Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le coût du service civil obligatoire

Le coût du service civil obligatoire

L’économie française, comme toutes les économies du globe, a connu de nombreux bouleversements depuis trente ans : chocs pétroliers, révolutions technologiques, mondialisation... La plupart des pays ont su relever le défi et s’adapter à ces changements. Ça n’a pas été le cas de la France. Nostalgiques, les Français ont préféré défendre leurs acquis et leurs statuts hérités des Trente Glorieuses, mais le monde ne s’est pas arrêté pour eux.

Les premières victimes de ce refus d’évoluer ont été ceux qui, arrivant sur le marché du travail, n’avaient ni acquis sociaux, ni statut, c’est-à-dire essentiellement les jeunes. Ces dix dernières années, l’écart de revenu entre les moins de trente ans et leur aînés s’est accru au profit de ces derniers. En septembre 2006, le taux de chômage des moins de vingt-cinq ans était de 21,6% et quand les jeunes occupent un emploi, il s’agit souvent d’un emploi temporaire ou à temps partiel. Ces difficultés d’insertion ne sont pas le fruit du hasard, mais le résultat d’un choix politique.

Les échéances électorales de 2007 vont être l’occasion de proposer de nouveaux choix politiques. De nombreux candidats aux présidentielles et aux législatives se sont prononcés en faveur de l’instauration d’un service civil obligatoire. L’objectif annoncé de ce service civil est d’imposer la mixité sociale et la participation à la vie de la nation. En fait, il s’agit de faire travailler les jeunes pendant six mois dans une association ou une administration à un salaire dérisoire. Encore une fois, les jeunes vont faire les frais du refus de leurs aînés d’engager les réformes qui permettraient à tous de participer à la vie du pays en occupant un véritable emploi.

Les coûts de la mise en place d’un service civil obligatoire sont multiples. Il y a évidemment le coût direct déboursé par l’Etat. L’amiral Béreau, ancien inspecteur général des armées, a estimé le coût d’un service civil obligatoire s’inspirant du système allemand. Selon son scénario, 300 000 jeunes seraient en service en permanence. En supposant un service de six mois et une rémunération de 350 euros pour chaque jeune, l’amiral estime le coût de fonctionnement annuel du service civil obligatoire à trois milliards d’euros auxquels il faudrait ajouter deux milliards d’euros pour la création des infrastructures. En tout, c’est donc cinq milliards d’euros que l’Etat devrait trouver. Pour comparaison, le budget de la Justice pour l’année 2006 était de 5,9 milliards d’euros.

Ce montant, si important soit-il, n’intègre pas les coûts indirects que ne manquera pas d’induire le service civil obligatoire (SCO). Pour commencer, les jeunes devraient quitter leur emploi ou leurs études pour effectuer le service civil obligatoire. Une coupure de six mois ne sera pas sans conséquence sur l’insertion professionnelle des jeunes. Pour les étudiants, cela signifie quitter l’université pendant un an. Les candidats à la présidence ont effet oublié qu’une année universitaire, comme son nom l’indique, dure une année et non six mois. Pour les jeunes travailleurs, le SCO implique de facto la perte de leur emploi. Inutile de se faire des illusions ! Les entreprises anticiperont le départ en SCO et refuseront d’embaucher en CDI, voire d’embaucher tout court un jeune devant effectuer son service dans un avenir proche. Dans le meilleur des cas, l’embauche se fera donc en CDD avec à terme le SCO, puis le chômage.

Par ailleurs, quelle sera la valeur sur le marché du travail d’un jeune coupé du monde professionnel pendant six mois ? Toutes les études économiques montrent que la probabilité de trouver un emploi diminue avec la durée d’inactivité. Bref, si nos dirigeants voulaient accroître le taux d’échec à l’université et compliquer l’insertion professionnelle des jeunes, ils ne s’y prendraient pas autrement. Tout le monde sait pourtant que la France est loin d’être un modèle dans ces deux domaines !

Les candidats à la présidence semblent avoir oublié un autre point majeur : existe-t-il en France 300 000 postes à pourvoir dans les administrations et les associations ? N’est-il pas contradictoire de vouloir embrigader une partie de la jeunesse dans l’administration au moment où il est question de réduire le nombre de fonctionnaires pour ramener la France au niveau de ses voisins européens ?

Dans l’administration, comme dans le monde associatif, les jeunes prendront des postes occupés aujourd’hui par des professionnels. Ces derniers iront pointer aux Assedic. C’est précisément ce que faisait remarquer un rapport du Sénat il y a quelques années. De plus, ces jeunes ne pourront pas acquérir en six mois l’expérience des professionnels. Enfin, le salaire dérisoire et l’impossibilité d’effectuer l’emploi de leur choix ne peut que démotiver nombre d’entre eux. Comme les Russes sous l’empire soviétique, ils pourront dire : "Ils font semblant de nous payer, faisons semblant de travailler." Au bout du compte, les associations et l’administration ne peuvent qu’y perdre en professionnalisme.

Le coût économique du SCO est élevé. Pour le budget de l’Etat, mais aussi indirectement pour les jeunes qui y perdent six mois de leur vie et une partie de leurs chances d’insertion professionnelle. Tout cela pour quels gains ? Pour inculquer le sens des valeurs à la jeunesse, et pour permettre le brassage social, nous explique-t-on.

Nos élus semblent avoir oublié qu’en son temps, le service militaire avait déjà ces deux objectifs. C’est en partie parce qu’il avait été incapable de les remplir qu’il fut supprimé. En effet, les jeunes en difficulté étaient rapidement exclus du reste de la troupe. Quant aux fils des classes privilégiés, ils effectuaient leur service dans l’Etat-major, en coopération, ou dans une ambassade, ce qui finalement leur permettait une promotion sociale plus rapide que les autres conscrits.

Nul doute qu’il en sera de même pour le SCO ! Les associations ont d’autres missions que celle de remettre dans le droit chemin les jeunes en difficulté, et les « privilégiés » auront toujours le privilège de faire leur service dans une ONG à l’étranger.

Le SCO n’est donc rien d’autre qu’un nouveau boulet que les jeunes et l’économie française devront tirer. Si les candidats à la présidence souhaitent véritablement améliorer le brassage social et la participation des jeunes à la vie de la nation, il existe une solution moins coûteuse et plus efficace : un emploi ! Le travail reste encore le meilleur moyen de s’intégrer dans la société et de sortir de son milieu d’origine. Il est vrai que pour cela, il faudrait enfin s’attaquer aux réformes que la France refuse depuis trente ans, pour préserver les acquis d’une partie de la population qui n’aura pas à subir le SCO.


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Bill Bill 31 janvier 2007 10:12

    Le service militaire n’était pas si inégal que vous le dites. Il y avait aussi des tests qui vous permettaient de demander un peu ce que vous vouliez, diplomé ou pas. Et c’était aussi parfois l’occasion d’apprendre un métier ou de se faire une expérience.

    Il était possible de repousser son service en cas d’étude et de ne pas l’exécuter pour les jeunes pères.

    Le service civil sera ou ne sera pas une plaisanterie selon la façon de le mettre en place, mais enfin c’est vrai qu’il ne remplacera pas le service militaire qui mettait en relation les jeunes gens de toutes les régions de France et de toutes les castes sociales !

    Encore un beau gadget ! Une bonne idée ! On supprime ce qui marche pour faire pareil en moins bien...

    Bill


    • jlouis (---.---.119.101) 31 janvier 2007 12:34

      Le service national civil n’est pas compatible avec la déclaration européenne des droits de l’homme.

      Source : http://lexinter.net/UE/droits_et_libertes.htm

      Article 4 - Interdiction de l’esclavage et du travail forcé
      - 1. Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude.
      - 2. Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire.
      - 3. N’est pas considéré comme « travail forcé ou obligatoire » au sens du présent article :
      - a. tout travail requis normalement d’une personne soumise à la détention dans les conditions prévues par l’article 5 de la présente Convention, ou durant sa mise en liberté conditionnelle ;
      - b. tout service de caractère militaire ou, dans le cas d’objecteurs de conscience dans les pays où l’objection de conscience est reconnue comme légitime, à un autre service à la place du service militaire obligatoire ;
      - c. tout service requis dans le cas de crises ou de calamités qui menacent la vie ou le bien-être de la communauté ;
      - d. tout travail ou service formant partie des obligations civiques normales.

      On pourrait certes objecter le point 3.d mais je ne pense pas qu’un service civique obligatoire fait parti d’obligation civiques normales et rentre donc dans ce cadre. Sinon, ca signifierait que ce point 3.d est un échappatoire a une liberté sans concession.

      Quels sont les problemes que l’on veut resoudre avec la creation d’un service civique obligatoire ? La delinquance ? L’incivisme ? Il y a la prison pour ca. Et la, en revanche il est pleinement constitutionnel de pouvoir faire le service civique a ceux qui ne sont justement pas civiques...

      Mais de la a appliquer un service civique obligatoire pour tous, ne va-t-on pas un peu loin ? Quand on voit historiquement ce qu’on donne les STO durant la seconde guerre mondiale, on peut avoir des doutes...

      Alors que le PS et l’UMP (tout comme les extremes gauche et droite) ne s’opposent pas au service civique obligatoire (c’est normal, ces deux partis sont etatistes et pensent que l’etat peut tout resoudre), Alternative Liberale est contre l’idee d’un service civique obligatoire. C’est bien la preuve que nous sommes un parti qui s’est se distingue lorsqu’il s’agit de proteger la liberte des individus. Voir l’article suivant :

      http://www.alternative-liberale.fr/t138-Non_au_service_civique_obligatoire.html


    • luisito luisito 31 janvier 2007 13:21

      Ah ben non seulement ca va servir a rien comme idee, ca va rajouter des contraintes inutiles, mais en plus c’est anticonstitutionnel !!!

      Ben la il reste plus bcp d’argument pour les pro-service !


    • gem gem 31 janvier 2007 14:37

      sur le principe, je suis assez d’accord avec jlouis : si le service civil était une « obligation civique normale », son inexistence actuelle serait une anomalie et il faudrait poursuivre en justice tout ceux qui ont manqué à cette « obligation civique normale »...

      mais en réalité, faut pas se leurrer : la déclaration européenne des droits de l’homme est un document vide et creux qui n’interdit rien du tout, puisque son modèle est « ce qui est mal ne doit pas être permis, sauf dans le cas où cela est permis ». Il suffit juste d’un tout petit peu de mauvaise foi, alors que les états regorgent de cette ressource. D’ailleurs si le service civil existe en allemagne (je l’ignorai) ça doit bien signifier que ce n’est pas interdit !


    • luisito luisito 31 janvier 2007 11:15

      Ce que je remarque c’est que en general plus une personne est agee plus elle est pour le service obligatoire ! J’ai pas fait de statistiques, c’est juste une impression personnelle. Effectivement les jeunes (et j’en suis un) galerent deja enormement pour s’inserer dans le monde du travail a coup de petits boulots, de stages, etc etc. Et le service obligatoire sera la uniquement pour rajouter encore un stage paye au lance pierre !

      Quand a la mixite sociale, le service militaire avait ce (seul) avantage, certes. Mais un service civil n’aura absolument pas cet avantage.

      Prenons un jeune qui va faire son service dans une asso de 3-4 permanants... elle est ou la mixite ? Prenons une mairie d’une petite ville de campagne, si le jeune est parachute dans un service ou tous ses collegues sont « blancs » et « fonctionnaires » depuis longtemps, elle est ou la mixite ? Si par un heureux hasard, il tombe dans un service avec des collegues « socialement et etniquement » mixte, c’est genial, mais c’est loin d’etre le cas.

      Quand au brassage des jeunes entre eux, la non plus ca va servir a rien. Si une administration arrive a trouver un ou deux postes a pourvoir... elle sera ou la mixite quand on est tout seul !

      Bref le service obligatoire ne va rien apporter du tout, si ce n’est une contrainte en plus pour les jeunes. Ca ne va servir qu’a contenter les vieux nostalgique du service national qui vont applaudir a ce gadget et donner leur voix aux candidats qui proposent ca.

      Ssinon ya un truc vachemenent bien qui va donner les memes resultats niveau mixite : le travail. Un vrai CDI normal, classique dans une administration demandeuse ! Sinon pour ceux qui galerent un peu trop, on pourrait retablir les emplois jeunes, qui en fait etait un service national « volontaire » et surtout correctement paye et permettant de se former a un vrai travail (a nuancer tout de meme).


      • Deys (---.---.185.50) 31 janvier 2007 12:02

        Vous dites : « plus une personne est âgée plus elle est pour le service obligatoire », et c’est sans doute vrai. Vous parlez également de « ...contenter les vieux nostalgiques du service national... »

        Je tiens à vous dire que ces « vieux nostalgiques » sont en fait essentiellement des gens qui ont fait leur service national dans les années 65 à 75. Ce sont donc essentiellement, des gens qui ont vécu et provoqué les crises de 1968 et des années qui ont suivi. Ces gens n’étaient pas et ne sont toujours pas des militaristes. A l’époque ils étaient farouchement opposés à toute forme d’embrigadement. Ils étaient en révolte contre la société largement autant, sinon plus, que les jeunes d’aujourd’hui. Ce que l’on peut dire, c’est que, peut être, ces gens, dont je fais partie, ont un certain recul sur ce qu’ils ont vécu.

        Ce qui me semble aujourd’hui évident, c’est que le fait de rassembler la quasi-totalité des jeunes toutes origines sociales confondues, a probablement eu une conséquences involontaires mais très positive. Ceux qui ont vécu ces tâches (parfois absurdes) durant une année ou plus ont surtout, grâce à ce rassemblement hétérogène compris ce qu’était une nation : c’est-à-dire des gens qui ont choisis de vivre ensemble malgré leurs différences.

        Il m’apparaît qu’aujourd’hui les classes sociales sont beaucoup plus marquées entre les jeunes qu’elles me semblaient l’être après le service national de cette époque.


      • luisito luisito 31 janvier 2007 12:40

        L’arnaque de cette mesure, c’est que on fait croire aux non-jeunes que ca va etre comme le service militaire (mixite, brassage, sentiment nationnal...), alors qu’en fait ca sera tout l’oppose !

        Vous dites que ca va permettre un grand rassemblement de jeunes... or, si vous m’aviez lu, c’est faux ! Cette mesure a pour but de placer les jeunes majeurs dans asso ou des administration. Donc au mieux on se retrouvera a 2-3 par service ! On est loin des casernes et du sentiment de groupe du service militaire !


      • Algunet 1er février 2007 07:56

        Luisito,

        Je suis totalement d’accord avec tes 2 commentaires malgré le fait que je ne suis pas jeune, et ancien militaire. smiley


      • luisito luisito 1er février 2007 12:55

        Effectivement, il ne faut pas generaliser. Mais encore une fois il ne faut pas s’y meprendre : il ne s’agit pas de retablir le service militaire. Antimilitariste que je suis, je me serais forcement encore plus insurge !!! (d’ailleurs, je suis antimilitariste, et pas antimilitaire, je respecte parfaitement le choix de certains francais a s’engager dans l’armee) Et puis tous les jeunes ne sont pas contre, et tous les plus ages ne sont pas pour ! Il ne faut pas generaliser. Ma remarque etait juste un sentiment personnel.


      • cdg (---.---.231.76) 1er février 2007 21:31

        j ai fait l armee en 90. Brassage social etait une vrai blague !

        en aout vous avez que les etudiants (qui finissent en juin) et qui font tout pour eviter la corvee de chiotte (dans mon cas scientifique du contingent) bref, on etait homogene 100 % ingenieurs

        L armee a peut etre ete un brassage il y a 30 ans mais plus vers la fin


      • Viv (---.---.152.234) 31 janvier 2007 11:29

        Alors déjà on peut envisager que le Service Civil Obligatoire puisse se faire sur plusieurs année, genre par périodes de 2 mois... dans ce cas, les jeunes peuvent le faire pendant les grandes vacances par exemple.

        Ca ferait une expérience professionalisante pour des jeunes qui parfois n’en ont pas la possibilité, voire le courage (effectivement, il est plus plaisant de glander avec ses potes à fumer dans l’herbe qu’à aller bosser loin d’eux à nettoyer des tags ou autres !), même s’il s’agit de tâches ingrates ou pénibles.

        Autre chose, il faudrait que les jeunes soient logés loin de leur lieu de résidence habituel, obligatoirement. Et là, la mixité, elle y est !

        Perso j’imagine bien un jeune de Neuilly et un des quartiers Nord de Marseille, sympathisant ensemble dans une maison de retraite de Brest !

        ++


        • luisito luisito 31 janvier 2007 11:44

          Est ce que t’as deja ete un jeune en galere ? Parceque tu vois, pendant les grandes vacances je connais peu de jeunes qui glandent a fumer de l’herbe ! Les etudes ca coute cher et les bourses ne suffisent malheureusement pas. Certains travaillent au mac do apres les cours, et la majorite profitent de leur vacances pour faire un job d’ete qui leur permettra de payer leurs etudes.

          Pour un etudiant, deux mois de SMIC c’est une richesse enorme (moi par exemple j’avais aucune aide des parents et je devais vivre avec 300euros de bourses par mois pour me loger et me nourrir, alors 2000euros gagnes l’ete a l’usine ca aidait bien !). Et ce que vous proposez c’est de supprimer ces vacances pour imposer a un etudiant d’aller bosser a l’autre bout de la france pour pas cher !

          Ton exemple (neuilly et marseille) est un mauvais exemple car les situations sont trop diverses. Moi la mixite je l’ai connue au lycee et a l’universite (publique evidement !) et je vois vraiment pas ce que ca m’aurait apporte d’aller bosser tous mes etes gratis et galerer toute l’annee.

          Bref, plutot que de nous imposer un gadget qui va servir a rien, il vaudrait mieux pas remettre en cause la carte scolaire (la c’est la vrai mixite, et pas seulement pendant 6 mois) et supprimer les ecoles privees elitistes. Mais non ceux qui nous proposent le service national veulent aussi supprimer la carte scolaire pour scolariser leurs enfants dans des ecoles mieux « cotes »... cherchez l’erreur !


        • (---.---.152.234) 31 janvier 2007 14:05

          (Deja, j’ai pas dis « fumer de l’herbe », j’ai dis « fumer dans l’herbe », ce qui change pas grand chose, mais quand même !)

          Oui j’ai été un jeune en galère, j’ai bossé en nettoyage industriel a plus de 50h par semaine pendant 2 mois, et je pense que j’aurais bien été content de bosser dans une maison de retraite pendant ce temps. Même si j’ai gagné de l’argent, le SCO m’aurait plus également.

          ++


        • luisito luisito 31 janvier 2007 14:14

          Et bien si tu aurais prefere bosser dans une maison de retraite, tu aurais accepeter d’etre paye 350euros par moi ? Je suppose que si tu bossais 50h c’etait pas pour la beaute du geste mais bien pour te permettre d’avoir assez d’argent pour vivre ! Avec le service obligatoire, on t’aurais force a bosser, certes plus tranquillement, mais surtout sans veritable salaire !

          Enfin je comprend que ca peux interesser certains... mais alors pourquoi le rendre obligatoire ? L’argument « brassage et mixite » ne tenant pas, pourquoi forcer des jeunes a interrompre leurs etudes ou leur insertion dans le monde professionnel pour les faire travailler gratuitement ?


        • Deys (---.---.185.50) 31 janvier 2007 11:35

          Le service civil n’a pas forcément les conséquences que l’on imagine. Vous dite : « Pour les étudiants, cela signifie quitter l’université pendant un an ».

          Je dois vous citer une expérience, la mienne, qui est sans doute un cas particulier. Je ne suis pas né dans une famille particulièrement aisée, mes parents étaient de petits agriculteurs, j’étais boursier et j’avais une scolarité laborieuse. En 1972, à 20 ans j’ai obtenu mon bac avec deux années de retard. La loi « Debré » de cette époque m’empêchait de faire une filière universitaire normale sans interruption. De plus, je ne savais pas quelle filière choisir. J’ai donc, à contrecœur, été dans l’obligation de faire mon armée. Je n’ai pas touché un livre pendant un an, j’ai été baigné dans des milieux sociaux très divers ( !) mais j’ai acquis une certaine maturité, et aussi surprenant que cela puisse paraître, l’année universitaire qui a suivi mon interruption militaire a été ma meilleure année et j’ai fait 5 années d’études supplémentaires sans difficulté particulière...


          • luisito luisito 31 janvier 2007 11:50

            Mais les temps ont change ! En 72 c’etait le plein emploi. Actuellement les jeunes sont de plus en plus dans des situations quasi precaires et quitter l’universite un an, c’est perdre un an d’experience (tres precieux). Si le service civil permettait de vraiment brasser les populations, ca aurait au moins un avantage, sauf que ce qu’on nous propose ne va rien mixer du tout ! Alors dans ce cas les jeunes ont effectivement l’impression de perdre un an qui ne va servir a rien.


          • vraitravailleur (---.---.102.143) 31 janvier 2007 11:47

            Bastien et Luisito ont tout à fait raison :

            Autrefois, le service militaire pouvait trouver une justification par la nécessaire défense du territoire national par les citoyens. Aujourd’hui, le SCO n’a pas plus de justification que le STO.

            Il permettra néanmoins de ficher la chair à canon, au cas où...

            Par ailleurs, pendant la guerre d’Algérie, les plus farouches partisans du service militaire obligatoire étaient effectivement les vieux sans enfants et les dispensés (handicapés).

            Pendant la première guerre mondiale, Georges Clémenceau alias « le Tigre » (assoiffé de sang), et criminel de guerre, a refusé de traiter avec l’Autriche en 1916, notamment parce qu’il ne voulait pas mécontenter avec une paix sans vainqueurs les familles qui avaient déjà perdu leurs enfants depuis le début du conflit.

            Toutefois, sa démagogie criminelle de vieillard sénile, reponsable direct de la mort de presque toute ma famille, parmi les sept millions de tués, ne lui a pas permis d’être élu président de la république une fois la guerre finie.

            Moralité : la démagogie ne paye pas toujours.

            vraitravailleur


            • luisito luisito 31 janvier 2007 11:55

              Complement d’accord, c’est juste une promesse electorale demagogique, une fausse bonne idee, qui va juste contenter les nostalgiques.

              Enfin je rajouterai que les pauvres (80% des francais) vivent deja la mixite au quotidien (a l’ecole par exemple) et seules les riches ont les moyens de se cloisonner et, par exemple, de mettre leur enfants dans des ecoles prives, entre riches.

              Donc au final on va penaliser encore plus les pauvres etudiants precaires pour que les gosses de riches viennent au contact du peuple. Et ce de maniere obligatoire (donc a reculons) !


            • Ethylique (---.---.205.175) 31 janvier 2007 12:05

              « Enfin je rajouterai que les pauvres (80% des francais) vivent deja la mixite au quotidien ».

              Ca sort d’ou c’est 80% ?


              • Ethylique (---.---.205.175) 31 janvier 2007 12:06

                je voulais dire « ces »


              • luisito luisito 31 janvier 2007 12:33

                ca sort de mon nez ! C’est une estimation au pif. Ce que j’appelle pauvre, c’est juste l’inverse des elites, ceux qui ne peuvent pas se permettre de mettre leurs enfants en ecole privee... bref, la grande majorite des francais. C’est pas bien important. Plutot que dire pauvre (mot un peu trop fort), j’aurais pu dire « classe populaire », bref le peuple...


              • Petit 31 janvier 2007 12:06

                Et puis pourquoi le service civil ne serait obligatoire que pour les jeunes ?


                • philippe DELCROIX (---.---.145.58) 31 janvier 2007 12:32

                  18 mois de service militaire au milieu des anneés 60, dans un régiment semi/disciplinaire = 18 mois d’ennui + jamais vu autant de gaspillage, de coulage, d’ivrognerie systèmatique chez les sous-of. Les officiers, très rares sur la base, sauf contrainte, faisaient semblant de ne rien voir. Elle était belle l’Armée Française !Faut dire qu’on sortait de deux conflits peu glorieux : la guerre d’Indochine et les « opérations de maintien de l’ordre en Algérie » dont d’ailleurs on a tourné les pages sans les lire.Donc rien à tirer ou a cirer d’un service militaire comme ça. Récurer les chiottes à la lame de rasoir et à la brosse à dent n’a rien d’enrichissant !


                  • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 31 janvier 2007 12:58

                    Cet intéressant article soulève deux questions :

                    - Fallait-il supprimer le service militaire obligatoire ?

                    - Faut-il créér un service civil obligatoire ?

                    Dans le mot « obligatoire », il y a une comme une contrainte subie -et non voulue- par celui ou celle qui la subit... Aussi, ce service civil, s’il était rendu obligatoire, devrait-il être accompagné par une rémunération suffisemment attractive afin de permettre le (la) jeune citoyen(ne) de rentrer en plein dans la vie profesionnelle.. Puis, pour éviter que des places soient prises à des professionnels véritables évoluant dans ce type de structure, ne serait-il pas possible de réserver uniquement aux associations (qui n’utilisent que des bénévoles) le bénéfice de ce service civil obligatoire ?

                    Fallait-il supprimer le service militaire obligatoire ? Au début, j’étais contre, ayant, comme je l’avais fait, des objections : c’était une contrainte subie sans aucune contrepartie pour beaucoup, puisque la rémunération attractive ne suivait pas (notamment pour les sous-officiers de réserve et pour les officiers de réserve) et que des tâches ou corvées inutiles devaient être faites au détriment de tâches militaires beaucoup plus utiles... ! Cependant, j’en suis à me demander si, réellement, il fallait supprimer ce service militaire obligatoire ! Déjà, sa durée -10 mois-, qui aurait pu être ramenée à 6 mois, était trop courte pour donner aux conscrits une instruction militaire conséquante !

                    Au delà de ce débat qui consite à s’interroger sur l’utilité d’un service civil obligatoire, il faudrait que le Gouvernement puisse prendre des mesures concrètes pour apprendre la citoyenneté aux jeunes des banlieues, en luttant efficacement contre le chômage, la précarité, les exclusions, le mal-logement, les discriminations ! Car, un jeune, qui se retrouve face à tous ces maux que subit notre Pays, n’a pas envie d’être un citoyen responsable !


                    • Gilles BERTIN Gilles BERTIN 31 janvier 2007 13:13

                      Il faut recruter 100 000 fonctionnaires et trouver 1 650 000 m2 pour les loger .


                      • moniroje moniroje 31 janvier 2007 13:14

                        L’article est très tendancieux !!

                        Vous dites que ça coûterait une fortune : 5 milliards ! et ligne suivante que ça coûterait moins cher que le budget de la Justice (6.5 milliards pour 2006). Donc, à vous lire, ça ne coûterait pas tant que ça !!

                        Et Deys est de toute sagesse.

                        Moi aussi, je suis de cette génération qui est allé au service à contre-coeur et le plus tard possible, après les études. Et je n’en garde toujours pas que de bons souvenirs ( régiments disciplinaires, prisons, tribunal militaire, forteresse, berck !!!). Alors bien content que cela appartienne à l’Histoire. Mais j’admets que c’est un creuset où le tit con du 16° côtoie celui de la banlieue, le jeunot FN doit obéir à un sergent tout noir, le basque envoyé en Alsace, etc. donc c’est pas mal.

                        suggestion : au lieu d’un service national civil obligatoire, ne serait-ce pas mieux d’instaurer un service national civil volontaire ? Même si ça coûterait plus cher à l’investissement, ça pourrait même devenir bénéfique au long terme ! Y entrerait qui le voudrait : le jeune ajouterait à son CV cette période d’activité ; certains y trouveraient l’expérience dans leur métier, d’autres y apprendraient un métier ; jeunes ou moins jeunes, voire des vieux, éviteraient le chômage ; le salaire serait minimum mais avec l’assurance d’un toit, de repas, de dignité humaine ; et les actifs accepteraient l’alourdissement de leurs charges plus volontiers que celui qu’ils devront de toute façon subir pour que disparaisse en France la misère. Ce SNCV comblerait les déficiences de notre société : plus d’hôpitaux, d’infirmiers, d’enseignants, d’aides aux pays sous-développés, la liste est longue...


                        • philippe DELCROIX (---.---.145.58) 31 janvier 2007 16:06

                          Ne me parlez-pas de dignité humaine dans l’armée, usine à casser les « forte-têtes » ; et les parties de Sodomie et de « Chasse aux pédés », les bites au cirages et autres abus, souvent exercés sur les plus faibles ou les moins avertis ( les bleu-bites). Les rapports « Discipline » ( servant au jugement des tribunaux militaires) de chaque unité fourmillaient de ces exactions. Comment, vous n’étiez pas au courant ?


                        • lyago2003 (---.---.81.226) 31 janvier 2007 13:48

                          Bonjour Merci @ l’auteur de cet exellent article , je suis tout a fait d’accord avec son analyse et la conclusion est particulièrement pertinente. J’étais anti-militariste dans la fin des années 60 et le suis toujours à ce jour. Malgré cette prise de position tout n’a pas été négatif exemples , en tant qu’appellé le service ne m’a pas apporté que des bienfaits (cigarettes,ficelles pour eviter les corvées etc...Mais également du positif avec la mixité de la jeunesse et l’apprentissage de la vie en communauté et donc de la Solidarité surtout la période hors de France.


                          • Popov De Kerl Popov De Kerl 31 janvier 2007 13:52

                            restons logique, un jeune qui a la chance de faire un bac+5 a déja été obligé de faire entre 12 et 15 mois d’esclavage... de stage pardon souvent non rémunéré et dans des conditions catastrophiques (ce qui parait logique, les étudiant ont pour la plupart des stages obligatoires donc les entreprises ne vont pas les payer en plus !)

                            Allé 15 mois ca ne suffit pas, rajoutez nous dont 6 mois de plus dans les même conditions, à vous les travailleurs payés voulez vous qu’on parle d’une expérience la mienne :

                            Je n’ai pas eu de vacances depuis près de 3 ans, toutes les vacances que j’aurait du avoir, je les ai passer a travailler pour payer loyer et nouriture, je suis en stage pour 9 mois (stage obligatoire bien sur) plus de 2h30 de transport tous les matins et tous les soir, normalement a 35h mais plus proche des 45, je touche 600€ net par mois, le soir je ne rentre pas chez moi, non je vais encore travailler chez mac donalds vu qu’avec 600€ je ne me paye même pas le minimum, et le samedi, je doit aller en cours, pas de RTT, pas de vacances,et un travail de tous les jours.

                            Je ne suis pas le seul dans cette situation, nous sommes nombreux, et tous le monde trouve ca normal !

                            Visiblement les politiques trouvent qu’on ne travaille pas assez gratuitement puisqu’ils veulent nous ajouter 6 mois d’esc... de bénévolat, mais ces 6 mois payé au lance-pierre ne nous nouriront pas, ne payerons pas nos logements.

                            Cessez de penser que les jeunes sont taillable et corvéable a merci, j’estime avoir le droit a un salaire décent et pas a une indemnité ridicule, et j’estime aussi ne pas avoir a passer 6 mois de plus dans une galère noire pour faire baisser les chiffres du chomage pendant 6 mois ou permettre aux vieux nostalgiques de se rappeler les « joies » du service militaire

                            personellement SCO = esclavage moderne pour moi

                            Coup de geule qui calme Popov


                            • (---.---.140.77) 31 janvier 2007 14:22

                              Tu devrais également suivre un stage d’orthographe !!!


                            • Popov De Kerl Popov De Kerl 31 janvier 2007 14:34

                              Merci pour ce commentaire tres constructif, et si, au lieu de regarder mon ortographe (déplorable je l’avoue), tu t’interessais au message !


                            • (---.---.225.122) 13 février 2007 16:49

                              Quel message ?


                            • docdory docdory 31 janvier 2007 16:23

                              @ l’auteur

                              entièrement d’accord avec vous , j’ai d’ailleurs écrit un article sur agoravox à ce sujet ( service civil obligatoire , vers un rétablissement des corvées féodales ) à l’adresse suivante :

                              http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15421&id_forum=215774&var_mode=recalcul#commentaire215774

                              bonne lecture !


                              • equité (---.---.194.114) 31 janvier 2007 17:51

                                On parle de mixité social pourtant j’ai fait mon service militaire et je peux vous assurer que la mixité n’existe pas. Les diplomés sont dans le cadre des sous-officiers et les autres nettoient les toilettes. Les enfants des ministres on ne les voie pas ils sont dans les ambassades. Bref, s’il y a un service civil obligatoire, et bien les enfants du boulanger iront s’occuper des vieux à la maisons de retraite du coin et les enfants Sarkozy auront une place proche d’un ministre ou autre. Le service militaire était de l’esclavage le service civil en sera aussi. Mes enfants ne le feront pas sauf s’ils sont volontaires.


                                • jako (---.---.152.227) 31 janvier 2007 21:21

                                  bonsoir vous avez raison mais rassurez vous cela ne se fera pas , c’est juste une discussion du café du commerce propre à sego/sarko


                                  • totoebius (---.---.7.197) 31 janvier 2007 22:28

                                    Cher du centimétre de lien social... Et puis la finalité du service national n’a jamais été la mixité social ou je ne sais quel renforcement hypothétique du lien social. Rappelez vous la ligne si bleue des Vosges. M’est avis que ce sera un truc au rabaix, débile et symbolique à la con gnan gnan. (Mais peut etre qu’ils pourront baiser, ça n’est donc pas à négliger)


                                    • moebius (---.---.7.197) 31 janvier 2007 22:32

                                      défileront pas au 14 juillet. On l’espére !


                                    • moebiard (---.---.7.197) 1er février 2007 01:58

                                      Lien social, tu parles ! pour s"étrangler .On est déja assez lié comme ça, plus on peu pas.


                                      • Jean-Charles DUBOC (---.---.102.41) 14 mars 2007 15:30

                                        Le Service civique obligatoire est tout à fait CONTRAIRE AUX DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN, car il constitue un travail institué d’une façon autoritaire, obligatoire...

                                        Il y a dans notre histoire un triste précédent.

                                        C’est celui du STO, le service du travail obligatoire, institué par Vichy en juin 1942 et qui a permis la déportation de 650 000 jeunes Français qui sont devenus, parfois, de véritables esclaves dans les usines de l’Allemagne nazie ?..

                                        La comparaison peut paraître ignoble ou déplacée, mais, à bien y réfléchir, il y a le mot obligatoire qui est une atteinte fondamentale à la dignité humaine à laquelle aspirent tous les êtres humains, et en particulier les jeunes.

                                        Le STO et le SCO contreviennent tous les deux à l’article 2 de la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 qui précise que : « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ».

                                        Il serait bon de rappeler cet article à nos politiques de tous bords, et le fait que la LIBERTÉ est le premier des Droits de l’Homme.

                                        Que se proposent-ils d’en faire ?...

                                        Tout simplement de le fouler au pied en instituant le travail obligatoire !...

                                        J’espère que les jeunes sauront apprécier, comme ils l’ont fait pour le CPE, le réel mépris de certains dirigeants politique pour la jeunesse, et qu’ils sauront réagir conformément à cet autre droit de l’homme et du citoyen qui est la résistance à l’OPPRESSION...

                                        Ceci est parfaitement défini à l’Article 35 de la déclaration des droits de l’Homme et du citoyen du 27 juin 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

                                        Car sous des discours moralisateurs et hypocrites la véritable finalité de ce projet, l’institution du service civil obligatoire, se cache le but inavoué de nos dirigeants de faire des jeunes soumis à l’autorité, plutôt que libres et créatifs...

                                        Pour revenir au problème des banlieues et de la jeunesse actuelle, je vous recommande le projet Euroclippers de navigations pour les jeunes, en équipage, à bord de GRANDS VOILIERS, que j’ai développé au sein d’un laboratoire d’idées, les « Clippers de France ».

                                        Ce projet à l’ambition de développer le sens de la liberté chez les jeunes mais aussi celui de la solidarité, de la fraternité, de l’action, de l’ouverture d’esprit, de la tolérance par l’expérience du voyage, en navigant de ports en ports, le long des côtes européennes, en transatlantiques, en circumnavigations...

                                        Les stagiaires seraient volontaires, et non pas contraints comme pour le SCO...

                                        La structure la plus adaptée pour un projet important est la Marine nationale qui possède à la fois les infrastructures, les compétences et l’expérience nécessaires pour réaliser un tel projet.

                                        D’autres projets pourraient être réalisés comme des courses en haute montagne avec les Chasseurs alpins, ou encore des traversées de l’Eurasie, vers la Chine, par la route de la Soie, à cheval, avec la Cavalerie de l’Armée de Terre...

                                        Vous pourriez m’objecter que de tels programmes seraient terriblement chers.

                                        Mais, en fait, il semblerait que ce type d’activité rentrerait bien dans le cadre d’action des armées pour le contrôle du territoire nationale, et qu’il serait possible de créer un SERVICE NATIONAL VOLONTAIRE pour diminuer fortement les coûts en personnel de ce type d’activité...

                                        Tout ceci est développé sur mon Blog « L’UMP et la formation humaine des jeunes » disponible à l’adresse :

                                        http://euroclippers.typepad.fr/

                                        Bonne lecture. Et bonne découverte

                                        Jean-Charles DUBOC

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès