Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > J’avais à vous dire, avec toute ma dignité de femme et de citoyenne (...)

J’avais à vous dire, avec toute ma dignité de femme et de citoyenne française

Je fais partie de ces personnes qui pensent qu’elles ne peuvent pas changer le monde, mais qu’elles peuvent se changer elle-même. Je fais partie de ces citoyens de France qui se ressentent profondément citoyens du monde et qui œuvrent de toutes leurs forces, pour un réveil de la citoyenneté dans leur pays qu’elles aiment, malgré qu’elles aient les yeux ouverts sur un gouvernement qui ne fait tout simplement plus son travail, précisément œuvrer de toutes ses forces pour faire respecter les droits de l’homme et du citoyen.

Mais qu’est devenue la France ? Mais où est donc sa culture, son identité, son rêve de liberté, d’égalité et de fraternité ? Je me ressens profondément française et j’aime plus que tout ma région, la côte d’azur, car sous le soleil, les douleurs de la vie sont moins douloureuses à porter sur les épaules.

La France serait-elle devenue un état cautionnant la quête folle de l’ultralibéralisme qui broie l’individu dans la machine à faire du fric ?

L’argent ne peut-il servir qu’à détruire l’humanité ou se peut-il qu’il y ait, en ces temps de crise mondiale, un sursaut d’humanité collectif, où chacun prendrait conscience qu’il faut que ce système cesse immédiatement ?

Si la prise de conscience collective ne se généralise pas immédiatement, auprès de toutes les instances publiques et privées de ce pays, nous courrons le risque évident, évoqué par les plus grands chercheurs, scientifiques, philosophes, économistes et j’en passe, nous courrons le risque d’aller vers une société où le contrôle sur l’individu mènera à l’éclosion d’une société ultra violente, c’est déjà le cas, mais ça peut être toujours pire.

Je remercie, en cet instant, toutes les personnes qui ont sombré du côté obscure en œuvrant pour le déclin régressif d’une humanité qui oublie tout de sa citoyenneté.

Je remercie le gouvernement français, pour cautionner pareille folie, celle de la pulsion carnassière des marchés financiers qui spécule sur le contrôle d’autrui. Ce système est le symptôme pathologique que nous sommes tous malades et en profonde souffrance, pour en arriver là, à ce point de régression identitaire où le gain financier passe avant le respect de la vie humaine.

Et je remercie tous les médias de France de participer à la décadence d’un pays qui aura montré le pire de son humanité, alors que les journalistes et tous les acteurs participants à la diffusion de l’information sont les premiers à être responsable du bon fonctionnement de la libre circulation de la parole et donc de l’expression citoyenne.

Pourquoi ces remerciements ? parce que j’ai pris la décision sans appel que je ne serai plus jamais violente de ma vie, alors maintenant, j’hurle mon indignation de femme française, celle qui vibre au plus profond de mes entrailles, avec respect et dignité, pour acter dans les actes, que je refuse plus longtemps de fermer les yeux sur un système totalement corrompu par l’argent et qui détruit les êtres humains que nous sommes tous.

Je veux me montrer évoluée, en ne montrant personne du doigt, en ne cédant pas à la faiblesse d’incriminer encore un coupable ou des coupables, car en vérité, nous le sommes tous.

Tous coupables d’égoïsme. Tous coupables d’insensibilité à l’autre, car il vaut mieux que se soit l’autre qui souffre que soi. Tous coupables de nous taire et de nous cacher derrière les paillettes de la consommation et du divertissement, actant le déni effroyable d’une société qui court à sa perdition, en reproduisant la figure des trois singes qui n’entend rien, qui ne voit rien et qui ne dit rien. Si le mal doit porter un nom, alors je nomme le mal, le déni est le mal qui ronge l’humanité dans ses vertus profondes.

L’argent assèche le cœur de l’homme, la conscience révèle le cœur de l’homme. J’en viens à la conclusion solennelle que l’homme a perdu son cœur, son humanité et qu’il lui faut le retrouver sur le champ, où s’en est fini de nous tous.

De nous, de notre humanité, de nos cultures, de notre diversité, de notre authenticité et de nos richesses identitaires.

La situation est dramatique, sombrement dramatique, et si l’on reproche aux enfants de ne pas respecter les règles élémentaires de politesse et d’humilité, c’est tout simplement car ils sont le miroir de la société de consommation, que nous avons tous participé à faire naitre. Une société où les apparences extérieures les plus normalisées, les plus standardisées cachent en réalité, des citoyens qui ont oublié leur citoyenneté et un gouvernement qui a oublié son tout premier rôle de garant du respect des droits de l’homme, en cédant à l’esprit du système économique en place basé sur la toute puissance, le contrôle et la répression citoyenne.

La fin, c’est aujourd’hui, quand est-ce que l’on bâtira demain ? Quand est ce que l’on construira un monde meilleur, basé sur les vertus humaines et non le désir morbide de contrôle et de pouvoir sur tous nos frères et sœurs humains ?

J’aimerai voir de mon vivant, un peuple ayant le désir de se relever, le cœur vaillant, grâce à un état français qui lui rendrait l’espoir qu’il a perdu, en conscientisant l’urgence de la situation actuelle, pour stopper dans l’instant, le désir meurtrier de la machine à broyer l’être humain, dans le seul et unique but d’en faire un esclave nourrissant le système de sa vie, sans avoir la chance en retour, que le système lui offre la chance de se réaliser.

Je comptais à la base écrire une lettre de contestation, quant à l’abus policier que je viens de vivre, mais lorsque j’ai posé mes doigts sur le clavier, je n’ai pas eu envie de parler de moi et d’une simple anecdote personnelle, parmi une multitude d’injustices que nous vivons tous, au quotidien, cela finalement n’aurait rien apporté. Il y a tant d’abus aujourd’hui, que ce petit détail de ma vie que je voulais vous raconter, était en fait, je crois un prétexte, pour vous livrer ce que mon cœur de femme française avait envie de vous livrer, quant à son regard, sur la situation de la France et du monde, j’avais envie de le partager, parce que je crois que nous sommes tous conscient de la gravité de la situation.

Ceci dit, je vais quand même vous raconter cette petite anecdote, parce qu’elle m’a empêchée de dormir cette nuit et que mon fils s’est levé lui aussi, en pleine nuit, le petit avait fait un cauchemar, car il a été choqué de la scène dont il a été témoin cet après midi, où il a vu sa maman se faire arrêter par un policier qui l’a traitée, comme si elle était une criminelle.

La vérité es que je ne me suis pas arrêtée à un stop assez longtemps, selon le point de vue du policier qui m’a arrêtée avec deux enfants en bas âge dans la voiture, après une belle journée au soleil, auprès de notre si belle mer méditerranée que j’aime plus que tout.

Cet homme a été d’une froideur qui m’a glacé le sang, il m’a demandé mes papiers, sans me regarder dans les yeux et tout en tenant une posture des plus austères, des plus déshumanisée, il m’a fait patienter une demi-heure, dans la voiture sous le soleil, avec les enfants, le temps de me verbaliser, sans me l’avoir nullement annoncé, en tapant sa contravention sur son petit écran tactile. Et le couperet tombe, cela fera 90 euros et 4 points en moins sur le permis, le ciel m’est tombé sur la tête, car moi, aujourd’hui, les derniers 4 euros que j’avais, je les ai utilisés pour offrir une crêpe au sucre, à mon fils et à son petit copain, ils voulaient une crêpe au Nutella, mais c’était plus cher et je n’avais plus que 4 euros en poche et plus rien sur mon compte. Ces 90 euros m’auraient permis de faire les courses, de nourrir mon enfant convenablement, mais le système de contrôle en place, a préféré enlever le pain de la bouche à une femme seule et son enfant. Les femmes seules sont les premières victimes du système, les femmes seules à l’esprit libre encore plus seule, de part de ce qui fonde, leur gout pour leur liberté et leur émancipation, dans un monde qui ne facilite aucunement leur réussite sociale et leur épanouissement, mais qui fait tout, au contraire, pour les maintenir dans de vieux schémas où, si elles veulent la sécurité et la bienveillance masculine, elle doivent se plier à la prostitution institutionnelle qui fait, qu’en échange de services sexuels, en comblant les angoisses de préservation de l’espèce inscrite dans les gènes masculins, elles sont ainsi à l’abri de la machine à broyer la liberté et l’émancipation féminine.

Il est 03 :22 et nous sommes à la veille des élections, enfin, c’est toute à l’heure, quand le jour se lèvera, nous serons le dimanche 22 avril 2012, le jour de vote, le jour des élections françaises. Le jour où les français peuvent exprimer leur citoyenneté. Nous devrions tous pouvoir nous exprimer librement tous les jours, en exprimant le meilleur de notre citoyenneté, le meilleur de ce que nous avons à donner à la France. J’invite le gouvernement français à faire une vraie remise en question consciente, en se posant une seule et unique question : Peut-on demander aux citoyens de donner le meilleur de leur potentiel humain, tout en les traitant, comme des esclaves aliénés, à un système économique qui les broient, comme l’on détruit un simple document dans le broyeur bureaucratique ?

Le système actuel est une vraie machine à tuer l’identité de la personne, en la privant de ses droits les plus élémentaires, qui sont l’épanouissement et le bien être. Le système ne peut demander consciemment aux personnes de donner le meilleur d’elles-mêmes, au vu qu’il exploite le potentiel humain à ses fins de dévoreur de l’humanité, par le vecteur des marchés financiers.

Priver l’humanité de ses droits les plus élémentaires est un crime qui ne saura engendrer que la perdition de l’humanité elle-même.

Les enfants du peuple ont mal, il serait temps que tous les acteurs du gouvernement et de toutes les instances publiques et privées se réveillent ensemble, pour tenter d’inverser le processus de destruction humanitaire en cours et pour révéler aux citoyens français, toute la puissance humanitaire dont ils auront le courage de faire preuve.

J’invite tous les citoyens de France à se réveiller, et quelque que soit le résultat des élections, conscientiser maintenant que la situation est dramatique et qu’il faut de manière absolue, changer tout le système français, en redécouvrant toutes les vertus citoyennes, celles qui font que nous sommes des êtres conscients, du fait que nous sommes tous devant un choix, cette crise mondiale nous poussant à le faire, et ce choix que nous avons tous, en cet instant, c’est de choisir la voie de l’égoïsme qui est une voie régressive, qui ne peut que pousser l’humanité à sa perte ou la voie de l’humanisme qui est la seule voie à prendre, si nous voulons tous nous en sortir ensemble et offrir à nos enfants un avenir meilleur.

Si nous voulons un état de paix, il serait tant alors de le créer maintenant et d’en être tous le dignes représentants, dans l’union fraternelle retrouvée, celle qui peut guérir tous les plus grands maux de l’humanité et plus jamais nourrir la division du peuple qui ne mène qu’à la ruine de l’âme et à la destruction de la vie sur terre.

 

Sandrine Guarino, une simple citoyenne de France et du monde.


Moyenne des avis sur cet article :  4.19/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • Lalita 22 avril 2012 15:06

    Se changer soi même c’est bien mais ça arrange bien certains ce quant à soi !
    Si on peut changer le monde, ! Si on est tous ensemble. Cette élection et celles qui vont suivre sont cruciales.
    Oubliez l’union fraternelle et préparer vous à combattre ! Ils ne lâcheront pas leur privilèges comme cela et il y aura de la division !
    Bon courage smiley


    • Sand Sand 22 avril 2012 18:49


      Je n’oublie rien et j’ai foi en la fraternité, tout autant que j’ai foi en l’évolution et au fait que la révolution actuelle est avant tout une révolution de la conscience humaine qui doit saisir qu’il faut cesser la destruction pour opter pour d’autres voies plus saines et évoluées.

      La division est déjà là depuis bien longtemps, je préfère me rapprocher des autres, c’est pas ma faute, j’aime les gens et je dois être un peu collante sur les bords certainement ;)

      Bien à vous

      Sand


    • Sand Sand 22 avril 2012 19:15


      Je crois en l’union fraternelle et je ne vous oblige pas à y croire :)

      La division est là déjà depuis un baille et on a vu le résultat, je préfère l’union, c’est plus marrant ;)

      Bon courage à vous aussi :)

      Sand


    • momo momo 23 avril 2012 13:39

      C’est quoi cette bourgeoise épilée aux aisselles ?


    • Sand Sand 24 avril 2012 08:36

      « C’est quoi cette bourgeoise épilée aux aisselles ? »

      Avez-vous bien vomi ? :)
      ça va mieux, maintenant ?

      Autrement, l’image est sympa, bourgoisie aux aisselles..
      hmm..il y a de l’idée, vous écrivez ? vous lisez ? on s’en que vous aimez les images, celle ci était plutôt sympa, la métaphore est imagée et je suis sensible à cela.
      Cependant momo, vous m’excuserez si je ne me reconnais pas dans cette image...
      je t’assure mec que si tu me vois en face, j’ai vraiment pas l’air d’une bourgeoise, alors que mon écriture ne te plaise, tu as le droit, que mes idées ne te plaisent pas, tu as le droit,
      mais je peux te dire une chose, c’est que la meuf que tu ne verras pas, parce que tu es planqué derrière ton petit écran, et bien, dis toi, qu’elle s’épile les aisselles et qu’elle n’apprécie pas la haute et tout ces tralalas.
      Tu sais ce qui tue le monde, mon cher momo ?
      c’est les projections...je te jure mec, c’est les projections, truc de ouf, les projections, 17 ans de psychanalyse, pour m’émanciper de mes projections.
      Bref, momo, tu ne sais pas qui je suis et quand on ne sait pas à qui on a à faire, on évite de projeter ses projections sur la face des autres.

      J’écris et j’aime la littérature, exprimer mes idées.
      Ceci dit, j’ai 15 ans de pratique dans le social où je ne te dis pas le nombre de famille magrébine que j’ai soutenu dans la merde et je ne t’explique même pas comme je suis respectée par ces personnes que j’aime de tout mon coeur comme ma vraie famille.
      Alors, s’il te plait, la prochaine fois,
      ne montre pas du doigt, mon petit, quand tu ne sais pas qui tu pointes du doigt.

      Bonne journée, dans la paix et la bonne humeur.

      Sand


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 22 avril 2012 15:34

      Bonjour, bienvenue sur AgoraVox, et merci pour ce très beau premier article.

      Comme vous je pense qu’on ne construit pas une société pacifique sur des fondements de violence. Ignorons-la quand c’est possible, et quand ça ne l’est pas, faisons comme Gandhi : subissons-la de mauvaise grâce, avec la certitude que la somme d’énergie que devront dépenser par ceux qui exercent la violence sera de toute façon inférieure au bénéfice qu’ils en tireront.

      Je suis convaincu que vous venez de faire le meilleur choix. Quand un pourcentage suffisant de personnes penseront comme nous, notre société malade s’évanouira d’elle-même et l’humanité pourra enfin commencer à vivre.


      • Sand Sand 22 avril 2012 19:35


        C’est difficile de renoncer à ses pulsions primaires et un long travail sur soi qui se poursuit toute la vie...
        C’est un choix que j’ai fait et auquel je ne renoncerai jamais.

        Bien à vous

        Sand


      • Zobi Aldo Rifort 22 avril 2012 15:40

        Elle est abonnée à Marie Claire
        Dans L’nouvel Ob’s elle ne lit que Brétécher
        Le monde y a longtemps qu’elle fait plus semblant
        Elle achète Match en cachette c’est bien plus marrant

        Ne la laisse pas tomber
        Elle est si fragile
        Etre une femme libérée tu sais c’est pas si facile...

        http://youtu.be/JAQRWmAcmW4


        • Sand Sand 22 avril 2012 18:52

          J’adore cette chanson, elle me rappelle quand j’étais jeune... :)
          bon..je n’ai que 35 ans depuis le 20 avril, il me reste de la marge ;)


        • verseau 22 avril 2012 15:44

          Si la France n’avance pas en unité, je l’appellerai Union Nationale, je ne donne pas cher de notre avenir face aux marchés financiers.


          Ces marchés qui nous broient tous, quel que soit notre appartenance ou non à un parti, une religion, une communauté...

          La citoyenneté est quelque chose qui transcende ces appartenances. 
          Nous sommes Français bien avant d’être d’un parti ou d’une religion.
          Le citoyen seul, sa lutte semble vaine, tous UNIS nous seront bien plus forts.

          La lutte ne fait que commencer, lutte contre les privilèges, lutte contre les paradis fiscaux, lutte pour plus de services publics, lutte pour notre liberté mise à mal par trop de lois liberticides etc.

          Aux armes citoyens !

          • Sand Sand 22 avril 2012 19:33


            Encore les armes ? :)

            Je vais poster quelque chose bientôt, j’ai joué avec le chant de la Marseillaise, pour souffler sur la violence qui n’a que trop duré, j’ai pacifié le chant en tentant de magnifier l’aspect révolutionnaire sans en édulcorer l’essence. Je l’ai fait dans un moment où il fallait que je sublime ce sentiment d’injustice que nous ressentons tous, cela m’a fait du bien de le faire.
            Je crois plus aux vertus de la conscience et en une révolution positive basée sur la redécouverte de nos vertus et de l’éthique.
            Ceci dit, je respecte votre point de vue.

            Bien à vous

            Sand


          • oncle archibald 23 avril 2012 11:37

            Merci Madame pour ce magnifique article d’espoir. Pour un coup d’essai c’est un vrai coup de maître. Recommencez vite !

            Inconditionnel du grand Georges, je rappelle ces paroles de raison au sujet du « grand soir » : « mais depuis tant de temps que tant de tètes tombent, au paradis sur terre on y serait déjà .... » extrait de mourir pour des idées ... « Mourir pour des idées, l’idée est excellente, moi j’ai failli mourir de ne l’avoir pas eue ... ». 

            On peut lutter pacifiquement avec une force de conviction peu commune et emporter l’adhésion d’une grande majorité .. Voir Gandhi qui a réussi à virer les anglais qui occupaient son beau pays ... sans armes ...

          • Micka FRENCH Micka FRENCH 22 avril 2012 15:44

            Des nouvelles civiques de l’Ecossaise...

            Micka FRENCH a voté ce matin à 8H00, contre l’UMP et pour la mise en examen de l’ancien président de la République et de ses ministres.... ET vous ????

            Micka FRENCH sur le Web...
            http://Mickafrench.unblog.fr


            • Sand Sand 22 avril 2012 18:46


              Merci, je crois beaucoup à la vertu de la simplicité.

              J’ai l’impression que beaucoup de choses se passent, bien au contraire :)
              Beaucoup de gens se réveillent aujourd’hui, l’union fait la force et je vois que nous sommes de plus en plus nombreux à nous donner la main.

              Alors avançons ensemble avec espoir et passion pour la liberté.

              Bien à vous

              Sand


            • La râleuse La râleuse 22 avril 2012 15:54

              Bonjour et bienvenue à vous qui signez Sand et qui écrivez avec tout autant de talent que George.

              J’aime votre cri d’indignation.
              J’aime votre foi en l’humanité, sans vaine crédulité.
              Pour parodier les paroles d’une chanson, vous me paraissez être « juste quelqu’un de bien ».

              Cordialement,


              • Sand Sand 22 avril 2012 18:54

                 
                Très chère Madame la râleuse,
                votre compliment m’honore.

                Votre dévouée

                Sand


              • Acid World Acid World 22 avril 2012 15:57

                Je rejoins votre sentiment à propos des enfants de ce monde. L’enfant-voyou devient la norme tout simplement parce que l’argent est le Dieu.


                Allez dans une cité et demandez à ce que le français moyen appelle une racaille quel est son but dans la vie, pourquoi il se montre si agressif.
                Au départ, bien souvent il y a une blessure profonde, familiale ou autre. Mais ensuite le cynisme le ronge (comme nous tous), et seules comptent sa réputation et les grosses thunes.

                Ces jeunes-là, tellement montrés du doigt aujourd’hui, sont le résultat de la société de l’avidité et de l’abrutissement. On a préféré ça à leur offrir une vraie éducation, qu’ils auraient eu le potentiel de suivre.

                Regardez la criminalité en Amérique. Regardez dans quel mépris baignent les femmes dans cet univers-là. Dans celui de la publicité également.

                Il y aurait tant de choses à ajouter.

                • Sand Sand 22 avril 2012 18:56

                  ...Oui, il y aurait tant de choses à rajouter, alors écrivez vous aussi et livrez-nous votre regard sur le monde :)

                  Libérons notre parole citoyenne partout autour de nous, dès que nous le pouvons, c’est le meilleur remède pour traiter le déni.

                  Bien à vous

                  Sand


                • alain_àààé 22 avril 2012 16:06

                  bel article et je vais me répéter j ai eu dans ma famille une meutre de ma belle soeur 2 tentatives de meurtre sur mon fils on m as fait explosé ma maison 3 voitures 1 caravane et toutes ses affaires classées j ai téléphoné au parquet pour me plaindre de mes affaires la réponse ne s est pas fait attendre une demi heure j avais le G I P N qui frappait a ma porte et on m as attrapé par la george et mis partaire et 7 policiers m on embraqué au commissariat pour me voir inculpé en attendre de jugement d un an de prison et 40000E d amende puis il y quelques jours on a recommencé en bretagne ou j ai une maison de 20000E ET C EST MON FILS A RECU LA VISITE DES GENDARMES POUR M ARRETER DEVANT TOUT LE MONDE DE PLUS J AI MA FAMILLE QUI A PAYER UN LOURE TRIBU D AVOIR ETE DEPORTE A AUSWITCH ET LA JE REJOIN


                  • Dazen-Li 22 avril 2012 16:20

                    Une accusation et un cri d’espoir réunis, puis un acte posé, un acte de femme responsable, un acte d’amour à l’humanité entière :
                    le non à la violence et à toutes ses ex-pressions...
                    Combien je rejoins votre belle décision !
                    Non à la violence ne veut pas dire absence de colère et d’action.
                    Et, puisque élections il y a, je commence (en fait, je continue) par voter, moi aussi.
                    Pour une fois qu’il y a un programme intelligent porté par la fraternité des peuples.
                    Pour une fois que notre nombre à porter cet espoir peut - va - influer sur nos vies
                    Pour une fois que contre la barbarie d’une gouvernance déshumanisée,
                    contre la Pensée U(fric)nique,
                    contre la Loi de « Mon Saigneur Pognon » de ce monde
                    Une voie se dessine...
                    Je commence par ça : aller voter pour nous tous.
                    Je vous rejoins.


                    • Sand Sand 22 avril 2012 19:27


                      Oui, rejoignons-nous :)

                      Sand


                    • Claudec Claudec 22 avril 2012 16:36

                      « Il est des victoires qui exaltent, d’autres qui abâtardissent. Des défaites qui assassinent, d’autres qui réveillent. » C’est ce qu’écrivait Saint-Exupéry (La Pléiade 1999, p. 209) au retour d’une mission il y a près de 70 ans, durant cette défaite dont la France ressent encore la honte et qui fut due aux mêmes que ceux qui refusent encore aujourd’hui le combat, au nom d’une idéologie qui a partout fait la preuve qu’elle ne sait donner que le contraire de ce qu’elle promet.


                      • Sand Sand 22 avril 2012 19:25

                        "La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres. Parce qu’elle nous résiste. L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle" disait aussi Saint Exupéry.

                        Merci pour ce partage.
                        La littérature est un baume qu’il me plait à appliquer tous les jours sur mon âme.

                        Sand


                      • HELIOS HELIOS 22 avril 2012 16:42

                        ... chere madame, je rejoins la majorité de vos propos et votre indignation.

                        permettez moi toutefois, sans vous connaitre, de vous faire (peut-etre) un proces d’intention.

                        Vous accusez d’inhumanite un simple flic qui vous a verbalisé ?
                        Il ne fait que continuer le processus de deresponsabilisation, le mecanisme qui vous supprime votre dignité de femme, de citoyenne... processus et mecanisme que vous avez probablement accepté et même souhaité.

                        Rappelez vous, lorsque nos autorités responsables ont exigé des limitations de vitesse, des radars, justement et par exemple celui qui est en face l’aeroport que vous aimex, 2 x 4 voies séparées par des palmiers et 70 kmh, puis 50 km/h !!!

                        C’est au nom de la securité que vous avez aidé a la justification, c’est au nom de cette même securité que vous allez payer les 90 euros. Le radar et l’amende, c’est bien ^pour les autres, mais quand vous même vous la payez, c’est nettement moins rigolo.

                        Soyez honnete quelques secondes, il n’y a pas deux poids et 2 mesures, ou bien, la tolerance est la regle et on vire la plupart des radars, surtout ceux qui sont les plus discutable (vous levez le pied, hein, devant Marina ?).. et votre trop rapide arret au stop serait oublié,...
                        ... ou bien on est severe avec les vitesses (et vous verrez que devant l’hippodrome, le 30km/h est bien difficile a respecter), mais on reste egalement severe avec ceux qui font n’importe quoi, dont s’affranchir d’un temps significatif a un stop.

                        Si NOUS ne voulons pas une societe policiere, depuis les stops jusqu’a Hadopi, il faut revenir a des regles plus humaines, et il faut que tous ensemble nous soyons solidaires, moderes et COHERENT... ce qui entraine malgres nous une obligation de TOLERENCE.

                        Si nous y arrivons, ce flic là, le votre, n’agira plus ainsi. Votre plume donnera toute sa qualité sur des sujets beaucoup moins desagreables.

                        PS : Crepe au Nutella a Juan les pins, 3,5 euros... option chantilly +0,30 !


                        • Sand Sand 22 avril 2012 18:42

                          Cher monsieur,

                          comme je l’ai dit, je ne suis ni là pour incriminer, ni pour faire un procès d’intention...il y en assez bien comme cela, comme je l’ai signifié chacun de nous peut se laisser berner par son égo et faillir à ses vertus humaines, je me mets en première ligne, si vous voulez, cela ne me dérange pas :)

                          Quand à ma dignité, aucun mécanisme ou quoi que se soit d’autre me l’enlèvera, entre nous, j’ai surement tous les défauts de la terre, mais on ne peut pas m’enlever mon honnêteté, ma simplicité, mon authenticité.

                          Je suis un être de feu qui apprend à se calmer sur le temps, pour tenter de maitriser ses pulsions et tenter humblement de se montrer digne des mots que je prononce. Autrement, je n’aurai aucune crédibilité, les mots et les actes sont la base de mon éthique.

                          L’intérêt n’était pas tant l’anecdote mais le symptôme qu’elle révèle, j’ai travaillé 15 ans dans le social, en tant qu’éducatrice, j’ai travaillé dans les quartiers autant que côtoyer le handicap, pour ensuite bifurquer dans l’insertion pro, tout en réalisant une activité pro parallèle d’écrivain, alors, je ne me justifierai pas sur mon sens de la tolérance, je peux dire humblement qu’au vu de tout ce que j’ai pu expérimenter de part mon expérience de vie, j’essaye de toutes mes forces d’approfondir cette tolérance, cette humilité, en sachant que je bonifierai toute ma vie, sans jamais atteindre la perfection escomptée qui n’est qu’illusion.

                          Ps : crêpe nutella chantilly, hmm...ça fait envie :)

                          Bien à vous.

                          Sand


                        • Claire29 Claire29 22 avril 2012 17:13

                          Ne vous plaignez pas,personne ne vous a encore insultée sur ce site !

                          D’autres se font insulter quand ils essaient de défendre leurs droits et les libertés fondamentales qui ne sont plus respectées dans ce pays !


                          • La râleuse La râleuse 22 avril 2012 18:03

                            Bonjour Claire29

                            Je ne prétends pas défendre des droits ni des libertés fondamentales.
                            Quitte à paraître égocentrique, quand j’écris, c’est uniquement pour défendre mes idées et mes opinions.
                            C’est peut-être pour cela que j’ai une bonne expérience des insultes qui me sont (souvent) généreusement prodiguées ; ce qui ne m’a choquée que lors de la parution de mon premier article smiley

                            Bonne fin de dimanche à vous


                          • Claire29 Claire29 22 avril 2012 18:44

                            Bonsoir la râleuse,si vous voulez avoir une idée de certains sujets qui attirent des insultes sur ce site,allez sur :

                            -le CICNS

                            -CAP LC

                            - SAPIENTIA

                            qui défendent les libertés fondamentales sans discrimination et sans sectarisme !

                            Continuez à râler même si vous vous faites insulter,

                            Bonsoir !

                             


                          • Sand Sand 22 avril 2012 19:01


                            Pourquoi voulez-vous que je sois insultée ? et puis...je n’en ai pas peur, chacun est libre d’être violent ou non, je n’ai pas à juger de cela.
                            J’écris pour partager et ce qui est beau quand vous n’avez d’autre intention que de partager, c’est que l’on peut entendre n’importe qui. Si quelqu’un m’insulte, je saurai que c’est une personne qui est mal intérieurement, car pour se laisser berner par ses pulsions, il faut avoir un malaise en soi qui nous pousse à projeter sur l’autre ce qui se trame à l’intérieur de nous-même et de nos enfers personnels.
                            Je ne juge pas, j’observe la condition humaine.

                            Bien à vous.

                            Sand


                          • Claire29 Claire29 22 avril 2012 19:41

                            Parce que nous sommes plusieurs sur ce site,et sur d’autres,à en avoir fait l’expérience !

                            Mais vous avez raison quand vous dites que« pour se laisser berner par ses pulsions, il faut avoir un malaise en soi qui nous pousse à projeter sur l’autre ce qui se trame à l’intérieur de nous-même et de nos enfers personnels. »

                            Bonsoir


                          • Thorgal 22 avril 2012 17:24

                            @Sand

                            Je t’invite a lire Charles Eisenstein : The Ascent of Humanity (doit se trouver en francais aussi). Va voir ici.

                            C’est une longue lecture tres progressive et parfois technique mais tu devrais te retrouver dans ses dire vers les 3 derniers chapitres. Il faut lire depuis le debut et ce n’est pas comme un roman, ca invite a la reflexion tres souvent. On peut ne pas etre d’accord avec le type mais c’est un travail interessant.


                            • Sand Sand 22 avril 2012 19:02

                              oh, merci, c’est toujours un plaisir de lire et d’apprendre encore et encore :)

                              Je vais aller voir ça.

                              Sand


                            • Thorgal 22 avril 2012 19:41

                              Ah ben tiens ! Je pensais bien qu’il y avait une version francaise smiley

                              Bonne lecture ! Certains passages et reflexions sont fascinants.


                            • Hermes Hermes 24 avril 2012 11:21

                              Bonjour,

                              Oui ce livre est intéressant, il démonte les bases conceptuelles de la séparation, qui n’est pas seulement une idée d’ailleurs mais qui se nourrit dans un sentiment personnel au tréfond de nous-même, avec des facettes différentes pour chacun en fonction des caractéristiques de sa condition et de son vécu.

                              Ce sentiment de séparation est le moteur de toutes les illusions compensatoires qui reflètent toutes ses facettes : de droite par la réussite personnelle, de gauche par la passion de justice, d’écologie par une réconciliation avec la nature, de nationaliste par le regroupement sous un drapeau.

                              La séparation est une réalité, et en tant qu’être humain, le passage par le deuil, l’acceptation de cette condition permettrait de se connecter dans le présent et de trouver une vraie communication.

                              Mais il ne suffit pas de démonter le concept car c’est tout le vécu qui s’impose par la mémoire à chaque instant. Le conditionnement du passé s’impose automatiquement dans les interprétations du présent. C’est un rêve permanent. Et dans ce rêve, l’accès aux racines du concept n’est pas possible.

                              Pourtant nous existons, alors à quoi bon rêver que nous existons, et réver à réparer la séparation ? Peut-être nous souvenons nous que notre conscience peut exister de façon non séparée....

                              Si c’est une réalité, il est inutile de réver, la voie est de se réveiller, si c’e n’est pas une réalité, nos rêves sont vains.

                              Avons nous vraiment le choix ?

                              Mais ne croire en rien sauf être présent, est-ce facile ? Nous croyons connaître nos croyances et c’est le premier obstacle. A quoi notre esprit est-il réellement occupé ? Quelles tensions physiques celà masque-t’il ?

                              Bonnes investigations.

                              .


                            • escudo escudo 22 avril 2012 17:28

                              Très beau texte !!

                              Ça nous change des histoires d’elections et de vote utile et inutile qui occupe agora ces derniers temps...


                              • Sand Sand 22 avril 2012 19:04


                                Merci, c’était bien là mon intention,
                                je voulais un peu nous éclabousser de fraicheur et de simplicité :)
                                J’en avais moi aussi besoin et je suis contente que vous l’ayez compris.

                                Merci

                                Sand


                              • bigglop bigglop 22 avril 2012 17:44

                                Bonsoir à tous,
                                Grand merci @Sand pour ce premier article plein d’émotion authentique, de retenue mais aussi d’humanité. Revenez vite !!!

                                Aujourd’hui, 15 heures, Jacques a choisi l’humain d’abord.

                                Pour paraphraser P Poutou et le NPA :

                                Nos vies ne valent pas cette dette


                                • Sand Sand 22 avril 2012 19:08


                                  L’émotion....oui, merci
                                  j’ai écris avec mon coeur, simplement.
                                  Vous parlez de retenue..je m’y exerce tous les jours.
                                  Je suis un bélier de feu qui est un pure maestrom...
                                  j’essaye de m’assagir et de me maitriser
                                  et je vous remercie de l’avoir capté^^
                                  parce que c’est pas tous les jours simples, je vous l’accorde,
                                  avec du sang italien, ça ne facilite guère le smliblick :)

                                  Bien à vous

                                  Sand

                                  ps : sous peu je vais poster un petit quelque chose :)
                                  mais chut, c’est une surprise.


                                • joletaxi 22 avril 2012 17:46

                                  je n’ai pas tout lu,je m’en excuse, car cela participe sans doute au fait que je n’ai pas bien compris le but de votre message de « détresse »

                                  si je comprends bien, vous avez été victime du lobby très bien implanté de la crête au sucre ?
                                  Vous me direz:comment pouvait savoir ce larbin de l’empire, que j’envisageais d’offrir ,suprême orgie, des crêpes au nutela à mes enfants ?
                                  Mais pardi, de la même façon qu’ils savaient l’heure à laquelle merah allait faire son carton, de la même façon qu’ils savaient à quel étage les avions allaient s’encastrer dans les tours.

                                  Ce que je n’appréhende pas bien dans votre diatribe sur les malfaisances de l’argent, c’est que vous permettez à vos enfants de manger des crêpes au nutela,et partant, vous participez à la puissance de la multinationale qui met ce produit(oups, cette merde) sur le marché.
                                  Si vous voulez changer le monde,si vous commenciez par faire vous-même des crêpes.c’est très amusant, facile, et amuse les gosses.vous pouviez même au prix que cela coûte inviter les petits voisins, dont les parents n’ont pas de bagnole ,et établir un lien social impossible dans la cafetaria tout en formica, où le serveur(oups l’esclave)désagréable à souhait aurait ruiné votre journée, fait se disputer les gosses, etc
                                  De plus, que laisserez vous comme héritage culturel à vos gosses ?
                                  maman nous emmenait manger une crêpe au Nutela,
                                  vos petits enfants de poser la question:mais c’est quoi du nutela ?
                                  Un produit douteux, soupçonné d’être cancérigène, qui a été retiré du marché lorsque Eva Joly est devenue présidente(on est déjà en 2112 ,faut pas rêver)

                                  Bref, ce représentant de la force publique un peu tatillon vous a évité un désastre.

                                  Si vous êtes en manque d’inspiration pour une recette de crêpes ,n’hésitez pas, je suis d’un naturel urbain.
                                  Bon, je vais en rester là pour le moment, mais votre « cri » est symptomatique de cette époque,et il y aurait encore des tas de choses à dire


                                  • Sand Sand 22 avril 2012 19:12


                                    Votre ironie moralisatrice est assez amusante :)
                                    Si vous lisez le reste, je suis sûre que vous trouverez encore de quoi me faire des petites leçons de morale :)
                                    Amusez-vous, si cela vous chante, il y a de la place pour tout le monde, ici :)

                                    Inutile de vous dire que je ne me sens nullement concernée par toutes ses projections sur ma personne.

                                    Bien à vous

                                    Sand

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès