Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La liberté ne guide plus nos pas !

La liberté ne guide plus nos pas !

Le courage non plus d’ailleurs. Insidieusement, disons depuis les premières années de la décennie 80, la liberté a doucement disparue de la sphère publique et de la vie individuelle. Cela commence grossièrement en France à la fin premier gouvernement Maurois, de façon concomitante avec l’apparition du sida, des premiers balbutiements audibles de l’écologie politique et de la crise économique. En Europe et dans le monde, c’est l’élargissement de l’Union européenne, la guerre des Malouines, les premiers glapissements de l’environnementalisme, le pontificat de Jean-Paul II en même temps que l’apparition de l’islamisme radical et aussi, bien entendu, le sida.

La France et l’Europe se complaisent dans une facilité et félicité douceâtre qu’en d’autres temps on aurait qualifiée de louis-philipparde ou de biedermeier de l’autre côté du Rhin. Les gauchistes et les maoïstes auraient dit petit-bourgeois. Le Chant du départ de Méhul et de Chénier n’a plus aucun sens aujourd’hui, les Français dans leur ensemble, mais aussi quasiment tous les Européens, à l’exception des Russes et des Serbes, sont devenus peureux, frileux, ne cherchant plus que la tranquillité et l’absence de nuisances. Le bonheur n’est plus l’idée neuve de Saint-Just. La liberté est devenue un concept de droit civil, elle ne vient plus des tripes, car qui dit liberté, la « liberté chérie » de La Marseillaise, dit prise de risques. Et de risque, plus personne ne veut en prendre. Alors s’installe la tristesse consensuelle, les défenseurs des droits de l’homme ont remplacé les soldats de l’an II.

Les premiers signes de libération de l’individu du carcan moral issu du XIXe siècle et imposé par le gaullisme apparaissent avec la loi Neuwirth sur la contraception, élaborée par un gaulliste progressiste en 1967. La libération des moeurs et l’explosion des libertés individuelles culmine en 1975 avec l’adoption de la loi Weil sur l’avortement et le déclin des libertés coïncide avec les premiers cas de sida vers 1982. Troublant, mais y a-t-il relation de cause à effets ? Cela est très difficile à démontrer, il peut s’agir uniquement de coïncidences, certes, mais il est aussi probable, que la société acceptant la libération de la sexualité ait eu par réflexe, le besoin de répression d’un autre ordre. D’où les restrictions sur le tabac, l’alcool, l’automobile et la reprise de la morale sexuelle venue des Etats-Unis. Le sexe était trop libre, cela ne pouvait plus durer. Car les censeurs en tout genre, reviennent toujours à leurs vieilles lunes. Harcèlement sexuel au bureau traqué dans la moindre allusion graveleuse, pédophile considérée comme omniprésente et pourchassée avec le succès que l’on sait à Outreau. En même temps, les sites pornos pullulent sur le net, mais les cinémas de même type sont vides ou ont déjà fermé. Beaucoup consomment du sexe sur internet, mais en catimini.

Même, hors d’Europe, malgré le libre marché des armes et l’esprit cow-boy de pacotille, les Américains, qui avaient applaudi à tout rompre la première guerre du Golfe, sont de plus en plus nombreux à condamner la seconde. Car la première ressemblait à un jeu vidéo où l’on voyait les bombes s’écraser sur l’Irak, mais quasiment sans pertes pour les GI’s. La seconde a vu plus de 3 000 morts, probablement 5 000 si on compte ceux morts ensuite de leurs blessures hors du territoire irakien et les privés des milices de sécurité qui ne sont pas comptabilisés. Les Américains n’ont pas eu une compassion soudaine pour les Arabes, ils ont simplement compté leurs morts. En Europe, le dernier regain de courage pour défendre la liberté et l’honneur date du début des années 80 avec l’IRA et ses grévistes de la faim et la Grande-Bretagne capable de déclencher une guerre pour récupérer les moutons les plus chers du monde aux Malouines (eux ils disent Falkland). Des Anglais se battant comme des lions contre des Argentins tout aussi courageux et bellicistes pour quelques îlots du bout du monde. Cela dit, ce fut probablement la première et la dernière guerre propre, sans victimes civiles, sans torture, sans attentats. Et l’opinion publique anglaise sut alors soutenir à fond Margaret Thatcher et le royaume. On était loin des pitreries larmoyantes de Diana.

Mais il n’y a pas que les exploits guerriers qui aient disparus. Les fantasmes de la jeunesse des années 50 et 60 qui se cristallisaient sur des films devenus cultes comme La Fureur de vivre ou L’Equipée sauvage, avec James Dean et Marlon Brando en héros mythiques ne se sont plus reproduits depuis les années 80. Louis Malle ne ferait plus de film comme Le Souffle au cœur ou La Petite de nos jours, on ne peut plus écrire de roman comme Lolita, tout est aseptisé. Oser parler ou écrire sur l’inceste ou la prostitution infantile, c’est se faire lyncher. Qu’on se souvienne de la polémique créée par le petit roman Rose Bonbon ! Qu’espérer d’une jeunesse qui aime Le Seigneur des anneaux  ? Le film d’Oliver Stone Tueurs nés- Natural born killers a même été retiré des vidéoclubs après la randonnée mortelle de Florence Rey et de son ami. Prétexte, le couple aurait regardé en boucle le film avant de passer à l’acte et de commettre un carnage. Quelle stupidité, soit dit en passant que cet interdit. Que penser d’un jeune juif gringalet qui, ayant trop lu les livres sacrés, aurait voulu imiter David s’en serait pris avec un nutchaku à un costaud arabe de la taille de Mike Tyson, assimilé à Goliath ? Interdire le Talmud, répondrait à l’unisson de nos jours les partisans du principe de précaution. Cela dit, certains Israéliens ont beaucoup plus de courage que la majorité des Européens, quand il s’agit de défendre leurs idées. On doit le reconnaître, même si l’on est antisioniste et pro-palestinien.


La peur s’infiltre partout


Le sida dès 1982 engendre la peur, il n’y a alors pas de traitement efficace, on ne connaît même pas le virus et les gens tombent comme des mouches. C’est l’époque des 4 H (Hémophiles, Homosexuels, Héroïnomanes, Haïtiens). On plaint les hémophiles, « victimes innocentes » ce qui sous-entend que les autres sont coupables parce que « pédés, toxicos et nègres ». La peur, voire la panique engendrée par la maladie se comprend fort bien, mais elle va se généraliser en peur diffuse de tout ce qui peut être potentiellement dangereux. C’est l’avènement de l’écologie politique, de la défense de l’environnement, du principe de précaution, du tout sécuritaire. Le sida a réussi là où l’Eglise piétinait péniblement. Jean-Paul II, le chantre d’une morale pure et dure dit urbi et orbi « N’ayez pas peur ! » et tout le monde crève de trouille. Si le préservatif est indéniablement utile dans la prévention du sida, la société en arrive à se recouvrir d’un immense préservatif législatif et moral qui la couvrirait, la protégeant de tous les maux de la terre, y compris les plus improbables et les plus imaginaires. Le sida aurait dû entraîner la peur de la sexualité, il a accéléré la peur diffuse de tout.

De nos jours, la peur s’empare de la société européenne. Chaque fait-divers entraîne une loi ou une réglementation drastique. Il suffit qu’un gamin meure dans une cour de recréation ou un accident de car scolaire, heureusement cela n’arrive pas tous les jours, pour que des hordes de parents assiègent les écoles, les ministères et les plateaux de télévision. Le bizutage est en voie de disparition à cause de quelques rares abus. Al-Qaïda est craint au même titre que l’époisses (qui pourrait contenir des bactéries) que le Perrier, avec des traces de benzène, ou qu’un jouet de fabrication chinoise. Je me souviens d’avoir offert un flacon de bain moussant à un petit garçon. Il s’agissait d’un Schtroumpf de 20 centimètres de haut avec une tête de la taille d’une pomme se dévissant. Une étiquette disait : « Ne convient pas aux enfants de moins de 4 ans, risque de suffocation avec le bouchon. » A moins de l’enfoncer au pied de biche dans la gorge du gosse, je ne vois pas comment il aurait pu suffoquer. Nous en sommes arrivés là en Europe, et c’est de pire en pire.


La liberté disparaît

La France, et cela peut paraître paradoxal, n’a jamais été aussi libre que sous le règne de Valery Giscard d’Estaing (je parle des libertés individuelles et non d’économie et de politique intérieure). Et ce depuis au moins la Régence et le Directoire, grandes périodes de liberté de l’histoire de France. Je considère le Front populaire comme une période d’acquis sociaux, mais pas de liberté.

Qu’on se souvienne de Giscard : majorité à 18 ans, avortement, films pornos en salle, regroupement familial qui sonna le glas d’une France mono-ethnique, fin de la censure et de la télévision gaullistes, sécurité routière non fanatisée par des ayatollahs de la ceinture et du gilet réfléchissant. Les années 1967 à 1982 (malgré le sinistre Pompidou dont la principale qualité était de fumer clope sur clope) ont été celles de la liberté en France. Seul le premier gouvernement Maurois a été dans cette ligne, sur des décisions que Giscard aurait probablement prises lors d’un second mandat (abolition de la peine de mort, radios libres…). Et dire que j’étais antigiscardien à l’époque, si j’avais su ce qui m’attendait ! D’ailleurs, Giscard essaya en vain de redonner vie au Chant du départ de Méhul et Chénier en tentant de le remettre au goût du jour, le préférant probablement à La Marseillaise (voir paroles en fin d’article). Mitterrand n’a entretenu l’espoir que pendant moins de deux ans, je ne parle pas de la suite. Il n’a pas « changé la vie » dans le sens que beaucoup de libertaires attendaient.


Le courage disparaît


Les Russes et les Serbes sont les derniers Européens courageux et libres dans la tête malgré des régimes peu démocratiques. Les derniers en Europe ayant le sens de la fête, sans frilosité, sans lâcheté, sans mesquinerie. Les seuls, capables de louer tout un orchestre ou d’acheter toutes les places d’un théâtre pour séduire une femme ou la demander en mariage. Quelle joie aussi de voir les députés russes faire le coup de poing dans l’hémicycle (qui n’en est pas un si je me souviens bien). Je préfère des politiciens qui se tapent dessus par conviction à d’autres qui se votent une augmentation de leur rémunération et de leur retraite en restant bien au chaud à l’abri de leur mandat. Et puis, souvenez-vous de Gaston Defferre en 1967, allant se battre en duel contre le député André Ribière, le dernier duel connu en France à nos jours. Qui oserait faire cela maintenant, sûrement pas Lang ou Douste-Blazy ! Quant aux Serbes, sans justifier les crimes de Karadzic et Mladic, il faut leur reconnaître le courage d’avoir résisté à toute l’Europe au nom de leur identité. Nous nous préparons une société de poltrons, couverts d’assurances et protégée par des lois de plus en plus répressives, qui va mourir de la maladie d’Alzheimer, ou bien d’ennui faute de prendre le moindre risque durant sa longue et affligeante existence.


L’ironie et la provocation disparaissent


En 1976, Renaud chantait Hexagone, interdit sur les radios nationales, mais diffusé sur Radio Alger. Puis il y a eu Laisse béton, le HLM, le braquage qui a foiré, enfin, la socialiste. Depuis Renaud s’est mis à la mer, l’écologie, Ingrid Betancourt et à l’anti-tabac. Quelle déchéance, pour lui le naufrage a eu lieu avant la vieillesse ! Reiser osait tout dans ses dessins sarcastiques, Siné aussi d’ailleurs. Reiser a eu la chance de mourir en 1984 avant de connaître le même type de censure.

Dans les années 70, on avait l’homme à la tête de choux, La Marseillaise chantée a cappella devant les paras, de nos jours nous avons les personnages des chansons de Bénabar, véritables têtes à claques que l’on aurait envie de gifler s’ils existaient. De fait, ils existent, ce sont nos voisins et nos collègues qui sont devenus mesquins à force de regarder TF1 et de Grenelle de l’environnement. Imaginez Kropotkine ou Bakounine prenant de nos jours une assurance contre le manque d’enneigement dans une station de ski !


La faute à qui ?


Certains beaux esprits diront que cette dévirilisation de la société est le résultat du féminisme et de l’homosexualité. C’est absolument faux. Le féminisme existe depuis longtemps et, pour parler comme Danton, Olympe de Gouges avait probablement plus de « couilles » que Sieyès, Talleyrand et Fouché réunis. Sans parler de Louise Michel et de Rosa Luxembourg. Quant aux homosexuels, sans remonter aux Spartiates et aux Thébains, ils y en a toujours eu de courageux, voire de téméraires (et aussi de festifs, on ne dit pas gay pour rien). La peur, le manque de courage viennent d’ailleurs. Du confort d’abord (les Belges avec une chute de pouvoir d’achat de 50 % se comporteraient exactement comme des Serbes et des Croates), du psittacisme télévisé ensuite. De la société du risque zéro, qui a la crainte des OGM, des acides gras, des produits chimiques et des jeunes de banlieue, dont la plupart de ceux qui dérapent se calmeraient s’ils recevaient quelques coups de pied au cul éducatifs. L’homme aurait des droits, il n’aurait plus de devoirs ! Des droits gnan-gnan, une soupe tiède que tout le monde doit avaler sans broncher.

Finissons par Danton, un homme libre disant avant sa mort : « Je lègue mon cœur à la France et mes couilles à Robespierre ! ». A quand le retour de l’audace !


Le Chant du départ


Un député du Peuple
La victoire en chantant
Nous ouvre la barrière.
La Liberté guide nos pas.
Et du Nord au Midi
La trompette guerrière
A sonné l’heure des combats.
Tremblez ennemis de la France
Rois ivres de sang et d’orgueil.
Le Peuple souverain s’avance,
Tyrans descendez au cercueil.
La République nous appelle
Sachons vaincre ou sachons périr
Un Français doit vivre pour elle
Pour elle un Français doit mourir
Une mère de famille
De nos yeux maternels ne craignez pas les larmes :
Loin de nous de lâches douleurs !
Nous devons triompher quand vous prenez les armes :
C’est aux rois à verser des pleurs. Nous vous avons donné la vie,
Guerriers, elle n’est plus à vous ;
Tous vos jours sont à la patrie :
Elle est votre mère avant nous.
(Refrain)

Deux vieillards
Que le fer paternel arme la main des braves ;
Songez à nous au champ de Mars ;
Consacrez dans le sang des rois et des esclaves
Le fer béni par vos vieillards ;
Et, rapportant sous la chaumière
Des blessures et des vertus,
Venez fermer notre paupière
Quand les tyrans ne seront plus.
(Refrain)

Un enfant
De Barra, de Viala le sort nous fait envie ; (des enfants soldats, quelle horreur !)
Ils sont morts, mais ils ont vaincu.
Le lâche accablé d’ans n’a point connu la vie :
Qui meurt pour le peuple a vécu.
Vous êtes vaillants, nous le sommes :
Guidez-nous contre les tyrans ;
Les républicains sont des hommes,
Les esclaves sont des enfants.
(Refrain)

Une épouse
Partez, vaillants époux ; les combats sont vos fêtes ;
Partez, modèles des guerriers ;
Nous cueillerons des fleurs pour en ceindre vos têtes :
Nos mains tresseront vos lauriers.
Et, si le temple de mémoire
S’ouvrait à vos mânes vainqueurs,
Nos voix chanterons votre gloire,
Nos flancs porteront vos vengeurs.
(Refrain)

Une jeune fille
Et nous, sœurs des héros, nous qui de l’hyménée
Ignorons les aimables nœuds ; (j’aime beaucoup l’allusion)
Si, pour s’unir un jour à notre destinée,
Les citoyens forment des vœux,
Qu’ils reviennent dans nos murailles
Beaux de gloire et de liberté,
Et que leur sang, dans les batailles,
Ait coulé pour l’égalité.
(Refrain)

Trois guerriers
Sur le fer devant Dieu, nous jurons à nos pères,
À nos épouses, à nos sœurs,
À nos représentants, à nos fils, à nos mères,
D’anéantir les oppresseurs :
En tous lieux, dans la nuit profonde,
Plongeant l’infâme royauté,
Les Français donneront au monde
Et la paix et la liberté.
(On en est loin)
(Refrain)


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 5 août 2008 13:19

    certains israéliens ont beaucoup plus de courage que la majorité des européens, quand il s’agit de défendre leurs idées. On doit le reconnaître, même si l’on est antisioniste et pro palestinien..." avez vous écrit.

    Ce n’est pas vraiment une forme de courage pisqu’elle découle du soutien du plus puissant pays du monde et de sa ravageuse armée...D’ailleurs la vraie liberté n’a pas besoin d’aucun mur pour se protéger. Quand on a à défendre sa liberté, c’est ou qu’elle est assise sur l’asservissement d’autres, ou qu’un pays libre vous marche dessus les pieds. La liberté est en péril, uniquement parce que tout le monde veut son esclave à disposition quotidienne.


    • Georges Yang 5 août 2008 18:18

      Relisez bien ! Je ne fais pas l’apologie du mur, je ne suis pas un admirateur de Ben Gourion. Je reconnais seulement du courage à certains israéliens. Ce n’est pas une approbation de la politique du pays.


    • jondegre jondegre 5 août 2008 13:23

      bien ecrit, mais ne pas perdre de vue que la liberte est juste devenue invisible, ca ne se passe plus sur TF1, ce n’est plus un projet d’etat ni de societe (il n’y a plus d’etat ni de societe, juste un immense marche monopolise), c’est ailleurs.
      Il y a un nombre incalculable de jeunes et moins jeunes qui se cassent en voyage 1/2/3 ans pour vivre leur liberte.
      Les raves des annees 90 etaient des espaces de liberte incroyables (a l’ecart de la societe deja).
      Vous sous-estimez aussi le courage des militants et la force de la contre-culture (bien cachee il est vraie mais vivace). La liberte maintenant, c’est cache a l’abris des regards et surtout de la convoitise du marche qui recupere et digere tout pour vendre du symbole.
      Vous sous-estimez le pouvoir du net et de ses structures cooperantes et libres (le web 2.0, le gnu).




      • plume plume 5 août 2008 14:09

        "le POUVOIR du net"
        se planquer derrière un écran en pleurnichant que rien ne va plus ,c’est ça le pouvoir du net
        tant que personne ne descends dans la rue : c’est du VENT , de la poudre au yeux

        et à l’auteur entièrement d’accord avec vous


      • Radix Radix 5 août 2008 13:23

        "Les Russes et les Serbes sont les derniers Européens courageux et libres dans la tête malgré des régimes peu démocratiques. Les derniers en Europe ayant le sens de la fête, sans frilosité, sans lâcheté, sans mesquinerie."

        Tiens donc ! Nostalgie quand tu nous tient !

        C’est sûr que les Tchétchènes et les Bosniaques on goûtés avec délectation le "sens de fête" de ces "derniers européens courageux et libres" !

        J’ai une autre chanson à vous proposer, elle va vous plaire ce n’est pas du Bénabar... Maréchal, nous voila... !

        Radix


        • patrice patrice 9 août 2008 18:44

          J’approuve totalement votre remarque sur les tchétchènes et les bosniaques. c’est d’ailleurs pourquoi j’approuve l’article ! Normal, le besoin de vivre pleinement sa liberté n’apparaît que lorsque son absence est une réalité vécue. Les russes et les serbes savent vivre dans des régimes "peu démocratiques". Ils goutent donc au maximum aux libertés qu’on leur laisse. Dans nos pays occidentaux, repus et convaicus d’être libre (libres de consommer, s’entends, à condition d’avoir les moyens) nous n’avons pas besoin de gouter à une liberté peu sur.

          Si les israéliens sont conscients de ce qu’est la liberté c’est parce qu’ils savent que d’autre veulent la leur supprimer. Il est d’ailleur idiot de donner une quelconque valeure morale à la menace d’une liberté. Quand quelqu’un veux vous priver d’une quelconque de vos libertés, c’est parce que son intérêt égoïste milite en faveur de cette abrogation. Par exemple :  les régimes arabes veulent détruire israël car un Etat démocratique dans cette région du monde, c’est un mauvais exemple donné aux peuples. Ils n’attaquent pas pour deux raison, la plus évidente, parce qu’armée contre armée, ils ont de bonnes chance de perdre. En effet, leurs armées, qui cumulées ont plus d’hommes qu’Israël d’habitant, sont surtout entrainées à "rétablir l’ordre" en travers de la gueule des opposants.  La deuxième raison, c’est que la destruction d’Israël aurait des conséquences monstrueuses pour ces dictatures ! Les peuples demanderaient les dividendes de la victoire, soit plus de liberté (démocratie) moins de corruption, peut-être même l’unité du monde arabe dans un ensemble démocratique... L’horreur absolue pour tout dirigeant arabe digne de ce nom.


          • Georges Yang 5 août 2008 16:12

            Je vis depuis des années au contact de gens, souvent armés, parfois ivres, quelques fois les deux. Certains sont prêts à mourir et à tuer pour garder ou récupérer une parcelle de quelques centaines de mètres carrés ou poussent des bananiers malingres et broutent des chèvres squelettiques. Je circule avec des taxis motos sans casque dans des pays où le ramassage scolaire en ville se fait par ce moyen, de petits enfants agrippés au pilote dès l’âge de cinq ans. Un autre monde ! L’Europe d’aujourd’hui me fait penser à une société de comptables castrés. Pour dérider un peu le débat, relisez les paroles.

            Et nous, sœurs des héros, nous qui de l’hyménée Ignorons les aimables nœuds

            Tout un programme !


            • Georges Yang 5 août 2008 18:13

              Gagné ! J’avais écrit ce commentaire en pensant a vous. Vous marchez au quart de tour. Ca donne envie de récidiver. Les comptables sont aussi souvent sans humour.


            • Georges Yang 5 août 2008 19:00

              @reneve
              Tremblez !
              "Traces possibles de perclorate sur le sol martien"
              Surtout, n’y allez pas en vacances !


            • HELIOS HELIOS 5 août 2008 18:10

              A l’auteur,

              je garde la majorité de votre article comme une provocation pour faire réagir, helas, la reaction n’est pas exactement celle que j’imaginais : au vu des commentaires, vous avez 100% raison !


              • Forest Ent Forest Ent 5 août 2008 19:02

                Cet auteur m’ayant signalé qu’il n’écrivait pas pour moi, je me sens tenu de ne pas le lire. De toutes façons, je n’y comprends jamais rien.


                • Georges Yang 5 août 2008 19:09

                  Le plaisir, sur Agoravox, c’est aussi d’en énerver quelques uns, souvent les mêmes.


                • Forest Ent Forest Ent 5 août 2008 19:30

                  C’est plutôt déconcertant.


                • Internaute Internaute 5 août 2008 19:08

                  Je trouve un peu navrant que l’auteur limite les ilbertés à la liberté sexuelle. A tel point qu’il trouve qu’on n’a jamais été aussi libre que sous Giscard parce qu’on a commencé à avoir plein de films de culs.

                  Giscard est l’un des premiers à restreindre les libertés individuelles. Par exemple c’est lui qui a supprimé le privilège des bouilleurs de crus, interdisant aux paysans de fabriquer leur propre alcool de Mirabelle. A propos de paysan il est interdit aujourd’hui de tuer une vache, un mouton ou un cochon chez soi, sauf si on est arabe et qu’on le fait dans sa baignoire le jour de l’ait-kébir.

                  Le sexe n’est qu’une petite partie de la vie, en tout cas pour ceux qui ont une vie bien remplie. Le phénomène de la disparition de nos libertés individuelles vient du "tout sécuritaire" qui malheureusement se vend trés bien. Il suffit qu’une mémé crie au secours parceque son bambin s’est coincé le pied dans les chiottes et demande réparation au président de la république pour que nos politiciens jouent les Zorros devant les médias et se dépêchent de réglementer les trous des chiottes.

                  La liberté passe par la liberté de bouger de l’argent. Sous des prétextes complètement fallacieux de lutte contre le crime organisé on a empêché les français de commercer en dehors des circuits contrôlés. Cela a d’abord été la disparition des chèques au porteur puis en définitive l’interdiction de payer cash au dessus de 3.000 euros. Il faut que la police puisse suivre tous vos mouvements. Le délinquant, c’est vous.

                  95% des élus étant ré-élus il faut croire que la jeunesse et les moins jeunes sont ravis de ce carcan.

                  Ayant vécu dans des pays libres en Amérique latine, je peux vous dire que les français se sont réduits eux-mêmes à l’état de larves sans défense et que le premier trou économique qui empêchera l’état papa de leur tenir la main se traduira par une catastrophe humaine, bien peu d’entre-eux étant capables de faire face à des situations d’urgence. Quand on en vient à désigner des cellules d’assistances psychologique pour tout et n’importe quoi, la fin est proche.


                  • Georges Yang 5 août 2008 19:12

                    Pelisez.
                    Je ne parle pas uniquement de sexe.
                    Et puis, comme vous, je regrette la disparitin des bouilleurs de crus , venant de Lorraine, j’apprecie la mirabelle


                  • Georges Yang 6 août 2008 09:19

                    Oui, vous avez raison, il n’y a pas que le sexe, même, s’il participe aussi au sentiment de liberté.

                    Relisez, je souligne le fait que la société a besoin d’interdits pour se stabiliser et dominer ses membres. Quand la sexualité se libère, il se crée spontanément de nouveaux interdits. Et puis, les moralistes n’en pouvant plus, ils reviennent a la charge.

                    Ce qui est tout de même troublant, c’est la trouille généralisée véhiculée par le journal de 20 heures.

                    Et les hordes de psychologies qui se gavent sur les malheurs des autres en faisant raconter aux victimes leurs péripéties jusqu’a la fixation définitive et la sinistrose.


                  • zarathoustra zarathoustra 6 août 2008 14:01

                    tres bien dis ,c’est tout a fait mon aupignon sir le sujet je voudrais juste ajouter une petite phrase d’un des pere fondateur des usa ,Benjamain Francklin :UN PEUPLE QUI DONNE UN PEU DE SA LIBERTE CONTRE UN PEU DE SECURITE ,NE MERITE NI L’UNE NI L’AUTRE ET FINI PAR PERDRE LES DEUX !


                  • zarathoustra zarathoustra 6 août 2008 14:06

                    Je partage tout a fais votre avis sur la question et je voudrais ajouter cette phrase pertinante de l’un des pere fondateur des étas unis Benjamain Francklin . UN  PEUPLE  QUI CEDE UN PEU DE SA LIBERTE CONTRE UN PEU DE SECURITE ,NE MERITE NI L’ UNE NI L’AUTRE ET FINI PAR PERDRE LES DEUX  !!!


                  • Gaston_06 10 août 2008 11:28

                    "Quand on en vient à désigner des cellules d’assistances psychologique pour tout et n’importe quoi, la fin est proche."

                    Bien dit.
                    Parole de psychiatre.
                    Surtout quand on sait qu’au mieux cela ne sert à rien, au pire cela augmente le risque de traumatisme persistant (névrose traumatique ou stress post-traumatique.)


                  • Kalki Kalki 5 août 2008 19:44

                    Vos thèses sont un peu conformiste n’est ce pas ?

                    La liberté à tout prix sans limite ....
                    La liberté libéralisé n’amène t’elle aucune dérive ?

                     

                    Je vous explique.

                     

                    La cigarette est une liberté ? C’est un produit, j’imagine peut être que vous ne pouvez plus vous en passer, mais sachez qu’en plus de donner des cancers, cela vous rendras impuissant apres vingts de joyeux enfumage de vos poumons et de votre entourage, bon grè mal grè, car c’est une drogue, c’est a dire que cette OBJET/Image provoque une addiction physique/psychique.
                    C’est une liberté je l’avoue, tout le monde est libre de fumer ...
                    mais n’est il pas vrais également, que nous ne devons pas nuire aux autres ?

                    Dans le cas d’une drogue addictive qu’elle provoque une dépendance physique ou psychologique, le junk en perd sa volonté de Dire Oui ou Non a cette drogue, et de ce fait il perd de sa liberté dans un sens...
                    Même si dans sa tete ( comme dans la tete de bien des gens ) il peut se dire ce qu’il veut et croire ce qu’il veut.

                    Qu’il est libre, que la cigarrette correspond a une image de liberté, d’accomplissement dans une société Cool, d’homme virile.

                     

                    Fumer est un acte nuisible pour tout ceux qui hume cette fumer narcotique et cancérigène,

                     

                    joyeux enfumage

                     

                    Ne doit on pas respecter les autres en premier lieu, tout simplement...

                    Avant de JOUIR de nos libertés ...
                     

                    Voici cette image que j’ai des gens du passé des gens profitant de leurs libertés sans respects des autres, et dans leur hypocrisies toute pontifiante.

                    Vive la liberté, mais pas celle la, fait de mensonge à sois, et d’un certain conformisme envers des images publicitaire devenus image/logos de la société ( cigarette , voiture, vetement, john wain, portable, comportement, attitude, politique, rebellion) pour “correspondre” a une image et s’insérer dans la “société”.

                    La liberté sans RESPECT est un crime, et pour ça aussi on dois se battre.

                     

                    La liberté s’arrette ou commence celle d’autrui.

                     

                     

                    Sinon je suis d’accord avec vous concernant la frilosité ambiante, les gens ne se bougent plus ...

                    peut être vivent ils tous dans leur “petit monde”, leur individualité, leur microcosme...
                    Peut être croient ils que c’est la que se trouve leurs libertés ?
                    Dans une bulle à l’intérieur du monde en guerre pour l’économie (le contrôle ) des libertés ...

                     

                    C’est une position de défense, le dernier retranchement des libertés, et en fait ils n’osent plus sortir de leur bunker.
                     

                    Nous nous dirigeons un peu vers une société “Japonaise” il me semble,

                    • plus de contact avec les autres, la quasi totalité du “peuple” sur internet et vivant même dans les cybercafés.

                    • Plus de relation amoureuse ouverte, sans peur, sans tabou...
                      En homme et en Femme ...
                      avec de la chaleur humaine.

                    • Plus aucune mise en cause du système,
                      Des moutons parfait ... des machines du systèmes.

                    • Prêt à applaudir bêtement les politiques, quel que soit leurs politiques.

                     

                    D’un point de vue sociologique ses caractéristiques seront celles des socialisés et des sur-socialisés.
                    Car il y a également les pseudos rebelle, qui ne remettent rien en cause ou qui veulent revenir a des choses du passé.

                    Il y a aussi ceux qui sont incapable ( ou non tout simplement pas envie ) de penser, d’exister,

                    d’être , et d’avoir leurs liberté, quitte a les trouver/inventer.

                     

                    Lâcheté, paresse, nihilisme, individualisme...


                    • Kalki Kalki 5 août 2008 19:48
                      1. L’opulence sans le travail
                      2. Le plaisir sans conscience
                      3. La connaissance sans conduite morale
                      4. Le commerce sans morale
                      5. La science sans humanité
                      6. La Vénération sans sacrifice
                      7. La politique sans principes
                      (Les maux du monde ,Gandhi)

                      1. Les Idées sans l’Action
                      2. Les Jugements sans Remises en cause
                      3. Le Savoir sans la Culture
                      4. Être sans ouverture d’Esprit
                      5. VIVRE sans RESPECT.
                      La liberté, tout le monde (sauf ceux qui ont peur) veut en jouir, et tout le monde essaye d’en jouir à sa manière...

                      Il y a bien des chemins vers la liberté ( personnelle ou commune )
                      qui ne sont pas sans concèquences.

                    • Georges Yang 5 août 2008 21:18

                      Je fume depuis l’age de 15 ans et depuis 24 j’arrête tous les ans 1 mois et maintenant, un jour par année d’age, soit 56 jours d’affilée en avril et mai dernier. Je continue par plaisir et non par dépendance et pour déranger les anti tabac

                      Pour moi, fumer reste une liberté mineure.

                      Je n’aime pas le lait, mais suis prêt à en boire le jour ou il sera interdit.


                    • HELIOS HELIOS 6 août 2008 00:23

                      je continue a vous soutenir, ainsi qu’approver le message de Kalki... c’est pour cela que je parlais de "provocation" dans votre billet.


                    • vincent p 5 août 2008 21:43

                      Quelle grande illusion, quelle fausse liberté des corps et des esprits tant à la mode.


                        • fred 6 août 2008 02:08

                          Merci msieu pour cette merveille meme si je suis pas avec les OGM.

                          Mais alors vraiment pas.

                          C’est vrai que l’Europe vit dans un confort moral dégradant et inutile.

                          C’est vrai qu’en Afrique, on vit.

                          Je dois encore y aller évidemment mais j’en suis sûr...

                          Mes anciens collègues étudiants sont et ont tjs été rangés à la pas possible. Mais c’est comme ça. Ca arrivera en Afrique aussi smiley
                          A bientôt !


                          • Iren-Nao 6 août 2008 06:20

                            @ l’auteur

                            Decidemment Georges vous me plaisez  !!

                            Nous sommes en un temps ou donner 2 baffes ou pincer les fesses d’une grosse vous mene au tribunal et filer un bonbon au fils du voisin etre accuse de pedophilie. (ce qui n’empeche pas de fantasmer honteusement sur qq adolescentes souvent en effet fort affriolantes...).

                            Vous n’aurez pas ete surpris par les reactions previsibles des formates de service, souvent la vie pour eux n’est depuis longtemps que la trouille, l’evasion un ecran cathodique et la denonciation a remplace un bon petage de gueule.

                            les coupables ? Les medias qui nous saturent d’une ideologie a l’eau tiede...

                            Des Veaux mon General

                            iren-Nao


                            • finael finael 6 août 2008 09:38

                              J’approuve entièrement votre article.

                              J’ai grandi dans un monde ou les bombes, les attentats étaient quotidiens, tant à Alger qu’à Paris.

                              Un monde où le camping "sauvage" n’était pas interdit, où les pilotes de courses pernaient des risques. Où l’aventure humaine, de Jacques Yves Cousteau à Paul Emile Victor en passant par le professeur Picard, sans parler des traversées en solitaire des océans (Alain Bombard) n’était pas suivie de balises de secours.
                               
                              Je ne sais combien de fois j’ai risqué ma peau, mais je dois maintenant le faire discrètement, pour ne pas déranger d’éventuels secours.

                              Oui nous vivons bien dans un monde aseptisé, tellement convaicu de sa sécurité que la mort, qui nous attend tous finalement, est toujours "la faute" de quelqu’un ... un monde lâche !


                              • Georges Yang 6 août 2008 10:34

                                Je ne dirai jamais, c’était mieux avant ! Cela fait trop vieille baderne racontant ses souvenirs de guerre à ses petits enfants. Disons, plutôt qu c’était différent. Se faire braquer par un freedom fighter à moite ivre avec un AK 47 n’a rien de réjouissant, j’ai déjà donné. Par contre, perdre une bouteille de Stroh rum a 80 degrés dans un aéroport par ce qu’elle vient d’un duty free africain et qu’elle présente une potentielle menace terroriste a l’escale de Zurich me parait excessif. Ce n’est pas ce genre de mesures qui empêcheront un attentat contre un aéronef. Mais on rassure les moutons comme avec le plan Vigie Pirate


                              • barbouse, KECK Mickaël barbouse 6 août 2008 11:57

                                bonjour,

                                tout tourne ici sur la définition des mots courages et virilités, occident frileux vs pays où on a du cran, etc...

                                alors lorsque l’europe puis l’occident incluant les usa a tester son "cran" sur les champs de bataille de l’histoire, on a plutot massacré, les motifs et motivations qui on engendré la mise en marche du "cran" sont encore aujourd’hui combattu culturellement, principalement parce que nous savons ce que ça déchaine,

                                que ce soit le racisme, les croisades, le nazisme, le patriotisme, etc.. toutes ces manières qu’on eut l’histoire d’engendré des massacres, nous les combattons culturellement, non pas par "peur", mais par conscience historique de ce que ça donne lorsque ça se lache,

                                conscience que nous déplorons absente des extrémistes en règle général, parce que pour prendre un exemple, si nous étions encore a une époque de l’histoire ou l’esprit religieux engendrerais massivement des saintes croisades pour éradiquer l’impie, aprés le 11 septembre,

                                une "union des forces de la croix" du genre fanatisé a l’ancienne, de moscou a washington, en passant par berlin et paris, cela aurai été une boucherie, une guerre civile, militairement capable de rayer l’islam de la carte de l’humanité, a coté desquelles les croisades précédente, avec épée et chevalier, aurai ressemblé a bagarre amicale entre force a peu pret égale,

                                d’une certaine manière, les peuples occidentaux ont déléguer l’usage de la force a leur police et leur armée, en échange de quoi ils veulent la paix civile, combattent idéologiquement ce qu’on sait engendrer la guerre ou la criminalité qui déguise des actes de guerres, et on se retrouvent avec d’autre formes de guerre, économique , culturelle, cultuelle, scientifique et démographique.

                                aussi, le coté "sans couilles" de votre article lorsqu’il dépeind l’occident, est partial,

                                le courage de l’occident européen est de ne pas vouloir utiliser la violence aveugle, engendré de nouvelle boucherie, ne pas céder a l’envie de faire des "démonstration de force gratuite", juste pour marquer les esprits de ceux qui sont du mauvais coté du fusil,

                                nous n’avons pas de "freedom fighters" bourré avec ak 47 dans nos rues, c’est parce que nous avons gagné et traverser des époques similaires, pas par "manque de courage", mais parce que nos freedom fighter d’aujourdh’ui sont canaliser, éloigner de la population civile, de l’excés d’alcool, et occupé a des fonctions utiles a la patrie, pas laisser a eux même dans les rues a pillé les civiles.

                                Au final, dans les situations d’escarmouches entre "freedom fighters" africain et européen, le courage alcoolisé des uns ne dépasse pas l’efficacité dans l’usage du potentiel meurtrier des autres.

                                et en france, lors des émeutes de villiers le bel, le courage des forces de l’ordre, a été de ne tuer personne, malgré la haine de la france de certains, malgré leur propos anti blanc, l’envie de venger des ancêtres colonisé, tuer du chrétien, du descendant d’esclavagiste, la venue de quantité d’exalté des banlieues pour se taper du flic, etc... ils sont français, compatriote, dans l’erreur de la haine et du préjugé, mais tant qu’il reste une chance d’un avenir sans boucherie, nous en prenons la direction,

                                et c’est bien plus courageux que de simplement prendre l’armée et la police, descendre dans les banlieues avec arme de guerre et droit de tirer. c’est faire la pari que l’envie de vivre et construire ensemble solidaire, malgré nos difficulté, nos passé, nos identité divisisé, est supérieur a l’envie de nous entre tuer.

                                alors oui ça donne l’impression de faiblesse, mais pour l’instant il vaut mieux donner cette impression que faire la démonstration dans le sang du contraire, libre a chacun de mesurer la corde sur laquelle il tire.

                                amicalement, barbouse


                                • Jeune Cadre Dynamite Jeune Cadre Dynamite 6 août 2008 13:21

                                  @ l’auteur

                                  Merci pour cet article sortant un peu de l’ordinaire. Je rejoins HELIOS (dont le commentaire est « moinsé » d’ailleurs) et je m’interroge : pourquoi votre article reçoit-il 80% de votes positifs mais des commentaires globalement de réaction primaire... Schizophrénie des lecteurs ? En vous lisant je m’attendait à ces commentaires vous accablant de « c’était mieux avant... » : ça n’a pas manqué... Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine ;0) ou plutôt « il n’est pire aveugle... » même si pour leur défense dans votre profil d’auteur vous vous présentez comme « nostalgique de la liberté individuelle de plus en plus bafouée de nos jours ».

                                  @Barbouse

                                  C’est toujours un plaisir de vous lire même si en l’espèce je vous trouve un peu dur sur le côté « couillu » (provocation volontaire de l’auteur à mon sens du moins je l’espère) de l’article. Au plaisir de vous lire et je l’espère bientôt dans un article de votre cru.

                                  Pour ceux que la question soulevée par l’article interpelle, quelques idées de lecture « orientées »(?) :

                                  « L’insurrection qui vient » par le Comité invisible http://www.lafabrique.fr/article_livres.php3?id_article=215

                                  « Vivre et penser comme des porcs » de Gilles Châtelet

                                  Et (qui me semble en plein dans le sujet même si je l’ai pas encore lu...) « Colère et Temps » de Peter Sloterdijk

                                  Cordialement, JCD


                                • Georges Yang 6 août 2008 13:54

                                  Relisez, je ne parle pas que des exploits guerriers. L’abandon de la violence n’est pas une tare dans une société, la lâcheté oui. Que dire de gens qui ont peur d’un fromage, d’un jouet ou d’un colorant ?

                                  Que dire de Royal qui veut faire raccompagner chaque femme flic par un collègue par crainte du viol ?

                                  Ce qui est surprend, ce n’est pas la bêtise de certains commentaires, mais le conformisme TF1, écolo sécuritaire, sur un forum souvent plus informé


                                • barbouse, KECK Mickaël barbouse 6 août 2008 19:33

                                  bonjour,

                                  que dire des gens qui ont peur d’un fromage, d’un colorant, etc... dites vous.

                                  alors vous prenez une peur probante, le cancer, vécu dramatiquement par quantité de familles,

                                  et vous suggérez ou affirmer de manière peu précise, sans débat public, avec un coté "science médicale", que les germes sur ce fromage, ce colorant, ce composant chimique bizarre que l’on trouve dans tel jouet, tel conservateur, tel objet de la vie courante, engendre le cancer, ou des malformation pendant la grossesse, une baisse de la quantité de spermatozoide, etc...

                                  évidemment dans quantité d’endroit du monde, quand quelqu’un meurt d’un cancer, on ne diagnostique pas le cancer, on constate la mort, lui donne une raison sans regard médicale occidental, comme pour le sida où on meurt d’autre maladies que le sida en lui même, et on passe a autre chose...

                                  En occident, on vous dit " cet personne qui vous est chère a le cancer", puis on vous dit, chimio, etc... jusqu’a dans bien des cas, il faut vous préparer a lui dire au revoir, l’accompagnement du souffrant, et la mort.

                                  seulement la population en général sait que le cancer existe, ne sait pas spécialement ce qui le cause, et sait que ça tue. tout le monde n’est pas diplomé en médecine, et doit bien faire confiance a la parole autorisée des médecins, aux normes sanitaires, etc...

                                  cela n’empeche nullement la peur face a sa propre ignorance du " comment ça marche le cancer, comment ça arrive, pourquoi..." au mieux ça la compense.

                                  alors quand une information circule sur " tel produit a tel effet mortel ou gravement nuisible", et bien la peur réel et assez saine du cancer et d’autre maladie engendre des comportements où on cristalise cette peur sur tel fromage, tel produit, tel colorant, etc...

                                  evidemment, là où on vous explique que le sida c’est une invention de blanc, entre autre grande perspicacité médicale, la peur d’un shampoing peu avoir l’air ridicule et lache,

                                  mais en faite, dans une population a la fois suffisament instruite de mots et de principes médicaux, mais pas assez pour savoir si tel produit engendre effectivement le cancer ou pas, aprés tel nouvel études de tel chercheurs inconnus, etc... et bien oui, elle a normalement peur et réagie normalement en forçant l’attention médiatique dessus pour lui fournir de quoi en penser selon la science médicale en laquelle elle croie.

                                  et oui chez nous, depuis qu’on a sait que des microbes invisibles ça existe, qu’un petit composé chimique peu engendrer une dégénérescence des cellules de notre corps, etc... on peut avoir peur de bien petite choses apparement anodine pour qui regarde de l’extérieur.

                                  amicalement barbouse.


                                • barbouse, KECK Mickaël barbouse 6 août 2008 19:53

                                  dsl j’ai oublié les propos délirant de "LA candidate" que l’on ne doit pas critiquer parce que c’est une femme,

                                  on peut en rire longtemps, surtout si imagine quelqu’un lui répondre que face au déficit de l’état, pour faire des économies au lieu d’embaucher des femmes flics et leur bodyguard, on pourrait peut etre juste embaucher des hommes. Mais les propos délirants d’une féministe aussi candidate qu’elle soit ne sont pas a prendre en compte, surtout lorsqu’on voit a quel point de plus en plus d’homme se désinteresse et s’éloigne de cet idéologie, commençant a comprendre que loin d’en faire des libérateur de la femme, ça les emprisonne dans des destins pénibles.

                                  amicalement barbouse.


                                • Martin Mystère 6 août 2008 12:33

                                  "Qu’espérer d’une jeunesse qui aime Le Seigneur des anneaux ?"

                                  Qu’elle sache écrire en elfe ? (réponse aussi idiote que la question).


                                  • foufouille foufouille 6 août 2008 18:22

                                    disons plutot qu’il n’a ni vu le film ou encore moins lu la trilogie.


                                  • foufouille foufouille 6 août 2008 13:50

                                    la liberte n’est pas encore morte mais ca vient
                                    sinon certains trucs ne dependent pas de notre liberte comme les fuites radioactives, la viande avariee recycle en merguez, la mayo a base d’huiles minerales.....


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed 6 août 2008 20:04

                                       Le Dantec disait : "Il n’y a rien dans la nature qui n’ait été d’abord dans l’esprit" !

                                      A force de vivre sur le dos des autres, d’exploiter les plus naïfs, d’accaparer les richesses d’autrui, de fomenter les intrigues... "Pour assurer les intérêts de la France", eh bien on finit par s’écrouler sous le poids de la culpabilité comme le mandiant insatiable s’écroula sous le poids du sac rempli de pièces d’or !

                                      En France il n’y a plus de Liberté, ni d’Egalité ni un semblant de fraternité, il n’y a qu’un égoïsme abérrant individuel et national qui développe au jour le jour une épaisse carapace ce qui, évidemment empêche les esprits de se libérer par la pensée et par l’action !

                                      L’univers français est clos !

                                      L’égoïsme est le premier synonyme de sous développement n’en déplaise aux obèses dictionnaires !

                                      MOHAMMED MADJOUR.


                                      • ACTARIUS 7 août 2008 18:25

                                        Tranche de vie future :

                                        Standardiste : "Speed-Pizza, bonjour."

                                        - Client : "Bonjour, je souhaite passer une commande."


                                        - Standardiste : "Puis-je avoir votre NIN, monsieur ?"


                                        - Client : "Mon numéro d’identification national, oui, un instant, voila, c’est le 6102049998-45-54610."


                                        - Standardiste : "Je me présente. Je suis Habiba, merci M. Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le : 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01. C’est bien ça ?


                                        - Client (timidement) : "Oui !!"


                                        - Standardiste : "Je vois que vous appelez d’un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu’il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant : AZ25/JkPp+88**"


                                        Client : "Bon, je le fais, mais d’où sortez-vous toutes ces informations ?


                                        - Standardiste : "Nous sommes connectés au "système croisé", Monsieur."


                                        Client (Soupir) : "Ah bon ! Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines."



                                        - Standardiste : "Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur."


                                        Client : "Comment ça ?"


                                        - Standardiste : "Votre contrat d’assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d’hypertension et d’un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D’autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé. Si la commande est maintenue la société qui l’assure risque d’appliquer une surprime."


                                        Client : "Aïe ! Qu’est-ce que vous me proposez alors ?"


                                        - Standardiste : "Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de soja. Je suis sûre que vous l’adorerez."


                                        Client : "Qu’est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?"


                                        - Standardiste : "Vous avez consulté les ’Recettes gourmandes au soja’ à la bibliothèque de votre comité d’entreprise la semaine dernière, Monsieur. Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le Net, en utilisant le moteur _ www.moogle.fr _ avec comme mots clés "soja" et "alimentation". D’où ma suggestion."


                                        Client : "Bon d’accord. Donnez-m’en deux, format familial."


                                        - Standardiste : "Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex LP et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de Phénylseptine par 100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes 37 secondes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre j’ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini."


                                        Client : "Bon, va pour le modèle mini. Je vous donne mon numéro de carte de crédit."


                                        - Standardiste : "Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C’est ce qu’indique le credicard-satellis-tracer"


                                        Client : "J’irai chercher du liquide au distributeur avant que le livreur n’arrive."


                                        - Standardiste : "Ca ne marchera pas non plus monsieur, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire."


                                        Client : "Ce n’est pas vos oignons. Contentez-vous de m’envoyer les pizzas J’aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?"


                                        - Standardiste : "Compte tenu des délais liés aux contrôles de qualité, elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique."


                                        Client : "Comment diable pouvez-vous savoir que j’ai un scooter ?"


                                        - Standardiste : "Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l’Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu’il a passé le contrôle technique hier et qu’il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs j’attire votre attention sur les risques liés à votre taux d’alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails afroblack" au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n’êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat."


                                        Client : "@#%/$@& ?# !"


                                        - Standardiste : "Je vous conseille de rester poli Monsieur. Je vous informe que notre standard est doté d’un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d’insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2009 pour outrage à agent."


                                        Client : (Sans voix)


                                        - Standardiste : "Autre chose, Monsieur ?"


                                        Client : "Non, rien. Ah si, n’oubliez pas le Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub."


                                        - Standardiste : "Je suis désolée Monsieur, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids. Cependant à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat Jurishelp, le contrat de protection et d’assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce. Vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2008 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l’achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d’une boite de 15 préservatifs et d’un flacon de lubrifiant à usage intime, cela pourrait vous être utile. D’ailleurs, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUR de réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Bonsoir Monsieur et merci d’avoir fait appel à Speed-Pizza"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès