Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le bon goût de la campagne

Le bon goût de la campagne

A quelques jours de l’échéance présidentielle, la campagne se fait de plus en plus présente, voire oppressante. La faute à ces petites choses qui viennent noircir le tableau de cette manifestation politique et entravent l’ambition utopique de débats intelligents et passionnés, où les divers intervenants rivaliseraient d’éloquence pour faire adhérer le quidam à leur cause. Ces petits riens (parfois quand même assez importants) sont largement véhiculés si ce n’est causés par les médias qui, peut-être emportés par un excès de zèle, se permettent certaines libertés qui ne sont pas du goût de tout le monde. Explications.

Les sondages, ou la divination appliquée à la politique


Ils sont partout, impossible d’y échapper. Et pour cause les médias - a fortiori télévisuels - leur donnent une importance parfois indécente lorsque l’on a conscience de la manière dont ces ’’enquêtes’’ sont menées.

Tout d’abord, malgré la promesse des instituts de sondages d’effectuer leurs démarches en sélectionnant un échantillon représentatif de la population selon plusieurs critères (dont l’âge), 30 % des Français (adultes), du fait qu’ils ne possèdent pas de téléphone fixe, sont exclus de ces sondages. Cela pose un problème dans la mesure où cette proportion regroupe la grande majorité desFrançais de la tranche des 20-35 ans qui ne sont de ce fait pas sondables. Autre soucis, les trois points de marges d’erreur admis par les instituts ; ainsi les écarts annoncés entre différents candidats sont, si inférieurs à 3,5 points, admis comme assez ridicules par les sondeurs eux-mêmes (après tout, le fait d’utiliser ces sondages ne tient qu’à la responsabilité des médias). Si encore il n’y avait que cela. Mais non, encore un autre problème, les instituts se livrent à des redressements sur les chiffres récoltés et ne divulguent pas les données brutes. Pourquoi ces redressements ? Tout simplement parce que les sondeurs estiment que les sondés leur mentent, n’osant pas donner le candidat de leur choix. Mais alors pourquoi ne pas plutôt faire appel à un médium ? Est-ce vraiment le rôle du sondeur de deviner si oui ou non la personne au bout du fil lui ment et du même coup deviner ce qu’elle pense vraiment ? De plus ces redressements peuvent être conséquents : jusqu’à un rapport 4 entre les chiffres bruts et redressés. Le meilleur exemple est celui du candidat du Front national, Jean-Marie Le Pen. En effet ses chiffres sont régulièrement gonflés, les instituts de sondage partant du principe qu’une grande partie de son électorat n’ose dire qu’il votera pour lui. Mais le problème qui est peut-être le plus important dans ces redressements, c’est que les sondeurs refusent de divulguer toutes leur méthodes de redressement ou les données brutes. On en connaît cependant certaines : par exemple le sondeur peut se baser sur les résultats des élections antérieures pour effectuer ces redressements. Mais alors quid de l’évolution des opinions que le sondage est censé mettre en valeur ? Quid des nouveaux candidats ?

On le voit, il faut avoir une confiance aveugle dans les instituts de sondages pour accorder un quelconque crédit à ces enquêtes d’opinion, ce qui n’a pas l’air de gêner les médias outre mesure. Mais outre la façon dont ils sont effectués, on peut se poser le problème de l’intérêt des sondages. Le rôle de l’indicateur de l’évolution des opinions ayant été naturellement écarté plus haut, la question mérite d’être posée. En effet à quoi servent ces pronostics sur le résultat final ? A pas grand-chose, en tout cas pour la multitude qui subit ces études ridicules.


Les candidats à travers les médias, ou les favoris écrasant les outsiders


Il y a un concept, certes pas nouveau, qui est largement utilisé par les médias : celui des petits et des grands candidats. Un concept qui paraît ridicule lorsque l’on se pose la question : comment détermine-t-on qu’un candidat est ’’petit’’ ou ’’grand’’ ? En effet, alors que l’élection n’a pas encore eu lieu, comment peut-on établir qu’un candidat est plus important qu’un autre ?

A partir des élections antérieures ? Mais alors personne ne change d’avis ? Et comment cela se traduit-il pour les candidats qui en sont à leur premières élection  ? Bref, on peut écarter cette théorie.

A partir des notions de grands et petits partis ? Comment définit-on un grand parti ? Par rapport aux élections antérieures  ? Non, on retombe ainsi au cas vu plus haut. Par rapport au nombre d’adhérent au parti ? Mais alors pourquoi le Parti communiste français, qui a autant, si ce n’est plus d’adhérents que le PS et l’UMP (environ 130 000 chacun), n’est pas considéré comme un aussi grand parti que ces derniers, et pourquoi alors Marie-George Buffet n’est pas considérée comme un grand candidat, du moins pas au même titre que N. Sarkozy, S. Royal, F. Bayrou et J.-M. Le Pen ?

A partir de la facilité d’acquisition des 500 signatures ? A ce moment-là pourquoi F. Nihous n’est-il pas considéré comme un plus grand candidat que J.-M. Le Pen (il a obtenu ses signatures avant ce dernier si je ne m’abuse) ?

Mais alors en s’appuyant sur les sondages ? On peut établir que non, au vu du peu de crédit que l’on peut leur apporter (voire plus haut).

Bref, cette discrimination - n’ayons pas peur des mots - est totalement injustifiée.

Peut-être une conséquence directe de ces inégalités, l’exposition médiatique largement inégale entre les candidats avant que ne soit appliquée la fameuse égalité de temps de parole (les mauvaises langues diront qu’elles ne voient pas la différence).

Autre point qui peut-être énervant, le fait que certains candidats soient (volontairement ou involontairement) enfermés dans certains sujets. Des exemples assez simples : on entend beaucoup parler Voynet d’écologie, Laguiller d’économie et des droits du travail ou encore De Villiers de l’immigration et de la religion, mais relativement peu sur d’autres sujets. Alors, la faute aux médias ou aux candidats ? Chacun se fera une opinion, le sujet ne sera pas développé ici.

Enfin dernier point : pourquoi les médias parlent parfois plus de certaines phrases malheureuses (ex : la ’’bravitude’’ de S. Royal) que des réels enjeux des élections ? Cela devient assez énervant.


Finalement, alors que l’échéance est proche, l’élection ne paraît pas plus réjouissante. Je ne parle pas du point vue des candidats mais du déroulement. En effet entre le vote blanc toujours pas reconnu comme tel et l’arrivée des machines à voter, le rendez-vous électoral de ce mois d’avril promet de ne pas être un modèle démocratique ...


Sources :

- L’ivresse des sondages, d’Alain Garrigou

- Arrêt sur Image : Dans la cuisine des sondages, émission du dimanche 11 mars 2007, sur France 5, largement inspirée du précédent ouvrage


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • toto1701 (---.---.177.236) 17 avril 2007 12:25

    Le thème du vote : Si les présidents de l’UDF et de l’UMP devaient s’affronter le 6 mai, lequel aurait votre préférence ? Nombre de votants : 5480

    Classement Candidat Pourcentage exprimés 1 François Bayrou 49,8 % 2 Nicolas Sarkozy 42,5 % 3 Vote blanc 7,7 %

    a mediter....


    • tvargentine.com lerma 17 avril 2007 13:35

      Vous dites « Finalement, alors que l’échéance est proche, l’élection ne paraît pas plus réjouissante. Je ne parle pas d’un point vue des candidats mais du déroulement. En effet entre le vote blanc toujours pas reconnu comme tel et l’arrivée des machines à voter, le rendez-vous électoral de ce mois d’avril promet de ne pas être un modèle démocratique »

      Vous n’êtes jamais content,alors que nous avons une superbe campagne électorale avec une nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques au devant de la scene

      En plus,le vote blanc et un vote imbécile reservé aux imbéciles qui ne comprennent rien à la démocratie


      • Stezer Stezer 17 avril 2007 14:14

        Tout d’abord la réflexion que vous citez - peut-être ne l’ai-je pas dit assez clairement - portait uniquement sur l’organisation des élections, n’ayant pas voulu émettre de jugement qualitatif sur les candidats dans cet article. Je ne me suis absolument pas prononcé en disant que les candidats de ces élections me plaisaient ou pas, la critique ne portait pas là-dessus. En effet l’impression de non-contentement se dégageant de mon commentaire concernait une impression de recul démocratique, principalement dû à l’insertion des machines à voter. En ce qui concerne le vote blanc, j’avoue ne pas comprendre votre réaction plutôt virulente. En effet, je trouve que le vote protestataire, visant à exprimer le fait que l’on ne trouve aucun candidat représentant nos idées est plus explicite en tant que vote blanc qu’en tant qu’abstentionnisme ou qu’en tant que vote pour un candidat dont on ne partage pas les idées. Car lorsque l’on vote pour quelqu’un au premier tour, c’est qu’on en partage les idées (ce que l’on appelle le vote « utile » est pour moi une aberration ). De plus l’abstentionnisme peut avoir des causes multiples, c’est pourquoi il convient de le séparer du vote blanc. Evidemment, peut-être n’ai-je rien compris à la démocrtatie, auquel cas vous ne manquerez pas de m’expliquer votre point de vue car le raisonnement par lequel vous avez à abouti à dénigrer à ce point le vote blanc n’es -pour moi- pas évident.


      • jim (---.---.231.219) 17 avril 2007 13:49

        Je n’aurais jamais pensé écrire cela, mais aujourd’hui ça suffit de se taire, Parce que le bon-sens et la libre pensée sont systématiquement insultés par le « politikment korrect ». Il est temps de bousculer les idées reçues et de faire la « paix des braves ».

        - Parce que celà fait 40 ans qu’on nous prend pour des crétins

        - Parce qu’avec les mêmes on fera la même chose

        - Parce que personne dans cette campagne n’a voulu faire de bilan objectif.

        - Parce que le racisme à encore progressé, et que tous les jours les gens se détestent de plus en plus

        - Parce que ceux qui étaient censé éradiquer le racisme nous ont trahis pour leurs intérêts particuliers.

        - Parce que vous savez très bien que l’avenir est pourri si on continue avec les mêmes.

        - Parce que tout ce que vous pensez, on l’a prémâché et prédigéré pour vous.

        - Parce que la France vaut mieux que la soupe qu’on lui sert tous les soirs.

        - Parce que Desproges n’aurait jamais rejoint le camp des cuistres.

        - Parce que tout homme de bonne volonté à le droit d’être respecté et le devoir de transmettre ce respect.

        - Parce que chaque jour vous voyez votre gamelle toujours un peu plus vide, et la leur toujours un peu plus pleine.
        - Parce qu’au lieu d’unir ils divisent.

        - Parce qu’ils divisent les hommes afin qu’ils oublient « la faute à qui ».

        - Parce que c’est ICI que les droit de l’homme sont nés

        - Parce que c’est ICI que ces droits fondamentaux sont en train de mourir sous couvert de liberté.

        - Parce que seuls les hommes d’honneur peuvent nous traiter avec respect.

        - Parce que seuls des ennemis peuvent faire la paix.

        Parce que notre sang à tous, est rouge.

        Vous pouvez conclure ce que vous voulez, et voter pour celui ou celle que vous voulez, mais n’oubliez pas de faire le bilan de ce qu’ils ont fait.

        Jim Qui va se prendre un -200, mais jamais son honneur.


        • anomail (---.---.247.108) 17 avril 2007 13:50

          « Vous n’êtes jamais content,alors que nous avons une superbe campagne électorale avec une nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques au devant de la scene »

          Chouette, je vais pouvoir choisir entre ceux qui font peur, ceux que je n’aime pas et ceux qui n’ont aucune chance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès