Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le club Averroès lève le voile, peu de diversité dans les médias en (...)

Le club Averroès lève le voile, peu de diversité dans les médias en 2007

Après l’embellie propulsant Harry Hoselmack, en mars 2006, en intérimaire, pour présenter le journal réservé à la vedette de TF1 Patrick Poivre D’Arvor... L’effet de cette désignation s’évalue comme un pas de géant... Cependant, cette situation perdure ailleurs.

En réalité, le club Averroès n’est plus à présenter. Mais puisque sa notoriété est en deçà de sa stature, y compris au sein des structures et aux yeux des décideurs visés par ses mises à l’indexe qui restent sans écho, il convient de tenter un modeste canevas d’identité de cette association qui rassemble quelque 350 professionnels de divers horizons et compétences liés aux médias et aux arts. Parmi ses fondateurs David Pujadas, le présentateur du journal de France 2.

Le Club Averroès fête cette année son dixième anniversaire et vient de rendre public, le 6 décembre, son second rapport. Ce dernier a été remis, si aucune surprise n’a perturbé le cheminement des choses, par Rama Yade, qui est parmi ses membres depuis qu’elle officiait sur Canal+, au président de la République le samedi 8 du même mois.

Il se revendique observatoire scrutant l’avancée de la diversité dans les médias et milite à favoriser, huiler et faire fonctionner l’ascenseur social dans surtout les organes du compartiment médiatique chargé de la communication sociétale. Cette dernière assure la vie de quelques arts, des retransmissions audiovisuelles comme les sports, d’importants programmes ludiques et l’information. L’appareil médiatique est associé dans l’incarnation des pouvoirs, communément le 4e, qui pilotent tout pays digne de ce nom. On peut donc s’imaginer la délicatesse de son initiative qui consiste en un regard d’un secteur culturel et pointilleux, et surtout doté et doué d’un indéniable impact sur l’ensemble de la population. C’est pour cela que sa méthodologie prospective se doit être, à bien la méditer, appréhendée selon la conception propre qu’il s’est fixée et relevant de son entière responsabilité.

Puisque sa dénomination n’est pas une enseigne qui le consacre exclusivement à un impératif définitif, tel le CSA. Une fois acquise la diversité, son seul présent dessein, dans les médias et les instances artistiques, son existence n’aurait plus lieu d’être (1). Ce qu’il n’inscrit pas d’ores et déjà, certainement faute de moyens et peut-être en l’absence de prérogative et d’originalité, la consécration honorifique et (ou) matérielle des établissements et des personnes étudiés positivement lors de ses constats. Son appellation « Averroès », adroitement imagée, se rapporte au philosophe musulman (Ibn Rochd) du XIIe siècle ayant vécu en Europe, Andalousie, plus reconnu en exégète de la philosophie d’Aristote. De laquelle il a synthétisé une pointe élevée d’idées rationalistes sources de laïcité, de mise en exergue des sciences et des valeurs humaines génératives d’évolution.

Le collectif du « Club Averroès » expertise, en toute autonomie, une complexité subtile et compromettante en France (1). Il s’évertue d’user d’un rigoureux doigté pour ne pas froisser, sans pour autant céder à la complaisance, les sphères qu’il scrute. Mais tente en même temps de les ébranler par la diffusion de rapports périodiques contenant de véritables évaluations d’une véracité assez amère pouvant glisser au sein des méandres de ce qu’il désigne, avec subversion, les citadelles impénétrables aux catégories d’Hexagonaux ressortissants des minorités.

En réalité, le premier baroud entendu dans ce sillage date de, 1976, l’époque de l’émission Mosaïques où il était question que le petit écran de FR3 offre possibilité aux immigrés de se miroiter à leur culture d’origine et de faire découvrir aux autochtones un exotisme porté par des personnes quotidiennement côtoyées. Depuis beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, sans gros flots d’ailleurs, mais des événements mémorables ont eu lieu. Telle la percée de Rachid Arhab, en 1992 en présentateur du journal de France 2, continuée par sa nomination au CSA en 2007 avec en poche le portefeuille, sinon le lourd dossier, de la diversité.

A la recherche d’une éthique de représentativité des minorités visibles, tels que désignées par ce club, il n’hésite pas à exprimer sa consternation de la panne, en 2007, de la diversité dans les médias. Il consacre, avec forts arguments et illustrations, le gros de son dernier rapport au canal stratégique de la télévision. En décortiquant, chaîne après l’autre, les départements de production et programmes : publicité, fiction, visibilité parmi les publics invités, informations, staffs de management, etc.

A se poser la question qu’en est-il du secteur des arts, qui est sans intervenant comme le club Averroès influent directement ce volet et pouvant rapporter à l’opinion publique de telles dysfonctionnements et disparités. A titre d’exemple, l’affaire, qui oppose actuellement François Koltès à la Comédie-Française, montre qu’aucun « beur » n’est parmi les 50 sociétaires de l’honorable établissement pour répondre à l’exigence de l’auteur de l’œuvre, défendue par son frère et ayant droit, où la nécessité que le personnage soit d’un réalisme conséquent pour rehausser à la fois la qualité des représentations et faciliter la lecture de tout publics contemplant un théâtre avec toute l’authenticité française.

L’agencement du rapport 2007, ne peut laisser indifférent et peut même déranger... Ou glacer les dos ronds...

(1) Dernière question/réponse de l’interview d’Amirouche Laïdi, président du club Averroès sur Afrik.com, du 24 novembre 2007.

(2) Voir plusieurs passages du rapport.

Lien vers rapport du club Averroès de novembre 2005 à octobre 2006 http://club.averroes.free.fr/uploads/RapportDiversite.PDF

Documents joints à cet article

Le club Averroès lève le voile, peu de diversité dans les médias en 2007 Le club Averroès lève le voile, peu de diversité dans les médias en 2007 Le club Averroès lève le voile, peu de diversité dans les médias en 2007

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 12 décembre 2007 13:50

    vous dites « A la recherche d’une éthique de représentativité des minorités visibles »

    Mais cela s’appelle du communautarisme qui est incompatible avec nos idées de la République.

    Ce n’est pas parce que vous aurez des films X avec des actrices black que vous aurez « une représentativité des minorités visibles ».

    Les gens ont des compétences ou pas et la couleur de peau ou la religion n’a rien à faire dans une activité professionnelle.


    • N.E. Tatem N.E. Tatem 12 décembre 2007 16:19

      Salut.

      Les images que j’ai joins au sujet sont des pièces du rapport du Club Averroès. Aussi bien la page de Télérama -intitulée à la recherche de la ménagère- que celle de VSD qui a pour titre -La grande famille de la Télé- ne reflètent pas fidèlement une image de la population française. Le lien ci-après mène vers le rapport du BIT (Bureau International du travail), pour une enquête de 1an menée (2006) en France dans 6villes, il est édifiant des pratiques discriminatoires dans les recutements.
      http://www.communautarisme.net/index.php?preaction=joint&id_joint=48518&PHPSESSID=eb31409838e7ae9fcf9706582165a435

      Communautarisme, à mon avis quand chaque communauté dispose de son canal excusif. Or il s’agit de diversité recherchée. Or même avec une compétence avérée d’un ressortissant de minorité, les chaînes télé rechignent à la prendre, sous prétexte de la fuite du public. Le rapport du Club Averroès argumente le contraire, avec le gain de nouveaux publics de la même communauté du candidat.

      Avec vous, le communautarisme n’est pas dans la voie de la république.

      Mais contrairement à votre idée, quand il y a un comédien Black ou autre, dans un film français, une fidélité quelconque à la société française diversifiée se ressent. Je dois aussi douter que vous ayez choisi, sans vouloir soulever un cas de figure, pour exemple le film X :/) et la fille black pour imager vos propos ?

      Parmi mes initiatives, j’ai créé depuis déjà 6 mois unForum de discussions spécialement consacré au : - STRESS, HARCELEMENT, DISCRIMINATIONS ET SUICIDES DANS LE TRAVAIL, voici son adresse/lien/url/ -
      http://discrim-stres-harcel.forumsjobs.com/ smiley

      Cordialement


    • kingofshifumi 12 décembre 2007 17:08

      Est-ce que ça changerait vraiment quelque chose de forcer les médias à augmenter le nombre de représentants des minorités visibles ? J’avoue que je ne vois pas l’intérêt. Faire du forcing dans ce sens revient à favoriser l’ascencion d’une personne (au détriment d’une autre, forcément) en raison de sa couleur de peau ou de son appartenance ethnique. C’est inadmissible. Je pense que si on laisse le temps, les « minorités » monteront peu à peu, et l’égalité se fera d’elle-même. Essayer de forcer ainsi les choses fera surtout de grands dégats parmi les générations futures de noirs, darabes, d’asiatiques, etc, car il y aura toujours des gens pour leur objecter que s’ils sont là ce n’est pas pour leurs compétences, mais pour leur couleur de peau. Donc il y aura du mépris à l’encontre de ces gens là. Voilà pourquoi je pense que le but d’une association telle que Averroes est vain, stupide et contre-productif.


      • fouadraiden fouadraiden 12 décembre 2007 17:23

        mais quel pourrait etre le role d’un noir ou d’un arabe dans une fiction française ? poser le problème ne démontre t il pas l’incompatibilité qu’il existerait entre des individus noirs et/ou arabes avec la francité d’un français anonyme.

        on ne pose jamais le problème ds sa radicalité.serait)ce si honteux ?

        pkoi des noirs seuls ne peuvent -ils pas représenter l’idée de l’etre français (hormis sur un terrain de foot) ?


        • daniel 12 décembre 2007 18:41

          Le clucb Averroes est surtout un réseau pour se placer entre copains. Ce qui est d’aileurs légitime, aprés tout.

          Ceci dit de la diversité comme on dit à la télévision , il y en a. Suffit de regarder.

          Qu’il y en ai pas assez au goût de certains, c’est dans l’ordre des choses. Aprés tout il y a bien des gens qui trouvent que les blancs dans le foot ou dans le rap, il n’y en a pas assez aussi.

          Ce qui est caractéristique c’est qu’on parle toujours des médias ou de la politique...Poudre aux yeux....

          Les pays qui ont des représentativités trés fortes des minorités noires ou maghrébines dans les médias ou la politique comme l’Angleterre ou Hollande n’ont pas un climat plus serein que le nôtre. Attentats, émeutes, meurtres raciaux y sont aussi courants que chez nous.

          On peut toujours dire que Vercingétorix était noir et Jeanne d’Arc musulmane pour être politiquement correct ; on peut faire des films où seuls les algériens libérent la France en 44 .....

          Et aprés ?


          • Kingli Kingli 13 décembre 2007 13:29

            Ce texte renvoye à un problème crucial et les commentaires aussi d’ailleurs, c’est un problème de « discrimination ». Le Club Averroès et c’est son droit prône pour ce qu’on appèle couramment « la discrimination positive » et la majorité des réactions sont contre ce type de discrimination arguant que c’est anti démocratique. Les images attachées à l’article montre pourtant qu’il y a discrimination (négative ?) dans les médias et elle n’a rien de positive. Je crois que la télé devrait quand même être représentative de la population française actuelle. Mais il faudrait aussi que les « gens de couleurs » puissent être compétents. Et comme pour le combat du gender, donner les chances à tous à compétence égale... Je suis contre le favoritisme et tous les types de discrimination. Comme pour le foot et le rap, j’appèle les français de couleur à montrer que même en journalisme et en politique ils peuvent être les meilleurs !

            Daniel ce n’est pas la faute aux enfants d’immigrés s’ils sont plus forts que vous au foot et au rap entre autre... laissez les s’exprimer ailleurs et vous verrez smiley

            P.S. : Dans mon pays, l’Occident prône pour que la minorité tutsi soit associée à la gestion de la chose publique. Et cela de gré ou de force. ça nous vaut toutes les guerres que connait la RDCongo (1997, 1998, 2007...). Comme toujours, deux poids, deux mesures... smiley


            • Pierredantan Pierredantan 14 décembre 2007 14:33

              à l’auteur

              Votre texte est un parfait exemple de verbiage précieux. Un bon exemple scolaire :

              « Le collectif du « Club Averroès » expertise, en toute autonomie, une complexité subtile et compromettante en France. Il s’évertue d’user d’un rigoureux doigté pour ne pas froisser, sans pour autant céder à la complaisance, les sphères qu’il scrute [...] »

              Vous nous cassez les pieds avec vos schémas de discrimination positive ou négative ! Arrêtez de jouer de cette mauvaise corde, celle de la soi-disant culpabilité nécessaire de l’Européen face au reste du monde.

              Je m’en vais vous donner une idée, à titre gratuit (comprenez par ailleurs que je n’éprouve aucune culpabilité vis-à-vis de ceux que vous représentez) : mettez vous au travail, produisez, développez, créez, vendez, achetez, générez de la valeur, des idées, des concepts, que sais-je, bref intégrez vous par l’exemple de vos qualités car c’est comme cela que nous fonctionnons nous les Européens. Et là, je vous respecterai et je serai heureux de vous avoir pour voisin, gendre ou belle-fille.

              Mais tant que vous passerez votre temps à gémir, envier, détester, nous faire culpabiliser, détruire, brûler et d’une manière générale quémander des raccourcis sociaux immérités comme vous le faites ici, je ne vous accorderai que mon mépris et ma résistance de tout instant, de celle que l’on réserve d’une manière générale aux organismes qui se nourrissent de leur hote sans rien lui porter en retour, vous savez, les parasites.


              • N.E. Tatem N.E. Tatem 14 décembre 2007 15:43

                Salut.

                Vous croyez vraiment que cette culpabilité est un remord que seul l’européen ressent. L’affaire est dans la conscience collective humaine.

                Partout... Chez l’humain, la manière de mettre le couvercle sur les ségrégations est la même : c’est l’autre qui me piétine les lacets, je suis innocent.

                C’est une fibre (vous dites cordes parce que vous la considérez grossière) hautement conductrice et incassable, et traverse tous les peuples. Le racisme est un vice habitant bien des peuples.

                Ce n’est pas le propre de l’européen et encore moins du français. Alors...

                Les européens sont victimes de xénphobie ailleurs... Avec le début de l’agression de l’Irak, les produits français ont été bocottés au USA. Le français se faisait insulter dans les rue de New York, discriminé sous des formes différentes de celle constatées par ce CULB...

                Ne croyez, surtout, pas que j’ai utilisé un point de vue qui incrimine...

                Dans ce modeste sujet, j’ai tenté de voir avec les lecteurs qui visitent ce texte... Qui est le Club Averroès ? Comment il agit ? Je le dis. Et merci, vous avez repris les passages où je propose sa manière de travailler.

                Cordialement. Je vous accèpte comme AMI smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès