Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La censure dérive, peinard...

La censure dérive, peinard...

Puisqu’il ne faut pas en parler, parlons-en...

On l’a appris ce matin. Une nouvelle anodine postée sur un blog d’auteur. L’exercice de la profession de journaliste semble définitivement soumis aux lois de l’économie discrète.

Puisqu’il ne faut pas en parler, parlons-en...

Denis Robert, l’auteur des désormais célèbres manuscrits "Révélation$", "La Domination du monde", "Clearstream, l’enquête", et documentariste de l’extrême, avec ses films, "Clearstream racontée aux ouvriers de Deawoo" ou encore sa terrifiante enquête-documentaire "Les Dissimulateurs", est sommé de tomber dans la misère, et vite.

Une condamnation rendue par le tribunal de Paris le 7 mars dernier, ordonne, avant même que l’auteur n’ait pu se défendre sur le fond, le paiement de 8 000 euros de dommages et intérêts au bénéfice de la Chambre de compensation internationale, Clearstream.

L’auteur est condamné pour un entretien accordé à VSD, entretien dont les explications de l’auteur avaient étés tronquées et dans lequel Denis Robert tente de décrire le fonctionnement de la banque des banques, Clearstream.

A l’époque, les dirigeants de Clearstream avaient été mis de côté suite aux révélations des enquêtes du journaliste aujourd’hui poursuivi. Devenue filiaile de la Deutche Börse, le groupe jouit d’une réputation peu enviable depuis la publication de plusieurs ouvrages atomiques mais surtout depuis les témoignages de plusieurs anciens employés, jamais poursuivis en diffamation, et qui révélait un fonctionnement au bord de la limite avouable.

Par ailleurs, un nouvel ouvrage voit le jour,« Rapacités  » de Jean Louis Gergorin, un habitué des opérations financières auprès de la chambre de compensation, et apporte des éléments novateurs en ce qui concerne Clearstream : Dans ses chapitres 4 à 7, Gergorin raconte qu’il découvre « un instrument extraordinaire de la finance internationale aux capacités pour le moins inquiétantes ».

Gergorin ajoute dans son livre les déclarations d’un ancien directeur du Trésor qui décrit : "Clearstream facilite la réintégration dans le système financier de fonds dont il vaut mieux ne pas connaître l’origine".

De nouveaux procès en diffamation en perspective peut-on supposer, à un moment où les agents de communication de la firme aux 20 milliards de chiffre d’affaires annuel défilent dans les rédactions des plus grands quotidiens, en brandissant le prononcé du jugement de Denis Robert dans leurs mains.

Malgré la complexité de facade de l’affaire Clearstream, de simples citoyens, de tous horizons politiques, se mobilisent et apportent chacun à leur niveau, leur contribution financière afin d’aider Denis Robert à tenir la tête hors de l’eau.

Une nouvelle stratégie de communication, une de plus, pourrait laisser entendre que Denis Robert est devenu à présent une sorte de sniper isolé...Un paria. On s’étonne alors que depuis de nombreux mois, un énorme soutien citoyen continue d’affluer et c’est peut-être aussi ce qui agace. Les gens commencent à comprendre de quoi Denis Robert nous parle.

Côtés festivités, Denis Robert n’est pas en reste. Des manifestations à la hauteur des événements auront lieu les prochaines semaines. Un véritable festival de soutien aura lieu le 17 avril 2007 à la Cigale (Paris). L’affiche donne d’ores et déjà envie de taper du pied... Miossec, Didier Super, Katerine, Moustic, Delépine et les Grolandais et d’autres grosses surprises parmis lesquelles...non, c’est une surprise.

En attendant les nombreuses manifestations dejà programmées, rappelons aussi un forum-débat à la FNAC de Nancy, avec l’intervention de Denis Robert, le 27 avril prochain (entre les deux tours de la présidentielle).

A souligner encore, à Nancy, non plus un festival mais une véritable saga. Trois jours festifs, du 27 au 29 avril, avec en première partie de soirée la projection des films de Denis Robert et Pascal Lorent. Une belle occasion pour tous ceux qui n’auraient pas encore vécu l’expérience.

Mais ce n’est pas tout, des concerts Rock/punk auront lieu le vendredi soir à la satisfaction des nostalgiques du No Future. Une soirée électro pour la soirée du samedi. Enfin, pour se remettre de tout cela, un après-midi variétés est programmé le dimanche.

Côté finances, justement, un peu plus de 20 000 euros ont déjà été récoltés grâce a la générosité des hommes et des femmes qui ont, semble t-il, bien compris de quoi Denis Robert est accusé. Le soutien citoyen, d’abord principalement français, déborde à présent des frontières du pays. Aujourd’hui, des citoyens ordinaires d’Espagne, de Belgique, du cCanada, d’Italie se montrent solidaires. Mais la chambre de compensation dégaine vite, très vite. Il faut davantage de moyens à Denis Robert pour se défendre.

Alors, soyez attentifs aux manifestations qui arrivent, allez-y nombreux.

Denis Robert tout seul ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (211 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Le Brain, Lover Mind (---.---.156.241) 9 mars 2007 11:34

    Il me semble que les liens suivants proposent une analyse très pertinente de la réalité sur les sujets qui nous intéressent : (Je conseille à tout le monde d’aller y passer quelques minutes. Vous ne perdrez pas votre temps)

    La fin programmée de la Démocratie : http://www.syti.net/Topics2.html

    Les JT qui ne sont plus que des magazines chargés d’abrutir le français moyen. Comment on arrive à faire voter les gens contre leurs propres intérêts avec des pourris manipulateurs et abuseurs de faiblesses comme ce pourri de Pernaud et son traditionnel « Voter à droite... » en toile de fond... http://www.syti.net/JTContents.html

    La manipulation mentale de masse, ou comment créer des générations de gogos manipulables : http://www.syti.net/Manipulations.html http://www.syti.net/Schizophrenia.html

    Les mensonges du libéralisme - Comment casser tous ses lieus communs : http://www.syti.net/Liberalisme.html

    SARKOZY = LIBERAL FASCISTE - Son modèle : L’administration BUSH. http://www.syti.net/LiberalFascisme.html

    Deux mondes en un : http://www.syti.net/TwoWorlds.html

    Des arguments ANTI SARKO et PRO ROYAL : http://www.syti.net/Blog/Blog1.html

    Relativisons cependant : Il semble que les gens qui approvisionnent ce site en analyses si justes sont quand même un peu trop spirituels à mon goût et même limite « sectaires ». Ainsi certaines pages partent carrément en vrilles sur des sujets comme les PROPHETIES ou une HISTOIRE FARFELUE des 144 000... (y en a peut être du même acabit que je n’ai pas encore lu) C’est dommage cette page sur la prophétie, ça rend le site assez inégal...

    Bilan : Donc reprenons à notre compte ce qui nous parait juste et prenons nos distances avec ce qui relève « d’autre chose »...

    Citoyennement, LBLM


    • Le Brain, Lover Mind (---.---.156.241) 9 mars 2007 11:38

      Le sort infligé au Journaliste d’Investigation Denis ROBERT en dit long sur l’état de nos démocraties modernes :

      Quand est ce que le peuple en prendra conscience ?

      Faudra t il que comme en Russie les Journaliste soit passé par les fenètres ou liquider en sortant de l’ascenseur ? SARKOZY va t il nous fabriquer un FSB à la française ???

      Quelques liens utiles :

      http://ladominationdumonde.blogspot.com/

      http://lesoutien.blogspot.com/

      http://tousdesreceleurs.com/

      http://www.liberte-dinformer.info/60828.html

      Citoyennement, LBLM


    • bulu (---.---.147.29) 9 mars 2007 12:03

      LBLM,

      Que les theories de la conspiration soient fondees ou pas, en les associant a cet article sur Denis Robert, tu discredites l’action de Denis Robert aupres de lecteurs de passage qui ne sauront dicerner.

      Bref tu dessers son combat. Dommage.


    • jako (---.---.21.70) 9 mars 2007 16:24

      j’allais le dire encore un qui va tomber du n’éme étage.


    • Reinette (---.---.19.159) 9 mars 2007 16:50

      Quand l’information réelle est remplacée par les sujets anecdotiques, les micro-trottoirs, et les reportages insignifiants sur la vie quotidienne...

      Ex :

      Tous les grands médias l’ont claironné fin novembre 2006 : « le chômage recule », « le chômage est en baisse », « la décrue se confirme »... Ce qui se confirme surtout, c’est l’aptitude de la presse à bourrer le mou du citoyen. Car les chiffres sont formels : le chômage ne baisse pas, il augmente. Et pas qu’un peu.

      Un petit calcul très simple a manifestement échappé à nos journaleux : celui du nombre de chômeurs virés des statistiques.

      Le cancre le plus rapide à écrire des sottises, c’est l’AFP, qui gribouille un hasardeux : « Le chômage en baisse ». On est le mardi 29 novembre 2006 à 20 h 13, l’agence de presse vient de récupérer « en exclusivité » les chiffres non encore publiés du ministère de l’Emploi pour le mois d’octobre.

      « Septième mois consécutif de baisse du chômage en France », renchérit Reuters à 22 h 42.

      Le lendemain, publication des chiffres ministériels.

      La presse quotidienne, notamment dans ses versions Internet, montre alors son infinie capacité à gober la propagande officielle.

      « Chômage : un septième mois de baisse », titre Libération.

      « Chômage : la décrue se confirme », s’enthousiasme Le Figaro.

      « Le chômage en forte baisse pour le septième mois d’affilée », applaudissent Les Echos.

      « Le chômage recule en France pour le septième mois consécutif », exulte Le Monde.

      Le ministre Borloo a bien raison de se déclarer « content » : le gouvernement ne pouvait rêver meilleur accueil à son bidonnage. Comme le dit RFI sans une ombre de malice,« on comprend que Matignon soit satisfait. » Car si pour octobre on comptait 21 700 chômeurs de moins qu’en septembre, on dénombrait aussi 188 709 radiations pour le même mois (151 537 pour absence au contrôle, 37 552 pour fin de droits)

      Ça doit être ça, l’écho médiatique : des moutons qui bêlent en choeur.


    • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 21:37

      Reinette

      Un petit lien (qui deviendra grand parce que bcp de gens commençent à doute de nos staaaaattsss officieeeellles) pour approfondir l’excellente et caustique synthèse que tu nous offres :

      http://acdc2007.free.fr/


    • ceci n’est pas mon nom (---.---.209.44) 9 mars 2007 23:58

      un conseil : arrêtez de vous faire du mal avec les médias.

      Toutes les enquêtes d’opinion font ressortir que la profession est la plus décriée est celle de journaliste. Personne ne croit plus à leurs bobards depuis longtemps. Ils en ont trop fait.

      L’audience de TF1 descend inexorablement. Le directeur de France Info vient d’être remplacé (baisse d’audience) et Libération est au bord du dépôt de bilan.

      Alors laissez-les tourner en rond et utilisez internet.


    • Le Brain, Lover Mind (---.---.156.241) 13 mars 2007 15:15

      Je ne crois pas que je discrédite son travail. je le replace dans un contexte planétaire de mensonges d’états, de manipulations mentales de masse et d’institutionnalisation des pratiques mafieuses dans tous les pôles de pouvoirs.

      Citoyennement, LBLM


    • tibs (---.---.101.8) 14 mars 2007 11:46

      c’est n’importe quoi, ce site sity.net ! attention à ne pas tomber dans l’absurde quand on parle de choses sérieuses !! Courage denis, tu n’es pas tout seul, nous sommes de tout coeur avec toi


    • Le Brain, Lover Mind... (---.---.156.241) 14 mars 2007 14:38

      Je pense avoir pris les précautions oratoires qui convenaient. Tout n’est pas de qualité égal. Je ne cautionne que ce que j’ai lu et mis en lien.

      Face à un vernis de MASS MéDIA je préfaire un vernis de CONSPIRATIONNISME...

      Je n’ai qu’un AXIOME : La Véritée éxiste. Et donc certains s’en rapproche plus que d’autres... J’pense que les liens que j’ai donnés sont plus prêts de la Vérité que ce que nous donne à bouffer les MASS MEDIAS.

      Mais je suis un FAN inconditionnel de Denis ROBERT et du dernier Jean Louis GERGORIN : Rapacités !

      A+, LBLM


    • Julot (---.---.208.241) 9 mars 2007 12:51

      Avec les fascistes, nazis et consorts, ne pas être d’accord rimait avec balle dans la tête, torture etc.

      Utiliser ce terme à toutbout de champ est non seulement stupide et imature, mais démontre que faute d’argument, on crache sa haine en généralisant toute forme d’autorité.

      On y gagne rien à ce petit jeu. Toi t’es un fascho, toi taussi, pis toi ,pis toi aussi.

      Cela relèverai presque de la psychiatrie, un peu comme ces gens qui voient des comunistes partout.


      • Louis Horvath (---.---.62.147) 13 mars 2007 12:45

        « Avec les fascistes, nazis et consorts, ne pas être d’accord rimait avec balle dans la tête »

        C’est quoi la différence ? D’un côté on utilise une arme à feu, de l’autre on laisse mourir de faim et on assasine à coup d’abus légal. Pour moi c’est la même chose.

        La même chose pourrait être dite des mises à pied massives ; bien sur c’est moins radical qu’un génocide mais encore, combien de gens seront brisés, pauvres et accablés de maladies mentales, rejetés comme de vieilles chausettes dans les bras de la famille puis de l’état ?

        Ce n’est pas parce qu’un geste ne tue pas immédiatement qu’il est moins violent. D’où l’idée de le dénoncer !


      • Louis Horvath (---.---.62.147) 13 mars 2007 18:04

        L’affaire Clearstream m’interpelle personnellement pour plusieurs raisons ; en un premier temps elle explique bien où va tout l’argent. Je ne sais pas pour la France mais ici au Canada les banques et les grandes corporations croulent, depuis 10 ans, sous le poids de leur richesse. Et pourtant la population pâtit, sa condition de vie se détériore (et ce malgré les statistiques). Où partent donc toutes ces colossales sommes si les gouvernements en sont réduits à sabrer dans la santé, l’éducation et les programmes sociaux pour arriver ?

        Une autre raison c’est la question à savoir quand on va statuer qu’une entité morale ne peut pas avoir plus de droits qu’une entité en chair et os. Car une partie du problème c’est bien ça ; on a un peu l’impression (et Clearstream vient confirmer ce fait) que non seulement les états sont impuissants devant la machine Clearstream mais aussi les entités légales, a qui l’on confie pourtant nos vies.

        Se trouve également la question de l’image publique ; toute cette histoire a l’odeur d’une opération de contrôle des dommages, c’est-à-dire une position stratégique pour protéger la réputation de Clearstream en transférant toute la responsabilité sur un événement ou un individu, dans notre cas monsieur Robert. Clearstream a bien sur le droit de protéger sa réputation. Mais ses moyens et son accès aux médias sont clairement disproportionnés. Sans oublier que ce bouclier occulte encore plus la transparence de cette entreprise, chose qui est pourtant au centre de ce débat.

        Et finalement pour agrémenter la conversation, on a mentionné que certains documents avaient été « volés ». Hé bien le terme « voler » est utilisé pour ficeler le débat ; il mène le lecteur à croire, indirectement, que monsieur Robert est un homme dont l’intention est maligne. Ce qui n’est manifestement pas le cas. Et puis il fallait bien des preuves pour révéler cette information ! Comment peut-on s’assurer qu’une entreprise qui travaille dans le secret le plus total et qui refuse la transparence reste droite et honnête ? Peut-on et doit-on se limiter uniquement à leur parole d’honneur ? Une entreprise comme Clearstream peut-elle avoir plus de droits qu’un individu, qu’un juge ou qu’un état ? Et qu’est-ce qui a le plus de gravité selon vous, quelques documents obtenus par des informateurs ou la possibilité d’une fraude colossale affectant la qualité de vie de millions, peut-être de milliards d’êtres humains ?

        La réponse est tellement évidente que les magistrats et les politiciens ne la mentionneront pas tant qu’ils n’y seront pas obligés. Ne leur donnons pas de marge de manoeuvre.


      • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 13:25

        Le soutien citoyen, d’abord principalement francais, déborde à présent des frontieres du pays. Aujourd’hui, des citoyens ordinaires d’espagne, de belgique, du canada, d’italie se montrent solidaires. Mais la chambre de compensation dégaine vite, très vite. Il faut davantage de moyens à Denis Robert pour se défendre.

        Merci d’abord de ces infos, ça fait plaisir de voir qu’il y a un vrai soutien pour Denis Robert et je crois que nous serons nombreux à participer à ces manifestations collective pour son combat et contre cette engeance nommée Clearstream.

        Au niveau du soutien financier Denis Robert, lui-même, demandait qu’on envoie pas plus de dix euros, ce que j’ai fait. Il a changé d’optique ?..

        Pour revenir sur la vague de soutien, comment s’étonner qu’un des derniers journalistes d’investigations qui oser informer, réellement, avec des risques et du fond, sur le coeur du pouvoir, le coeur pourri qui recycle l’argent sale, suscite l’adhésion, malgré l’omerta, malgre le dénigrement du Monde, notamment.

        Le Président du Conseil de Surveillance du Monde s’appelle Alain Minc. Un type qui a servi les banques toutes sa vie, comme analyste, conseiller financier, essayiste prêchant le bonheur qu’apporterait la mondialisation et auteur de la célèbre formule « le marché, c’est naturel ». Formule célèbrée, évidemment, par toute la clique des journalistes façon M6,

        Argent sale = 10% du PIB Mondial, faut-il le rappeler.

        Je crois qu’on arrive à une limite, aujourd’hui. La politique et ce qui la fait exister et vivre sainement, la citoyenneté et la justice, sont squeezés et écrasées littéralement. Chaque jour nous apporte la preuve d’une corruption des élus, endémique.

        Chaque jour nous montre aussi que le nerf de ce système pourri qui tourne à la folie, en nous rejettant à la marge, ne marche que par et pour l’argent entre quelques mains, argent qui doit fructifier dans quelques autres mains et revenir dans les mains initiales, in fine.

        Les autres mains, ce sont les banques. Et, évidemment, la banque des banques Clearstream.

        Au niveau du piéton, ras le bitume, deux éléments prouvent la puissance des banques : on constate sans arrêt l’érection de nouvelles succursales bancaires, du plus petit village à la capitale ; on constate aussi que les banques sont non seulement en développement contrairement aux revenus industriels globaux qui stagnent (except revenus entreprises CAC), contrairemnet aux revenus salariaux qui stagnent aussi, qd ils ne regressent pas, en pouvoir d’achat relatif.

        Les bénéfices de ma banque, le Crédit Agricole sont maximaux dans le cadre boursier. L’argent qui est son métier, sa raison d’être et sa réalité - une banque c’est surtout de l’argent - travaille au mieux à la Bourse.

        Le bénéfice boursier du Crédit Agricole, en 2006, est de plus de 20%.

        C’est dire que cette seule banque aura DOUBLE de volume, en quatre ans.

        Pendant ce temps, les frais de chéquiers, les frais de tenue de compte, les agios, les frais d’assurance diverses sont tous en augmentation, pour nous.

        Les banques sont le coeur de la Bourse, comme de l’économie mondiale et les toucher en égratignant Clearstream rélève d’une lucidité courageuse, pour ne pas dire d’une témérité folle.

        Quoiqu’il en soit, Denis Robert est défendu et sera défendu, toujours plus, parce qu’il le faut, parce que son combat n’est pas fini, et qu’il est nôtre.


        • N-Y (---.---.183.164) 9 mars 2007 14:03

          pour info : les nouveaux réac. sont de gauche aujourd’hui, les nouveaux nazis sont de gauche, il serait temps d’ouvrir les yeux !


          • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 16:05

            N-Y

            Les toilettes, c’est au fond à droite.

             smiley


          • Erwin Act Erwin Act 9 mars 2007 14:39

            Je me permet d’intervenir

            Le comité de soutien à Denis Robert à franchement besoin de fond. La capacité financière, les assaults à répétitions et l’arcenal judiciaire de l’autre camps survole largement les moyens auxquels un journaliste indépendant peut faire face.

            D’ailleur, qui pourrait faire face ?

            L’idée, pour le comité de soutien, est d’avoir un soutien financier à la hauteur du sujet de conversation. Chacun en fonction de ses moyens, de sa détermination, de son sentiment de devoir agir ou pas. Que ce soit 10 Euros, ou plus, ou moins...

            ****

            Juste pour modérer un peu les propos, il est important de comprendre que le débat n’est pas une bagare gauche-droite-centre. Il est plus globalisant que cela. Il va au-delà de la politique. Nous parlons d’une affaire qui emporte avec elle toute les tendances politiques. Quelles soient de gauche ou de droite. Personne n’a intérêt à tolérer un système semblable. Les pertes sont et seront désastreuses, qu’il s’agisse d’une gestion de gauche ou d’une gestion de droite. La galaxie dont nous parlons se fout de la politique. Elle l’a créé. Elle l’a domine.


            • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 16:14

              Erwin

              D’accord sur le soutien que demande à être sérieusement abondé.

              Mais je dirais que cette affaire est encore de la politique. Penser un système pareil, mettre en oeuvre une machine à gérer des sommes colossales dans une opacité de plus en grande, c’est un réalisation politique, dans le sens où elle a un impact certain et grâve sur la vie de la cité et par le fait, majeur, que ses caractéristiques sont anti-citoyennes et anti-démocratiques. Enfin, cette concentration et cette circulation censitaire de l’argent est permise par des lois et des hommes, des barrières levées, des collusions permises. Ce qui est aussi politique.

              Je prends largement le terme « politique » au sens qu’en donnait H. Lefebvre : « Les affaires politiques sont les affaires de tout le monde, et les affaires de tout le monde sont politiques. »


            • (---.---.3.110) 11 mars 2007 04:06

              Dans ce cas, la cause est déjà perdue.


            • André Chenet (---.---.31.41) 9 mars 2007 16:38

              Et les candidats à l’élection présidentielle, qu’en disent-ils ? NADA... alors que cette affaire Clearstream, pas si compliquée à comprendre malgré ce qu’en disent les parangons hypocrites de la presse nationale, exhale la déliquescence du monde contemporain... Les cartes sont truquées, la démocratie très très affaiblie et la censure revient au galop sous les formes les plus pernicieuses qui soient. Denis Robert a visé juste, sinon, qu’aurait_on besoin de le HARCELER à coups de procés à répétitions. Il a levé le lièvre stratégique qui emporte dans sa course les capitaux usurpés aux peuples, parce qu’il ne s’agit pas cette fois-ci d’un détournement de fonds anodin. En lui apportant notre soutien, c’est la justice, la démocratie et la conscience que nous en avons que nous défendons.


              • ExSam (---.---.54.53) 9 mars 2007 17:23

                C’est exactement ça et il faut certainement penser l’« affaire Clearstream » du duo de loups sur canapé doré, n’était sans doute qu’un leurre destiné à enterrer la vraie affaire, celle que D.Robert à révélée.


              • aurélien 9 mars 2007 19:47

                Salut Erwin, très bon article.

                J’avais proposé le clip « Comptes non-référencés » sur Agora Vox TV, mais il a été refusé.


                • moebiard (---.---.152.34) 9 mars 2007 22:47

                  la parano aussi dérive mais moins pénard... quand aux fonds...


                  • aurélien 9 mars 2007 23:45

                    Bonsoir Moebiard,

                    Qu’entends-tu par « parano » ? En dépouillant l’aspect péjoratif et clinique lié à ce terme, on pourrait saisir le sens d’un procédé psychologique de défense de citoyens face à la résistance au changement d’institutions conservatrices ? Est-ce cela que tu entends par l’utilisation du terme « parano » ?


                  • aurélien 9 mars 2007 23:47

                    J’appellerais cela plus du civisme ou de la créativité.


                  • Lulu (---.---.174.235) 10 mars 2007 00:07

                    Et si il avait tort ?

                    Et si Clearstream était vraiment une simple chambre de compensation ?

                    Le harcèlement ne serait-il pas une protection normale d’une société injustement ataquée ?


                    • (---.---.37.71) 10 mars 2007 00:19

                      QUOI !? Tu ne sais pas que le monde entier est dirigé par des complots secret et monstrueux ou des Riche corrompte des Hommes Politiques pour les empécher de faire le bonheur du Peuple de Gauche ? t’es con ou quoi ?


                    • Erwin Act Erwin Act 10 mars 2007 01:06

                      Hello Lulu. Je comprends ce que tu veux dire. Tu as raison. Le fait qu’une entreprise se donne des moyens colossaux pour se défendre ne donne pas raison à un journaliste. Mais soyons objectif ; Des employés de la firme ont reconnu devant la justice avoir effectués des opérations de dissimulations au sein de la banque. Ces employés n’ont jamais été poursuivi pour diffamation, alors qu’ils sont à la source même du début des enquêtes. A présent Gergorin, qui n’est pas en posture de faire des déclarations pour amuser la galerie, publie un bouquin dans lequel il décrit et d’après de nouvelles sources, des faits similaires que ceux rapportés par les enquetes de Denis Robert. Sans oublier une commission d’enquete parlementaire - et ce n’est pas rien dans une démocratie - qui est très loin de conclure à un consensuel ’tout est ok’, bien au contraire. Les listings, les témoignages mêmes de certains responsables du systeme bancaire qui pavanent en déclarant publiquement que « bientôt ils ne trouveront plus de lieux clos, à la maniere des procès à huis clos, pour parler de leurs petites affaires », et d’ajouter que « c’est peut-être le prix à payer dans ce type de démocratie » démontrent à la limite de la nausée, le respect qu’ils ont des systèmes démocratiques.

                      Je me suis bien entendu déjà posé la question inverse, il est d’ailleur nécessaire de se poser la question de la véracité des questionements de Denis Robert. Et si... effectivement...Et si... Mais puisqu’il n’y a rien de « croustilleux », nous sommes tous d’accord. Laissons la possibilité à un organe de contrôle international, sorte contrôleur financier international, extension de l’OLAF ou apparenté, de contrôler qu’effectivement tout va bien. Les chambres de compensations sont nécessaires. La dessus, à nouveau, nous sommes d’accord. Le principe du hors piste est risqué. Il faudrait peut être commencer à réfléchir comment et pourquoi la légalité permets des manipulations qui profitent toujours aux mêmes. Il y a des trous dans la législation, un manque de moyens évidents, une volonté politique quasi inexistante de vouloir s’appropprier le sujet. En restant juste sur les points de fonctionnements légaux, sans nous arrêter aux aspects plus difficiles d’acces dont font état Denis Robert et à présent Gergorin, nous devons nous inquiéter de la légalité de certaines opérations. Les lois sont faites par le temps, par l’éxpérience qu’on les entreprises et les individus entre eux et des conflits qui en découlent. Sur ce point, on peut au moins admettre que les dernières enquêtes soulèvent un certains nombres de questions sur la possibilité de continuer à maintenir un systeme semblable, sans autre contrôle que la bonne foi des opérateurs. Parce que sur leurs déclarations, nous pouvons aussi nous poser la question...« Et si... »

                      Merci pout ton commentaire, il est important de ne pas toujours être d’accord. Ca permet de débattre.


                    • Lulu (---.---.174.235) 10 mars 2007 02:17

                      Hi there !

                      N’ayant lu aucun des livres de M. Robert, je ne tiens pas à argumenter sur les faits reprochés à Clearstream. En revanche, il existe une autorité qui a justement pour mission de contrôler l’activité des PSF au Luxembourg : la CSSF (cssf.lu)

                      Et dire :

                      « la légalité permets des manipulations qui profitent toujours aux mêmes. Il y a des trous dans la législation, un manque de moyens évidents, une volonté politique quasi inexistante de vouloir s’appropprier le sujet. » ...« nous devons nous inquiéter de la légalité de certaines opérations... Sur ce point, on peut au moins admettre que les dernières enquêtes soulèvent un certains nombres de questions sur la possibilité de continuer à maintenir un systeme semblable, sans autre contrôle que la bonne foi des opérateurs. »

                      C’est méconnaître d’une part, à la fois les directives européennes et les lois luxembourgeoises sur le secteur financier et d’autre part, l’activité de la CSSF. Si les exactions reprochées à Clearstream ont effectivement eu lieu par le passé, elles ne devraient plus se reproduire.

                      Cordialement,

                      Lulu


                    • Erwin Act (---.---.88.139) 10 mars 2007 09:50

                      C’est là l’intérêt que l’on trouve à lire et voir (ou revoir) les enquêtes de Denis Robert et Pascal Lorent. Du reste, « La domination du monde » (bientôt disponible au format ’poche’) sera accessible au plus grand nombre. Si on n’aime pas le style Robert, on peut lire un autre auteur, avec le « Rapacités » de Gergorin. Si aucun des auteurs ne fait votre affaire, il reste le résultat de la commission d’enquête parlementaire française. On y discerne mieux les difficultés des juges financier lors de leurs demandes de commissions rogatoires.

                      J’ai eu un sursaut de joie en lisant votre commentaire. J’ai bien failli croire que nous vivions dans un monde parfait, ou les moyens humains, techniques et judiciaires étaient donné aux organismes de contrôles publiques, qu’ils soient européens ou luxembourgeois. Ce manque de moyens fut la raison d’être de l’appel de Genève il y a dix ans. Des juges internationaux se mobilisaient à l’initiative de Denis Robert pour dénoncer le manque de moyens des juges dans les domaines de la criminalité financière. J’ai failli croire aussi, que les états avaient un pouvoir de contrôle sur la finance luxembourgeoise et que les enquêtes parlmentaires n’allaient plus êtres stoppées au seul argument que le luxembourg est un état souverain. Cet état immensement peuplé (60 000 luxembourgeois de souche, si je ne m’abuse) qui décide, de son lourd poids, de la manière dont il va traiter des affaires qui concerne aussi l’europe - justement -. J’ai failli croire, enfin, que la séparation des pouvoirs devenait réalité dans un pays, rapellons-le, où le ministre du trésor est aussi celui de la justice. Si tout est parfait, je m’en réjouis. On va enfin voir les salaires, le niveau de vie européen, la diminution de la dette publique croître au même rythme que celui des bénéfices des banques et de leurs clients. Plus que quelques mois a attendre dans ce cas.

                      Lisez un des ouvrages de Denis Robert, et on en reparle.


                    • Erwin Act Erwin Act 10 mars 2007 10:01

                      (oups, vous voyez, j’ai créé un doublon)

                      C’est là l’intérêt que l’on trouve à lire et voir (ou revoir) les enquêtes de Denis Robert et Pascal Lorent. Du reste, « La domination du monde » (bientôt disponible au format ’poche’) sera accessible au plus grand nombre. Si on n’aime pas le style Robert, on peut lire un autre auteur, avec le « Rapacités » de Gergorin. Si aucun des auteurs ne fait votre affaire, il reste le résultat de la commission d’enquête parlementaire française. On y discerne mieux les difficultés des juges financier lors de leurs demandes de commissions rogatoires.

                      J’ai eu un sursaut de joie en lisant votre commentaire. J’ai bien failli croire que nous vivions dans un monde parfait, ou les moyens humains, techniques et judiciaires étaient donné aux organismes de contrôles publiques, qu’ils soient européens ou luxembourgeois. Ce manque de moyens fut la raison d’être de l’appel de Genève il y a dix ans. Des juges internationaux se mobilisaient à l’initiative de Denis Robert pour dénoncer le manque de moyens des juges dans les domaines de la criminalité financière. J’ai failli croire aussi, que les états avaient un pouvoir de contrôle sur la finance luxembourgeoise et que les enquêtes parlmentaires n’allaient plus êtres stoppées au seul argument que le luxembourg est un état souverain. Cet état immensement peuplé (60 000 luxembourgeois de souche, si je ne m’abuse) qui décide, de son lourd poids, de la manière dont il va traiter des affaires qui concerne aussi l’europe - justement -. J’ai failli croire, enfin, que la séparation des pouvoirs devenait réalité dans un pays, rapellons-le, où le ministre du trésor est aussi celui de la justice. Si tout est parfait, je m’en réjouis. On va enfin voir les salaires, le niveau de vie européen, la diminution de la dette publique croître au même rythme que celui des bénéfices des banques et de leurs clients. Plus que quelques mois a attendre dans ce cas.

                      Je comprends vos questionnements mais je ne peux me résoudre à ignorer ne ceux de juges qui peinent, dans le secteur financier, à faire leur boulot, pour ne parler que d’eux.

                      Lisez un des ouvrages de Denis Robert, et on en reparle. (c’est dit sans provocations)


                    • ExSam (---.---.184.151) 10 mars 2007 10:40

                      IP:xxx.x75.37.71)

                      Lulu ne semble pas con, plutôt naïf. Par contre, pour toi y a pas photo.


                    • Lulu (---.---.154.185) 12 mars 2007 02:55

                      Alors, voila, j’ai lu (sur le net) un maximum d’articles et de commentaires relatifs à cette histoire et je me suis fait ma propre opinion... qui vaut ce qu’elle vaut, mais je me suis pris au jeu de ces petits commentaires et je ne résiste pas au plaisir de me faire a nouveau traiter de con ou de naïf smiley

                      1. Denis Robert a obtenu frauduleusement des listing de Clearstream dans lesquels il croit déceler le plus grand complot politico financier de tout les temps. Il existe des comptes non publiés donc cela sert à alimenter des comptes occultes et bien sur, parmis les milions de lignes de ces comptes, il a réussi à identifier de grands scandales financiers (Il devrait penser à se reconvertir dans l’audit, cet homme là !) C’est le trou noir de la finance... Pour moi, le principe d’une chambre de compensation, c’est lorsque deux banques titulaires chacune d’un compte cash et d’un compte titre qui se vendent des titres, elles donnent une instruction à la chambre de compensation pour que cette dernière débite le compte cash de la banque acheteuse et crédite celui de la vendeuse et débite le compte titre de la vendeuse pour créditer celui de l’acheteuse. (Si je me fourvoie, dites le moi...) Dans tous les cas, les mouvements restent inscrits à la fois dans la compta des banques et dans celle de la chambre de compensation. S’il n’est pas possible pour la justice d’un pays d’enquêter sur le territoire de la chambre de compensation, il lui est en revanche possible d’enquêter sur l’une des banques de son pays. Alors pourquoi vouloir aller chercher l’information là où elle a le moins de chance d’être obtenue ? Il est vrais que M. Robert n’est pas juge d’instruction, mais pour ce que j’en ai lu, il a fait une sacré instruction à charge...

                      2. Il est attaqué en difamation par les institutions qu’il met en cause dans ses livres et crie à la censure, à la mort du journalisme, au complot international ...

                      C’est bien connu, il y a un complot intenational mené par les banquiers, visant à asservir le monde et qui a décidé, pour rire, de s’en prendre à un seul journaliste, et ses collègues qui ne relaient pas sa bonne parole sont des gros jaloux !


                    • Erwin Act Erwin Act 12 mars 2007 09:18

                      Bonjour,

                      je ne pense pas une seconde que vous soyez naïf ou c.., vous le prenez plutôt bien, bien qu’apparement le commentaire s’adresse a une autre ip que la votre. Soit.

                      Nos opinions sont de mêmes natures. Nous devons êtres certainement chacun persuadé de ce que nous défendons. Toutefois, vous avez relevé des points importants que vous énoncés. Une chambre de compensation échange entre banques. Ceci est loin d’être un détail. Cet engagement figurait dans les statuts de l’opérateur...Cependant, un retrouve des opérations qui concernent des entreprises qui n’ont aucune activités banquaire, ainsi que de comptes de particuliers, semble-t-il.

                      Je vous entend bien sur le point de désaccord qui voudrait que l’enquête de l’auteur repose sur le dol ou le vol. Comment dire... Disons que depuis toujours, le journalisme d’investigation est fait de cela. Denis Robert n’a rien volé. Ce sont deux anciens employés de la firme ainsi qu’un consultant de la société d’audit Arthur andersen (vous vous souvenez, l’audit Enron ?) qui ont communiqué les informations au journaliste. Il faut, pour mieux comprendre leurs gestes, nous remémorez le contexte de l’époque. Nous étions tout juste après « L’appel de genève », rassemblement de grands juges internationaux qui s’alarmaient de leur manque de moyens pour luter contre la criminalité financière internationale. Cette participation de Denis Robert à cet important évènement le rendu crédible auprès de nombreux intervenants et acteurs de la finance de course.

                      Ces personnes ont communiqué les informations de la banque à Denis Robert, qui deslors à été inculpé de « Recel de vol ». Je me permet d’insister sur « recel » car, à l’inverse du vol, « le recel de documents », fait partie du métier de journaliste. J’espère à présent avoir resitué mieux le position de Denis Robert sur ce qu’il ressent lorsqu’on l’inculpe pour ce motif. Le syndicat national du journalisme, Reporters sans frontieres se sont d’ailleur inquiétés de cette inculpation...

                      Je voudrais juste souligner un point qui me paraît important. Pensez-vous qu’un trentenaire, anonyme, qui a un pied dans la finance prenne un matin la décision de communiquer ce type d’informations juste pour se faire rire ? qu’un journaliste prenne le risque, au delà de sa sécurité personnelle, de divulger pareilles informations ? Bien entendu, je vous sent curieux et attentif a cette affaire, et vous trouverez, je n’en doutes pas, de quoi remettre en cause.

                      Je vous l’ai déjà dit. Des personnes, à la source des révélations n’ont jamais été poursuivie en diffamation. Le documentaire de Denis Robert et Pascal Lorent « L’affaire Clearstram racontée à un ouvrier de Daewoo » (bac films)n’a jamais été attaqué. Regardez donc ce film, la banque n’a rien trouvé à dire.

                      Enfin, un autre auteur, Gergorin, dans son « Rapacités » à pris le relai. Disons, pour faire vite, que nous avons à présent le point de vue du numéro deux D’EADS, et de son témoignage percu en tant que client et utilisateur. Réjouissons-nous de cela. Ca fera enfin des vacances pour Denis Robert.

                      Mais pardonnez moi, il faut que j’y aille, j’entend des bruits de bottes dans la cours...je dois vous laissez à vos incertitudes que je conçois, croyez moi, mais elles resteront, au risque de vous décevoir, très en dessous de ce qui est à mon sens, acceptable.

                      bàv

                      Liens utiles ...

                      http://www.lettresdesoutien.blogspot.com/ http://lesoutien.blogspot.com/2007/01/notre-service-epay-vous-permet-de.html

                      www

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès