Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La fable des investissements publics

La fable des investissements publics

Le Président de la République veut que la capitale organise les Jeux Olympiques et que la France accueille une exposition universelle.

De leur côté, les élus locaux effrayés par les conséquences d’une réforme territoriale qui diminuerait le nombre de collectivités territoriales et de mandats, rappellent que 70 % de l’investissement public en France est le fait de ces collectivités.

Enfin, le lobby du BTP propose des pistes pour relancer l’investissement public, de manière désintéressée, bien sûr.

Ils veulent notre bien, évidemment…

C’est bon pour l’emploi, clament-ils en cœur. A voir, car si un investissement, tel qu’on le conçoit aujourd’hui, peut avoir un quelconque effet, c’est actuellement sur le nombre d’emplois conservés et beaucoup plus rarement sur les emplois nets créés. L’investissement créé rarement d’emplois, mais il créé des charges qui se retrouvent sur nos feuilles d’impôts.

L’investissement dont on parle aujourd’hui concerne principalement la construction de bâtiments publics (bâtiments administratifs, établissements scolaires, équipements sportifs,…) l’aménagement du réseau routier (avec les inévitables ronds-points et les aménagements urbains, et autres ralentisseurs,…), ou encore la fontaine sur la place publique, bref, tout ce qui valorise les élus, alors que les crédits consacrés à l’investissement environnemental productif (rénovation des habitations, développement des transports collectifs,…) sont encore soumis à la portion congrue.

La face cachée de l’investissement

C’est le fonctionnement des équipements ainsi créés : coûts de maintenance (travaux d’entretien de l’ouvrage) et coûts d’exploitation (entretien, personnel,…) représentent en moyenne 10% par an du coût initial d’investissement (2 Millions d’euros investis génèrent 200 000 € de fonctionnement par an).

A ce rythme-là, les budgets de fonctionnement des communes, conseils généraux et régionaux qui ont massivement investi depuis la décentralisation ont grimpé en flèche et atteignent des niveaux qui limitent drastiquement l’autofinancement, d’où le recours à l’emprunt qui augmente les charges et les impôts locaux.

Ce n’est pas grave, il y a des solutions…

C’est le lobby du BTP qui l’affirme en proposant des pistes pour relancer l’investissement des collectivités et il nous propose de recourir aux Partenariats publics privés qui permettent aux opérateurs de construire et d’entretenir un ouvrage public pendant 20 à 30 ans, en mettant en veilleuse le coût global pour les collectivités et les scandales qui éclaboussent ce type de contrat (Hôpitaux, stades de foot,…).

La seconde solution, c’est pour le BTP le recours à l’emprunt que les contribuables déjà le couteau sous la gorge s’empresseront bien sûr de rembourser en acceptant de voir augmenter leurs impôts.

La dernière solution, c’est la recherche d’économies dans les collectivités. Sur ce point on ne peut qu’être d’accord, à condition que les économies n’aillent pas exclusivement dans les poches des actionnaires du BTP.

Stop au système !

L’argent public doit être utilisé à bon escient, à savoir pour des investissements vraiment utiles à la collectivité (développement durable, transport, éducation,…) et non pour maintenir un niveau d’activité artificiel, pour répondre aux idées de grandeur de tel ou tel élu ou pour remplir les poches d’organisations internationales (Comité Olympique, FIFA, entreprises multinationales).

Du pain et des jeux ? Non, mais des investissements utiles pour les citoyens et non pour des élus en quête d’amour dans l’opinion publique pour favoriser leur réélection. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • diogène diogène 12 novembre 2014 12:29

    Bonjour Michel Drouet


    Vous ne voulez pas comprendre comment on s’enrichit !

    Après les J.O., on va privatiser les stades (le Qatar serait sûrement intéressé) et les autoroutes construites pour y aller.

    Vous qui êtes intelligent, pourquoi ne voulez-vous pas vous enrichir et laisser les pauvres dans leur ignorance rentabilisée ?

    • Michel DROUET Michel DROUET 12 novembre 2014 12:43

      Bonjour Diogène

      J’apprécie votre humour décalé !


      • Ruut Ruut 13 novembre 2014 07:19

        Avant de dépenser, il faut épurer la dette.
        Cesser de privatiser les biens rentables de la nation, ce qui est de la haute trahison contre le peuple de France (autoroutes etc...)
        Il faut que le gouvernement cesse de ne garder que ce qui n’est pas rentable.


        • Spartacus Spartacus 13 novembre 2014 11:29

          Le journaliste : « mais ça coûte très cher ! »...

          Hollande : « Mais non ! c’est l’Etat qui paye »

          Tout le socialisme résumé.....


          • Ouallonsnous ? 13 novembre 2014 11:56

            Pour une fois Spartacus, je te plusses, en ajoutant cette précision ; c’est l’état qui paie par ses citoyens les plus pauvres, les sociétés de taille internationales sont exonérées d’impôts (cf total, celles du CAC40, etc....).


          • Ouallonsnous ? 13 novembre 2014 11:58

            Cela s’appelle du socialiste Canada dry, ca n’en a que le nom, mais derrière c’est les européistes de l’UE !


          • Spartacus Spartacus 13 novembre 2014 13:06

            Mais non les multinationales payent les impôts de leur Chiffre dans leur pays. Sauf qu’en France ils font des pertes....Donc pas d’impôts. 


            Si les multinationales gèrent bien l’optimisation fiscale, elles vendront de plus en plus de produits moins cher, élargiront leurs marché et emploieront plus de monde et réduiront donc ainsi la pauvreté....

            C’est le paradoxe capitaliste !

          • Michel DROUET Michel DROUET 13 novembre 2014 16:10

            Bonjour Spartacus

            Précision : les multinationales ne font pas de perte en France, elles organisent simplement l’évasion fiscale vers des paradis fiscaux pour verser de plus en plus de dividendes et favoriser ainsi la rente.
            Pour le reste, si votre schéma fonctionnait, ça se saurait, non, et le chômage n’existerait plus ? ...depuis le temps que les libéraux sont au pouvoir (en incluant les socialistes convertis depuis longtemps à ce dogme).
            En fait le chômage continue de progresser. Il doit y avoir un bug quelque part...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès