Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La démocratie représentative confrontée à ses limites

La démocratie représentative confrontée à ses limites

La démocratie représentative est le système politique dans lequel nous vivons en France. La volonté des citoyens s’exprime donc par le canal de représentants élus dans différentes instances, le Parlement par exemple, qui vote les lois et contrôle l’action du gouvernement.

Ce système commence à poser problème dans la mesure où l’abstention grandit à chaque scrutin et dans la mesure où des décisions prises par le Parlement peuvent être contestées ou contestables.

Il ne s’agit pas ici de lois telles que celles qui concernent le mariage pour tous par exemple qui ressortissent du rôle du législateur, mais des décisions qui concernent le pouvoir politique ou les élus eux-mêmes et qui peuvent s’avérer choquantes pour le citoyen.

Les indemnités des élus

Il ne s’agit pas ici de clamer « tous pourris », mais seulement s’interroger sur le fait que ce sont les parlementaires eux-mêmes qui votent les textes les concernant et qui concernent également les élus locaux. Notons au passage que 80% des élus, toutes collectivités confondues, ne perçoivent aucune indemnité et que ce paragraphe ne concerne que les 20 % restants.

Passons sur les indemnités d’élus qui sont en quelque sorte le salaire de base, pour indiquer que l’utilisation par les parlementaires des indemnités représentatives de frais est pour le moins opaque et peut constituer une source d’enrichissement personnel, et sur les frais de collaborateurs qui sont une opportunité formidable pour salarier un membre de sa famille légitime ou de sa famille politique.

On s’arrêtera également sur le régime spécial de retraite de nos parlementaires qui mériterait une réforme approfondie, mais comme le dit le proverbe, on ne scie pas la branche sur laquelle on est assis.

Les modes de scrutins et les circonscriptions électorales

Chaque majorité y va généralement de sa petite réforme destinée à favoriser les élus du parti majoritaire ou à gagner des sièges. La dernière modification en date concerne l’élection des conseillers départementaux qui se fera « par couple », un homme une femme, et qui verra le nombre de cantons divisé par deux afin de ne pas augmenter le nombre d’élus au final. Le texte concerne également les élections municipales pour lesquelles le seuil du vote par liste a été abaissé à 1000 habitants au lieu de 3500.

On s’étonnera toujours de la forme et de la configuration des circonscriptions électorales législatives taillées pour gagner une circonscription ou pour isoler l’opposition et on attend avec impatience le nouveau découpage électoral cantonal pour savoir s’il correspond à une réalité démographique et s’il ne fait pas la part trop belle au secteur rural, ce qui est le cas jusqu’à présent.

Le cumul des mandats et des fonctions

S’agissant du cumul des mandats, une loi est en cours de préparation qui interdira aux parlementaires de cumuler avec un mandat d’exécutif local (Président ou vice président de Région, de Conseil Général , maire ou adjoint d’une ville), mais qui leur laissera cependant le loisir d’être élus dans ces mêmes assemblées au nom de « l’ancrage local » et de continuer à user de leur influence. La réserve parlementaire est à cet égard une fabuleuse anomalie démocratique qui participe en fait de l’achat de voix et pipe les dés de la démocratie représentative.

Cela se traduit bien évidemment par un absentéisme chronique au sein des assemblées, en particulier le Parlement où les fauteuils vides sont plus nombreux que les sièges occupés en séance, sauf le jour des questions au gouvernement où il s’agit de se serrer auprès de celui qui pose la question pour passer à la télé.

Cela se traduit aussi par l’embauche de collaborateurs locaux au sein des cabinets et qui font tourner la boutique lorsque le parlementaire est à Paris.

Certains élus qui cumulent un mandat de maire avec celui de député par exemple, trouvent encore le temps d’exercer une activité professionnelle, source de conflits d’intérêts. C’était apparemment le cas de Cahuzac, avant qu’il soit Ministre, c’est aussi le cas de Copé, Député, Maire de Meaux, Président de l’UMP et avocat d’affaire, qui sentant le vent du boulet, vient de déclarer qu’il arrêtait cette dernière activité.

On admirera l’abattage de ces cumulards multi cartes en se demandant si ce n’est pas l’interdiction pure et simple de tout cumul de mandats et de fonctions susceptibles d’entraîner des conflits d’intérêts qui serait la meilleure solution, en y ajoutant l’interdiction de plus de deux mandats successifs.

Là encore, nous sommes loin du compte, notre représentation nationale ne souhaitant pas modifier les règles qui leurs permettent de « faire carrière » et de bien vivre.

 La réforme des collectivités territoriales

« Ancrage local » oblige, nos élus cumulards ne souhaitent pas voir disparaître le nombre des mandats locaux qui leur permettront le cas échéant de se « refaire la cerise » localement en attendant les prochaines législatives ou sénatoriales, sans être obligés de repasser par la case emploi.

C’est pourquoi, ils sont opposés à toute réforme visant à diminuer le nombre de collectivités territoriales et d’établissements publics de coopération intercommunale (nous sommes les champions en Europe !), dont on sait qu’elles ou ils se marchent sur les pieds, génèrent du temps perdu pour se mettre d’accord sur un projet commun et au final coûtent cher et participent de la désaffection du citoyen qui n’y comprend rien, aux élections locales.

Les lobbies des élus ont fait un travail de sape remarquable en enterrant un premier projet de loi de réforme des collectivités pourtant loin d’être révolutionnaire. C’est dire le conservatisme – intéressé – de nos élus, toutes catégories et tous partis confondus.

Réformer les institutions

Il est tout à fait anormal que les partis politiques et les élus qui se piquent de rénovation de la vie publique et de transparence continuent à être des décisionnels incontournables sur l’ensemble des points cités ci-dessus et qui touchent à leurs propres intérêts.

Une modification des institutions par voie référendaire traitant de ces points, devient une obligation, afin de faire cesser ces conflits d’intérêts.

Ce serait un bel exercice de démocratie directe.

 

Photo : Assemblée Nationale, par Ma Gali http://www.flickr.com/photos/galinette/


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 22 avril 2013 16:55

    Oui, je suis pour un tel référendum avec de multiples questions institutionnelles.

    statut de l’élu

    contrepouvoir citoyen

    initiative citoyenne ; (référendum d’initiative citoyenne, saisine d’institutions par pétition..)

    voir  ;http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/revendications-pour-une-autre-134223

     


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 avril 2013 09:40

      LA DEMOCRATIE REPRESENTATIVE N EXISTE PLUS EN FRANCE...

      nos élus cumulards ne sont plus nos représentants mais ceux de mafias comme l UMP
      de lobbyistes des grands groupes mecicaux...bancaires INTERNATIONAUX

      C EST UN LEURRE ET AVONS NOUS BESOIN DE 577 DEPUTES ET 350 SENATEURS 5 LES USA UNE VRAIE DEMOCRATIE....EN ONT 10 FOIS MOINS !!!!!!!!!!!!!!!! de 22 regions et de 36600 communes..L UMPS N IRA JAMAIS CONTRE « SES NOTABLES LOCAUX..... »


    • bernard29 bernard29 23 avril 2013 14:47

      un petit aparté.

      personnellement, les seules élections vraiment citoyennes étaient celles de l’élection du conseiller général dans son canton. C’était la seule qui permettait , moyennant un investissement financier peu important ( avec 3 000 euros on pouvait faire une très belle campagne), à un citoyen de se présenter et d’offrir son programme sur les localités de son canton, de sa ville. J’aimais beaucoup cette élection qui permettait à un citoyen de rencontrer beaucoup de gens de son canton. C’était un exercice d’une démocratie de proximité. Bien sûr il y avait le poids des partis installés, mais parfois un citoyen arrivait à émerger en fonction des rivalités locales.

      Cette époque est maintenant révolue... ... ceux qui veulent de la proportionnelle intégrale ne se rendent pas compte que ce sera la main-mise totale des partis et des apparatchiks.


    • CAVALE 24 avril 2013 13:50

      Dans la démocratie marchande, les « représentants » du peuple sont des représentants de commerce... !


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 26 avril 2013 10:11

      OUI CELA DEVIENT URGENT.........@demosthène

      plus d’avocats et surtout d’affaires élus nartionaux...ni plus de marchands de biens ni d’armes

      interdiction aussi aux SHOWWBUSINESS COMPRENANT LES FOOTEUX DE GAGNER PLUS DE 10 FOIS LE SMIC

      interdiction REELLE DU CUMUL ET DU LOBBYISME CHEZ LES ELUS NATIONAUX

      SUPPRESSION DES AGENCES DE BANQUES SUISSES EN FRANCE

      REOUVERTURE DU BAGNE DE CAYENNE POUR LES POLITIQUES QUI FONT OU FACILITENT L EVASION ISCALE

      ET VOGUENT LES GALERES JUSQ ’A CAYENNE...


    • citoyenrené citoyenrené 22 avril 2013 18:12

      tout à fait d’accord avec vous durae, sur la nécessaire déprofessionnalisation

      le simple bon sens comme vision plus limpide....déprofessionnalisation mais ne nous leurrons pas, une formation sur un sujet particulier doit être quand même possible

      les auditions, consultations, commissions du sénat sont indispensables, ça professionnalise n’importe qui sur un sujet donné
      heureusement qu’il y a cet outil pour acquérir de l’expertise, un avis éclairé, et donc, quelque part se professionnaliser
      mais 1 fois dans sa vie de citoyen, en ce sens, d’accord pour la déprofessionalisation, la fin d’une caste distincte du peuple


    • citoyenrené citoyenrené 22 avril 2013 17:49

      « le Parlement par exemple, qui vote les lois et contrôle l’action du gouvernement. »

      en théorie peut-être, l’Exécutif éxécute ce que le législatif légifère, mais les lois proviennent à 70% (80 ?) du gouvernement exécutif, dans ses projets alors que la pov’ Assemblée ne fait que des propositions, on est loin d’un gouvernement représentatif, si on cherchait la représentation, vu que c’est un régime présidentiel exacerbé, ça se résumerait au personnage présidentiel, gouvernement représentatif... de la personne de président, ok élu démocratiquement, 1 fois tout les 5 ans, 5 minutes dans l’isoloir

      ou alors gouvernement représentatif, pouvoir à l’Assemblée législative, sénat citoyen représentatif de la société par sa composition, miroir en miniature, là ok, on peut ergoter sur le gouvernement représentatif

      une réflexion sur la représentation est possible, une autre sur le lien gouvernant / gouverné amènerait à concevoir la rotation des charges, entendre Aristote dans Politique, partie III ; « l’une des formes de la liberté est de commander et d’obéir tour à tour »...« il semble que l’excellence d’un bon citoyen soit d’être capable de bien commander et de bien obéir »...« On dit, et à juste titre, qu’on ne peut pas bien commander si l’on n’a pas bien obéi. »

      Aristote qui proposait des systèmes combinés élections - tirage au sort, je crois... « démocratie représentative », interroger ce curieux mélange, gouvernement représentatif, le parlement, à la rigueur, a une certaine représentativité..mais la Ve transforme le président en Représentant personnifié

      bien sûr l’éxécutif nécessite une autonomie pour être réactif, mais sous l’œil en temps réel quasiment de l’Assemblée parlementaire, mais tout pouvoir exécutif semble avoir une force particulière pour s’autonomiser, pour ces raisons, l’expression « démocratie représentative » pour qualifier le régime actuel est casse-gueule


      • Croa Croa 24 avril 2013 07:30

        « A croire que vous avez quelque intérêt à ce que les salariés redeviennent ce qu’ils étaient en 1850. »

        Oui, la remise en cause du droit du travail est bien plus importante que cette anecdote qu’est ’’le mariage pour tous’’ !


      • alinea Alinea 22 avril 2013 18:09

        On est loin du compte, comme vous le dîtes, et à égrener les anomalies, à tirer les fils emmêlés qui empêtrent le peuple, oui, je pense qu’un bon coup de pied dans la fourmilière serait bienvenu !
        Énumérer ce qui ne va pas, c’est donner la voie de ce qu’il faut faire ! Ce bon résumé nous confirme dans nos aspirations, il nous suffit plus qu’à trouver le moyen de les réaliser !


        • Le péripate Le péripate 22 avril 2013 18:33

          Le principal conflit d’intérêt est celui d’un fonctionnaire avec la fonction d’élu. Que les fonctionnaires démissionnent pour se présenter à une élection devrait être obligatoire.




          • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 avril 2013 09:44

            OK ON VIRE LES FONCTIONNAIRES ET ON GARDE LES AVOCATS D AFFAIRES ET MARCHANDS DE BIENS OU GERANTS DE SCI

            mr le péripate vous ne croyez pas qu’il vaut mieux faire le contraire (a l ’exception des hauts fonctionnaires qu’ils faut rendre inéligibles a la sortie de L ENA OU DE SCIENCES PO )


          • Le péripate Le péripate 23 avril 2013 09:55

            On ne peut être serviteur et maitre.


          • Le péripate Le péripate 22 avril 2013 18:34

            Ensuite, que vais-je manger ce soir ? C’est une chose que je vais décider seul ou avec ma compagne et mes amis, mais certainement pas à la suite d’un vote.


            Merde à la démocratie.

            • citoyenrené citoyenrené 22 avril 2013 18:50

              au péripate,

              C’est une chose que je vais décider seul ou avec ma compagne et mes amis, c’est une délibération, s’en suit un vote non-dit, voire inconscient, communication gestuelle ou magie du langage, de votre groupe ’vous-compagne-amis’

              ou une forme de petite dictature, vous vous débrouillez, si vous emmerdez la démocratie, n’emmerdez pas vos plats


            • Le péripate Le péripate 22 avril 2013 19:31

              Une forme de liberté. Un mot que vous ne connaissez visiblement pas.


            • Le péripate Le péripate 22 avril 2013 19:51

              Sans parler du concept bien sur.


            • citoyenrené citoyenrené 22 avril 2013 20:16

              oui, liberté bien sûr, mais il était marrant de noter que plusieurs personnes réunies autour d’une affaire commune, votent par des voies différentes certes, mais expriment ou non leur approbation, ou même, les amis qui jugent le repas à postériori en un mot dans l’ascenseur, « votent »...voilà, remarque un peu décalée qui me faisait sourire


            • Le péripate Le péripate 22 avril 2013 20:32

              En tout cas, ceux qui ne participaient pas au repas n’ont pas eu à se prononcer. Ca, c’est important.


            • citoyenrené citoyenrené 22 avril 2013 20:53

              En tout cas, ceux qui ne participaient pas au repas n’ont pas eu à se prononcer. Ca, c’est important.

              si le repas est la force publique, le service public, les impôts, on participe tous au repas

              enfin « tous », ceux ne participent pas seraient quand même les plus nombreux, 7 ou 8 milliards de personnes, seuls 70 millions de français, mais ceux-ci sont invités et goutent à un moment ou un autre au gâteau


            • Gontran Gontran 22 avril 2013 20:59

              Votre remarque soulève uns des enjeux les plus importants de la Démocratie directe : définir le périmètre des décisions collectives avec intelligence et créer des outils qui rendent ce périmètre flexible et adaptable en fonction des circonstances.


              Pour reprendre votre exemple, ce serait effectivement une restriction trop forte des libertés individuelles si on devait voter en assemblée votre menu du soir. 

              Pour autant, il serait juste que vous ne consommiez pas de produits qui ont une dimension antisociale : des produits dangereux à la fois pour vous et pour l’environnement. Les produits issus d’une agriculture ultra-industrialisée, polluante et sur lesquels se jouent un jeu de la spéculation qui profitent toujours aux mêmes composent une grande partie de l’alimentation des français. Les conséquences de la production et de la commercialisation de ces produits sont désastreuses.

              Ne serait-il pas juste que l’intérêt général prévale sur notre liberté individuelle de consommer de tels produits ? Auquel cas, le peuple réuni en assemblée pourrait décider d’encadrer drastiquement leur commerce tout en encourageant la relocalisation et les méthodes de cultures respectueuses de l’environnement. 

              Ne vous conformeriez-vous pas volontiers à une telle décision si vous comprenez de quelle manière elle va influencer positivement votre vie et celle de vos concitoyens, bien qu’elle représente une restriction de votre liberté individuelle ? 


            • Le péripate Le péripate 23 avril 2013 00:35

              ......


              NON

            • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 23 avril 2013 09:48

              et le péripate se dit démocrate

              TOUT CE QUI RIME N EST PAS VRAI..................


            • Le péripate Le péripate 23 avril 2013 09:51

              Source ?....


            • Bur K Bur K 22 avril 2013 18:41

              @ durae.leges.sed.leges a totalement raison.

              Et comme le souligne le politologue Bernard Manin, tant que nous ne serons pas passés à une démocratie participative, on ne sortira pas du paradoxe du gouvernement représentatif : « alors qu’il fut conçu en opposition avec la démocratie, le rapport entre les représentants et les représentés est maintenant perçu – à tort – comme démocratique  » :

              · Démocratique parce que chaque citoyen peut faire valoir sa voix.

              · Aristocratique parce que l’élection sélectionne nécessairement les élites.

              Pour contrecarrer la professionnalisation (et la gangstérisation) de la politique, nous devons instaurer la démocratie participative.

              Et ça peut commencer dès les prochaines échéances du renouvellement des mandats municipaux : tirage au sort des conseillers et du maire.


              • Daniel Roux Daniel Roux 22 avril 2013 18:51

                Ce problème de la représentation est au coeur même de la démocratie.

                C’est bien parce que les députés sont dépendants des partis que la démocratie ne fonctionne pas.

                L’investiture est l’arme que le chef du Parti utilise pour maintenir le député de base sous sa coupe. Il est remarquable que les chefs des 2 partis de gouvernement ne sont jamais élus démocratiquement mais par manipulation des résultats.

                Sans remonter jusqu’à l’élection de Chirac provoquant la colère et les menaces de Boulin, rappelons nous les élections PS opposant Aubry à Royal, ou celle récente et encore plus scandaleuses, si c’est possible, de l’UMP opposant Copé à Fillon.

                Comme en l’occurrence, le chef de l’exécutif est le chef du parti, qu’il nomme la haute magistrature et autres postes clés, il détient en réalité, toutes les manettes du pouvoir.

                Nous vivons donc continuellement dans l’illusion démocratique et ce qui est navrant, tout est fait par les élus pour maintenir fermés, les verrous du système.


                • maQiavel machiavel1983 22 avril 2013 18:53

                  C’est bien parce que les députés sont dépendants des partis que la démocratie ne fonctionne pas.

                  C’ est parce que les députés existent que nous ne sommes pas en démocratie ... c’ est pas plus compliqué !

                • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 26 avril 2013 10:21

                  C ’EST TOUT A FAIT CELA les députés n’obéissent qu’a des partis JACOBINS PARISIENS

                  SUPPRIMONS l ’UMPFNPS TOUT IRA MIEUX
                   AVEC :
                  - 100 députés
                  - 6 régions
                  -3000 communauté de communes

                  NOUS AVONS 650000 ELUS DONT 10 % REMUNERES NOUS REVIENNENT CHACUN A 2500 EUROS /MOIS 2500 EUR X 65000 = combien de chomeurs en moins avec ces millions d’euros ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,, ????????????????????


                • maQiavel machiavel1983 22 avril 2013 18:51

                  Pourquoi apelle-t-on ce régime démocratie représentative et non pas aristocratie ( oligarchie conviendrait mieux mais faisons semblant ) représentative ?

                  D’ ailleurs si le législateur est élu , la souveraineté populaire n’ existe même pas , à en croire Rousseau ...

                  • Xenozoid Xenozoid 22 avril 2013 20:25

                    bon voyont voire, Democratie Representative, est un oxymoron, quand on m’expliquera que la democratie est représentative on me dira que mac dolnalds est president


                    • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 22 avril 2013 21:21

                      La démocratie consiste à être libres ensemble et non à choisir les représentants de notre servitude. Il n’y a pas plus de démocratie représentative que d’eau sèche. 


                      • citoyenrené citoyenrené 23 avril 2013 08:33

                        @ Gaspard Delanuit,

                        voyant plusieurs commentaires sur « l’oxymore » de l’expression « démocratie représentative » , j’en interpelle un auteur au pif, vu l’étendue du pays, et le nombre de 40 millions d’électeurs, des représentants sont nécessaires.....et cela ne va pas frontalement contre Rousseau, qui écrivait « Quoi qu’il en soit, à l’instant qu’un peuple se donne des représentants, il n’est plus libre, il n’est plus » ou « la souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée »

                        pas frontalement, car le même écrit, « s’il existait un peuple de dieux, ils se gouverneraient en démocratie » et puis il jugeait la démocratie possible pour les petits états

                        en 2013, on peut conserver le germe fertile de la rotation des charges & mandat non-renouvelable, pour aller vers la déprofessionnalisation de la pratique politique

                        le peuple perpétuellement assemblée, en 2013 c’est l’Assemblée et le Sénat, bientôt le Référendum d’Initiative Citoyenne

                        l’esprit de la démocratie ne serait pas trahi

                        surtout si une attention particulière est accordée à la définition de « représentant » et si la représentativité de la société dans son ensemble est assurée......très loin actuellement, mais avec un sénat citoyen, par exemple, le miroir en miniature, nous permettrait peut-être de parler de « démocratie » sans trahir le mot

                        et puis paralélement, n’oublions pas que les auditions, consultations, commissions du Sénat sont la voie de l’avis éclairé, ce serait valable pour des citoyens tirés au sort, en plus du bon sens fondamental, du sens commun, de nous autres, la plèbe, cet outil du sénat peut rendre « professionnel » sur une question, sur un sujet spécifique, et cela ne peut pas être écarté d’un revers de la main, n’effrayons pas avec « déprofessionalisation » massive, de la carrière politique, oui bien sûr....mais sur l’avis éclairé (débats contradictoires et tutti cuanti) que doit acquérir le législateur, la professionalisation est possible et souhaitable

                         


                      • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 23 avril 2013 12:43

                        Je comprends bien la nuance, pas de problème. La mise en oeuvre de la démocratie réelle peut prendre des formes représentatives, ok ! Mais l’expression « démocratie représentative » avale toute la démocratie au profit de la représentation. 


                        D’accord aussi pour ne pas effrayer et opérer des transitions compréhensibles et institutionnellement praticables. 

                      • citoyenrené citoyenrené 23 avril 2013 12:50

                        nous étions d’accord en fait, je fais le pisse-froid


                      • bernard29 bernard29 22 avril 2013 23:26

                        Mélenchon veut une constituante élue à la proportionnelle . Très bien. Et donc on peut prévoir aisément que cette constituante sera dirigée par la droite étant donné les sondages actuels et même les résultats du premier tour de la présidentielle. Et donc, ce sont des partis qui ne voudront pas lâcher la cinquième .

                        C’est ainsi que la constituante est le meilleur moyen d’enterrer la future Sixième république.

                        j’en conclue que Mélenchon, qui sait très bien ce qu’il fait en moulinant dans tous les sens Sixième Sixième, mène pas mal de gens en bateau.


                        • Morpheus Morpheus 23 avril 2013 15:02

                          C’est pourquoi il faut « pirater » l’initiative du FdG en diffusant le plus largement possible le message que le PROCESSUS CONSTITUANT (c’est-à-dire le processus de désignation des membres de l’Assemblée Constituante qui auront à rédiger une nouvelle Constitution) est LA CLEF fondamentale à ne SURTOUT pas négliger.

                          Une AC élue, c’est tout changer pour que rien ne change. Il FAUT une AC désintéressée (qui ne soit pas en conflit d’intérêt) et donc tirée au sort parmi le peuple français (donc constituée de non professionnel du droit ou de la politique, et qui ne se destinent pas au pouvoir - et même s’en exclu de facto en acceptant de devenir constituants).

                          Coupon l’herbe sous le pied au projet du Front de Gauche et de J-L Mélenchon en exigeant une AC tirée au sort ! (et en refusant toute légitimité à une AC élue).

                          Cordialement,
                          Morpheus


                        • Attilax Attilax 23 avril 2013 22:29

                          Carrément d’accord. Une constituante n’a de sens que si elle est tirée au sort au sein de la population, sans ça ce seront toujours eux qui écriront les règles de la nouvelle constitution, ce qui ne changera donc rien...


                        • Croa Croa 24 avril 2013 07:45

                          Tout à fait d’accord avec vous ! 

                          L’idée du Front de gauche d’une refondation républicaine est bien au départ mais mauvaise dans la forme qu’il propose.

                          Conclusion :
                          Il faut aller à sa manif du 5 MAIS affirmer que ce qu’il nous faut en réalité c’est une assemblée constituante tirée au sort (il faut venir avec sa pancarte.)


                        • Attilax Attilax 25 avril 2013 22:35

                          @croa
                          Tu crois vraiment qu’ils ne le savent pas ? Tu crois qu’ils vont lire les pancartes ?
                          Va dire aux gens que les élections sont par nature antidémocratiques, tu vas voir les réactions, c’est assez amusant.


                        • Ruut Ruut 23 avril 2013 06:40

                          La démocratie c’est consulter le peuple pas qu’il choisisse ses chefs.
                          Une monarchie peut facilement être démocratique si le monarque consulte régulièrement sa population.
                          Le gros soucis de la démocratie c’est que celui qui contrôle les médiats contrôle le peuple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès