Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La France rance des Gallimard (I) Les profiteurs de guerres

La France rance des Gallimard (I) Les profiteurs de guerres

A l’occasion du centenaire de la mort de Frédéric Mistral, impressionné par la notoriété surfaite de la collection "la Pléiade", un provincial trop candide eut l’idée inconvenante de solliciter Gallimard, ce patricien de l’édition. L’affaire en serait restée là, en 2011 si la "grande maison" n’avait pas daigné répondre. 

Étonnant, surprenant même sauf que l’éditeur de renom en rajoute en mesquinerie et mépris, tel l’aristocrate tapotant la joue du paysan et donnant du « mon brave » :

« Oh, vous savez, pour préparer une publication dans La Pleiade, il faut au moins quatre ans ! Eh puis vous savez Frédéric Mistral, à l’heure d’aujourd’hui, n’a plus la renommée d’autrefois ; les œuvres de Mistral ne sont plus dans le goût actuel, elles sont trop attachées à un terroir et puis, vous savez, la valeur littéraire des œuvres de Frédéric Mistral sont trop rances, un peu exagérées. Aussi, à l’heure d’aujourd’hui, il n’est pas certain que l’œuvre de Mistral intéresse beaucoup de gens dans le monde ! »

« Ah qu’en termes galants, ces choses-là sont mises ! ». A quoi bon se rabaisser à démontrer que ce jugement de valeur n’engage que son auteur ? Pour répondre du tac au tac, il suffirait de ravaler son entreprise au rang d’enseigne vénale, aussi parisienne que prétentieuse, contribuant sans doute à nous faire passer à l’étranger pour les arrogants que nous ne sommes pas ! Plutôt que de donner dans la méchanceté gratuite et la subjectivité de mauvais aloi, faisons-nous un devoir, par contre, d’établir que c’est la notoriété de la Maison Gallimard qui est aussi EXAGÉRÉE que RANCE ! 

Pour qui n’aime pas les riches, elle est certainement EXAGÉRÉE la situation de Paul Gallimard (1850 - 1929), le "grand collectionneur de tableaux et d’estampes, propriétaire du Théâtre des Variétés" (Wikipedia). Cela tourne au RANCE avec l’héritier, Gaston Gallimard (1881 - 1975) qui aurait pu vivre de ses rentes et faire ainsi oublier comment il courut les sanatoriums pour se faire réformer : « Je suis un lâche ! » (1a)(1b). Si le refus de la guerre n’est pas en soi blâmable, cela le devient, en revanche, quand la publication de nombreux d’écrivains « Morts pour la France » profite, dès 1918, au chiffre d’affaires (2) !
 

 Louis Codet : portrait.

Concernant la Deuxième Guerre mondiale, nous avons dépassé le demi-siècle de plomb sur la période et l’épuration qui s’ensuivit ; il est plus difficile désormais de dire « tout le monde » parce que tout le monde, justement, n’a pas eu à faire allégeance pour se concilier les nazis et avoir du papier... Personne sinon Gallimard n’a bénéficié de la collaboration de Drieu la Rochelle à la NRF pour faire la chasse aux communistes et aux juifs ! La politique antisémite de Vichy servit la maison Gallimard lorsque, se déclarant « aryenne à capitaux aryens » elle s’est proposée pour racheter l’affaire de Gaston Calmann-Levy alors interné... La concurrence féroce et sans tabou doit tenir aussi de "l’esprit d’entreprise" ! Dans le même contexte, notre Gaston, qui pour ne pas déplaire à l’occupant, publia Goethe, en profita surtout pour évincer Jacques Schiffrin, directeur de collection mais juif :

 « Monsieur, Réorganisant sur des bases nouvelles notre maison d’éditions, je dois renoncer à votre collaboration à la fabrication de la collection “Bibliothèque de la Pléiade”. Il est entendu que votre compte sera réglé selon les termes de notre contrat – Gaston Gallimard, administrateur-délégué de la Librairie Gallimard. » (5 novembre 1940) http://www.magazine-litteraire.com/...

 

 Photo du camp de Pithiviers

En 1941, aidée financièrement par Gide suite au refus de Raymond, frère de Gaston, la famille Schiffrin se réfugiera à New-York. Après la guerre, Gaston et Raymond prendront la direction de la collection la Pléiade :

« Tous les sièges sont pris à la NRF. C’est Raymond Gallimard qui s’occupe lui-même de la Pléiade. Et comme en quittant la France, j’avais laissé soixante-quatre modèles, il ne reste plus qu’à les copier. [...] La Pléiade leur a rapporté et rapporte des millions – à moi, des nèfles ! Le coup est régulier. » J. Schiffrin / lettre à Gide / 1949. (3)

Comme pour les trafiquants du marché noir, l’occupation allemande verra les éditeurs autorisés s’enrichir indécemment (1a), le rachat par Gallimard de Denoël en 1946 en atteste (4). Et la paix retrouvée, si Robert Brasillach, collaborateur de « Je suis partout » est exécuté, Gaston Gallimard qui l’a publié en 1941 ne sera pas inquiété. Mieux, il sera défendu bec et ongles par ces auteurs qui, en 1941, soucieux de leurs droits, de leurs projets, ont été soulagés de la réouverture de la maison. Les mêmes, en effet, en 1945, dont Sartre, opportuniste et Camus, plus sincère sur ses idéaux... (5) 

 « J’estime que tout blâme qui serait porté contre la maison gallimard atteindrait tous les écrivains qui faisaient partie de la résistance intellectuelle et qui se sont fait publier par lui... » JP Sartre. (5)

« (les écrivains) ne peuvent être désolidarisés de la maison d’édition qui les a imprimés. Tout jugement porté sur cette Maison est un jugement porté sur eux. Et personnellement, je me considérerais, ainsi que d’autres confrères plus connus, comme condamné par un semblable jugement. » A. Camus. (5)

 

 
Pierre Assouline se demande dans quelle mesure ces soutiens auraient pesé si Drieu la Rochelle ne s’était pas suicidé (mars 1945), si Ramon Fernandez, militant communiste devenu collaborationniste et successeur de Drieu la Rochelle n’avait pas succombé à une crise cardiaque en août 1944. Ainsi, bien qu’inquiétée par un procès, la maison Gallimard put se décharger de ses péchés sur la NRF et n’eut pas de compte à rendre sur sa ligne éditoriale pendant l’occupation (5).
Jean Galtier-Boissière écrit que, contrairement à Grasset qui sera arrêté, Gallimard qui est un "gros malin" a su mener un double-jeu :

« ... Pas fou, le vieux ! A La Nouvelle revue Française, deux bureaux se faisaient face : le bureau de Drieu, membre dirigeant du parti Doriot, collabo sincère, directeur de la revue « N.R.F » pro-nazie, et celui de Jean Paulhan, résistant de la première heure et fondateur, avec Jacques Decour, du journal clandestin anti-boche Les Lettres françaises. »
Jean Galtier-Boissière / Mon Journal depuis la Libération / La Jeune Parque, Paris, 1945
 

 

« En ce temps-là, pour ne pas châtier les coupables,
on maltraitait les filles. On alla même jusqu’à les tondre. »
En exergue au poème Comprenne qui voudra / Au rendez-vous allemand Paul Eluard 1944
et dans un texte publié dans Les lettres françaises : 

« ... Tandis que les bandits à face d'apôtre, les Pétain, Laval, Darnand, Déat, Doriot, Luchaire, etc, sont partis. Certains même, connaissant leur puissance,restent tranquillement chez eux, dans l'espoir de recommencer demain. »
 

A suivre : LA FRANCE RANCE DES GALLIMARD (II) MEGALOMANIE ET PERVERSION ESTHETIQUE

(1a) cité par Pierre Assouline : http://www.ina.fr/video/RBC02040899 à propos de son livre « Gaston Gallimard / Un demi-siècle d’édition française » Paris, Balland – Éditions du Seuil, coll. Points – Biographie, [1984] 2001, 534 p.
Repris chez Gallimard en 2006 / collection Folio !
http://www.gallimard.fr/searchinter...
(1b) ce refus psychique de la mobilisation le rendit malade au point que sur le front certains se firent du souci pour leur ami planqué. 
(2) Louis Codet en 1918, 1921, 1925, Apollinaire en 1920, Albert Thierry en 1922, Alain-Fournier en 1924 et 1926 , Charles Péguy 1936, Louis Pergaud (rachat du Mercure de France), Victor Segalen, Jean de la Ville de Mirmont, soit 8 sur les 17 écrivains Morts pour la France lors de la Grande Guerre, cités par Wikipedia ! 
(3) Le 16 novembre 2011, la légion d’honneur sera décernée à André Schiffrin, une manière d’honorer surtout la mémoire de son père Jacques, décédé en 1950. Chez les Gallimard c’est Antoine qui a été promu au rang d’officier en 2009 (chevalier en 2001). 
(4) toujours d‘après Wikipedia, l’assassinat de Robert Denoël en décembre 1945 n’a jamais été élucidé.
(5) « L'Épuration des intellectuels » Pierre Assouline / Editions Complexe 1996.

photos autorisées Wikipedia england et deutschland... (étrange) :
1. la poignée de main de Montoire (oct. 1940).
2. Louis Codet / portrait.
3. contrôle de juifs au camp de Pithiviers (janv. 1941).
4. arrestation de résistants par des miliciens (juil 1944).
5. Commission d'épuration (été 1944). 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 26 octobre 2014 11:12

      Il a surtout écrit Mirèio, le Trésor du Félibrige, une anthologie...


    • Batrolo 4 novembre 2014 08:26

      Mistral d’extrême droite ? Ben voyons comme disait l’autre ! Certainement pas malgré des postures tous azimuts, par maladresse, par opportunisme, parce qu’il était facilement influençable aussi.
      Vers 1848 il est démocrate-socialiste mais les «  néo-jacobins » l’accusent de séparatisme (il est lié avec les Catalans) dans le seul but de disqualifier les républicains fédéralistes. D’où sa sympathie nouvelle pour l’Empire, vite déçue car elle n’amènera pas la décentralisation de la France.
      Après la défaite de 1870 et l’esprit nationaliste de revanche, il apparaît comme plus français que provençal pour soutenir les aspirations monarchistes d’un régime pourtant républicain (encore l’idée des provinces du royaume de France).
      A partir de 1876, quand les idées républicaines l’emportent sur les monarchistes, en tant que Français face à la menace prussienne, son idée est de promouvoir une fédération latine.
      Il a le tort d’être connu et la gauche le combat en tant que figure du monarchisme.
      Dans quelle mesure le fait d’être une cible l’a radicalisé au point d’adhérer à une ligue nationaliste anti-dreyfusarde ? Une adhésion qu’il regrettera d’ailleurs.
      Il fut l’ami de Roumanille marqué très à droite mais aussi celui de Paul Arène auquel il rendra hommage en publiant, dans l’Aïoli, les lettres de ce dernier du temps de la Commune. Il y a aussi sa correspondance avec Louis-Xavier de Ricard, un communard exilé... Mistral, toujours attiré par le fédéralisme, reste sensible aussi aux aspirations sociales.
      Certains voudraient encore accuser Mistral d’avoir un penchant pour la Prusse alors que ce sont des lettrés allemands qui le soutiennent parce qu’EUX savent étudier et défendre la langue d’Oc (Edouard Koschwitz auteur de la première édition critique de mirèio... EN FRANçAIS !
      D’accord pour ses opinions très contradictoires, allant du fédéralisme de gauche à l’échelle européenne, avant 1870 à la reconstitution des provinces françaises par la monarchie illustrent peut-être les incertitudes de la deuxième moitié du XIXème mais de là à affirmer qu’il était d’extrême-droite, NON !
      Et pour donner à réfléchir sur la permanence des contradictions humaines, n’a-t-on pas, aujourd’hui, pour servir un mondialisme au service du capitalisme, des dirigeants socialistes au passé très trotskyste ???


    • Batrolo 5 novembre 2014 07:09

      Source : Philippe Martel, universitaire.


    • eric 25 octobre 2014 14:08

      Bof, des cas individuels…Du passé...Pendant la guerre, il y a une catégorie qui est a peu prêt assurée du lendemain, qui conserve son emploi, qui est au première loge pour toutes les autorisations, les tickets les ausweis, les relations directes et donc privilégiées avec l’occupant, parce que celui-ci a besoins d’eux. 

      Ceux là même qui bouclaient leurs fins de moins en apposant des tampons, « Juifs », « étrangers à surveiller », sur les papiers d’enfants, qui faisaient chanter « Maréchal » dans leurs classes sans trop d’état d’âme. Ceux à qui on ne discutait guère, ni les postes, ni les moyens, face aux « nécessités de l’heure) ( + 26% d’embauche !).
      Un peu les grand parents de ceux qui votent la baisse des allocs pour les autres, »pour faire face à la crise dans la justice", mais qui ne sont pas chaud du tout pour baisser les sur salaires, croisant avec les revenus, pour leurs catégories sociales. Je crois qu’il faut être un peu marxiste, sortir de la peopolisation, ( La place de Gallimard dans la seconde guère mondiale, je vous demande un peu ! Paix à son âme !), et revenir aux grandes catégories sociales… Surtout qu’en terme de fric, 5 millions multipliés par un petit privilège, cela fait rapidement pas mal plus, notamment en cout pour le contribuable, qu’un gros bénéfice multiplié par un éditeur.

      C’est à se demander si cette focalisation sur des people, n’est pas surtout un moyen de ne pas se demander comment le régime de Vichy aurait pu agir en quoi que ce soit, sans la remarquable discipline de la fonction publique française. Vue les conséquences, un champ d’étude à priori plus fructueux que de se demander si dans le secret de son fort intérieur, Gallimard préférait Paulhan, Drieux ou la littérature ? Non ?



      • Passante Passante 25 octobre 2014 16:14

        votre dernier paragraphe pose bien un incontrounable, 

        mais il ne s’agit pas de « cas individuel », 
        on parle banque centrale, c’est un coeur battant du pouvoir,
        et le dégoût se joue sur les deux versants :
        le suicide de drieu, le danemark de céline, pendant que ces planqués...

      • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 25 octobre 2014 21:09

        Allez encore un article avec Hitler, cette fois en photo (mais pas dans le texte, ce qui fait qu’il ne ressort pas en requête avec le moteur de recherches de l’Agora).
        On dira que c’est le 1298ème bis.

        Pourquoi serait-il « étrange » que la première photo soit autorisée par Wikipedia Deutschland ?

        A part le type à moitié visible à l’extrême gauche qui m’est inconnu, on y voit
        - les 2 chefs d’Etat,
        - Paul-Otto Schmidt, au centre, interprète, qui sera totalement blanchi en 1948 (malgré son appartenance au NSDAP),
        - et Joachim von Ribbentrop, qui lui sera pendu en 1946.

        Et au fond, derrière, oublié de tous, Walter Frentz en train de filmer. 

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Frentz


        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 26 octobre 2014 11:18

          Ce qui est étrange est que ces photos ne sont pas directement disponibles sur Wikipedia france. Entre parenthèses merci à ce site qui laisse réutiliser librement ses photos. « Tout ce qui ne se partage pas est perdu. »


        • Nevenoe Nevenoe 26 octobre 2014 09:33

          prochain article Oui Oui collabo ?
          Ensuite Martine et le maréchal ?


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 26 octobre 2014 11:22

            Pour éviter qu’un peuple sans mémoire n’ait pas d’Histoire, la fin de l’article appuiera sur la mégalomanie et une certaine perversion esthétique. Je compte sur votre voix !


          • Nevenoe Nevenoe 26 octobre 2014 11:48

            Je ne vois absolument aucun intérêt à cet article.
            Il n’apporte absolument rien à une histoire toujours examinée sous l’angle unique visant à vilipender ceux qui avaient choisi l’autre camp en s’absentant de toute réflexion sur le pourquoi.
            De plus cette version est matraquée par les médias et l’éducation nationale jusqu’à la nausée : ça ressemble plus à une tentative de lavage de cerveau qu’à un devoir de mémoire.


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 26 octobre 2014 12:17

            Merci pour ce point de vue... que chacun reste libre de partager ou non.
            Concernant l’esprit « Éducation Nationale », vous vous trompez car je tape au contraire contre les apparatchiks de l’administration centrale, responsables, avec les politiques de la déliquescence générale que connait notre pays.
            Quant à parler de lavage de cerveau, votre argument peut être complètement retourné vers ceux, justement, qui continuent à maintenir une certaine opacité sur les années de l’État Français. 


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 27 octobre 2014 06:29

            Pardon pour l’erreur dans la note 3 « Chez les Gallimard c’est Antoine qui a été promu au rang d’officier en 2009 (chevalier en 2001). »
            La promotion date logiquement de 2011.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès