Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La droite et la gauche n’existent pas. Le peuple si. Le subterfuge de (...)

La droite et la gauche n’existent pas. Le peuple si. Le subterfuge de la République qui se fait passer pour la démocratie.

Une dédicace pour ceux qui croient vivre dans une démocratie et pour les gens médiatisés qui savent que nous ne sommes pas en démocratie, mais se servent de ce joli mot pour pérenniser leurs mensonges. Les politiques, on les comprend : ils ne veulent pas perdre leur job.

Il y a dans nos régimes dits "démocratiques" toujours deux principaux clans qui s'opposent. Chaque clan a son chef et perpétue le culte de l'être providentiel, le culte du "meilleur d'entre nous" pour nous diriger, nous apporter la lumière ou je ne sais qu'elle autre imbécilité.

Dans un tel équilibre, présenté comme immuable, on échange de façon implicite les choix que pourraient faire un peuple par des décisions prétendues éclairées d'un groupe avec a sa tête un leader. On décrit cela comme une organisation démocratique. 
 
LA DEMOCRATIE CE N'EST PAS VOTER POUR UN CANDIDAT.
 
Remarquez à quel points les politiques se servent, galvaudent et déclinent le mot "démocratie", alors qu'ils savent très bien qu'en France par exemple nous sommes en république, ce qui n'a rien à voir avec un système démocratique. C'est partout pareil : LA DEMOCRATIE N'EXISTE PAS SUR CETTE PLANETE. 
 
Donc déjà : notre système n'est plus le "moins pire" qu'on ait trouvé comme on nous le rabâche sans arrêt, mais plus perfectible qu'il n'est présenté.
 
Je ne vais pas vous dire ce qu'est la démocratie je vous file des liens. Comme ça, au cas où ça vous intéresse, vous vous sentirez, je l'espère avec un grand grand sourire hébété, comme moi quand je l'ai découvert (y'a pas longtemps) je dirai même plus, si ta curiosité est déjà éveillée et si tu as bien le temps, tu peux arrêter de me lire, le reste de l'article est en bonne partie du digéré perso de ce que j'ai retenu en voyageant autour de ces liens :
http://www.le-message.org/
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tirage_au_sort.php
 
RéPUBLIQUE TU DéCONNES GRAV'
 
Je reprends la théorie bien connue de la dualité, et soutiens l'idée que la droite et la gauche sont ces deux jambes obligatoirement opposées pour se rendre au même endroit. Ou encore deux arches opposées l'une à l'autre pour soutenir le même et unique projet. (piqué chez P.Hillard en politique profonde sur URSS/USA)
 
Contrairement à ce qui nous est suggéré sans cesse, pour le gouvernement, le camp adverse (occupant le plus les médias) l'aide à soutenir ses projets, bien plus qu'il ne préserve une diversité de choix politiques judicieux ou bienveillants pour la population. Les petits partis sont marginalisés, certains servent de "rabatteurs" et accèdent peu au "débat public"(sic), de la confusion puis toujours les mêmes convergences. C'est un mouvement perpétuel qui est autant accepté que le principe du flic qui n'existe que par le voyou. Un formatage odieux. Relayé car accepté comme état de fait par les médias nationaux.
 
Les documents démontrant cela son nombreux, j'invite quiconque en doute à revoir avec application l'histoire de son pays autour du travail, des guerres, des banques et des gouvernements successifs. La stagnation comme les connivences sont flagrantes et les (mauvaises) habitudes ne se perdent pas.
 
Pour seul et bel exemple voici la conférence d'Annie Lacroix-Riz, qui en tant qu'historienne universitaire nous livre sa version de l'histoire contemporaine de France (1900 à nos jours) : 
 

 
La division principale du peuple : Voter pour un camp.
(oui j'te fais le coup de "élections : piège à moutons")
 
On s'escrime à vouloir mettre des parts du peuple dans des clans. La politique telle qu'elle est aujourd'hui est la division principale du peuple, qui permet de régner en toute fluidité. Votez. Soyez "souverains" le temps de la campagne de drague, puis taisez vous les années entre les urnes. Vous pensez que je suis caricatural et que je prend la direction du "tous pourris" : pas du tout, je prétend que notre système républicain est un panier de crabes car conçu à sa base pour inciter à cela. La meilleure preuve est que la constitution qui, je le rappelle, se trouve AU DESSUS de tout pouvoir est rédigée par ceux là mêmes qui ont, ou auront le pouvoir(? !!??!!!). 
 
Cette constitution au départ compréhensible par un enfant et faite pour protéger le peuple des abus du pouvoir : devient complexe, s'allonge au fil du temps, est trahie régulièrement. Je ne parle pas non plus de complots, mais bel et bien d'un système qui rend obligatoirement retord, fait donc perdre du temps, tout en empêchant de renouveler des approches politiques essentielles et simples. Un système aussi qui absorbe des élus intègres ou dissonants qui, avec les petits partis sont servis comme gages de "démocratie", mais qui s'emploie à nous démontrer que NOS affaires seraient trop compliquées à gérer pour nos petites têtes. 
 
Mais comme disait l'ancien : "l'être humain est un animal politique" et n'importe qui est capable de savoir ou ressentir ce qui bon pour soi et pour ceux qui l'entourent. 
 
Le sentiment d'injustice quel qu'il soit est géré le plus souvent par politiques et médias comme une nécessité pour le groupe. Parfois même une fatalité. 
Voilà encore un formatage qu'il faut fuir le plus souvent possible. 
 
Car au bout du compte : quel groupe échappe vraiment aux caprices de nos sociétés, aux crises, chômage(un instrument), guerres et autres asservissements ? 
ALors votez ? 
 
Car ensuite le boulot est simple, on "responsabilise" les gens, avec de lourds accents de culpabilisation(ah, la dette !) au nom du "vivre ensemble" et des efforts que cela impose. Le plus souvent sur des détails et de l'émotif on se chicane avec le camp adverse, et nous voilà avec l'illusion d'avoir des convictions en même temps qu'on nous détourne des priorités. C'est autant difficile à voir qu'on s'accroche à ce théatre. C'est très bien que l'opposition soit forte, cela donne du panache aux "choix" des pouvoirs en place. Oui le boulot est simple car les citoyens n'existent plus : ils sont juste des électeurs. Les choix d'un peuple sont réduits à celui unique d'un chef, un clan pour lequel on peut même se disputer, c'est dire le degré de bêtise imposé, quel exercice...la politique...Pour le pays, la ville ou la région on doit choisir son maître. Puisqu'on délègue le pouvoir sans possibilité de le contrôler en continu, finalement : la carte d'électeur est le tampon de notre esclavage idéologique, ainsi que de notre obéissance quotidienne à un chef, autre que souhaité..Une fois sur deux ?...presque ?Ah ?. Au passage, ça occulte aussi nos perspectives et nôtre bon sens qui sont bien plus vastes que le programme d'un parti politique. 
 
La hiérarchie horizontale montre par exemple que ce culte du chef, seule solution présentée pour diriger correctement un groupe, est absurde.
 
Des trucs à faire ? Même à l'intérieur d'une république ? 
 
Dacodac choupinou, trois trucs simples qui font aussi dire à ma souris qu'on nous balade :
-Interdire le mensonge (ou c'est déja fait ?) : si un élu qui ne tient pas ses engagements pouvait être révoqué ou re-dirigé rapidement, ça irait beaucoup mieux me semble t'il... éh les députés ? c'est plus simple à produire que le moindre amendement sur toutes ces lois que vous nous faites ça, non ?
-choisir, savoir où va son argent c'est normal et républicain, à cocher sur la feuille d'impôts : un top des budgets pour les ministères. (Je parie que celui de la santé, éducation ou autres ne se trouveraient pas dans les budgets qu'on réduit, comme c'est le cas aujourd'hui).
-L'avenir capitaliste programmé est en danger avéré, en pleine fuite en avant (sauf si vos infos c'est le J.T de 20h), nous subissons des usures à l'échelle des villes (dernièrement), du pays, de l'europe, du monde (oui oui c'est grave) et il faut parler (car c'est encore tabou faut croire) de notre dette considérée illégitime pour une bonne part très peu entendue du peuple, le prouver correctement : demander un audit. 
 
Suivre l'argent c'est effrayant mais ça clarifie beaucoup de sujets aussi insignifiants que la nourriture, les médicaments, l'obsolescence programmée des appareils domestiques, des drones pour buter des gens avec un joystick mais jamais pour les travaux pénibles répétitifs ou indignes, l'esclavage encore aujourd'hui ...etc
La guerre c'est dans ton style de vie.
Laisse toi aider république.
 
J'ai d'autres idées enfantines comme vous je suppose, n'en déplaise aux pisse-froid : la politique c'est simple. 
C'est quand elle se déguise pour servir des desseins enfumés qu'elle se complique comme par enchantement. 
Démocratie.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 17 décembre 2012 15:15

    Vous dites ; « les citoyens n’existent plus : ils sont juste des électeurs. »

    ça ne tient qu’à vous . Vous pouvez manifester, faire partie d’une association, d’un syndicat, d’une organisation à vous, monter un mouvement, pour peser sur le débat public..... la société civile n’est pas un vain mot quand les citoyens se mobilisent. La démocratie ce n’est pas que l’élection, mais quand dans une association vous voulez décider de quelque chose, il faut aussi passer aux votes. 

    maintenant vous parlez de deux camps, deux clans qui s’affrontent en permanence..
    Quand à une question vous êtes appelé à donner votre avis, par exemple en démocratie directe ; C’est OUI ou c’est NON, là aussi il y a deux clans, deux positions. Ensuite si le choix n’est pas respecté, c’est qu’il y a forfaiture qu’il faut dénoncer.

    Quand il y a la question de la présidentielle ? vous choisissez c’est celui-ci ou celui-là . Vous pouvez choisir ou aller à la pêche. Mais de toute façons, il n’y aura qu’un seul gagnant. c’est lui ou un autre. En 2012, la réponse a été non à Sarko, en conséquence, il a dégagé.

    en 2012, je n’aurais pas aimé a avoir à tirer au sort entre Sarko et Hollande ; Sarko aurait pu rester.


    • gaijin gaijin 17 décembre 2012 17:48

      et quand a t’ on dénoncé une forfaiture ? ( traité européen )
      quand a t’ on protesté après un mensonge grossier ( tchernobyl ) ?
      que fait t’ on contre la corruption manifeste ? ( AH1N1 ) ?

      la différence entre sarko et hollande ? : le mariage gay ! et là vous pouvez manifester ça ne dérange pas le big bisness .......
      moi je m’en fout je suis hétéro et je ne veux pas me marier
      pour le reste on a 2 vendus atlantistes aux ordres des mêmes financiers


    • Zben léden Zben léden 17 décembre 2012 19:02

      Avoir un comportement citoyen est presque « inné » selon le début de votre réaction, et je suis tout a fait d’accord, ce serait pour moi aussi parmi les belles démonstrations de responsabilité du peuple, mais comme les restos du coeur, ce sont finalement des appuis de bonté pour la république, plus des remises en question pour évoluer.

      Pour les clans, ce que je dénonce est avant tout l’obligation de participer à un théatre falsifié par le biais des élections. L’important me parait se trouver dans la possibilité de contrôle du pouvoir. Car Sarko ou Hollande peut importe finalement sils font ce que le peuple exige, en subissant un « contrôle continu ».
      C’est aussi une manière politique différente d’aborder les sujets, en se souciant au maximum d’un consensus populaire autour de ceux qui nous semblent vitaux. En démocratie je suppose qu’on est aussi plus capable d’apprendre de nos erreurs , ce qui est plus honnête qu’un immobilisme autour des convictions que s’approprient les élus.

    • gaijin gaijin 17 décembre 2012 17:49

      les bergers ne conduisent les moutons que vers deux endroits :
      la tonte et l’abattoir


      • luluberlu luluberlu 18 décembre 2012 11:22

        Et les moutons conduisent les bergers vers les verts pâturages.....


      • herope herope 17 décembre 2012 17:52

        L’exercice du pouvoir est une chose dans l’état actuel c’est une dictature rampante car la réalité est là ! Après nier une dualité droite gauche qui ne font qu’un dans la gestion du capital ! ?
        D’autre solution existe :

        www.fa-heropelyon.fr.gd


          • Zben léden Zben léden 17 décembre 2012 22:30

            merci, c pour léden ? smiley


          • Zben léden Zben léden 17 décembre 2012 17:54

            Avoir un comportement citoyen est presque « inné » selon le début de votre réaction, et je suis tout a fait d’accord, ce serait pour moi aussi parmi les belles démonstrations de responsabilité du peuple, mais comme les restos du coeur, ce sont finalement des appuis de bonté pour la république, plus des remises en question pour évoluer.

            Pour les clans, ce que je dénonce est avant tout l’obligation de participer à un théatre falsifié par le biais des élections. L’important me parait se trouver dans la possibilité de contrôle du pouvoir. Car Sarko ou Hollande peut importe finalement sils font ce que le peuple exige, en subissant un « contrôle continu ».
            C’est aussi une manière politique différente d’aborder les sujets, en se souciant au maximum d’un consensus populaire autour de ceux qui nous semblent vitaux. En démocratie je suppose qu’on est aussi plus capable d’apprendre de nos erreurs , ce qui est plus honnête qu’un immobilisme autour des convictions que s’approprient les élus.

            • Zben léden Zben léden 17 décembre 2012 18:00

              je ne nie pas la dualité, au contraire, j’essaie de montrer l’absurdité et les connivences d’un tel système.

              Sinon OUI vous êtes dans mon coeur les ’anars’ smiley

              • sirocco sirocco 17 décembre 2012 21:26

                Pour quelle raison précise deux commentaires de l’auteur ont-ils été repliés ?
                J’attends la réponse des modérateurs...


                • Zben léden Zben léden 17 décembre 2012 22:25

                  c’est une fausse manip’ de ma part, j’ai fait un doublon et une réponse pas liée avec la question de départ , alors j’ai du « m’auto-réguler » smiley



                • Zben léden Zben léden 18 décembre 2012 05:46

                  oui cher Sudiste, du coté Chouard j’ai constaté ue la démocratie se construit avec les « gentils virus » bossant (ou plutot qui donnent comme ils veulent leur temps) sur et pour le tirage au sort, ..etc ..tout le monde est bienvenu smiley leur lien est sur la page du message.org me semble.


                  sinon, je te rejoint sur pas mal de truc, et je dirai :
                  notre connaissance et curiosités partagées sont des clés pour nous instruire.
                  Peu importe qui détient le pouvoir, si on peut rectifier le tir rapidement quand le pouvoir fait des choix contre nos intérêts, ce qui est impossible actuellement... 




                • Hervé Hum Hervé Hum 18 décembre 2012 00:53

                  Article interessant,

                  Pouvez vous définir ce qu’est pour vous la responsabilité citoyenne ?
                   
                  Individuellement et collectivement.

                  Merci pour votre réponse


                  • Zben léden Zben léden 18 décembre 2012 05:57

                    je serai tenté de vous dire que la responsabilité citoyenne, s’apparente à ce que les anarchistes nomme « liberté » en grande partie, c’est à dire : un individu vivant au sein d’une société, a conscience qu’il fait évoluer sa propre liberté s’il ne nuit jamais aux autre, et si ses choix sont aussi dirigés en pensant au groupe, peuple ou « mieux vivre ensemble »...

                    bcp de choses à dire,...mais il est tôt, et suis pris par le temps.. smiley

                  • Hervé Hum Hervé Hum 18 décembre 2012 09:33

                    Merci d’avoir pris un petit bout de temps pour répondre.

                    Je vous ai posé la question car la majorité des gens utilisent ce mot sans en avoir une définition claire. 

                    La définition de la responsabilité citoyenne telle que je la donne est :

                    La responsabilité est la capacité de répondre de ses droits ET devoirs envers autrui. J’ai écris un article que je vous invite à lire et à critiquer http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/droits-devoirs-et-responsabilite-120326

                    Dans lequel je démontre que le droit est une notion innée et le devoir est une notion acquise. En d’autres termes, on naît avec tous ses droits et on devient adulte à l’acquisition de tous ses devoirs. L’absence ou le déficit de l’un ne fait pas de vous une personne responsable mais vous renvoi soit à l’état d’enfant soit à l’état de machine ou d’esclave dont la conséquence est la servitude.

                    Seule la responsabilité individuelle conduit à la liberté car celle ci exige une grande discipline intérieure, tandis que la servitude en exige un minimum et l’esclavage aucune car la discipline est imposé de l’extérieur.

                    A partir de là on s’aperçoit que le modèle de société est conçu pour faire des gens serviles (la servitude volontaire) et non des citoyens responsables et donc libre...


                    • Zben léden Zben léden 18 décembre 2012 22:33

                      Merci aussi, chouette ton article.


                    • chmoll chmoll 18 décembre 2012 10:08

                      exact y a jamais eu de droite ni de gauche ,y a que des gros lots a gagner
                      bien que vous soyez concerné(es) après que vous avez désigné les gagnants

                      vous n’avez plus votre mot à dire


                      • Laurenzola Laurenzola 18 décembre 2012 10:58

                        Excellent article, nous vivons en France dans une théocratie, à la différence que Dieu se trouve personnifié par notre cher président, reste plus qu’à remplacer les croix et autres babioles par son portait dans l’ensemble des lieux de culte, et tous les 5 ans, on en profitera pour enlever la poussière.


                        • luluberlu luluberlu 18 décembre 2012 11:30

                          Oui oui oui....la chose est bien en place et se pepétue à travers les générations, et chaque génération doit faire l’expérience des artifices, là la mémoire fait défaut. C’est le génome qu’il faut toucher.


                          • Laurenzola Laurenzola 18 décembre 2012 11:42

                            Tiens justement, à propos de génome, les américains ont tout compris, grâce à Monsanto, ils sont en train de devenir des mutants smiley


                          • Jean Yanne Jean Yanne 18 décembre 2012 12:23

                            Plus simplement il existe une expression populaire qui dit exactement


                            « s’entendre comme larrons en foire » 

                            c’est le système politique actuel , on fait semblant de s’écharper publiquement et pendant que le gogo est distrait par la querelle , ou mieux qu’il prend parti , on le dépouille discrètement par derrière !

                            c’est la technique des « larrons en foire » et elle marche très bien au niveau de notre prétendue démocratie !

                            Oui le système mis en place est celui des lobbies , car en fin de compte , ce sont eux qui décident qui serait représentant du peuple , donc qui prend pour eux les bonnes décisions .

                            Le peuple lui , assez niais et gogo , n’y voit que du feu et se fait avoir spectaculairement !

                            Tant que nous n’exigerons pas la démocratie , la vraie démocratie directe , celle d’internet par exemple , nous serons les dindons de la farce !

                            et nous aurons le mépris qui nous est dû !

                            • alinea Alinea 18 décembre 2012 12:41

                              J’ai bien aimé cet article.
                              D’accord avec Hum !
                              Pour perpétuer le manque d’investissement populaire dans « les choses publiques », la société actuelle a des moyens qui auraient fait rêver les rois et autres empereurs !
                              Occuper les gens à leur porte-feuille : tout un week-end pour trouver la marque ou le lieu de vente le moins cher pour son fer à repasser. Mais je passe le temps passé pour la Hi-fi, l’informatique et les vacances. Voilà pour le temps laissé libre à ceux qui bossent ; ma foi, pour les autres, on se doute que la galère n’est pas un lieu de causerie.
                              Sarkozy, prenant exemple sur l’attitude Bush, fait le mort devant la moindre manif’ ; puis déclare simplement que c’est inepte ! Le pli est pris : dans la rue, on n’a plus grand chose à dire non plus. Assoc’ et partis sont là pour ceux qui ont l’intérêt public chevillé au corps. Pour les autres, le message envoyé par les médias : occupez-vous de vos oignons, nous nous occupons du reste en vous faisant part néanmoins, ça et là, de quelques scandales, pour vous émouvoir un peu, quelques drames et on diffuse ce que vous devez penser, avec tact.


                              • Hervé Hum Hervé Hum 18 décembre 2012 13:20

                                Bonjour Alinea

                                Vous complétez très bien mon commentaire. Mais j’ai surtout remarqué qu’en général ce genre de commentaire fait plus le vide que le plein autour.

                                C’est comme d’expliquer que le gratuit est ce qui a le plus de prix, car cela fait appel a la valeur du partage et de la responsabilité individuelle, donc d’une conscience sociale, tandis que ce qui est payant ne fait appel à aucune valeur humaine et encore moins à la responsabilité.

                                Mais malheureusement beaucoup préfèrent rester irresponsables... Et donc payer leur propre servitude.


                              • Zben léden Zben léden 18 décembre 2012 23:07

                                « L’argent est une nouvelle forme d’esclavage, et elle ne se distingue de l’ancienne que par son caractère impersonnel - il n’y a pas de relation humaine entre le maître et l’esclave. » (Tolstoy)


                                .. ;suis allé cherché ça parce que tu m’y as fait penser.
                                si on rajoute les techniques de manipulations des masses...effectivement..

                              • Mani Mani 18 décembre 2012 12:42

                                Merci Zben pour cet excellent article !

                                Totalement d’accord sur le fond, je fais partie de ceux qui ne peuvent ignorer cet état de fait : nous ne sommes pas en démocratie. 
                                Et une « vraie » démocratie serait le début de « la solution » pour que cessent cette mascarade vide de sens qu’est notre système actuel, sur le plan politique, économique et social..bref sur tous les plans.
                                Mais au delà de dénoncer cette situation et de s’enrichir d’autres points de vues, la question qui devient la plus centrale -et classique, certes- est : comment amorcer un changement ? Une prise de conscience ?
                                La situation doit elle dégénérer a tel point que « la masse » daigne remettre en cause ce système qu’elle soutient par facilité, par défaut ? Le « confort » dans lequel nous vivons doit il disparaitre ou presque pour que les gens commencent à se poser des question, à remettre en cause disont l’obectivité du 20h de TF1 ?
                                Comment amorcer ce déclic avant que les choses n’empirent dramatiquement ?
                                Comment amorcer un début de débat sur le type de société qui pourrait être la notre ?
                                Pour suivre Etienne Chouard depuis quelques temps on voit bien qu’il est très difficile de faire changer les choses...ne serait ce que de se faire entendre, même lorsque le discours est solide et argumenté, que le bon sens et l’altruisme sont au coeur de la reflexion, la bonne vielle pensée unique le disqualifie (en le taxant de conspirationisme, d’utopisme, de communiste ou que sais-je...) avant qu’il n’ait une chance d’arriver aux oreilles de ceux qui ne cherchent pas les informations mais ne font que recevoir passivement ce qu’on veut bien leur laisser entendre... et c’est là tout le problème.


                                • alinea Alinea 18 décembre 2012 13:30

                                  Je pense que ce qui est difficile à faire changer, c’est évidemment « l’irresponsabilité », tant qu’on peut y tenir, mais, en ce qui concerne Chouard par exemple, ce qu’il dit se place « hors parti », si bien que ce qu’il dit, paraît-il, est « récupéré » par l’extrême droite ; alors la gauche décrète que cela n’a aucun intérêt !
                                  Nous ne sommes pas sortis de l’auberge entre : le « consentement » et « l’esprit partisan » !


                                • Zben léden Zben léden 18 décembre 2012 22:29

                                  Ce que tu décris est représentatif de ce que font les grands médias de tout ça.

                                  je crois aussi que ces méthodes à tiroir pour pervertir l’image et le discours vont de moins en moins tenir la route. c’est assez facile à démonter. Traiter de « complotiste » quelqu’un c’est presque lui dire « bonjour, je suis débile, expliquez moi » smiley
                                  Sinon, actuellement, je suis persuadé que c’est le partage de toute connaissance qui est la clé, puisqu’on a tous les moyens perfectionnés de s’instruire et de communiquer, il faut le faire. Dans l’envie et sans déplaisir évidemment, je dirai même avec du plaisir puisque c’est ça qui nous enthousiasme à partager. 
                                  Il y a tellement d’alternatives qui sont proposées que des déclics positifs se produisent partout, et pour parler de la démocratie en particulier, ça me parait normal, presque révélateur que l’écho « E.Chouard » soit si peu répandu, C’est un concept très problématique pour notre système, qui remet beaucoup de principes en jeu, Les manifs d’indignés, contre la « dette indigne » sont interdites de tract et cernées de gendarmes mobiles...c’est aussi un concept qui ne plait pas. Dans les deux cas comme tu le dis : le discours est cohérent, raisonnable, argumenté...Pfiouuu là, ça devient dangereux...Je crois qu’on peut pas s’attendre à un accueil avec des fleurs smiley ça me semble donc important de rester apprenti, enthousiaste et partageur de liens ou d’avis comme tout le monde ici sur ce mur (de jolis commentaires du 18 décembre), si je résume une phrase de John.Lennon : Plus on est pacifique et plus on a d’humour, moins l’état comprend. Et comme l’état c’est aussi la télé, et les médias en passant par l’école, ...on est pas sorti du sable...mais on a des outils balaises.


                                • Hervé Hum Hervé Hum 19 décembre 2012 10:33

                                  « L’argent est une nouvelle forme d’esclavage, et elle ne se distingue de l’ancienne que par son caractère impersonnel - il n’y a pas de relation humaine entre le maître et l’esclave. » (Tolstoy)


                                  .. ;suis allé cherché ça parce que tu m’y as fait penser.
                                  si on rajoute les techniques de manipulations des masses...effectivement..

                                  Bonjour Zben Leden

                                  Me voilà donc disciple de Tolstoy !

                                  C’est cette impersonalisation qui donne l’impression aux « petites gens » qu’ils ne sont pas esclaves d’autres personnes. Et en effet on peut le penser car en fait on a juste changé de maître mais pas de condition sociale. Le consumérisme consiste bien en l’esclavage envers l’argent tandis que la relation envers celui qui était le maître a évolué en servitude.

                                  Mais pour celui qui était le maître, l’argent n’est finalement qu’un artéfact pour perpétuer la soumission du plus grand nombre. La servitude à ceci de supérieur à l’esclavage qu’elle se différencie par un minimum d’auto discipline. Autrement dit, le serviteur est un esclave dont il est son propre gardien. L’argent agit alors comme régulateur de la contestation sociale, aidé en cela par le politicien, dernier fusible en cas de surchauffe excessive.

                                  Le point positif est que l’état de serviteur est l’étape intermédiaire entre l’esclave et le maître.

                                  Car si la liberté et donc la responsabilité s’acquiert par la discipline intérieure, la servitude, par le minimum qu’elle en exige en est la base fondamentale. En la conscience de la capacité qu’elle donne à accéder à sa propre liberté. 

                                  Dans notre société, la justification des élites tant politiques qu’économiques se fondent sur la croyance en l’incapacité des « petites gens » à la discipline intérieure. En d’autres termes à êtres des personnes responsables de leur actes en droits et devoirs envers autrui (famille et société). Ainsi, ce n’est pas le sens de la responsabilité lié à la discipline intérieure dont dépend notre propre liberté qui fait se restreindre les gens, mais la peur d’une force extérieure incarné par la police et elle seule. Confirmant et cimentant l’apparente nécessité d’une force de police, de l’armée de nos élites politiques avec en haut de la pyramide le vrai maître... Le ploutocrate, maître personnel du maître impersonnel !


                                  • luluberlu luluberlu 19 décembre 2012 11:14

                                    L’argent, c’est le dieu que s’est imposé l’homo économicus, et là nous l’avons dans le cus....définitivement.


                                  • Loup Rebel Loup Rebel 22 décembre 2012 18:26

                                    Vous avez dit… démocratie ?
                                    Pas mal la citation de Tolstoy.
                                    Toutefois, comme toujours, l’image dans le miroir n’est pas le réel, mais l’image du réel.
                                    Là, qui est l’esclave de qui ? Car si nous avons besoin de l’argent, l’argent a besoin de nous ! C’est le propre de toute relation entre un maître et son esclave : des deux, difficile de dire qui a le plus besoin de l’autre.
                                    Mais j’approuve globalement l’article, ainsi que les commentaires.
                                    On peut même aller plus loin : l’idée même de la démocratie n’est-elle pas aussi illusoire que n’importe quelle autre valeur ?
                                    Et puis tant qu’un peuple préfère se tourner vers les chimères fascinantes des harangueurs fripons qui concourent pour accéder au pouvoir, il prouve par là son immaturité. Le peuple n’est capable de s’autodéterminer que s’il a atteint la maturité indispensable pour ça. Cela dit, je suis bien d’accord pour dénoncer les dirigeants qui, à l’instar des parents qui sur-couvent leurs enfants jusqu’à un âge avancé, décident en lieu et place du peuple, sous prétexte de « prendre soin de lui », de le protéger. Souvenez-vous de la réaction des responsables européens qui ont « interdit » de soumettre au référendum auprès du peuple grec une importante décision... Ces dirigeants-là ont-ils considéré que les Grecques n’ont pas la maturité pour décider de leur sort ?
                                    Et les Égyptiens ? L’ont-ils cette maturité ? Et qui juge et décide si la maturité du peuple l’autorise à prendre les décisions qui déterminent son avenir ?
                                    Finalement, la république se vie aujourd’hui sur le modèle parents/enfants, ou prof/élèves... Platon doit se retourner dans sa tombe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès