Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Le grand amalgame de l’UMP

Le grand amalgame de l’UMP

Comment, avant chaque période électorale, on vous rejoue le refrain du méchant musulman envahisseur. Ce 4 avril 2011 est un jour à marquer sur vos calendriers. Pour la première fois, un ministre d'Etat de la Ve république, Claude Guéant, prononce une attaque visant directement une communauté religieuse française. Selon lui, « l'augmentation du nombre de musulmans en France pose problème », ce qui justifierait la convention de l'UMP sur la laïcité et les « propositions à venir ». Au delà de la polémique sur la teneur de ces propos anti-constitutionnels, il est intéressant de noter l'accroissement de la xénophobie qu'a contribué à créer ce gouvernement et les amalgames presque caricaturaux mis en place ces dernières années.

Je suis, comme beaucoup de Français, très désolé d'avoir eu le choix, en 2006, entre une Ségolène Royal que le PS nous avait désignée malgré nous, mais dont l'étoffe politique aurait fait sourire n'importe quel diplomate, et un Nicolas Sarkozy agitateur agité mais un peu trop close-minded dans sa façon de penser.

Comme beaucoup d'intellectuels, j'avais, non pas détesté le président lorsqu'il avait parlé de « carsher » et de « racaille » mais presque admis l'idée que pour sauver l'image des musulmans de France, et plus généralement celle des immigrés dont je fais partie, il fallait stopper ces quelques milliers de jeunes écervelés des quartiers, qu'on nous présentait à la télévision comme les représentants d'une communauté avec laquelle ils n'ont strictement rien à voir, puisque la plupart de ces jeunes sont nés en France de parents français et sont détestés jusque par les gens des quartiers dans lesquels ils vivent.

Je suis de ceux qui, lors du débat sur le voile islamique déguisé en « débat sur la laïcité », m'étais offusqué du fait qu'en France, il existe des églises chrétiennes et des synagogues, mais qu'il soit impossible, légalement, de construire une « vraie » mosquée, avec toute la stigmatisation et les problèmes de discrimination que cela suppose et que l'on accuse ensuite les pratiquants musulmans (priant dans des caves aménagées en salles de prières) de communautarisme. Idem en ce qui concerne les cimetières musulmans, interdits du fait de la loi de 1905. Tu es musulman, tu fermes ta g...

Quant on fait tout pour étouffer un culte, il ne faut pas s'étonner des revendications qui s'en suivent et qui portent sur des détails qui deviennent alors raisons d'être. La demande de suppression du porc à la cantine est, selon moi, une forme de résistance des familles qu'on soumet à une pression de plus en plus importante depuis des années.

Comme beaucoup de Français, j'ai regardé, l'air agacé, les débats bidons où une jeune fille prépubère de banlieue en baskets et voilée comme une sœur catholique voulait justifier à la France entière sa bêtise de porter un voile au collège (comme environ 500 autres filles en France) alors que cela coûtait pendant ce temps leur réputation à des millions de mères françaises musulmanes qui n'avaient rien demandé à personne, comme si soudainement les enseignements du prophète Mahomet se résumaient au port du voile... pathétique.

J'ai été choqué, lorsque dans une atmosphère déjà tendue, plusieurs journaux français, sionistes, ont repris à leur compte les caricatures du prophète de l'Islam, après que l'affaire eu été close dans le pays nordique d'où elles provenaient, comme pour bien remuer le couteau dans la plaie.

Avec la création du Conseil National du Culte Musulman, je me disais que peut-être certains problèmes seraient réglés et que M. le président Sarkozy avait finalement fait le bon choix après la bataille, celui du dialogue.

Pendant toute cette période, je n'ai pas pu m'empêcher d'observer l'amalgame profond qui fut entretenu entre d'une part, les « jeunes de cités » et d'autre part la « communauté musulmane de France » comme si ces deux entités étaient, de facto, liées, comme si soudainement, tous les musulmans de France habitaient les ghettos des banlieues ou en provenaient et que tous passaient leur temps en bas des immeubles à brûler des voitures ou faire des tournantes, comme cela était bien décrit par les pseudo-défenseresses des associations comme "Ni Putes Ni Soumises" qui se font maintenant huer à chaque déplacement.

Cet argument phare du FN, longtemps repris par M. JM Le Pen, qui consistait à associer le chômage et la délinquance des cités à l'Islam était donc repris par le gouvernement de droite de M. Sarkozy.

Aujourd'hui, après toute cette stigmatisation, toutes ces insultes voilées, M. Guéand ajoute un mensonge à l'Histoire.

Un rapide tour sur Wikipédia nous montre que le nombre de musulmans en France était, selon diverses sources que je vous laisse apprécier, de 4.16 millions en 1990, de 3.7 millions en 1999, 3.65 millions en 2004 (INED), 2.46 millions en 2007 (CSA) puis de seulement 2.1 millions en 2010 (INED/INSEE).

Par contre, côté politique, le chiffre avancé par M. Sarkozy en 2003, de 5 à 6 millions, et ne reposant sur aucune étude, a constamment gonflé, pour rejoindre l'estimation du Front National aujourd'hui, qui est de 8%.

Voilà pour les chiffres. Intéressant n'est-ce pas ?

On peut ensuite discuter ces chiffres, et penser, par exemple, que les musulmans ont de moins en moins tendance à se faire recenser comme tels, vu la paranoïa ambiante que ce gouvernement a contribué à mettre en place, mais en s'intéressant à la population d'origine Algérienne par exemple, qui représente à elle seule 43% des potentiels musulmans et assimilés comme tels, on observe qu'en 1992 déjà, 30% des jeunes se déclaraient sans religion et ce chiffre montait à 60% d'entre eux lorsqu'un des deux parents n'avait pas d'origine Algérienne.

Eh oui, M. Guéand, quelle que soit l'angle sous lequel on regarde et les sources sur lesquelles on se base, l'Islam ne monte pas, il recule, favorisant ainsi la montée des extrêmismes, du salafisme et autres « mouvements islamistes ».

C'est sans doute parce que nombre de Français « d'origine étrangère », avec des noms à « consonance étrangère » ou avec des faciès rappelant leur « origine éthnique », et j'emploie ici des expressions devenues familières mais ô combien choquantes d'un point de vue laïque, c'est sans doute pour cela que ces personnes donc se sentent de moins en moins bien en France et préfèrent s'expatrier pour aller travailler dans des pays où on les respecte et où on les reconnaît effectivement comme des Français, tel que cela est indiqué sur leurs cartes d'identité, tel que cela leur a été enseigné par leurs parents Français, nés ailleurs ou nés en France, et par leur école républicaine.

 

Après, je rejoins le gouvernement et l'ensemble des Français sur le fait qu'il existe des problèmes en France.

Par exemple, quant un ministre républicain stigmatise une religion censée représenter entre 4 et 10% de ses citoyens, il faut se poser la question très sérieuse de savoir si cette république est encore démocratique au sens de sa devise de « liberté, égalité, fraternité », ce dont je doute de plus en plus depuis dix ans.

Il existe effectivement une plus forte proportion de jeunes issus de familles elles-mêmes issues, il y a plus de 30 ans, de l'immigration, dans les classes populaires des banlieues à problèmes. C'est un fait et je ne suis pas un gaucho-écolo-idéalisto... donc je crois ce que je vois. Mais est-ce que cela fait de ces personnes des musulmans parce que leurs ascendants l'étaient ? Est-ce que ces personnes peuvent être considérées par un gouvernement comme les représentants de la deuxième religion de France aux yeux de Français ? Est-ce que les problèmes posés par une frange de quelques milliers de jeunes paumés ou d'extrêmistes trentenaires en crise d'identité doivent coûter leur sécurité et leur sentiment d'appartenance à la république à des millions d'autres ?

Est-ce que ce n'est pas le gouvernement lui-même qui pousse les Français et ces jeunes à penser qu'ils ne sont pas citoyens de cette nation et qu'ils seraient un groupe à part, auquel on commence à donner un nom : « l'Islam de France », alors que la plupart de ces jeunes sont sans religion et n'ont même pas le savoir nécessaire à la compréhension d'une quelconque religion ?

Finalement, je pense que ces jets d'huile successifs sur le feu ne pourront mener qu'à une conclusion fâcheuse.

D'une part, la colère des vrais musulmans de France, ceux qui travaillent, qui ne s'expriment pas sur le sujet (mais qui votent de moins en moins) car se sentant en minorité dans le pays et qui n'ont aucune sorte d'activisme et veulent simplement vivre leur religion comme les Chrétiens, les Juifs et les autres... en paix.

Ensuite, la montée de la paranoîa chez le Français moyen, avec qui l'on joue pour qu'il ne vote pas Le Pen, mais sans se préoccuper du fait qu'il devienne de plus en plus raciste et xénophobe envers ses concitoyens, avec qui il devra pourtant bien vivre au jour le jour.

Devant l'incapacité du gouvernement à gérer la sécurité des citoyens face à la montée des délinquances de quartiers et des extrêmismes religieux dans un pays en crise d'identité, le gouvernement a donc choisi la solution de la peur, comme l'ont fait tous les régimes fascistes au cours de l'Histoire, en stigmatisant une frange de la population, la plus fragile, celle des musulmans, en minorité, accusés de fait comme les responsables de tous les maux du monde.

Une attaque de plus à la foi de millions de personnes, et pendant que je vous parle, les racailles du fond du tramway tabassent encore une victime française ... d'origine immigrée et peut-être musulmane.

On se trompe de cible.


Moyenne des avis sur cet article :  2.18/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 avril 2011 12:10

    si on remonte a trois ou quatre generations, ceux qui sont français de souche avec deux parents français doivent representer 30 % de la population.....et je suis peut-etre genereux !
    A Nice par exemple, les vrais nicois qui etaient la avant le rattachement a la France sont....17% !


    • non666 non666 11 avril 2011 15:34

      Et non !
      La France etait le pays le plus peuplé d’Europe jusqu’à l’épopée napoleonienne.
      C’etait aussi le plus peuplé du monde connu dans l’antiquité (les multitudes gauloises), la chine de l’epoque !

      Or nous n’avons pas été génocidé, enfin, pas encore.
      L’affirmation par nos « hotes malgrès nous » que nous serions de toute façon tous que des batards ne fait que les servir eux.
      Si chaque peuple a droit a sa terre, a son autodetermination, alors les gaulois n’ont pas moins de droit que les juifs en Israel ou les arabes (des colons, eux ! ) en afrique du nord.
      On ne peut pas legitimer le droit a disposer d’eux memes chez les autres, en Algerie, en Yougoslavie ou Cote d’iVoire et nier ce droit Chez nous.

      Il va bien falloir que les envahisseurs comprennent cela avant un reglement du problème à la Yougoslave. Evidemment , avec une UMP controlée par les Sarkozy/Lelouche/Copé et un PS controlé par les Fabius/DSK/Moscovici/Hollende/Hamon, on ne risque pas de voir les interets de la France et des français defendus par nos « elites ».

      Le TCE, l’OTAN, le virage sur la politique pro-israelienne , tout s’explique aisement.


    • Robert GIL ROBERT GIL 11 avril 2011 21:45

      avec le brassage depuis l’epoque romaine, pour retrouver ses petits... !!! et puis sans parler de couleur, mais si on faisait une equipe de france de foot avec des noms typiquement français on jouerais en ... en fait on ne jouerais pas !


    • Robert GIL ROBERT GIL 11 avril 2011 21:47

      donc, apres Napoleon on a eut recours a l’immigration, et a l’epoque romaine, la gaule n’avais pas les frontieres de la france !!!!


    • John T. Jean TAFAZZOLI 13 avril 2011 02:28

      @NON666

      Les Gaulois ? Il va falloir réviser l’Histoire de France cher monsieur.
      Peut-être pourrais-je vous donner quelques cours à ce sujet. Car sauf miracle, je ne pense pas que vous ayez vous-même beaucoup de gènes gaulois.
      C’est vite oublier les invasions successives et sans doute enrichissantes qu’a connu cette région du monde qu’on appelle aujourd’hui France !

      Eh oui très cher, ne vous en déplaise, vous êtes plus batard que le plus batard des Brésiliens et vos ancêtres étaient tous de ’« vils colons envahisseurs »... désolé de vous l’apprendre si brutalement.


    • tonton17 11 avril 2011 22:43

      Comment peut-il vivre dans un pays de merde comme la France ...il y a un pays merveilleux où l’on vit bien c’est l’Iran ! J’y ai passé 15 jours agréables ... où l’ on voit le visage de toutes les femmes ! (en 15 jours en ville que 4 ou 5 niqab..des réfugiés afghanes !!) Toutes les femmes du groupe ont porté un foulard sur la tête ..personne ne pouvait y échapper... même dans le bus réservé pour le groupe !!
      Allons soyez honnete pourquoi êtes vous venu en France dans ce pays de merde !!! 


      • John T. Jean TAFAZZOLI 13 avril 2011 02:32

        @tonton17

        D’abord, votre commentaire prouve à lui seul que vous mentez.
        Quant à la France, j’y ai grandi, sous le giron de la République et l’école française m’a appris la langue Française que vous ne maîtrisez visiblement pas.

        Vous savez pourquoi je suis là ? Parce que mon père était un intellectuel qui a cru dans ce pays à l’époque où Mitterrand vendait des missiles scuds à Saddam Hussein pour bombarder le pays où je suis né, histoire de vire Khomeyni que Giscard avait envoyé en Iran... vous avez raison, parfois je me dis qu’on fait trop d’honneur à la France avec notre présence.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

John T.

John T.

No comment.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès