Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’ar-t-istocratie et nouvelles aristocraties

L’ar-t-istocratie et nouvelles aristocraties

Voltaire, ce libéral, disait à propos d’un noble : "Vous descendez de votre père, moi je monte d’un tonnelier".

Le samedi 24 janvier 2009 au soir, sur France 2, cela faisait 1 h et 38 minutes que l’émission de Laurent Ruquier était commencée, et cela faisait pratiquement vingt ans que je l’attendais. Un événement journalistique s’est déroulé sous nos yeux. Un moment de vérité transparut, comme il y en a peu en télévision. -“Pourquoi y a-t-il autant d’enfants d’acteurs qui deviennent acteurs, est-ce que c’est parce que c’est un métier facile ?... ” demandait Eric Zemmour à Josiane Balasko qui accompagnait sa fille Marilou Berry, puis Maïwenn Le Besco et Aurélien Wiik. Alors que vous ne faisiez que votre métier de journaliste en posant une question simple et avec retenue à ces quatre artistes, tous fils d’acteurs, vous vous vîtes opposer, comme c’est curieux, une cacophonie, une dénégation farouche à ce que sous-tendait habilement votre question : est-on revenu aux temps pré-révolutionnaires où la Naissance prévalait sur le mérite et, dans ce qui nous occupe, le talent.

Votre question, c’était visible, était plus complexe. Josiane Balasko, pétrie de colères en tous genres mais avant tout finaude, l’avait bien compris. La forte réaction de ces trois actrices réunies était symptomatique de la gêne qui frappe les nantis du spectacle, qui n’aiment pas certaines questions, dont celle-ci, comme d’autres portant sur leur domiciliation fiscale par exemple.

Alors que cela crève les yeux de tous ceux qui savent regarder encore, un journaliste ne doit surtout pas évoquer, même finement, la question du rôle des origines socio-économiques, voire confessionnelles, dans le parcours des rares élus que l’industrie du cinéma et de la télévision contribue à élever au rang de mythes modernes, de talents, de génies, a affubler d’une auréole héritée du seul mérite de leurs pères.

Un petit retour sur l’histoire du spectacle nous rappelle ce tabou de la profession. Naguère, avant les avancées sociales de l’intermittence du spectacle, les artistes jeunes et beaux, n’ayant ni naissance ni moyens de subsister (pas les fils “à papa”, donc...) s’élevaient dans la hiérarchie de leurs métiers grâce à un savant mélange de talent artistique dans la journée et de talent personnel le soir. Mécènes particuliers, bienfaiteurs, étaient les titres choisis par ces messieurs du “demi-monde”. Cela recouvrait une prostitution de luxe, dépeinte par Degas, qui ne se cachait même pas dans le foyer de l’opéra Garnier. La sulfureuse danseuse Guimard, les Marie Dorval et leurs descendantes. Cela aurait-il changé ? Oui. Mais pas tout à fait...

Or, se défendre d’être parvenu à ce niveau de notoriété grâce à “papa”, comme le font régulièrement les nantis du spectacle, revient à un aveu maladroit de prostitution. À tout le moins, proclamer qu’on s’est fait tout seul, dans le monde d’aujourd’hui, où il faut lever une armée pour exister, c’est juste malhonnête de le laisser penser. Maïwenn piquée au vif, on se demande pourquoi, se contentait d’asséner sa vérité : “C’est un faux débat !” alors qu’il n’y a pas débat plus authentique en république. Mais ce débat n’intéresse pas les parvenus, les oligarques ou leurs émules.

Le rêve de Jaurès s’éloigne de plus en plus, et il a fallu attendre qu’un journaliste de droite libérale, comme vous M. Zemmour, en fasse état publiquement, du bout des lèvres. Quelle ironie...

Pour étayer ces propos peu amènes sur la condition de nos stars adulées, je propose une petite promenade.

Imaginons une petite visite du dimanche au “Père-Lachaise”. Nous sommes en 2109. Y aurait-il assez de place pour accueillir ces dynasties qui s’étalent sur nos plages, s’alignent sur nos pages en 2009, et s’alignent ensuite le long des belles allées du fameux cimetière ? Famille Dutronc, Famille Chedid, Famille Delon, Famille Brasseur, Famille Sardou, Famille Berling, Famille Doillon-Birkin-Gainsbourg, Famille Lelouch, Famille Drucker, etc. Sur une autre allée, un peu plus loin, des caveaux non moins richement dotés : Famille Debré, Famille Mitterrand, Famille Pasqua, Famille Sarkozy, Famille Tchérèque, Famille Le Pen, Famille Giscard, Famille Chirac, Famille De Gaulle, et leurs cousins de portefeuille, Famille Bolloré, Famille Bouygues, Famille Pinault, Famille Lagardère, Famille Rotschild, Famille Bettancourt, Famille Dassault...

Nous sommes de plus en plus et de façon continue soumis au discours, souvent convenu des fils et des filles "de" : (au hasard et sans préférence) des soeurs Le Besco Maïwenn et Isild, des Romane Bohringer et son père, Sophie Marceau (la fille du cuisinier du cinéma, légende-même du casting), Mélanie Laurent, Marie Gillain, Julie et Guillaume Depardieu, Marilou Berry, Vanessa Paradis et sa soeur Alysson, la fratrie Stevenin, Mélanie Doutey, Aurélien Wiik, Christian Vadim et Chiara Mastroianni, Clovis Cornillac fils de Myriam Boyer, Vincent et Cécile Cassel, Les soeurs Bruni-Tedeschi, les soeurs Seigner, Soren Prevost, Sara Giraudeau, Laura Smet, Emmanuelle Béart, Arthur Jugnot, Arthur Higelin, David Halliday, Jeanne Herry, Marie-Anne Chazel, Marius Colucci, les frères Sitruk, Sarah Biasini fille de Romy Schneider, le fils Goldman, Jeanne Balibar fille de grands universitaires parisiens, Federico Alagna qui démarre dans la carrière dynastique, etc. Même France Gall était fille d’un ponte de l’ORTF...

Non que certains d’entre eux ne soient pas méritants... certains le sont, et comment. Mais combien ont acquis ce statut, et surtout le conservent sur la durée, avec bien plus d’aisance que d’autres tout aussi talentueux mais plus éphémères, malgré le travail quelquefois acharné...

“L’Ecole, s’il y a bien un endroit où je n’ai rien appris c’est bien là” Marilou Berry

Ce qui est irritant dans le discours des “fils-à-papa”, c’est le relatif dédain vis-à-vis de l’Ecole. L’occurrence se présente encore dans cette émission où Marilou Berry se vante d’avoir poussé jusqu’à la Seconde... Certains construisent leur mythe autour d’un statut de cancre, Drucker est célèbre pour cela (Michel, pas Jean ni sa fille Marie). Tel est est le rêve “américain” transposé à la société française qui consiste insidieusement à faire accréditer l’idée que la fréquentation assidue de l’école et l’effort que son travail demande ne sont pas forcément gages de réussite sociale. Véritable poison mental pour la France “d’en bas” car notre école, malgré ses lourdeurs et ses démissions, reste bien le seul lieu d’égalité sociale devant l’injustice de base de ce que la Révolution Française a tenté d’abolir : la Naissance.
Eux, visiblement n’ont pas besoin d’un tel lieu, et ils le proclament à la face de ceux qui, même diplômés, sont exclus du travail. Quelle élégance.

A ce propos, comme pour contrer le propos de Eric Zemmour, Marilou Berry a sorti : “Beh non, Victor Hugo, il a eu un fils qui faisait quoi ?” François-Victor Hugo, Mademoiselle, écrivait justement ; on trouve ses traductions de Shakespeare à La Pléiade. Pour le savoir, il faut soit ouvrir une Pléiade, soit être allée à l’école...

Et puis, les pistonnés nous disent qu’ils bossent eux aussi et qu’au bout du compte, s’ils ne font pas l’affaire, on les fout à la porte ; ce n’est pas si simple. Dans un orchestre, si le premier violon n’a pas le niveau, oui, il est viré. Dans le cinéma, c’est plus subtil. On voit d’ailleurs une commission s’apprêter à décerner un César à un acteur aussi faible que le défunt Guillaume Depardieu, alors... Il faut avoir le courage d’expliquer que pratiquement n’importe qui peut faire du cinéma, avec une petite formation, tant c’est l’affaire de toute une équipe ; de l’agent au réalisateur en passant par le directeur de la photo qui soignera bien mieux votre présence à l’écran si vous êtes le fils “de”... que si vous êtes Dupont le provincial.

Le piston existe de tous temps et ne se limite pas aux filles et fils “de”. 
 
J’ai moi-même, après avoir galéré de nombreuses années et milité d’autres années, obtenu un logement social en plein Paris pour ma famille de quatre, et encore, parce que nous étions expulsés d’un logement vendu. J’ai eu, moi aussi, mon quart d’heure de piston glorieux. Que celui qui n’a jamais été pistonné jette la première pierre ! Quasiment tout le monde y a eu recours, et c’est presque constitutif de toute société humaine. Pourquoi nos jeunes élites s’en défendent avec autant de force ? Même Jésus de Nazareth a été élevé au rang de “fils-à-papa”, sans concurrence possible. Lui qui n’était que le fils d’un charpentier et d’une jeune fille de 15 ans.



Le star-system fonctionne donc bien selon un principe pas du tout républicain, la création de titres de noblesse. Mais quand l’accès à la richesse et au succès devient héréditaire, que devient le principe d’égalité et l’ascenseur social qui va avec ? Une utopie, un rêve déraisonnable, et certes pas une machine à vendre.

Représentation, sur-représentation.

À présent, passons à des considérations plus délicates mais non moins sensibles.
La question de la sur-représentation des élites se pose, et à l’intérieur de celle-ci une autre question plus dérangeante, sur la représentation des minorités. Arrêtons l’hypocrisie : vous l’avez remarqué comme moi, cher Eric Zemmour, de façon empirique, puisqu’il serait mal venu de tirer des statistiques, que nous sommes face à une extraordinaire exposition de la communauté juive dans l’audio-visuel français. La population française est constituée de 65 % de catholiques, 6% de musulmans, 1% de protestants et 2 % de juifs (26% autres et athées). Ce ratio ne correspond pas à ce que le robinet-à-images déverse tous les jours. Un coup d’oeil à l’onomastique des génériques des fictions, des émissions, et on voit l’appartenance de ceux qui travaillent, entre les consultants financiers interviewés, les journalistes à l’image, et les chroniqueurs etc. Les mêmes familles reviennent, même de ceux qui restent dans l’ombre. Cela se dit sous le manteau dans le métier, j’en atteste, et votre connaissance du terrain vous place mieux que moi pour savoir tout cela. Bravo donc à votre initiative, cher M. Zemmour, car soulevez le lièvre et c’est tout le terrier qui se révèle.

A-t-on pensé à propos que la population française, première population musulmane d’Europe, ne va pas -peu à peu- par la force de la répétition, se rendre compte de l’omniprésence d’une même élite dans les sphères télévisuelle, intellectuelle, scientifique, financière et dans le spectacle ? Les principaux outils d’information véhiculent des expertises, mais aussi du rêve, de la fiction, une certaine représentation du monde, divulguée par une élite aux allures d’exemplarité, qui se met en scène à Hollywood de façon mélodramatique pour ne pas dire manichéenne, en définitive qui a droit de cité de façon disproportionnée.
La communauté musulmane ne peut qu’assister au spectacle de la prédominance de la communauté voisine. Sachant cela, on n’est pas surpris qu’il y a en France une recrudescence d’actes antisémites, brisant ce mur de verre comme il y a ailleurs un mur de sécurité. Dans le même temps, on nous rabâche bien tranquillement qu’il “ne faut pas importer chez nous le problème israélo-palestinien”, en fait, qu’il faudrait faire comme si tout cela ne se voyait pas et ne suscitait pas des jalousies ! Faut-il donc s’étonner de voir ce que M. Edgar Morin appelait, dans un article du Monde désormais fameux, non pas l’antisémitisme mais “l’antijudaïsme arabe” monter aux périphéries urbaines ? Il serait apaisant pour ces tensions, dont se plaignent à juste titre les juifs de France, de mieux faire respecter cet équilibre de la représentation. Mais comme vous l’avez fait remarquer ce soir là, les néos-aristocraties se forment là où il y a de l’argent à se faire. Et en France, on sait comment finissent les aristocraties.

Ce soir là sur France 2, Mme Balasko jurait ses grands dieux n’avoir jamais sollicité pour que sa fille soit employée. (sans remettre en cause le talent personnel de Marilou). Elle ne disait qu’une chose : “elle a fait un conservatoire d’arrondissement... puis elle a été naturellement refusée dans une grande école de théâtre, parce qu’ils trouvaient qu’elle manquait d’expérience, mais elle a été en même temps prise dans deux films, parce qu’elle avait du talent et qu’il fallait une petite grosse”. Merci Maman. Refusée pour manque d’expérience dans une école, mais déjà prise dans deux films...

Allez, Mesdemoiselles les jeunes actrices un peu rondes, séchez vos larmes, on a compris.



L’auteur, comédien athée d’origine catholique, tient à garder l’anonymat tant le sujet ici traité pourrait lui être dommageable. D’origine très modeste, formé pendant huit années, entièrement sur concours, dans les écoles publiques d’ art dramatique et lyrique, a pu décrocher, sans agent, deux castings entre 1991 et 1998, a joué quelques spectacles devant des salles vides, avec le tort d’être provincial, hétérosexuel, de ne s’être jamais livré aux turpitudes qu’on lui proposait, et surtout de n’avoir jamais eu l’occasion, lui non plus, d’être parrainé par qui que ce soit. Comme par hasard.




Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (101 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Canine Canine 2 février 2009 14:40

    Add on à la note finale de l’auteur :
    Les gens normaux n’intéressent jamais le monde du spectacle, à moins d’en être la caricature.



    Le plus insupportable dans tout ça, et ce en quoi ces nouvelles castes sont encore inféreures à la noblesse d’autrefois, c’est qu’ils n’ont même pas le courage d’avouer qu’il jouisse d’un statut privilégié.




    • LaEr LaEr 3 février 2009 09:38

      Noblesse sans honneur.


    • Guit'z Guit’z 3 février 2009 10:49

      Je dirais plutôt : aristocratie sans noblesse.

      Super papier, merci à l’auteur


    • LaEr LaEr 3 février 2009 11:12

      Plus juste, en effet  smiley


    • Walter SALENS Walter SALENS 2 février 2009 15:07

      Etrange article : depuis toujours des fils ou filles, qui ont baigné dès leur naissance, dans le métier de leurs parents et s’ils ont compétences ou envie, ils deviendront notaire parce que leur père l’était, médecins, business-man, politique, chanteur..... Avec talent ou efficacité, ils durent... dans le cas contraire, ils disparaîssent. Et dans le domaine artistique, ce sont les spectateurs, lecteurs, auditeurs qui soutiennent ou non.

      La référence à des populations suivant leur religion : je ne vois pas le rapport. Ou alors, une forme de non-acceptation de la diversité, historique ou récente.
      Walter


      • Yena-Marre Yena-Marre 2 février 2009 15:54

        Bonjour ,
        D’accord , le monde du spectacle n’est pas singulier dans la transmission des compétences , je suis moi même ébéniste , fils d’ébéniste .Ça n ’ est choquant que pour les fils et filles d’hommes politique . La liste est longue des successions dans ce domaine aussi , mais là pas de talent en question .


      • Gasty Gasty 3 février 2009 12:49

        Ce qui est dommageable c’est le verouillage des professions, pas de sang neuf et rien que du copiage et copinage. Pour certains c’est la continuité, pour d’autres un retour sur le passé recomposé au présent.

        Et sur le présentoire de la patisserie du fils qui a repris l’affaire du papa , toujour la même religieuse .


      • Emmanuel Aguéra LeManu 2 février 2009 15:55

        Article téméraire...

        C’était pourtant mal parti avec le portrait de Zémour, mais vous, comédien, écrivez très bien et traitez le sujet d’un façon limpide. Ils sont certainement nolmbreux dans les chaumières à se poser des questions en voyant défiler des dynasties d’hommes politiques, présentateurs, comédiens... Pas rassurant cette idée que tout est réservé d’avance à certains et pas à d’autres.
        Avant pourtant, dans les familles il y en avait toujours celui "qui a réussi", l’espoir voltairien, tandis aujourd’hui, pénétrer les mondes sacrés du foot, du cinéma, du pouvoir ou des médias, c’est à dire de la notoriété étalée que les pudiques autocritiques n’empêchent pas de s’ériger en modèles, relève d’un tel parcours du combattant que seules d’extraordinaires circonstances peuvent permettre à une graine de star de s’extirper de sa boue. Vos "...avancées sociales de l’intermittence du spectacle..." en feront certainement bondir plus d ’un, mais l’hypocrisie de l’hérédité de la notoriété n’échappe plus à personne, et les gesticulations des "nantis" pour justifier leur mérites sont flagrantes et peu en sont dupes, ronds-de-jambes télévisuels ou pas.

        Ces dynasties existent, et gangrènent le paysage médiatique avec la complicité plus ou moins inconsciente des médias, des Balaskos aux Sarkozys.

        Votre constat de "...l’extraordinaire exposition de la communauté juive..." va faire couler de l’encre. J’entends déjà le CRIF hurler à l’antisémitisme, et je comprends que vous ayez tenu à conserver l’anonymat... quoique. Le sujet est délicat car il s’agit alors de faire la part des choses entre le favoritisme confessionnel qui est alors réellement tout-puissant, et le mérite intellectuel, "ancestralement" abouti au sein de la communauté juive, ce qui biaise votre comparaison démographique chiffrée ; Comment ne pas trouver plus de candidats à l’élite dans cette frange sociale que dans les cités de Montreuil ?

        Une question reste et me taraude la tête, dans ce pays toujours aussi plein de privilèges...
        "Comment Zemour a-t-il pu poser une question débouchant sur un débat aussi vrai ?"


        • Absurde Absurde 3 février 2009 09:07

          "...nous sommes face à une extraordinaire exposition de la communauté juive dans l’audio-visuel français".

          C’est un constat que chacun peut faire. Mais le simple fait de suggérer qu’il puisse y avoir un système de cooptation sur des bases confessionnelles suffit à se voir taxé d’antisémitisme, alors même que la surreprésentation de la communaté juive dans l’audiovisuel, l’édition, la presse, le show-business en France est une évidence statistique, et qu’il serait un peu trop facile de taxer d’antisémitisme quiconque tirerait à partir de cette évidence statistique les conclusions que suggère inévitablement cette surreprésentation. 

          L’antisémitisme c’est tout autre chose, l’antisémitisme se fonde sur des thèses délirantes, sur des actes fous, sur une discrimination. Et le danger qu’il y a dans ce pays à se voir taxé d’antisémitisme à la seule évocation de la judeité, du simple fait de prononcer ou d’écrire le mot "juif", le risque de se voir traîné en justice par des associations procédurières (qui par ailleurs ferment les yeux sur d’innombrables autres formes de discrimination et d’exclusion), tout cela ne peut que desservir les intérêts de cette communauté. Cette communauté peut et doit être mise en accusation, s’il y a lieu de le faire, comme n’importe quelle autre communauté. Elle ne peut pas indéfiniment jouer la carte de la victimisation et instrumentaliser la Shoah pour répliquer à ce qu’elle considère à chaque fois, systématiquement, comme une agression de l’ordre du racial, dès lors que l’on pointe certaines évidences telles que celle, évoquée par l’auteur, qui trahissent plutôt une sorte de délit d’initiés, disons une contre-discrimination, ou une discrimination qui s’opèrerait dans le déni. 



        • Yena-Marre Yena-Marre 2 février 2009 15:57

          Bonjour ,
          Vous auriez pu nous éviter cette tête à claques pour illustration de votre article quand même !


          • Emmanuel Aguéra LeManu 2 février 2009 18:18

            C’est ce que je disais.


          • fhefhe fhefhe 2 février 2009 15:58

            Merci pour cet article.

            Les Fils et Filles "De"....ont toujours existé , mais il est , malheureusement , avéré que la "minorité" religieuse Française est représentée "majoritairement" dans la religion "Cathodique"....est-ce dû au fait qu’il ne peuvent idôlatrer une icône... ????

            Regardez ce qui arrive à Dieudonné...., comment sont silencieux les " BHL " sur l’Invasion du territoire palestinien.., des soirées ont été programmées aprés le décés du producteur "Berry", la liste de Schindler a été diffusée en plein conflit Israélo-Palestinien , et j’en passe....

            La "Communauté" du Sentier...ayant perdu la "Guerre du Textile" ( Le Soleil se Léve Toujours à l’Est...) garde l’Autoroute de l’Information "Culturelle"


            • Absurde Absurde 3 février 2009 11:52

              Je remarque que la LICRA, le MRAP et assimilés se sont montrés très discrets lorsqu’il a été question de créer un ministère de l’Identité nationale, et que leur discrétion est toujours aussi bruyante après plusieurs séries d’interventions musclées dont certaines se sont soldées par des morts d’hommes. 


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 février 2009 16:16

              Tout comme Zemmour qui posa la bonne question qui géne, vous faites là un constat qui géne tout autant, Fortunio.

              en effet, il ne suffit pas d’être fils de chanteur pour le devenir, car on le sait exactement dans ce cri primal qu’il va pousser à sa naissance. une belle brochette d’entre eux feraient bien mieux de confier leurs textes aux jeunes qui attendent. Renaud, ça passe encore, mais Delerm... ?

              Pour ce qui est des acteurs, tous ceux qui sont nés devant le poste et qui ont révé de le devenir font souvent de leur vie un spectacle tous publics. On les reconnais facilement au volant en ville. Ils braillent à qui veut les entendre...

              Moi-même, en sortant de l’Ecole, je ne savais que bien m’exprimer mais sur un pour cent des sujets. Tout le reste, je l’ai appris en discutant de longues soirées et en lisant à outrance. J’ai eu la chance de faire un an et demi dans l’entreprise familliale, qui s’est soldée par le meilleur bilan, mais ai été repoussé par les vautours de ce panier de crabe. Depuis, dans presque toutes les quarentes entreprises que j’ai pu fréquenter, je n’ai retrouvé que le même système où le plus incompétent et feignant était souvent le fils du patron, et parmi les autres des vautours influent jaloux qui n’hésitaient pas à leur lècher les pompes quitte à médire sur l’inconnu. J’ai éalement vu le contraire, c’est à dire des patrons qui prenaient leurs enfants pour des paillassons et les jetaient en pâture aux vautours de service. 

              Il y en a même qui croient que le coup du piston, ça veut dire se faire sauter et certains devancent l’appel...

              Ce système de fils de s’appelle le Népotisme, mais cela ne fonctionne que derrière des frontières étanches ou dans la sphère privée au titre du communautarisme. Ce qui serait interressant, c’est de savoir qui est scientologue au sein, par exemple, du paf, du gouvernement, des entreprises, des banques, car dans ces systèmes occultes et fermés, l’on ne peut entrer qu’après avoir adopté l’idéologie de la secte et rien d’autre.

              C’est vers cela que mène les privatisations, qui pour l’occasion pourraient bien s’appeler privations pures et simples...

              Rassurez vous, votre ton est dénué de tout affect et sagement déposé. Il n’attirera pas de colère et s’il fait mal à certains, c’est parce qu’il pose LA bonne question. Bien à vous, L.S.


              • Emmanuel Aguéra LeManu 2 février 2009 18:25

                ..."il ne suffit pas d’être fils de chanteur pour le devenir, car on le sait exactement dans ce cri primal qu’il va pousser à sa naissance"...

                Vous n’êtes mon cher, pas très loin des théories génétiques de ce bon Sarkoléon...


              • non666 non666 2 février 2009 16:20

                J’appaludis cet article des deux mains tant je partage les conclusions.

                Mais Zemmour , n’efleure que la partie emmergée de l’Iceberg

                Les "fils de" ont en effet toujours existé, dans toutes les professions.
                Mais dans celles ou on a besoin d’entregens, de complictés, de relais, encore plus.
                Ce n’est pas Jean Sarkozy , qui me dementira, lui qui ne doit qu’a son père le controle larvé qu’il etent sur le 92 , pour garder le controle de la cassette...

                Car dans le show biz , dans les medias, dans la com si des " mafias" existent, elles ne se limitent pas aux seuls "amis d’israel".
                Le lobby Homo aussi sait etre actif, sans pour autand etre capable d’imposer ses progenitures, et on comprends pourquoi...

                Mais derriere tout ca il y a une terible vérité qui est que les noblesses , les stauts de privilegiés tentent toujours de se consolider et de se renforcer, quelques soient les epoques et les pretextes.

                Regardez notre monde du travail.
                Regardez les mafias des "grandes ecoles".
                Pour etre au sommet des entreprises , pour avoir droit automatiquement a des trajectoires professionelles poussant vers les sommets, il faut "en etre".
                Les reunions d’anciens eleves expliquent très clairement la situation : en vous (vous qui etes de notre ecole) favorisant dans les entreprises ou nous sommes au sommet, nous valorisont aussi NOTRE propre cursus et notre rayonnement, expliquent ils sans sourire...

                Tout le système est vérolé en France parce que tous les lobbies poussent dans le meme sens.

                Voulez vous travailler dans les presses sans etre membre du "syndicat du livre" ?
                IMPOSSIBLE

                Voulez vous etre un chauffeur livreur surpayé en bossant dans les NMPP sans etre CGT ?
                IMPOSSIBLE

                Voulez vous etre docker, travailler au CE de la SNCF, d’EDF sans etre des "BONS " syndicats ?
                IMPOSSIBLE

                Voulez vous etre representant dans les chambres de commerce et d’industrie sans faire partie des "familles" d’initiés qui se partagent les postes depuis la Libération ?
                IMPOSSIBLE, vous n’obtiendrez meme pas les procédures pour vous presenter....

                Voulez vous etre trader dans une banque sans faire partie d’une grande ecole ?
                IMPOSSIBLE , ils ont auto-décidé qu’ils etaient les seuls competents pour faire cela...

                Alors au milieu de ça, il y a le monde du spectacle.
                Ses triches (on est solidaire mais on ne declare que le minimum en france pour toucher le maximum de droit chomage , le reste etant versé dans des paradis fiscaux)
                Tristes clown a la solidarité curieuse qui chante l’anti-racisme et pratique dans les faits ses propres solidarités raciales ethniques et religieuse.

                Alors Oui, la sociétés françai est victimes de ses conservatismes, de ses provilèges.
                Mais ceux qui essaient de nous e,n montrer du doigt en cachent tellement eux memes, que finalement, il faut se resigner. Il faut dresser des listes, quand ces privilèges nous apparaisent et attendre , patiemment, la nuit du 4 aout....





                 


                • appoline appoline 2 février 2009 20:34

                  J’ai beaucoup apprécié cet article, je vous remercie.
                  Josiane Balasko ne doit pas avoir l’oreille absolue sinon elle aurait vite perçu que son premier violon faisait couac sur couac. Ils voulaient "une petite grosse", la fille a au moins une raison de remercier sa mère.
                  Le talent n’est pas héréditaire, on le voit dans les entreprises qui périclitent une fois qu’elles ont été confiées aux rejetons. Ce qui leur manque ? La vache enrachée qui a fait grandir leur parent pour certains. La gueule, ils l’ont, mais les tripes, ils ne savent même pas que ça fait partie de leur anatomie.


                • Absurde Absurde 3 février 2009 09:20

                  Et puis il n’apportent rien de neuf, et à vrai dire personne n’est vraiment dupe... Questionnez des gens dans la rue, d’âge moyen, sur les acteurs qu’ils apprécient, vous entendrez les noms de Will Smith, Bruce Willis, Johnny Depp, Brad Pitt, Angelina Jolie, pas forcément ceux des fils et filles-de qui se passent et se repassent rôles et engagements et contrats pour des films, des téléfilms et de la variété et des bouquins qu’ils n’ont pas écrits, produits invendable passé les frontières de la franco-France... j’allais dire du périph’ extérieur. 


                • Zanini 2 février 2009 16:27

                  Les inconnus en leur temps dénonçaient déja ce népotisme communautariste dans leur sketch le Viking Andersen.

                  Aux Etats-unis ou la question des communautées est moins tabou qu’en France, il y a eu plusieurs études de scientifiques (juifs) de L’université de Washington sur le sujet.
                  En 1960 les juifs gagnaient en moyenne 20% de plus que les Américains blanc en 2002 c’etait 220% !
                  Les chercheurs n’ont pu trouver une cause scientifique a ce fait.
                  Meme en admetant qu’une supériorité intelectuel du fait de la tradition juive existe , cela n’explique pas la l’énorme progression entre 1960 et 2002 et comme cette tradition est moins présente dans les dernières génération mais pas la disparité de revenu, il est evident que la cause est ailleurs.


                  • jc 2 février 2009 16:42

                    Au père Lachaise vous avez loupé l’allée des dynasties de journalistes-éditeurs : Boissonnat, Hutin, Giesbert... Est-ce parceque il sagit là d’un métier facile ?


                    • Mifi 2 février 2009 16:42

                      aiaiaiaiaiaieeeeeee ! Faut pas le dire sinon tu vas avoir des ennuies. Je pense aux 2 petites chinoises que Johnny a adopté et qui vont me faire chier à mes vieux jours, et le petit Lulu qu’est-ce qu’il devient ? Putain d’angoisse qui monte qui monte....où j’ai mis la télécommande ? où j’ai mis mon flingue ? et ma boite de lexomil ? Que de questions en ce lundi.
                      Il est 16h40, je sors à 17h00, voila bientot 8 années que je me fais chier dans ce boulot de merde, et pas moyen d’en sortir. Pas facile à 52 ans et dans le contexte économique de ce siècle.
                      Le premier jour du reste de ma vie (par procuration), où est la caméra ?
                      Moteur.... ça tourne......action !


                      • Gasty Gasty 3 février 2009 13:02

                        Et les soirées OSCAR, CESARS, on sait pour ainsi dire les noms mais pas les dates. smiley


                      • Colure Colure 2 février 2009 16:45

                        Très bon article ! La liste des "filles" et des "fils de" est loin d’être exhaustive smiley


                        • denis84 2 février 2009 16:51

                          Concernant les enfants de stars du spectacle et de la politique,ils n’ont apres tout que le succès que le spectateur/auditeur/électeur veut bien leur donner.........

                          Comme disait Michel : si les gens ne l’achetaient pas,ça ne se vendrait pas !!!


                          • jef88 jef88 3 février 2009 12:13

                            FAUX !!!
                            Tu achète ce que te passent les chaines de télé ?
                            Ben oui l’audimat et alors................................


                          • bluelight 2 février 2009 17:10

                            Article qui résume très bien la situation .

                            Qui plus est cette pseudo-élite quand elle est incapable de créer adapte des recettes du passé : cf De Caunes et le film sur Coluche, Dutronc fils qui fait de la musique de vieux et n’invente rien ...

                            Le problème de fond c’est que ces métiers sont trop payés .

                            S’ils étaient moins payés ils seraient moins nombreux .

                            Un test très révélateur est de voir le nombre de footballeurs qui sont fils de footballeurs : très peu !

                            Sur un terrain il est difficile de tricher, ça se voit trop !

                            Comme pas hasard ...

                            Pourquoi une Marie Drucker d’autant plus arrogante qu’elle n’a aucun bagage intelletuel serait plus payée avec la redevance, les impôts des français, que le meilleur chercheur du CNRS ?

                            La pseudo République des castes trahit l’idéal méroticratique de la IIIe République .

                            La réforme consitutionnelle pourra permettre des référendum d’initiative populaire : qu’un référendum interdise les rémunérations indécentes dans le service public de TV et que les journalistes y soient moins payés qu’un prof agrégé qui lui a eu le mérite de travailler pour avoir son agrégation .

                            Que soient surtaxés les revenus des people et du show bizz .

                            Que soient drastiquement limités et contrôlés les budgets des politiques, de l’Elysée aux municipalités et conseils généraux et régionaux .

                            Si la soupe n’était pas aussi bonne il n’y aurait pas autant de népotisme, de copinage, de courtisanerie .

                            A l’auteur de cet article, connaissez-vous la phrase brillante de vérité de l’actuel président de la République qui candidat disait ’au fond, pour moi, de quoi s’agit-il, de changer de trottoir’

                            La politique c’est de la prostitution, dire aux masses ce qu’elles veulent entendre pour être élu .

                            Dans le dispositif les histrions et les people ont un rôle fondamental, endormir les masses, voilà pourquoi ils sont si bien payés, et les oligarques qui volent la richesse de la majorité peuvent dormir tranquilles .

                            Et leur bonne conscience de gauche caviar dans tout ça, comme celle d’un clown Clooney ?

                            C’est que la gauche caviar sert encore mieux les intérêts des super-riches et des pique assiette, car ça se voit moins qu’avec la droite bling bling qui assume le faire .

                            Or la discrétion est le plus sûr moyen de garder ses avantages .

                            Détourner l’attention de sa richesse insolente en adoptant des idées vaguement humanistes ...





                            • Absurde Absurde 3 février 2009 09:25

                              Bah, n’exagérons rien ! Le jazz manouche c’est pas tout neuf, il utilise ce créneau à la mode faute de savoir faire autre chose qui soit vraiment singulier. Qu’est-ce qui l’empêche, le fiston Dutronc, de prendre des risques ? de faire de la trip-hop sous un autre nom ? Sacha Distel, en son temps, s’était montré plus malin. Guitariste de talent à la base, il s’est produit sous son propre nom alors qu’il pouvait tout aussi bien reprendre le pseudo de son oncle célèbre (Ray Ventura). Résultat : il n’a dû sa notoriété qu’à lui-même. 


                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 2 février 2009 17:24

                              Salut Fortunio,

                              	 	 	 	 	 	

                               

                              Dans le cercle show-biz journalistique c’est une « épidémie »

                               

                              Un seul remède le boycott... mais pour cela il faut une certaine force de caractère... mais en générale leurs prestations sont tellement affligeantes pour ce qui me concerne,.... cela m’est très facile !

                               

                              @+ P@py

                               


                              • Nathan Nathan 2 février 2009 17:33

                                Je suis d’accord avec le premier commentaire. Je ne suis pas d’accord avec le dernier (mais je ne l’ai pas lu).
                                Sur l’aristocratie, je suis d’accord c’est mondial et c’est important de le savoir. Sur la phrase en gras, je ne suis pas d’accord.


                                • claude claude 2 février 2009 17:44

                                  bonjour,

                                  de tous temps, il a existé des dynasties professionnelles : boulangers, bouchers, plombiers de pères en fils ( et qui l’arborrent fièrement au fronton de leurs échoppes : "duponpain boulangers depuis"... ; "boucherie tartampion père et fils"... ), de paysans, d’éleveurs, de viticulteurs, d’horlogers...
                                  il y a aussi des dynasties de médecins, de juristes, de professeurs, de libraires...

                                  il y celles du cirque comme les grüss, les zavatta... et accessoirement celle des saltimbanques, musiciens, comédiens comme les brasseur , les sardou, les casadesus, les fratellini ,... et autrefois les hus, les lupino, les guitry, les arduini, les dux, les seigner, les chaplin...

                                  nougaro, lama sont des fils de chanteurs lyriques comme france gall (dont le papa n’était pas à l’ortf)...

                                  je sens comme une amerturme et une certaine aigreur dans votre article...

                                  il est certain que les enfants de la balle trouveront plus facilement leur place dans un univers qu’ils fréquentent depuis leur naissance. mais cela ne veut pas dire pour autant, qu’il réussiront à l’égal de leurs ainés.

                                  petite remarque : votre lien sur les scientifiques mène à un site qui semble être limite raciste... est-ce volontaire ? posez-vous la question de savoir ce qu’aurait été la science dans le monde sans l’apport de ces mêmes scientifiques...


                                  • claude claude 2 février 2009 19:21

                                    ps :
                                    il est plus facile de reprocher aux autres leur naissance et leur appartenance à une "soi-disant élite", que de reconnaître sa propre médiocrité !

                                    les posts qui s’égrainent tout au long de ce fil le prouvent : pas un seul qui ne soit documenté, ni argumenté !
                                    ce ne sont sont que des récriminations contre des personnes qui font leur métier, certes avec plus ou moins de talent, mais qui avant tout bossent, même s’ils n’ont pas été des lumières en classe ...

                                    les arguments sont avancés à l’emporte pièce sans s’appuyer sur des éléments qui peuvent être vérifiés.
                                    cela tient avant tout du ragot et de la jalousie, en oublaint que pour se maintenir là où ils sont, ceux à qui on jette la pierre sont des personnes qui travaillent beaucoup.

                                    • Les Debré sont une famille française qui a donné au XXe siècle plusieurs médecins, trois hommes politiques (dont un Premier ministre) et un peintre connus. En outre, sans porter lui-même le nom, un mathématicien célèbre, Laurent Schwartz, était lui-même « doublement Debré » par ses ascendances paternelle et maternelle.
                                    • marie drucker a commencé par le bas de l’échelle, et elle a fait un long parcours dans l’ombre et travaillé sur de nombreuses émissions, avant de présenter son 1° journal... " ... des études de Lettres modernes à la Sorbonne dont elle est licenciée. Elle est diplômée du CFPJ comme journaliste reporter d’images et monteuse. Dès 1994 et jusque 1997, elle travaille comme pigiste pour « Le Figaro », « Réponse à tout », « Questions de femme » et « Elle ». Elle officie brièvement à la radio en 1995, en animant « Les nouveautés du disque » sur Radio Classique. Marie Drucker travaille également, de façon permanente après 1997, pour l’agence CAPA. Elle se lance alors dans l’audiovisuel et travaille pour l’émission « Qu’en pensez-vous ? » diffusée sur Canal . Après 1998, elle s’occupe de reportages pour l’émission « Paroles d’expert » et co-anime « Rince ta baignoire » en juillet et août 1999 sur France 2.(...) "
                                    rien ne vous oblige à aller voir les films, pièces, regarder les émissions, lire les bouquins, articles ; écouter les chansons des "fils et filles de..."
                                    • virez de vos discothèques et bibliothèques les oeuvres des bach , des strauss,d’ anette haas et de michel berger, georges et antoine duhamel, d’alexandre dumas pères et fils,
                                    • des frères gerschwin, prévert, goncourt, grimm, des soeurs brontë, de la famille mann...
                                    • ocultez le travail de la (entre autres) famille curie (4 prix nobel : père, mère et fille+gendre ) ;
                                    les chiens n’engendrent pas des chats...

                                  • Absurde Absurde 3 février 2009 09:36

                                    Ouais, mais la fille Drucker, si elle est si brillante que ça, aurait aussi bien pu faire de la recherche scientifique. Plus facile pour elle d’opérer dans l’audiovisuel... au détriment sans doute d’une ou d’un non-coopté qui aurait eu envie de proposer autre chose au téléspectateur, une vision différente. Notez que le fils de Funès est médecin. C’aurait été facile pour lui de faire l’acteur mais il a préféré soigner ses contemporains. Prendre des risques, quoi. 

                                    Sur les Debré, c’est une vielle ligrée comme la France en fabrique depuis le Moyen-Age, sachant que ce pays n’est jamais sorti de la féodalité, et cet article le montre bien. Les derniers rejetons profitent de la notoriété du premier. Cela prouve quoi ? Qu’ils sont bons ? Non. Qu’ils ont un nom, point barre. 


                                  • Absurde Absurde 3 février 2009 12:09

                                    Tiens, dans la foulée, savez-vous ce qu’on dit de Franck Fernandel à Marseille ? 
                                     "-Té, Papa il a travaillé, et moi, peuchère, j’ai pris la retraite !"

                                    Comme quoi, ça ne marche pas à tous les coups. Et quand Franck Fernandel (qui arrondissait la retraite de son défunt papa en cachetonnant dans de confidentielles émissions de la télé régionale où il venait faire son pître à casquette devant un verre de pastaga sur fond de chant de cigales) a essayé, il y a une vingtaine d’années, de lancer son neveu dans la chansonnette, ç’a été un flop calamiteux. Pour ce que l’on en sait, le pauvre grosse en est sorti très perturbé, et au bout du compte il a repris le patronyme familial, Contandin, pour se consacrer à tout autre chose. 

                                    Le fils Ferré aussi fait dans l’héritage, comme libraire, éditeur, dépositaire du patrimoine artistique laissé par son père. Mais il fait ça dans la discrétion et on ne peut pas dire que ça lui rapporte beaucoup d’argent. S’il avait voulu faire chanteur, c’est certain qu’il aurait pu. Mais à côtoyer un type comme Ferré depuis sa naissance, on en devient peut-être plus intelligent, plus lucide, plus exigeant. 

                                    L’art et l’expression en général, et leur façon de le pratiquer, étaient d’une tout autre tenue jadis. Aujourd’hui on fabrique des produits et on s’érige soi-même en produit. Au final on ne fabrique que du sous-produit. 


                                  • claude claude 3 février 2009 18:20

                                    @ absurde

                                    si c’est plus facile que cela d’avoir une licence de lettres et un diplôme de l’école de journalisme, pourquoi ne les possédez-vous pas ?

                                    quand aux debré, il y a quand-même, en activité, un magistrat et des médecins dont un professeur chirugie, un médecin immunologue, des avocats et professeurs universitaires....

                                    petite question : si par vos relations vous pouviez favoriser la carrière de vos enfants, ne le feriez-vous pas ?
                                    nous connaissons tous des personnes qui sont intervenues pour "pistonner" le fils ou la fille d’un ami...mais quoi qu’il en soit, si ceux-ci n’ont pas de solide formation, il leur sera difficile de trouver un job.

                                    si mon père avait été millionaire, je ne serais pas en train de tirer le diable par la queue...

                                    avec des si, on peut mettre paris en bouteille !

                                    les personnes qui dégoisent le plus sur "la chance" que les autres auraient, sont souvent ceux ont le plus une tendance à être assistés : rien n’est de leur faute, c’est toujours parce que les "autres auraient été aidés", ils ne sont que des "victimes" de la société... c’est plus facile à gérer qu’à se remettre en question et mesurer ses propres faiblesses.

                                    la vie est une bagarre continuelle, et les personnes qui ont du talent, issus de dynasties ou non, réussissent toujours dans la vie


                                  • Christoff_M Christoff_M 3 février 2009 21:16

                                     non je ne favoriserais pas la carrière de mes enfants mais je ferais en sorte de les pousser dans leurs études et de les rendre autonome...

                                    le piston ça n’épanouit pas la personne concernée, il vaut mieux rentrer à un poste pour ses compétences, sa valeur, par tests, nous faire croire qu’il n’y a que le piston qui marche, c’est encore une fois de l’intox d’une communauté qui marche par réseaux et communication et qui veut imposer ses coachs et sa façon de faire pour imposer des "services" qui n’en sont pas et qui sont surfacturés...

                                    ou est l’esprit critique et le bon sens français !! si nous ne faisons rien nous aurons des coachs pour faire du sport, pour partir en vacances, pour rencontrer en groupe.... comment transformer les français en des moutons démédulés et vaches à lait d’une communauté qui impose ses services ses tarifs, l’audio visuel et le cinéma sont des preuves flagrantes pour ceux qui ne sont pas encore démédulés par la propagande des pistonnés planqués dans le système....


                                  • Helena 4 février 2009 09:06

                                    Sur marie drucker qui fait croire qu’elle a commencé au bas de l’échelle c’est de l’illusionisme...Son "ascencion a été tellement figurante qu’il n’y a plus lieu de se poser la question de savoir si elle appartient à un lobby ou non..A combien s’élèvent les jeunes journalistes, artistes, animateurs TV , etc, ryc, tamentueux , méritants mais qui ne verront jamais la "lumière du jour" tout simplement parce qu’ils n’appartiennent pas à ce lobby.
                                    A t-on remarqué que depuis quelque temps, c’est en toute arrogance , sans honte ni vergogne qu’un plateau de télé est à presuqe 100% juif ? Ils présentent l’actu, font le débat, ils sont "communicants", économistes, "experts"....Non pas qu’ils soient plus compétents ou plus performants que la moyenne mais ils sont tous simplement pistonnés, voir "imposés"


                                  • bluelight 2 février 2009 17:45

                                    J’ai dernièrement remarqué, qu’après le fils à Debré reporter sur TF 1, c’était le petit dernier, le fils De Chalvron, reporter sur France 2 ...


                                    • jakback jakback 2 février 2009 17:47

                                      Bel article, qui souligne parfaitement le fossé qui sépare les initiés, de la population. Curieusement, la ou le talent est directement mesurable par le plus grand nombre, les fils et filles de .. sont réduits a la portion congrue, le sport de haut niveau, ou le nom n’est surtout pas un badge d’accès a la gloire et a la fortune.
                                      Quand au métier d’acteur, Coluche disait vous appelez ça un métier ! moi j’appelle ça une escroquerie.


                                      • roblin 2 février 2009 18:06

                                        Je pense que cet article intéréssant meconnais une réalité : l’enfant devient comme ses parents, si beaucoup d’enfants d’artistes choisissent ce métier, c’est parce qu’ils ont appris ça très jeune, de leur propre parents, c’est ce qu’ils peuvent faire comme métier, avec ou sans l’appui de parents connus, beaucoup d’enfants inconnus se tourne aussi vers ce genre de métier.

                                        Il n’y a donc pas que le fait que ce soient des enfants d’acteurs reconnus dans le métier ou d’autres formes d’art. Si les enfants d’artistes deviennent artistes eux aussi, font comme papa et maman, ce n’est pas parce que c’est plus facile pour eux non pas dans le sens ou ils sont pistonnés, mais parce qu’ils ont appris ça de leur parents, comme les parents et adultes violents ont appris la violence dans leur enfance, ceux ci ont appris à être artistes, peut être plus ou moins doués, mais c’est aussi là une affaire de gouts, certains détestent des aliments que d’autres adorent !

                                        On sait bien que les enfants qui pratiquent une activité très jeune, artistique ou sportive devient plus facilement très doué dans ce domaine. C’est la même chose avec des activités non connues, on sait bien que les enfants d’enseignants réussissent mieux à l’école, et avant on reprenait le métier de papa et maman, aussi parce qu’on avait appris d’eux à le faire.


                                        • Jovial Jovial 2 février 2009 18:23

                                          Faites la même analyse dans des "vrais" sports populaires du genre athlétisme ou football et vous verrez que les cas de dynastie familiale sont extrêmement rares (parfois un petit-fils ou un cousin d’un champion devient champion à son tour, mais ça ne va pas plus loin). Pourquoi ? Parce que les critères de jugement sont totalement objectifs et que l’activité est accessible à tous.
                                          Excellent article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès