Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La crise des associations, un phénomène qui n’est pas récent, mais (...)

La crise des associations, un phénomène qui n’est pas récent, mais qui est de plus en plus inquiétant

La crise financière... les médias n’ont que ce mot à la bouche depuis plusieurs mois. Si nous avons bien compris qu’elle touche fortement les ménages, ces derniers ne sont pas les seuls à en pâtir. Des acteurs désintéressés de l’économie en sont également les victimes : les associations. Ces grands oubliés des médias et de l’Etat contribuent pourtant largement à l’économie sociale et solidaire et plus largement à améliorer la situation de certains ou de notre environnement en général.

Face au désintérêt des médias, il faut néanmoins souligner l’initiative des Echos, qui, dans une infographie diffusée sur dailymotion met en exergue les difficultés rencontrées par les associations face à la conjoncture que nous connaissons.


Mais la crise économique n’est pas la seule à remettre en question jusqu’à l’existence même des associations : crise de confiance et désintérêt des français pour ces acteurs de l’économie se font également ressentir. L’infographie des Echos précise que 59% des associations manquent de bénévoles. Or la plupart d’entre elles ne peuvent se permettre d’embaucher de nouveaux salariés, compte tenu du poids économique qu’ils représenteraient dans les budgets, déjà bien amoindris par la baisse des dons.

Loin de vouloir diffuser un message moralisateur, ce post a pour simple objectif de rendre compte de la difficile situation rencontrée par les associations, acteurs indispensables de l’économie et du paysage citoyen aujourd’hui.


Moyenne des avis sur cet article :  2.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • docdory docdory 10 août 2012 14:06

    @ Nico Breton

    C’est peut-être aussi parce que la France est en train de récupérer petit à petit le bon sens républicain, ce qui fait qu’on commence à se préoccuper de l’inimaginable scandale du financement public des associations.
    En effet, que dit la déclaration des droits de l’homme de 1789 ? Je cite : 
    « Article XIII : Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable. Elle doit être également répartie entre tous les Citoyens, en raison de leurs facultés. »
    A ma connaissance, les frais de fonctionnement des associations ne sont ni des dépenses d’entretien de la force publique, ni des dépenses d’administration. De quel droit fait-on contribuer les citoyens à ces dépenses ?
    Subventionner une association, c’est faire payer ses activités par le contribuable, qui devient ainsi de facto un cotisant obligatoire d’associations à la raison sociale desquelles il peut être en complet désaccord.
    Si des citoyens veulent s’associer dans tel ou tel but, libre à eux, c’est le principe de base de la liberté d’association reconnue par la loi de 1901, mais cette liberté fondamentale a pour corollaire la liberté que devrait avoir tout citoyen de ne pas faire partie d’une association.
    Or, quand l’on cotise à une association par ces impôts, on se retrouve dans la situation d’y adhérer de force.
    Il faut donc que, à l’instar de l’article 2 de la loi de 1905 ( la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte ), la loi institue également un règlement similaire concernant les associations, qui stipulerait : « la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucune association ».
    Ceci permettrait à l’Etat et aux collectivités locales d’ économiser des milliards ( voir des dizaines de milliards, le montant réel est introuvable, et peut-être même inconnu ) d’euros par an, et de faire cesser un intolérable clientélisme électoral résultant de cette « suventionnite » !

    • Romain Desbois 10 août 2012 19:26

      Oui et ce serait bénéfique aux associations elles mêmes.

      J’ai constaté dans les associations auxquelles je participais qu’il fallait pas trop faire de bruit au risque de déplaire à l’élu du coin (souvent le maire), afin de ne pas perdre la subvention annuelle.

      Laisser un élu distribuer à discrétion des subventions aux associations , c’est lui permettre de les contrôler.


    • Michel DROUET Michel DROUET 11 août 2012 08:48

      Le système de subvention par les collectivités publiques ne me gêne pas dès lors que l’objet de l’association est bien défini, qu’il contribue au lien social et que ses comptes sont contrôlés.

      Cela peut être le cas de l’association sportive et/ou culturelle de la commune dont l’action en faveur de jeunes ou de personnes défavorisées est clairement établi.

      Il en va autrement de pseudo associations qui bénéficient de subsides publiques uniquement pour servir de relai d’opinion pour les élus ou de celles qui sont financées parce qu’elle représentent un poids électoral important. Cela conduit souvent des exécutifs de gauche à subventionner des associations satellites des diocèses uniquement pour éviter de s’attirer les « foudres divines » lors des campagnes électorales.

      Enfin, il y a des associations qui remplissent des missions de service public (dans le secteur médico social par exemple, dans les départements). Ces associations sont devenus de véritables lobbies qu’il devient difficile de contrôler financièrement et sur le plan de l’activité concédée et qui n’hésitent pas à se comporter comme des entreprises privées avec chantage à l’emploi si on ne satisfait pas leurs demandes. Il n’est pas clairement établi que ces associations coûtent moins cher à la collectivité qu’un service assuré directement par elle même. Dans ce cas le retour à l’exercice public direct des missions qui incombent à ces collectivités territoriales doit s’imposer.

      En fait, tout repose sur la « volonté » des élus locaux dont on sait qu’elle est très perméable, surtout en période pré-électorale.

      Une solution, à défaut du courage politique qui devrait être la règle, serait « d’aider les élus » en interdisant le cumul des mandats et la limitation à deux le nombre de mandats successifs 


    • Cro Magnon Cro Magnon 10 août 2012 14:15

      Les associations souffrent surtout de l’image qu’elles nous donnent ! « Antennes » de certains partis politiques, « planques » pour copains ; etc....
      Ultra minoritaires pour beaucoup, elles ont cependant les « moyens » de se faire entendre des...politiques !Et sont loin de représenter l’idéal français.
      De mon humble avis, je les considère pour la plupart comme des « sectes », néfastes, intéressées (pour elles-mêmes, le « parti », l’idéologie,le « fric à faire », etc...), plus que pour des associations de réel intérêt public, représentatives des valeurs et des intérêts des français.
      Quand la « morale » des uns, heurte celle des autres ... !
      Pour devenir des acteurs indispensables de la vie économique et citoyenne faudrait-il encore qu’elles écoutent et appliquent ce que disent les citoyens de ce pays !
      Faites ce que je vous dit et ne faites pas ce que je fais...ça ne marche plus. La morale à sens unique, non plus.


      • Michel DROUET Michel DROUET 10 août 2012 18:21

        J’ai l’impression que l’étude des échos mélange un peu tout entre les associations qui s’occupent de sports et de loisirs et que tous le monde connait dans les communes et qui fonctionnent avec une majorité de bénévoles et des associations du secteur social et de la culture qui fonctionnent avec du personnel permanent en majorité et qui sont des démembrements du service public.

        L’esprit associatif est présent dans les premières, les secondes ne sont que des entreprises dirigées par un Conseil d’administration de bénévoles.

        Je me garderai donc bien de tirer des conclusions sur cette étude


        • précision /

          les bénévoles font la moitié du boulot des élus locaux....alors ceux ci devraient etre responsables financièrement et payer une petite reraite complémentaire aux bénévoles actifs. (SUR LEURS INDEMNITéS D éLUS°

           -550000 elus locaux en FRANCE....DANS LA CEE........ LA FRANCE A AUTANT D ELUS LOCAUX QUE LES 26 AUTRES PAYS REUNIS ....... DINGUE.550000


        • il est honteux de voir des villes moyennes recruter plus de bénévoles que de salariés pour faire

          tourner des « GARDERIES ET DES BIBLIOTHEQUES » EX BECHEREL 35 ET LA BANLIEUE RENNAISE"

          une idée ...faites travailler vos élus qui .......EUX SONT BIEN INDEMNISES

          NON AU RETOUR DE L ESCLAVAGE OU DU SERVAGE


        • Pinkette234 Pinkette234 10 août 2012 18:50

          Moi quand je donne de l’argent à une association,je ne le déclare pas aux impots.

          Je donne tant,ce n’est pas pour que l’état m’en rembourse une partie.

          Pour moi ça n’a pas de sens,d’ailleurs je n’ai jamais compris ce système !!!

          Je trouve injuste que nos impôts servent à ça !


          • Romain Desbois 10 août 2012 19:21

            Moi je trouve que c’est un très bon système. Cela permet que le contribuable choisisse à quoi ses impôts vont être utilisés. Hélas seulement 14% des foyers imposables le font.

            Je trouve cela plus démocratique que de laisser les élus décider quelle assoc ils vont subventionner.

            D’ailleurs je propose que l’Etat (au sens large, commune départ. Région etc...) ne puisse plus subventionner les associations et que les contribuables puissent déduire la totalité de leurs aux assoc., quelles qu’elles soient.

            On verrait se tarir le clientélisme et on serait surpris des assoc qui survivraient à ce changement (nombre d’entre elles vivent essentiellement des aides de l’Etat) .


          • Leo Le Sage 10 août 2012 19:30

            @Par Romain Desbois (xxx.xxx.xxx.64) 10 août 19:21

            Vous dites : "D’ailleurs je propose que l’Etat (au sens large, commune départ. Région etc...) ne puisse plus subventionner les associations et que les contribuables puissent déduire la totalité de leurs aux assoc., quelles qu’elles soient"

            Donc une association cultuelle aura beaucoup de sous et les associations utiles qui n’ont pas les moyens vont couler...

            Je ne pense pas que ce soit une bonne chose.

            @Par Pinkette234 (xxx.xxx.xxx.61) 10 août 18:50

            Vous dites : « Je trouve injuste que nos impôts servent à ça ! »

            Pas du tout c’est une incitation à aider les associations...

             
            Cordialement

            Leo Le Sage
            (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


          • Romain Desbois 10 août 2012 19:39

            Léo

            N’est ce pas aux citoyens d’en décider ? Si les assoc sont utiles pourquoi le quidam serait-il moins avisé que nos élus ?

            Mais la démocratie c’est d’abord au peuple de choisir non ?


          • Leo Le Sage 10 août 2012 20:03

            @Par Romain Desbois (xxx.xxx.xxx.64) 10 août 19:39
            Vous dites : « N’est ce pas aux citoyens d’en décider ? Si les assoc sont utiles pourquoi le quidam serait-il moins avisé que nos élus ? »
            Je préfèrerais que ce soit des spécialistes de la profession qui indiquera la validité d’une association ou pas.
            Une assoc dans le médical devra être cautioné par des médecins... s’ils veulent des subventions.

            Vous dites : « Mais la démocratie c’est d’abord au peuple de choisir non ? »
            Ce n’est pas faux.

            Mais si le peuple est mal informé sur les assoc, il faut bien quelqu’un pour la valider non ?
            Par exemple, il me semble qu’il y a des associations pour défendre les consommateurs contre le crédit revolving.
            Combien de personnes sont au courant ? Moi même je ne connais AUCUNE association de ce genre.
            Vous voyez où je veux en venir ?

            Mais entre nous, le quidam est dans la majorité des cas MIEUX informé que l’élu.
            C’est la réalité du terrain. HADOPI est l’exemple le plus visible.

             
            Cordialement

            Leo Le Sage
            (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


          • Romain Desbois 10 août 2012 20:28

            Léo

            Il n’est pas question de validité. En France nous avons la chance d’avoir la loi 1901 qui peut difficilement plus « libertaire ».

            Cependant il est vrai que le contrôle des comptes et conformité des associations est quasi inexistante. ce sont surtout les adhérents qui se doivent d’être vigilants et dénoncer les dérives.C’est loin d’être facile.

            Rien n’est parfait sur cette terre et il y a aura toujours quelques malfaisants pour nuire.


          • foufouille foufouille 10 août 2012 20:41

            « Une assoc dans le médical devra être cautioné par des médecins... s’ils veulent des subventions. »

            dans ce cas la, au revoir telethon et cie
            les maladies rares, c’est pas rentable


          • Leo Le Sage 10 août 2012 21:33

            @Par foufouille (xxx.xxx.xxx.203) 10 août 20:41
            Vous dites : « dans ce cas la, au revoir telethon et cie les maladies rares, c’est pas rentable »
            Cautionner ne veut pas dire : on ne paye pas si on ne sait pas.
            Cautionner veut dire que si c’est une médecin qui parle d’une maladie orpheline et crée une association on saura que ce n’est pas le pékin du coin...

            @Romain Desbois
            Dans validité j’entends : celui qui va donner l’autorisation officielle à l’association de recevoir des subsides !
            Cette personne devra être au dessus de tout soupçon d’où mon exemple :
            un médecin avec un autre médecin.
            Un sociologue avec un autre socio, etc.

             
            Cordialement

            Leo Le Sage
            (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


          • foufouille foufouille 10 août 2012 22:49

            sans les assos, on fait pas de recherches
            donc pas de « caution » car pas rentables
             


          • Guy BELLOY Guy BELLOY 11 août 2012 09:38

            Tout à fait, et la réflexion de doctory est fort justement « plussé » :

            Subventionner une association, c’est faire payer ses activités par le contribuable, qui devient ainsi de facto un cotisant obligatoire d’associations à la raison sociale desquelles il peut être en complet désaccord.

             


          •  C BARRATIER C BARRATIER 10 août 2012 19:32

            Faux problème
            Par définition, une association est constituée par des personnes qui s’associent parce qu’elles veulent faire quelque chose ensemble, pouvoir prendre une assurance responsabilité civile...Donc elles ne manquent pas de bénévoles...On peut parfaitement se passer d’associations, ceux que ça intéresse en constituent pour eux.
            Je fais partie de plusieurs associations, cela me plaît, je ne me vois pas demander quoi que ce soit à quiconque autour de moi....
            C’est tout simple. Sauf qu’effectivement LES ASSOCIATIONS peuvent devenir des pompes à fric pour des profiteurs...Les abus en restaus et réceptions des pièces jaunes de madame Chirac...le PDG de la « lutte contre le cancer », l’ARC...Et on pompe allègrement les finances de l’état en déductions fiscales pour les donateurs.
            Je viens de découvrir que des fondations supportent des illégalités vis à vis de privilégiés de l’argent à propos des écoles privées. Ce n’est qu’un cas particulier.
            Voir en table des news :

            Nouveau gouvernement : stop au gaspi et aux illégalités

            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=214

            On pourrait avantageusement supprimer les niches fiscales créées par les associations...Et utiliser l’argent pour faire avancer la justice sociale.


            • Romain Desbois 10 août 2012 19:44

              J’ai remarqué hélas la tendance des gens à prendre les associations comme société de service, on requiert leur service mais on ne s’investit pas dedans.

              J’entends aussi souvent « mais que font les associations ? » quand un scandale ou un fait divers arrive.
              Mais eux ne sont pas dans les assoc.


            • Guy BELLOY Guy BELLOY 11 août 2012 09:40

              Tout à fait. Cela mériterait un billet.


            • les assos font une grande partie du boulot des élus locaux....obligeons les a donner une partie de leurs indenmités aux bénévoles  : (petite retraite complémentaire)

              - 1300 elus nationaux nous coutent le aussi cher que 120000 fonctionnaires cat B

               .-la france a elle seule cpmpte autant d’élus locaux que les 26 autres pays de la CEE REUNIS BIZARRE (550000)


            • Switcher 10 août 2012 21:14

              Désintéressées, les assoc’ ?

              Jamais de la vie. Pas toutes, en tout cas.  smiley

              • Antoine 10 août 2012 23:54

                 Oui, bon, le pognon (donc mes impôts) balançé aux associations bidons, stoppppppppppppppppppppp


                • lucmentin 11 août 2012 10:09

                  La plus part des associations ne sont que des pompes à fric pour l’électorat de nos très petits politiques.

                  Je dis depuis très très longtemps qu’il faut supprimer les associations. De petits chefs prennent le pouvoir après avoir été nuls dans leur vie. De plus, la distribution des subventestions le résultat d’affinités et non de besoins. Enfin,des associations sont de véritables entreprises qui échappent aux obligations des autres entreprises. Et n’y trouve-t-on pas de faux assistés.

                  Alors au diable cette forme de financement pour inutiles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès