Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’autre Ilan Halimi

L’autre Ilan Halimi

Le retour de Youssouf Fofana va permettre aux médias de prospérer dans la déferlante de commentaires sur le meurtre d’Ilan Halimi.

Mais, un autre assassinat, avec « extorsion suivie de mort et acte de barbarie », selon le qualificatif juridique, est, bien étrangement, passé quasi inaperçu, n’a pas suscité d’émissions spéciales ni mobilisé les foules, communautaires ou pas. La victime, Benoît Savéan, avait 54 ans, salarié chez PSA et habitait Audincourt, une paisible commune du Doubs. Ses agresseurs, cinq hommes et une femme, en voulaient à l’argent qu’il n’avait pas. Ils ont été arrêtés et sont mis en examen.

Etrange similitude entre ces deux tragédies. Pourtant celle-ci restera cantonnée dans les fais divers, alors que celle-là est devenue un fait politique interpellant les plus hautes instances de l’Etat.

Ilan Halimi était juif. De son « collègue » supplicié nous ne savons rien, rien de ses convictions religieuses, peut-être n’en avait-il aucune, mais l’enquête a établi qu’il « est mort de strangulation, de traumatismes au crâne, d’enfoncements de la tempe et du thorax. Son visage était méconnaissable, ses oreilles arrachées.  » Le crime est horrible. Il n’a suscité ni compassion, ni discours du Premier ministre, du Garde des sceaux ou du ministre de l’Intérieur. Aucun dîner n’a été donné afin d’interpeller notre aréopage politico-médiatique sur les motivations de ses assassins.

Pour Ilan Halimi, les juges d’instruction ont retenu la possibilité (lire à ce sujet l’excellent article de Pior Smolar dans Le Monde) d’une circonstance aggravante antisémite qui, à ce jour, n’est pas encore confirmée. Sans l’indiscrétion de Pascal Clément au cours de la soirée du CRIF et sans l’interpellation de Dominique de Villepin par Roger Cukierman, il est quasi certain que la mort de ce jeune aurait suivi le même sort que celle de Benoît Savéan.

C’est dire combien nous vivons dans une parfaite banalisation de la violence à laquelle renvoie un racisme ordinaire dont l’antisémitisme serait le maître étalon. Au point que les organisateurs appelant à la manifestation de dimanche 26 février n’avaient pas craint de faire un parallèle avec celle de 1990, ayant réuni un million de personnes, François Mitterrand à leur tête, pour protester contre la profanation du cimetière juif de Carpentras. A l’époque, à s’en tenir aux faits, le crime antisémite était patent, prémédité, revendiqué. Pour le « gang des barbares », il reste à prouver. Or, à vouloir entretenir l’amalgame, on risque, aussi, sur ce point, d’instiller une insupportable banalité.

Retrouver l’unité sociale

L’un des devoirs impérieux de nos dirigeants est de s’atteler à reconstruire une conscience collective, et non de tolérer, voire de favoriser, un communautarisme, cause de tous les antagonismes générant des racismes catégoriaux. Ainsi, à l’antisémitisme répondrait l’islamophobie. Le racisme anti-noir produirait son corollaire, anti-blanc, un temps stigmatisé dans le meurtre de ce gendarme à Saint-Martin, puis abandonné devant les premières conclusions de l’enquête.

Au bout du compte, c’est l’unité même du corps social, et la singularité des hommes le composant, qui sont menacés.

Il faudrait un jour s’arrêter de penser en terme de juif, de musulman, de noir, de blanc, de chrétien, de percevoir l’étranger, non comme un apport de richesse et d’espérance, mais comme l’ennemi cause unique de tous nos maux parce que, tout simplement, différent.

A cet égard, mettre en exergue, dans le meurtre d’Ilan Halimi, l’acte antisémite doit nous inciter à la critique de nous-mêmes.

Dans Peaux noires et masques blancs, qu’il écrivit après avoir lu Réflexions sur la question juive de Sartre, Frantz Fanon

relate une conversation entretenue, dans un train, avec un ivrogne tenant des propos radicalement antisémites. Il en déduit qu’il faut associer antisémitisme et négrophobie (nous pourrions aujourd’hui tout aussi bien y ajouter l’islamophobie) :

« De prime abord, il peut sembler étonnant que l’attitude de l’antisémite s’apparente à celui du négrophobe. C’est mon professeur de français, d’origine antillaise, qui me le rappelait un jour : "Quand vous entendez dire du mal des Juifs, dressez l’oreille, on parle de vous." Et je pensais qu’il avait raison universellement, entendez pas là que j’étais responsable, dans mon corps et dans mon âme, du sort réservé à mon frère. Depuis lors j’ai compris qu’il voulait tout simplement dire : un antisémite est forcément négrophobe. »

Et il précisait : « Chacun de mes actes engage l’homme. Chacune de mes réticences, de mes lâchetés manifeste l’homme. »

L’essentiel n’est pas qu’Ilan Halimi soit juif et non Benoît Savéan. Le crime dont ils ont été les victimes est ignoble, pour tous les deux, et toute hiérarchie serait insupportable. L’important n’est pas que des agresseurs de l’un soient musulmans et ceux de l’autre pas. L’horreur de leurs gestes les condamne, tous, de même manière.

Finalement, il n’y a pas de race, de couleur, de religion, mais des singularités et à chaque fois « tout un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui. » C’est à cette seule condition que nous pourrons renouer avec le « vouloir vivre ensemble » cher à Hannah Arendt.

Si tout antisémite est islamophobe, l’inverse est également vrai. Le racisme ne se divise pas, il détruit l’homme dans sa totalité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (116 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • JHON (---.---.34.95) 8 mars 2006 12:49

    Je pense que l’on pourrait dire la même chose au sujet de cet homme tué sous les yeux de sa femme et de ses enfants pendant la crise des banlieues pour avoir voulu photographier un lampadaire.Ce crime a eu infiniment moins de retentissement médiatique que celui d’Halimi. En faisant une distinction implicite entre les meurtres selon l’origine raciale de la victime, notamment lorsqu’elle est juive, ne risque-t-on pas d’encourager le racisme,les français d’origine bretonnes ou berrichonnes ayant l’impression d’être considérés comme des citoyens de seconde zone ?


    • H2D2 (---.---.255.244) 8 mars 2006 16:58

      tout à fait d’accord ! ! !


    • saadi yacine (---.---.6.187) 8 mars 2006 12:53

      le crime est un crime, les motivations sont secondaires Que la victime soit juive chretien ou musulman c’est la même chose, c’est l’acte en lui même qu’il faut voir. Certe en France la question juive reste sensible, c’est normal, la souffrance est encore vivace et la cicatrice sur le front de l’humanité ( Shoa) ne partira si tôt.


      • DAVID (---.---.118.2) 8 mars 2006 13:18

        N’oublions que l’affaire ilan Halimi est une bavure policiere car il y a eu silence sur cette affaire pendant trois semaines. A vous d’en jugé


        • c florian (---.---.200.77) 8 mars 2006 21:36

          on aurait du envoyer fbi portés disparus pour le sauver ! vous devez surement mieux que la police quoi faire lors d’un enlèvement et d’une demande de rançon.


        • Patrick EMIN (---.---.235.138) 8 mars 2006 15:59

          Un homme de 54 ans, enlevé il y a une semaine à Audincourt (Doubs) pour son argent, a été retrouvé mort. Il aurait succombé aux coups de ses kidnappeurs. Six suspects sont en garde à vue. Le procureur de la République de Montbéliard, François Pucheus, a rejeté toute analogie avec le gang qui a enlevé Ilan Halimi. Effectivement, il faudrait vraiment avoir l’esprit tordu pour voir un quelconque rapport entre l’enlèvement pour son argent, la séquestration, la torture et le meurtre d’un juif et l’enlèvement pour son argent, la séquestration, la torture et le meurtre d’un non juif. Il y a une énorme différence, je vous le concède, c’est le mot « juif ». C’est cette différence que tout être humain normalement constitué se doit de réduire pour l’avènement de l’égalité entre citoyens, guidé par notre « Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen » et son article premier :

          Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.

          Va-t-il falloir modifier cet article premier de la façon suivante :

          Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.

          Il semble que oui, l’homme de 54 ans retrouvé mort dans les même conditions qu’Ilan Halimi n’avait pas le mérite d’être juif. L’annonce de sa mort est classée dans la rubrique « faits divers » sur le site de TF1...


          • H2D2 (---.---.255.244) 8 mars 2006 17:03

            Vous au moins vous etes objectif !!

            Merci


          • Platon (---.---.121.103) 9 mars 2006 17:17

            Un crime n’a ni couleur, ni religion. C’est odieux. Il doit etre puni ! Punissons tous les crimes sans exception !


          • Gil (---.---.93.79) 11 mars 2006 14:32

            Quelle est la « modification » apportée à l’article premier ?


          • IMINOREG IMINOREG 8 mars 2006 17:29

            Cela laisse effectivement l’impression qu’en France, il y a deux poids deux mesures : le crime sordide exploitable politiquement et le crime sordide, simple fait divers isolé.

            Je me demande pourquoi la France cède à cette sauvagerie du crime crapuleux. Je comprends également que les pressions de la communauité juive et l’indignation légitime suscitée par un tel crime odieux permettent à certains une récupération politique médiatique.

            Je trouve les deux affaires également inqualifiables. Merci de nous en faire part.

            J’apprécie vos interventions.


            • dodo (---.---.170.81) 8 mars 2006 18:39

              que se passe t il ? pourquoi tout ces commentaires ? pourquoi ne doit on pas dire que le meurtre d’ilan est un meurtre antisémite ? cela vous fait peur ? cela rappelle des souvenirs à certains ? et bien moi, en tant que française de religion juive, oui j’ai peur depuis qu’ilan et mort et depuis que d’autre se font agresser gratuitement simplement parceque juif !!! et je ne fais pas de communautarisme, il faut arrêter avec ce grand slogan idiot, j’ai simplement peur pour mes enfants qui ressemble étrangement à ilan, à qui j’interdis maintenant de porter des signes extérieurs de religion, j’ai peur simplement qu’on ne les agresse gratuitement parcequ’ils ont un air juif, vous direz ce que vous voudrez, mais nous sommes des citoyens français très bien intégrés ici, et nous avons le droit de défendre nos idée, notre communauté parce que justement nous sommes en france et que nous sommes extrêment solidaires. alors au lieu d’invoquer des balivernes, que toutes les communautés en france apprennent des juifs leur solidarité, et que chaque fois que leurs droit sont bafoués en france, qu’ils alertent l’opinion, main dans la main et qu’ils fassent comme font les juifs de grandes manifestations PACIFISTES pour dénoncer l’horreur.


            • c florian (---.---.200.77) 8 mars 2006 21:41

              oui réagissons par le communautarisme à la violence et à la barbarie ! au lieu d’être solidaire avec tous les membres de notre société, ne le soyons qu’avec ceux de notre communauté. mais alors il faut que je m’en trouve une vite fait, sinon je pourrais me faire torturer et tout le monde s’en foutra.


            • misterachel (---.---.80.150) 9 mars 2006 01:16

              madame , cet article est bien écrit et ne devait pas donner prise à des steriles polemiques comme celle que vous entamez avec l ’hysterie qui est coutumiére aux semites . il montre qu ’il n ’existe pas de hierarchie dans les crimes , et qu ’actuellement des qu ’un juif est moleste ca fait les choux gras de la presse et des politiqques de tout bord , ce qui n ’est pas le cas des « banales victimes »

              Votre emportement ne plaide pas pour la paix sociale , ni pour la securité de vos etres chers

              je note qu ’une fois de plus une francaise se presente francaise d ’origine juive , ce qui me choque à chaque fois . Vous avez le chic pour associer religion et nationalité dans tout propos , ce qui ne devrait pas etre possible dans notre etat laic

              moi je suis francais d ’origine protestante .. est ce que je le met en avant dans chaque phrase ??

              Arrtez de brandir votre religion, que par ailleurs je respecte , pour vous plaindre à chaque fois .. c ’est usant et totalement improductif ..

              Bonne soirée


            • Daniel Bainville-Latour (---.---.220.172) 9 mars 2006 11:12

              Je soutiens le bon sens du commentateur protestant. Etant moi-même catholique, ayant passé ma jeunesse dans un quartier ou les juifs étaient nombreux ( ashkenazes, il est vrai ) , je n’avais alors jamais ressenti d’ambiance « antisémite ». Mes camarades étaient comme moi, à cette différence qu’ils n’allaient pas au catéchisme et c’est là que nous découvrions qu’ils allaient à la synagogue, sans que cela ait la moindre conséquence. Il est vrai que je n’ai jamais alors vu quiconque exhiber une kippa, entendu parler de « communauté », des exigences de la kashroute ou du shabbat. Mes camarades venaient à l’école le samedi, comme tout le monde, si l’on peut dire.

              Force est de constater que les choses ont bien changé. Je pense qu’en s’affichant comme une communauté qui entend monter en puissance et en influence, les juifs de France suscitent des tensions et des hostilités, comme c’est le cas également des musulmans, comme ce serait le cas des catholiques (imagine-t-on les réactions et les quolibets que susciterait un catho déambulant avec sa croix ostensiblement apparente et son missel à la main ? J’entends d’ici les croa croa...

              Et, peut-être des réactions encore plus hostiles de certaines communautés. Les prêtres, eux-mêmes laissent la soutane au presbytère.

              J’ai d’ailleurs fait l’expérience désagréable, alors que je m’étais rendu dans un espace kasher, d’être , mine de rien, insulté en arabe par un des vendeurs qui croyait que je ne comprendrais pas.Comme quoi, un goy n’est pas forcément bien reçu dans la communauté, lorsqu’il espère y trouver du slivovice et de l’eau de vie de Dantzig.

              L’évolution est d’autant plus dangereuse que fondée sur des mythes. Par exemple, pour qu’il y ait « antisémitisme » et « antisémite », encore faudrait-il qu’il y ait « sémitisme » et « sémite ». Or, on ne trouve aucune trace de « sémitisme ». Quant à « sémite », s’il désigne les communautés qui parlent les langues sémitiques, il faut y inclure, entre autres, les populations arabes.

              Et pour rappeler l’auteur du « zéro et l’infini », « la tour d’Ezra », lui-même juif hongrois, les ashkenazes ne sont pas des sémites...

              Remettons les choses à plat et réhabilitons la tolérance réciproque, s’il est encore temps.

              Et n’exploitons pas Ilan, dont on n’a pas entendu dire s’il était pieux ou observant. Respectons le, tout simplement et en toute pudeur.


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 mars 2006 17:02

              Je pense que vous vous méprenez sur le sens des propos de Monsieur Allemand : il ne s’agit pas de refuser toute solidarité vis à vis de personnes victimes d’actes antisémites, mais il s’agit de refuser de ne penser la solidarité qu’en termes communautaristes et de l’accorder à tous, juifs ou non juifs, sans discrimination, et, à cet égard, on n’a pas à choisir entre l’antisémitisme et l’islamophobie pour faire montre de solidarité.

              Sinon cela voudrait dire que je ne devrais me sentir solidaire que des athées attaqués pour leur athéisme. Ce qui serait, au regard de l’universalité du droit et des valeurs, comme on dit, de la démocratie républicaine, précisément injuste.

              Ceci dit, que l’émotion soulevée pas ce crime crapuleux dont le caractère antisémite est probable, est aussi, compte tenu de l’histoire, plus intense chez les juifs se comprend tout à fait. Et cette compréhension je peux aussi la faire mienne.


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 mars 2006 17:05

              Que l’émotion soit et non pas est (c’est l’émotion...)


            • dodo (---.---.170.81) 21 mars 2006 10:47

              réponse à Alexandre, Après avoir lu toutes les remarques sur le meurtre d’Ilan Halimi, je constate en effet, que cela dérange certains de dire que c’est un crime antisémite. Si la communauté juive a réagi de cette façon à l’annonce de ce crime, c’est simplement suite aux informations diffusées sur les chaines de télévision. On a pu écouter le message du kidnappeur qui présentait l’otage, non pas comme « une personne » qui aurait été séquestré pour obtenir de l’argent, mais comme « un juif » (cf message envoyé au Rabbin ami d’Ilan). Alors, je pose la question : est ce que les jeunes barbares qui ont enlevé et torturé cet homme de 54 ans ont annoncé qu’il le détenait parcequ’il était « chrétien » ou autre ? Ces deux crimes horribles ont été commis par des barbares, des monstres dans le but d’obtenir de l’argent. C’est donc bien l’argent le motif des deux crimes. Mais ce qui est antisémite dans le crime d’Ilan, c’est simplement le fait de considérer que séquestrer « un juif » est plus « rentable » parceque bien sûr « les juifs ont forcément de l’argent !!! » (slogan antisémite largement diffusé durant la seconde guerre mondiale) ou que la communauté juive est tellement solidaire qu’elle paiera.

              Les auteurs de ces deux crimes devront répondre de leurs actes devant la justice, et seront condamnés pour tous les faits dont ils seront accusés, y compris pour antisémitisme si le fait est prouvé.

              Je souhaite que tous les français de quelque religion qu’ils soient,vivent en paix en France, qu’ils pratiquent leur religion librement dans leurs lieux de cultes et dans leurs foyers, et qu’ils ne soient plus agressés du fait de leur religion, ni même d’aucun autre fait d’ailleurs.


            • (---.---.236.179) 8 mars 2006 21:06

              Banalisez, banalisez, il en restera toujours quelque chose... Appeler les mânes de Franz Fanon pour donner l’onction tiers-mondiste à cette banalisation est une erreur de casting évidente. Sait-on ce que dirait Franz Fanon aujourd’hui, devant la montée de la barbarie et des intolérances ? Peut-on se faire ainsi son porte-parole post-mortem ? Le monde d’aujourd’hui ne ressemble en rien à la période de décolonisation durant laquelle il s’est exprimé. Le meurtre d’Ilan Halimi est un crime du début XXIème siècle, un crime de la barbarie à connotation éminemment raciste puisque, selon les dires mêmes de ses auteurs, la victime a été choisie en fonction de son patronyme. Or ce patronyme était celui d’un juif censé bénéficier de la solidarité de sa communauté. Tout autre considération n’est que l’aveu d’un malaise certain devant cette monstrueuse réalité.


              • frombenny (---.---.112.140) 8 mars 2006 23:17

                Attention, dans la presse, une information doit se vendre. Plus de gens achètent le journal plus on vend cher les pubs..

                Pour cela, on joue sur l’émotion. La peur est une émotion beaucoup plus simple à obtenir que la compassion..

                D’autre part, on joue sur l’identification. Un père de famille de 53 ans, peu de gens peuvent s’identifier à lui. Par contre, le possible anti-sémitisme, c’est plusieurs centaines de milliers de personnes qui peuvent se sentir attaquées dans leur identité, comme un viol moral,..

                De plus, si il y a identification d’un nombre important de gens, les politiques s’en mèlent forcément. C’est dans leur boulot quotidien qui est d’avoir de la compassion pour tout ce qui peut toucher leurs électeurs.

                Ca y est l’évènement (à différencier du fait qui est le crime de départ) est créé. On a un débat de société où tous les comèrages style « café du commerce » vont bon train.

                On manifeste contre des choses qui ne sont étayées par aucune preuve fiable. (attention, un journaliste est trop souvent évasif sur ses sources : « des personnes proches de l’enquête », qui ? la femme de ménage ? un policier qui aura entendu 20 secondes de conversation sur 10 heures d’intérrogatoire ?)..

                On a ici tellement de choses ressemblant aux recettes de la télé réalité que s’en est affligeant !

                Et c’est grave car de jeunes ados en profitent pour faire des conneries « à la mode », soit en quête de notoriété facile, soit comme un acte parmi d’autres de leur crise d’ado (qui s’opposent à la société comme ils s’opposent à leurs parents à cet âge là).

                La notoriété sur ce genre d’affaire n’est certainement pas un remède, en tout cas, à mon avis.


                • (---.---.192.2) 8 mars 2006 23:49

                  Vous connaissez l’histoire d’un homme qui dit a un ami « demain on va tuer les juifs et les coiffeurs » et son ami repond « pourquoi les coiffeurs ? ».

                  Toutes ces morts sont atroces et terribles, que ce soit celle d’Ilan, celle du photographe durant les emeutes dans les banlieus, celle de cet homme d’affaire de 54 ans. On devrait descendre dans la rue a chaque fois.

                  Cependant il faut pas oublier que depuis 5 ans il y a une recrudescence des actes antisemites, des propos, des insultes, diffamations, attaques plus ou moins violentes et meme mort d’homme. Vous parlez de faits divers non mentionnes par la presse, que pensez vous de Sebastien Selam, 23 ans, tue par un musulman il y a deux ans ? Qui en a parle ? Le meurtrier retournant chez sa mort en criant « j’ai tue mon juif, je vais aller au paradis ».

                  Que dire de ces aggressions recemment en banlieu parisienne, a Lyon, et meme a Paris. Des rabbins attaques, des jeunes insultes et attaques, etc etc...

                  Les juifs representent 1% de la population francaise mais bien au dela quand on repertorie les aggressions.

                  Il n’y a pas deux poids deux mesures, les juifs aimeraient d’abord qu’on leur foute la paix et qu’ils ne soient pas victimes de crimes bien plus frequement que le reste des francais.

                  Bien entendu il convient de condamner tous les crimes. Celui contre Ilan fut barbare. La communaute juive n’exploite rien dans ce crime, elle le denonce et le deplore. Pourquoi attaque t-on plus de juifs en France que de francais non juifs ? Je regrette une chose au niveau de la manifestation. Je regrette que la majorite des gens dans la rue furent juifs. Je prefererai que les francais qui se sentent concernes et qui ne sont pas juifs descendent dans la rue pour crier leur colere.

                  On pourrait meme voir un plus grand nombre de francais manifester contre cette violence barbare qui touchent tant de francais, juif ou pas. Mais ne pas voir d’antisemitisme en France aujourd’hui est un signe de naivete, d’aveuglement ou de refus de voir la verite en face. Il ne sert a rien de ne voir que ce que l’on souhaiterait voir. Il y a malheureusement de l’antisemitisme en France, de la haine contre des individus du fait de leur religion. Cela ne fait qu’attenuer la gravite du crime contre Ilan. Il a ete sequestre et massacre par un gang qui visait en priorite des juifs. Cela suffit pour denoncer l’ignominie de ce crime. Il n’est pas unique en France, mais il est unique dans le fait que l’appartenance a une religion a amplifie la barbarie a son encontre.

                  Je denonce ici tous les crimes mais il ne faut pas s’imaginer que les juifs beneficient de privileges dans la douleur. Les juifs prefereraient etre oublie un moment par leurs bourreaux, qu’ils soient islamistes ou neo nazis.


                  • yomesay (---.---.55.251) 9 mars 2006 10:06

                    Ce qu’a subi ce pauvre Ilan est monstrueux et barbare et j’encourage quiconque à descendre dans la rue pour se battre contre toute forme de rascisme.

                    Il est clair qu’il est malheureux que ca soit à majorité une population juive qui ai manifésté alors que chaque individu aurait du se battre et se révolter contre ce crime odieux.

                    Ceci dit, je ne suis pas sure que la population juive se serait déplacée aussi nombreuse si la victime s’était prénommé Mohamed ou Redouane et je le déplore grandemment.

                    Je fréquente un homme juif depuis 3 ans et à travers lui, j’ai pu voir ce que pensent sa famille et ses amis ( à qui je suis évidement cachée ). Je ne ferai jamais de généralité, je suis trop ouverte d’esprit pour ça mais quand on vous dit que les « goy c’est des putes et que c’est la honte de fréquenter une goy » et que « les juifs sont supérieurs aux autres races... » et que 2 h après on va dans une manifestation contre le rascisme, je trouve ça extrèmement hypocrite et malheureusement le communautarisme incite à ce genre de pensée.


                  • Sod’s law (---.---.25.155) 12 mars 2006 01:07

                    Vous qui vivez avec un homme juif qui vous dissimule à sa famille, vous êtes tombée sur un juif sectaire. C’est le monde à l’envers et ça vous surprend ! Mais que faîtes vous avec lui si c’est pour vivre cachée à sa famille et à ses amis, comme une maitresse et non comme une compagne ?!!!

                    Vous ne vivez pas, vous ne pourrez rien construire (si vous avez cet objectif) Plaquez-le, vous perdez votre temps... Il existe des couples chrétienne-juif qui vivent heureux en couple, à vous de trouver le bon.

                    Vous subissez ce que parfois les juifs vivent ou entendent (que ce soit au cours d’une conversation amicale ou en couple) et celà vous blesse.

                    Vous découvrez ainsi, en ayant les rôles inversés, ce qu’ils ressentent, et donc peut-être comprenez-vous en partie leur amertume face à des petite phrases assassines dites par les « non-juifs » sans que ceux-ci réalisent la puissance de la blessure infligée...Leur blessure ne cicatrisera pas, mais ils essayeront de supporter

                    Je connais deux couples mixtes très amoureux, mais brisés après que l’une des femmes chrétiennes, ait dit « Si mes parents apprennent que tu es juif... » et l’autre « Vous les juifs,la Shoah vous l’avez un peu cherché ! ». Et ce n’était pas dit méchamment, une simple opinion. Forcément ça blesse, car il y a un sentiment de rejet, d’exclusion et d’incompréhension...

                    Autre sujet : Pourquoi les musulmans intégristes veulent-ils que le monde tourne selon LEUR croyance ? Et imposer leurs lois sans que les français ne se révoltent contre ça : piscine séparées, medecins-femmes pour leurs filles ou leurs femmes, filles brûlées vives ou vitriolées...

                    En fait toujours le sexe en tête ! C’est d’ailleurs pour ne pas exciter leur libido qu’ils voilent leurs femmes ! Eux n’ont qu’à se bander les yeux !!!

                    Ils savent utiliser la France et sa démocratie, mais eux sont totalement intolérants dès que des non-musulmans s’opposent à leurs opinions...

                    Et beaucoup d’hommes politiques ont la trouille(Peur d’attentats ou perte des élections) donc ne rouspètent pas et laissent faire.

                    D’où mon pseudo... Sod’s law : « La loi de l’emmerdement maximum »


                  • yomesay (---.---.55.251) 14 mars 2006 11:35

                    tu me parles d’un sentiment d’exclusion et de rejet !! C’est exactement ce que je vis avec cet personne et si certains juifs ou musulmans, gros, handicapés, petits, malades... se sentent malheureusement régulièrement rejetés , je veux encore croire qu’il y a des gens intelligent et ouvert d’esprit dans ce monde qui sont capables de ne pas faire subir à des innocents ce qui les a fait souffrir.


                  • Christophe (---.---.58.18) 9 mars 2006 09:10

                    A priori, dans l’affaire Ilan Alimi, même si il est prouvé que l’enlèvement d’un français de confession juive est prémédité, cela ne signifie pas pour autant que le crime est motivé par de l’antisémitisme.

                    Entre partir d’un postulat, motivant l’enlèvement dans l’objectif d’une rançon, de la solidarité de la communauté juive en France (idée préconçue on non, là n’est pas la question) et en déduire que le crime odieux de l’otage est commis parce qu’il est de confession juive, il y a un raccourci juridique que certains journalistes et spécialistes de criminologie n’ont pas fait.

                    La justice doit se baser sur des faits prouvés et non des supputations lancées par les politiques, les associations et le peuple.

                    Ce propos n’implique pas qu’il n’existe pas des actes antisémites, ni qu’il faut fermer les yeux sur ces problèmes.

                    Il faut seulement souligner que le propos de notre auteur, si je ne m’abuse, tend à montrer que l’histoire de Benoît Savéan met en évidence que les violences et tortures entrainant la mort sont des moyens actuellement utilisés par des délinquants dont l’objectif premier n’est pas l’acte de violence lui-même. Ces affaires se terminent, in fine, par un acte de barbarie quelque soient les origines ethniques ou religieuses de la victime de l’acte premier.


                    • Scipion (---.---.41.158) 9 mars 2006 12:17

                      M. Lallement écrit : « L’un des devoirs impérieux de nos dirigeants est de s’atteler à reconstruire une conscience collective... »

                      Le problème, c’est qu’une conscience collective, ça existe ou ça n’existe pas. C’est façonné par le temps, dans la durée, et ça ne s’acquiert pas à volonté, comme la connaissance du Code de la route. Et ça ne se développe pas à coups d’articles « antiracistes » du Code pénal.

                      Ce que les hommes politiques devraient faire, c’est corriger les erreurs commises, depuis quarante ans. Pour cela, il faut commencer par les identifier. Une démarche facile.

                      Il suffit de reprendre les collections de journaux comme Rivarol ou Minute et on y trouve, dès les années 60, l’annonce lucidement logique des problèmes que la société d’aujourd’hui connaît...

                      PS - Pour ceux qui l’ignorent, je précise qu’à l’époque, ces hebdomadaires étaient voués aux gémonies, en raison même de leur lucidité


                      • prosper (---.---.246.239) 10 mars 2006 17:47

                        Une fois de plus, Scipion, vous écrivez n’importe quoi ! C’est tellement grotesque, ce type de propos fasciste, que je me demande si vous ne le faites pas exprès, vous êtes sans doute un « anarchiste de droite » ou quelque chose de provocant dans le genre. Peu importe d’ailleurs, souvenez vous de ce que Raimu disait à Galabru : « tu n’es pas drôle, tu es ridicule ». Vous êtes un paltoquet.


                      • alexandre (---.---.49.160) 9 mars 2006 15:16

                        Oui deux parisiens d’origine bretonne (d’après leurs patronymes) ont été assassinés pendants les émeutes des banlieues. Les Bretons n’ont pas protesté. Pourquoi ?

                        1) Ils n’ont pas été torturés et ils ont été tués parceque breton mais peut-être parceque « gaulois ».

                        2) Les bretons contrairement aux juifs ont été laminés culturellement et la langue bretonne est en voie d’extinction grace à 200 ans de labeur acharné de l’état français. Ce qu’on appelle renouveau de la culture bretonne n’est que celui d’un folklore à vocation commerciale.

                        Autre remarques : Il est aisé de discerner la gêne que provoque la simple évocation de l’antisémitisme en France chez les partisans de l’assimilation totale qu’ils soient juifs ou non. De fait le sionisme se nourrit de l’antisémitisme, l’antisémitisme français qu’on tente désespérement de nier compris.

                        Cette négation grotesque (1% de la population victime la majorité des aggressions racistes physiques) n’est elle pas une des fusées d’appoint de ce racisme ? Chez des gens comme cet auteur elle est évidemment motivée par le nationalisme français qui se masque sous le terme républicain et qui ne supporte pas cette l’évocation ce cette tare en France. Cette dénégation de l’antisémitisme me rappelle et est apparentée à mon avis à celui des massacres systématiques de civils dans la Vendée militaire lors de la célébration du bicentenaire de la révolution. Tous les biens pensants traitaient d’extremiste droite ce qui soulignaient cette épisode peu glorieux de notre histoire. Mais la vérité comme l’histoire ne se découpe pas en rondelle.

                        En attendant l’émigration des français juifs vers Israel (pour les US ont n’a pas les chiffres) tt comme les effectifs des écoles juives en France battent des records. Après ça les discours lénifiants sur le vivre ensemble tombent à plat.


                        • alexandre (---.---.212.160) 9 mars 2006 15:21

                          Je signalerai également à Christophe que Benoit a été torturé pour obtenir un code bancaire, Ilan parce qu’il était juif.


                        • Bardaff (---.---.39.106) 9 mars 2006 16:54

                          Ou parce que les idiots qui l’on enlevé pensaient qu’il était riche ? Comment arrivez-vous à cette conclusion ?


                        • alexandre (---.---.212.160) 10 mars 2006 17:43

                          Quel est le mobile des tortures alors ? Des références à ses origines et aux insultes qui y sont liées fait à sa famille pdt le kidnapping ?

                          Il est de ttes façons plus facile de guérir un aveugle que de pousser celui qui refuse de voir à constater.

                          Je demeure persuader que l’émigration et le regroupement, au moins dans un premier temps, des juifs en France dans des quartiers guettos finiront par être le résultat de ce harcèlement et de ses débordements verbaux quotidiens ponctués par des aggressions qui leur rendent la vie impossible. Le phénomène a d’ailleurs commencé. Dans quques années chacun pourra le constater.

                          http://www.lexpress.fr/mag/arts/dossier/dieudonne/dossier.asp « Cela dans un contexte où, sur les 1 513 actes racistes recensés en France en 2004 (+ 81,63%), 950 avaient un caractère antisémite. » Pour 1% de la population et ces chiffres ne sont pas forcément exhaustifs car ils font mal à des gens comme M. Lallement.


                        • Laurent T (---.---.41.251) 9 mars 2006 16:25

                          à 48.192.2

                          La mort d’Ilian est aussi atroce que celle des autres concitoyens assassinés chaque jour.Toute la France(peuple et gouvernement) l’ont condamné. Mais ce que je ne comprend pas c’est pourquoi vous en voulez aux Français qui ne sont pas déscendus dans la rue pour manifester, d’autant plus qu’ils ne le font jamais pour les autres.A moins que vous ne considérez qu’un Français juif est supérieur à un Français Breton ou Basque.Nous sommes un etat de droit et tous les concitoyens sont égaux devant la loi (Athées, juifs ,chrétiens ou musulmans).Tout en condamnant l’antisémitisme et les racismes sous toutes formes ,nous refusons le favoritisme de l’une ou l’autre des communautés qui composent le tissus social français.


                          • Mohamed (---.---.164.51) 9 mars 2006 16:34

                            Ah bon, c’est par favoritisme que l’on tue de préférence les juifs français ????


                          • Gil (---.---.93.79) 11 mars 2006 14:58

                            En effet, « favoritisme » n’est peut-être pas une terminologie judicieuse...


                          • bertrandkeller (---.---.119.162) 10 mars 2006 01:10

                            Mais qui maintient la pression m ?atique de ce malheureux fait divers ?...


                            • Laurent T (---.---.5.100) 13 mars 2006 13:45

                              Ecoutez Dodo,la France est un etat de droit et tous les Français sont protégés par la loi de la meme manière .Je crois sincèrement qu’Il est temps que vous vous débarrassiez de ce complexe de pérsécution,qui vous guète à chaque instant et qui vous pousse consciement ou inconsciement à des réactions éxagérées qui pourraient changer la sympathie et la compassion que vous portent nos concitoyens en antipathie et haine . Il faut que vous réalisiez que vous n’etes ,ni plus ni moins visés que les autres communautés Qui constituent le« tissu » social français.

                              Vous dites que les Français ont peur de dire que c’est un crime à caractère antisémite.Pourquoi devrait on avoir peur de le dire et de le clamer haut, si c’était le cas. Pouvez vous expliquer ?


                              • Manue64 (---.---.86.24) 16 mars 2006 02:26

                                Quoi qu’on dise, les sentiments, l’intolérance, la méchanceté ou encore la connerie, n’ont ni couleur, ni religion. Donc tenons compte des crimes et non de leur religion. Ils sont tous plus horribles les uns que les autres ! En taule les assassins, les barbares et autres dans ce genre ! Quelle que soit leur couleur ou leur religion ou celles de leurs malheureuses victimes. Bonne route et longue vie heureuse a tous, Juifs, Musulmans, Chrétiens, Tous...... et même Athées comme moi !


                                • Danisnoop (---.---.156.50) 16 mars 2006 03:22

                                  Tout à fait complètement d’accord !!!

                                  Une personne quelle qu’elle soit est un être humain, elle n’est ni noire ni blanche ni croche, ni chrétienne ni juive ni paganiniste.

                                  Simplement un être humain... Celà a-t-il encore une signification ?

                                  J’ose le croire et l’espérer.


                                • Manue64 (---.---.203.38) 17 mars 2006 01:50

                                  Merci Danysnoop, je me sens moins seule. Il faut qu’on continue a y croire, nous ! Bisous


                                • espérance (---.---.14.59) 5 avril 2006 12:51

                                  Misterachel, votre message m’a particulièrement frappé. Vous dites que nous mettons constament notre origine en avant pour nous plaindre sans cesse. Mais c’est faux ! Je suis entièrement d’accord avec toutes les personnes qui ont dit que chaque crime, qu’il soit antisémite ou non, reste un acte inacceptable, que la victime avant d’être juive est un être humain. Mais je suis aussi d’accord avec ceux qui ont reconnu que les crimes antisémites étaient plus nombreux. Car l’un n’empêche pas l’autre. Les crimes antisémites existent ! Croyez vous que ce terme aurait pu exister si personne ne l’avait pratiquée cette autre forme de rascime ? Il ne faut pas que l’opinion publique reste insensible et laisse faire, sans rien dire, muselée à son tour, transie de peur ou bien d’indiférence. Toujours est-il que nous sommes bien obligés de nous serrer les coudes au sein de notre communauté puisque dehors personne ne nous soutient vraiment. Et après, on nous taxe de communautaristes, mais avons-nous le choix ? Quand nous parlons, nous n’utilisons pratiquement jamais le pronom « je » mais le pronom « nous ». Cela veut dire que nous sommes soudés les uns aux autres mais cela ne veut pas dire que nous sommes identiques en tous points. Certains, comme dans n’importe quelle nation, communauté ou appelez ça comme vous voudrez, sont différents sur le point des idées, de la façon de penser ou d’agir. Agir, voila un autre mot qui vaut la peine d’être examiné. Quelles ont été les réactions suite à la mort de ce pauvre Ilan ? Des manifestations « silencieuses » et « dignes » ? Oui. Nous n’avons pas brûlé des milliers de voiture. Nous n’avons pas répondu à la barbarie par la barbarie. Seulement manifester, que cela soit en silence ou autrement, ne mènera à rien. Si nous sommes tous sur cet espace de débat, c’est que nous sommes tous touchés par la mort de toutes ces personnes au nom d’un ennemi commun, le rascisme, que nous soyons juifs, musulmans, athées, catholiques... Si toutes les personnes qui se sont levées pour manifester agissaient pour que rien de tout ce qui s’est passé ne recommence, alors nous n’aurions plus de problèmes. Je pense qu’en premier lieu il serait bon que le monde apprenne à ouvrir les yeux sur la réalité. Oui il faut se battre contre tous ces crimes mais il faut aussi reconnaître l’existence de l’antisémitisme. Il ne faut jamais tourner la page de l’histoire d’Ilan. On ne peut pas changer le passé ni revenir en arrière mais on peut encore forger notre présent pour modifier notre futur.

                                  A toutes les victimes de l’ ANTISEMITISME et du RASCISME .


                                  • espérance (---.---.14.59) 5 avril 2006 20:17

                                    Je voulais simplement vous dire, Misterachel, que OUI je suis JUIF. Et oui je ne m’en cache pas. Ce n’est pas pour me plaindre, je ne vais pas crier mon judaïsme sur tous les toits mais par contre je ne m’en cacherai jamais, du moins je l’espère... Vous voyez, ce que je viens d’écrire, je pense que tous les juifs de France et du monde entier le pense, la ressente cette peur. Je suis JUIF mais je ne veux plus vivre dans la PEUR. Je veux pouvoir porter une kippa sans avoir peur que l’on me saute dessus ou que l’on m’insulte. Je veux que mes enfants puissent aller dans une école juive sans avoir peur qu’on les attendent à la sortie. Je veux que ma femme puisse porter une perruque et une jupe sans qu’on lui colle une étiquette de « sale juive » sur le front. Non, nous ne sommes pas paranoïaques. Si nous avons peur pour nos vies et pour celle de nos enfants c’est qu’il y a bien un problème. Il est inscrit dans les murs qui se sont construits tout autour de nous. Lisez « Plaidoyé pour ma terre » de Herbert Pagani, il dit dedans « murs de calomnies qui devinrent murs de pierres et qu’on appela ghettos ». Maintenant que ces murs de pierres ne sont plus utilisés au même effet qu’il y a soixante ans, comment expliquez vous que nous vivions malgré tout dans une peur de chaque secondes ? Il faut se battre tous ensemble pour que ces murs abstraits ne se concrétisent jamais. PS : Je ne sais ps sur quel ton vous lirez mon texte mais sachez que je suis très calme !!!! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès