Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > La perversion de la liberté de penser

La perversion de la liberté de penser

En direct de ma Segpa

Un cas d'école.

« Z » est un garçon qui brille par sa tolérance, son ouverture d'esprit et ses opinions tranchées. Il véhicule des idées sorties de l'obscurantisme le plus abject, fort de la certitude de détenir une vérité indiscutable puisqu'envoyée directement par Dieu. « Z » est également capable de provocations odieuses, c'est le privilège de cet âge particulièrement bête qu'on nomme l'adolescence. Il est toujours prudent de faire la part entre le Diable et Satan !

 Z » lors de rencontres avec des intervenants a toujours défendu des positions radicales. Il se pose comme le défenseur d'un extrémisme qui n'est pas sans me rappeler quelques postures intégristes qui fleurissent ici ou là. Il se trouve toujours à rebours des valeurs de notre république bien qu'il réclame sans cesse son droit inaliénable à la liberté de penser. Nous serions donc pris au piège de ce petit monstre !

 Z » soutient sa liberté de refuser les prises de sang, de ne pas passer un contrôle médical pour trouver un travail. Il est libre de faire ce qu'il veut de son corps, liberté qu'il s'empressera de réfuter quand d'autres souhaitent s'aimer à leur manière. C'est d'ailleurs son mode de fonctionnement, toutes ses pensées passent par le prisme exclusif de son importante personne.

 Z » dans un débat occupe toute la place. Il coupe, parle plus fort, interrompt camarade, intervenant ou professeur. Il commence chaque intervention par « Moi je ... » ou une formule analogue. Il n'écoute pas la réponse, se retourne, discute avec son voisin avant que de resurgir subitement dans la conversation par un propos totalement décalé.

 Z » a toujours raison. C'est la règle incontournable que nous ne parvenons pas à comprendre. Il est vrai que nous sommes si stupides … Son opinion a valeur d'universalité. C'est une loi d'airain, un précepte gravé dans le marbre. Patrons, professeurs, médecins, juges ou policiers sont tous des mauvais, des êtres qui sortent de la seule pensée qui s'impose à tous, la sienne !

« Z » trouvera du travail quand il voudra à moins qu'il ne s'inscrive dans un lycée professionnel en dépit d'un dossier famélique. Il échappera au chômage, gagnera sa vie largement, emmerde la police et n'aura jamais affaire à la justice. Point n'est besoin de parler convenablement à tous ces représentants des pouvoirs ni même de les respecter. Il ne s'embarrasse pas de grimaces et de faux semblants.

 Z » n'a nul besoin de justifier ses absences ou ses retards. Il vient quand il veut, il n'a de compte à rendre à personne. Ses parents le soutiennent (c'est du moins ce qu'il prétend). Il est libre et personne n'a à décider pour lui. Il ne supporte pas les contraintes et gare à celui qui lui fait une remarque, il sera taxé de xénophobie, de discrimination ou affublé d'un nom d'oiseau.

 Z » est le plus tolérant des garçons. Pourtant, les homosexuels ne méritent que la mort. Sur ce point, il n'y a aucune nuance envisageable. Si la destinée venait à lui donner un fils PD, il lui fracasserait la tête contre un mur. Je vous assure qu'il est parfaitement sérieux quand il tient ce propos. Je lui rappelle alors que l'homophobie est un délit, le meurtre un crime, il répond que nul ne peut venir dans sa tête pour penser autre chose !

 Z » aime les méthodes musclés. Il trouve parfaitement légitime qu'un père frappe ou tue son enfant. Cependant, il ne supporte absolument pas d'être touché par ces adultes qui se permettent de vouloir lui imposer des règles de vie commune. Malheur à celui qui lui pose, ne serait-ce qu'un main bienveillante sur l'épaule pour qu'il se calme. C'est une déclaration de guerre !

 Z » méprise les femmes. De cela, il n'y a pas à discuter. Elles méritent de gagner moins, elles ne devraient pas travailler ni se montrer en public. Elles n'ont pas à décider de leurs amours ni de leurs désirs. Ce sont des bêtes au service de ses désirs. C'est du moins ce qu'il laisse entendre. Sa vérité est sans doute tout autre. Mais, de sa misère affective, il n'y a rien à dire …

 Z » fut pour moi un cauchemar journalier. Je suis payé pour supporter de tels personnages et je n'ai pas à m'en plaindre. Il fut surtout une plaie pour ses collègues de classe (je ne peux user du vocable camarade qui lui va si mal). Il a tenu la première place, rendu les cours difficiles, imposé ses caprices et ses délires. Il fut un perturbateur quotidien sans jamais commettre l'irréparable. Je n'aurai aucun regret à son départ ni même l'envie de le revoir. J'ai moi aussi le droit de penser beaucoup de mal de ce garçon !

Librement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 10:43

    Lg


    Mon ego a besoin de ça et il aime à lire vos critiques acerbes ...

  • focalix focalix 11 juin 2013 11:49

    Il s’agit d’une facette du métier d’enseignant.
    Pourtant, l’enseignant continue à enseigner, de la même façon que le routier continue à conduire quand il y a de la neige ou des fêlés qui déboîtent à la sauvage devant son 24 tonnes.
    Peu importe le nom de cet élève, c’est juste un type de zigoto dont il existe de multiples exemplaires...
    L’élève lui-même n’est pas le sujet de l’article. C’est d’ailleurs un mauvais sujet.

    Comme je te comprends C’est Nabum !


  • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 12:14

    Lg


    Je veux expliquer aux contribuables que dans bien des classes, des professeurs ne peuvent plus faire leur boulot parce qu’on leur impose un ou deux individus de ce genre.

    Notre hierarchie tait le problème, nie la réalité des faits. Je suis bien en deça de la vérité avec ce personnage qui est le paradigme des trublions détestatbles qui pourrissent nos classes, vos enfants ...

    Ça ne sert à rien puisqu’il ne faut rien dire, taire cette réalité qui conduit des cohortes entières vers la détestation de l’école et l’inculture.

    Alors, mon ego à coté de ça ....

  • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 12:46

    Lg


    Le propre de ces jeunes est de nous mettre en échec.

    Maintenant, qu’ils pourrissent l’existence à des adultes, passe encore mais qu’ils entravent la scolarité de leurs camarades jusqu’à les empécher de travailler c’est intolérable.

    Alors, il faut des Sas de décompressions, des espaces de contenance pour les furieux qui sont incapables de se tenir convenablement.

  • focalix focalix 13 juin 2013 16:19

    Vous avez raison LG.

    Il suffit de se promener aux abords d’un collège à l’heure de la sortie des classes pour voir toutes ces dames s’installer dans leurs Mercédès avec leurs sacs Vuittons. C’est bien connu, elles sont toutes communistes et passent le plus clair de leur temps à faire de la propagande pour leur parti. Quand deux triangles ne sont pas égaux, elles poussent leurs élèves à l’insurrection sous l’oeil bienveillant de Jean-Marc Ayrault, premier ministre et prof de formation.


  • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 10:45

    durae.leges.sed.leges


    Vous avez juste au-dessus de vous un exemple bien différent certes mais tout en intolérance distinguée.

    Adepte de Pythagore, j’ai fai silence longtemps et désormais j’exprime ce que j’observe. Nul n’est contraint de me lire et pourtant beaucoup s’indignent !

  • Abou Antoun Abou Antoun 11 juin 2013 18:30

    On est dans un monde où l’on doit tolérer l’intolérable au nom de la tolérance.
    Cette formule résume assez bien la situation. Tout revient à faire de l’anormal, de l’exceptionnel, de l’inacceptable, une normalité que l’on nous somme d’accepter pour être nous-mêmes considérés comme ’normaux’. Ce processus est d’une grande perversité. Il s’agit je crois tout simplement des symptômes d’une fin de civilisation la perte totale des valeurs, des repères. L’individu mis au banc de la société est maintenant celui qui constate, qui s’indigne, qui proteste, qui refuse. L’individu heureux sera celui qui ne voit rien n’entend rien accepte et légitime tout pour ne pas ’stigmatiser’ comme on dit maintenant à tout propos (difficile de lire 10 lignes sans voir cette nouvelle connerie journalistique).


  • oncle archibald 11 juin 2013 10:12

    Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre .... Quand en plus les hormones en ébullition de l’adolescence s’en mêlent, il est clair que l’intolérance va régner en maître ... Je vous plains de tout coeur, et quand je vous lis j’ai une pensée émue pour tous ceux de ma famille qui font le même métier que vous, avec des difficultés moindres, mais pour certains à peine ... 

    Des zorros boutonneux tellement surs d’eux que ça fait de la peine, il y en a à foison dans les lycées de la République, et dans les lycées techniques davantage encore .... 

    Mon gendre a même été invité à descendre s’expliquer dans la cour par un de ces boutonneux auquel il prétendait apprendre quelques rudiments d’électrotechnique .... Poussé à bout il l’a suivi dans le couloir, mais heureusement pour lui ses collègues l’ont vu passer (merci les cloisons vitrées), ils l’ont rattrapé par la manche, ils l’ont raisonné et ramené devant son tableau noir ... 

    Pourtant je pense que zorro aurait été réduit au silence en quelques secondes par ce bonhomme petit et trapu qui aime ma fille et mes petits enfants, qui est hyper musclé mine de rien, ceinture noire de judo depuis des années, et surtout, surtout, originaire des Pouilles ou l’on a le sang chaud et où l’on ne plaisante pas avec l’honneur ... 

    Il a su avaler la couleuvre ... On est obligé de dire bravo ... hélas ! 

    Quand à zorro, exclu pour trois jours, dès son retour au lycée il a réitéré ses invitations à descendre dans la cour avec le ricanement de celui qui sait que son adversaire ne pourra pas donner suite .... le tout dans l’indifférence absolue de la hiérarchie administrative ...

    • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 10:49

      oncle archibald


      Un lecteur s’interroge :
      « à quoi sert de publier pareil témoignage ? »

      Naturellement l’homme désagréable vient me piquer en prétextant un ego sur-dimensionné.

      Votre commentaire atteste de l’utilité de rompre le silence, de cesser de faire croire que nous enseignons dans des conditions normales. On nous impose des situations totalement inacceptable au nom du maintien d’une règle absurde dans l’état actuel des comportements adolescents.

      Les fauteurs de trouble n’ont rien à faire dans nos collèges et lycées !

    • oncle archibald 11 juin 2013 12:02

      Le pire de tout est peut être l’attitude de la hiérarchie administrative qui finalement au lieu de soutenir un enseignant confronté à un problème grave, le maudit de ne pas se taire ... Pas de vagues, silence, tout baigne ... C’est la consigne ... 


      Avec en prime les notes d’examen honteusement relevées pour être dans « la statistique » et limiter le nombre des « échecs » .... 

      Avec au terme du cursus une partie des élèves munis de leur peau d’âne comme les autres mais qui ne savent même pas qu’ils ne savent rien ... Qui vont se demander pourquoi, quand ils vont être en entreprise, on va les malmener et leur demander comment il est possible qu’ils ne sachent presque rien de ce qu’ils sont censés avoir appris ... salauds d’employeurs, va !

      Plus dure sera la chute et finalement ils vont nous en vouloir de les avoir leurrés ....

    • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 12:17

      Mon Oncle


      Vous pointez le problème majeur.

      La politique du chiffre et des statistiques poussent la hierarchie à nier tous les problèmes pour obtenir leur si chère promotion.

      Moi aussi, il y a un mois un merdeux m’a demandé de descendre ma battre. Je n’ai rien dit et désormais ce garçon se croit le maître. On m’a félicité de ma retenue au lieu de le fiche à la porte ! 

    • Abou Antoun Abou Antoun 11 juin 2013 12:51

      Le pire de tout est peut être l’attitude de la hiérarchie administrative qui finalement au lieu de soutenir un enseignant confronté à un problème grave, le maudit de ne pas se taire ... Pas de vagues, silence, tout baigne ... C’est la consigne ...
      Bien vu, Tonton, pas de morts dans le service c’est la règle.
      J’ai eu aussi quelques ’Z’, heureusement pas très nombreux mais un seul peut gangrener, pourrir une classe entière.
      Un de mes derniers ’Z’ ne venait que quand il voulait. Je bénissais ses absences pendant lesquelles la classe pouvait fonctionner à peu près normalement. Un jour alors qu’il revenait d’une absence prolongée avec son arrogance habituelle je l’ai foutu dehors sans raison en lui disant juste que s’il n’avait pas envie de me voir pendant les jours passés, c’était maintenant mon tour de ne plus supporter sa face de carême.
      Je me suis fait remonter les bretelles par ma hiérarchie, le message étant en gros que « j’étais payé pour me faire emmerder ». L’administration est coupable, elle a tous les moyens via la demande de suspension du versement des allocs de mettre fin à ces comportements, elle ne le fait pas par lâcheté.
      Quoiqu’en pense certains commentateurs l’article est intéressant il brosse un portait type à la manière de La Bruyère d’un genre d’individu, d’une sorte de petit monstre, que notre époque à engendré.


    • Ruut Ruut 11 juin 2013 10:20

      Article haineux probable sans véritable discussion profonde avec le dit Z.



      • S2ndreal 11 juin 2013 10:48

        Ruuut,

        Allez voir Z, discutez avec lui et revenez nous redire ça. Je sens que je vais rigoler. J’en connais au moins un de ces Z. J’ai l’impression de lire mon expérience en lisant cet article.


      • Cocasse Cocasse 11 juin 2013 10:48

        Ne dites pas n’importe quoi. Lisez donc les autres articles de Nabum. Cet auteur est tout sauf haineux. Il ne fait même pas partie de la petite clique de gens estampillés « extrème-droite » sur ce site.

        Vous ne comprennez pas qu’il est face à la réalité et toutes les difficultés qu’elle comprend ? Et à chaque article c’est une difficulté différente et insurmontable ! Pendant que vous vous êtes tranquillement dans votre petit fauteuil à vous indigner pour la forme.


      • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 10:51

        Ruut


        Croyez-vous qu’en deux années, je n’ai jamais cherché une fissure dans la carrapace ?

        Vous me méprisez, à quoi bon venir le confirmer ici !

        J’ai essayé bien des choses pour l’amadouer. Rien n’y fit et j’ai attendu le dernier cours pour en faire ce portrait 

        Bien à vous

      • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 10:52

        S2ndreal 


        Merci 

        La haine du corps enseignant est telle que certains lecteurs ont le même comportement que nos trublions sans l’excuse de l’âge !

      • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 10:54

        Cocasse


        Ne vous perdez pas en une défense impossible.

        Je vous remercie mais ce lecteur est dans une posture idéologique et ne voudra rien entendre. Je suis un mauvais objet ! 

        Merci à vous !

      • Ruut Ruut 11 juin 2013 13:24

        Le portrait que vous faites de Z est trop sombre pour être complet.

        Aucun être humain n’est néfaste au point que vous décrivez.

        Ses dires cachent une profonde détresses et ses action un total désarrois.
        Il se cache derrière un comportement asocial pour éviter la société qui semble le terrifier.

        Je vous présente mes excuses, je ne voulais pas vous heurter.
        Mais un tel portrait ( Z ) est trop sombre pour être complet.


      • Abou Antoun Abou Antoun 11 juin 2013 14:06

        @ Ruut,
        C’est une réalité difficile à admettre, idéologiquement, mais vous voyez Ruut, les cons çà existe. Je veux dire les cons absolus, totaux, les cons intégraux. Quand on n’est pas fasciste il faut accepter de vivre avec, les considérer comme un mal nécessaire, mais on ne peut ni ne doit en aucun cas nier leur existence. Il faut les empêcher de nuire, c’est tout.
        Qu’ils le soient génétiquement ou bien que ce soient des produits de la société reste une discussion intéressante et pour laquelle il est difficile d’avoir un avis tranché. Pour moi c’est un peu le résultat des deux, de faibles possibilité d’intelligence conjointement avec un environnement malsain, pollué a pour conséquence l’apparition d’un grand nombre de Z qui ne sont pas remis à leur place.
        La nature est plus expéditive, un organisme sain élimine les cellules cancéreuses au plus vite. Notre société laisse se développer des connards du type ’Z’ elle les laisse se multiplier, les légitimise, justifie leur comportement, les glorifie comme victimes. C’est que les défenses naturelles de la société ne jouent plus. C’est une société malade !


      • LE CHAT LE CHAT 11 juin 2013 11:14

        Z peut même être promis à un brillant avenir à Science PO , si sa connerie ne le tue pas avant ....


        • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 12:09

          Le Chat


          Vu l’étendue abyssale de ses connaissances, Sciences Pot est dans ses cordes, effectivement !

        • L'enfoiré L’enfoiré 11 juin 2013 11:24

          Les excès nuisent en tout et tout particulièrement avec les libertés de penser.

          Comme on peut rire de tout mais pas avec tout le monde.
          On l’oublie trop souvent « trop de démocratie tue la démocratie ».
          Comme je l’écrivais récemment : « Nous sommes à l’ère de l’hyper-communication avec les médias disponibles. A l’ère où on dit tout et n’importe quoi. Le Buzz se crée sans même interférer sur son potentiel. La démocratie est devenue, une tarte à la crème dans laquelle on n’y trouve plus ni ses ingrédients, ni ses gènes. »

          • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 12:10

            L’enfoiré


            Que c’est bien dit !

            Merci à vous l’ami 

          • Jean-Philippe 11 juin 2013 12:51

            Bonjour,

            Les pathologies liées au caractère sont souvent à l’origine des plus grands gâchis.
            J’ai vécu de tristes échecs même avec des « clients » infiniment plus sociables et subtils que votre Zigoto.
            A cet âge, il est de toutes façons déjà bien tard.
            Ces pathologies peuvent pourtant s’inhiber assez facilement dans le cadre d’une éducation qui désigne clairement et très énergiquement les « limites ».
            Z n’a pas eu la chance de disposer de tels parents, manifestement.
            Mais il contribue à vous fournir du boulot, même si le boulot en question n’est pas celui que vous préférez, et je le comprends bien. Mais vous pourriez au moins le remercier à ce niveau là ...
            S’il va vous faire des vacances, c’est qu’il vous a donné du travail.


            • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 12:54

              Jean-Philippe


              Ce fut un travail totalement improductif !

              Je n’aime pas ça. Il ne gardera aucun souvenir de son passage dans ma classe. Seules ses bêtises resteront pour lui mémorables.

              De toute manière, il faut qu’il soit le centre de tout ! 

            • docdory docdory 11 juin 2013 13:44

              @ C’est Nabum


              Il semblerait que la solution à ce genre de « clients » problématiques serait le retour aux méthodes d’enseignement de mon enfance ( j’ai du commencer le collège en 1967, à l’âge de 10 ans, si mes souvenirs sont juste ).
              Si l’on considère les faits que vous décrivez, il semblerait que votre établissement d’enseignement fasse la part belle aux « débats » dans lesquels les élèves émettent des « opinions ».
              Tel n’était pas le cas lorsque j’étais à l’école, puis au collège.
              A l’école, c’était simple, la seule règle était le silence absolu, l’opinion des écoliers n’était absolument pas considérée comme dignes du moindre intérêt. Pour prendre la parole, il fallait lever le doigt, si l’on parlait sans y être invité ou si l’on bavardait en cours, on était appelé au tableau pour recevoir un coup de règle sur les doigts. Ceux qui informaient leurs parents pour s’en plaindre, se voyaient répondre« bien fait, ça t’apprendras à être sage ». Ceux qui avaient reçu un coup de règle ne récidivaient pas dans le bavardage. Quant aux notes, jusqu’au CE 2, c’était le « dix fautes = zéro », à partir du CM 1 c’était l’impitoyable « cinq fautes = zéro ». ! Et pourtant, il n’y avait que un ou deux zéros dans la classe...
              Au collège, il n’y avait guère plus de « débats », si l’on nous demandait notre opinion, c’était uniquement en français dans les « dissertations ». et ça s’arrêtait-là ! 
              Les premiers débats avaient lieu en terminale, en cours de philosophie.
              Le régime des sanctions, au collège et au lycée, était connu de tous : une petite incartade ( bavardage) entraînait un gros devoir supplémentaire, à faire signer par les parents de l’élève, une incartade un peu plus importante, deux ou quatre heures de colle, au bout de trois colles, c’était un avertissement, au bout de trois avertissements, c’était le conseil de discipline, avec en général exclusion, d’une semaine parfois, mais le plus souvent définitive. Pour un fait grave ( injure à un prof, vol, coups et blessures ) c’était le conseil de discipline immédiat avec exclusion quasiment inévitable !
              Il est évident que si les collèges actuels appliquaient ce genre de méthodes, l’élève Z que vous décrivez aurait été exclu définitivement avant la fin du premier trimestre, et aurait donc cessé de perturber les cours, les autres élèves auraient donc pu travailler, et votre travail vous serait paru beaucoup plus gratifiant....
              L’éducation nationale ne doit pas être une entreprise compassionnelle. Si on hésite à sanctionner lourdement un élève perturbateur, c’est toute la classe qui en subit les conséquences !



              • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 14:20

                docdory


                Tout d’abord, nul débat n’est nécessaire pour savoir ce que ce jeune homme pense. Il intervient à tous propros pendant les cours ....

                Pour les fautes, il serait sous la barre fatidique, écrivant un français non déchifrable.

                Mais, rassurez vous, tout cela est de la faute d’enseignants racistes qui n’ont rien compris à son génie.



              • docdory docdory 11 juin 2013 16:15

                @ C’est Nabum


                Si on lit votre article entre les lignes, il semble fort possible que cet élève soit élevé dans les préceptes d’une certaine religion-qu’il-est-interdit-de-critiquer-car-si-on-la-critique-c’est-qu’on-est-un-sale-raciste . Me trompé-je ?
                Le principal responsable de son comportement n’est-il pas en fin de compte le catalogue obscurantiste rétrograde d’absurdités nuisibles qui sert de livre sacré à la religion en question, ainsi que les adultes qui donnent à lire à cet élève ce sous-produit issu de la cervelle dérangée d’un despote religieux sanguinaire du début du moyen-âge ?

              • FyreFoog 12 juin 2013 13:47

                Bonjour,

                Plus je vous lis, plus vous décrivez votre personnage, plus son portrait ressemble à celui d’un « surdoué », terme que je mets entre guillemets car cela correspond plus à un fonctionnement cérébral différent et une manière d’appréhender son environnement associé (pensée transversale et associative), et non à un être que l’on associe généralement à un génie qui sait tout faire. Il en résulte généralement quelqu’un d’autodidacte, très critique sur ce qu’il perçoit, l’enseignement en fait partie, et suivant l’environnement familiale, et le vécu, quelqu’un avec une très forte personnalité, plus ou moins affiché. La description est assez succincte, si vous voulez vous renseigner, chercher, hp, zèbre, surdoué. Un Zèbre, comme on dit, non identifié peut être un calvaire pour son entourage, mais contrairement à ce qu’il laissent transparaître, arrogance, borné, impétuosité, c’est souvent quelqu’un de très réfléchi, parfois trop, dont les sens sont aiguisé, et avec une très grande intuition.

                Que savez vous de lui ? et de sa famille ? de son vécu ?

                Cordialement


              • Scual 11 juin 2013 14:18

                LA solution ? Il fout le bordel, cpe, sous-directeur ou directeur ou renvoi ou quoi. C’est pas les mesures disciplinaires qui manquent... et faut parfois avoir les couilles de tenir tête à la hierarchie qui vous dit qu’elle ne veut plus le voir dans leur bureau et de vous démerder.

                S’il ne fout pas le bordel mais a des opinions dégueulasses, soit vous tentez de lui faire changer d’avis, soit il vous faudra admettre que la culture d’extrême-droite est un très gros problème dans ce pays et essayer de lutter.


                • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 14:25

                  Scual


                  La direction vous le renvoie systématiquement ....

                  Avoir les c... Quand il y a injonction, on finit par baisser les bras. En la circonstance, je pense qu’il y a même protection.

                  Quantà la politique, évitons de lui faire place à l’école !

                • docdory docdory 11 juin 2013 16:05

                  @ C’est Nabum


                  Vous voulez dire que si vous lui filez quatre heures de colle à faire le mercredi après-midi, la direction refuse cette sanction ? Je n’arrive pas à le croire !!!

                • docdory docdory 11 juin 2013 16:24

                  @ C’est Nabum

                  Peut-être y a t-il des différences de politique de direction d’un collège à un autre.
                  Je me rappelle que, dans le collège que fréquentaient mes enfants il y a peu, au bout d’un mois après la rentrée, il y avait déjà en moyenne, selon les années, deux ou trois exclus définitifs. Cela ralentissait fortement les ardeurs d’autres élèves perturbateurs !

                • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 16:42

                  docdory


                  Vous avez sans doute manqué les épisodes précédents

                  Notre établissement est àç l’écart du collège. Punir un élève c’est mobiliser un personnel qui ne peut faire autre chose. Il nous a été demandé de ne pas coller car ça ne servait à rien et certainement pas un mercredi après-midi
                  Notre établissement ne reste pas ouvert une munite de trop ! 

                  Je n’y peux rien 

                • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 16:44

                  Scual


                  Pas de CPE
                  Pas de vie scolaire 

                  Nous devons faire sans et ce n’est pas facile !

                  Un élève exclu est donc un poid pour la direction qui nous le renvoie presque aussitôt !

                  Si vous trouvez ça anormal, il faut réclamer auprès du Conseil Général du Loiret qui a voulu ceette situation anormale

                • Scual 11 juin 2013 19:37

                  Il semble que vous soyez dans une situation extraordinaire qui ne vaut pas pour tout les établissements, donc je peux rien dire ne sachant pas quelle est la situation.

                  Par contre je suis pas fan des cas particuliers. Du coup ce qu’il faudrait voir c’est combien d’établissements sont dans la même situation que le votre et surtout si leur nombre augmente.


                • C'est Nabum C’est Nabum 11 juin 2013 20:07

                  Scual 


                  Effectivement je suis encore pour un mois dans un établissement presque unique. La Segpa est isolé du collège de plus d’un kilomètre. 

                  Maintenant, cette situation ne fait qu’éccélerer et amplifier les processus d’indiscipline. Nous pouvons considérer que ce lieu présage ce que seront les autres collèges dans quelques années.

                  Et à partir de cette hypothèse, les dysfonctionnements évoqués seront ceux qui seront constatés dans l’avenir dans tous nos collèges !

                • antitroll antitroll 11 juin 2013 15:16
                  belle parodie, style captivant, très bonne histoire à racontiner aux petits le soir avant le dodo. 
                  être un cancre discipliné, c’est pas facile. 
                  quand il y arrive, dans la classe il empêche pas les petits camarades de se laisser formater selon l’évangile du ministre de l’éducation nationale (peillon, je crois ?).
                  vive la liberté ! (de penser et de refuser l’endoctrinement)
                  mais le comportement de votre « z » témoigne d’une résistance contaminante à se laisser implanter dans la caboche les dogmes sélectionnés par l’archevêque nommé par affinités de croyances, le dénommé Vincent peillon, né le 7 juillet 1960 à suresnes, ministre de l’éducation nationale depuis le 16 mai 2012 dans le gouvernement ayrault. 
                  en passant, suresnes, c’est une réserve pour nantis nés de la cuisse de jupiter. 

                  j. prevert disait : 

                  il dit oui avec la tête 
                  mais il dit non avec le cœur 
                  il dit oui à ce qu’il aime
                  il dit non au professeur
                  ... ... ...
                  et malgré les menaces du maître
                  sous les huées des enfants prodiges
                  avec des craies de toutes les couleurs
                  sur le tableau noir du malheur
                  il dessine le visage du malheur

                  Alors mon bon ami, 
                  je vois qu’une issue à votre malheur 
                  monsieur l’instituteur : 
                  cédez la place à l’ennemi, 
                  pour son plus grand malheur 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès


Derniers commentaires