Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Irak - « Ici, l’interprète est l’homme à abattre » (...)

Irak - « Ici, l’interprète est l’homme à abattre » !

« Vous prenez l’interprète et vous prenez le père de famille, vous braquez votre arme sur lui, et vous demandez à l’interprète de lui demander s’il a des armes, de la propagande anti-américaine, quoi que ce soit qui permette de croire qu’il est mêlé à des activités contre les forces de la coalition. Normalement, ils disent que non, parce que, normalement, c’est vrai, dit le sergent Bruhns. Alors, vous retournez le canapé. Vous ouvrez le frigo, s’il en a un, et vous jetez le contenu entier par terre. Vous retournez et vous videz tous les tiroirs. Vous ouvrez les placards et vous jetez tous les vêtements par terre. En fait, vous laissez sa maison comme après le passage d’un ouragan. Et si vous trouvez quelque chose, vous l’arrêtez. S’il n’y a rien, alors vous lui dites "Désolé de vous avoir dérangé. Passez une bonne soirée". Bref, vous venez d’humilier cet homme devant toute sa famille, sa famille que vous venez de terroriser, et vous avez dévasté sa maison. Et puis vous allez à côté, et vous recommencez une centaine de fois  » (The Other War : Iraq Vets Bear Witness - The Nation - Version française, Mondialisation).

Comme nous venons de le lire, l’interprète est un témoin. Témoin d’événements tragiques, d’événements heureux, d’événements neutres. Il est payé pour accomplir une tâche. Quelle qu’elle soit.

L’interprète est, règle générale, un « local », terme utilisé dans le jargon administratif pour désigner un auxiliaire d’origine irakienne. Un auxiliaire est une personne qui, pour gagner sa vie et celle de sa famille, accepte d’œuvrer au sein des forces d’occupation. Ils occupent divers boulots, d’interprètes à estafettes. Mais voilà. Ne devient pas interprète qui veut. L’armée des États-Unis en Irak manque cruellement d’interprètes. «  Armée américaine cherche interprètes jordaniens  ». Comme les Irakiens craignent de coopérer avec l’armée américaine, par peur des représailles, celle-ci se tourne vers la population jordanienne, relatait Libération.

Selon Libération, le salaire promis : 1 150 dollars par mois, dix fois le revenu moyen jordanien (mais aussi le salaire quotidien d’un mercenaire en Irak). Les 1 150 dollars ont attiré Hisham, la trentaine. « Sur leur formulaire, à la question Pourquoi voulez-vous être interprète en Irak ?, j’ai répondu l’argent. Mais ça ne leur a pas plu, ils ont insisté pour que j’écrive à la place que j’étais fier de servir mon pays auprès de l’armée américaine  ».

Amnesty International vient de se pencher sur le cas de ces auxiliaires, oubliés, malgré leur état de services. Amnesty appelle donc les États-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres États, qui participent à la force multinationale en Irak, à donner asile aux Irakiens qui ont aidé les forces étrangères comme interprètes, chauffeurs ou dans d’autres fonctions.

Le Danemark a procédé à l’évacuation secrète de quelque deux cents civils irakiens du sud de l’Irak en vertu d’un accord selon lequel des interprètes et des assistants ayant travaillé pour les troupes danoises en Irak pourront y trouver asile. Les vols ont été maintenus secrets pour éviter que des miliciens n’essaient d’attaquer les avions. Selon l’ambassadeur du Danemark en Irak, Bo Eric Weber : «  Ils ont tous travaillé pendant environ quatre ans pour nous et nous avons accordé des visas à tous ceux qui commençaient à craindre pour leur sécurité  ».

En janvier 2007, un groupe d’officiers danois évoque le «  devoir moral » du Danemark d’accorder un permis de séjour aux interprètes travaillant avec eux, souvent pris pour cible par les insurgés irakiens. Le Parti du peuple (extrême droite), allié du gouvernement au Parlement, s’y oppose. Le sort des civils irakiens fait l’objet de débats après l’annonce du gouvernement de retirer son bataillon de quatre cent quatre-vingts hommes, basé à Basra, en août. Le 27 juin dernier, le gouvernement annonce qu’il fournira des visas d’entrée sur son territoire à ceux qui voudraient déposer une demande d’asile au Danemark, ainsi qu’une aide financière ou des emplois dans des missions danoises à ceux qui préféreraient rester en Irak.

Plus de deux millions d’Irakiens ont fui le pays, principalement vers la Syrie et la Jordanie. Les États-Unis n’en ont accueilli pour l’instant qu’un peu plus de sept cents.

Loay Mohammad a travaillé pendant trois ans en tant qu’interprète à Bassora. Il a aidé le régiment Royal Anglian, qui s’occupait, entre autres, de la détention des prisonniers. En mars, il est parti en Syrie. Il ne supporte plus la pression et le danger permanents. Il veut profiter de son voyage pour demander l’asile à l’ambassade britannique. « J’ai été à l’ambassade à Damas, a-t-il raconté à la BBC. Les gardiens m’ont interdit d’entrer. Je leur ai montré mes documents de l’armée, mais ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas d’instruction pour me laisser entrer. »

Malgré les risques encourus en Irak, qutre-vingt onze interprètes irakiens ont appris, du gouvernement britannique, qu’ils ne bénéficieraient d’aucune facilité pour obtenir l’asile. Le Times a même révélé que la demande de l’un d’entre eux avait déjà été rejetée, en dépit des recommandations d’un officier de haut rang britannique. Face à cette situation, Human Rights Watch a invité le gouvernement britannique à revoir sa politique d’accueil.

Selon Le Times, plus de six cents auxiliaires irakiens pourraient être admissibles au statut de réfugié. Depuis 2003, près de vingt mille irakiens ont travaillé au service de l’armée de sa Majesté. Après la publication du Times sur la situation critique de ces auxiliaires, le Premier ministre Gordon Brown a demandé aux services d’immigration de réexaminer le cas de ces interprètes irakiens qui ont travaillé pour l’armée en Irak. Il a ordonné ce réexamen après les réactions indignées de nombreux officiers et hommes politiques de tous bords concernant le sort réservé à ces interprètes.

Benoît Finck, de l’Agence France Presse, s’est attardé quelque peu sur le rôle des interprètes au sein de l’armée américaine. «  Ici, l’interprète est l’homme à abattre  », témoigne Kaissi, un traducteur arabe qui accompagne les forces américaines en Irak depuis l’invasion du pays en 2003 et estime avoir eu « beaucoup de chance » jusqu’ici. Outre les risques encourus à cause des engins explosifs posés au bord des routes, ciblant les convois américains, l’interprète est souvent l’ennemi n° 1 de tireurs embusqués. Il connaît plusieurs interprètes qui ont été tués en Irak. Kaissi se souvient avoir vu l’un de ses collègues échapper de peu à la mort à Sadr city, le grand quartier populaire chiite de Bagdad : «  Son casque a été transpercé par une balle et il s’en est sorti avec une éraflure au front ». Kaissi refuse de dévoiler son salaire actuel, mais affirme qu’en 2003, en tant qu’interprète de nationalité américaine, il gagnait 6 000 dollars par mois. Avec la guerre, il s’est « senti obligé de revenir en Irak, mon pays, ma culture ».

Après avoir demandé aux États-Unis de libérer cinq détenus à Guantanamo, Gordon Brown estime que les services d’immigration, dont les consignes avaient été durcies par Tony Blair, sont trop rudes avec les interprètes irakiens. L’exemple d’un petit pays comme le Danemark est une dure leçon pour la fière Albion.


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Avatar 10 août 2007 11:19

    Merci Pierre pour ce magnifique article sur la réalité actuelle de la tragédie irakienne.

    Dire qu’il y a 190 000 fusils d’assaut fournis par les américains qui se balladent dans la nature.

    Avoir 20 ans et mourir en soldat US tué par un fusil acheté par le contribuable américain ...

    Quel échec.

    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-942163,0.html


    • Avatar 10 août 2007 11:23

      Mais lorsqu’un pays comme les USA ont décidé d’envahir illégallement l’Irak en usant d’arguments mensongers (armes de destruction massive), y-avait il qq’un pour penser sur le long terme aux conséquences géo-politiques locales ???

      Dire qu’en Afghanistan c’est pas mieux, mêmes les britanniques disent ques l’US army tue trop de civils !!!

      http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3216,36-943107@51-907647,0.html


    • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 août 2007 14:32

      Le pentagone avait prévenu Bush des risques de perdre la paix pour cause d’insurrection et d’insuffisance de troupes... (je n’ai plus les références de l’article)

      Ce n’est pas parce que le gouvernement Bush a voulu ignorer ces problèmes, que ces problèmes n’étaient pas prévisibles.

      Ceci augmente encore la lourde responsabilité et l’incompétence du gouvernement US


    • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 août 2007 14:35

      Pauvre Irak Pauvres irakiens

      S’en souviendront quelques siècles de la ballade US en Irak, enfin je crois que les USA ne vont pas non plus l’oublier très vite leur ballade en Mésopotamie....

      Bravo pour l’article


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 10 août 2007 17:32

      @ Avatar

      Merci de ce commentaire.

      Pierre R.


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 10 août 2007 17:33

      @ Stephanesh

      Merci.

      Pierre R.


    • LE CHAT LE CHAT 10 août 2007 11:39

      Bravo encore Pierre sur ce nouvel article en provenance de l’enfer Irakien .Combien de victimes encore dans cette tragédie ? pas seulement les traducteurs , mais aussi les chauffeurs , les cuisiniers , le personnel d’entretien , les journalistes , qui sont morts , même pas l’arme à la main pour avoir cru pensé aider leurs familles en acceptant de gagner plus d’argent , malgré les risques encourus smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2007 14:36

        Bonjour Pierre,

        Cet article prouve qu’il faut vraiment être acculé pour vouloir travailler en Irak. On pense aux journalistes, mais les interprètes sont également dans le collimateur. Merci, pour l’article. smiley


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 10 août 2007 17:31

          Bonjour l’enfoiré

          Ouais. Il faut une bonne dose de courage. Surtout qu’au bout de la ligne, la reconnaissance se fait attendre. Merci.

          Pierre R.


        • Plus robert que Redford 10 août 2007 14:37

          Apparemment, les américains ont beaucoup étudié le modus operandi de l’armée française en Algérie, jusque dans ses forfaitures les plus dégueulasses !

          Au delà de tout ce qui a pu se passer là bas (tortures, trahisons..) le pompon a quand même été l’abandon par la france de plusieurs milliers de Harkis sur le sol Algérien ! Pas besoin d’être Jérémie pour deviner le sort qui leur était promis...

          Mais, Américains ou Français, les soldats sont, bien sûr, des hommes d’Honneur !! Les petites saletés, c’est la faute des politiques !


          • Chichile Chichile 11 août 2007 15:28

            Hum, quel beau commentaire que voila, tiens.

            Oui, les politiques décident de ce que leurs militaires font. Et dans tous les cas, ils en sont responsables. l’on demande à la soldatesque de remporter la victoire, et quand l’on s’énerve parce que c’est difficile, l’on demande des résultats, sans prendre la précaution d’expliquer quelles limites l’on souhaite poser. Ce ne sont pas les militaires qui sont défaillants, cher Robert, c’est la volonté politique.

            Quand en plus cette dernière se permet l’hypocrisie de renier les actions de ses troupes, toute dégueulasse qu’elles soient, ce que je ne conteste pas, loin s’en faut, c’est botter en touche avec un beau : ah mais on ne savait pas, ce n’est pas ce qu’on a demandé. Mais comment interpréter le : résultat par tous les moyens ?

            Je renvoie tout le monde au film de Schoendoerffer L’Honneur d’un Capitaine : il n’y a pas de guerre propre, et on va parfois « au charbon » pour juste sauver la vie de ses camarades.


          • fouadraiden fouadraiden 10 août 2007 15:44

            Au moment de l’exécution du Raîs, un bourreau avait lancé en direction du condamné Saddam :

            - va en Enfer !

            Auquel Saddam répondit stoiquement :

            - l’Enfer vous y êtes . Moi, je suis déjà au Paradis !

            Et plus aucune réponse des bourreaux.


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 10 août 2007 17:35

              @ Fouadraiden

              L’enfer s’est vraiment installé en Irak. Merci

              Pierre R.


            • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 août 2007 20:59

              Salut Fouad

              Un dessin qui en dit long à pleurer

              http://public.globecartoon.com/cgi-bin/WebObjects/globecartoon.woa/wo/9.0.9.3.8.9.0.1.1.1.1.1.1.0.1.5

              Soit dit en passant les dessins politique sont souvent excellents,


            • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 août 2007 21:02

              Euh le lien est peut -être pas bon, pourtant il l’est

              Sur le site de chapatte

              VOIR PAR THÈME

              choisir Bush, Irak, USA, ...

              Agrandir le 5e dessin intitulé quatre ans de guerre en Irak


            • Romain de Pescara 10 août 2007 19:05

              @Pierre R.

              Je ne prétends pas défendre l’intervention US en Irak. Cela me dépasse un peu je dois en avoir l’humilité. Mais j’aimerai ajouter quelques questions si vous le permettez à votre article, d’autant plus que finalement ce qui revient régulièrement sur les fils de discussion de l’Irak c’est la légitimité de l’intervention US.

              l’enfer n’était-il pas déjà présent avant l’arrivée des troupes Américaines ? Il me semble bien avoir vu des scènes de liesse populaire lorque la statue de Saddham fût déboulonné. Cependant cela ne peut suffire à déterminer ce qu’en pensait la majorité des Irakiens.

              D’autre part, cette intervention n’a t’elle pas empêché l’Iran d’attaquer à nouveau l’Irak comme le laisser supposer les premières déclarations du nouveau fanatique à la tête de l’Iran qui à peine arrivé au pouvoir avait dit qu’il reviendrait aux grands principes de l’Iran de l’Ayatollah khomeiny dont une des premières décisions fût de vouloir un conflit avec l’Irak qui aura eu lieu pendant 8 ans faisant entre 600 000 êt 1 200 000 morts côte Iraniens et environ 250 000 morts côtés Irakiens ?

              Conflit à l’époque soutenu par notamment la France, l’URSS et les Etats-Unis.

              D’autre part on oublie aussi que les Islamistes voyaient d’un très mauvais oeil un pays à « tendance » laïque dans cette zone géographique. Que se serait-il passer dans les années à venir ?

              Bien sur, les arguments Américains étaient faux comme nous le savons tous pour intervenir, mais nul ne peut nier que Saddham était un personnage dangereux pour l’Occident et pour son propre peuple.

              Il est évident aussi que cette opération n’a pas le succès que proettait le gouvernement Américain et que les populations en subissent les conséquences.

              Mais n’oublions pas aussi que la majorité des victimes des poseurs de bombes sont les Irakiens eux-mêmes et pas forcément les troupes Américaines. Quand les bombes explosent sur les marchés ou devant les églises du pays, les cibles ne sont pas militaires. liste et cibles des attentats les plus meurtriers en Irak depuis 2003 :

              http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/proche_moyenorient/ 20070716.OBS6870/les_attentats_les_plus_meurtriersdepuis_2003.html

              Bien sur il y a cet excellent article qui nous fait voir l’envers du décor.

              J’espère que ces interrogations que je me pose n’auront pas gêné le débat.

              Cordialement

              Romain


              • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 août 2007 20:55

                @ Romain

                Le petit fou à la tête de l’Iran est peut être justement-là parce que les américains sont en irak...

                Le liens de l’article ne permet vraiment pas de voir la noirceur de la situation.

                C’est vrais un attentat tuant 100 personnes on en parle plus que 20 attentats qui tuent chacun 20 personne, pourtant c’est ca la réalité de l’Irak

                Cordialement


              • Romain de Pescara 10 août 2007 21:37

                @Stephanesh

                Mais de quels attentats parlez-vous ?

                Merci de bien vouloir m’apporter cette précision si vous le voulez bien ?

                L’article était là pour souligner le propos sur les victimes de ces attentats, pas pour dépeindre une situation dans sa globalité. Comme il me semble l’a fait Pierre R. dans son article qui décrit la situation des interprètes en Irak, pas la situation dans sa globalité.

                L’histoire de l’Iran est remplie de fanatique à sa tête, Khomeiny n’avait pas eu besoin de L’Amérique pour se faire élire à son époque, c’est un raccourci un peu simpliste à moins d’en étayer la raison auquel cas je suis prêt à écouter vos arguments. Le principe de vase communiquant vous pouvez l’étayer par exemple en ayant des éléments concernant les thèmes de campagne de l’actuel président Iranien ? Où faites-vous cette conclusion après avoir lu un ouvrage ou plusieurs à ce sujet auquel cas aussi j’aimerai en avoir les références ?

                Je pose des questions, ça n’est pas pour me faire balancer des petites réponses de ce genre qui n’apporte rien au débat, mais qui font plaisir à son auteur qui a l’impression de nous balancer la grande vérité résumé en une petite phrase. Il me semble que la situation est un peu plus complexe que cela, vous ne trouvez pas ?

                Vous avez le droit de me dire que mes questions sont stupides si vous le pensez, c’est votre droit, mais je considère que ça n’a aucun intérêt de le faire sans l’expliquer avec des arguments résumés en trois ou quatre lignes. Dans ce cas, face à quelqu’un qui s’interroge je n’en vois pas l’intérêt.

                Merci d’avance et toujours cordialement


              • Romain de Pescara 10 août 2007 22:12

                Extrait d’un article sur le site iran-resist.org

                C’est ainsi que les blogs sunnites ont désormais trouvé leur champion en la personne du Sheikh égyptien Yusuf Al-Qaradawi, un éminant religieux sunnite. Ce religieux sunnite fort écouté, aussi bien par les sunnites que d’autres variétés de musulmans, doit une nouvelle popularité planétaire à ses propos hostiles au régime des mollahs. Selon Qaradawi, la république islamique est responsable des attaques se déroulant en Irak.

                S’exprimant au Qatar, Qaradawi a dit « le bain de sang et la violence en Irak sont indescriptibles et c’est les sunnites qui en souffrent le plus. Ils sont assassinés, torturés, décapités au point de fuir Bagdad. Il y a un nettoyage religieux qui s’y opère, les chiites gouvernent le pays, contrôlent tout et la république islamique y exerce son influence. Aussi ce pays est en partie responsable de ce qui s’y déroule ».

                Les paroles de Qaradawi ont été prononcées lors d’une réunion au Qatar qui avait pour but de trouver une solution aux dérives sectaires en Irak et tenter d’opérer un rapprochement entre les diverses parties.


              • Romain de Pescara 10 août 2007 22:13

                « Aussi ce pays est en partie responsable de ce qui s’y déroule »

                Il faisait référence à l’Iran.


              • Romain de Pescara 10 août 2007 22:25

                Remarquez ce personnage m’a l’air d’être un triste malade de plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Youssef_Al-Qaradâwî

                Ces prises de positions sur l’excision, la charia, le droit des femmes et cie sont éloquentes.

                Prises de position [modifier]

                La démocratie [modifier] Ses positions sur la démocratie sont fort contradictoires. D’une part, il considère que la démocratie est compatible avec l’islam et la considère comme souhaitable pour les pays musulmans[3] mais soutient que les lois de la charia ne doivent pas être amendées pour se conformer aux valeurs humaines[4].

                D’autre part, il dit « the Shari`ah cannot be amended to conform to changing human values and standards, rather, it is the absolute norm to which all human values and conduct must conform ... » [2]. Apparemment, le fait qu’un vote populaire puisse fournir un majorité pour une option qui n’est pas le choix établi dans le Coran, ou dans les explications du Coran, lui est inacceptable.

                En plus, il condamne aussi la séparation de l’état de la religion, principe essentiel dans toute démocratie : « Since Islam is a comprehensive system of `Ibadah (worship) and Shari`ah (legislation), the acceptance of secularism means abandonment of Shari`ah, a denial of the Divine guidance and a rejection of Allah’s injunctions. (...) the call for secularism among Muslims is atheism and a rejection of Islam. Its acceptance as a basis for rule in place of Shari`ah is a downright apostasy. » [3].

                Prépondérance de la loi religieuse [modifier] Il considère que le code de conduite musulman, la charia, doit rester invariante et non suivre les variations des standards et valeurs de la société. Elle doit au contraire rester la norme à laquelle les valeurs et conduites humaines se conforment[4].

                Traitement de conflit dans le cercle familial [modifier] Youssef Al-Qardaoui, dans un passage sur le droit du divorce explique dans son livre comment l’homme doit réagir lorsque son épouse se rebelle contre son autorité au sein du cercle familial :

                « après avoir tenté de rectifier de son mieux l’attitude de son épouse à l’aide de mots choisis, en usant de persuasion subtile et en raisonnant. En cas d’échec, il devra faire couche séparée, tachant ainsi d’éveiller son agréable nature féminine de façon à ce que la sérénité soit restaurée [...]. Si cette approche échoue, il lui est permis de la battre légèrement, avec ses mains, en prenant soin d’éviter le visage ou d’autres parties sensibles. En aucun cas il ne pourra user d’une canne (stick) ou d’aucun autre instrument pouvant causer de la douleur ou la blesser. En fait, cette « correction » (souligné dans le texte original) doit se conformer à celle dont a usé le prophète de l’islam Mahomet lorsqu’un jour, en colère contre un serviteur, il lui dit, : "si ce n’était de crainte du Jour de la Résurrection (jugement dernier), je t’aurai battu avec ce miswak (écorce tendre d’arbuste servant à se nettoyer les dents) (rapporté par Ibn Sa’d dans son Tabaqat) »[5]

                Excision [modifier] Sur l’excision il dit : « Il est important de rappeler que le prophète a dit »ne depassez pas la limite", c’est-à-dire, n’enlevez pas la totalité du clitoris .

                Il dit aussi "Celui qui pense que l’excision peut avoir des effets positifs sur ses filles, devrait la pratiquer, et personnellement, je soutiens cette pratique que je juge nécessaire dans le monde moderne. Mais si quiconque choisit de ne pas la faire il ne commet aucun pêché [6].

                Laïcité [modifier] Youssef Al-Qardaoui refuse la laïcité et le combat. Ses positions sur la laïcité de l’État sont conformes au droit musulman le plus classique. Celle-ci est en effet indissociable de l’aspect religieux et ne se conçoit pas sans lui, ce que Al-Qardaoui rappelle : « Dans la mesure où l’islam est un système où l’aspect spirituel (`Ibadah) et législatif (charia) sont liés, accepter le sécularisme revient à abandonner la loi, nier la guidance divine et rejeter les injonctions de Dieu. » C’est ainsi que les musulmans militant de la laïcité sont qualifiés d’apostats « Ceux parmi les musulmans qui militent pour un état laïc sont athées, ils ont rejeté l’islam. Accepter des lois autres que celles de la charia n’est que pure apostasie »[7].

                Apostasie [modifier] Selon Al-Qardaoui, « Tous les juristes musulmans s’accordent à dire que l’apostat doit être puni » [7] À partir du lien référencé on peut lire « Its acceptance as a basis for rule in place of Shari`ah is a downright apostasy. » C’est-à-dire qu’accepter la sécularisation dans une société musulmane à la place de la Sharia est l’équivalent de l’apostasie.

                Les attentats suicides [modifier] À une question lui demandant dans quelles circonstances le recours aux attentats suicides était justifié quand il n’y a pas d’autres alternatives en Israël ou en Irak par exemple, Al-Qardaoui répond en juillet 2004 que les « opération martyrs sont l’arme que Dieu a donné aux pauvres pour combattre les forts. C’est la compensation divine. La société israélienne est une société militaire. Leurs hommes sont des soldats, et leurs femmes le sont également, soit d’active, soit de réserve. En conséquence, on ne peut pas considérer les femmes comme des innocentes. Concernant les enfants, ce ne sont que des dommages collatéraux ». [8].

                Les juifs [modifier] Youssef Al-Qardaoui considère que les juifs partagent avec les musulmans beaucoup de points communs dans la religion, comme l’interdiction de manger du porc, la viande halal et cachère, l’absence de statues dans les mosquées et les synagogues, etc.[9]

                Les caricatures de Mahomet [modifier] Al-Qardaoui n’admet aucune critique sur Mahomet, ni sur l’islamisme violent et intolérant qui a été si vivement caricaturisé. Lors de la Crise internationale des caricatures de Mahomet, il a appelé à manifester contre le Danemark ».[10]. Il a condamné les attaques contre les ambassades occidentales, notamment l’ambassade du Danemark et de Norvège.

                L’homosexualité [modifier] Dans son livre Le licite et l’illicite en Islam, il se pose cette question : « Est ce qu’on tue l’actif et le passif, par quels moyens les tuer, est ce avec un sabre ou le feu ou on les jetant du haut d’un mur, cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen de débarrasser la société islamique de ces êtres nocifs qui conduisent à la perte de l’humanité ».[11]

                Loi française contre le port de signes religieux ostensibles [modifier] Article détaillé : Voile islamique en France. Il s’est déclaré hostile à la loi française contre le port de signes religieux ostensibles. Au cours d’un meeting au Bourget, il préconise au citoyen français musulman de ne pas voter pour un candidat d’un parti qui aurait soutenu la loi française contre le port du voile islamique à l’école.

                Personnellement avec tous ces cinglés autour je ne vois pas bien comme ça va se finir.


              • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 10 août 2007 22:32

                @ Romain

                Permettez-moi d’apporter modestement deux volets de réponses à vos questions.

                a) Je crois en toute sincérité que si les États-Unis, au point de départ, avaient fondé leur démarche sur une réalité, et non sur des mensonges, la situation serait peut-être différente aujourd’hui. Le cas de l’Afghanistan le démontre bien. En accord avec beaucoup de pays, en raison du 11 septembre, l’invasion de l’Afghanistan avaient pour buts de pourchasser Oussama Ben Laden et de chasser les taliban. Cette « guerre contre le terrorisme » sera longue, prévenait le président Bush.

                b) S’agissant de l’Irak, là où le bât blesse, c’est le mensonge sur lequel s’est fondé l’ensemble de la stratégie américaine. En quoi Saddam Hussein était-il terroriste ? Despote, oui. Terroriste avec des armes de destruction massive, non. Le travail des inspecteurs des Nations unies avait permis de réduire considérablement ses capacités de nuisance. Oui les États-Unis sont arrivés victorieux en Irak. Mais les erreurs de Paul Bremmer ont été nombreuses. La première grave erreur a été de mettre tous les fonctionnaires, policiers et militaires au chômage. Et de vouloir repartir le tout à zéro. Ne l’oublions pas. Que peut un peuple au chômage, affamé, sans eau ni nourriture, dans un pays rendu exsangue par les forces d’occupation ? Bien évidemment, ce désespoir du peuple a exacerbé toutes les rivalités inter-tribales, inter-religieuses, inter-ethniques. Il faut enfin se rappeler cette théorie complètement hystérique de Rumsfeld qui voulait démontrer que la victoire en Irak serait rapide, technologique et peu engageante en termes de forces humaines.

                Je ne pourrai pas réécrire l’histoire de l’Irak.

                L’Irak comptait une population de quelque 25 millions d’habitants dont 75 % d’arabophones. Ceux-ci parlent des idiomes différents de la famille chamito-sémitique : l’arabe mésopotamien (51,3 %), l’arabe nadji (4 %), l’arabe égyptien (2 %), l’arabe du Golfe (0,18 %) et d’autres dialectes arabes (env.15 %). Bref, pour les Irakiens arabophones, l’arabe classique constitue une langue seconde qu’ils apprenaient à l’école. Les nombreuses minorités non arabophones parlent le kurde (18 %, soit quatre millions de locuteurs), l’azéri (4 %), l’assyrien appelé généralement syriaque (1,3 %), le farsi (1,2 %), le turkmène (1 %), l’arménien (0,27 %), le circassien ou adyguéen (0,08 %), etc. La plupart de ces minorités (sauf le farsi) résident dans le nord du pays, c’est-à-dire dans la région kurde au nord-est, notamment autour des villes de Mossoul, Erbil et Kirkouk. Le kurde et le farsi appartiennent au groupe indo-iranien de la famille indo-européenne. L’azéri (ou azerbaïdjanais), le turkmène et le turc anatolien font partie de la famille altaïque. On parle en Irak différentes langues chamito-sémitiques telles que l’assyrien, l’arabe des Bédouins, l’arabe mésopotamien, l’arabe du Golfe, l’arabe palestinien, l’arabe égyptien, l’arabe syrien, l’arabe judéo-irakien, etc. ; l’arménien est un isolat parmi les langues indo-européennes ; le circassien ou adyguéen est une langue caucasienne.

                Tout est là. Que faire maintenant ? Pourquoi les États-Unis allument autant de feux et n’arrivent plus à les éteindre ? Après avoir manifesté un souverain mépris à l’égard des Nations-Unies, Georges W. Bush, qui n’a jamais voulu suivre les conseils de son père, se retournent maintenant du côté de l’Organisation pour qu’elle renforce sa présence en Irak.

                Ce qui se passe en Irak actuellement découle de la folie d’un groupuscule d’idéologues que n’a jamais voulu suivre Georges Bush, le père ainsi que Bill Clinton. La question n’était pas d’envahir l’Irak, mais comment et quand en sortir. Inutile de vous préciser que les États-Unis ont très largement compromis le capital de compassion et d’amitié d’après les événements du 11 septembre.

                « Il n’est pas suffisant que les Américains croient dans leurs bonnes intentions, reconnaît Fukuyama ; encore faut-il que les non-Américains en soient convaincus ! » Surtout quand les États-Unis n’arrivent pas à démontrer ex post la légitimité de leurs interventions, et que la compétence du « pouvoir hégémonique » n’est pas à la hauteur de ses prétentions. Bref, l’administration Bush aurait tout faux, comme l’écrit, vu d’en face, dans Foreign Affairs, l’expert démocrate Philip Gordon (« The end of the Bush revolution ») - Hubert Védrine, Le Monde diplomatique

                La vision d’un Irak pacifique et démocratique qui succèderait à la dictature de M. Saddam Hussein n’est plus une réalité mais un cauchemar.

                Je n’ai pas certes répondu à vos questions. Il faudrait un jour une analyse rétrospective des événements pour comprendre le cheminement de cette catastrophe. En attendant, 2 millions de personnes ont quitté l’Irak et se cherchent une terre d’asile. Ce n’est pas rien. Pierre R.


                • Romain de Pescara 10 août 2007 22:41

                  @pierre R.

                  Je vous remercie, n’ayant pas tous ces éléments, j’ai du mal à apprécier la situation, et je ne veux pas tirer de conclusions hatives sur une situation qui me parait extrèmement complexe et pour laquelle je considère que je n’ai pas encore assez d’éléments. Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse concernant l’absence de légitimité de l’intervention et il ne s’agit pas dans mon propos de tenter de la légitimer.

                  Je dois vous avouer que plus nous avançons, plus je suis inquiet de l’avenir de cette planète pour bien des raisons qui vont d’ailleurs au delà des considérations religieuses, bien que celles-ci en elles-mêmes suffisent à alimenter mon inquiétude.

                  Est-ce ma paternité rescente qui alimente et augmente cette inquiétude, sans aucun doute, mais quel père ne le serait pas ?

                  Merci de m’avoir accordé de votre temps pour éclairer cette situation bien compliquée.

                  Très cordialement

                  Romain


                • Romain de Pescara 10 août 2007 23:10

                  Et merci pour cet excellent article du Monde Diplomatique.

                  Voilà des éléments qui me permettent de réfléchir à cette douloureuse question de la reconstruction de l’Irak.

                  Je vais m’intéresser aux réflexions de Mr Fukuyama.

                  Sachez d’autre part que je n’ai aucune estime pour Georges W Bush.

                  Il est loin d’un Kennedy ou d’un Clinton pour ne citer qu’eux,à mes yeux.

                  Cordialement


                • Plus robert que Redford 10 août 2007 23:45

                  Pour avoir un éclairage pertinent de la façon dont s’est installé le chaos, la première question à laquelle il faut répondre est : Pourquoi l’administration Bush a décidé de porter la guerre en Irak ?

                  Le pétrole ?? C’est surement une partie de la réponse (Kissinger a toujours affirmé que le controle des puits était trop vital aux EU pour le laisser aux Arabes) mais ça semble insuffisant...

                  Il me semble qu’il faille chercher une explication dans la conviction des américains en général, d’appartenir à une nation messianique, profondément religieuse, sûre d’elle et de son jugement : posture morale absolument impensable en Europe à l’heure actuelle, tant le continent a été ravagé par les guerres depuis les 200 dernières années ! Le drapeau, si glorieusement révéré outre atlantique, a chez nous l’odeur fade du sang dans lequel il a trempé, sang répandu au nom de causes toutes plus « justes » les unes que les autres. La mort et la destruction ont laissé des traces dans nos paysages, qui seront longues à effacer ! Songez que les arbres de la Moselle et de la Marne sont exploités avec une extrême suspicion par les professionnels du bois parce qu’on y trouve encore des balles ou des éclats d’obus qui mettent à mal les côuteuses lames de scie ! Promenez-vous dans nos campagne : le mondre village possède son monument au morts (le goût en est parfois douteux, certes, mais la liste des noms qui y figurent donne le vertige !) Certaines ruines sont gardées en l’état (Oradour) comme lieux de mémoire justement, et le nombre d’édifices dont l’architecture est marquée par la fonction de défense (Forteresses type Vauban, Chateaux-forts, même de simples églises fortifiées) qui parsèment notre territoire ont ancré la guerre et ses désastres dans le subconscient collectif !

                  A ma connaissance, rien d’aussi extensif aux Etats Unis, où, pourtant, l’attrait pour les Mémoraux n’est jamais démenti...

                  L’amérique, fière de sa puissance jamais démentie, seule nation jusqu’à aujourd’hui à avoir utilisé le feu nucléaire sur des populations civiles et prête à recommencer (Iran ??) n’a connu les affres de l’invasion de son territoire que sur grand écran (et encore, il faut que ce soient de petits êtres verts venus d’ailleurs car il ne saurait sur terre y avoir d’adversaire à sa mesure !)

                  Ce pays qui a pratiquement toujours gagné les conflits dans lesquels il s’est trouvé engagé (à l’exception du viêt-nam, mais là encore, Super Rambo a lavé l’affront !) ne peut envisager un instant avoir tort, et n’admet pas que d’autres puissent douter de la pertinence de ses jugements !

                  Il lui est donc apparu naturel que son intervention en Irak serait applaudie des deux mains par les populations locales qui n’attendaient que le libérateur pour s’épanouir et enfin profiter des bienfaits de Coca Cola et Mc Donald !

                  Ajoutez à cela la conviction que l’exemple d’un Irak sauvé de la dictature par la démocratie a l’américaine ne manquerait pas de provoquer une adhésion enthousiaste de tous ses voisins, à leur tour éperdus de reconnaissance pour ce grand frère bienveillant, et hop ! on envoie une escouade de GI tout bardés de chewing gum et de tablettes de chocolat !


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 août 2007 23:52

                  Moi aussi je suis papa, mon petit choubichou a trois ans depuis un mois,

                  Moi comme vous je suis inquiet de la situation mondiale (militaire, politique, économique et religieuse)

                  Juste quelques remarques

                  On ne peut exclure que les menaces de guerre envers l’Iran ont joué en faveur d’Ahmadinajab, sorte de vote d’inquiétude d’une population qui peut objectivment se sentir agressé par les menaces répétée de Bush envers l’axe du mal, évidemment mettre Ahmadinajab au pouvoir était la pire idée.

                  Soit dit en passant, je pense que c’est tout sauf un con et qu’il est parvenu à éviter plusieurs fois la confrontation avec les USA auquelle l’Iran est insuffisamment préparé, mais chaque jour l’iran se renforce.

                  Khomeny n’a jamais été président d’Iran, il en était juste le guide spirituel, ce qui d’après la constitution de ce pays est certainement pire. (non élection, inamovibilité de la fonction, enfin il n’est redevable que devant ses pairs, puisque vous êtes familier avec Iran resist, vous n’ignorez pas que les ayatollah, sont généralement, fils d’ayatollah, frère d’ayatollah, leurs soeurs sont des épouses d’ayatollah, pour eux-même, leurs épouses sont des filles d’ayatollah, etc.)

                  Un homme politique est rarement élu sur l’intégralité de son programme, et pas plus qu’il ne dévoile l’intégralité dudit programmes. (je pense à la gaffe de Borlot sur la tva sociale, sociale mon c... oui)

                  Ahmadinajab n’a pas été élu sur base de l’antisémitisme et d’une guerre apocalyptique contre israel et les USA, il a été élu pour faire des réformes économiques et pour lutter contre la corruption. Ce qui est un comble puisque la corruption et la déliquescence économique de ce pays n’ont pour cause que les pasdarans et les mollah (C’est ce qu’on appelle faire entrer le loup dans la bergerie) et c’est leur candidat qui a été élu...

                  Dans une autre discussion (à propos des attentats du 11/09 et autre fall flags dans laquelle plusieurs personnes affirmaient que les attentats du 11/09 ont été provoqué par Bush) j’ai rappelé que pour faire la guerre à l’Afganistan ou à l’Irak, Bush n’avait pas besoin des attentats du 11/09. Une habile propagande aurait suffit (Ben Laden pour les attentats contre un navire de guerre US et deux ambassades, les bouddhas de Banyang, le sort des femmes en Afganistan, etc.) Croire que le Congrès ou le sénat n’aurait pas voté ces guerres est se faire de cruelles illusions sur les USA, chaque fois que les intérêts du pays était en cause, la chambre a voté tout ce que l’on voulait, j’admets que ce fut plus facile avec le 11/09. Les USA n’auraient peut être pas fait la guerre contre l’Irak sans le 11/09, car je crois que les USA ont attaqué l’Irak pour ses ressources et aussi disposer d’un allier fiable dans la région (l’Arabie n’est avec le 11/09 plus l’allié fiable qu’il paraissait auparavant)

                  Pourtant si on avait consulté les rapports des think thank neo cons je crois que les guerres d’Afganistan, d’Irak, (d’Iran, de Chine, de Russie, etc.) étaient hautement prévisibles.

                  On croit que les espions, c’est James Bond, plus souvent, c’est un quelconque fonctionnaire qui achètes les revues (vive internet faut même plus se déplacer), qui les lit et qui les analyse...

                  Donc les raisons d’une élection sont rarement le programme, tout au plus quelques points forts qui ne seront peut être même pas appliqué après ladite élection...

                  Concernant mon cri de colère sur la référence, c’est l’impression désagréable en lisant le lien que les attentats étaient finalement peu nombreux. Je sais que ce n’est qu’une vue de l’esprit mais montrer dix attentats même les plus grave alors qu’il y en eu presque trois cents en 2006, certes avec moins de mort peut donner une impression faussée de la réalité terrible qui sévit en Irak. D’après les chiffres officiels qui pourraient bien être très inférieurs à la réalité. Près de 100 personnes meurent de mort non naturelles tous les jours... Alors que de temps en temps y ai eut des pointes je ne dis pas mais personnellement la moyenne journalière me semble pire que les pointes.

                  Quant au délire que se tapent les imam, ayatollah et autre mollah sur la perfection de leur religion, je sais je connais le problème d’autant plus que ma femme est d’origine musulmane. Je ne sais pas à quel point la raison humaine a pu chuter pour que les religions en arrivent à proposer des solutions aux problèmes de société.

                  Mon bébé m’appelle je reprendrai un peu plus tard... Mais cordialement quand même...


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 11 août 2007 01:50

                  En tous cas celui (celle ???) que je plains sera la personne qui succédera à Bush

                  En gros il va laisser à son successeur les dossier suivants

                  Irak ?

                  bulle financière des subprime et des fusions

                  Misère grandissante

                  Iran (guerre - pré guerre)

                  Chine (guerre / pré guerre / confrontation économique grave dans le meilleur des cas)

                  Inflation

                  Crise des matières premières


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 11 août 2007 03:27

                  Ah oui

                  les extraits d’intégristes que vous donnez ne sont pas encore les pires. De toute manière dans n’importe quel cours d’islamisation des mosquées bruxelloises (et probablement de toutes les mosquées financées par l’Arabie Saoudite) on vous apprendra que les kafir (non musulmans en ce compris les chiites) sont tous promis à l’enfer. Que leur vie s’arrête un peu plus tard ou un peu plus tôt ne changera rien à leur destin disons brûlant.

                  Par exemple souvent une question revient souvent à ce genre de cours : est-ce qu’un kafir qui a une vie honnête ira-t-il au paradis, et la réponse immuable des imams est claire : c’est non. Ne sera admis au Paradis que celui qui aura pratiqué les cinq piliés de l’Islam.

                  Quoi que pourra en dire Paradisial le kafir est une « non humanité » tuable et corvéable à merci.

                  Il y a autant de différence entre un kafir et un musulman qu’entre un spermatozoide et un être humain formé.

                  Tu vois donc facilement la logique où peut mener ce genre d’idéologie.

                  L’Islam entend régenter chaque partie de la vie de l’homme.

                  Pour faire bref

                  Islam et démocratie peuvent coexister, disons que seuls les musulmans hommes ont droit de vote (ca c’est sa vision de la démocratie)

                  Dans la doctrine musulmane tout est dans le Coran. Et si divergence il existe une majorité de musulman peut imposer un choix.

                  L’islam est une religion sans foi, la pratique religieuse est une obligation légale. comme toute obligation légale, contrevenir aux dites obligations légales consiste à risquer des peines dans ce monde (apostasie : peine de mort requise) et dans l’autre (enfer éternel)

                  Dis toi que y a encore même dans le monde arabe de résistance. Je hais des conneries comme la star ac, mais dans le monde c’est réellement un moyen de résister à la pression islamique.

                  De plus les derniers sondages montre l’islamisme en perte de vitesse. Je peux te dire que dans la communauté musulmane il y a une contestation réelle mais discrète car risquée.

                  Le plus inquiétant dans l’islamisme en ddehors du fait qu’il existe, c’est qu’il a un soutient chez plein de jeunes. Les gens âgé d’origine musulmane, ils prennent leur distance.

                  Je vous avoue que moi ici je suis papa et je comprends votre inquiétude...

                  Cordialement


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 11 août 2007 03:52

                  @ Pierre

                  Désolé pour le trollage...

                  Merci pour les précisions...

                  Je suis d’accord que les USA ont gaspillé le capital de sympathie du au 11/09 (ce n’est pas le seul capital qu’ils aient gaspillé)

                  Je pense que l’attaque de l’Irak était une grossière erreur.

                  Si on veut renverser un régime, il faut impérativement bénéficier d’un capital de sympathie dans la population.

                  À faire la guerre, je crois qu’ils auraient mieux fait d’attaquer l’Iran en 2003 plutôt que l’Irak.

                  Quelques missiles bien placé, frappant et liquidant mollah et pasdaran, de plus le pays était faiblement armé. En Iran la grande opposition est démocratique, dans les autres pays musulman la grande opposition aux régimes en places est intégristes. Réellement si le pouvoir avait été liquidé, les iraniens auraient pu réellement faire une démocratie... Les Irakiens peut être aussi mais beaucoup plus difficilement et avec une adminitration de l’Irak beaucoup plus lucide que celle de Bremmer.

                  Une déislamisation de l’Iran aurait eu une répercussion sur les chiites d’Irak.

                  Aujourd’hui l’attaque contre l’Irak a booster le pétrole, l’Iran en a profité pour réarmer et devenir une puissance régionale. Soit dit en passant la Russie aussi.

                  Dire que les américains ont allumé l’incendie qui est occupé à les consumer est vrai, mais beaucoup ont aidé à ce qu’il prenne de l’ampleur... (Arabie, Iran)

                  Si les américains attaquent l’Iran se sera le chaos, si ils ne l’attaquent pas se sera le chaos. La faiblesse saoudienne des gouvernements US est de toute manière la principale source d’erreurs dans ses choix stratégiques.

                  Dans l’analyse rétrospective il ne faudra pas oublié que les USA ont tout fait en 2002-2003 pour provoquer une guerre avec la Chine, il se sont en définitive rabattu sur l’Irak par désoeuvrement. Mais ce n’est qu’hypothèse de ma part.


                • Chichile Chichile 11 août 2007 15:50

                  A Plus robert que Redford (IP:xxx.x6.83.189) le 10 août 2007 à 23H45.

                  Je me permets de vous rappeler que dans le cadre de la guerre opposant les USA à l’Angleterre, Washington fut partiellement détruite, et que de nombreuses batailles eurent lieu sur le sol US (Nouvelle Orléans, Baltimore,...). Il est donc un poil faux de dire que les USA n’ont jamais connu d’invasion. ON rappellera aussi que ce sont les USA qui auront déclaré la guerre à l’Angleterre smiley

                  Bien que n’étant pas du tout un va t’en guerre ni un belliciste, je ne saurais réduire les guerres passées à de simples bains de sang dans lesquels l’on tremperait les drapeaux, pour mieux préparer la suivante. Comme je le disais plus haut, la guerre est souvent le résultat d’un manque de volonté politique, et dans tous les cas la poursuite de cette volonté par d’autres moyens.

                  Enfin, je trouve limite risible que l’on reproche aux USA leur volonté messianique, quand la France balance en travers de la face du monde ses droits de l’Homme et ses beaux et grands principes. Sur le messianisme, nous en avons à revendre. Sauf évidemment si votre commentaire pense qu’il y en a qui sont supérieurs aux autres.


                • Marie 12 août 2007 21:20

                  à propos de la situation interne en Iran :

                  « Laisser agir l’Iran, c’est accepter l’apartheid », par Ramin Parham, intellectuel iranien, président Comité franco-iranien pour la démocratie en Iran.

                  La nouvelle n’a plus rien de nouveau mais, noire et alarmante, elle l’est toujours autant : une violente et nouvelle vague de répression, torture, exécutions en série, lapidation, aveux politiques télévisés, arrestations arbitraires et enlèvements, s’abat sur les quatre coins de l’Iran, berceau de la « révolution islamique permanente ». Elle révèle, par sa brutalité même, la dialectique conflictuelle des deux volontés antinomiques de liberté et de soumission en Iran.

                  Un clin d’oeil sinistre à la noirceur de la situation dite “sécuritaire” en Iran, proclamé par les théocrates au pouvoir comme une « démocratie religieuse stable et pérenne » !, montre l’étendue de cette « stabilité » fallacieuse :

                  Mai 2007, Ahmad Qasabian, Moqdad Khalilpour, Pooya Mahmoudian, Majid Tavakkoli et Majid Sheikhpour, de l’Université Polytechnique Amir Kabir de Téhéran, sont arrêtés suite à la parution d’un journal de campus jugé « insultant au caractère sacré de l’Islam » par les autorités judiciaires. Depuis le 26 juin dernier, 400 à 500 personnes ont été arrêtées dès le lendemain de l’explosion la colère urbaine dans plusieurs grandes villes, y compris dans la capitale, provoquée par le rationnement de l’essence dans un pays ayant engrangé plus de 400 milliard de dollars de revenue pétrolier ces neuf dernières années. Le 5 juillet, Jafar Kiana, accusé d’adultère, est lapidé dans la province de Qazvin, à l’est de Téhéran, tandis que son coaccusée, Mokarrameh Ebrahimi, arrêtée il y a onze ans, languit en prion avec ses deux enfants, en attendant d’être lapidée à son tour.

                  Le 9 juillet, seize militants du mouvement étudiant sont arrêtés durant la huitième commémoration annuelle de la violente répression du soulèvement estudiantin de juillet 1999, parmi lesquels Mohammad Hashemi, Ali Nikou Nesbati, Mehdi Arabshahi, Hanif Yazdani, Ali Vafaqi, Abdollah Momeni et Mojtaba Bayat. Le 11 juillet, ont été arrêtés Behareh Hedayat et Amir Yaghoub-Ali, militants des droits civiques et membres de la Campagne pour l’Égalité, pétition connue sous le nom d’ « un million de signatures » et réclamant la fin de l’apartheid sexuel en Iran.

                  Les 9 avril et 10 juillet, sont arrêtés et transférés à la prison d’Évin, au nord ouest de Téhéran, Mahmud Salehi et Mansour Osanloo, respectivement militant du mouvement ouvrier et leader d’une organisation syndicale des transports forte de plus de 17000 membres. Les 18 et 19 juillet, la télévision d’État diffuse les aveux forcés de trois universitaires, dont deux de nationalité américaine et languissant toujours à Évin, accusés d’être les maillons locaux d’un complot américain visant à provoquer une « révolution de velours » en Iran. Le 22 juillet dernier, Saeed Mortazavi, le procureur islamique de Téhéran, annonce l’exécution par pendaison de seize « bandits » et en promet dix-sept autres.

                  Depuis plusieurs mois, la police islamique des mœurs poursuit sa campagne dite de « sécurité sociale » contre celles et ceux accusés d’être « les panneaux publicitaires ambulants pour la déviation sexuelle occidentale » ou les avant-gardes de « l’offensive culturelle de l’occident ». Parmi les vagues incessantes d’oppression visant à museler la dissidence ethnique en Iran, une déferlante balaie la province du Kurdistan où Abdolwahed Hiwa Butimar, arrêté le 26 décembre 2006 et son cousin journaliste Adnan Hassanpoor, arrêté le 25 janvier 2007, tous deux accusé de « combat contre Allah », Moharebeh en jurisprudence islamique, attendent la peine de mort et où d’autres opposants ont récemment entamé une grève de la faim, tandis que la vie de Mansour Tayfouri, journaliste et traducteur, est également en danger.

                  La liste noire des exactions du régime islamique peut ainsi être allongée bien davantage, des atteintes aux Droits de l’Homme à l’aventurisme atomique et au terrorisme, utilisés comme instruments géopolitiques. Rien d’étonnant à tout cela malheureusement. Ce qui, par contre, est ahurissant, est l’approche candide et parfois complice du monde extérieur. Tandis que le régime islamique gravit les marches, pas à pas, vers le point de non retour dans son défi à la communauté internationale sur la question nucléaire, continuant pendant ce temps à bâillonner son peuple avec tout le conseil et la technologie que le marché mondial met à sa disposition, il est en effet ahurissant de voir les mêmes apologistes chevronnés des deux rives de l’Atlantique, prêcher pour plus de « dialogue », plus d’échanges commerciaux et moins de sanctions ciblées ! Cependant, la campagne étatique de terreur menée contre le peuple iranien se passe de commentaire : acculés à la perspective de voir les actes jusqu’ici éparses de désobéissance civile s’articuler dans un vaste mouvement de Solidarité à l’iranienne, soutenue par la communauté internationale, les théocrates iraniens sont plus vulnérables que jamais.

                  Dissidents iraniens de l’intérieur comme de l’extérieur, nous rappelons au monde entier que la crise actuelle a ses racines dans une dialectique des volontés irréconciliables : celle du fascisme contre celle de la liberté. C’est pourquoi, nous demandons à l’Organisation des Nations Unies, à l’Union Européenne et à toutes les institutions internationales de faire pression pour des actions coordonnées et ciblées à l’encontre de la République Islamique d’Iran sur le même modèle qui fut naguère appliqué avec succès contre le régime d’apartheid racial d’Afrique du Sud. Signataires de cet appel collectif, nous rappelons au monde libre que dans une telle dialectique, la défaite n’est tout simplement pas une option envisageable.

                  [Ce texte est soutenu par plusieurs dizaines de dissidents, intellectuels et artistes. Parmi les signataires, S. Ahy, K. Roosta, H. Zarezadeh Ardeshir, K. Sanjari, M. Irani, F. Saberi, V. Azad, Sh. Abqari, S. Abqari, M. Maqsoodnia, D. Golriz, H. Narenji, A. Mahdavi, E. Ahanian, T. Ahrami (Membres du comité de coordination de Solidarité Iran, constitué à Paris le 17 juin 2007) ; M. Taqipoor (actrice, dramaturge et réalisatrice de théâtre) ; M. Mohammadi et K. Seyhati (respectivement membre dirigeant et militant du mouvement étudiant) ; mais aussi des militants des mouvements des femmes, ouvriers, étudiants, et organisations civiles des avocats, médecins, et journalistes, ainsi que des familles de prisonniers politiques iraniens. Tous les noms des signataires actuellement en Iran ont été omis pour raison de sécurité. ]


                • frédéric lyon 10 août 2007 23:57

                  On ne sait pas pour qui, ou pour quoi, roulent tous les nos amis, qui sont sans doute payés au kilomètre pour nous expliquer jusqu’à l’écoeurement que c’était beaucoup mieux avant en Irak.

                  Mais on peut être sûr qu’ils ne sont ni kurde, ni chiite !


                  • Stephan Hoebeeck Stephanesh 11 août 2007 01:02

                    Vous avez raison c’est beaucoup mieux maintenant, c’est d’ailleurs pourquoi les américains veulent fermer les frontières vous n’imaginez pas le nombre de gens qui solliscitent un visa pour se rendre en Irak... Et puis tous ceux qui s’y rendent de manière illégale.


                  • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 12 août 2007 06:29

                    A toutes et tous

                    Merci pour ces excellents échanges. Le Proche-Orient me préoccupe beaucoup et j’apprends davantage avec tous ces bons échanges.

                    Pierre R.


                    • boubi boubi 12 août 2007 13:30

                      12/08 Message adressé aux croisés de la part d’un commandant de l’Etat Islamique

                      « La Croix agonise »

                      Louange à Allah, l’Unique, le Seul, celui qui n’enfante point ni n’a été enfanté. Louange à Celui qui ne prend point de compagnon ni de fils, et Paix et Bénédiction sur le Messager et Sceau des Prophètes, porteur de l’étendard de la gloire, Abu Al Qassem Muhammad, et sur sa famille, ses compagnons, et tous ses soldats...

                      Louange à Celui qui a fait naître en nous l’amour de la mort, et qui a fait du Martyre dans Son sentier, le plus chère de nos espérances sur cette terre...Louange à Allah, Celui qui nous a fait triomphé et nous a raffermi, Louange à Celui qui a fait permis que le sang des croisés coulent à nos pieds...

                      Ce message est un avertissement destiné aux croisés et à leurs serviteurs parmis les idolâtres et les apostats. Que le salut soit sur ceux qui suivent la guidée !

                      Celui qui vous parle est le commandant Abu ’Ubayda Al Hiyali, un des commandants de zone de l’armée de l’Etat Islamique d’Irak et mon message est intitulé : "La Croix agonise. »

                      A tous les soldats de l’armée croisée, commandants et soldats, officiers et mercenaires...

                      Le mois des Musulmans, le mois du Martyre et du Djihad approche...Que pouvez-vous faire contre ça ?

                      Nous vous avons préparé des dizaines d’hommes, fermes et résolus, avec des dizaines de véhicules piégés, qui frapperont vos cous sans pitié à Baghdad, à Al Anbar, à Mossoul à Diyala, à Kirkuk au Nord, et à Bassorah au Sud. Nous vous avons infiltré et vous êtes désormais à découvert pour nous. L’arme de l’étouffement médiatique de vos pertes ne vous est d’aucune utilité. Perdants vous êtes, et vos pertes sont par centaines et vos blindés calcinés jonchent nos rues...

                      Durant les années qui se sont écoulées, des dizaines de milliers de vos soldats ont été tués et blessés, des milliers de vos véhicules et blindés ont été détruits et incendiés, sans compter le nombre d’hélicoptères abattus. Nous avons durant ces années réussi plusieurs fois à prendre en butin de grandes quantités de vos armes, nous avons réussi à capturer plusieurs de vos soldats, nous vous avons donné l’envie de préférer la mort à la vie en Irak, au point que vous sortiez vous suicider dans les rues de Baghdad. Nous vous mettons au défi de déclarer que vos dormez la nuit plus de deux heures (de suite) et que vous ne pleurez pas chaque jour qui passe...

                      Le mois du jeun approche pour nous et le mois de la mort et des pleurs approche pour vous...Seules quelques semaines nous séparent de ce mois...Que pouvez-vous donc faire alors que vous savez comment nous allons vous honorer ? Par Allah, nous vous avons préparé une mort douloureuse dans les rues de Baghdad. Par Allah, nous allons donner à ce mois une Histoire remplie de récits braves que les nations et les générations avenirs raconteront ! Par Allah, nous allons vous écraser comme des insectes avec la Permission d’Allah, l’Unique le Tout-Puissant. Ô pauvres fils de la Croix agonisante...Ô fils de l’anomalie et de l’immoralité...Ô vous qui ne savez pas d’où vous venez ni ne savez qui sont vos ancêtres...Prenez conscience de votre situation avant qu’il ne soit trop tard.

                      Nous vous répétons aujourd’hui l’appel du Sheikh martyr, le commandant intrépide, celui qui hier vous a humilié Abu Muss’ab Az-Zarqawi (Puisse Allah lui faire Miséricorde) : « Sachez que les mosquées d’Ahl As-Sunnasont ouvertes à ceux d’entre vous qui désirent se rendre et déposer les armes »

                      Considérez cela comme le dernier des avertissements donné par un homme de terrain dont les mains sont tachées du sang de dizaines de vos compagnons tombés à Baghdad et Salahudin.

                      Ô vous les Majouss (idolâtres Perses et Rawafidh)

                      Vous avez appris à quel point nous sommes fermes durant le combat, et vous avez pris conscience que ceux qui ont écrasé vos maîtres (croisés) sont capables de vous écraser en quelques heures.

                      Le mois (de Ramadhan) apparaît au loin...Et on vous a sûrement rapporté ce que le Farouq ’Umar Ibn Al Khattab faisait durant ce mois...Vous avez entendu à quel point il aimait couper vos têtes durant le mois de Ramadhan...Ne vous souvenez-vous pas ? Et bien sachez que nous sommes ses descendants ô Majouss !

                      Par Allah, nous feront couler votre sang partout et les têtes de vos apostats vous seront envoyées par tas !

                      Quant à vous, ô Ahl As-Sunna, ô nos bien-aimés, ô couronne sur nos têtes, à vous la patience ! Par Allah, les signes de la Victoire apparaissent proches et votre ennemi agonisant, poussent ses derniers souffles...Soyez fermes, qu’Allah vous fasse Miséricorde. Nos poitrines sont là pour protéger vos enfants, vos femmes, et vos vieillards, nous nous sacrifierons pour vous.

                      Nous répétons notre appel à nos bien-aimés : éloignez vos enfants et vos femmes des lieux où se trouvent l’ennemi américain et iranien. Suivez les directives des soldats de l’Etat Islamique d’Irak de vos secteurs.

                      Si Allah veut, les flammes vont les consommer et les éradiquer.

                      Et Allah est le Plus Grand, et la Victoire ne parvient que d’Allah

                      Sheikh Abu ’Ubayda Al Hiyali

                      Commandant de zone dans l’armée de l’Etat Islamique d’Irak


                      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 12 août 2007 18:17

                        @ Boubi

                        Il aurait été intéressant, pour notre instruction, de connaître la source de ce document. Cela le rendrait très certainement plus ou moins crédible. Merci.

                        Pierre R.


                      • boubi boubi 12 août 2007 20:02

                        salut

                        confidentiel,le mmois de Ramadan est proche et constater tu le pourra


                      • Romain de Pescara 12 août 2007 20:53

                        Tout le paradoxe de l’Islam et son visage guerrier.

                        Explication du Ramadan :

                        Ramadan (en arabe رَمَضَان ramaḍān) est le 9e mois du calendrier musulman. Ce mois marque, pour les musulmans, le début de la révélation du Coran faite à Mahomet. Afin de sanctifier ce mois, il a été décidé que les musulmans pratiqueraient un jeûne ou ṣawm صَوْم :

                        « Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été prodigué comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! » - Coran 2:183 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 185)

                        Le jeûne du mois de Ramadan est le quatrième pilier de l’islam. Dans la culture francophone française, « Ramadan » désigne souvent plus le jeûne lui-même que le mois.

                        Le jeûne du mois de Ramadan est un devoir pour les musulmans. Ce devoir a été révélé au mois de châban de la deuxième année après l’Hégire par ce verset :

                        « Ô vous qui croyez, le jeûne [as-Siyâm] vous est prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont précédé, ainsi atteindrez-vous la piété. » - Coran 2:183 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 183)

                        Il fait partie des pratiques les plus importantes de l’islam. Les musulmans se réjouissent de son approche : c’est le mois des bienfaits, des actes d’obéissance et des bénédictions. C’est dans la tradition musulmane le meilleur mois de l’année, qui contient la meilleure des nuits, laylatou al-qadr (la nuit du destin).

                        Certains fanatiques y voient certainement une merveilleuse façon d’honorer leur dieu dans un bain de sang.

                        Magnifique, le mois des bienfaits. Béni sois-tu pauvre innocent là au mauvais endroit au mauvais moment.


                      • Celtitudebe 13 août 2007 06:17

                        Je crois que Dieu aimerait plus que tout au monde que vous lui lachiez la grappe quelques temps... smiley Vous n aimez pas Dieu, vous aimez votre ego.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès