Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Je ne voterai pas aux régionales

Je ne voterai pas aux régionales

Je ne suis pas un perdreau de l’année et jusqu’à il y a peu j’ai toujours voté, à tous les scrutins, pour faire mon devoir de citoyen et pour respecter la mémoire de ceux qui se sont battus pour que je vive dans un pays libre.

Comment en suis-je arrivé là ?

Depuis quelques temps je me pose des questions sur l’utilité de mon vote et je me demande si je ne suis pas devenu le spectateur voire le complice d’une mascarade en continuant à voter.

Les premières questions ont commencé à surgir après le référendum de 2005 sur le traité constitutionnel et depuis les choses ont empiré : de Sarkozy en Hollande en passant par des épisodes Mélenchonesques, la pitoyable volonté suicidaire des verts et par la sempiternelle rengaine et les affaires de la famille Le Pen, j’ai fini par comprendre que quel que soit le résultat d’une élection, nous n’échapperions pas à la logique libérale et à sa gouvernance occulte. Il faut dire que l’épisode Grec a conforté pleinement ce sentiment diffus.

J’ai tout de même cru longtemps que la gouvernance locale échapperait à cette logique mortifère auto destructrice, jusqu’à ce que le débat sur la réforme des collectivités territoriales m’ôte mes dernières illusions. J’ai donc franchi le pas et je me suis abstenu lors des dernières élections départementales après moultes réflexions et, pour tout dire, je n’ai eu aucun sentiment de culpabilité après ce que d’aucuns considèrent comme une trahison aux valeurs républicaines.

 Je ne me sens pas seul, compte tenu des taux de participation à ces élections et ceux encore pire que l’on nous annonce pour les régionales.

J’ai enfin compris (il n’est jamais trop tard) que le triste spectacle politique fait de renoncements, de promesses non tenues, de soumission aux marchés et aux banques, voire de non-respect des résultats électoraux avait envahi toute la classe politique, des plus hauts sommets de l’Etat jusqu’aux communes, en passant par les (nombreuses) strates intermédiaires.

Votez pour moi !

« Je vous promets une France passée au Karcher, une finance moralisée, une laïcité sans faille, un pays sans immigrés et des valeurs judéo chrétienne ». Rien qu’en énonçant cette triste litanie, on se fait déjà une idée du débat politique national.

Le pire c’est que ce débat est le même pour les élections locales et on ne voit pas poindre le moindre début de réflexion et de programme basé sur les compétences respectives de ces collectivités.

D’ailleurs, pour revenir aux régionales, les électeurs sont à peine 30 % à répondre lorsqu’on les interroge sur les compétences de ces collectivités et sur ces 30 %, combien iront voter ? Je ne prétends pas qu’il faille connaître tout ce que fait telle ou telle collectivité, mais un minimum serait le bienvenu. Encore faudrait-il que les élus eux-mêmes et les partis se départissent du poujadisme de leurs propos pour expliquer l’utilité de leur mandat autrement que par leur propre stabilité professionnelle. Au lieu de cela, on maintient le bon peuple dans une ignorance crasse et on lui demande de voter comme on demande d’acheter le produit en tête de gondole au supermarché.

La politique, une nouvelle race de marketing !

Sur ce même fil, un commentateur s’indignait qu’un auteur utilise le terme « optimisation » emprunté au secteur privé pour parler des économies à faire dans les communes en les fusionnant. Et pourtant, en regardant de plus près, la frontière entre commerce et politique est plus que ténue. Voici une définition empruntée à wikipedia qui valide cette affirmation :

« Le marketing est une méthodologie concurrentielle de gestion de la compétitivité des marques d’une entreprise ou d’une organisation ; et, simultanément, de l'établissement d'une relation interactive de fidélisation à long terme, si possible à vie, par la cocréation de services pour ses clients et ses partenaires. »

Voilà, je pense qu’il est inutile de se livrer à une analyse plus poussée, sauf à dire que la relation de fidélisation politique à long terme découle de la multiplication des collectivités territoriales qui offrent chacune des services pour lesquels, paradoxalement, il n’est jamais fait état dans les campagnes électorales.

On pourrait dire, pour pousser la comparaison, que, compte tenu de la défection croissante de la « clientèle » abstentionniste, les produits proposés ne sont plus dans l’air du temps et que le « bien-être futur » véhiculé par le marketing politique ne tient plus ses promesses.

Les sous-traitants

En fait les partis politiques actuels, avec leur offre dépassée, me font penser aux sous-traitants des multinationales que l’on laisse vivoter gentiment afin de garder au chaud les parts de marchés et en donnant l’illusion de la concurrence. Ils sont justes là comme passeurs des idées les plus libérales qui vont de la dérégulation constante du droit social jusqu’à envisager un traité commercial transatlantique qui mettra un point final à nos illusions démocratiques.

Localement, le ton est donné par les succursales du Medef qui montent en première ligne pour exiger que les futures Régions s’interrogent en permanence sur chaque dépense, chaque subvention et proposent de réduire les effectifs de fonctionnaires en ne remplaçant pas deux fonctionnaires sur trois, sans doute pour mieux dégager des crédits à leurs profits exclusifs et pour des investissements pas toujours utiles.

Plus haut, c’est l’incroyable morgue bancaire qui prépare tranquillement l’explosion d’un nouvelle bulle spéculative et qui tisse constamment ses réseaux avec le pouvoir politique : de Macron issu de la banque à Villeroy de Galhau qui y retourne après un passage sous les ors de la République, pour ne parler que du quinquennat Hollande. Le renflouement par nos impôts en cas de faillite bancaire est déjà assuré.

Enfin, les sous-traitants, ce sont les multiples collectivités territoriales dont font partie les Régions, converties à la logique libérale. Ils s’apprêtent devant la crise des finances publiques et le ras le bol des français devant l’impôt à préférer l’investissement clinquant qui fera plaisir au Medef et aux banques en sucrant les subventions aux associations, en diminuant la qualité de l’accueil des usagers les plus faibles parmi lesquels les personnes âgées et la petite enfance. Un plan social en quelque sorte…

Trop, ils sont trop. Ils ne sont plus que des sous fifres de la doxa économique et financière ou bien pour être plus clair, des syndics de faillite chargés de nous faire passer la pilule. Leur récompense : des miettes pour les plus petits, c’est-à-dire le port d’une écharpe symbolique ou bien la photo officielle d’une inauguration dans le journal local. Au stade départemental ou régional, les mêmes hochets avec en plus le parfum enivrant de la tutelle sur les petits et les sans grades locaux et en sus parfois le cumul des mandats.

Au « sommet », c’est le jackpot bien payé et avec une retraite confortable. Des petites mains payées par le contribuable pour gérer l’image et le cumul qui sévit également dans les sphères parlementaires. Et surtout, surtout, la sollicitude jouissive des lobbies de tous poils, ceux qui vous dénaturent en moins de deux un projet de loi dont on avait cru qu’il pourrait changer les choses pour les citoyens.

La loi « Macron 1 » malgré ses ambitions (à moins que ce ne fussent que des postures), n’a pas réussi à réformer certaines professions réglementées comme les notaires. La « Macron 2 » envisage de déréglementer la profession de coiffeur dont on ne savait pas qu’elle avait une place aussi importante dans notre économie. Tout est dit ! 

 

Aucun parti, aucun projet ne répond aujourd’hui à mes attentes et c’est pourquoi je m’abstiendrais en décembre lors des élections régionales.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Allexandre 11 novembre 2015 10:23

    Les questions que vous vous posez, je ne me les pose plus depuis plusieurs années. Nous avons participé à toute cette mascarade de démocratie bidon. Le jour où tous les Français auront compris qu’on les prend pour des cons à la puissance 10, ils arrêteront d’accomplir leur devoir de citoyen. C’est notre seule moyen de dire NON aux marionnettes du « Muppet show » qui font semblant de nous gouverner. 

    Bonne journée et bravo !

    • Sarah Sarah 11 novembre 2015 15:03

      « Nous avons participé à toute cette mascarade de démocratie bidon.  »

      La France n’est pas une démocratie mais une république.

       

      Oubliez-vous qu’il leur suffit d’une seule voix pour être élus ? - la leur  smiley


      C’est pourquoi, les Français doivent impérativement chasser l’RPS (l’Herpès en ajoutant les voyelles) aux prochaines élections. Par l’RPS, j’entend non seulement LR et PS mais leurs satellites : EELV, PG, PRG, LNC, UDI...

       

      Etant donné la médiocrité de ceux qui sont élus depuis 40 ans, vous pouvez si vous souhaitez que les choses changent, tenter de voter pour d’autres pour essayer quelque chose de nouveau.

      Laissez-leur le bénéfice du doute. Laissez-leur une chance de bien faire.
Que pourraient-il faire de plus mal que ceux en place ?

      Voter pour les mêmes engendrera les mêmes résultats, c’est-à-dire aucun ! Si : catastrophiques.


    • Allexandre 11 novembre 2015 18:08

      @Sarah
      A qui donc pensez-vous ? Moi je n’en vois aucun !


    • Le421 Le421 11 novembre 2015 19:20

      @Allexandre
      Ben si.
      FN, FN ou bien FN.
      Parce que la France étant stupidement à droite, votant à droite depuis des décennies et comptant bien continuer encore pire, je ne vois que le FN.

      La gauche ??
      Quelle gauche.
      Vous avez vu quelqu’un de gauche ici à part un idiot comme moi ??

      Demandez à Pujadas ou à Bourdin...


    • Sarah Sarah 11 novembre 2015 19:26

      @Allexandre

      « A qui donc pensez-vous ?  »


      À aucun parti en particulier.

       

      L’intérêt des Français, quelque soit l’échelon de l’élection (municipal, départemental etc.) est de voter pour les candidats les mieux placés, quels qu’ils soient, pour chasser l’RPS et ses satellites.


      À vous de voir sur place quels sont les candidats.


    • alaric13 12 novembre 2015 09:25

      @Sarah

      moi je vote CONTESTATAIRE : Fn
      casser le système umps QUI NOUS A MENE A CETTE EUROPE DES BANQUES ET DES MULTINATIONALES


    • glenco01 12 novembre 2015 10:44

      @alaric13
      Le FN fait parti du système en votant FN vous votez pour le système.
      La preuve ils sont invité dans tous les médias et trempent dans pleins d’affaire :
      http://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/marine-le-pen-refuse-a-nouveau-de-se-rendre-devant-les-juges_1734806.html
      http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/un-ex-elu-fn-condamne-a-3-ans-de-prison-ferme-pour-avoir-brule-des-voitures_1716399.html
      AIR Cocaïne,
      Je rappelle que le compte de Cahuzac a été ouvert par un proche de Le PEN
      et que Jean Marie Le Pen a aussi été condamné pour fraude fiscale...
      C’est pour ce parti que vous voulez votez ? A quelle moment il défend votre intérêt ? Jamais, il ne défend que le sien. Réfléchissez y.


    • Hetadame Hetadame 12 novembre 2015 13:05

      La France n’est ps une démocratie... mais une ploutocratie !

      • (Définition Larousse : système dans lequel le pouvoir politique est dévolu aux détenteurs de la richesse).

    • AlbertGam AlbertGam 12 novembre 2015 13:23

      @glenco01
      C’est « compte de Cahuzac » ou « comte de Cahuzac » ?
      .
      Bah... entre les deux il n’y a qu’un pet de différence.
      .
      Cela dit, ce serait bien de distinguer le Front National de Marine Le Pen et le Front National de Jean-Marie Le Pen. Bien l’une soit la fille de l’autre, bien des choses ont changé ces dernières années.
      .
      Pour ce qui est du « paysage politique » (si tant est qu’on puisse parler de « paysage », terme que je réserverais plutôt à la poésie) je n’irai pas jusqu’à dire que le FN d’aujourd’hui est meilleur que les autres partis... mais je dirais qu’il me semble « moins pire ».
      .
      En tout cas, soyez sûrs d’une chose : si l’UMPS reste au pouvoir, que ce soit Hollande, Sarkozy, Juppé ou qui que ce soit d’autre parmi des deux partis... on repart pour cinq ans avec strictement la même politique européenne et la même politique intérieure. LR/PS : même combat ! Si vous voulez vraiment voter et si vous voulez vraiment que ça change... alors il faudra absolument voter ailleurs que dans ces deux partis énarques et inféodés à l’Europe.
      .
      Pour ma part je n’irai pas voter. Que ce soit aux régionales comme à la présidentielle. Parce que je considère que désormais c’est l’abstention qui est la meilleure façon de contester TOUT le système politique foireux mis en place et verrouillé par ces partis.


    • AlbertGam AlbertGam 12 novembre 2015 13:29

      @Hetadame
      "La France n’est ps une démocratie... mais une ploutocratie !

      • (Définition Larousse : système dans lequel le pouvoir politique est dévolu aux détenteurs de la richesse)."

      Tout à fait exact. C’est à la fois une ploutocratie et une oligarchie (l’un des termes est d’ailleurs quasiment toujours le complément de l’autre, à tel point qu’on pourrait dire que c’est un pléonasme). Absolument rien à voir avec une démocratie.


    • glenco01 12 novembre 2015 19:35

      @AlbertGam Ne pas voter c’est laisser le système en place, la preuve beaucoup de gens font comme vous et le système est toujours bien en place.

      Je comprends votre déception par la trahison des promesses des élus et du vote 2005 bafoué.
      Il faut sortir de la logique du tripartisme orchestrée par les médias (la peau du système).
      Il y a 9 partis qui se présentent aux régionales, à vous de voter pour le moins pire en regardant le programme de chacun.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 novembre 2015 22:44

      @Le421

      Enfin.on commence a comprendre. Le FN est le consensus large contre CEUX QUI SONT LÀ ET CE QUI CE FAIT. Le passage obligé de remettre le bois a mu avent de choisir la prochaine couleur. . Des Regionales qu’il doit gagner à la Preidentiells, le FN doit proposer un programme dédit qui soit la somm.e de ce que les Francais veulent.

      PJCA

    • Auxi 12 novembre 2015 23:12

      @Pierre JC Allard


      Vous pourriez nous le refaire en français ?

    • lloreen 13 novembre 2015 19:57

      @Allexandre
      « 
      ils arrêteront d’accomplir leur devoir de citoyen. »
      Le devoir citoyen consiste à participer à l’ élaboration des lois par l’ intermédiaire du parlement et à contrôler le gouvernement.
      Depuis le 18 juin 2015, un conseil national de transition s’ est mis en place pour étudier une alternative à l’ usurpation de chefs de corporation privées (forcloses depuis le 25.12.2012) qui sont sous le contrôle des Rothschild satanistes à la tête de la City de Londres (la Couronne) et de leurs larbins.

       http://www.conseilnational.fr/

      Le programme du CNT.

      Les révolutions ont trop souvent été suivies de désordres sociaux, de périodes incertaines et de luttes pour le pouvoir. Il faut que chaque Français sache exactement ce qui suivra après l’éviction des politiciens. Comme son nom l’indique, ce Conseil National de Transition n’est pas un « gouvernement », mais une structure d’attente ayant trois objectifs bien précis : 1) Eviter toute forme de chaos ou troubles civils après la révolte. 2) Restaurer rapidement l’économie et la sécurité du pays, ainsi que la vérité de l’information. 3) Permettre au peuple français de décider lui-même de son mode de gouvernance.

       

      Il exercera donc jusqu’à ce qu’une nouvelle constitution ratifiée par le peuple de France soit proclamée. A ce moment son existence cessera pour faire place au mode de gouvernance qui aura été décidé par l’ensemble des citoyens de ce pays.

       

      Dans ce programme, sont exposés à la suite, la STRUCTURE de ce Conseil, les MESURES pour une restauration rapide, et la CHRONOLOGIE.

       

      LA STRUCTURE

      Il est composé des membres fondateurs, augmentés chaque jour de nouveaux volontaires participant à cette opération.

      Il a été fixé à 315 le nombre maximum de membres, qui seront animés par un « Conseil de sages » d’une dizaine de personnes choisies parmi ces membres exclusivement en fonction de leur compétences.

      L’ensemble de ce Conseil est constitué de simples citoyens sélectionnés pour leurs connaissances (politique, géopolitique, économie, sciences,etc.).

      Peu après la prise de fonction de ce Conseil, 1300 volontaires seront tirées au sort pour compléter ce Conseil National de Transition et constituer le gouvernement provisoire, répartis entre “l’Organe de Gestion”, et le “Conseil Représentatif”. Cet organe de gestion sera constitué de 400 experts reconnus (dont certains dirigeants de mouvements ou partis).

      La supervision, la coordination et la représentation de ces deux entités seront assurées par ce Conseil de sages. La fonction présidentielle sera assurée par ce groupe sans qu’aucun des membres n’en retire le moindre avantage supplémentaire. 

       

      LE CONSEIL REPRÉSENTATIF : (l’ensemble des 2015 membres prévus)

      Ses missions :

      Il garantit et assure prioritairement l’autorité absolue du peuple sur tous les organes et institutions de l’État. Pour ce faire, sa mission essentielle consiste à organiser des assemblées régulières couvrant l’ensemble du territoire, qui permettront à tous les citoyens de France de participer à l’élaboration d’une nouvelle constitution.

      •  Il garantit que toutes les décisions concernant la vie nationale seront prises directement par le peuple (référendum)
      •  Il supervise et contrôle les actions et missions de l’Organe de Gestion (voir ci-dessous)
      •  Il organise la création nationale d’une nouvelle constitution établissant les règles de fonctionnement de la nation en laissant à chaque citoyen du pays une totale liberté d’expression. Celle-ci s’exercera dans le cadre d’assemblées régulières qui se dérouleront localement, régionalement et nationalement, permettant ainsi l’expression des valeurs inhérentes, sociales, culturelles, ou autres.
      •   Il organise simultanément un audit national (voir « audit »).

      Afin que l’autorité absolue du peuple soit garantie et pérenne, toutes les forces de l’ordre, armée, gendarmerie, police et douanes, ainsi que la justice et le ministère des affaires étrangères, seront sous sa dépendance directe.

      Sa composition :

      L’équilibre de ce Conseil Représentatif exige que toutes les professions, corps sociaux et institutions soient représentés ; si cela s’avérait nécessaire, de nouveaux ajouts de membres viendraient le compléter.

      Ce Conseil Représentatif participera à l’action de l’Organe de Gestion par la délégation d’un nombre de membres équivalent à l’ensemble des spécialistes et experts qui composeront cet organe. Les membres restants se consacreront aux missions exclusives de ce Conseil.

      La mise en place de ce Conseil Représentatif annule automatiquement la création des 13 régions européennes voulue par l’UE. Ce sont donc 27 régions françaises qui seront à pourvoir (8 à 12 membres chacune). La répartition des membres du Conseil Représentatif s’effectuera donc par consensus selon les aspirations régionales de chacun. Les hauts fonctionnaires non démissionnaires dont la fonction essentielle consistait à protéger les intérêts des politiciens seront donc sous contrôle permanent de membres de ce Conseil (Préfets, sous-préfets, procureurs, etc.). 

        

       

      ORGANE DE GESTION :

      Ses missions :

      En attendant que les Français décident de leur nouveau mode de gouvernance (via une nouvelle constitution), cet organe, constitué essentiellement d’experts chargés de la gestion du pays, aura sous sa responsabilité tous les autres services de l’État et mettra en place toutes les mesures d’urgence nécessaire à la stabilité et l’assainissement du pays.

      Son rôle consistera à :

      •  réparer les anomalies commises par les politiciens lors des dernières décennies,
      •  faire retrouver au pays une santé financière en suspendant la dette et en faisant en sorte que le pays retrouve son indépendance monétaire (voir « suspension »)
      •  améliorer le fonctionnement de toutes les structures utiles au peuple, en particulier et en urgence, l’éducation nationale, la santé, et les finances.

      Il commencera sa mission par la promulgation d’une « suspension ».

      Sa composition :

      Pour mener au mieux ses missions, cet organe sera composé des personnalités remarquables de la dissidence ainsi que des principaux spécialistes et experts nécessaires, désignés par les citoyens eux-mêmes.

      L’ensemble des membres de cet organe sera doublé par un nombre équivalent de membres du Conseil représentatif. 
       


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 11 novembre 2015 10:27

      Pareil !


      Mais pour la énième fois, un vote blanc (répondant à un appel au vote blanc) ne serait-il pas plus explicite ?

      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 11 novembre 2015 11:31

        @M de Sourcessure
        cher ami, le vote blanc, mais il faut être menteur et intéressé comme Bartolone pour le promouvoir fallacieusement ; « Mécontents, votez BLANC, on vous comptera à part, ce n’est plus NUL ! ». Tu parles ! 
        Le seul chiffre qui puisse faire douter de la légitimité des « organes » (j’emploie le terme à dessein car ils donnent surtout dans les basses besognes !) est celui de l’ABSTENTION... en attendant de tout foutre en l’air avant de redéfinir une constitution moins susceptible d’être aussi contournée que détournée !


      • Michel DROUET Michel DROUET 11 novembre 2015 12:31

        @M de Sourcessure
        Chaque méthode a des avantages et des inconvénients.
        Le vote blanc est compris dans la participation électorale, mais n’est pas la traduction d’une expression et ne permet donc pas d’évaluer le degré réel de mécontentement.
        Il permet cependant de passer l’écueil du contrôle social dans une commune où on se connait par exemple et parfois même dans un couple.
        Le vote blanc n’a donc pas que des inconvénients
        L’abstention met à nu l’intérêt réel des électeurs pour les candidats en présence et leurs programmes et lorsque la participation baisse de manière continue, on dispose là d’un véritable baromètre du mécontentement.
        L’inconvénient de l’abstention, c’est d’être amalgamé aux jean foutistes ou bien à ceux qui sont partis à l’étranger pour des raisons fiscales.
        J’ai choisi l’abstention pour dire que ce ne sont pas seulement les candidats en présence qui m’indisposent mais également le système dans lequel ils évoluent et que je décris dans mon article.
        Le vote blanc, c’est une douce réprimande, l’abstention, un coup de gueule.


      • nadi nadi 11 novembre 2015 12:47

        @Jean-François Dedieu

        Personnellement je serai attiré par le vote blanc, mais à ma connaissance il n’existe pas.
        Même si les votes ne sont pas pris en compte le vote nul apparaît quand même dans les stats ce qui peut être intéressant.
        Le pb de l’abstention est qu’il est assimilé à du j’menfoutisme électorale,et il est évident que c’est le cas d’une bonne partie des abstentionnistes.
        Il y a aussi la possibilité de voter pour un petit parti affin de le booster un peu.


      • PrNIC PrNIC 11 novembre 2015 13:48

        @nadi

        j’ai voté « blanc » à la présidentielle chirac le Pen , c’est à dire « CONTRE les deux » ....
        j’ai voté « blanc » à la présidentielle Sarkho holland , c’est à dire « CONTRE les deux » ....

        Je ne suis pas étonné de voir TOUS les PARTIS hurler contre ce « CONTRE » ....et pourquoi donc ?


      • Sarah Sarah 11 novembre 2015 15:15

        @Jean-François Dedieu

        « Le seul chiffre qui puisse faire douter de la légitimité »

        Ils s’en fichent complètement.

        « tout foutre en l’air avant de redéfinir une constitution »

        Comment ?

         

        @Michel DROUET

        « L’abstention met à nu l’intérêt réel des électeurs pour les candidats en présence et leurs programmes et lorsque la participation baisse de manière continue, on dispose là d’un véritable baromètre du mécontentement. »

        Ils s’en fichent complètement ; un président peut avoir 13% de satisfaits et cela ne change pourtant rien.

        Leur seule crainte est de perdre leur siège.


      • non667 11 novembre 2015 18:08

        @Michel DROUET
        abstention = piège à cons c’est la dessus que les élus comptent pour se faire réélire (en prenant des airs de vierges effarouchées )
        avec succès jusqu’à présent !
        le seul vote qui puisse jeter un pavé dans le marigot c’est le vote f.n.
        il est incontestable que c’est celui qui leur ferait le plus chier ! smiley smiley smiley
         y a qu’a voir le caca nerveux que nous a fait valls récemment ! un régal ! smiley smiley


      • Michel DROUET Michel DROUET 11 novembre 2015 18:18

        @PrNIC
        Parce que ça les arrange de faire voter contre étant entendu que leur « programme » est indigent ou bien fait croire..., étant entendu que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.


      • Le421 Le421 11 novembre 2015 19:13

        @Sarah
        Le seul résultat souhaitable, c’est qu’une minorité effective vienne au pouvoir, vire les kébabs, linge aux fenêtres et arme ses policiers, et qu’enfin, une grande majorité sorte de son portable, sa télé ou son Facebook et aille dans la rue. Bien sûr, il faudra verser du sang.


      • Le421 Le421 11 novembre 2015 19:17

        @Michel DROUET
        Entièrement d’accord. Un peu tard, mais maintenant, je suis convaincu.
        La sempiternelle rengaine du droit de vote durement gagné, je constate que tout a été dévoyé dans cette pseudo-démocratie !!


      • AlbertGam AlbertGam 11 novembre 2015 21:07

        @Jean-François Dedieu
        Tout à fait.
        L’abstention EST une forme d’expression. C’est celle qui dit fermement non à tout le système. Voter blanc, c’est dire qu’on ne sait pas trop bien pour qui voter mais c’est surtout accepter le système lui-même. Or c’est le système lui-même qui est foireux.


      • pergolese 12 novembre 2015 11:02

        @AlbertGam Les politiques se foutent royalement des abstentionnistes. Cela fait longtemps que l’abstentionnisme existe. Qu’est-ce que cela change : RIEN.

        Il faut leur donner la TROUILLE !


      • AlbertGam AlbertGam 12 novembre 2015 13:35

        @pergolese
        Je crois que vous n’avez pas compris que la pire trouille qui puisse leur arriver c’est que l’expression majoritaire SOIT l’abstention. Parce que cela invalide de fait tous les votes et cela met la France de fait dans une situation unique, jamais vue dans notre pays, où les partis sont soudain mis au pied du mur par les français et n’ont pas d’autre solution que de remettre en question TOUT le système dans ses fondements.
        Contrairement à ce que vous pensez je ne parle pas d’une abstention minoritaire comme ça a toujours été le cas... mais d’une abstention majoritaire ! Les conséquences sur le plan constitutionnel sont totalement différentes !


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 novembre 2015 22:55

        @M de Sourcessure


        Il y a eu un temps pour l’abstention - ou le vote blanc si vous voulez.  Voici ce que j’écrivais alors :


        Les jocrisses ont voté Hollande..... Maintenant il est trop tags pour la pusillanimité. IL FAUT VOTER FN 

        PJCA


      • Auxi 12 novembre 2015 23:16

        @Pierre JC Allard


        IL FAUT VOTER FN 

        Et ta sœur, elle est trop « tags » ?


      • fred.foyn Le p’tit Charles 11 novembre 2015 10:54

        Très bonne initiative pour éviter de tomber dans le tonneau des nains qui gouvernent...Moi je laisse les « collabos » qui soutiennent les partis politiques être anti-français...vous savez ceux qui font de notre pays une province de l’Afrique...


        • pergolese 11 novembre 2015 11:10

          Les politiques n’ont pas peur des abstentionnistes. Ils s’en foutent en réalité.

          Mieux même, pour eux, un abstentionniste c’est d’abord un électeur qui ne votera pas FN. Et c’est l’essentiel.

          Tant qu’à faire, votons FN. Il faut leur donner la trouille et rendre coup pour coup.


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 11 novembre 2015 11:35

            @pergolese
            FN ? les dents longues parce que la place est bonne... c’est tout ce qu’ils veulent... et quand on lit les approximations et mensonges dont ils abreuvent un électorat trop enclin à les croire sur parole, sûr que la démocratie serait pire que confisquée (ce qu’elle est aujourd’hui). 


          • non667 11 novembre 2015 18:31

            @Jean-François Dedieu
            abreuvent un électorat trop enclin à les croire sur parole

            procès d’intention contre le fn mais c’est parole contre actes et pas n’importe quel acte :destruction de la france /nation /patrie . cela devrait être passible de la haute cour de justice pour trahison !
            et en plus ils ont l’outrecuidance de se représenter  !
            avec raison puisqu’il y a encore des c... pour voter pour eux !


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 novembre 2015 22:59

            @Jean-François Dedieu


            Une Victoire massive du FN aux Regionales ne changent pas la France. C’est demander à voir....

            PJCA

          • Auxi 12 novembre 2015 23:20

            @pergolese

            Sûr, et d’abord, interdiction d’étendre le linge aux fenêtres ! Ça c’est de la gouvernance musclée !

            Crétin.

          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 novembre 2015 11:28

            @sampiero

            ’Pour gagner massivement il faut massivement présenter des candidats massivement crédibles, compétents et sérieux."

            C’est ce qu’on souhaiterait aux prochaines législatives... et ce n’est pas gagné ! Mais en décembre, aux Régionales, l’essentiel est un désaveu sans équivoque de ceux qui sont là. Voter FN est le seul désaveu qui ne soit pas timoré et velléitaire

            PJCA

          • Jean-Louis CHARPAL 11 novembre 2015 12:14

            Je comprends les motifs évoqués.

            Je suis d’accord avec la plupart d’entre eux.

            Personnellement, si j’ étais électeur d’une Région fusionnée avec une autre, modifiée de façon non démocratique, je refuserai de voter. Les redécoupages des Régions auraient dû être soumis à référendum.

            Au-delà de ça, ce qui est en cause, au fond, ce sont les alternances bidons : depuis 35 ans dans toutes les démocraties, les gouvernements passent, mais les politiques économiques et sociales réactionnaires continuent : chômage de masse, inégalités abyssales, pauvreté galopante.

            Par contre l’expression « épisodes Mélanchonesques » est contestable. Il existe quelques partis minoritaires , dont le Parti de gauche, mais aussi les partis souverainistes dont il faudrait commencer par lire les programmes.

            On peut ne pas être d’accord avec eux, mais on ne peut les éliminer d’une revers de main alors qu’ils proposent autre chose.

            Cela étant, je ne voterai pas aux régionales, car dans ma région, la « vraie gauche » n’a pas de liste. Juste quelques communistes qui veulent renouer avec leurs vieux démons : lécher les bottes d ’un PS qui pourtant les méprise .


            • pergolese 11 novembre 2015 16:23

              @Jean-Louis CHARPAL

              Cela ne sert à rien de s’abstenir dès lors que ce n’est pas considéré comme une attitude frondeuse.

              Il faut leur donner la trouille ! De toute façon ce n’est qu’une élection régionale. Il n’y a aucun risque.


            • Michel DROUET Michel DROUET 11 novembre 2015 16:47

              @Jean-Louis CHARPAL
              Épisode Mélanchonesque : Mélanchon s’est illustré lors de la réforme territoriale au moment où il était question de supprimer le Conseil Général. Il est intervenu pour « sauver le Département, héritage de la révolution ». Ce faisant il a enfumé les français en mélangeant sciemment les deux et en sachant que le Département n’était absolument pas concerné .
              Depuis, j’ai du mal à le croire....


            • Jean-Louis CHARPAL 11 novembre 2015 18:00

              @Michel DROUET

              Il existe une gauche ( hors PS ) ( et aussi une certaine droite républicaine ) qui s’oppose à la sauvagerie économique modialisée et propose une issue vers le haut aux alternances bidons de l’UMPS.

              C’est cela que j’ai voulu rappeler.

              Je veux voir dans JL Mélenchon le simple porte parole actuel d’un programme, sur lequel soi dit en passant, on ne l’interroge jamais.

              Quant au point que vous évoquez, je ne suis pas du tout convaincu que les gouvernemens actuels ne préfèrent pas de beaucoup les Régions aux départements pour des raisons « d’économie » qui ont plus à voir avec les politiques absurdes d’austérité qu’avec le souci d’un aménagement du territoire prenant en compte l’intérêt des français.

              Conclusion :

               - faites et pensez ce que vous voulez

               - moi je n’irai pas voter car dans ma Région ceux qui proposent « autre chose » que la tambouille de l’UMPS ne présentent pas de liste.

               - Si j’étais dans une région « fusionnée d’office  » je n’irais pas voter car je préfère la démocratie à la dictature ( un referendum s’imposait ) et accessoirement je n’aime pas qu’on se foute de ma g ... ( lol ). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès