Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le Français, vu de Bruxelles et de Panormos

Le Français, vu de Bruxelles et de Panormos

 Disons-le d’emblée : je suis un métèque. Dans le premier sens du mot. Quelqu’un venu d’ailleurs. Je vis à Paris, à Bruxelles, à Vienne (Autriche) et en Céphalonie (Grèce). Je mène des missions dans le monde entier, en Afrique, en Asie et aux Amériques. Depuis tellement de temps que le « chez-moi » est devenu une valeur aléatoire. J’écris et parle en plusieurs langues, et parfois je les mélange. 

A la question qu’est ce qu’être français, je vous décrirais ce qu’en pensent les autres. Parfois c’est émouvant, tant il y a un décalage entre l’idée et la réalité, parfois c’est peu glorieux. A Bruxelles, les mots qui reviennent le plus c’est « hautain » et « présomptueux » : « les français ne se prennent pas pour de la merde » c’est la version parlée. A Panormos un modeste hôtel-restaurant de Fiscardo, où les nationalités sont déclinées de manière spartiate, le mot clé est « radin ». Il ne faut pas s’offusquer : les japonais sont « robotisés », les italiens « criards », les américains « stupides », les allemands « nouveau - riches », les hollandais « encore plus radins que les français ». C’est comme ça, on est peint d’un seul mot et toujours par ses défauts. D’ailleurs, les grecs eux-mêmes se décrivent comme « une sale race » que dieu a installée dans ce pays magnifique pour « équilibrer » l’injustice faite à tous les autres. 

De Pékin à Bangkok, les français les plus connus restent Zidane, De Gaule, « Thiry » Henry, Jeanne d’Arc et Napoléon, par ordre décroissant. Mais je peux énumérer des dizaines de pays, pas francophones pour un sou, où, pour décrire la France on vous chante « allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé ». Ca ne va pas plus loin, mais c’est déjà pas mal. Le pays des droits de l’homme le reste pour l’immense majorité de l’œcoumène, suivi d’un « ah Chirac » éloquent et respectueux dès lors que l’on aborde le sujet Iraq. Ce que le malgache retient de la France d’aujourd’hui c’est la « révolte des banlieues » et pour cause. Mais si l’on parle de la France de « depuis-depuis-depuis », c’est-à-dire celle d’avant et de toujours, le bilan est globalement négatif. Se mêlent les massacres de 1947, la gestion coloniale et l’appui « jusqu’au bout » des français « à Didier Ratsiraka, notre dictateur ». Le mot « notre » n’étant pas dépourvu de respect coupable. A Alep, on ne vous parle pas des français mais du français, la langue de Voltaire et de Rousseau, cette langue des vieux que l’on respecte et qui s’éteignent. Paradoxalement, on retrouve la même réaction à Tel-Aviv, à Vientiane et Hanoï, mais pas à Saigon, pardon, Ho Chi Minh ville. Là, la France n’est même plus un souvenir. On y connaît Total, Citroën, Airbus, mais ce sont des « marques internationales ». Fini le temps ou le lion de Peugeot symbolisait la puissance conjuguée de la France et du taxi-brousse africain. Mort aussi le mythe de l’aimant - amant exceptionnel : il a été tué par la démocratisation du tourisme et les hordes des touristes français qui, même avec la meilleure des volontés, ne sont pas vraiment à l’image du mythe. Reste pourtant une exception : Les Etats unis. Là, le mythe persiste, aidé par Hollywood et son insistance de montrer la France de l’après guerre idéalisé : romantisme, douceur, baguettes et béret basque, artistes et décor de chambres de bonnes sous les toits. A propos d’artistes, à Tokyo ou à San Francisco, la France c’est aussi Picasso, Chagall, Modigliani, Max Ernst ou Jacometti, tout autant que Degas, Seurat ou Renoir. Si Paris reste Paris, elle n’est plus la capitale des artistes, Montparnasse n’est plus qu’un souvenir : Londres, Berlin, New York, mais aussi Chang-Hai, ont pris le relais et depuis longtemps.

Si les Serbes pensent que les « français les ont trahis », et qu’ils sont des « pourquoi pas », partout ailleurs les « french doctors », les reporters sans frontières, ont remplacé les peintres et les artistes qui ont fait la France. Brouillonnes et inorganisées les ONG françaises, sont cependant mieux vécues que les américaines ou les scandinaves, pragmatiques et organisées à l’extrême, dans un monde entropique et chaotique qui s’attache plus aux hommes qu’aux organisations. 

Qu’est-ce donc être français aujourd’hui, pour le reste du monde ? J’aurais tendance à penser que la France se distingue par ce qu’elle considère elle même ses exceptions : exception culturelle et artistique, Deneuve chez Bunuel, Tautou - Amélie Poulain, Kassovitz et la Haine…

A Washington on est admiratif pour la légion étrangère et la présence « des beurs » dans les services secrets. Le Louvre, Louis XIV, les châteaux et les itinéraires gastronomiques voilà ce qui vient en premier à la tête des japonais, mais aussi les gangsters de la côte d’Azur, la « french connection » et les milliardaires russes qu’on essaie désespérément d’apercevoir du côté de Menton. Et puis, comme avec les grecs, la France c’est surtout un pays magnifique, aux multiples visages et paysages sur lesquels dieu a posé un peuple impossible, « pour équilibrer »… Eh oui, le gréviste, le râleur, le grognon, le marseillais mythomane, le normand soupçonneux et le corse un peu nationaliste - un peu malfrat, se sont les images d’Epinal qui persistent et qui habitent la France dans la tête des étrangers.

Les Français désirent l’ordre et ne peuvent vivre que dans le désordre me disait un peintre malais qui « avait fait mai 68 ». Voilà encore une exception qui fait la France…
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 5 janvier 2010 12:39

    En tout cas, si je devais choisir un pays pour immigrer, ce serait la grèce...


    • ZEN ZEN 6 janvier 2010 10:23

      La Grèce est en faillite et la corruption est impressionnante
      Mais j’aimerais quand même y vivre , dans un île perdue..(six mois de l’année)
      Intéressant point de vue sur notre tribu gauloise...


    • tvargentine.com lerma 5 janvier 2010 12:57

      Un très bon article agréable à lire


      http://www.tvargentine.com


      • L'enfoiré L’enfoiré 5 janvier 2010 13:19

        @l’auteur,
         Cela me rappelle mon article « Ne m’appelez plus jamais France »
         Bonne éclatement vers d’autres pays par quelqu’un qui voit le monde d’aujourd’hui.


        • Jean-paul 6 janvier 2010 03:17

          Je suis alle sur ton site ( tu permets qu’on se tutoie )EXCELLENT et beaucoup plus humoristique .On aurait tendance a dire que l’auteur s’est pris au serieux pour l’ecrire ( serait il Francais ? )


        • astus astus 5 janvier 2010 16:01

          Intéressant ce relativisme culturel qui dévoile ce que nous refusons de voir. Merci à l’auteur.


          • Justrobe Justrobe 5 janvier 2010 16:12

            Super article criant de vérités crues et très certainement indigestes pour le citoyen lamda franchouillard qui se pense mordicus être le centre du monde... puisqu’on lui dit et rabâche dans ses médias merdiques et officiels.
            Disons le tout cru : le françois à l’étranger se comporte en sale connard de première, puant et snobinard, infatué, critiquant tout et tous, qui n’ont pas eu le privilège de naître dans leur country...
            Brassens avait bien raison, peuchère, et il nous manque foutrement.
            Tant qu’à la Grèce, moi qui y ai navigué des années avec des yachts, mais malheureusement ne puis y revenir à ma convenance, ce manque cruel en mon cœur est, et restera le plus grand regret de mon existence...
            Grèce extraordinaire chérie entre tous les pays que j’ai visité.
            Même cette formidable Amérique du Sud que j’aime et où je réside actuellement ne comblera jamais le souvenir de ces paysages de rêve des îles des Cyclades et autres... jamais.
            Bonjour à tous et meilleurs voeux.


            • Le Clem 5 janvier 2010 22:11

              Qu’est ce que cet article a d’étonnant ?

              On sait tous que la France s’est pété la tronche depuis un siécle. On est une moyenne puissance parmi d’autres, qui vit sur un passé souvent glorieux. Pourquoi on interesserait specialement les autres ? Est-ce que les autres nous interessent spécialement ?

              Personnellement je suis nationaliste, donc je le déplore du fond des tripes et j’aimerai que ca change. Mais je suis persuadé que la plupart des Francais sur Avox ou ailleurs n’en ont plus rien a carrer ( La cause ou la conséquance ? ), en bon citoyen du monde, bla bla bla mon cul sur la commode.


              • terrienhope3 terrienhope3 5 janvier 2010 23:11

                la France aimez la ou quitter la
                ok ou est la sortie svp


                  • Yakaa Yakaa 6 janvier 2010 10:30

                    Faut pas pousser  !
                    Une poignée d’abrutis endoctrinés ne représente pas plus la France
                    qu’un rappeur avec un QI d’huitre ne représente la banlieue.


                  • terrienhope3 terrienhope3 6 janvier 2010 11:02

                    mdr faut pas pousser
                    et eux alors ils ne representent pas 53% des votant ????
                    qui sont au gouvernement ???


                  • Yakaa Yakaa 6 janvier 2010 14:32

                    Les 53% ne représentent qu’un score électoral obtenu grâce à une idéologie véhiculée par les médias dominants à la botte du MEDEF, conjuguée a une assez grande médiocrité de l’opposition.

                    Il ne faut pas capituler si vite, Non la France n’est pas que cette bande de crétins maffieux aux ordres du grand capital et qui prétends diriger le pays.
                    Il faut cesser de leur donner autant d’importance et cesser de les appeler par exemple « notre élite »
                    Il n’y a pas plus d’élite chez ces malfrats en costards qu’il n’y a de morale dans le capitalisme.

                    La France c’est aussi le pays de la révolution et il faudra bien ressortir un jour les pics,
                    les fourches si on veut en finir avec cette bande d’ordures.


                  • Mathilda 21 février 2010 21:55

                    la France aimez la ou quitter la
                    ok ou est la sortie svp

                    Ha ha ha ! Un peu radical Terrienhope ! Mais vous m’avez bien fait rire (à en pleurer) avec cette vidéo !


                  • Annie 6 janvier 2010 10:44

                    J’aimerai avoir votre optimisme à propos des Etats-Unis, où existe chez certains Américains une haine viscérale pour la France, les Français et ce qu’ils représentent, qui a redoublé d’intensité lors de la guerre d’Irak. Les plaisanteries sur la lâcheté historique des Français font recette, avec d’entiers sites internet qui leur sont consacrés. L’autre revers de la vision idyllique de la France propagée par Hollywood. 

                    Sinon, vous avez bien de la chance de vivre en Céphalonie. J’espère que vous croisez de temps à autre le fantôme de Durrell.


                    • Michel Koutouzis Michel Koutouzis 6 janvier 2010 11:37

                      Durrell, je le croise aussi à Alexandrie, ou plutôt son esprit. Et, plus étonnant, à Sacy, en Bourgogne : On avait un ami commun, Jacques Laccarière et on parlait souvent de lui et de Stratis Tsircas qui avait écrit une trilogie similaire : Cités à la dérive : nous y avons embarqué tous autant que nous sommes...


                      Pour les américains, c’est vrai que chez eux l’hystérie et l’exagération sont la règle, autant que la mode. Mais les modes passent (l’hystérie reste). J’ai écrit, je crois un papier là dessus 

                       

                    • ZEN ZEN 6 janvier 2010 17:19

                      Bonjour M.Koutouzis
                      Durell ? Vous avez de la chance
                      Un homme qu’on aurait aimé connaître quand on a lu son merveilleux Quatuor d’Alexandrie


                      • Mathilda 21 février 2010 22:11

                        Très amusant et réaliste.

                        D’ailleurs, les grecs eux-mêmes se décrivent comme « une sale race » que dieu a installée dans ce pays magnifique pour « équilibrer » l’injustice faite à tous les autres.

                        Sens de l’auto-dérision typique des Grecs ! C’est un début d’intelligence.
                        Et je ne suis pas tout à fait d’accord : si la Grèce n’a pu qu’être créée par les Dieux pour être d’une telle beauté sacrée, les Grecs sont aussi une sacrée belle « sale race » !

                        Et puis, comme avec les grecs, la France c’est surtout un pays magnifique, aux multiples visages et paysages sur lesquels dieu a posé un peuple impossible, « pour équilibrer »

                        « France would be paradise, if it weren’t for the French » disent les Anglais, persuadés eux aussi qu’une fois le paradis de la France créé sur terre, Dieu a rééquilibré les choses en y mettant les Français pour ne pas faire de jaloux !

                        « radin »

                        Mille fois entendu par des Européens, vu tous les ans à l’étranger... en Grèce !

                        Les Français désirent l’ordre et ne peuvent vivre que dans le désordre...Voilà encore une exception qui fait la France…

                        Ca je ne crois pas que ce soit une exception française. Je pense que c’est une caractéristique de tous les pays latins (au vu de leur histoire et de leurs régimes politiques...)

                        Yeia sou.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès