Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Internet et lien social

Internet et lien social

Panneau_cole_copie_3 Les évènements dramatiques que nous venons de vivre peuvent ne pas nous inciter à parler des TIC, tant cela peut apparaître comme très éloigné de la situation.

Pourtant... Avez-vous déjà vu un jeune garçon expliquer à sa mère comment utiliser un ordinateur ?

Avez-vous déjà vu une femme expliquer à sa voisine comment répondre au mel de son frère à l’étranger ?

Les espaces numériques de travail dans les écoles, les espaces publics numériques dans les quartiers sont des outils pour le développement de la citoyenneté. Et le plus étrange, c’est que ce n’est pas une question financière, les coûts de ces outils étant vraiment très modestes.

Il s’agit simplement d’avoir la volonté, la conviction que les outils de l’Internet ont un rôle majeur à jouer pour tisser du lien social.


Moyenne des avis sur cet article :  2.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  •   (---.---.36.138) 12 novembre 2005 16:30

    100 % d’accord. On peut même imaginer que l’ADSL soit sponsorisé, voir même être gratuit dans certains endroit. On pourait réinventer le minitel avec son echosystème de services ... et en plus les gamin qui seraient devant leur PC à tisser du lien social ne seraient pas à faire autre chose ...


    • Thomcom (---.---.224.47) 12 novembre 2005 20:21

      100% pas d’accord. Internet est un outil. Un outil ne crée pas de lien social. Le lien social relève de problématiques culturelles.

      Loin de faciliter le lien social, internet le met à l’épreuve. En réduisant les distances, il rend plus visibles les différences et pose la question de l’Autre avec plus d’acuité. Internet m’oblige à un effort de compréhension accru - l’Autre, lorsqu’il est à des milliers de kilomètres, est beaucoup plus « flou », et finalement moins « dérangeant ». Poser la question de la cohabitation culturelle n’est en rien contribuer à y répondre.

      Vous confondez information et communication.

      Quant à l’argument selon lequel internet contribuerait au lien social parce qu’on peut aider une personne à consulter ses mails...


      • Léa D (---.---.245.213) 13 novembre 2005 14:39

        Internet permet de créer du lien social si on le décide, j’ai été agréablement surprise par le bouillonnement dans les cyber lieux dans la ville d’Ales par exemple. Il y a des projets, des animations, des rencontres, des gens construisent ensemble. Internet est finalement très fédérateur


        • thomcom (---.---.86.107) 13 novembre 2005 16:44

          Eh oui. Moi aussi j’apprécie ces lieux - je vis tout près d’Alès. Mais justement ce sont des lieux, qui, même s’ils sont « cyber », n’ont rien de « virtuel ». Le « lien social », point de départ de la discussion, se construit dans la connaissance et la reconnaissance de l’autre, qui n’est pas réductible à son login... La tolérance mutuelle gît d’abord dans le respect de ces petites « différences culturelles », concrètes, pratiques, quotidiennes... Le bistrot, le marché, le culb de sport, le syndicat... sont plus importants qu’internet et le commerce électronique. La société ouverte pensait être transparente, débarrassée des intermédiaires, grande organisatrice de face à face... elle butte partout sur le besoin de « rassurance », de « réalliance » de « tribu », bref d’intermédiaires humains.

          Si internet en tant que tel créait du lien social, nous vivrions dans une société solidaire, puisqu’interconnectée. La difficulté, c’est qu’on vit dans un monde où tout va vite, alors que l’expérience de l’autre requiert un minimum de temps. Pourtant elle est essentielle : c’est d’abord dans l’infini du regard de l’autre que je fais l’expérience du sacré (je découvre un autre « moi-même ») et que j’y lis la première loi du vivre ensemble : « tu ne tueras point ».

          Le défi de la cohabitation culturelle, et de la création de lien social puisque c’est ce qui nous intéresse, est une réponse au mythe de la société de l’information (une société mondiale, fluide, interactive...). L’idéologie technique fait croire que ce sont les limites de la technique qui empêchent les mutations sociales et politiques. Elle bute sur la complexité des sociétés. Les machines ne pèsent pas grand chose face à l’Autre.

          Pour ceux que ça intéresse : lire les travaux de Dominique Wolton depuis 1997. Lire aussi les très belles pages d’Emmanuel Lévinas sur l’« épiphanie du visage » (Difficile Liberté, Le Livre de Poche, p 22-26 : Esprit et Visage).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès