groupe suédois Vatenfall de réclamer 4,7 milliards à l’Allemagne en raison de sa volonté de sortir à terme du nucléaire. Ce n’est même plus l’allégorie du pot de terre contre le pot de fer c’est le potier contre deux divisions de blindés. C’est l’histoire qui se répète, en dépit de certains efforts pour réformer la répartition des richesses et abolir les privilèges indues d’un cercle réduit, rien n’avance, pire on s’enfonce, jusqu’à la récente casse du code du travail qui ne propose rien d’autre que de reculer en matière de droit de 50 ans. Et la tâche est d’autant plus compliquée pour nos élus, quand ils ne sont pas là juste à titre d’épouvantail à moineau, comme notre actuel gouvernement, que ce n’est plus à une caste localisée qu’ils ont à faire mais mondialisée. Une caste qui si elle ne trouve pas son comptant dans tel pays ira s’exporter sans remords dans un autre où les règles en matière de travail sont nettement moins exigeantes. On comprend donc la fameuse loi El Khomri qui se propose finalement d’assurer le tiers monde à domicile, ou l’énième réforme de l’école qui n’entend plus assurer un enseignement à nos enfants mais du personnel exploitable pour les entreprises. Sans compter la récente loi sur la santé qui se propose de supprimer 2% des effectifs d’un secteur déjà au bord de la rupture. Bref ce n’est plus la volonté politique ni la pensée philosophique et idéologique qui bâtissent les nations aujourd’hui mais le business plan de holdings internationaux.

 

Corruption et dénis.

En France il est difficile de se dire que la solution viendra de nos créatures politiques. Anne Lauvergeon qui pendant dix ans a mené Areva à la banqueroute actuelle (7000 suppressions de postes prévues) pointée du doigt directement par la cour de comptes, soupçonnée de corruption dans le cas de rachats d’exploitation sud africaine et de délits d’initié a attendu trois ans pour être virée par Sarkozy, fut décorée de la légion d’honneur par Hollande et a retrouvé une place dans une officine d’état. L’absence d’indépendance réelle de la justice permet aux Balkany d’être impliqués dans six affaires de délit en col blanc tout en restant libre et en poste. Et en dépit de l’implication de la Société Générale dans l’affaire des Panama Papers et du mensonge éhonté de celle-ci, son directeur ne sera pas jugé pour parjure. Il existe au sein de notre république une aristocratie des grandes écoles qui s’y entend pour que strictement rien ne bouge. De là l’ONG Transparency International de classer la France 26ème pays le plus corrompu au monde…. Entre l’Arabie Saoudite et le Qatar… Et cette solution ne viendra d’autant pas de cette aristocratie qu’elle a comme credo le travail et la croissance. Le travail pour eux, la croissance pour leur compte bancaire. Or entre l’automatisation et la spéculation, le travail est devenue non seulement une figure de rhétorique mais pire encore un privilège que cette même aristocratie agite comme une menace pour mieux pressuriser les travailleurs, augmenter le capital des actionnaires et mettre en coupe réglée la population. Résultat quatre mois de mobilisation contre la loi El Khomri, des grèves à n’en plus finir et un million de personnes dans la rue récemment. D’autant plus que le travail a toujours été au cœur des préoccupations des organisations syndicales et leur fond de commerce quand bien même celui-ci tend à disparaitre complètement de certains secteurs, remplacé par l’automatisation et que la fameuse création de richesse si chère à Pierre Gattaz dépend en réalité pour l’essentiel de la capitalisation et de la spéculation. Une entreprise comme Facebook ne crée rien, sa force ne repose que sur la cumulation d’informations qu’elle vend aux compagnies au complet mépris des droits sur la vie privée (et avec notre plein accord, un comble) et c’est là-dessus qu’elle peut être cotée au Nasdaq et faire des bénéfices phénoménaux. Demain un incident prive les Etats Unis d’électricité pendant deux heures et c’est tout un pan de son économie qui boit la tasse et adieu le « créateur de richesse » Facebook. Sans compter que la question environnementale pose et posera de plus en plus de problème à mesure du temps, entre la raréfaction des énergies non renouvelables, la désertification, le réchauffement planétaire et la disparition croissante des espèces, population humaine exceptée qui atteindra bientôt les huit milliards. Là-dessus c’est surtout le secteur de l’armement qui risque de connaitre une croissance florissante (ce qui est déjà le cas).

 

Quelles solutions pour quel avenir ?

Dans ce cadre il devrait être entendu que la démocratie représentative française a vécu si elle n’a jamais existée. Moins de 4% des élus de ‘l’assemblée ont entre 25 et 40 ans alors que cette même tranche d’âge représente 19% de la population. Là où 32% des députés ont entre 60 et 70 ans alors que cela ne représente que 11% de la population. Sans parler du cumul des mandats qui devrait prendre fin en 2017 selon la loi…. Si celle-ci est réellement appliquée. Or on sait ce qu’il en est de l’application des lois en France et de la lenteur de la justice surtout quand il s’agit des élus. Quant au suffrage universel on voit également ce qu’il en est quand on mesure le taux croissant pour ne pas dire endémique d’abstention. Ou mieux quand on mesure les discours de campagne et leur réalité une fois l’élection terminée. Le gouvernement Hollande est un exemple criant de trahison idéologique et sociétal comme fut celui de son prédécesseur. Nos hommes et femmes politiques s’occupent plus de marketing et de cosmétique que de solutions pérennes, et plus leurs responsabilités sont grandes plus ils semblent baisser les bras, excepté quand il s’agit de faire passer des lois en faveur de leurs amis et bailleurs du CAC40. En Suisse ou en Islande la démocratie participative, par le biais du référendum et/ou du tirage au sort a au contraire démontré d’une certaine efficacité. A partir de 50.000 signatures et dans un délai imparti, les suisses peuvent demander un référendum et retoquer une loi. Ici nous avons le 49,3. Bien entendu cette forme de démocratie a ses limites. Il semble bien plus facile de mobiliser les trois cent mille islandais pour un tirage au sort, ou les 8 millions de Suisse dans le cadre d’un référendum que soixante millions de français. Surtout quand le sentiment national, la fierté d’appartenir à une nation est si pauvre et presque honteux dans notre pays qu’on en vient à douter de tout et surtout de nous même. Et ce n’est pas la xénophobie pathologique d’un FN soumis au pouvoir des marchés (voir leurs votes à la Commission Européenne) et à la volonté de Poutine qui y changera quoi que ce soit. On ne bâti pas l’amour de soi sur la haine de l’autre. Pour autant les quatre mois de mobilisation récente contre la casse du code du travail ou celle qu’avait motivée le mariage pour tous démontre que quand il s’agit de se défendre d’une loi qu’ils trouvent injuste ou inopportune, les français s’y entendent. Le développement encore timide des coopératives bio et des circuits courts idoines démontrent également que d’autres solutions sont recherchées par les citoyens. Comme celui du photovoltaïque, la bonne santé du secteur informatique ou, dans le domaine médiatique, le développement et le succès des podcasts sur des sujets aussi divers que l’économie, la politique ou l’histoire, le succès d’une émission comme Cash Investigation, démontrent non seulement d’une réelle demande mais également une volonté de se proposer un autre avenir. Et les près de un million d’auto entrepreneurs actuellement en activité que cette volonté n’est pas qu’un mot. De par leur culture et leur histoire les français sont un peuple légaliste et régalien, pour autant cette même histoire a démontré à maintes reprises qu’en matière de légalisme et de reconnaissance d’une souveraineté ils savent parfaitement faire des entorses à leurs principes et n’hésitent pas à renverser leurs dirigeants si besoin est. Les français sont indociles, rebelles, les réformateurs divers et variés qui ont émaillés l’histoire même récente de la France le savent bien. Est-ce à dire qu’il faudrait une nouvelle révolution ? Peut-être mais pour autant les révolutions fabriquent bien souvent des bains de sang et engendrent maintes désillusions. Les révolutions ne brisent un système qu’au profit d’un autre. La noblesse contre les bourgeois. Et 1789 contre le Directoire et Napoléon. En revanche la concertation régionale, la constitution de comités citoyens choisissant de chercher des solutions locales avant d’être nationales et ce hors de la bipolarité gauche/droite qui ne signifie plus rien sauf pour les extrémistes. La désobéissance civile, le refus unilatéral de se rendre aux urnes, la communication des idées au profit de groupes travaillant autour de ces idées, les lanceurs d’alertes, la pratique du hors circuit des médias traditionnels peut faire bouger les lignes. Par exemple une grève ça peut être momentanément utile pour se faire entendre mais ça finit par lasser et ça coute aussi cher à ceux qui la font qu’à ceux qui la subissent. Au contraire décider de ne plus faire payer son électricité aux foyers les plus pauvres ou offrir la gratuité des transports pour tous a non seulement toutes les chances d’être pris comme une mesure populaire mais tape là où ça fait mal, le portefeuille des actionnaires. Manifester c’est bien quand on veut montrer combien on est contre ou pour telle ou telle chose, refuser totalement de se rendre aux urnes bien plus inquiétant pour ceux qui ont la prétention de gouverner ce pays et ses institutions. Bref il ne s’agit pas seulement de repenser notre pays mais les moyens d’en reprendre le contrôle. Car il y a urgence et notre fenêtre d’opportunité s’étale sur à peine quinze ans. Parce que n’en doutons pas une seconde dans quinze ans l’Europe sera un vaste marché dont la majorité des acteurs vivront dans des sphères interdites au commun avec des millions de travailleurs pauvres et précaires, des états totalement impuissants et ruinés mais avec des supermarchés pleins à craquer et tout plein de guerres et de divertissements histoire d’alterner deux émotions la peur et le soulagement. La peur et le besoin compulsif de consommer. Alors certes l’esprit chagrin, propre également aux français, pourrait arguer que des moyens d’actions citoyens n’ont aucune chance de se produire en France et que quand bien même cela n’aurait aucun poids face à la mondialisation. Ces esprits là feraient mieux d’observer leur histoire. L’idée de révolution et de la constitution d’une république nous est venu des Etats-Unis, et en 1789 absolument toute l’Europe était sous un régime monarchique, à vrai dire le monde entier respirait empire, dynastie et pouvoir absolu, excepté en France justement et aux USA. Doit-on encore attendre que l’exemple nous vienne d’ailleurs pour que ça bouge ? Doit-on vraiment encore se demander si on est de gauche ou de droite pour avancer ? Est-ce encore le temps de laisser le destin de ce pays entre les mains de cette monarchie républicaine qui nous a offert sept mois d’état d’urgence et se propose aujourd’hui d’interdire les manifestations à Paris ? Faire l’autruche, dormir, n’a jamais été une solution, l’insurrection c’est maintenant… ou plus jamais.


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Etbendidon 18 juin 11:55

    Bonjour révolutionnaire
     smiley
    un Poutine, mafieux d’entre les mafieux qui en s’appuyant sur un réseau bien entretenue a mis en coupe réglée son pays
    Oh lala écrire ça sur AV ça va faire de la friture
    la personne de la très rouée Marine Lepen. Issue d’une des plus riches familles du monde politique
     ????
    Oh révolutionnaire faut revoir ta copie. les fabius, lang, sarkozy et consorts sont mille fois plus riches
     smiley
    Bon autrement plein de choses justes dans ce pamphlet mais quel fatras
    de l’ordre bordel pas de l’anarchie
    L’insurection ce n’est pas pret d’arriver
    par contre la révolution OUI mais elle ne viendra pas des hommes mais de la nature
    Et là mon pote ça va barder dur
    L’humanité disparaitra, bon débarras
     smiley


    • izarn 19 juin 09:33

      @Etbendidon
      Surtout que ça détruit totalement le discours qui fait semblant de défendre le prolo....
      -Poutine n’a jamais été un voyou, il était officier du KGB.
      Donc le KGB est un organisme de gangsters, et le chef de l’URSS un parrain : Le Diable se dénonce par une sottise.
      Ensuite Poutine a fait l’inverse de ce qui est dit ; Il a restauré l’Etat Russe, accaparé, vendu par les oligarques américanistes. Tout n’est pas parfait, mais c’est quand meme bien mieux que sous Eltsine. Ca pue le discours système qu’on trouve sur Arte et les télés d’Etat. Le Diable se dénonce par une nouvelle sottise.
      -Le Pen n’a jamais été riche au départ, son père était marin pécheur, quoique possédant un petit bateau.
      Il a hérité d’une petite partie de la fortune Lambert (Qui lui fit procès). Mais ça faisait longtemps qu’il était en politique.

      Bref il y a tellement de sottises, que je me suis arreté bien vite de lire, malgrés quelques vérités ici ou la pour faire passer la pilule.

      Autre sottise : Certes les aristos ne voulaient pas payer d’impots, mais ce n’étaient pas eux qui étaient visés : Louis XVI voulut imposer selon le cadastre, modalité toute nouvelle en train de se constituer, c’est à dire de manière plus juste.
      Ce sont les grands bourgeois qui n’ont pas aimé du tout le concept ! Puisqu’ils allaient payer plus.
      Alors la Révolution de 1789, ultra libérale, adonf pour les riches ?
      Peut-etre !  smiley


    • izarn 19 juin 09:49

      @izarn
      Je ne parle pas ici de la Pemière République française, qui fut tout autre chose...Disons que c’était la véritable révolution, qui dépassa de loin la république américaine. Toute l’Europe des « tyrans » d’alors voulu détruire la République.
      Le chant national vient de la, pas de 1789....
      Comme la bourgeoisie a repris le dessus, surtout avec les restaurations monarchiques, puis avec La III-ieme République ultra-libérale voulue par Bismark, et qui envoya l’armée contre la Commune de Paris, ils ont choisi 1789, bien sur....
      Pas besoin de 300 lignes pour l’expliquer.


    • pirate pirate 29 juin 06:43

      @izarn
      l’ennui avec les gens qui vous expliquent qu’ils ne lisent pas c’est qu’ils vous assurent par la même de leur complète bêtise. Ca ne les intéresse pas ce que vous écrivez, comment vous l’écrivez, ni d’ailleurs la réalité des faits. Ils les ignorent, ils vous bavouillent deux lieux communs et sont instantanément persuadés de leur génie. Car pour ce genre d’individu l’important c’est leur toute petite opinion. la réflexion ils laissent ça à plus compétent. Merci quand même de votre participation.


    • Alpo47 Alpo47 18 juin 13:30

      Votre analyse est pertinente, vous résumez largement les abus, mensonges ... tout ce qui fait notre société.

      « Il n’y a pas de vent favorable pour qui ne sait pas où il veut aller ». Sénèque.

      Avancer, initier, créer ... autre chose doit d’abord commencer par penser ...imaginer ... cette autre société. La majorité d’entre nous, partout, sommes d’accord pour dire que ça ne va pas, que nous fonçons dans le ravin, sauf que personne n’a défini un autre modèle. Le pouvoir et ses représentants nous font également croire qu’il n’y a pas le choix, pas d’alternative. C’est faux, car il y en a toujours.
      Evidemment, personne n’imagine que remplacer la dictature des élites par la dictature du prolétariat amènera une société meilleure, les plus « bisounours » imaginent un monde d’échanges sans monnaie ... les autres, grande majorité, ne savent pas et justement attendent ... d’avoir un but pour avancer.
      Nous en sommes là.

      Si cela s’avérait possible très bientôt, et bien il ne faudra pas se confronter au monde actuel qui a multiplié les systèmes de controle ou de répression, mais créer un peu partout de nouvelles relations, une nouvelle société plus humaine, solidaire, respectueuse de l’individu.


      • pirate pirate 18 juin 14:01

        @Alpo47
        Merci, en effet je suis d’accord, il faut se repenser en dehors de cette bipolarité productiviste et matérialiste qui, dans le contexte environnementale et même économique n’a plus le moindre sens. Le but c’est précisément tout l’enjeu mais je crois qu’il se défini à mesure que les sphères dirigeantes nous expliquent qu’il n’y a aucun recours, aucune solution, alors que ce sont elles et elles seulement qui n’envisagent aucun recours, et ne veulent surtout aucun changement. l’ennui c’est que je crains qu’il faille des catastrophes pour que la majorité commence à lever la tête du guidon et admette qu’enfin ceux qui nous dirigent sont en réalité parfaitement incompétents ; pire, complices de ce suicide collectif


      • gimo 18 juin 16:45

        @Alpo47

        Mode d’emploi

        Prise de conscience individuelle => prise de conscience collective=> boycott et organisation parallèle => désobéissance civile =>réorganisation politico-sociale => changement de paradigme.

        Pour l’essentiel, nous (les peuples), sommes coincés entre les phases 1 et 2 ou 2 et 3.
        Pourquoi ? Parce que le formatage propagandiste a la vie dure et le matraquage idéologique néfaste continue, cela change, mais lentement.
        Le plus dur est toujours de vaincre l’inertie de départ : Prenons un grand portail d’usine coulissant en fer/acier. Il est lourd et il faut s’arque bouter pour le mettre en branle initialement, une fois en mouvement, si on atteint une certaine vitesse, on peut pousser le portail qui coulisse avec deux doigts et maintenir la vitesse d’ouverture relativement constante.
        Dans notre schéma, les phases 1 et 2 sont la poussée initiale, c’est dur… en phase 3 et 4 c’est bien plus facile car le momemtum est créé, les dernières phases se font avec deux doigts…
        Le but de l’oligarchie est de maintenir la masse en phase 1 et 2 de façon à ne jamais atteindre le momentum nécessaire pour l’ouverture du portail en grand.
        De l’autre côté du portail, c’est l’émancipation !…

        Servons-nous des réflexions menés par d’autres personnes par le passé ;


      • gimo 18 juin 17:02

        @gimo
        Les révolutions passées ont échoué nous dit Kropotkine, parce que le peuple n’a pas directement et immédiatement pris le contrôle de la production et de la distribution des nécessités quotidiennes de la vie. Elles ont échoué en d’autres termes, à “conquérir le pain” et la satisfaction des besoins du peuple, dans toute son acceptation, fut déléguée à des leaders révolutionnaires… Pour Kropotkine, l’État moderne est le produit à la fois du capitalisme et des “révolutionnaires” qui sont piégés au sein de cette logique capitaliste et ne peuvent pas ou ne veulent pas penser au-delà de cela. L’anarchisme appelle à une société post-révolutionnaire sans gouvernants ni gouvernés… Ainsi ce sont les gens eux-mêmes qui devront prendre les décisions et agir ensemble, et si, comme les anarchistes le croient, le peuple ne sait pas encore ce qu’il veut, alors la question doit être suspendue, car autrement, la révolution sociale, une fois de plus, sera usurpée par une petite minorité d’intellectuels qui pensent avoir les les reponse et etre calif a leur tour


      • MaxBalance MaxBalance 18 juin 21:20

        @pirate@Alpo47
        @Cesar@TLM

        Merci à l’auteur qui regroupe dans son article beaucoup de facettes du diamant. Merci aux trolls pour la féerie qu’ils apportent au débat, et merci aux pairs pour les rires salvateurs et la sensation rare de fraternité qu’ils m’ont offerts.

         « None but ourselves can freed our minds »

        @Alpo

        Je ne suis pas sûr que l’alternative à un système structuré en soit un autrement structuré.
        Je ne suis pas sûr que le point de départ de mises en œuvres concrètes aient forcément pour point de départ l’imagination d’un modèle total par une part. 
        Je vous accorde que les « recettismes » en sont les exemples, mais elles démontrent l’incapacité d’une organisation totale pour l’émancipation des individus et la mise en place d’un système équilibré (libertés, égalité, justice, ...)
        Je ne crois pas que la « majorité » attende un but pour avancer. Il est très délicat de parler de la majorité, mais si l’on parle de la France, pour en avoir sillonné plusieurs strates ( élite privilégiée, élite pauvre, pauvreté peu cultivée, marginaux, formatés, optimistes, pessimistes) j’ai croisé une proportion énorme de jemenfoutistes, et je crois qu’elle est majoritaire. J’entends par jemenfoutisme : égocentrisme et connexion partielle au premier degré au flux médiatique.

        Comme le dit cesar castique, la base de la base est la prise de conscience individuelle. 
        Car c’est elle seule qui évite la manipulation. 
        La manipulation par le groupe en place au pouvoir qui en toute logique fait tout pour y rester, et celle par tous les groupes qui cherchent à le remplacer. Il existe effectivement des porte-paroles, des éducateurs, des pionniers, des messagers, qui ne cherchent pas à prendre le pouvoir, mais bien à établir un nouveau système égalitaire. Alors ils ne peuvent servir que cette base : celle d’une prise de conscience individuelle. Tout autre biais serait aussi manipulateur. 

        « Imagine all the people »

        Nous avons notamment dans l’art et la culture populaire un très grand nombre d’exemples, de vecteurs d’informations qui nous préviennent, nous illustrent, et nous ouvrent les yeux et l’esprit. De Molière à Camus en passant par Coluche et Souchon, et même Hollywood ! Et pourtant... L’on aime bien les messages de Bob Marley et de John Lennon, tout le monde s’accorde à faire de MLK, Gandhi et Malcolm X des grands, mais tout ça est jugé bien beau mais pas très sérieux. Les artistes sont sur la Lune, et les lecteurs entre les lignes, en marge. 

        Pour finir, j’ai une raison d’être optimiste, une d’être pessimiste. Allez, d’abord la mauvaise...

        Je constate un recul très net de la propagation de messages dans la culture. Le divertissement en est la fin en soi dans la plupart des cas (cinéma, musique, littérature,...) Même les échanges d’idées, les débats, les participations aux « combats » dans les rues et sur le net, semblent être devenus une affaire de pin’s, un moyen de se définir en tant qu’individu, presque une finalité plus qu’un moyen vers une fin quelconque.

        On parle souvent de cycle et de révolution. Tout revient. En pire, comme le souligne l’auteur, par exemple la répartition des richesses est encore plus inégale depuis l’abolition de la monarchie. Mais quelque chose a changé. Bien sûr, c’est un gros mytho, mais nous sommes libres et égaux.On ne nous dit plus qu’il faut glaner le blé et filer la moitié au seigneur, non,on nous dit que nous sommes libres et égaux, tous. Un gros mytho mais n’empêche, à force, ça pourrait donner des idées...




      • hervepasgrave hervepasgrave 18 juin 23:03

        @Alpo47
        Bonjour,
        Pour l’instant c’est un leurre que dire cela.
        « mais créer un peu partout de nouvelles relations, une nouvelle société plus humaine, solidaire, respectueuse de l’individu. »
        C’est fabriquer des forteresses et des châteaux imaginaires. Il y a trop de différences et la solution n’est pas encore générale.Égalitaire, incompatible avec la réalité. Oui ! peux-être un replis pour une classe sociale avantagée,un ghetto pour tous les autres . Il y a du bon, mais cela ne peux pas être encore d’actualité.


      • Alpo47 Alpo47 21 juin 15:16

        @hervepasgrave
        Bonjour,

        Vous « démolissez » les idées, mais alors quelles sont les votres, lancez vous ...
        Ce monde est profondément injuste, inutile d’en refaire la liste- alors ... quoi d’autre ?
        Lorsqu’on a démoli, il faut rebâtir. Quoi ?

        Définissons la société utopique,puis essayons d’aller dans ce sens.


      • hervepasgrave hervepasgrave 23 juin 20:17

        @Alpo47
        Bonjour, je suis en retard sur ce coup là (réponse). Je ne démolis pas les idées elles sont préfabriquées. Mais personnes a la lucidité de voir les choses.Aujourd’hui l’idée serait de faire coexister un monde financier et un monde libre et qui vivrait d’échange,waouh ! mais n’est ce déjà pas,une division supplémentaire .Pas deux mondes coexistant, mais trois ,un monde basé sur le fric,un autre qui a les moyens d’être entre deux et les autres vous suivez ou vous crever. Je ne démolis rien ,je suis certainement plus humain que beaucoup.Le pire il faudrait que je baisse culotte devant les pouvoirs/l’argent et de beaux illuminés qui ont les moyens de rêver,mais ne sont pas ,mais pas du tout aussi humaniste qu’ils le prétendent. Une société utopique n’existe pas. Mais une société qui devrait évoluer,quitte a se casser la G... au moins c’est envisageable.L’ennemi du monde est le pouvoir et l’argent. Pourtant nous avons bien vue des essais de monnaies locales,mais pourquoi cela ne fonctionne pas ? Là est une question intelligente,non ? Ma réponse c’est que cela ne casse pas la connexion avec le monde de l’argent.L’argent est l’ennemie n°1. Car c’est du vide ,qui empêche de faire fonctionner le monde ,l’argent qui n’est que du vent. Il suffit de créer une monnaie qui sert d’échange basée sur rien et cela fonctionne, c’est simplement je ne te donne rien sans rien.point Barre .Démontre moi le contraire.Pour que cela change il faut que les gens soient obligatoirement devant leur responsabilité. >Et avant de rêver à une soit disant démocratie ,il faut des barrières.Et la barrière est l’argent et le pouvoir. Car si personne élimine cela ,il y aura toujours des magouilles d’intérêts personnels et des risques de retour à la case départ. Voila les grandes lignes.Sans parlé de la propriété.Mais là qui est assez utopiste et réactif pour le devenir des générations futures>. Alors répond,beau merle. 


      • Anthrax 18 juin 14:47

        Fatras inorganisé, aucune hiérarchie de l’info, pas de niveaux de lecture, mal écrit... En supposant que ce que tu écris est intéressant - ce que je ne remets pas en doute - impossible d’aller jusqu’au bout.

        « Ecrire pour être lu ». 1ere année d’école de journalisme. 

        • pirate pirate 18 juin 15:10

          @Anthrax
          en gros t’as rien à dire et tu veux nous le faire savoir, merci le troll de ta participation mais on se passe de tes approximations de commentaire ;


        • gimo 18 juin 16:55

          @Anthrax
           ». 1ere année d’école de journalisme. ((( un metier de vendu et arrogans

          Meme si c’est faux pourvu que on manipule les gents  Bravo !!!


          Achetez la presse et vous serez maîtres de l’opinion, c’est-à-dire les maîtres du pays.


        • Anthrax 18 juin 18:55

          @gimo

          J’achète des journaux régulièrement depuis 40 ans et je ne suis toujours pas le maître du monde. Mais au moins la lecture me permet de maîtriser l’orthographe, si tu vois ce que je veux dire.

        • Anthrax 18 juin 18:56

          @pirate

          Mais si j’ai à dire : tu écris comme tu pètes. 

        • gimo 18 juin 19:26

          @Anthrax
           Cela confirme ceci l’arrogance  Merci du coup de main

           l’écriture je laisse ça à une femmes Un art mineur   Seule les idées et l’imagination est important

          Mais ça vous ne pouvez pas comprendre  quand on chasse les mouche  goodbay bay


        • Anthrax 18 juin 19:42

          @gimo

          « Seules les idées et l’imagination est important ». Ah la vache ! Est-ce que c’est toi le fameux René, chauffeur de taxi préféré de Bourdin ? 
          D’un autre côté, tu fais bien de laisser l’écriture aux femmes : l’homme sage connaît ses limites.

          Baille baille et bonjour chez toi.

        • kader kader 18 juin 21:56

          @Anthrax
          Excuse moi.. 10 ans avant sa mort JFK disait que des groupes voulaient acheter la presse dans sa totalité à des fins hégémoniques.

          http://blogs.mediapart.fr/blog/mbdl/161011/le-discours-de-jfk-10-jours-avant-sa-mort.

          Depuis ils ont toutes les banques tous les labo pharmaceutiques tout le pétrole toute l’industrie etc..

          Bref, ce que tu lis te lave le cerveau, mais les nouvelles lessivent lavent tellement bien que tu y vois que du feu...

          Ta réponse est incroyable.


        • pirate pirate 29 juin 06:48

          @Anthrax
          oui j’avais compris que vous étiez le troll de service ne soyez pas en plus redondant vous êtes déjà ridicule, n’ajoutez pas en handicap ce n’est pas remboursé.


        • tf1Groupie 18 juin 14:49

          Vu que l’auteur fait partie des 20 % les plus riches de la planète il devrait être scandalisé et s’auto-insurrectionner.


          • pirate pirate 18 juin 15:12

            @tf1Groupie
            l’auteur vit dans 18m² tu repasseras le troll n°2 pour les 20% plus riche de la planète, mais merci quand même de ton brassage d’air il fait chaud ici.


          • kader kader 18 juin 21:58

            @tf1Groupie
            alors, y a ceux qui font les crétins pour polluer un débat.
            et y a deux qui sont vraiment bêtes et qui font les crétins pour polluer.
            toi tu es dans le 2e groupe.


          • César Castique César Castique 18 juin 15:27

            « On ne bâti pas l’amour de soi sur la haine de l’autre. »



            Et pourtant : 


            "On ne peut avoir de vrais amis si on n’a de vrais ennemis. A moins de haïr ce qu’on n’est pas, il n’est pas possible d’aimer ce qu’on est. Voilà des réalités très anciennes que nous sommes en train de redécouvrir avec douleur après plus d’un siècle de sentimentalité. Ceux qui les nient, nient leur famille, leur héritage, leur culture, les droits qu’ils acquièrent en naissant, et jusqu’à leur moi.« C’est de Michael Dibdin, dans »Lagune morte« .

            Le problème, si tant est que c’en soit un, c’est que ces réalités, nous ne les redécouvrons pas tous en même temps, et pas tous douloureusement non plus....

            Et après tout, cet article contient une phrase allant dans le sens du constat de Dibdin : »...le fameux monde libre, celui du capitalisme, ne faisait bonne figure, comme l’affirmait l’extrême gauche, qu’en raison de l’existence de l’Union soviétique.« , dans la mesure où l’URSS incarnait ce que les pays »de l’Ouest" ne voulaient être à aucun prix.


            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 18 juin 16:26

              L’article contient quelques évidences que tout le monde peut constater, par exemple les réflexions sur les révolutions ou sur le TAFTA et les dérives monopolistiques.
              Une petite remarque, l’expérience est un facteur fondamental en politique, il n’est pas anormal que nos représentants soient âgés.
              La conclusion est assez contradictoire, l’auteur a conscience qu’une révolution se fait toujours au profit d’une classe sociale et souhaite pourtant une insurrection dont il ne dit pas quelle en serait la forme ni qui en retirerait profit. Ce qui pose un problème de représentativité et de légitimité. Or les français me paraissent extrêmement divisés, trop même pour que quelqu’un ait une légitimité à les pousser à la révolte, tout le problème est là.


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 juin 16:44

                «  »La révolution française est un de nos mythes fondateurs. Si on en croit la légende, le peuple a pris le pouvoir contre les privilégiés, renversé un roi incompétent et installé une république sous la bannière des Droits de l’Homme et du Citoyen.«  »


                Cela est seulement l’histoire officielle, or tout ce qui est officiel est politique et tout ce qui est politique est fallacieux. Il faut chercher la vérité.

                La révolution de 1789 aurait pu être universelle ( C’était une révolution occidentale et non pas française à proprement parler) si elle n’avait pas été récupérée et puis recyclée en une contre-révolution par ceux qui résistaient au changement et qui voulaient garder leurs privilèges. Difficile de se placer dans le contexte de l’époque mais facile de se rappeler ce qui s’est passé partout dans le monde depuis ... Jusqu’au lamentable désordre zzzarabe ! J’avais expliqué l’échec des zzzarabes ainsi : A chaque initiative d’un grand bouleversement, il y a toujours d’un coté ceux qui veulent aller de l’avant et créer une nouvelle société et ceux qui résistent et qui veulent sauver ou maintenir le système qui les nourrit et les engraisse !

                La soi disant révolution française qui avait soi disant instauré la République a vite basculé non pas dans un royaume mais dans un Empire plus totalitaire ! 

                «  »Les privilèges n’ont pas été abolis mais renforcés«  »
                Ce constat que vous rappelez ici, je crois l’avoir dit au moins mille fois dans mes écrits et commentaires ! 


                • César Castique César Castique 18 juin 18:30

                  @Mohammed MADJOUR

                  « A chaque initiative d’un grand bouleversement, il y a toujours d’un coté ceux qui veulent aller de l’avant et créer une nouvelle société et ceux qui résistent et qui veulent sauver ou maintenir le système qui les nourrit et les engraisse ! »


                  Si ça vous fait plaisir... En réalité, il y a ceux qui veulent aller de l’avant mais en imaginant divers modèles de nouvelles sociétés, certains incompatibles entre eux, et il y a ceux, la majorité, qui aspirent à un retour à l’ordre qui leur permette de renouer avec une vie normale.

                • izarn 19 juin 10:03

                  @César Castique
                  Je vous signale que lors d’une vraie révolution, l’ordre ancien n’existe plus. Inutile d’y revenir.
                  C’est comme Charles Magne qui eu dit : Bon ! Retour à l’ordre de l’Empire romain !
                  En fait à sa mort c’était à nouveau le bordel, tellement qu’on a voté pour un nouveau roi : Le capétien...Les dingos ça commençait à faire déborder le vase...De Soisson.
                  Ou Poutine qui eut dit comme l’utra enfoiré Franco : Retournons au Tsarisme !
                   smiley
                  Té ! On se marre bien sur agoravox....


                • César Castique César Castique 19 juin 10:29

                  @izarn

                  « Je vous signale que lors d’une vraie révolution, l’ordre ancien... »


                  Qui parle de retour à l’ordre ancien, sinon vous ? Moi, je parle de retour à l’ordre tout court. Celui qui permet aux gens d’aller bosser à l’heure et de passer à la caisse à la fin du mois, le seul qui les intéresse dans le fond...


                • pirate pirate 29 juin 06:52

                  @César Castique

                  Retour à l’ordre ? lequel ? Celui du bruit de botte ? Bosser à l’heure ? Pourquoi faire ? Passer à la caisse à la fin du mois ? Dites moi vous êtes du bétail ? Votre picot d’avoine, la grange ouverte à l’heure et pas de question ? Je vous laisse ce monde bien rangé et morne, je n’aime ni les bruits de botte ni les boulots où il faut commencer à l’heure.


                • non667 18 juin 17:05

                  à pirate
                  Et bien entendu en France nous avons notre propre modèle en la personne de la très rouée Marine Lepen. Issue d’une des plus riches familles du monde politique, élevée dans le meilleur milieu, ....

                  quel rang parmi les riches ??
                  sa fortune issue d’un héritage extra familial taxé par le fisc ne doit rien au magouille qui caractérisent les autres politiques !
                  votre allusion malhonnête montre que vous n’avez pas d’autres arguments politiques sérieux a opposer a marine ( donc article faux derch )


                  • zygzornifle zygzornifle 18 juin 19:41

                    @non667


                     Marine Lepen est tellement surveillée que le gouvernement connait mieux qu’elle le contenu de son porte monnaie ...

                    Tout l’arsenal politique LRPS est sur son dos, je suis sur que ses poubelles sont passées au crible une fois ramassées , son tout a l’égout filtré pour analyser ses selles afin de rechercher une trace de substance illicite ou d’aliments hors de prix, pour une analyse de sang elle demande directement un rapport a l’Élisée ....

                  • izarn 19 juin 09:52

                    @zygzornifle
                    C’est pour ça que la police n’a plus assez de moyens pour contrer les casseurs smiley


                  • pirate pirate 29 juin 06:54

                    @zygzornifle
                    une chose est sûr en tout cas, votre bêtise n’est pas filtrée


                  • zygzornifle zygzornifle 18 juin 19:35

                    il faut déterrer les pavés de Mai 68 et shampouiner les cranes des politiques LR PS avec ....


                    • Le421 Le421 18 juin 19:36

                      Le malaise de base tiens dans le fait que les individualismes exacerbés par Facebook, I-phone et applis intégrées ne font plus qu’attendre passivement tout des autres.
                      Personne ne se prends plus en main et garde ses doigts bien au chaud dans le trou de balle.
                      Perso, ce n’est plus mon époque, je suis un fichu « has been » de 60 ans qui a toujours gardé cet élément de son anatomie pour l’usage prévu. Pas comme boite à gants !!
                      Que faut-il constater ?
                      On vous dit « la picole, c’est mal !! ». Vite, achetons du Coca.
                      Fumer, c’est mal !! Vite, la cigarette électronique.
                      L’huile de palme, c’est de la merde !! M’en fous, je ne bouffe que du Nutella.

                      Pas grave.

                      La connerie est une maladie mortelle à moyen terme.

                      Perso, à mon âge, beaucoup de « djeun’s » voudraient avoir une santé comme la mienne.
                      Mes doigts ont parfois un peu de rigidité, mais ils ne sentent pas la merde...

                      Et chacun la sienne !!


                      • hervepasgrave hervepasgrave 18 juin 22:50

                        Bonjour,
                        « insurrection maintenant » Wouah ! c’est un épineux problème,car malheureusement c’est d’un côté trop tard et de l’autre trop tôt.
                        Comme toutes les révolutions ,le problème majeur, n’est pas de tout détruire( ou autrement dit ,un grand nettoyage) l’important c’est « l’après ».

                        Aujourd’hui le constat a faire personne ne le fait ,je ne l’entends pas, serais-je sourd ou simplement un idiot profond ,un déséquilibré mental, peut-être ?
                        Tout ce que nous voyons arrive a un moment opportun de basculement des générations. Et quel basculement ,c’est vraiment à l’échelle mondiale. Alors, vouloir soit disant protéger sa nation, parler d’Europe, de découpage du monde etc etc... c’est vraiment absurde. C’est la mondialisation ,pour le pouvoir sur les hommes de la planète entière. Alors insurrection ,comme coup de colère dispersée, ne peux qu’arranger que ceux qui volontairement dégrade le pied enfoncé sur l’accélérateur tous les pans de la société .
                        Le problème des insurrections, des révolutions n’est que le but a atteindre, et l’application et le sérieux de maintenir ce but de manière effective et surtout durable, indestructible. Donc la difficulté est là posée. Avec qui faire la révolution ? mais après ? Et oui ,c’est l’après qui compte ,il n’y a que cela et rien d’autre.La société est trop cassée aujourd’hui, c’est foutu me semble t-il !
                         Maintenant la peur est pour ce que nous connaitrons pas ,demain. Est-ce que nos jeunes seront lobotomisés, et devenus amorphes insensibles,inhumain ?, Une chance vraiment infime pour qu’un jour il y ait une mondialisation humaine.
                        Alors oui, je verrais bien le coup de la dernière chance,le coup de poker. Mais le délais pour que les gens se réveillent et oublient leur fond égoïste est court ,très très court !

                        Nous pouvons nous attendre ,et je ne pense pas que cela soit une fiction ,qu’il y ait prochainement (prochainement , peux -être encore quelques années) un stop,un arrêt général ,qui sera technologique (coupures d’énergie,communication) c’est bien plus facile que beaucoup ne le pense a faire.

                        Que retenir ? que faire ,d’ailleurs quelques soit les erreurs de jugements,les égarements, les idioties,le mélange de tout et de rien. Pfou ! peut-être attendre l’extrême limite ,pour que nous soyons tous dans le même bain. Et oui ! ce n’est pas glorieux d’attendre les catastrophes,mais aujourd’hui nous en sommes là. Il suffit de porter son regard sur ce qui nous est vendu,sur ce qui est dit,écrit de tout et du grand n’importe quoi. Un auteur a posté un article récent parlant de « « La déliquescence d’une société sans idéaux ! » Si l’idée parait juste ,elle n’est que nombriliste ,Une manière d’oublier ce que l’on est, une division supplémentaire ,un jugement cruel.Et oui si nous en sommes arrivé là, il y a des raisons ,que nous ne voulons surtout pas connaitre et reconnaitre.

                        Sur ton ouverture d’article ,je ne suis pas tout a fait d’accord sur deux points le premier tu dé fourgues le roi en disant que c’était une idée personnelle.A voir et relire dans les entrailles de l’histoire. Concernant Poutine tu es plus honnête ,d’ailleurs les gens ont une mémoire sélective,très sélective. Mais personnellement il fait partie du même clan que tous les autres.Je le sais c’est enfantin ce que je vais dire,mais je garde une image d’une époque récente ou il était avec les Bush ,Berlusconi ,Sarkozy ? L’Anglais et combien d’autres personnages vraiment dangereux hautains se foutant ,se vantant ,se pavanant à la face du monde.Ma réalité en est resté là .Et aujourd’hui nous voyons cette marche forcée de destructions de tout par tous les bouts.

                        beaucoup termine par des blagues,de l’ironie enfin détourne l’attention .Alors je vais faire pareil de manière vicieuse »éh !éh"
                        Pour les gens qui naviguent sur le net ,personne ne devrait ignoré qu’aux États-Unis il y a un monument (le terme monument,est vaseux) ,Alors s’il existe vraiment je n’y suis pas allé et d’ailleurs je n’ai aucune envie d’aller voir cela.Les Georgia Guidestones.Elles ont été construites dans le plus grand secret et comme cela.Si demain quelqu’un faisait cela en France .Cela serait considéré comme une construction illégale ? Y aurait-il un tôlé général ? est-ce que tout le monde se précipiteraient pour voir cette merveille ? Journaliste, et toutes les classes sociales,de tous les âges.... Et qui sait s’ils ne paieraient pas un billet pour faire la queue ?Allez un peu d’humour Le Russe et d’autres langues figure sur cette chose, mais ou est le Français ??un signe ?
                        Bon appétit pour Dimanche.



                        • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 19 juin 18:35

                          Ce qui me choque c’est qu’il y a toujours des nobles en France, des comtes, des marquis... grâce à une ordonnance du roi Louis 18 en 1817 !


                          Personne n’a pensé à supprimer cet archaïsme ?

                          Les bourgeois, Jacques Brel leur a réglé leur compte en chanson : « les bourgeois c’est comme les cochons... » Le peuple français la chante en chœur !

                          Mais les nobles ? ah ça ira, ça ira...

                          Plutôt que de les envoyer à la lanterne, comme on chantait en 1789, on pourrait faire une loi pour supprimer la noblesse, les titres, le de avant leur noms !

                          Voilà une réforme qui serait un beau symbole pour la République, pour la France insoumise ! il faudrait en parler avec JL Mélenchon !



                          • Raoul-Henri Raoul-Henri 20 juin 00:52

                            @pirate
                            « La mort des idéologies, la fin du pouvoir politique. »
                            Raté, c’est le contraire qui arrivera :
                            Cacosoïsme

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès